Version classiqueVersion mobile

L’aveuglement organisationnel

 | 
Valérie Boussard
, 
Delphine Mercier
, 
Pierre Tripier

Avant-Propos

Texte intégral

1L’histoire a commencé dans le cadre d’un groupe de travail sur les outils et dispositifs de gestion. Ces rencontres étaient coordonnées par Pierre Tripier dans le cadre du laboratoire Printemps à l’université de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines. Nous ne reviendrons pas sur toutes les étapes qui ont permis que ce travail se fasse, mais il nous semble essentiel d’en citer trois moments cruciaux. 1. Une recherche sur les dérapages déontologiques à la Poste (services financiers et transport colis). Cette investigation a été réalisée par Anne Guardiola, Delphine Mercier, Jean-Noël Thuillier et Pierre Tripier. 2. Par la suite, accompagnés de Jean-Claude Peyrin et Philippe Mallein de l’association Dicau (Développement d’innovations dans des conceptions assistées par l’usage) nous avons travaillé sur la mise en œuvre d’un outil de diagnostic organisationnel. L’arrivée de Valérie Boussard et celle de Jean- Louis Matrod ont permis au groupe de mener d’autres études de cas et de consolider la méthode de diagnostic appelée MESIRIS. 3. Dans un troisième temps, après avoir réalisé et testé la « robustesse » d’une méthode de diagnostic, nous avons décidé d’écrire sur cette méthode et de faire le travail théorique qui permettrait d’ancrer notre position scientifique. C’est le travail que nous présentons aujourd’hui dans ce livre.

2Contrairement à beaucoup d’autres sciences, il n’existe pas en sociologie de tradition ni d’organisation de la recherche appliquée. Prophète, annonçant les bonheurs et les catastrophes futurs, prêtre, répétant à l’envie les croyances institutionnelles ou notables, s’élevant au fur et à mesure que les princes qu’il conseille sont plus puissants, voici les images du succès sociologique, livresque et littéraire. Or nous avons éprouvé que cette connaissance sous contrainte de diffusion académique ne devait pas minorer le savoir sous contrainte du résultat qui est celui du responsable en entreprise.

3Si découvrir en sociologie est classiquement constater, interpréter et publier, faire entrer dans cette discipline une conception selon laquelle participer à un changement et l’accompagner permet de mieux approfondir la connaissance académique, se heurte aux visions majoritaires qui voient dans cette science humaine un enrichissement culturel destiné aux profanes, et oublient que comprendre les responsables en action éclaire grandement la sociologie. Accompagner les managers dans leur prise de décision, en fabriquant des outils et des services qui leur permettent d’améliorer leur travail est cependant une excellente façon de mieux poser les problèmes de socio-économie. Mais ceci peut heurter une vision manichéenne du propre (académique) et du sale (profane), très ancrée dans la vision que la majorité des académiques ont de leur activité.

4Cependant, le travail de notre groupe de recherche s’est heurté à l’absence, en sociologie, d’une culture du développement, d’où le temps (une dizaine d’années) et le nombre de recherches (une quinzaine) qui forment la base sur lequel ce livre est construit.

5C’est donc le travail de Valérie Boussard, Raphaëlle Ferzli, Anne Guardiola, Jean-Louis Matrod, Delphine Mercier et Pierre Tripier accompagné par le regard critique et bienveillant de Philippe Lecornu qui est présenté ici. Nous avons souhaité l’écrire à trois mains pour en homogénéiser la présentation. Mais l’avancée de cet écrit fut discuté par tous, chaque mois, pendant deux ans. Ce fut un travail d’équipe extraordinaire, la magie d’une réalisation collective fondée sur la confiance mutuelle et la passion de découvrir.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search