Version classiqueVersion mobile

Pratiquer les frontières

 | 
Françoise Lorcerie

Résumés

Texte intégral

1. Chadia Arab, Les Aït Ayad à travers l’espace euro-méditerranéen

1Cet article présente comment des Marocains circulent au sein de l’espace euro-méditerranéen, à partir de deux exemples précis de la filière migratoire des Aït Ayad, population berbérophone du Moyen Atlas marocain. En effet, aujourd’hui les flux migratoires sont de plus en plus mondialisés, les parcours de plus en plus longs et complexes. Des étapes de transit et de rebond se multiplient pour donner naissance à une intense circulation du migrant.

2Le premier itinéraire migratoire étudié est celui de Mustapha, qui grâce au réseau migratoire, circule entre le Maroc, la France, l’Espagne et l’Italie. Le second parcours analysé de Marouane, permet d’identifier une nouvelle figure du migrant, « le mobile assigné ». Ces deux parcours migratoires nous amènent à spécifier les territoires circulatoires étudiés par Alain Tarrius.

2. Mehdi Alioua, Jeunes transmigrants subsahariens au Maroc

3On tente ici de décrire comment de jeunes transmigrants subsahariens, en s’associant entre eux au-delà de leurs origines, parviennent à s’ancrer « par le bas » et par « la marge » dans des pays sans attendre leur autorisation, débordant les cadres identitaires et juridico-politiques de l’État-nation. Ici, c’est au Maroc que l’on rencontre ces « nomades modernes », tentant de se greffer aux circulations euro-maghrébines afin de passer en Europe. En attendant, ils doivent faire face à de terribles répressions et doivent survivre dans ces espaces en organisant, entre eux et avec des Marocains, des coopérations autour de leur complémentarité. Dès lors, les étapes marocaines, qui s’établissent le long des routes dessinées par ces nouvelles formes migratoires, deviennent des lieux de condensation sociale et de véritable relais migratoire à partir desquels ces populations, en constante mobilité, reconfigurent les formes, les temps et les territoires de la migration, en cherchant de nouvelles destinations et de nouvelles routes migratoires, mais aussi de nouvelles manières de contourner les contraintes territoriales, les frontières et les injonctions des États nations.

3. Emmanuel Sulzer, L’usine comme espoir, l’usine comme repoussoir

4En enquêtant au sein des unités de production d’un constructeur automobile, on a pu rencontrer des jeunes opérateurs récemment arrivés en France, ayant quitté le Maroc dans l’optique d’une opportunité d’emploi dans cette entreprise.

5Les modalités de leur arrivée en France laissent supposer que les filières autrefois officielles et porteuses de flux migratoires importants ont conservé une certaine existence « informelle » dans la même région.

6Ce qu’expriment ces jeunes en termes de rapport à l’emploi, ainsi qu’en termes identitaires, apporte un éclairage particulier sur ce que l’on sait de la « jeunesse populaire » d’aujourd’hui, et sur la frange des « jeunes issus de l’immigration ».

7Car les paroles de ces jeunes suggèrent que l’on aurait trop vite fait de confondre l’un et l’autre groupe, sur la seule base d’une communauté de résidence ou de culture ; car ce que certains nous ont exprimé, c’est justement le fossé qui les sépare de l’autre groupe, en termes de rapport au travail comme de modalité de construction de leur identité sociale.

4. Mathias Gardet & Mokrane Sifi, FMA, années 1950

8Dès les années cinquante, de nombreux travaux s’intéressent aux travailleurs maghrébins en France, ces études s’attachent plus particulièrement à la population adulte ou tout du moins majeure. Pourtant quelques rapports, émanant notamment des services sociaux, signalent à la même période la présence de « jeunes isolés », Français musulmans d’Algérie de moins de 21 ans, généralement en rupture avec leur famille et ne semblant pas suivre le modèle classique d’immigration pour des raisons économiques ni s’appuyer sur les réseaux traditionnels d’entraide nord-africains. Ce signalement et la précarité de leur situation (sans famille, ni travail fixe) les conduits souvent à être pris en charge de façon temporaire ou pour une longue durée dans les établissements spécialisés relevant de l’éducation surveillée ou de l’aide sociale à l’enfance. À travers les dossiers constitués dans ces services, il est ainsi possible de mieux cerner ce phénomène.

5. Thomas Lacroix, L’imaginaire migratoire - Jeunes Marocains de France

9À partir de la notion d’imaginaire migratoire, ce chapitre explore la façon dont la jeunesse issue de l’immigration marocaine en France a transformé le positionnement identitaire à l’égard des sociétés d’accueil et d’origine. L’imaginaire initial des premiers arrivants, qu’ils fussent réfugiés politiques ou travailleurs migrants, demeure fortement structuré par l’idée de retour. Le premier constat de ce travail est que cette idée de retour est encore vivace parmi les jeunes nés en France ou arrivés lors de leur jeune âge. Certains tentent l’aventure, attirés par la qualité de vie du Maroc, mais pour la plupart, l’idée de retour est surtout l’expression d’un attachement familial. L’idée de retour est un artifice identitaire qui permet aux jeunes de se positionner entre leurs ascendants et leurs descendants, mais également entre les sociétés françaises et marocaines. Par ailleurs, l’imaginaire migratoire s’exprime au sein d’un champ associatif transnational à la fois dense et diversifié. Ce chapitre explore ses multiples facettes à travers l’exemple des associations professionnelles, philanthropiques et politiques. Cet examen montre l’éclatement qu’a subit cet imaginaire migratoire, éclatement à la mesure de la diversification de la population marocaine en France.

6. Mohamed Madoui, Entrepreneurs des deux rives

10L’article montre comment les entrepreneurs ayant réussi à créer leurs petites entreprises en France tentent d’exploiter désormais les opportunités économiques au Maghreb et de redéfinir du même coup les liens qui les unissent à leur pays d’origine. Nous analysons ensuite la façon dont ils mobilisent les réseaux sociaux pour trouver de nouveaux marchés, recruter du personnel ou encore trouver l’argent nécessaire pour lancer leur entreprise ou pour parer aux difficultés économiques conjoncturelles. Cette recomposition des liens au pays d’origine est aussi une forme de quête identitaire entre ici et là bas.

7. Eric Marlière, Un espace sur les deux rives ?

11Les jeunes des cités nés dans une famille en provenance des campagnes du Maghreb connaissent, en France, des difficultés d’« intégration » en raison du racisme et des facteurs de discriminations qui les affectent plus que les autres groupes sociaux. Lorsque ces jeunes se rendent dans le pays d’origine des parents en vacances notamment, ces derniers éprouvent également des problèmes de reconnaissance auprès des résidants et habitants des pays du Maghreb. Cette situation ne va pas sans poser des problèmes de réflexivité identitaires auprès de ces jeunes qui ne se reconnaissent pas comme Maghrébin et Français et évoluent en somme dans une sorte d’entre-deux.

8. Emanuelle Santelli, L’empreinte du quartier - Parcours spatio-scolaires

12L’enquête réalisée dans un quartier de l’agglomération lyonnaise, par le biais de la constitution d’une cohorte de jeunes français d’origine maghrébine, invite à réfléchir à la manière dont le parcours scolaire induit un véritable trajet dans l’espace urbain contribuant à façonner leur horizon social. Bien plus qu’un cheminement spatial, le chemin parcouru par ces jeunes entre le quartier et le lieu de la scolarité est aussi une expérience sociale. Selon les filières suivies, le degré de réussite scolaire, le sexe, mais aussi les expériences vécues dans leur quartier, ces jeunes vivent des situations très disparates. L’objet de cet article vise in fine à articuler les effets des mobilités, à l’occasion des déplacements scolaires, au type d’attachement que ces jeunes entretiennent au quartier à l’âge adulte. Car ce lien au quartier intervient directement dans le processus de construction identitaire. Trois profils de jeunes se distinguent, ils éclairent la manière dont les groupes d’appartenance et de référence se sont formés, contribuant à leur plus ou moins grande prise de distance avec leur quartier.

9. Elisabeth Dugué, Le piège de la cité

13La communication s’appuie sur une enquête menée dans une cité de logement social qui, située au cœur d’une ZUS (Zone Urbaine Sensible) de Seine Saint Denis, constitue un sas d’entrée en Ile de France, en particulier pour les populations immigrées. Les entretiens menés auprès d’intervenants sociaux (professionnels ou militants associatifs) permettent de comprendre comment et pourquoi un nombre important de jeunes restent enfermés dans les frontières de la cité. Après une scolarité ratée, ils ne parviennent pas à s’intégrer dans le marché du travail et ne fréquentent pas non plus les dispositifs d’insertion qui devraient pourtant leur offrir une voie d’accès à l’emploi. Les points de vue exprimés par les acteurs locaux de l’insertion montrent que, lorsqu’ils sont issus de l’immigration, les jeunes sont confrontés à une double difficulté : ils parviennent difficilement à effectuer une synthèse positive entre leurs deux cultures (celle de leur pays d’origine et celle de la France), ils se heurtent aux frontières « de verre » qui se constituent, de fait, autour de la cité, poche de pauvreté en « décrochage » économique et social avec le reste de la société française. Les effets de l’immigration se combinent pour eux avec ceux de la précarité et de la pauvreté pour les piéger dans la cité.

10. Anne-Françoise Volponi, Mobilités juvéniles insoupçonnées en milieu rural

14Le bassin alésien, dit « porte des Cévennes entre mer et montagne », rural et plutôt en marge des flux métropolitains, offre une image contrastée où le P.I.B. en termes de réseaux de solidarités l’emporte sur le P.I.B. en termes de richesses mesurables. Dans ce contexte, la situation des jeunes dits en difficulté cristallise les angoisses locales. Les places assignées aux populations jeunes socialement disqualifiées, par des hiérarchies alourdies des effets « taille moyenne » de la ville principale, qui font de la « réputation » le marqueur de décence sociale, suggèrent un manque de connaissance des compétences juvéniles d’insertion, notamment de leurs compétences de mobilité. La recherche, en dévoilant des pratiques de mobilité localement insoupçonnées chez ces jeunes, met à mal l’interprétation locale des manières juvéniles de dire, de faire et de penser jusqu’à l’inverser. Les polygones, schématisation des espaces parcourus et des compétences sociales déployées, redessinés par le travail de recherche, caractérisent en effet de façon moins attendue, les figures de mobilité du jeune de la rue, du jeune des quartiers ou de la jeune villageoise.

11. Elise Lemercier, Garçons et filles - L’expérimentation des rencontres

15Les acteurs institutionnels ayant en charge l’éducation des jeunes descendants de migrants résidant des quartiers dits « sensibles » s’inquiètent de la faiblesse des occasions de rencontre entre garçons et filles et peinent à construire des espaces de mixité. Ils attribuent ces résistances à un « sur-sexisme » des cultures d’origine de ces jeunes. Pourtant, une analyse de la mobilité de ces derniers révèle combien ils se déplacent vers d’autres cadres spatiaux tels que le centre commercial pour y expérimenter des rencontres affectives et/ou sexuelles dissimulées. Ce chapitre s’intéresse aux compétences et aux stratégies que ces jeunes développent pour construire leur propre destin marital tout en composant avec certaines figures imposées liées au genre et aux rapports interethniques.

12. Camille Hamidi, Rapports sociaux de domination en contexte associatif

16En s’appuyant sur une enquête de terrain menée dans deux associations de quartier de jeunes femmes d’origine maghrébine, cet article analyse la pluralité des discours et des registres d’identification dont un même espace associatif peut être investi, selon les interlocuteurs et les contextes d’énonciation. Ce cadre associatif assez souple, marqué par une relative indétermination, laisse du jeu aux acteurs, contrairement à ce qu’une conception misérabiliste des populations issues de l’immigration peut laisser entendre. L’article expose ensuite différentes modalités concrètes d’articulation des identités territoriales, ethniques et de genre mises en œuvre par les acteurs selon les contextes, contribuant ainsi à une étude des processus ordinaires d’articulation des rapports sociaux de domination.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search