Version classiqueVersion mobile

Pratiquer les frontières

 | 
Françoise Lorcerie

Auteurs

Texte intégral

1Mehdi Alioua est ATER au département de sociologie de l’Université de Toulouse le Mirail (UTM). Il a été allocataire de recherche pour le département de sociologie de l’UTM de l’année 2004. Rattaché au LISST-Cers, sous la direction d’Alain Tarrius et d’Angélina Péralva.

2Contact : mehdialioua@hotmail.com

3Chadia Arab est géographe. Elle est chargée de recherche au CNRS, rattachée à l’UMR ESO-CARTA (Université d’Angers). Elle a soutenu une thèse à l’université de Poitiers au laboratoire MIGRINTER, d’où est tiré un livre aux Presses Universitaires de Rennes, intitulé Les Aït Ayad. La circulation migratoire des Marocains entre la France, l’Espagne et l’Italie. Elle a été accueillie au centre Jacques Berque en sciences humaines et sociales de Rabat durant trois années en tant que boursière du ministère des Affaires étrangères français. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la migration féminine marocaine vers les pays d’Europe méditerranéenne (Espagne) et les pays du Golfe arabe (Emirats Arabes Unis).

4Contact : chadia.arab@ univ-angers.fr

5Elisabeth Dugué est docteur en sociologie, Ingénieur de recherche au Lise (UMR Cnam/CNRS 5262). Ses travaux portent sur les politiques et les pratiques professionnelles dans le champ du social et de l’éducatif.

6Contact : elisabeth.dugue@cnam.fr

7Henri Eckert est sociologue, ingénieur de recherche au Céreq, Hdr. Ses travaux portent sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. Il porte une attention particulière aux jeunes issus de milieux populaires et aux jeunes ouvriers. Il a publié récemment : Avoir vingt ans à l’usine, La Dispute, 2006. Il est à l’origine, avec Claire Bidart et Yves Doazan des Rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée.

8Contact : eckert@ cereq.fr

9Mathias Gardet, historien, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Paris 8, concepteur du Centre d’exposition permanent « Enfants en Justice XIXe-XXe siècles » de la Protection judiciaire de la Jeunesse à Savigny-sur-Orge. Dernières publications : en collaboration avec Alain Vilbrod, L’éducation spécialisée en Bretagne 1944-1984, Presses universitaires de Rennes, 2008 et Histoire des PEP - Pupilles de l’école publique, Solidarité : une charité laïque ? 1915-1939, tome1, Paris, Beauchesne, 2008.

10Contact : m.gardet@noos.fr

11Camille Hamidi est maître de conférences en science politique à l’Université Lyon II et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206). Ses thèmes de recherche portent sur la société civile, l’engagement associatif et les processus de politisation, ainsi que sur l’immigration et les minorités ethniques. Elle travaille actuellement sur l’ethnicité dans le rapport au politique des jeunes des quartiers populaires, dans le cadre d’un projet ANR intitulé « Genrebellion ». Elle a notamment publié La société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans des associations de quartier, Paris, Ed. Economica, 2010 ; « Riots and protest cycles : immigrants’ mobilizations in France, 1968-2008 », dans Dave Waddington, Fabien Jobard, Mike King (éd.), Rioting in the UK and France, Willan Publishing, 2009.

12Contact : camillehamidi@hotmail.com

13Thomas Lacroix est chargé de recherche à l’Institut des Migrations Internationales de l’Université d’Oxford. Il est également chercheur associé à Migrinter, Université de Poitiers. Ses recherches portent principalement sur la relation entre réseaux transnationaux de migrants et développement des pays d’origine en Afrique du Nord et en Inde. Son travail s’est étendu aux activités transnationales des organisations de migrants ainsi qu’aux politiques des États d’accueil et d’origine. Il a publié en 2005 Les réseaux marocains du développement aux presses de Science-Po. En 2009, il a coordonné un numéro spécial de Journal of Ethnic and Migration Studies (vol. 35, no 10) sur les nouvelles migrations marocaines (avec Michael Collyer, Myriam Cherti et Anja Van Helsum).

14Contact : thomas.lacroix@qeh.ox.ac.uk

15Elise Lemercier est maître de conférences dans le département de sociologie de l’Université de Rouen et membre du GRIS (Groupe de Recherche Innovations et Sociétés). Son axe principal de recherche est l’analyse des espaces publics des quartiers dits populaires où se mobilisent individuellement et collectivement des habitants et des acteurs institutionnels. Ses publications récentes sont « L’association « Ni putes, ni soumises » : une inflation politico-médiatique démystifiée par le terrain » dans L’Année du Maghreb 2005-2006, « Travail professionnel et femmes migrantes : entre invisibilité, utilité sociale et émancipation », dans le volume 27 no 2 de Nouvelles questions féministes en 2008 et « Les politiques locales de « mixité ethnique » : disqualifications et assignations à l’altérité », in I. Sainsaulieu, M. Salzbrunn et L. Amiotte-Suchet, La communauté revisitée, PUR, 2010.

16Contact : elise.lemercier@univ-rouen.fr

17Françoise Lorcerie est directrice de recherches CNRS, laboratoire IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman), Universités d’Aix-en-Provence-MMSH. Ses travaux portent sur la question de l’intégration des immigrés maghrébins et musulmans, les biais ethniques de l’action publique en France, le nationalisme impensé et le primordialisme français. Elle a dirigé l’ouvrage L’Ecole et le défi ethnique. Immigration et intégration, Paris/Lyon, éd. ESF et INRP, 2003 ; et La Politisation du voile. En France, en Europe et dans le monde arabe. L’Harmattan, 2005.

18Contact : lorcerie@mmsh.univ-aix.fr

19Mohamed Madoui est enseignant chercheur au CNAM, HDR, LISE-CNRS (UMR 5262). Ses travaux s’inspirent de la nouvelle sociologie économique et portent sur les transformations du travail et sur nouvelles figures de l’entreprise et de l’entrepreneuriat au Maghreb et dans l’immigration. Il a publié récemment Entrepreneurs issus de l’immigration maghrébine. De la stigmatisation à la quête de la reconnaissance sociale, Aux lieux d’être [Mondes contemporains], 2008 ; Militaires à temps partiel. Sociologie des officiers de réserve spécialistes d’état-major, l’harmattan [logiques sociales], 2006.

20Contact : mohamed.madoui@cnam.fr

21Eric Marlière est sociologue, chercheur au Laboratoire d’étude et de recherche sociales (LERS) de l’Institut du Développement Social (IDS) et chercheur associé au CERAL (Université Paris Nord). Il travaille sur les jeunes des milieux populaires en particulier les jeunes évoluant dans les quartiers dits sensibles. Il a publié sa thèse Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ? chez L’harmattan (2005) coll. « Débats Jeunesses », plus récemment La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités chez Fayard (2008) et « Jeunes des cités. Territoire et pratiques culturelles », Ethnologie Française, 2008, 4, p. 711-721.

22Contact : e.marliere@orange.fr

23Emmanuelle Santelli est chargée de recherche CNRS, au sein du laboratoire MoDyS (Mondes et dynamiques des sociétés), Université de Lyon, associée à l’INED. Elle travaille depuis une quinzaine d’années sur les trajectoires sociales des familles d’origine maghrébine en France dans une perspective biographique et à la croisée de plusieurs champs thématiques (professionnel, familial, résidentiel, intergénérationnel, conjugal). Elle a publié ces dernières années deux ouvrages : Grandir en banlieue, CIEMI, Paris, 2007 ; La mobilité sociale dans l’immigration. Itinéraires de réussite des enfants d’origine algérienne, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Socio-Logiques », 2001.

24Contact : Emmanuelle.santelli@ish-lyon.cnrs.fr

25Mokrane Sifi étudie en Master 2 de Sciences de l’éducation et formation, spécialité « Socialisation, Sujets et Institutions Educatives », à l’université Paris 8 Saint Denis. Il travaille sur jeunesse et migration, avec un projet de recherche intitulé « Le rôle des jeunes FMA (Français Musulman d’Algérie) dans le mouvement migratoire des Algériens vers la France métropolitaine (1952-1962) ».

26Emmanuel Sulzer est docteur en sociologie de l’Université de Nantes. Chargé d’études au CEREQ depuis 1996, membre du comité de rédaction de la revue Formation-Emploi, ses travaux ont d’abord porté sur l’analyse des emplois et des compétences. Depuis 2003, il contribue à des recherches relatives aux relations qu’entretiennent les jeunes moyennement ou faiblement qualifiés avec les entreprises et le marché du travail, avec notamment les publications suivantes : Epiphane Dominique, Sulzer Emmanuel, « Les jeunes et le travail : des attentes fortes dans des modèles sociétaux différents » in Anna Stellinger (dir.), Les jeunesses face à leur avenir, Paris, Fondation pour l’innovation politique, 2008 ; Eckert Henri, Sulzer Emmanuel, « Le défi de la féminisation des chaînes automobiles », in Eckert H. et Faure S. (dir.), Les jeunes et l’agencement des sexes, Paris, La Dispute, 2007.

27Contact : sulzer@cereq.fr

28Anne-Françoise Volponi, à l’origine sociologue du travail, notamment du travail étranger, formée au LEST-CNRS, s’est impliquée depuis une quinzaine d’années dans les mondes sociaux du hors-travail. Elle est depuis 2002 coordinatrice de recherche à PASSIM, laboratoire gardois de recherche en sociologie. Son travail est orienté, d’une part, vers les conditions de l’intégration et les compétences d’insertion des populations marginalisées, notamment les populations nomades, errantes ou diasporiques, d’autre part, vers la ré-élaboration des critères du « vivre ensemble cosmopolite ».

29Contact : passim-volponi@orange.fr

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search