Version classiqueVersion mobile

L’aveuglement organisationnel

 | 
Valérie Boussard
, 
Delphine Mercier
, 
Pierre Tripier

Partie I. Le feuilletage des organisations

Chapitre II. Interactions entre niveaux de réalité… ou le feuilletage des situations

Texte intégral

1Nous avons énoncé qu’une des façons par lesquelles une organisation se dégrade (involontairement, inconsciemment) consiste à créer un groupe informel, partageant une complicité et une connaissance communes qui rendent les autres étrangers, les met à distance, creuse un fossé entre « eux » et « nous ». Une des manières de procéder ainsi à la séparation consiste à catégoriser l’autre, le faire entrer dans une case, et ainsi le distinguer de soi. Une autre façon de créer la séparation entre « nous » et « eux » consiste à ne pas reconnaître l’autre, à le faire entrer dans une taxinomie, dans une place distincte de celle que le locuteur croit occuper.

2Les travaux de l’ethnométhodologie et de la sociologie interactionniste font de ces mondes et frontières le point de départ de leurs analyses. Dans chacun de ces univers, des éléments tacites, structurants mais invisibles, partagés mais non énoncés, organisent les actes et les interactions.

3Ces principes nous feront entrevoir les organisations comme des juxtapositions de mondes dont les paradigmes, au sens de modèles de résolution des situations, rentrent en tension. Ces tensions, quoique apparemment de l’ordre du micro par rapport aux autres dynamiques organisationnelles, seront pourtant, comme nous l’avons déjà entrevu à l’aide du tri sélectif, à l’origine même des autres phénomènes et donc explicatives des dysfonctionnements.

SAVOIRS IMPLICITES

Vision tacite

4Comme les preuves de la catégorisation en « eux » et « nous » ne manquent pas, mais peuvent sembler partielles, nous avons cherché à l’illustrer par un phénomène dont l’universalité est incontestable et tenté de voir si les théories des ethnométhodologues – citées rapidement dans le chapitre précédent – résistaient à cette épreuve.

  • 1 G. Guille-Escuret, « Exogamie, inceste, division sexuelle du travail », in A. Ducros et M. Panoff, (...)

5Et quel phénomène serait plus universel que la différenciation par le sexe, dont le grand archéologue et préhistorien André Leroy-Gourhan pensait qu’elle « demeure jusque dans la civilisation occidentale moderne un véritable principe de vision du monde1 » ?

  • 2 Cf. entre autres, G. Kirkup et L. Smith Keller, Inventing Women : Science, Technology and Gender, (...)
  • 3 J.-P. Faye, Langages totalitaires, Paris, Hermann, 1971.
  • 4 D. Gardey et I. Löwy, L’Invention au naturel …, op. cit., p. 13.

6Or, les travaux très convergents d’anthropologues, de philosophes, politistes, psychologues, psychanalystes et de sociologues s’intéressant à cet universel de la relation homme-femme2 démontrent que, depuis le xviiie siècle, les femmes sont l’objet de discours savants qui laissent impensées les différences à l’intérieur du genre masculin et même empêchent de s’intéresser à le qualifier. L’homme en tant que moitié mâle de l’humanité détient le statut qui, selon J.-P. Faye, est celui de l’Hôte absent-omniprésent, celui qui structure le discours et la pensée sans que personne ne prononce son nom, sans que sa présence apparaisse dans quelque compte rendu3. Comme le dit astucieusement C. N. Mathieu : « La catégorie d’homme est comme le corps du Christ : une présence réelle mais cachée. Elle fonctionne comme un référent de toute explication sociologique mais n’est jamais spécifiée comme catégorie sexuée4. »

7Les énoncés des siècles passés étant avant tout émis par les membres de la condition masculine, leurs propos essayaient de caractériser l’autre moitié de l’humanité mais sans analyser la leur propre. Il n’y a pas de discours des membres sur eux-mêmes, c’est justement parce qu’il y a non-dit, vision tacite de l’entre-soi, qu’ils font partie du même groupe ou de la même catégorie et qu’ils peuvent désigner les autres de façon implicite comme extérieurs à eux.

Connaissance ordinaire

  • 5 H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, op. cit. ; Idem, « Respecifications : evidence for loca (...)

8C’est justement cette vision tacite de l’entre-soi que Garfinkel et les ethnométhodologues5 ont essayé de décoder, d’analyser et de mettre en lumière : Garfinkel rapporte qu’il établit sa perspective, appelée « ethnométhodologique » (à proprement parler « méthodes du peuple ») en faisant partie d’un jury. Il remarqua que les jurés utilisaient dans leur délibération une connaissance de la société et de son fonctionnement et qu’ils mettaient cette connaissance en œuvre pour décrire et définir des termes tels « des faits », « des opinions », des erreurs », « ce que le témoin voulait dire quand il a prononcé telle phrase ». Or cette connaissance n’était pas prisée en tant que telle et s’exprimait librement et naturellement comme quelque chose d’acquis naturellement et unanimement accepté (« taken for granted »). Garfinkel remarqua aussi que cette connaissance avait des aspects méthodologiques et permettait de bien distinguer les éléments qui concernaient le cas à juger de ceux qui lui étaient étrangers. D’où l’idée d’un savoir quotidien, réparti dans la population, que les sociologues réutiliseraient dans leurs écrits et interprétations, les ethnométhodes.

9Les premières recherches de Garfinkel et de ses étudiants, avaient certains aspects expérimentaux et permettaient de saisir le rôle des « visions indigènes » dans les relations interpersonnelles et, au-delà, dans des rapports collectifs. Mais Garfinkel cherche aussi à expliquer comment ces visions conduisent les humains à agir, à se conduire dans leurs relations avec autrui. Sa théorie de l’action ne peut pas être séparée de celle de la « connaissance ordinaire ». Il démontre en effet que, dans leurs rapports avec autrui, les individus retracent les événements et incidents qui leur ont permis de comprendre une situation, de l’analyser, d’arriver à un résultat synthétique. Le fait de retracer l’action est un élément essentiel de celle-ci. Garfinkel utilise le verbe « to account » et l’attribut « accountability » pour exprimer le fait que les personnes en communication avec autrui sont capables de décrire certaines séquences de leur cheminement intellectuel et pratique.

Communautés de parole

10Le complément symétrique de cette « descriptibilité » (accountability) est le fait que, dans le cours habituel de l’action et de son récit, les personnes utilisent, dans la description de leur action, un langage qui se réfère à la situation singulière de l’action. Cette référence indique l’action, comme un index qui pointe et sert d’indicateur à l’interlocuteur pour comprendre la scène qu’on lui narre.

  • 6 Erving Goffman, Ce que parler veut dire (1981), Paris, Éditions de Minuit, 1987, trad. fr. J.J. Gu (...)

11En général, le fondement des façons de connaître la société est peu explicité : le fait d’être membre (qui se traduit dans la mise à distance des étrangers au groupe et de créer entre soi une « connaissance tacite fondée sur ce que chacun sait ») est un résultat largement involontaire. Les travaux des ethnométhodologues révèlent que ce qui constitue la communauté inconsciente dont on est membre est l’acte de parole6. L’analyse de l’enregistrement des conversations entre deux personnes, (conversation banale, quotidienne) montre que des pans entiers de cette conversation sont incompréhensibles pour un tiers, parce que dans cette conversation est évoquée une scène qui se déroule sous les yeux des protagonistes ou dans leur passé commun. Une grande partie de la conversation est donc indexicalisée c’est-à-dire référée à un événement ou un état, singulier, connu des seuls locuteurs de la conversation. Nous sommes ici au cœur des relations sociolinguistiques, dans la mesure où se déroulent sous nos yeux dans l’étude de cas, effectivement prouvé, un effet du langage sur l’organisation des relations entre personnes dans un groupe.

12En effet, si l’on accepte que le langage n’existe pas en dehors de l’interaction verbale ou écrite, il faut se rallier au point de vue de Bakhtine :

  • 7 M. Bakhtine et V. N. Volochinov, (1929-1979), Marxisme et philosophie du langage, p. 105.

« L’interaction verbale est la réalité fondamentale du langage […] toute interaction verbale se déroule sous la forme d’un échange d’énoncés, d’un dialogue […]. L’unité de base réelle de la langue-parole n’est pas […] l’énonciation-monologue unique et isolée, mais bien l’interaction d’au moins deux énonciations, c’est-à-dire le dialogue7. »

13Il résulte de ce « principe dialogique » que l’auteur d’un énoncé n’est jamais seul quand il l’énonce, il le fait en fonction d’un auditoire en convoquant, comme témoins de ce qu’il dit, ceux qui employèrent, avant lui, en sa présence ou hors de celle-ci, les locutions qu’il utilise :

  • 8 M. Bakhtine et V. N. Volochinov, Marxisme et philosophie du langage, op. cit., p. 292-293.

« Le discours est un drame à trois personnages. Il se joue en dehors de l’auteur (mais avec lui) et il est inadmissible de l’introjecter en lui8. »

  • 9 Bakhtine, Mikhail (1978), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard coll. « Tel », p. 300.

14Tout énoncé se fait, volontairement ou non, en fonction d’un auditoire et en invoquant l’autorité d’un tiers : « Ainsi tout énoncé (discours, conférence, rapport…) est conçu en fonction d’un auditeur, c’est-à-dire de sa compréhension et de sa réponse – non pas sa réponse immédiate, car il ne faut pas interrompre un orateur ou un conférencier par des remarques personnelles – mais aussi en fonction de son accord, son désaccord, ou pour le dire autrement, de la perception évaluative de l’auditeur, en fonction de l’“auditoire de l’énoncé9 ”. » Si tout énoncé est dirigé vers quelqu’un, il est logique qu’il soit contextualisé, qu’il comporte des éléments tacites qui doivent être présupposés par l’interlocuteur.

15C’est ainsi que devenir membre ce n’est pas seulement partager la nécessité de faire entrer l’autre ou les autres dans une taxinomie, c’est aussi fabriquer une communauté de co-comprenants entre les personnes qui ont vécu le même contexte. Soit une communauté primitive et microscopique formée de ceux qui, ayant assisté à la même scène ou l’ayant comme référence commune, en partagent la connaissance, factuelle et interprétative.

16Les mécanismes cognitifs qui convertissent les individus isolés et autonomes en membres d’un même groupe agissant, traçant ses frontières, supposent un dialogue interne qui crée de multiples liens de dépendance entre eux. Un milieu interne naît de l’intercommunication, un monde à part se crée, tout en séparant partiellement ses membres du reste du monde, suscitant des sentiments d’appartenance mutuelle.

17Comme cette réalité fait partie de leur routine de vie, les membres de ce monde ne se donnent pas la peine de faire émerger leur connaissance commune comme problème ou élément dramatique. Du coup, leurs interlocuteurs peuvent entendre ou voir ces choses sans les remarquer (« seen but unnoticed ») puisqu’ils ne les remarquent pas eux-mêmes, ayant « naturalisé et universalisé » leur propre expérience.

  • 10 H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, 1967-1984, op. cit., p. 226-227, 232, trad. M. Maire.

« Du point de vue de la théorie sociologique l’ordre moral est fait d’activités quotidiennes régies par des lois. Les membres d’une société rencontrent et connaissent cet ordre moral comme autant de lignes de conduites perçues comme normales. […] Les personnes se réfèrent à ce monde en parlant des “faits naturels de la vie” qui sont pour eux des faits absolument moraux. Car pour les membres de la société, les scènes familières donnent lieu à des jugements de valeur : il est bien ou mal qu’elles aient lieu. Les scènes familières, considérées par les membres de la société comme des faits naturels, sont des événements primordiaux de leur vie quotidienne, et apparaissent à la fois comme des manifestations du monde réel et comme le produit d’activités dans le monde réel. […] Le membre de la société utilise les caractéristiques implicites des scènes quotidiennes, socialement “standardisées et standardisantes”, “vues mais pas remarquées”. Il réagit de façon évidente à cette toile de fond. […] La toile de fond des activités quotidiennes, vue mais pas remarquée, est rendue visible et décrite à partir d’une perspective dans laquelle les gens vivent la vie qu’ils vivent, ont les enfants qu’ils ont […]. D’après Schutz, la personne suppose, suppose que l’autre suppose également, et croit que, comme elle le préjuge de l’autre personne, l’autre personne présuppose la même chose qu’elle10 […]. »

Définitions de la situation

  • 11 W. I. Thomas et F. Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migra (...)

18Une façon simple d’exprimer ces connaissances tacites et partagées, manifestées dans les actes de langage mais de façon quasi invisible, est de reprendre le terme de « définition de la situation » forgé par W. I. Thomas et F. Znaniecki11. Pour ces sociologues, fondateurs de l’interactionnisme, les comportements des individus s’expliquent par les significations que ces derniers donnent aux situations qu’ils vivent. Mais ces significations sont multiples : elles sont à la fois issues de leur propre expérience passée, mais aussi de l’héritage de significations donné par le groupe social dont ils sont membres.

19Or, l’individu ne se trouve jamais devant deux situations sociales similaires, car chacune inclut de nouvelles activités combinées différemment. L’individu doit pouvoir prendre conscience des significations sociales d’une situation, s’adapter aux demandes de la société en fonction de ces significations. Pour ce faire, il doit rapporter les nouvelles situations à des situations passées, connues, pour savoir s’il peut appliquer la même solution qu’à ces dernières. Ainsi, toujours selon les auteurs, la société « n’exige pas qu’il réagisse instinctivement de la même manière aux mêmes conditions matérielles, mais qu’il construise de manière réflexive des situations sociales similaires, même si les conditions matérielles varient ». Devant toute situation nouvelle, l’individu doit en comprendre les significations pour construire la définition adéquate. Le problème majeur de l’individu, c’est d’apporter de « la détermination dans ce qui est vague ». Cet éclaircissement se fait sur la base d’une définition préexistante, un « schéma » :

  • 12 .Ibid., p. 70.

« Il peut exister des schémas sociaux tout faits qui s’imposent à l’individu, ou alors ce dernier peut développer lui-même ses propres schémas en accord ou en désaccord avec ceux qui sont en vigueur dans son environnement social. Dans le premier cas, le schéma est généralement fourni à l’individu sous forme abstraite ou au travers d’exemples concrets, et on lui apprend ensuite à l’appliquer aux situations diverses qu’il rencontre par hasard ou qui sont créées tout spécialement à son intention. Dans le second cas, il met lui-même au point une définition de chaque situation nouvelle en conformité avec l’attitude en présence chez lui, qui gagne en précision au fur et à mesure que la situation se résout et agit sur elle en retour, et c’est à partir de ce travail de définition qu’il construit sa propre schématisation12 ».

20La formalisation de Thomas et Znaniecki a le mérite de faire apparaître, de façon sous-jacente, les problèmes de savoirs tacites et connaissances ordinaires, qui seront développés par les ethnométhodologues. Ce que les auteurs appellent nouvelles situations sont bien souvent des interactions, dont les règles et les schémas échappent aux protagonistes par leur nouveauté. Mais pour rendre signifiante l’interaction, l’individu fait appel à un stock de définitions connues, qu’il applique par similitude. Les réactions à ces actes, comme un apprentissage par essais-erreurs, doivent permettre à l’individu d’ajuster sa définition et de partager les savoirs tacites de ceux qui vivent la situation à laquelle il est confronté.

21Pour Thomas et Znaniecki, la capacité d’adaptation aux situations nouvelles dépend de caractéristiques individuelles, subjectives. Certains individus n’essaieront ni de se poser et de résoudre des problèmes nouveaux, ni de voir une plus grande complexité de situations quand d’autres seront plus curieux. Si cette question de la subjectivité ne peut être évacuée, ce n’est pas elle qui retiendra notre attention par la suite. Au-delà de la variabilité des personnalités individuelles, nous repérerons, comme les ethnométhodologues, les cadres généraux des interactions. Nous y verrons des individus pris dans un processus cognitif d’interprétation du monde à l’aide de définitions héritées, partagées ou expérimentées. Nous verrons également que ce principe cognitif favorise davantage les malentendus et les aveuglements que les adaptations et les éclaircissements.

PARADIGMES

  • 13 T. S. Kuhn, La Structure de la révolution scientifique, (1962), Paris, coll. Champs, Flammarion.

22Dans ce qui précède, nous avons vu que des options fondamentales et cachées – les ethnométhodes – ordonnent les ressorts de la vie quotidienne et paraissent tellement évidentes que nous ne les interrogeons même pas. Nous les prenons tellement pour des acquis qu’il ne nous viendrait même pas à l’idée de les interroger. Selon T. S. Kuhn13, mais dans un registre conceptuel différent, il en est de même dans l’activité scientifique : certains principes de base, qui ont été appris grâce aux manuels d’initiation à une discipline, n’en sont pas moins acceptés comme allant de soi. Pour cet historien des sciences, les questions scientifiques, les énigmes et leurs résolutions sont guidées par des modèles sous-jacents qu’il appelle paradigmes. Les communautés scientifiques à leur tour se structurent autour des principes métaphysiques sous-jacents qui forment le socle des paradigmes. Ces principes règnent sur les communautés scientifiques jusqu’à ce qu’ils soient remplacés quand s’éteint leur capacité à produire des énigmes et à les résoudre de façon satisfaisante pour l’esthétique scientifique de clarté, d’élégance et d’économie.

  • 14 C. Ginzburg, « Da A. Warburg a E. H. Gombrich. Note su un problema di metodo », in Miti emblemi sp (...)
  • 15 A. W. Gouldner, The Coming Crisis of Western Sociology, Londres, Macmillan, 1970.
  • 16 Cf. A. W. Gouldner, The Dialectic of Ideology and Technology, Londres, Macmillan, 1976.

23D’autres auteurs d’horizon différent arrivent aux mêmes conclusions que Kuhn mais en appelant les paradigmes différemment. En histoire, Ginzburg14 les nomme méthodes quand il cherche à expliquer une transformation radicale dans la façon d’attribuer des tableaux sans signature à un peintre, en utilisant un système d’indices. À son tour Gouldner les appelle sous-sociologies15 quand il essaie de retracer les enjeux politiques et idéologiques des différents courants et écoles de pensée du premier siècle de sociologie. Plus tard, ces deux derniers auteurs se sont ralliés à la matrice explicative de Kuhn16, qui apparaît donc comme le concept orthodoxe.

Le niveau paradigmatique

24Kuhn met en scène les conditions sociologiques de développement de la connaissance savante. Physicien de formation, il commence par l’examen du cycle de vie du savant et notamment par son initiation au monde de ses futurs pairs.

25Le truchement de cette initiation est le manuel d’introduction à la discipline. Ce manuel, dans les sciences de la matière comme la physique ou la chimie, a certaines caractéristiques rhétoriques. En particulier le manuel présente des thèses et des résultats de façon cohérente, sans mentionner ce qui fait la vie de la société savante : en effet, les débats, les conflits d’école, les controverses sur les méthodes ne viennent pas à la surface. Dans cette forme d’initiation, la science apparaît comme une activité continue où la solution d’une énigme ouvre de nouveaux problèmes qui seront résolus dans le même cadre de pensée, avec un arsenal de méthodes qui se raffinent mais qui appartiennent à la même famille.

26Cette présentation correspond, selon lui, à la science normale : celle où l’activité du savant est de créer des résultats qui se convertiront en nouvelles interrogations à l’intérieur d’un corps d’hypothèses reposant sur les mêmes principes de base, qu’il appelle paradigmes. Terme importé de la grammaire où il signifie modèle (pour une déclinaison, une conjugaison). Par exemple, les principes de base de la physique aristotélicienne sont la plénitude de l’espace et l’évolution des étants vers l’harmonie ; ceux de la physique de Newton sont l’existence d’atomes et de vide dans lequel les relations entre atomes se font dans un espace et un temps absolus selon la loi de la gravité universelle, laquelle suppose absence de frottements, etc. Les paradigmes sont construits sur ces principes de base qui donnent cohérence à l’activité savante et organisent la chaîne de fabrication des énigmes et de leur résolution.

27Mais, nous dit-il, l’accumulation même de connaissances et la dynamique même de l’activité scientifique conduisent à s’éloigner chaque fois plus de ce que les manuels peuvent présenter de façon cohérente. Les présupposés deviennent de plus en plus complexes. On entre dans une période perturbée qu’il appelle révolutionnaire. Elle annonce la fin du règne de l’ancien paradigme et son remplacement, au moins partiel, par un nouveau modèle cohérent. Cet épisode correspondrait par exemple au remplacement du modèle classique de la physique par le modèle complémentaire de Bohr. Après la période perturbée, une nouvelle période normale peut s’installer.

28La période révolutionnaire est celle où l’on discute des présupposés, on revient sur les fondements métaphysiques de l’activité savante, mais, une fois l’accord refait, cette partie de l’histoire des sciences redevient cachée. Les manuels reviennent à leurs positions dogmatiques, sans ressentir le besoin de reporter les discussions et controverses de la période troublée.

La matrice disciplinaire

  • 17 Robert K. Merton a fondé la sociologie de la science. Il démontre que l’activité des savants, la c (...)

29Chaque discipline a sa communauté, ses règles théoriques, ses méthodes. La communauté scientifique se mue en une multitude de communautés dont chacune peut fonctionner sur le modèle de Merton17, mais seulement en période science normale. Comme chacune de ces communautés est gouvernée par la même initiation, le paradigme qui les gouverne reste caché. En d’autres termes, il « va de soi ». Comme le dirait Garfinkel, il est « seen but unnoticed ».

  • 18 T. S. Kuhn, La Tension essentielle (1977-1990), Paris, Gallimard pour la trad. fr.

30Qui plus est, ce paradigme est souvent double. Dans ses travaux ultérieurs à La Structure de la révolution scientifique, Kuhn est revenu sur le caractère moniste du paradigme en période de science normale. Sensible aux objections qui lui avaient été faites, il conçoit que, même dans cette période, le paradigme dominant est en tension avec des paradigmes minoritaires. Par exemple, le paradigme majoritaire, newtonien, qui postule à la fois la seule existence d’atomes et de vide et la conception du temps et de l’espace comme absolus, va vite devoir composer avec une vision moins infinie du temps et de l’espace, celle de d’Alembert et Lagrange, pour pouvoir rendre compte des relations entre plusieurs corps célestes. Les successeurs de Newton durent à leur tour composer avec le champ magnétique de Maxwell qui ne suppose pas seulement la possibilité de fermeture et d’isolement de certains phénomènes physiques mais aussi des effets de système qui contredisaient leurs postulats. Kuhn tire de cette histoire de la physique des xviiie et début du xixe siècles l’idée que deux paradigmes peuvent cohabiter en tension. Cette tension même constitue ce qu’il appelle la « matrice disciplinaire18 », car il pense – en se référant à l’histoire de la biologie, où physiologistes et évolutionnistes vont polémiquer pendant un siècle avant de surmonter leurs différents –, que chaque discipline particulière connaît ces sortes de débats et que ceux-ci sont constitutifs du socle sur lequel une discipline se développe.

31La force de la démonstration de Kuhn tient en ce qu’elle est ancrée dans les pratiques de la recherche. Sa sociologie part de groupes qui, étudiant les mêmes objets et débattant à leur égard, créent un consensus provisoire qui permet le développement d’une période d’accumulation de savoirs avérés, sans perte d’énergie dans des discussions sur les principes.

32La période de science normale accroît le flot de connaissances et c’est cette accumulation qui, à son tour, met en péril le consensus qui lui a permis d’être. Il se dégage ainsi un cycle de vie scientifique. Ce cycle affecte les paradigmes mais aussi les matrices disciplinaires. Il touche la relation entre les principes généraux et les objets particuliers, par les configurations qui permettent de faire naître des énigmes et les résoudre.

Tensions entre paradigmes : de l’immigration de travail à la colonie de peuplement

33Ainsi, ce que T. Kuhn nous apprend, c’est qu’une même situation peut mobiliser plusieurs paradigmes pour être comprise. Ces paradigmes peuvent être eux-mêmes en tension. Nous proposons ci-après d’illustrer par un exemple historique, loin des questions de disciplines scientifiques qui ont donné naissance au concept, la pertinence de cette analyse pour saisir une situation sociale quelconque.

34À la fin des années 1960, l’un des auteurs de ce livre se trouvait dans le bureau du directeur du personnel d’un grand groupe automobile français quand celui-ci lui présenta ce qu’il faut bien considérer comme la pierre philosophale : on allait faire venir des anciennes possessions de l’Empire français, afin de gérer les pointes de demandes automobiles, des ouvriers francophones, qui travailleraient le temps nécessaire pour absorber la pointe de la demande puis retourneraient chez eux. Il s’agirait d’hommes seuls vivant dans des foyers, qui gagneraient en quelques mois l’équivalent de plusieurs années de revenus dans leur pays et seraient ainsi contents d’apporter quelque bien-être à leur famille.

  • 19 P. Dewitte, « L’immigration, sujet de rhétorique et objet de polémiques », in P. Dewitte (dir.), I (...)

35Comme on le voit, ce modèle construit sur une configuration imaginaire permettait de satisfaire tous les besoins : celui des entrepreneurs puisque cette main-d’œuvre temporaire coûterait sur la durée beaucoup moins cher que si l’on avait recours à des embauches (à l’époque, le travail temporaire était balbutiant) ; celui de la France puisqu’elle disposait d’une main-d’œuvre dont elle ne payait pas les frais de venue à l’âge adulte et s’assurait d’une continuité de sa production automobile, poste important de sa balance commerciale ; celui des immigrés eux-mêmes qui voyaient dans cette embauche à l’étranger la possibilité d’enrichir leur famille et de contribuer à en élever le statut, et comptaient rentrer le front haut dans leur village d’origine ; celui des pays de départ enfin qui voyaient ainsi grandir les sommes de devises en circulation dans le pays19.

36Mais ce modèle a ouvert la porte à des résultats inattendus, les mêmes d’ailleurs qui surviennent dans tous les pays où l’on a anticipé ce cercle vertueux de l’immigration de travail quand celle-ci est devenue un phénomène de masse : les travailleurs, qui devaient retourner chez eux, sont restés en majorité dans le pays qui les avait importés, dans bien des secteurs techniques leurs savoir-faire ont été rendus obsolescents par les mutations technologiques, donc leurs revenus ont baissé et, en général, leurs espérances avaient prévu des taux de prélèvement inatteignables en direction de leur famille, ils ont fait venir celle-ci et se sont défendus collectivement pour obtenir les mêmes droits que les salariés permanents.

37La façon dont on peut analyser la transformation de l’immigration, et « l’échec » de la configuration de départ, repose sur la coexistence de deux paradigmes en tension. Si la configuration imaginée s’appuyait sur un seul paradigme, celui des industriels, la configuration réelle est le résultat d’une superposition de ce paradigme industriel avec d’autres, notamment celui des travailleurs : questions de statut dans la société de départ, jeu dans les traditions villageoises, avantages comparatifs exogènes au modèle économiciste, etc. ont formé un autre mode d’action que celui anticipé. Le modèle de la pierre philosophale, sans contradiction interne, appuyé sur des raisonnements impeccables, ne s’est pas réalisé. Il s’est vu débordé par un autre paradigme qui lui a opposé une logique toute différente.

38Cet exemple montre bien que les paradigmes conçoivent le monde réel sur un seul des barreaux d’une échelle. Ils stimulent de cette façon des visions, des théories ambitieuses, des projets et des énoncés ; ils cadrent la réalité et permettent de développer des modèles et des anticipations ; apparaissant comme naturels, ils sont rarement mis en question ; faisant partie de la science normale ou des stéréotypes quotidiens, ils ne sont pas questionnés, ils vont de soi : ils deviennent donc invisibles pour l’esprit. Pourtant, sur d’autres barreaux de la même échelle peuvent se développer d’autres paradigmes, tout aussi naturels et évidents pour ceux qui les partagent. Et dans les situations concrètes, les paradigmes se rencontrent. Devenu invisible pour ceux qui l’ont adopté, à l’instar du paradigme industriel, chaque paradigme peut se trouver débordé par les autres niveaux de l’échelle. Cette analyse nous incite à concevoir la réalité comme multidimensionnelle, constituée de niveaux ou segments sur lesquels les lectures des situations sont différentes, voire même opposées.

LE FEUILLETAGE DES SITUATIONS

39Que l’on passe par le concept de vision tacite (ethnométhodologie), de définition de la situation (Thomas et Znaniecki) ou de paradigme (Kuhn), nous arrivons à la même conclusion : les conceptions d’une situation restent cachées, implicites, et organisent les interactions et les actes. Mais ces derniers se heurtent à d’autres constructions cognitives pour lesquelles les significations des situations appellent d’autres actes. C’est la tension que nous avons révélée dans l’exemple précédent. C’est aussi ce que nous avions pu observer dans notre introduction, quand nous rappelions l’anecdote de la rencontre entre le jeune paysan polonais et la comtesse, citée par Thomas et Znaniecki. La jeune comtesse, qui reçoit le paysan chez elle, le fait sur un mode condescendant, marquant la différence de statut entre elle et lui, malgré (ou à cause de) la bonté avec laquelle elle le traite. Wladeck, le jeune paysan, voit dans cette situation la rencontre entre un homme et une femme, et non entre une comtesse et un paysan. Sa fureur rentrée à la suite de cet entretien provient de la perception que sa définition n’était pas partagée. En outre, le modèle de comportement qu’il a adopté lors de cette rencontre n’a fait que renforcer la comtesse dans son traitement de la distinction sociale. Cet exemple montre que découvrir la construction cognitive de la réalité, c’est aussi découvrir que celle-ci est composée de plusieurs niveaux superposés. Pour une même situation, il existe plusieurs définitions possibles. Et c’est de cette superposition ou feuilletage que naissent les tensions quand pour un même fait concret différents niveaux d’interprétation se rencontrent.

Le feuilletage comme multiplicité de cadrage

  • 20 C’est-à-dire répondre à la question : « que se passe-t-il ? ».
  • 21 E. Goffman, Les Cadres de l’expérience (1974), Éditions de Minuit, 1991, p. 338.

40Nous proposons d’avoir recours à un autre concept, celui de cadre, forgé par Erving Goffman, pour approfondir cette question du feuilletage de la réalité. Goffman soutient que notre perception de la réalité dépend de principes qui structurent les événements et nous permettent de leur donner du sens : ce sont des cadres avec lesquels nous interprétons nos observations. Le cadre nous permet de savoir définir une situation sans lequel elle resterait un ensemble désordonné d’occurrences diverses. Le cadre propose un foyer d’attention officiel et, grâce au cadre adopté, nous pouvons à la fois analyser la situation20 et nous engager en acte dans celle-ci : « Mais un cadre ne se contente pas d’organiser le sens des activités ; il organise également des engagements21. »

41La pertinence de notre comportement dépend alors du cadrage effectué. Mais pour une même situation, plusieurs cadres sont disponibles : plusieurs interprétations sont a priori valides :

  • 22 Ibid., p. 297.

« […] ce qui est ambigu [dans une situation], c’est le sens de l’événement, mais ce qui est en jeu, c’est le choix du cadre d’interprétation qu’il faut appliquer et continuer d’appliquer, étant entendu que les cadres virtuels disponibles divergent souvent de manière radicale22 ».

  • 23 Sous la forme d’activités réparatrices diverses comme le sont les justifications et les excuses. E (...)

42On retrouve dans cette perspective le principe des niveaux de réalité, chaque cadre constituant un de ces niveaux. Plusieurs cadres étant disponibles pour définir une même situation, c’est bien à un feuilletage de la réalité que le sociologue est confronté. E. Goffman constate que les individus s’engagent dans les interactions avec le cadre qui leur paraît approprié à la situation. Souvent, ce cadre est confirmé par les autres participants. Mais parfois, l’individu perçoit qu’il a fait une erreur de cadrage. Il a utilisé un cadre, mais il s’aperçoit qu’il est le seul. Cette erreur donne lieu à un ajustement23 pour s’accorder avec la manière correcte de voir ce qui se passe. Enfin, dernier cas, malgré le décalage de cadre, l’individu persiste dans l’application du cadre de départ. C’est ce que E. Goffman nomme la rupture de cadre : elle implique que nous échappons au cadre imposé par les autres et aux attentes qu’il implique. Elle donne lieu à un malentendu qui, contrairement au cas des erreurs de cadrage, n’est pas « épuré ». Il se poursuit. C’est cette catégorie bien particulière d’interactions qui se rapproche des cas de rencontre aveugle des niveaux de réalité que nous avons pu observer dans les organisations.

Mobilité du cadrage

  • 24 R. K. Merton, « The role Set : problems in sociological theory », in The British Journal of Sociol (...)
  • 25 L. Wirth, Le Ghetto (1928), Grenoble, P.U.G., « Champ urbain », 1980 trad. fr. ; G. H. Mead, L’Esp (...)

43L’intérêt de la notion de cadre est de préciser que la définition de la situation ne se fait pas à l’initiative d’une personne, cette définition est à proprement parler réciproque. Quelqu’un définit une situation et agit en conséquence, mais cette définition peut se heurter à une contradiction, faite par autrui, par son entourage ou encore par les mœurs ou les lois. Elle encourt alors le risque d’être démentie ou même sanctionnée. Ainsi, les comportements humains sont fonction des interfaces que chacun a avec ses semblables, – présents et passés. Ils sont redéfinis en fonction des situations elles-mêmes, variables selon les moments et les lieux de l’interaction. Toutes choses que les meilleurs sociologues avaient effleurées dans les périodes antérieures, tels Merton, qui avait forgé le concept de « role set24 » pour analyser les différentes appartenances des personnes et leur identification successive ou simultanée à plusieurs groupes distincts, ou Wirth et Mead25 étudiant les migrants dans la ville et remarquant les différentes loyautés qu’ils arrivent à assumer, tout à la fois envers leurs patries d’origine et d’accueil sans négliger celles qu’ils éprouvent envers les différentes communautés auxquelles ils appartiennent. Si l’on se souvient que ces appartenances (effectives ou imaginées) guident l’action dans une relation réciproque entre individus et groupe, on voit que l’analyse de l’action d’une personne renvoie à plusieurs compartiments de soi et plusieurs niveaux distincts de réalité.

44Goffman, en proposant la notion de « distance de rôle », annonce qu’aucun individu ne doit être supposé remplir son personnage comme le voudrait la position qu’il croit occuper (son status). La marge d’improvisation introduite par chacun est même nécessaire pour faire face aux situations imprévues : personne n’est supposé jouer sa partie selon un schéma idéal, entièrement anticipé.

  • 26 E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, p. 73.

« Tout ce qu’on peut requérir d’une personne c’est qu’elle apprenne des modes d’expression différents (correspondants à son status) pour être capable de “jouer le jeu” et de maîtriser plus ou moins bien toutes les situations professionnelles dans lesquelles elle se trouverait26. »

  • 27 Il consacre aussi à la théorie du rôle un gros chapitre d’Encounters. Two studies in the Sociology (...)

45E. Goffman reprend dans Les Cadres de l’expérience27 la métaphore théâtrale qui lui valut un si profond succès. C’est parce qu’une personne cadre, selon les circonstances, différemment son groupe et les autres, ce qu’elle doit taire ou manifester, que sa façon de tenir son rôle va, de beaucoup, changer.

46Cette « distance de rôle » sépare l’équipe – qui joue la scène dans laquelle le rôle apparaît – de son audience, mais aussi éloigne ce qui se dit dans les coulisses de ce qui est prononcé sur scène. L’action est difficile à interpréter en termes de rôle et status justement parce que les définitions que chaque acteur donne de ces éléments sont instables et changeantes. Dans ces conditions, on ne peut pas dire que les cadrages sont invariants, prédictibles pour les mêmes personnes. Dans une situation donnée, une personne va adopter un cadrage et un rôle donnés, et en changer, parfois du tout au tout, dans une situation différente : on peut se comporter en père, puis en enfant, en médecin puis en patient, en joueur de poker puis en époux. Tous ces rôles peuvent être tenus successivement sans qu’aucun corresponde à un status fixe, ce dernier étant lui-même redéfini.

47Il y a pour Goffman trois conditions grâce auxquelles on peut dire qu’une personne « embrasse son rôle et, en même temps, est embrassée par lui ». Si l’on est attaché à son rôle, si l’on démontre des capacités à le tenir et si l’on s’y engage, alors on peut vraiment « disparaître complètement dans le soi virtuel organisé par la situation, être complètement confondu avec l’image que l’on doit donner et confirmer de façon expressive son acceptation de cette image ».

48Dans ce cas on embrasse le rôle, c’est-à-dire que l’on s’y abandonne ; la perte concerne à la fois ses identifications et son ego, et ceci survient quand on n’a plus « cette légèreté dans l’exécution du rôle qui est permise par les multiples attachements et nombreux engagements que l’on peut avoir, par ailleurs, dans d’autres entités », (Ibid., p. 106 et 147).

49L’analyse de Goffman est très approfondie, mais son maître, Hughes, était lui aussi opposé à l’utilisation simpliste des catégories de status et rôle. Il mettait en avant ce qu’il appelait les « Dilemmes et contradictions du status » qu’il illustrait par l’anecdote suivante :

« Il était de tradition que le chef de projet de cette usine d’avion fasse le premier voyage d’essai de l’avion qu’il avait aidé à concevoir, puis qu’il invite à dîner l’équipage et le groupe d’ingénieurs ayant contribué à la réalisation ; l’usine est très masculine et jamais on n’avait convié les femmes des membres de l’équipe à ce type d’aventure, or, le chef de projet est, cette fois, une chef de projet sans grande ancienneté dans l’entreprise. Ses collaborateurs cherchèrent à la dissuader de faire le vol d’essai, faisant valoir que c’était très dangereux pour une femme. Elle choisit de se comporter en ingénieur, fit le voyage, paya le dîner, mais partit, en dame, dès les premières libations d’après-souper. »

  • 28 E. C. Hughes, Le Regard sociologique, (1958-1996), Éditions de l’EHESS, p. 355.

50Pour Hughes, dans le système des professions aux États-Unis, en dehors d’une population blanche, protestante, masculine, les attentes de comportement sont difficiles à définir. Trop de situations marginales existent, dans lesquelles les caractéristiques secondes des personnages pèsent d’un poids important sur leur comportement ou celui du public à leur égard : les professionnels, à cause de leur origine ethnique, de leur religion ou de leur sexe féminin, sont l’objet de discriminations de la part du public ou de leurs collègues, et doivent, comme cette femme ingénieur, résoudre un dilemme de status28.

51Ces questions de rôle et de status ont le mérite de faire apparaître la complexité du feuilletage de la réalité. Car au-delà d’un feuilletage dû à la coexistence d’individus différents, le feuilletage est renforcé par la variabilité, pour une même personne, de ses définitions de la situation. Ainsi, le feuilletage n’est pas fixe et unique : en fonction de la situation, du moment et des personnes en coprésence, il évolue en suivant les changements de rôle et de status. Comme on vient de le voir avec Hughes à propos du système de professions aux États-Unis, nous serons ainsi amenés à nous focaliser sur les définitions spécifiques à une situation, plutôt que sur des descriptions plus englobantes. Ces dernières, comme le sont les identités professionnelles, gomment les situations marginales et les caractéristiques secondes, et font disparaître le feuilletage si précieux pour comprendre les interactions.

Les débordements de cadrage

  • 29 Michel Callon, « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai su (...)

52Michel Callon29 s’inspire des travaux de Goffman pour établir une métaphore « rugbystique » des plus réjouissantes et des plus efficace : dans ce jeu viril et fondé partiellement sur la conquête collective du terrain, on cadre l’adversaire individuellement ou collectivement en formant avec ses partenaires un môle autour du détenteur de la balle pour fixer, stabiliser le plus grand nombre d’adversaires. En même temps on essaye au plus vite de faire circuler le ballon aux ailes, pour déborder les adversaires et provoquer la percée qui permettra de marquer un essai. Dans la vie organisée, le cadre permet d’isoler une interaction et de la modéliser, comme dans le rapport entre un fournisseur et un client. Le cadrage de leur relation permet de comprendre comment va s’accomplir leur relation contractuelle. Mais, si l’on veut effectivement agir, il faudrait contextualiser cet acte. Il faudrait introduire les multiples interprétations que l’on peut donner au contrat, mais aussi l’avenir probable de la relation qui s’est à un moment figée dans sa signature, c’est-à-dire les conditions de son débordement :

  • 30 M. Callon, art. cité, p. 409.

« L’acteur est à ontologie variable : ses objectifs, ses intérêts, sa volonté, son identité se reconfigurent en permanence et ces reconfigurations sont étroitement liées à celles du réseau d’interactions dans lequel ils se trouvent. Tout cadrage suppose […] un violent effort pour extraire les agents du lacis d’interactions (dans lequel ils sont pris) et pour les faire entrer sur une scène délimitée, spécialement préparée et aménagée. Mais les adhérences au monde “extérieur”, adhérences qui se traduisent très simplement par le fait que les agents sont en même temps dans d’autres mondes dont ils ne peuvent être complètement détachés, ne se réduisent pas aux seules relations personnelles30. »

  • 31 Cf. K. Burke, A Grammar of Motives (1945), New York, Prentice Hall, 1974 ; E. Goffman, La Mise en (...)

53On retrouve ici les enseignements tirés des questions sur le status et le rôle : l’individu a à sa disposition plusieurs interprétations possibles. Ces interprétations reposent sur des conditions d’interactions différentes. En somme, les êtres humains sont toujours susceptibles de comprendre une situation en la cadrant, par exemple en l’interprétant comme une scène de théâtre31, mais si cette scène est jouée par des humains, on n’est jamais sûr que l’interprétation de l’observateur soit la bonne, puisqu’il peut se tromper sur les motifs de l’action ; ni que celle des acteurs va être stable ni qu’ils ne vont pas changer de registre, puisque celui qu’ils utilisent dépend du lacis d’interactions dans lequel ils sont pris.

54C’est à dessein que nous utilisons « interprétation » dans deux de ses sens : celui du jeu des acteurs et celui de la spéculation sur une information vue ou lue. La théorie explicative aussi cherche à cadrer mais elle est souvent débordée par les agissements de ceux qu’elle cherche à percer. Le principe même de ces débordements confirme l’existence de niveaux de réalité. Pour une même réalité, différentes interprétations sont possibles, toutes rendant compte de la même situation, mais représentant des niveaux d’explication différents. Chaque définition de la situation peut ainsi être débordée par une autre définition, dévoilant alors le feuilletage de la réalité, alors que le cadrage initial pouvait laisser penser à une unicité non problématique.

55Le concept de configurations, repris à Norbert Elias, permet de faire émerger ces différents niveaux de réalité, toujours présents simultanément, mais activés différemment selon le contexte et les acteurs en interaction.

  • 32 N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? (1970), Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, trad. fr. 1991, (...)

56N. Elias part de la position de l’individu solipsiste « adulte indépendant, solitaire, situé en dehors de tout réseau relationnel, sans qu’il ait jamais été enfant et sans qu’il soit jamais devenu adulte32 » Pour démontrer le caractère incomplet de cette vision, Elias nous invite à analyser la grammaire, en particulier la succession des pronoms que nous utilisons quand nous déclinons un verbe : je, tu, il/elle, nous, vous, ils/elles. Le seul fait d’être obligé de les distinguer montre nos liens aux autres, donc le caractère réductif des raisonnements qui se fondent sur la présence d’un individu seul ou en relation avec un seul autre. Pour N. Elias, les huit pronoms (je, tu, il/elle, nous, vous, elles/ils) forment configuration. Ils sont l’expression simplifiée des relations qu’entretient un être humain avec lui-même et le reste de l’univers qui l’entoure.

  • 33 Ibid., p. 147.

« On s’aperçoit très vite que les différentes positions de cette série relationnelle (la suite des pronoms) sont indissociables, la fonction que le prénom “je” remplit dans la communication humaine ne peut se comprendre qu’en liaison avec toutes les autres positions auxquelles renvoient les autres membres de la série. Les sept positions sont tout à fait indissociables, on ne peut se représenter un “je” sans un “tu”, un “il” ou “elle”, sans un “nous”, sans un “vous”, un “ils” ou “elles”33 »

57Une autre image souvent utilisée par lui pour expliciter ce qu’est la configuration est celle du jeu de cartes ou d’échecs : pour que le jeu ait lieu, il faut une table, des chaises, des partenaires et adversaires et des règles de jeu. Quand tous ces éléments sont présents, le jeu peut commencer. La configuration donne le cadre de l’action, mais ne dit pas quel sera le déroulement de la partie. Celle-ci dépend de la tactique d’ouverture aux échecs et de la stratégie de celui qui a pris l’avantage ; de la distribution des jeux aux cartes dans certains jeux, de la succession des tirages dans d’autres, etc. Mais aussi, bien sûr, des tactiques utilisées par les partenaires et adversaires, lesquelles dépendent des suppositions et déductions sur la distribution du jeu. La configuration a donc un caractère contraignant en ce qu’elle fixe l’univers des possibles, mais ne prédit pas ce qui adviendra dans cet espace particulier.

  • 34 Ibid., p. 158.

« Au centre du processus de configuration s’établit un équilibre fluctuant des tensions, un mouvement pendulaire d’équilibre des forces, […] qui comptent parmi les particularités structurelles de toute configuration34. »

58Concevoir cet univers ou espace configuré permet de penser l’articulation de plusieurs niveaux de réalité distincts. Chaque interaction met en jeu un espace subtilement délimité et spécifié : elle est en quelque sorte cadrée sur un niveau de réalité. Elias attire notre attention, comme l’avait aussi fait Callon, sur le fait que, dans la définition d’une situation appartenant à la même configuration, les acteurs cadrent. Mais ils donnent aussi, en fonction du lacis d’interaction dans lequel ils sont pris, une valeur différente aux différents niveaux de réalité, au point de négliger facilement certains d’entre eux ou donner à d’autres une importance démesurée.

59C’est cette focalisation sur un seul des niveaux d’échelle qui entraîne les tensions. La réduction à un niveau de réalité de la situation par un ou plusieurs individus fait basculer les autres significations dans l’invisibilité. Non prononcées, non partagées, elles rentrent dans l’oubli. Cette construction cognitive oblitère tous les autres niveaux de réalité. Le cadrage est nécessairement une sélection et une mise à l’écart. La difficulté dans les interactions vient alors autant de ce qui est cadré et partagé, que de ce qui est oublié et insignifiant. Car ce qui est cadré par les uns est oublié par les autres. Ce qui est partagé par chacun est insignifiant pour d’autres. Les débordements ne sont pas toujours l’occasion de recadrage. Ils peuvent même passer inaperçus tant les éléments qu’ils font apparaître sont hors du cadre initial. Et s’il y a des ajustements, il y a surtout des malentendus liés aux différentes définitions de la situation, stabilisées et routinières. L’exemple du tri sélectif et de l’immigration de travail sont dans cette perspective les résultats d’une activité cadrée dont le débordement n’a pas donné lieu à un ajustement, au même titre que la rencontre entre la comtesse et le paysan. Nous avons parlé de malentendu. Ce dernier n’est possible que parce que chaque acteur, pris dans une définition de la situation, ne peut voir la réalité telle qu’elle se présente à ceux qui adoptent une autre définition. Ce malentendu est donc avant tout le résultat d’une focalisation des perceptions évacuant toute prise en compte des signes et indices révélateurs d’autres visions. Il nous semble donc légitime de parler d’aveuglement.

Notes

1 G. Guille-Escuret, « Exogamie, inceste, division sexuelle du travail », in A. Ducros et M. Panoff, La Frontière des sexes, Paris, P.U.F., coll. « Le Sociologue », 1995, à propos des thèses d’A. Leroi-Gourhan, exposées dans Préhistoire de l’art occidental, Paris, Mazenod, 1971, et Les Religions de la préhistoire (paléolithique), Paris, P.U.F., 1971.

2 Cf. entre autres, G. Kirkup et L. Smith Keller, Inventing Women : Science, Technology and Gender, Cambridge (G.-B.), Polity Press and Open University, 1992 ; D. Gardey et I. Löwy, L’Invention du naturel. Les Sciences et la Fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2000.

3 J.-P. Faye, Langages totalitaires, Paris, Hermann, 1971.

4 D. Gardey et I. Löwy, L’Invention au naturel …, op. cit., p. 13.

5 H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, op. cit. ; Idem, « Respecifications : evidence for locally produced, naturally accountable phenomena of order, logic, reason, meaning, method etc. in and as of the essential haecceity of immortal ordinary society », in G. Button (éd.), Ethnomethodology and the Human Sciences, Cambridge, Cambridge U.P., 1991.

6 Erving Goffman, Ce que parler veut dire (1981), Paris, Éditions de Minuit, 1987, trad. fr. J.J. Gumperz, Discourse Strategies Cambridge, Cambridge, U.P., 1982 ; Idem, Engager la conversation, introduction à la sociolinguistique interactionnelle, Paris, Éditions de Minuit, 1989. J. Widmer, Langage et action sociale, Fribourg, Éditions universitaires, 1986.

7 M. Bakhtine et V. N. Volochinov, (1929-1979), Marxisme et philosophie du langage, p. 105.

8 M. Bakhtine et V. N. Volochinov, Marxisme et philosophie du langage, op. cit., p. 292-293.

9 Bakhtine, Mikhail (1978), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard coll. « Tel », p. 300.

10 H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, 1967-1984, op. cit., p. 226-227, 232, trad. M. Maire.

11 W. I. Thomas et F. Znaniecki, Le Paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant (1919), op. cit.

12 .Ibid., p. 70.

13 T. S. Kuhn, La Structure de la révolution scientifique, (1962), Paris, coll. Champs, Flammarion.

14 C. Ginzburg, « Da A. Warburg a E. H. Gombrich. Note su un problema di metodo », in Miti emblemi spie, Turin, Einaudi. Ginzburg se ralliera à la formulation de Kuhn comme l’indique un article écrit après celui-ci, cf. Ginzburg : « Signes, traces, pistes, le paradigme indiciaire », in Le Débat, 1980, n° 6, p. 3-44.

15 A. W. Gouldner, The Coming Crisis of Western Sociology, Londres, Macmillan, 1970.

16 Cf. A. W. Gouldner, The Dialectic of Ideology and Technology, Londres, Macmillan, 1976.

17 Robert K. Merton a fondé la sociologie de la science. Il démontre que l’activité des savants, la circulation de l’information scientifique et son accumulation, passent par l’intériorisation de quatre valeurs normatives : le communisme ou communautarisme, l’universalisme, le désintérêt et le scepticisme organisé.
Par communisme ou communautarisme, il entend le fait de considérer que tout membre de la communauté des savants a des droits égaux à recevoir et à émettre des informations, des résultats de recherche, des hypothèses livresques, quel que soit son âge, ou son statut. En somme, les énoncés doivent être jugés par leur pertinence, et non en fonction de ceux qui les émettent. L’universalisme accorde à ces énoncés une égale valeur, quelle que soit leur provenance. Le désintérêt ferme la communauté savante sur elle-même et la sépare des préoccupations (politiques, religieuses, marchandes) qui lui sont extérieures. Enfin, le scepticisme organisé régit les rapports à l’intérieur de la communauté, il est la garantie du respect des trois autres valeurs puisqu’il suppose que tout nouvel énoncé soit passé au crible des autres membres de la communauté pour pouvoir être accepté par elle. C’est la « suspension du jugement » et l’examen impartial des preuves apportées par l’énonciateur qui garantit son caractère scientifique.

18 T. S. Kuhn, La Tension essentielle (1977-1990), Paris, Gallimard pour la trad. fr.

19 P. Dewitte, « L’immigration, sujet de rhétorique et objet de polémiques », in P. Dewitte (dir.), Immigration et intégration, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », 1999.

20 C’est-à-dire répondre à la question : « que se passe-t-il ? ».

21 E. Goffman, Les Cadres de l’expérience (1974), Éditions de Minuit, 1991, p. 338.

22 Ibid., p. 297.

23 Sous la forme d’activités réparatrices diverses comme le sont les justifications et les excuses. E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, tome 2 : Les Relations en public, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

24 R. K. Merton, « The role Set : problems in sociological theory », in The British Journal of Sociology, juin 1957.

25 L. Wirth, Le Ghetto (1928), Grenoble, P.U.G., « Champ urbain », 1980 trad. fr. ; G. H. Mead, L’Esprit, le Soi, la Société (1934), Paris, P.U.F., 1963 trad. fr.

26 E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, p. 73.

27 Il consacre aussi à la théorie du rôle un gros chapitre d’Encounters. Two studies in the Sociology of Interaction (1961), Indianapolis, Bobbs-Merrill, ouvrage non traduit en français qui marque toute la difficulté d’utilisation de ce terme.

28 E. C. Hughes, Le Regard sociologique, (1958-1996), Éditions de l’EHESS, p. 355.

29 Michel Callon, « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement », in F. Foray et J. Mairesse, Innovations et performances, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

30 M. Callon, art. cité, p. 409.

31 Cf. K. Burke, A Grammar of Motives (1945), New York, Prentice Hall, 1974 ; E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne (1956), Paris, Éditions de Minuit, 1975.

32 N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? (1970), Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, trad. fr. 1991, p. 141.

33 Ibid., p. 147.

34 Ibid., p. 158.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search