Version classiqueVersion mobile

L’aveuglement organisationnel

 | 
Valérie Boussard
, 
Delphine Mercier
, 
Pierre Tripier

Partie I. Le feuilletage des organisations

Chapitre premier. La dégradation du tri sélectif de déchets… ou les frontières du cercle du tri

Texte intégral

  • 1 Nous nommerons ce cas Selec.

1Nous verrons dans le cas présenté ci-après1 comment les résultats décevants des opérations de tri sélectif dans des zones d’immeubles peuvent être analysés comme la rencontre, ratée, entre les définitions des organisateurs du tri et celle des gardiens d’immeubles. Et nous verrons surtout que le malentendu se fait sur la place occupée par les gardiens, sur leur appartenance bafouée au « cercle du tri ».

2Ce diagnostic du dysfonctionnement montre que les explications de premier niveau formulés par les acteurs de l’organisation ne sont pas justifiées : l’échec relatif du tri sélectif n’est pas dû, comme le laissent entendre certains, à une mauvaise communication des objectifs et des méthodes aux habitants. Un renforcement du dispositif d’information auprès de la population, pour renforcer les apprentissages et les changements des habitudes, ne serait pas la solution la plus pertinente. Nous verrons également que les diagnostics sociologiques classiques (analyse des relations de pouvoir, analyses de type culturel) ne permettent pas de remonter aux causes premières, causes que nous faisons apparaître à l’aide d’un autre modèle théorique.

LES RÉSULTATS DÉCEVANTS DU TRI SÉLECTIF

3Pour réduire l’effet de serre et préserver le globe terrestre d’une série de catastrophes possibles, la Communauté européenne et l’État français ont décidé de diminuer les déchets ultimes, appelés ainsi parce qu’ils n’ont pas de caractère dangereux ni polluant et ne peuvent pas, pour des raisons techniques et économiques, être récupérés et recyclés. Ces déchets ultimes sont brûlés : s’ils sont diminués, la contribution à l’effet de serre l’est aussi.

  • 2 À partir de 2002.

4Comme la moitié des déchets ménagers (29 millions de tonnes par an en France en 1991) est constituée d’emballages qui peuvent être recyclés, un dispositif complexe s’est mis en place dès 1992 avec pour objectif de les valoriser. Chaque commune devient responsable des déchets de ses habitants, et doit payer une taxe sur chaque tonne d’ordures brûlée2.

5En même temps les entreprises doivent répondre des emballages qu’elles mettent sur le marché : il faut les recycler ou faire faire ce travail par un tiers. Les producteurs peuvent ainsi contribuer financièrement à l’existence d’un organisme, Éco-emballages, entreprise agréée par l’État depuis 1992, qui les soulage de cette obligation légale, moyennant une rémunération d’un centime par emballage utilisé. Avec un budget de 400 millions de francs en 1993 Éco-emballages mène à son tour une triple politique : elle aide la mise en place de politiques communales ou intercommunales de tri sélectif de déchets ; elle aide l’installation d’usines de tri ; elle contribue à la naissance et l’expansion des industries de récupération et recyclage d’emballages usagers et de papiers.

  • 3 Plaquette de présentation d’Éco-Emballages lors de sa création, rappelée dans sa vidéocassette de (...)

6Cependant, malgré les menaces et les créations institutionnelles les résultats de ces politiques sont décevants : si 86 % des Français se disent prêts à trier, 6 % seulement du gisement de déchets ménagers recyclables est collecté3. Ce chiffre est au moins six fois plus petit que celui des espérances d’Éco-emballages qui avait prévu, en installant dans les communes son système complexe, de « récupérer la matière et l’énergie de 75 % des déchets d’emballages ménagers ».

  • 4 Ce cas a fait l’objet de deux publications. Un rapport de recherche : M. C. Legout, M. Tapie-Grime (...)

7L’enquête que nous avons effectuée4 montrait que, pour un même quartier, les résultats étaient meilleurs au démarrage des opérations que deux ans plus tard. Il existait donc un indice de dégradation du processus de tri sélectif. Toute la question était d’en comprendre les causes.

La dégradation du processus de tri

  • 5 R. Barbier : « Le tri sélectif des déchets : approche sociologique », in Cahiers du service économ (...)

8Des recherches ont étudié les comportements de ceux qui sont à l’origine de la répartition des ordures. Une caractérologie des attitudes vis-à-vis du tri fut établie dont le résultat est proche de celle qui explique comment une innovation technique est adoptée. Elle établit quatre conduites différentes vis-à-vis du tri : celle des « pratiquants-incitateurs », des « gagnés au tri », des « hésitants » et des « réfractaires » et les corrèlent assez bien avec des caractéristiques socio-démographiques. Par exemple le « pratiquant incitateur » a entre 45 et 50 ans, appartient aux classes intermédiaires et vit dans un appartement spacieux ou une maison particulière5.

9Cependant, si utile que soit cette taxinomie pour expliquer la différence entre penser que c’est bien de trier et le faire, elle ne permet pas de comprendre pourquoi les annonces d’Éco-emballages ne sont pas effectives, ce dernier devant en tenir compte dans ses prévisions. Mais ces éléments n’éclairent pas les raisons de la dégradation du système de tri sélectif.

10La communication sur le tri sélectif et la formation des habitants sont en général réalisées au travers de deux guides, qui sont ensuite relayés par des revues comportant des rubriques sur la sélection de déchets ou uniquement dédiées à elle. Le guide de présentation, document écrit cherchant à emporter l’adhésion de la population, se présente comme un livret au contenu dense. Il comporte un aspect « sérieux ». En revanche, le guide de tri a un style graphique de type bande dessinée. Par exemple, les bacs y sont anthropomorphisés et leur couvercle est souvent légèrement ouvert, ce qui veut signifier probablement un sourire. L’ensemble évoque un monde gai, simple, et le tri sélectif semble être aussi amusant qu’un jeu dont ce livret indiquerait la règle. Les messages rédigés sont en gros caractères, et les dessins sont espacés afin de rendre l’image plus lisible.

11Ainsi, le premier acte de communication à domicile vise à informer un public engagé dans un rapport de citoyenneté avec la municipalité, le second volet s’adresse à l’ensemble des habitants et espère par une stratégie adaptée aux « moins lecteurs » toucher le plus grand nombre possible. Pour cela elle évite d’évoquer trop les raisons les plus abstraites qui plaident en faveur du tri sélectif, elle donne une vision euphémisée de la collecte sélective.

12Mais ces documents, à peu près identiques d’une ville à l’autre, ne peuvent pas anticiper les défauts de tri propres aux particularités des procédures locales de chacune d’entre elles, c’est la raison pour laquelle l’action du livret est relayée par des revues municipales.

13Ce troisième volet tente de convaincre que suivre les consignes de tri est un acte de citoyen. Elle rappelle les informations de base sur l’ensemble de la collecte sélective proposée sur le territoire de la commune et vise à rectifier certaines erreurs des mauvais trieurs de bonne foi (par exemple ceux qui laissent dans les bacs leurs tris enfermés dans des sacs en plastique, ce qui est contraire aux consignes). Mais ces informations supplémentaires ne sont pas rédigées de façon générale pour être établies comme de nouvelles règles, et donc ne peuvent pas jouer le rôle de preuve en cas de contestation puisqu’elles ne figurent pas sur le livret, que certains considèrent comme une bible. Ce dernier mode de communication n’atteint pas ainsi tous les objectifs qu’il devrait atteindre.

14Nous ne doutons pas cependant que cet effort soit important et issu de l’expérience accumulée par la communication dans ce domaine. Dans le cadre de l’habitat vertical au sein duquel nous avons enquêté, la fréquentation des gardiens d’immeubles et l’observation de leur utilisation de cette littérature et en particulier du guide de tri laissent à penser que ce travail d’expert n’a pas été suffisamment confronté aux pratiques quotidiennes de tri de déchets, aux gestes et pratiques que nous allons brièvement rappeler tout de suite.

L’apprentissage du tri

15Le tri des ménages rassemble trois activités distinctes. La sélection lors du flux de production des déchets, ensuite le stockage à domicile (en 2, 3, voire 4 catégories : les recyclables, les ordures ménagères collectées par immeuble, le verre et les journaux lorsqu’ils sont collectés par apport volontaire dans des conteneurs placés sur la voie publique), enfin le transport et le dépôt : porter et déverser le stock du ménage dans le bon conteneur.

La non-cumulativité des apprentissages

16La collecte par apport volontaire a obligé à trouver des lieux de stockage dans la maison. On peut donc supposer cette démarche comme un acquis pour les ménages. En revanche, les deux règles de classification liées à l’apport volontaire, l’identification du matériau pour le verre et le rangement d’un objet dans un sous-ensemble générique : journaux/magazines, ne peuvent pas être considérées comme un acquis directement transposable dans une collecte sélective plus ambitieuse. Par exemple, la catégorisation de l’emballage plastique requiert des classements beaucoup plus complexes liés au contenu, à la dimension et au poids de l’objet. Certains des réflexes conditionnés précédents peuvent se maintenir mais d’autres devront être modifiés.

17C’est le cas par exemple de la sélection des déchets, opération sur laquelle est basée la campagne de communication officielle. Affiches, livrets de tri, lettres d’information individuelles, tentent de définir ce qu’on peut et ce qu’on ne doit pas « mettre » dans les recyclables. Mais ces prescriptions ne sont pas immédiatement mémorisables. D’une part, elles ne relèvent pas d’un entendement commun et « naturel », un savoir qu’il suffirait de mobiliser pour agir. D’autre part, les prescriptions ne sont pas toutes « traduisibles » en quelques règles génériques réduisant l’effort de mémoire à faire.

18En phase d’apprentissage, le geste de jeter doit être suspendu pour permettre le détour par la consigne écrite ou, le plus souvent, la consigne idéographique. Le ralentissement du mouvement crée artificiellement un espace pour l’attention, la précaution, la rationalisation. Il faut allonger la durée de l’acte pour se déprendre des routines précédemment incorporées. La classification des déchets se présente à chacun comme une liste de prescriptions à suivre à la lettre. Le problème se pose objet par objet et c’est la récurrence de l’objet à jeter qui permet de mémoriser la solution. Le livret fonctionne comme un dictionnaire, on y cherche un élément précis, et non pas comme une clé de classification dans laquelle on se dirige par questionnements successifs.

Erreurs de tri

19En revanche, dans cette action, les catégorisations des déchets faites par les habitants sont quelquefois des ennemis bien difficiles à combattre car pratiquement invisibles.

20Les erreurs de tri des ménages relevées par les gardiens ou les erreurs de tri des gardiens relevées par nous montrent qu’elles ont partiellement pour origine des taxinomies très englobantes. On trouve ainsi de la moquette, du bois, du cuir, des vêtements, etc. dans les bacs de recyclables. Interrogés, les habitants se justifient : « c’est propre », « ça ne pourrit pas », « ça peut resservir ». Les bacs bleus pour le recyclage sont compris comme le réceptacle de ce qui n’est pas définitivement « sale » ou « mort ». Un raisonnement par défaut désigne les objets qui vont lui être destinés. Ainsi, les « véritables » erreurs de tri, au sens où la bonne foi du trieur est attestée, ont pour origine la définition du bac bleu comme un non-bac gris (bac des déchets non recyclables). Un ordonnancement binaire sert à la sélection :

bac gris bac bleu
sale propre
putrescible imputrescible
irrécupérable récupérable
matériau dominant non recyclable

21L’ensemble est fortement marqué par l’idée que la collecte sélective permet d’éviter le gaspillage en mettant de côté certains objets ou résidus des déchets totaux véhiculés par le circuit qui conduit à la destruction. La procédure de collecte sélective n’a pas réussi à prendre la place de taxinomies déjà existantes. En particulier, le mouvement naturel des mauvais trieurs de bonne foi qui considèrent le bac bleu comme un non-bac gris est une limite de fait à une collecte optimale.

Le rôle essentiel des gardiens

Rencontres pédagogiques et actions de correction

22On le voit, la collecte sélective nécessite des apprentissages différents pour modifier le comportement des ménages face aux routines et classifications habituelles. Ceux-ci peuvent prendre la forme d’une rencontre pédagogique avec le gardien d’immeuble, au cours de laquelle ce dernier transforme le comportement d’autrui, même sans le vouloir. Cette manière d’agir se fait à différents moments de la procédure, dans certains lieux privilégiés, pas toujours identiques. Elle suppose plusieurs mini-fonctions de la part du gardien.

23D’abord, le gardien informe la population concernée. Il remplit cette tâche en distribuant des prospectus ou en collant des affiches dans les halls d’entrée. Cette opération n’implique pas d’engagement particulier de sa part, c’est une de ses missions : transmettre aux locataires toutes les informations venant de l’extérieur. Tous les gardiens que nous avons rencontrés remplissent cette mission.

24Un degré d’implication plus important consiste à renseigner les locataires sur la manière de trier, lorsque ceux-ci viennent spontanément s’adresser au gardien. Parfois le locataire cherche à avoir des renseignements complémentaires sur le tri, sur le devenir des déchets, sur les origines de cette nouvelle organisation, etc. À ce niveau, le gardien est investi du rôle de porte-parole du collecteur et des représentants de la mairie. Il peut même devenir le spécialiste ou technicien compétent sur le tri. Ces renseignements sont donnés à la demande des locataires.

25Mais un degré d’implication encore plus important pourrait se concrétiser par le fait d’en parler systématiquement au démarrage de l’opération ou lorsque le gardien constate des négligences dans le tri. Ces rôles de porte-parole ou de spécialiste du tri sont inégalement pris en charge par les gardiens. Certains disent en parler systématiquement quand un nouveau locataire arrive dans l’immeuble ou quand un locataire demande une précision, cela peut se faire à tout moment de la journée lorsque le locataire rencontre le gardien dans la cité. D’autres, sensibilisés aux problèmes d’environnement, deviennent des spécialistes des produits recyclés, la collecte sélective valorise pour eux leur métier. Dans la majorité des cas, ce rôle d’informateur ou de conseiller est demandé par les locataires sensibilisés à la collecte, désirant avoir des informations complémentaires pour faire le tri correctement. C’est souvent le cas des personnes âgées qui, ayant des doutes sur la nature d’un produit, ont besoin d’une confirmation orale par une autorité légitime, et investissent le gardien de ce rôle légitime.

26Un autre aspect de l’engagement du gardien dans la collecte sélective consisterait à corriger les gestes qui nuisent à la bonne marche de la collecte, à réprimander les mauvais trieurs. Ici deux cas se présentent : dans le premier, le gardien, constatant en début de procédure que quelques résidents de cages d’escalier très précises trient mal, assume jusqu’au bout son rôle de « pédagogue du tri ». Pour cela il va voir les habitants un à un pour leur expliquer comment trier, remplissant donc son rôle d’enseignant et justifiant celui-ci par le fait que « ce sont les enfants qui s’occupent des poubelles ». En somme, il pense que tout le monde est de bonne foi, mais que tous n’ont pas compris comment faire. Dans le second cas, l’action de correction est menée dans le flux des rencontres journalières, au gré donc de l’événement.

27Après que la procédure est rodée, quelle que soit l’implication du gardien, il ne conçoit pas de faire des remarques ailleurs que sur le lieu du travail, dans le local à poubelles, comme s’il ne fallait pas confondre un lieu où le gardien a des droits à faire respecter et les autres qui sont des lieux publics appartenant aux locataires où il serait inconvenant de les interpeller à ce sujet.

28Les façons de corriger la conduite du résident varient selon l’idée que se fait le gardien de sa relation au locataire, c’est-à-dire sa définition de la situation. Pour certains, les consignes écrites sont une marque d’autorité presque insultante et ils en font usage quand ils estiment que certains résidents ont dépassé les limites. Pour d’autres, c’est un moyen d’éviter la confrontation avec le mauvais trieur et ils mettent régulièrement des petits mots au dessus des bacs destinés aux déchets recyclables : « Vous êtes priés de… ». En tout état de cause, le gardien intervient auprès des locataires quand ceux-ci provoquent des perturbations dans son travail, quand ils trient mal, mais jamais vis-à-vis de ceux qui ne trient pas.

29Ces différentes attitudes révèlent des perceptions diverses de l’exercice de leur influence sur les comportements des résidents, soit « le gardien doit se faire respecter », soit il estime qu’» une remarque au locataire serait complètement déplacée ». En général, le gardien pense qu’il y a toujours une catégorie d’individus pour laquelle on ne peut rien faire, « les irréductibles, des gens qui ne trieront jamais ». D’autres cherchent à connaître l’identité du mauvais trieur pour lui faire une remarque à l’occasion, lorsqu’il se trouvera sur les lieux. Mais cette possibilité varie avec la masse des résidents.

La conscience fière des gardiens d’immeuble

30La motivation des concierges à bien faire le tri sélectif, les actions répétées pour que la sélection des déchets se passe le mieux du monde, ne sauraient être détachées des autres tâches de mise en ordre, du maintien en harmonie des bâtiments dont ils ont la charge.

31En règle générale, le gardien d’immeuble doit s’acquitter de trois missions principales : assurer l’entretien courant du patrimoine (nettoyer les parties communes et les abords immédiats, assurer l’enlèvement des ordures…), participer à la gestion, au maintien et à l’amélioration du patrimoine (surveillance des installations techniques, contrôle des travaux…), maintenir de bonnes relations avec les locataires et participer à la vie de la cité (faire respecter les règles de la collectivité, assurer une permanence…). Il est clair que ces différentes fonctions sont interreliées et aucun gardien n’est dépossédé d’aucune d’entre elles, mais en fonction des problèmes de nombre et de densité des résidents, en fonction aussi de la politique des propriétaires-bailleurs, l’accent va être mis sur l’un ou l’autre de ces rôles.

  • 6 Alain Touraine, La Conscience ouvrière, Paris, Seuil, 1965 ; A. Touraine, M. Wiewiorka et F. Dubet (...)

32Trier les ordures ménagères entre dans les attributs des gardiens et fait partie de la définition que celui-ci donne de sa situation : régisseur, surveillant, huissier du bâtiment. Le gardien développe, pour se définir, une rhétorique proche de celle que Touraine appelle la « conscience fière »6 des « compagnons », ouvriers de métier qui, non seulement sont conscients de l’importance de leur travail pour l’entreprise qui les emploie, mais aussi pour l’ensemble du circuit économique. Comme chez les professionnels de Touraine, la construction du monde passe par l’exaltation de l’importance de son rôle social. Or, ce type de définition de soi est corrélatif de l’implication dans un travail bien fait. La condition pour que cette vision existe passe par une conscience fière de sa place dans la société, mais celle-ci subsiste et devient un élément mobilisateur à condition qu’elle ne soit pas démentie dans la relation à autrui.

LE GARDIEN OUBLIÉ

33Au sein du processus de tri, les interactions des gardiens avec les autres éléments (municipalités, agents de ramassage, société d’économie mixte) mettent cependant en évidence, pour les gardiens, une négation de la centralité de leur rôle. Les municipalités, dans leurs relations aux gardiens, montrent quelques faiblesses et oublis, comme en témoignent les changements de consignes non relayés et les carnets de tri non renouvelés. Les agents de ramassage n’informent pas les gardiens des changements de tournée. Bref, comme nous allons le voir, les événements quotidiens, faits de rencontres avec les habitants, les propriétaires-bailleurs, les agents de ramassage, apportent aux gardiens le sentiment de ne pas être des acteurs importants du système.

Les changements de consigne

34Le mode de financement de la campagne de mise en place locale du tri sélectif passe par la distribution à tous les habitants d’un quartier de carnets de tri. Il passe aussi par un rappel sur les bennes à ordures de ce qu’il faut jeter dans le bac (ou les bacs) de déchets triés. Tout cela semble simple, mais seulement à première vue. En effet, des causes de variation n’ont pas été prises en compte dans les villes que nous avons étudiées, et ne figuraient pas à l’époque de notre enquête dans le dispositif diffusé et financé par Éco-emballages.

35Une partie des consignes de tri supposent que l’habitant trieur nettoie ses déchets avant de les jeter. Un tel paradoxe a du mal à s’appliquer dans un pays où, depuis Descartes, on pense que le bon sens appartient à chacun et où il semble absurde de dépenser de l’argent et de l’énergie pour nettoyer un objet qui n’a plus d’usage et dont le destin est d’être rejeté. Prenant en compte cette difficulté logique, les offices de ramassage d’ordures domestiques proposent de changer les consignes : par exemple de laisser les bouteilles d’huile en plastique dans le bac non trié. Mais l’impression et la diffusion de nouveaux carnets popularisant les nouvelles consignes, liée aux campagnes de communication nécessaires pour attirer l’attention de toute la chaîne d’intermédiaires (propriétaires-bailleurs, gardiens, etc.), entrent difficilement dans les budgets des collectivités locales, s’il n’y a pas de subvention qui en allège le coût. À l’époque de notre enquête, où les objectifs d’Éco-emballages étaient de diffuser le tri, cette organisation refusait de subventionner ces aménagements, marginaux pour elle. Il en résultait, au niveau d’échelle des concierges, qu’ils étaient amenés à distribuer aux nouveaux venus des carnets de tri non actualisés qu’ils pouvaient rectifier à la main, ainsi que les affichettes collées sur les bacs et bennes, à condition d’être eux-mêmes informés du changement partiel de consignes.

36Faute de moyens pour les diffuser, les nouvelles consignes apparaissaient dans les bulletins municipaux gratuits. Cependant, comme rien ne soulignait par d’autres moyens que la lecture, ni aux habitants ni aux gardiens, l’importance du changement de consigne de tri, celui-ci était peu respecté, sauf s’il entrait dans la définition que le gardien se donnait à lui-même de pédagogue des consignes de tri envers les habitants. Pour que cela se produise, il fallait attirer son attention sur les changements, ce qui n’était pas toujours le cas et il ne fallait pas décourager la bonne volonté du gardien, ni sa fierté du travail bien fait.

Les gardiens offensés

37La fierté du gardien est mise à rude épreuve. On peut ici parler d’offenses involontaires, offenses qui non seulement attentent à son image de bon travailleur mais qui mettent également le gardien dans une situation embarrassante, impliquant des remarques désagréables de la part des propriétaires-bailleurs ou des rippers (nom générique pour les agents de ramassage des ordures). Par exemple, nos enquêtes ont montré que, sans jamais avertir les gardiens les rippers se mettent en grève ; ils bénéficient d’un pont entre deux jours fériés ; ils changent le jour ou le sens des tournées de ramassage, etc.

38Tous ces phénomènes contingents seraient sans importance si le tri était la principale activité du gardien ou si le tri sélectif pouvait se passer de sa bonne volonté, mais ce n’est pas le cas. Les jours où les rippers ne passent pas, ou ne ramassent pas les déchets, ou passent plus tard que prévu, ce qui a pour résultat de laisser des bacs à ordures pleins alors que le gardien les croit vides et s’apprête à les rentrer, ce n’est pas seulement à un surcroît de travail que sont soumis les gardiens. Ils sont aussi soumis à des remarques désagréables de la part de leurs employeurs ou des services municipaux qui, partant de l’idée que le propre appelle le propre, cherchent à limiter les périodes du jour où les bacs à ordures sont dehors.

39Le cas du changement de sens de la tournée montre les incertitudes et hésitations dans lesquelles se trouvent plongés les gardiens : si l’heure a été changée sans qu’il en soit averti, doit-il en conclure que les rippers sont passés avant qu’il ne sorte son bac, auquel cas il faut qu’il le rentre, ou doit-il inférer qu’ils ne sont pas encore passés, auquel cas le bac peut rester dehors ?

40Autre dilemme : quand les rippers ne passent pas à l’heure prévue, parce qu’on leur a accordé un pont ou qu’ils se sont mis en grève, ne peut-on pas croire qu’ils ont changé le sens des tournées ? En somme, laissés dans l’ignorance sur les tenants et aboutissants des ruptures de routine, les concierges doivent faire, comme le philosophe idéaliste, des supputations ou, comme le scientifique, courir après l’information. Mais à leur différence, le résultat de leur action est immédiatement constatable et se traduit sinon par des remontrances, du moins par la crainte de celles-ci. En effet, salariés de propriétaires-bailleurs qui croient généralement dans le slogan « la propreté attire la propreté, et la saleté, la dégradation de l’environnement », les gardiens d’immeubles sont souvent inspectés, quelquefois à l’improviste. La bonne tenue de l’environnement de l’immeuble dont ils ont la charge fait partie des points sur lequel ils sont félicités ou blâmés.

Négation du caractère central des gardiens dans la chaîne de tri

41La répétition d’incidents de ce type, qu’ils touchent aux moyens de communiquer avec les habitants de leur immeuble ou qu’ils mettent en danger leur réputation de bon travailleur, sont interprétés par les organisateurs du système de ramassage comme purement contingents, ils font partie du flot d’incidents qui ponctuent une action. Mais ces mêmes événements sont vécus en stock par les concierges, ils s’accumulent dans leur mémoire comme autant de signes. Ils sont ressentis par les gardiens avec susceptibilité, puisqu’ils contiennent en acte une définition de la situation qui nie l’importance de leur rôle dans la chaîne de tri. Ces incidents démentent leur définition de soi et montrent dans les faits quotidiens le peu de cas effectif que l’on fait des concierges.

42Cette contradiction entre le rôle central des gardiens, tel qu’ils le ressentent, et les événements quotidiens qui l’infirment en permanence est à la source de la dégradation du tri. La conscience fière des gardiens est offensée. Ils se replient progressivement vers des positions moins engagées vis-à-vis du tri, délaissant leur rôle de formation et de correction des erreurs. Dans l’habitat vertical, une partie de la dégradation du tri sélectif peut s’expliquer par ce processus d’exclusion, graduel et invisible pour les responsables du tri, des agents indispensables à son fonctionnement. Ce diagnostic auquel arrivèrent les sociologues étonna les responsables qui n’en avaient aucune conscience et n’avaient pas le sentiment que leur action ait pu contribuer à démobiliser des membres du système, à être à l’origine de la faible productivité du tri sélectif dont ils avaient par ailleurs, à beaucoup de reprises, vanté la finalité et l’efficacité. Tout au plus rejetaient-ils sur l’environnement (les habitants et leur comportement erratique) la faible réussite. Sinon ils supposaient que, dans un mouvement de progrès général des consciences et de travail patient sur les enfants en âge scolaire, les choses s’amélioreraient peu à peu.

43Les sociologues reprirent alors les enregistrements des discours des responsables de la collecte sélective des déchets pour savoir quels étaient, spontanément, les éléments centraux du système qu’ils avaient mis en place. Ils se livrèrent avec eux à une sorte de test permettant de hiérarchiser l’importance qu’ils donnaient aux différents acteurs du tri sélectif. Vite, ils aperçurent dans la vision de ces responsables que les acteurs importants du système étaient :

  1. les services organisateurs du tri (services municipaux, société d’économie mixte) ;
  2. les propriétaires-bailleurs et en particulier les offices d’HLM ;
  3. les rippers et leurs camions ramasse-ordures ;
  4. les centres de tri.

44En somme, comme dans un processus technique, on s’intéresse aux sites de production de déchets (les propriétaires-bailleurs), au transport des ordures triées (les rippers et leurs camions) et à leur traitement (les centres de tri) ainsi qu’aux services qui doivent coordonner cet ensemble (services municipaux ou société d’économie mixte), mais les habitants (trop dispersés) et les gardiens (subordonnés des propriétaires-bailleurs) ne sont pas vus comme des populations sur lesquelles il faut constamment agir. Destinataires à l’origine de la communication, ou relais dans les premiers temps, ils ne font plus partie des gens sur lesquels on agit.

INTERPRÉTATION DU PROCESSUS DE DÉGRADATION

Du défaut perçu au défaut révélé

45Les gardiens interprètent en termes d’injustice ou de mépris ce que les services municipaux pensent être de simples péripéties sans conséquences. Les services municipaux perçoivent bien un défaut dont ils ignorent la cause : il y a une dégradation du système de ramassage.

46Les sociologues en révèlent au moins partiellement l’origine : les gardiens ne se sentent pas membres du tri sélectif, faire partie de la chaîne du tri, acteurs-clés de son bon fonctionnement. Une des raisons de cette exclusion tient dans l’absence de dispositifs de mesure et de rétroaction organisés par les responsables du tri envers les gardiens d’immeubles.

47En fait, il n’y a jamais eu de retour de l’information détenue par les concierges vers les gestionnaires du ramassage ; les concierges ont les moyens d’informer les gens de l’immeuble mais pas les nouveaux habitants ; quand les consignes changent, les habitants sont prévenus (information dans le courrier municipal), et les concierges le sont en tant qu’habitants mais pas comme membres de la chaîne du tri. De même, quand il y a des changements de jour de passage des rippers ou quand il y a des grèves, les concierges ne sont pas prévenus : ils sortent les poubelles qui restent alors toute la journée dehors, au grand dam des bailleurs. Parmi les rippers s’installe la taxinomie des bons et des mauvais concierges ; pour les mauvais concierges, les rippers prennent volontiers des mesures de rétorsion (ne pas vider une poubelle pas correctement remplie). Il n’y a pas de lien formalisé permettant de quantifier des décomptes entre la municipalité, les concierges et les rippers. Une mesure existe néanmoins chez les bailleurs : ils voient si les abords des immeubles sont propres, et peuvent porter des jugements quantitatifs et qualitatifs sur les défauts dans le travail du concierge.

Les gardiens n’appartiennent pas au cercle du tri

48Comment se fait-il que des gens qui sont considérés comme stratégiques par les plans de lancement du tri sélectif d’ordures ménagères perdent cette place dans le quotidien des tournées de ramassage ?

49La réponse qui s’impose est : on ne les considère pas comme faisant partie du cercle de ceux sur qui la municipalité ou la société mixte doit exercer une autorité, que l’on doit gérer, dont il faut s’assurer qu’ils sont bien à leur poste. Dépendants d’une autre hiérarchie (les propriétaires-bailleurs), ils apparaissent étrangers au système alors qu’on a pu les considérer comme faisant partie de celui-ci, lors du lancement.

50Une anecdote peut résumer la situation qui leur est faite et montre leur marginalité malgré les bonnes paroles et les intentions louables : dans une des municipalités étudiées, on n’a pas affaire à des bacs de couleur différente (gris et bleu) mais à des sacs transparents qui sont distribués par la mairie aux habitants afin qu’ils mettent les ordures ménagères sélectionnées, ces sacs ne sont pas ramassés le même jour : le camion des déchets triés passe quatre fois par semaine, mais un jour c’est pour le carton, le jour suivant pour les bouteilles d’eau, celui d’après pour les boîtes en fer-blanc et le dernier pour les autres emballages plastique. Dans les immeubles collectifs ces sacs transparents sont confiés aux gardiens et leur sont distribués par les rippers. La consigne qui est donnée aux rippers est de profiter de cette distribution pour parler avec le concierge et obtenir son avis sur la manière dont fonctionne le système de tri sélectif. Mais cette consigne est abstraite : en effet, aucun temps nécessaire à la conversation n’est dégagé pour permettre au ripper de bonne volonté de s’entretenir avec chaque gardien : le temps fixé est celui des tournées habituelles ; aucun registre n’est ouvert qui consigne les impressions des concierges rapportées par le ripper. Ici encore, et malgré un effort pour penser la solution de la séparation entre le monde du ramassage et celui de la production, on en reste aux vœux pieux, aux consignes de principe.

  • 7 L. Karpik, « Dispositif de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, 1996, n° 4 (...)
  • 8 H. Fayol, Administration industrielle et générale (1919), Paris, Dunod, 1979.

51Dans les termes de L. Karpik7, on installe, pour la relation entre rippers et concierges, des dispositifs de promesse mais on néglige les dispositifs de jugement. Les dispositifs de promesse sont mis en place pour « réduire la possibilité d’expression de la malignité humaine ». Il s’agit de cérémonials déontologiques et autres protections morales préalables visant à obtenir de l’autre un comportement conforme à ce que l’on attend de lui. Les dispositifs de jugement sont tout autres : ils servent après l’action et permettent de porter un jugement sur ce qui s’est passé, ils « réduisent l’ignorance sur le comportement des acteurs avec lesquels on veut poursuivre la relation ». Ces dispositifs de jugement permettent en somme de relativiser la confiance que l’on peut avoir en quelqu’un. Ils construisent les mesures effectuées sur les boucles de rétroaction après que l’action a eu lieu. Ils évaluent aussi la pertinence des dispositifs de promesse qui ont été engagés avant que l’action ait eu lieu. Si diriger une organisation suppose, comme le pense Fayol8, qu’on la planifie et qu’on la contrôle, le dispositif de promesse correspond au premier mouvement et celui de jugement au second. Cette anecdote montre que la promesse existe et le jugement non. Or c’est aussi par la contrainte que l’on exerce au moment de la vérification que l’on signifie l’importance de l’action de celui qui est contrôlé. Le lien est constitué à la fois d’une mise en relation de personnes et d’une mise en commun d’informations, il est donc de nature contraignante.

Monde, membres et frontières

52Dans les pages qui précèdent, bon nombre des actions qui construisent le sentiment des concierges d’être étrangers au monde du tri sélectif sont de nature involontaire : on les juge importants, mais on les oublie, on veut les convaincre d’agir, mais on ne les écoute pas pour améliorer l’efficacité du système. On voudrait qu’ils s’intéressent au tri sélectif, on est content s’ils rectifient les mauvais tris, s’ils canalisent les coutumes des habitants, mais ces efforts font davantage appel à une morale civique abstraite qu’à une inscription dans des dispositifs valorisants.

  • 9 H. Sacks, Lectures on Conversations 1963-1974, Oxford, Blackwells, 1995.

53Pour les salariés à statut qui appartiennent à la fonction territoriale, tout se passe comme si deux mondes existaient : le leur, avec sa hiérarchie technique et sa hiérarchie d’élus, et le monde extérieur. Les gardiens d’immeubles appartiennent à ce monde extérieur. Les ethnométhodologues ont un terme pour indiquer ce sentiment communautaire qui rejette vers l’extérieur ceux qui n’en sont pas. Ce terme est celui de membre : les membres d’un groupe sont ceux qui ont un terme-bannière pour se désigner. Mais quelquefois ceci n’est pas nécessaire : il suffit d’avoir une catégorisation pour désigner les autres (Sacks, 1963)9. Nommer les autres, créer des typologies dans lesquelles ils trouvent leur place, est en quelque sorte une bonne façon de dire inconsciemment qu’ils ne font pas partie de notre monde. Et s’ils ne font pas partie de notre monde, ils n’entrent pas non plus dans l’univers des choses ressenties, automatiques, qui n’ont pas besoin d’être dites car elles vont de soi.

  • 10 A. Schutz, « Commonsense and Scientific Interpretations of Human Action », in Selected Papers, La (...)

54Les salariés à statut, probablement parce qu’ils le possèdent, créent une frontière entre eux et les gardiens. Frontière invisible, non énoncée mais qui se traduit en actes inconscients, bévues, négligences et oublis, et leur accumulation est décodée par ceux qui sont ainsi exclus du cercle. N’étant pas, comme l’avaient remarqué Schutz et Garfinkel10, des « idiots culturels », les concierges savent, aussi bien qu’un sociologue diplômé, faire l’analyse des significations de ces actes manqués.

CONCLUSION

55Dans la façon dont les faits se révèlent à notre entendement apparaît de façon claire une des composantes inaperçues de la coordination des activités humaines : la création involontaire de « cercles » qui, engendrant des inégalités et des asymétries, font naître des suspicions et des rancœurs, des sentiments d’exclusion et de démobilisation. Ces cercles soulignent que les collectifs de travail se forment à la fois grâce aux tâches communes ou coordonnées qu’ils doivent accomplir et aux attributs secondaires qui les différencient. Dans le cas du tri sélectif, l’existence de ces cercles et des différentes définitions de la situation qui leur sont liées produit un malentendu qui est source de dysfonctionnement.

  • 11 Pour une approche synthétique et complète de ces méthodes de diagnostic, on peut se référer à : F. (...)

56Cette analyse n’a pas fait appel aux méthodes classiques de diagnostic sociologique11. En effet, il est assez rapidement ressorti que ces dernières ne permettaient pas d’expliquer de manière pertinente les événements observés quant au repli progressif des gardiens dans le processus de tri.

57Une analyse centrée sur les relations de pouvoir amenait à observer une zone d’incertitude concernant le ramassage des bacs. Pour les gardiens, il est important que les bacs ne traînent pas sur les trottoirs, car il en va de leur réputation. Ils peuvent être jugés par les habitants, comme par leurs patrons sur la propreté de l’immeuble. Les rippers maîtrisent cette incertitude puisqu’ils sont seuls à détenir l’information sur les jour et heure de ramassage. On peut ainsi interpréter le flou dans lequel ils laissent les gardiens, comme un signe de leur pouvoir sur les gardiens. Dans cette situation, les gardiens se retrouvent pris au piège des rippers. Victimes de cette relation de pouvoir contraignante, ils peuvent se désengager de toute implication positive dans le tri, se contentant d’avoir un rôle d’agents extrêmement passifs. Mais cette zone d’incertitude ne vaut que parce que les gardiens sont dans une conscience fière de leur métier, désireux de participer au cercle du tri et respectueux de leur rôle de gardien de la propreté. Il suffirait que cette conscience fière n’existe pas pour que les remarques des habitants ou des patrons ne soient pas interprétées comme un désaveu. Et dans ce cas, les poubelles pourraient rester dehors plusieurs jours, et seuls les rippers effectuant mal leur ramassage pourraient être tenus pour responsables. La relation de pouvoir serait ainsi inversée

  • 12 Ce qu’explique d’ailleurs très bien Ehrard Friedberg dans Le Pouvoir et la Règle, Paris, Seuil, 19 (...)

58L’analyse de la zone d’incertitude n’est donc pas ici l’explication directe et première. Pour en arriver là, il faut en passer par l’analyse des définitions de la situation, savoir quels sont les cercles en présence, ce qui permet de s’en déclarer membre, et l’importance pour les uns ou les autres de cette appartenance symbolique. Selon ce qui est considéré comme légitime par les uns ou les autres, vont émerger des zones d’incertitude plutôt que d’autres12.

59Par ailleurs, si le désengagement des gardiens peut s’interpréter comme une réaction au pouvoir des rippers, on sent bien que le pouvoir n’est pas seul en jeu. Il est question d’autre chose que du pouvoir lorsqu’on parle d’offense. Fierté, sentiment de justice comme sentiment d’appartenance renvoient à d’autres catégories de l’analyse sociologique. On pourra notamment penser au concept d’identité, c’est-à-dire à la façon dont chaque individu ou groupe se définit ou est défini par les autres. On aurait ainsi pu traiter le cas à partir de l’analyse d’identités professionnelles. L’identité professionnelle des gardiens aurait été confrontée à celle des rippers, agents municipaux et autres. Les modèles culturels dans lesquels chacun aurait été enfermé auraient expliqué les comportements des uns et des autres.

60Mais ce modèle d’analyse est, selon nous, trop statique Il ne rend pas compte des changements dans les définitions de soi amenés par les rencontres avec des individus porteurs d’autres définitions. On aurait ainsi analysé la conscience fière des gardiens et celle-ci n’aurait pu expliquer que leurs comportements s’écartaient de la norme professionnelle. Or, nous aurons l’occasion d’y revenir, l’analyse des interactions montre que selon les situations dans lesquelles les individus sont engagés, et les interactions en jeu, leur « identité » peut changer. Là encore, l’analyse de la situation et de sa(ses) définition(s) est première. On le voit bien ici : les gardiens se sentent appartenir à un cercle, mais la définition du cercle par les autres agents contredit et met à mal cette définition d’eux-mêmes. Ainsi, ce qui devient central pour l’analyse, c’est la dynamique des interactions, les rencontres et ajustements entre ce que chacun tient pour valide et allant de soi.

61Ainsi, sans remettre en cause les deux modèles d’analyse présentés, nous pensons qu’ils ne peuvent être premiers dans l’analyse du dysfonctionnement observé. Relations de pouvoir comme identités et cultures ne se comprennent qu’à travers l’analyse des interactions et la façon dont celles-ci font se rencontrer des définitions différentes de la même situation.

62Le chapitre suivant va nous amener à préciser ce modèle interactionniste d’analyse des organisations, en reprenant le principe de catégorisation de soi et des autres, que nous venons d’entrevoir.

Notes

1 Nous nommerons ce cas Selec.

2 À partir de 2002.

3 Plaquette de présentation d’Éco-Emballages lors de sa création, rappelée dans sa vidéocassette de présentation : Des villes et des cités. La collecte sélective en habitat vertical, 1996.

4 Ce cas a fait l’objet de deux publications. Un rapport de recherche : M. C. Legout, M. Tapie-Grime et P. Tripier, Coopération et régulation autonome les gardiens d’immeubles dans les collectes sélectives de déchets ménagers, Ademe/Laboratoire Printemps UVSQ/CNRS, 1996. Et un article scientifique : Muriel Tapie-Grime, « Coopération et régulation dans les collectes collectives des ordures ménagères », Sociologie du travail, 1998, n° 1, p. 65-87.

5 R. Barbier : « Le tri sélectif des déchets : approche sociologique », in Cahiers du service économie de l’Ademe, octobre 1999, n° 10.

6 Alain Touraine, La Conscience ouvrière, Paris, Seuil, 1965 ; A. Touraine, M. Wiewiorka et F. Dubet, Le Mouvement ouvrier, Paris, Fayard, 1984.

7 L. Karpik, « Dispositif de confiance et engagements crédibles », Sociologie du travail, 1996, n° 4, p. 527-550.

8 H. Fayol, Administration industrielle et générale (1919), Paris, Dunod, 1979.

9 H. Sacks, Lectures on Conversations 1963-1974, Oxford, Blackwells, 1995.

10 A. Schutz, « Commonsense and Scientific Interpretations of Human Action », in Selected Papers, La Haye, Martinus Nijhoff, 1962, vol. 1 ; H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, New York, Polity Press, 1984, chap. 1.

11 Pour une approche synthétique et complète de ces méthodes de diagnostic, on peut se référer à : F. Piotet et R. Sainsaulieu, Méthodes pour une sociologie de l’entreprise, Paris, PFNSP, 1994.

12 Ce qu’explique d’ailleurs très bien Ehrard Friedberg dans Le Pouvoir et la Règle, Paris, Seuil, 1993.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search