Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les frontières

 | 
Françoise Lorcerie

1. Du sud vers le nord « Chercher sa vie »

Jeunes transmigrants subsahariens au Maroc

Mehdi Alioua

Résumé

On tente ici de décrire comment de jeunes transmigrants subsahariens, en s’associant entre eux au-delà de leurs origines, parviennent à s’ancrer « par le bas » et par « la marge » dans des pays sans attendre leur autorisation, débordant les cadres identitaires et juridico-politiques de l’État-nation. Ici, c’est au Maroc que l’on rencontre ces « nomades modernes », tentant de se greffer aux circulations euro-maghrébines afin de passer en Europe. En attendant, ils doivent faire face à de terribles répressions et doivent survivre dans ces espaces en organisant, entre eux et avec des Marocains, des coopérations autour de leur complémentarité. Dès lors, les étapes marocaines, qui s’établissent le long des routes dessinées par ces nouvelles formes migratoires, deviennent des lieux de condensation sociale et de véritable relais migratoire à partir desquels ces populations, en constante mobilité, reconfigurent les formes, les temps et les territoires de la migration, en cherchant de nouvelles destinations et de nouvelles routes migratoires, mais aussi de nouvelles manières de contourner les contraintes territoriales, les frontières et les injonctions des États nations.

Texte intégral

  • 1 On trouve aussi en plus petit nombre des Angolais, Irakiens, Kurdes, Pakistanais, Indiens, Chinois (...)

1On tente ici de décrire comment de jeunes transmigrants subsahariens, en s’associant entre eux au-delà de leurs origines, parviennent à s’ancrer « par le bas » et par « la marge » dans des pays sans attendre leur autorisation, débordant les cadres identitaires et juridico-politiques de l’État-nation. Ici, c’est au Maroc que l’on rencontre ces « nomades modernes », tentant de se greffer aux circulations euro-maghrébines afin de passer en Europe. En attendant, ils doivent faire face à de terribles répressions et doivent survivre dans ces espaces en organisant, entre eux et avec des Marocains, des coopérations autour de leur complémentarité. Dans cette région, si les migrants non maghrébins (sans parler des Européens, touristes ou coopérants, qui sont eux aussi des migrants) sont très majoritairement issus d’Afrique de l’Ouest, on retrouve aussi en nombre important des Congolais (RDC et Congo Brazzaville), Camerounais et Bangladais1.

Des sociétés de jeunes transmigrants en mouvement à travers le Maghreb

  • 2 Voir C. Escoffier, Communauté d’itinérance et savoir-circuler des transmigrant-e-s au Maghreb, Thè (...)

2Depuis les années 1990, fuyant la misère, la guerre, les épidémies et le chômage, ou se sentant tout simplement « à l’étroit » dans une société qui ne leur offre rien à la hauteur de leurs ambitions, des dizaines de milliers de jeunes migrants quittent les grandes villes de l’Afrique de l’Ouest et traversent chaque année le Sahara, puis la Méditerranée. Ils tentent, parfois au péril de leur vie, de rejoindre l’Europe par la Méditerranée, en traversant plus ou moins clandestinement l’Afrique, du sud au nord, région par région, frontière par frontière, étape par étape, en se réorganisant et en s’installant durant un certain temps dans les pays du Maghreb, et plus particulièrement au Maroc. Leur très long et dangereux parcours est d’abord et avant tout transnational : ce sont des transmigrants. La notion de « transmigration » a été développée avec beaucoup de pertinence par Claire Escoffier, afin de souligner l’idée que dans le mouvement migratoire les acteurs se transformaient peu à peu, au point même d’avoir le sentiment de renaître2. Cette nouvelle forme migratoire résulte de l’établissement de réseaux sociaux transversaux aux États-nations qui permettent à ces acteurs de circuler dans et à travers ceux-ci.

  • 3 E. Goldschmidt, « Migrants congolais en route vers l’Europe », in Temps modernes, août-nov., no 62 (...)
  • 4 M. Alioua, Réseaux, étapes, passages. Les négociations des Subsahariens en situation de migration (...)

3Si cette migration transnationale des Africains subsahariens débute de manière hétéroclite, en terme de lieux, de raisons et de situations, une fois partis de chez eux avec un projet migratoire personnel, ces acteurs se réorganisent collectivement durant les étapes qui rythment leur périple. En sillonnant les routes, ils s’introduisent et se relocalisent collectivement, dans des espaces dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants et y implantent des étapes qui, depuis leur établissement dans les années 19903, servent toujours de relais migratoires aux nouveaux venus4 : ces étapes ont une histoire sociale qui se sédimente dans les trajectoires migratoires.

  • 5 M. Alioua, « La migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb. L’exemple de l’éta (...)

4Le fait que cette forme migratoire soit particulièrement longue renforce le caractère transnational et semi-nomade de ses acteurs, qui sont obligés de mobiliser du lien afin de faire face aux situations de précarité et de répression qu’ils subissent. Dès lors, le sentiment que les trajectoires migratoires tendent à se confondre produit un processus identitaire : venir d’un même endroit, passer par les mêmes espaces, circuler sur les mêmes territoires avec les mêmes pratiques pour se diriger vers les mêmes lieux, bref avoir le même projet migratoire, c’est faire partie du même mouvement historique. Ces individus se « reconnaissent » entre eux et coopèrent, ils créent peu à peu une histoire commune, une « aventure » ainsi qu’ils nomment eux-mêmes leur migration : leur projet migratoire et leur mode migratoire se ressemblent et les rassemblent5.

5Une fois le Sahara franchi, les transmigrants subsahariens s’ancrent dans les sociétés maghrébines en greffant leurs propres circulations et leurs désirs de migrer en Europe sur celles des populations locales. Ces transmigrants savent se glisser dans les interstices laissés en friche par les États et les marges que les populations autochtones ont su négocier localement. Pour survivre dans ces espaces, le temps de redéfinir leur projet migratoire, ils doivent compenser collectivement une absence de territoire en concentrant des volontés individuelles de mobilité dans des groupes sociaux particuliers : les collectifs de transmigrants subsahariens aux origines diverses qui organisent leur coopération et la solidarité autour de leur complémentarité. Superposant de nouvelles relations sociales et de nouvelles logiques sur ces territoires, ils tentent ainsi d’échapper par leur mobilité au contrôle de l’État et aux rapports de pouvoir qui lui sont ordinairement associés afin de réaliser leur projet de vie qui se confond en cours de migration avec leur projet migratoire : ils utilisent la dispersion dans l’espace comme une ressource, ils vont « chercher leur vie » comme ils disent, et ils pensent « la trouver » en Europe.

6Mais face aux fermetures progressives des frontières de l’Union européenne (UE), ils sont contraints de s’installer dans cette région un temps plus long. Ils doivent alors se réorganiser et redéfinir leur projet migratoire. Dès lors, les étapes marocaines, qui s’établissent le long des routes dessinées par ces nouvelles formes migratoires, deviennent des lieux de condensation sociale à partir desquels ces populations, en constante mobilité, reconfigurent les formes, les temps et les territoires de la migration, en cherchant de nouvelles destinations et de nouvelles routes migratoires, en cherchant de nouvelles manières de contourner les contraintes territoriales, les frontières et les injonctions des États nations, mais aussi de nouvelles manières de vivre ensemble et de nouvelles formes de solidarité afin de faire face à l’adversité. Pour tous ces jeunes migrants transnationaux, le Maroc constitue l’ultime étape avant le saut vers l’UE. Or, les dispositifs de surveillance frontalière accrue et la coopération des autorités locales avec l’UE dans sa volonté, relativement uniforme et unilatérale, de contrôle des flux migratoires, rendent ce passage de plus en plus délicat. Cela induit une prolongation du séjour et donc une obligation de s’insérer dans le tissu social local. Ces jeunes migrants ont alors établi, à partir des étapes marocaines, un espace de circulation qui est devenu par la force des choses un mode opératoire de leur projet migratoire : en attendant de concrétiser leurs ambitions, il faut bien qu’ils vivent dans les sociétés où ils sont et dans lesquelles ils circulent sans cesse à la recherche de solutions.

7Une fois au Maroc, après avoir traversé le Sahara et avoir passé la frontière algéro-marocaine au nord-est depuis Maghnia, ils se réorganisent en se répartissant tout le long du nord marocain, sur la côte méditerranéenne, avec une concentration forte à Tanger et à proximité des villes de Nador et de Tétouan. Ils tentent alors de passer directement par voies terrestres dans les enclaves espagnoles de Sebta et Melilla car c’était la voie clandestine la moins dangereuse pour atteindre l’UE. Ceux qui se trouvent à Tanger tentent le passage par la mer, en traversant sur de petites embarcations, les fameuses pateras, le détroit de Gibraltar avec tous les risques que cela comporte. D’autres tentent de passer par l’Atlantique, à partir des côtes maritimes du sud marocain, vers les îles des Canaries.

  • 6 Voir, C. Escoffier, Communauté d’itinérance, thèse citée, ou M. Alioua, « L’étape marocaine de la (...)
  • 7 C’est l’identité que les médias et les décideurs politiques leur ont dessinée, en s’appuyant sur l (...)
  • 8 C’est ainsi qu’ils nomment le fait d’escalader à l’aide d’échelles les hauts grillages que l’UE et (...)

8Ils espèrent comme leurs homologues marocains rejoindre les rives espagnoles et au-delà l’Europe. Ceux qui restent dans le nord du Maroc espèrent passer le plus vite possible. Ils n’ont généralement pas beaucoup de moyens financiers et n’ont qu’une obsession : quitter ce pays au plus vite avant de se retrouver dans la misère. Mais en attendant de tenter le passage ou après l’échec de ce dernier, ils doivent se réorganiser dans un endroit sûr et stable où ils pourront vivre le temps de redéfinir leur projet migratoire et de reconstituer un petit capital. C’est ainsi que des camps de fortune se sont établis au fil du temps dans les forêts du Nord, suggérant à l’observateur une grande précarité, certes, mais également une structure organisationnelle et une solidarité intermigrants impressionnantes6. D’autres, certainement les plus nombreux, préfèrent se diriger vers les grandes villes de Casablanca, Tanger et Rabat, en attendant le meilleur moyen de passer. Ils s’organisent dès lors en collectif en se fondant sur leur complémentarité, sur leurs points communs : leur jeunesse, leur origine modeste, leur « africanité », mais surtout leur nouvelle identité d’« aventurier », ou de « clandestin7 ». Malgré la diversité des appartenances nationales et socioculturelles, la coopération devient le seul moyen de faire face à l’adversité. Les stratégies de passage individuel se redéfinissent alors collectivement. Par exemple, lorsque ceux qui vivent dans les camps de fortune au nord du pays prennent la décision « d’attaquer le grillage »8 pour passer à Sebta ou à Melilla à l’aide d’échelles qu’ils ont eux-mêmes confectionnées, le « bureau politique », élu ou autoproclamé pour diriger le collectif, désigne d’un côté ceux qui devront faire diversion afin de mobiliser les autorités frontalières sur un ou plusieurs points, avec même parfois la « mission » de se faire prendre, et d’un autre ceux qui pourront passer. En se confrontant entre eux, ces transmigrants adoptent une position collective et en coopérant ils apprennent par l’expérience, celle des autres puis par la leur, à passer les frontières.

9Ainsi, des populations migrantes aux origines hétéroclites passent, circulent et s’installent dans les sociétés maghrébines, superposant leurs mobilités, leurs logiques et leurs stratégies migratoires. Il est alors aisé de concevoir que si ces transmigrants subsahariens, quels que soient leurs statuts et leurs origines, appréhendent ces lieux comme des relais migratoires, c’est qu’ils pensent y trouver des relais sociaux qui leur permettront de s’y introduire et d’y trouver des moyens de subsistance. De façon générale, si de nouveaux transmigrants subsahariens ne cessent d’arriver et de circuler dans l’espace maghrébin, c’est bien parce qu’ils trouvent dans ces étapes des personnes-ressources qui leur indiquent comment s’insérer afin d’y survivre jusqu’au prochain départ. La densité relationnelle implique bien une densité démographique.

Savoir-circuler et transgression de frontière : une certaine envie de l’ailleurs

  • 9 C. Escoffier, Communauté d’itinérance, thèse citée.
  • 10 Il y a plus de 25 % de femmes dans cette migration transnationale, induisant des relations sociale (...)

10La transmigration9 des Subsahariens est le résultat d’un projet, dans le sens de l’image d’une situation que l’on espère atteindre, – c’est-à-dire tout ce par quoi les personnes tendent collectivement ou individuellement à modifier le monde qui les englobe, ou eux-mêmes, et leur position dans cet environnement. Ces jeunes transmigrants, pour plus des deux tiers des jeunes hommes de 20/30ans10, ont une idée de l’ailleurs et l’envie de s’y rendre : c’est un projet qui prend son sens dans la migration transnationale en elle-même et qui se projette sur les espaces et les frontières que celle-ci amène à parcourir, à franchir. Le projet est appréhendé ici comme un objectif supérieur à tous les buts. Il apparaît alors qu’ils se réalisent en tant qu’acteurs de leur vie en se dotant d’un projet migratoire qui se substitue à un projet de vie, à une mobilité sociale, et qu’ils se reconnaissent ainsi entre eux. On se construit un ailleurs où tout devient possible, un espace imaginaire de réalisation sociale, un projet de vie, et pour y parvenir on élabore un projet migratoire ; ici, un projet qui ne peut se réaliser que par une migration transnationale, que par le passage dans un ailleurs où ils espèrent trouver les moyens de leurs ambitions. Puis, ils partent de chez eux en se dirigeant vers la frontière la plus proche : « […] Le plus important c’est de partir. Tu dois partir ! Tu dois sortir du pays, après, tout est possible ! », témoigne un jeune Ghanéen. Ensuite, en cours de migration, ils négocient collectivement ce passage en traversant ensemble toutes les frontières – nationales, naturelles, sociales, culturelles etc. – qui se dressent devant eux : leur projet migratoire se réalise d’abord et avant tout dans le passage.

11D’un point de vue phénoménologique, le transmigrant est d’abord un individu qui a l’idée de la migration, puis qui déplace avec lui non seulement son savoir-faire, ses compétences mais aussi un imaginaire, un modèle d’interprétation et de perceptions qui produisent la sensation d’altérité, de sortie réussie hors d’un territoire initial et de ses repères, et ce quel que soit l’espace. Il se réalise en tant qu’acteur de sa vie en se dotant d’un projet migratoire qui devient, en cours de migration, un projet de vie. « Je vais chercher ma vie », disent-ils, « nous, nous sommes les vrais aventuriers du xxie siècle ! » Dans leur esprit, l’Eldorado existe, et ils comptent tout mettre en œuvre pour y parvenir, quitte à traverser des contrées inconnues et quitte à mettre plusieurs années pour y parvenir. Leur vie devient la migration. Même si tous ne s’en rendent pas compte, leur vie est menée depuis le départ par la mobilité. Grâce à cette mobilité, les problèmes passent au second plan, car ils réalisent durant leur voyage la première partie de leur projet, migrer. À chaque étape, ils se rapprochent de leur objectif et ils réajustent leur projet.

  • 11 M. Alioua, « La migration transnationale des Africains subsahariens… », art. cit.

12Décider de partir envers et contre tout, c’est aussi faire partie de ceux qui prennent leur destin en main. La mobilité devient alors une réalisation en soi et une réalisation de soi11 : c’est leur nouvelle identité, celle des « aventuriers » qui ne se sont pas « laissés faire » et ont tenté l’ascension de la « montagne Europe ». L’« aventure » est un jeu risqué, mais ils l’acceptent parce que leur projet est plus fort que la crainte. « Nous savons ce qui nous attend en cours de route. Mais, nous, nous sommes déjà morts ici ! Alors mourir physiquement pour une cause ne nous effraie pas plus… C’est la seule chance que nous avons et il faut la tenter ! » racontent des jeunes Maliens.

13Tout le long du parcours, des embûches sont là, se dressant devant eux comme pour mettre leurs projets à l’épreuve. Et c’est en les surmontant qu’ils se reconnaissent entre eux car ils se racontent toutes ces histoires au sujet de leur parcours ou ceux de leurs compagnons. Ils se racontent les difficultés qu’ils ont endurées, les morts qu’ils ont enterrés, mais aussi les moyens qu’ils ont mis en œuvre pour s’en sortir et ceux qu’ils espèrent pouvoir mettre en œuvre dans un futur proche. Lorsqu’on passe du temps avec ces jeunes transmigrants, on se rend vite compte que tous leurs sujets de conversation gravitent autour du voyage. Malgré toutes les épreuves, et parce qu’ils ont traversé toutes ces épreuves, ils gardent le rêve d’une existence meilleure. « J’aimerais aller au Canada à partir de l’Espagne, me marier et vivre tranquille. J’ai suffisamment souffert, je ne veux penser qu’à l’avenir » témoigne une jeune Nigériane. « Même si je dois y laisser la vie, je veux tenter le voyage. […] c’est dur oui, mais je poursuis un vrai but. » Leur détermination est inébranlable. En entrant en relation avec d’autres transmigrants, en échangeant des services, des informations et en se racontant leurs projets et leur périple, ils définissent une certaine identité qui va leur permettre de développer une conscience collective ainsi que des compétences sociales. Savoir passer les frontières, par exemple, est un savoir qui s’élabore progressivement et qui s’expérimente collectivement durant les étapes. Ces étapes sont aussi un intermède entre un espace dans lequel ces transmigrants veulent passer et celui où ils sont. Et c’est le réseau qui permet de faire la jonction entre les étapes en obtenant des informations sur les espaces qu’ils comptent traverser et la manière de rentrer en contact avec les collectifs qui s’y trouvent et qui sont susceptibles de les aider. Le réseau est la structure relationnelle qui permet d’orienter le projet migratoire et les trajectoires qui en découlent en nouant des relations déterritorialisées. C’est une boussole, car les transmigrants qui passent d’un espace de régulation à un autre indiquent à ceux qui suivent comment réussir ce passage en se basant sur leurs propres expériences, nouant ainsi des relations.

14Cela suppose que les signes balisant les routes soient reconnaissables par tous, c’est-à-dire qu’une identité collective rapproche socialement tous ces individus et permet aux acteurs d’interpréter les codes qu’ils élaborent. Tous ces signes sont en effet le résultat d’une multitude de relations sociales qui, liées les unes aux autres, forment des réseaux sociaux qui s’établissent transversalement aux nations, le long des routes migratoires, étape par étape, et leur confèrent une identité spécifique. Ces « aventuriers » sont des nomades modernes. Voici comment le raconte un jeune Congolais rencontré à Rabat et qui, au moment où j’écris ce chapitre, est passé en Europe :

« Et quand tu es arrivé sur Alger, comment tu as fait pour trouver des maisons, des des… Comment tu sais où aller ?
– En fait, il y a… quand on arrive sur place on cherche d’abord où on peut trouver les frères… noirs. On n’est jamais seul. Avec des amis donc, on cherche où on peut trouver des frères noirs. Chacun a des renseignements et on s’entraide pour trouver comment voir ces frères qui vont nous aider à vivre ici. Il y a un quartier au nom de “Boualika”, où on trouve les frères noirs qui attendent le travail au bord de la route. Donc ils sont nombreux qui attendent, ils font l’auto-stop pour trouver du boulot. Il y en a qui viennent les chercher en voiture, pour les amener chez eux, pour faire des travaux ménagers, ou pour du nettoyage… ou pour dans des chantiers tu fais la maçonnerie ou nettoyer un chantier, des choses comme ça…
Et comment savais-tu qu’il existait un quartier comme ça où les…
– En fait, déjà, quand tu es à Tamanrasset, on est en contact avec ceux qui sont là-bas… on a les téléphones et ils nous disent comment ça se passe là-bas. Donc, une fois arrivé à Alger on sait comment on s’oriente. […] En fait c’est ceux qui quittent devant nous, si quelqu’un s’avance avant moi, on a une cabine téléphonique sur lesquelles on peut les appeler, mais la plupart des cas on travaille par e-mail. On se communique. Quand tu as une adresse, ça nous permet de localiser nos frères qui sont devant… donc ils essayent de nous éclaircir les petites difficultés qu’il y a sur la route.
Et toi, quand tu arrives, est-ce que tu fais pareil avec ceux que tu as laissés ?
– Évidemment ! Si par exemple j’ouvre ma boite (e-mail) et un ami m’écrit, je lui dis par exemple “bon voilà, c’est comme ça, c’est dur, mais si tu tiens à arriver, puisque tu es déjà dans le bain, voilà comment tu dois faire…”, c’est comme ça… Donc, euh, “c’est ça, là-bas à Boualika”, “on a trouvé des jobs !”…. Oui, en fait… euh, j’ai travaillé dans des chantiers, des travaux vraiment très très pénibles. J’ai essayé d’économiser. Une fois économisé, je prends la route pour le Maroc… c’est comme ça. Une fois j’arrive à Maghnia, la frontière entre le Maroc et l’Algérie, c’est la même opération qui continue. Soit il y a des Algériens qui fournissent des papiers et comme ça on essaie de traverser la frontière de nuit, soit des frères qui font les guides… eh oui, il y a des frères qui ont quitté avant nous, et ce sont eux qui ont ouvert la route ! [...]. Et tout ça, ça ne t’appartient pas qu’à toi ! Tu dois aussi aider les frères qui suivent. Bien sûr tu peux pas beaucoup… t’as déjà beaucoup dépensé tes sous, avec les guides et tout… et c’est pour ton voyage à toi ! Mais c’est comme ça qu’on fait, quoi. On se communique... euh [...]. »

15Ce lien social original qui se forme autour du projet migratoire commun contribue d’une certaine façon à l’acquisition d’une des dimensions du savoir-faire nomade : organiser en situation de mobilité l’entraide et la solidarité autour de la complémentarité, et instituer collectivement des circulations en repérant des routes migratoires déjà existantes ou en en dessinant de nouvelles, pour pouvoir y circuler, y repasser ou faire passer ceux qui suivent. Le « savoir-passer » les frontières qui caractérise leur identité de transmigrants se nourrit aussi du « savoir-passer » des autochtones, nouant alors avec ces derniers des relations sociales nouvelles, issues de la mobilité. De plus, la permanence des liens qui se maintiennent malgré la distance, malgré la déterritorialisation, ou même parfois l’errance, évoque l’idée de fidélité à soi d’abord, à son projet de vie, et aux siens, c’est-à-dire de la constance dans l’adversité, de l’idée de destin prestigieux, fût-ce par le malheur : prestige de ceux qui ont osé partir de chez eux, ont découvert de nouveaux horizons, par rapport à ceux qui sont restés.

La « clandestinité » comme destinée commune

  • 12 Sur l’École de la négociation, la régulation sociale et les situations d’action collective dans le (...)

16Les dispositifs que ces circulations produisent s’appuient concrètement sur des réseaux sociaux, plus ou moins organisés, mais qui présentent la particularité d’articuler, sur des espaces distants, des jeux d’acteurs en interaction avec des environnements différenciés, induisant des rencontres d’un nouveau genre. Celles-ci montrent combien cette altérité introduite « par le bas » au Maroc par des populations jeunes, dynamiques et en constante mobilité, agit sur les sociétés locales. La transgression, involontaire ou assumée, des acteurs de cette migration transnationale vis-à-vis d’un certain nombre d’ensembles sociaux et de constructions territoriales, juridico-politiques ou normatives, produit au niveau des acteurs du fait migratoire comme au niveau des États nations et des populations qui les voient passer et s’installer, de nouveaux rapports sociaux, notamment dans la renégociation permanente « des règles du jeu »12.

17Ainsi au Maroc, les jeunes Marocains et Marocaines issus de milieux exposés à la présence des transmigrants subsahariens dans les quartiers populaires, traitent et intègrent les phénomènes de leur présence, de leur passage et de leur installation plus ou moins temporaire, à partir de valeurs sociales inédites. Le désir de mobilité, l’envie de l’ailleurs, le rêve de l’Europe idéalisée et de l’« aventure » autant que le sentiment d’être les « laissés-pour-compte » de leur pays et de l’économie mondialisée, deviennent les bases à partir desquelles se négocie la complémentarité. Ces valeurs sont celles d’une jeunesse qui tente d’être l’actrice de sa destinée.

18En effet, les jeunes transmigrants subsahariens s’ancrent dans les sociétés maghrébines en greffant leurs propres mobilités sur celles des populations maghrébines. Le projet migratoire, le besoin d’émancipation et le désir de mobilité des deux populations se ressemblant, le « savoir-circuler » des autochtones et leur soutien, même minimal, deviennent des conditions fondamentales pour la migration transnationale. En raison des contrôles et des répressions d’État, elle ne peut se réaliser pour ces acteurs qu’en trouvant des « entrées » parmi les populations locales. Les transmigrants savent se glisser dans les interstices laissés en friche par les États et les marges que les populations autochtones ont su négocier localement.

  • 13 M. Alioua, « Nouveaux et anciens espaces de circulation internationale au Maroc. Les grandes ville (...)
  • 14 Toujours dénommé Maghzen par nombre d’habitants de ces quartiers, comme si l’État marocain avait e (...)

19Or les quartiers populaires où vivent les transmigrants subsahariens à Tanger, Rabat ou Casablanca, sont aussi placés sous le signe de la mobilité13. Ce n’est pas un hasard s’ils abritent aujourd’hui des migrants extra-nationaux après avoir accueilli tant de nationaux en situation de migration interne. En effet, l’exode rural à l’époque coloniale s’est traduit dans les villes par l’accroissement de ce type de quartiers, qui a constitué la première vague d’urbanisation dite clandestine. Ce mouvement d’urbanisation, dont la caractéristique est la discontinuité socio-spatiale, va dès l’Indépendance se redessiner au travers d’une seconde vague, qualifiée elle aussi d’urbanisation spontanée ou clandestine. Ces types de quartiers ont depuis toujours abrité des personnes jugées indésirables par les dominants du moment. Il faut se rappeler que durant les années d’apartheid imposé par le système colonial français, les ruraux qui désiraient s’établir en ville étaient fréquemment raflés dans ces quartiers, puis expulsés hors de la ville. À l’Indépendance, il est arrivé parfois que les autorités marocaines reproduisent la même violence : des habitations jugées illégitimes, clandestines, ont été rasées au bulldozer, et leurs occupants jetés à la rue, voire expulsés dans les campagnes environnantes. L’histoire sociopolitique de ces quartiers est fortement marquée par la résistance aux autorités publiques, par la crainte de l’État et la méfiance de ses agents14.

20Une partie des habitants de ces quartiers populaires, migrants de l’intérieur ou leurs enfants, a émigré vers l’Europe depuis ces lieux, et une énorme proportion de jeunes Marocaines et Marocains qui y résident rêvent de faire de même. Ils abritent aujourd’hui des « clandestins » étrangers, comme ils l’ont fait avec les « clandestins » nationaux issus de l’exode rural et s’entassant dans des bidonvilles avec l’espoir d’améliorer leur quotidien. Entre rejet et fascination, les Marocains qui vivent à l’étroit dans ces quartiers populaires où s’installent les transmigrants sont impressionnés par le parcours de ces nouveaux venus, – par les routes qu’ils ont prises pour arriver jusque là, par leur dynamisme et les initiatives qu’ils mettent en œuvre pour réaliser leur projet migratoire, par leur facilité à s’adapter à leur mode de vie, à identifier des frontières sociales et à ne jamais les franchir autrement que subtilement, en évitant le contrôle social.

  • 15 Source : CERED (Centre Etudes et des Recherches Démographiques) et HCP (Haut Commissariat au Plan) (...)

21Certains jeunes Marocains apprennent de ces transmigrants et s’ouvrent un peu plus sur le monde. Parfois même des « plans » sont élaborés entre Marocains et Africains de deux ou trois nationalités différentes qui s’entraident pour trouver le meilleur moyen de passer en Europe. Ils échangent des conseils, des informations sur ce qu’ils ont pu apprendre individuellement par une personne de leur connaissance ayant déjà tenté le périple ou qui vit tout simplement en Europe et leur donne des conseils sur la meilleure façon de circuler sans se faire attraper. Chacun a sa petite idée sur la question mais en les mettant en commun, ils augmentent leurs chances de réussite. Ils se rencontrent également dans les files d’attentes de la Western Union où ils viennent chercher le mandat envoyé par un proche vivant en Europe. De fait, beaucoup d’habitants de ces quartiers survivent grâce aux mandats envoyés par un proche qui a émigré à l’étranger, et beaucoup de petites maisons ont été construites grâce à ces transferts. En milieu urbain, le nombre de propriétaires et de copropriétaires a dépassé celui des locataires depuis la fin des années 80. Le poids des entreprises de bâtiment informelles (elles réalisent 80 % de la production) a favorisé cette progression, et c’est dans ces quartiers qu’il est le plus fort. Surtout, les difficultés d’accès au financement banquier par crédit pour les ménages de ces quartiers populaires font que l’autofinancement représente 80 % des logements réalisés15.

  • 16 On pourrait aussi parler d’un cosmopolitisme fragile ! Au-delà de certaines formes de solidarité e (...)

22Une bonne part de cet autofinancement provient des revenus transférés des Marocains résidant à l’étranger, qui aident leur famille et leurs proches, ainsi que de la location d’une partie du logement, qui permet de rembourser l’emprunt. Généralement, ces nouveaux propriétaires construisent étage par étage, et ils financent leur investissement et leurs travaux au fur et à mesure, grâce à ces locations. Ils louent alors, soit une chambre, soit le rez-de-chaussée, eux-mêmes logeant en haut de la maisonnette. La plupart des locataires sont des migrants de l’intérieur, des ouvriers venus travailler en ville, qui ont laissé leur famille et lui envoient la plus grande partie de leur salaire. Parfois, avec le temps, certains d’entre eux commencent à élaborer des projets d’émigration, et l’Europe reste la destination de référence. Mais les transmigrants subsahariens représentent aussi une part de ces locataires, dont on sous-estime l’importance. La majorité des transmigrants qui vivent dans les grandes villes du Maroc se logent de cette manière, en louant à des propriétaires qui vivent dans la même demeure, aux étages supérieurs. Souvent même, les transmigrants subsahariens partagent un ou plusieurs étages avec ces Marocains de l’intérieur qui ont migré en ville. Généralement, ils cohabitent entre jeunes hommes et tissent des liens dans une sociabilité au cosmopolitisme tranquille16.

La transmigration, logique individuelle dans l’espace national

  • 17 B. Baide, La fin des territoires. Essai sur le désordre internationnal et sur l'utilité sociale du (...)

23Les transmigrants que j’observe, acteurs déterminés de leur circulation en réseaux relationnels, appréhendent leur position en pensant en même temps le lieu et le monde. Ils négocient leur présence et leur passage d’un lieu à un autre en organisant leur complémentarité avec d’autres Subsahariens, mais aussi avec certains autochtones des sociétés qu’ils traversent, et ceci en jouant avec plusieurs appartenances. Ici, ce n’est plus exclusivement la localité ou la nation, ni même les politiques des États et leurs institutions qu’il faut prendre en compte pour comprendre comment les individus construisent collectivement des actions sociales qui les lient les uns aux autres dans des formes particulières d’interdépendances. Il faut aussi observer les positionnements individuels dans différents espaces transnationaux et comprendre comment les liens qui se tissent entre individus, exploitant la dimension transnationale comme une ressource au service d’une stratégie, peuvent produire dans certaines conditions des actions collectives, au-delà du territoire, malgré ou contre les États-nations. C’est peut-être ce que Badie appelle le retour de l’individu sur la scène internationale : « Les événements internationaux se construisent de plus en plus en fonction de l’évolution des arbitrages que consentent les individus entre leur statut de citoyen qui les lie classiquement à un territoire et leurs identités religieuse, linguistique, familiale ou micro-communautaire qui les conduisent à le transcender ou à l’ignorer »17.

24Face aux logiques sécuritaires et souverainistes des États, il y a des volontés individuelles de mobilité et d’action en dehors des règles édictées. Il faut insister là-dessus, car la plupart des transmigrants subsahariens et des Marocains candidats à « l’émigration clandestine » que j’ai rencontrés ne comprennent pas la véritable guerre qui leur est faite au Maghreb et en Europe : ils l’estiment injuste. À la limite certains conçoivent que les États sont souverains et qu’il serait légitime de contrôler les mouvements migratoires, mais ils ne comprennent pas que les contrôles soient si durs à leur encontre et qu’ils soient traités comme des criminels. Au contraire, ils ont le sentiment qu’ils sont « dans leur droit » dans le sens où, voulant être acteurs de leur vie, ils font la même chose que n’importe quel Européen qui change de ville ou de pays pour poursuivre ses études, faire de nouvelles expériences ou améliorer sa condition salariale, bref, pour réaliser ses projets. Certains ont même le sentiment que la débrouillardise dont ils font preuve devrait être une sorte de sésame, comme si les Européens attendaient cela d’eux. « Avec tout ce que j’ai traversé, le jour où j’arrive en Europe là, ils me donneront un diplôme ! », m’a dit un jour un Congolais. Même si, au fil des années, certains finissent par déchanter, tout un vocabulaire lié à la débrouillardise et à l’« aventure » est utilisé afin de valoriser leur migration et participe à l’élaboration d’un sentiment identitaire.

25À contre-courant de la logique d’État (de droit !), les collectifs de transmigrants subsahariens s’arrogent le droit d’utiliser les espaces laissés vacants par le contrôle étatique, le temps de se réorganiser et de rebondir. Ce ne sont pas pour autant des criminels au sens moral du terme. Ces transmigrants tentent d’échapper à l’aliénation de l’État en apprenant à passer les frontières, toutes les frontières : autant celles d’un État souverain que les frontières sociales qui le composent. Les personnes que j’observe au Maroc sont toutes et tous, quelles que soient leurs origines, quelles que soient les raisons qui les ont poussées à partir de chez elles, en situation de « clandestinité ». Ils tentent de réaliser leurs projets en cherchant ailleurs ce qu’ils ne trouvent pas chez eux : ils utilisent la dispersion dans l’espace comme une ressource, « ils vont chercher leur vie ». Que ce soit pour trouver des meilleures conditions d’étude, un travail ou un lieu où ils seront en sécurité pour celles et ceux qui ont fui les guerres, la manière dont ils présentent leur décision de migrer nous renseigne sur leur désir d’émancipation par rapport à leur environnement et sur les logiques individualistes qui tendent à faire subjectivement de chacune de leurs compétences une acquisition personnelle. Inassignables à la localité et à la normativité, les transmigrants dit « clandestins » apparaissent menaçants aux yeux du pouvoir des États fondés sur la territorialité, le centralisme et la sédentarité. Pourtant, les politiques systématiques de répression des migrations dites « irrégulières » ne répondent en rien aux besoins économiques, politiques et sociaux exprimés par ces acteurs en mouvement, niant même parfois leurs droits fondamentaux. De plus, elles sont inefficaces, puisque les transmigrants savent instrumenter l’existence des frontières pour organiser des filières de passage, ou pour instituer des activités commerciales souterraines : face aux politiques répressives, il y a le savoir-faire des transmigrants, leur capacité à s’adapter aux dispositifs de contrôle en réorganisant leurs circulations, leur « savoir-passer la frontière ».

  • 18 Par exemple, l’UE a accordé 70 millions d’euros au Maroc pour lutter contre ceux qu’on appelle « l (...)
  • 19 Depuis 1992, les plus basses estimations chiffrent à 4 000 le nombre de noyés dans la traversée du (...)

26Ces politiques contribuent seulement à reculer encore plus loin les passages de frontières18. Ceci a pour effet direct, non pas de diminuer le nombre de candidats ni le nombre de migrants en mouvement, mais de rendre la migration plus périlleuse, de fixer des populations dans des pays dans lesquelles elles ne veulent pas rester et de plonger la vie des migrants dans une clandestinité juridique qui les fragilise et les rend plus facilement exploitables. « Passer la frontière » devient un exercice de plus en plus dangereux qui se déroule de plus en plus loin des frontières européennes, ce qui augmente le nombre de victimes : les morts et les blessés se comptent par milliers19 !

27La migration transnationale des Africains subsahariens, qui les mène à traverser le continent sans demander l’autorisation ni à leur pays d’origine ni à ceux dans lesquels ils circulent et s’installent, doit aussi être comprise comme la volonté de ces transmigrants d’être acteurs de leur destinée. Partout en Afrique l’État national, dans lequel les citoyens avaient placé tous leurs espoirs au lendemain des Indépendances, ne produit plus assez de progrès socioéconomiques, assez de liens sociopolitiques et assez de confiance, pour qu’une partie de ses citoyens ne tente pas de se mettre hors de portée. Non seulement les pays africains, du Nord comme du Sud, ne produisent pas assez de richesses pour subvenir à l’ensemble de leur population mais, en les répartissant mal, ils donnent le sentiment à nombre de leurs citoyens que la situation est irrémédiable et que ce système politique ne peut combler leurs désirs. Si l’on ajoute à cela les guerres et les conflits ethniques, ainsi que le sentiment que ces pays sont toujours plus ou moins assujettis aux anciennes puissances coloniales, nombre d’Africains pensent qu’ils ne pourront s’en sortir que par la débrouillardise, en se passant de l’État et quand il le faut en contournant ses règles. Un jeune Congolais, membre actif d’une association militante de transmigrants au Maroc, décrit très bien ce sentiment récurrent :

« – Alors euh, moi au pays je faisais la médecine, j’étais à la faculté de médecine, à la capitale évidemment. Par rapport à la réalité du pays euh, je m’étais dit de quitter ! Et surtout il y a une réalité qui comme quoi euh moi personnellement, au plus profond de moi-même, je les sens comme étant une élite euh… Je les sens comme étant une élite alors j’ai constaté que les amis avec qui on avait étudié n’avaient pas un peu de euh, c’est-à-dire ne valaient pas mieux que moi, mais par contre, quand ils partaient, ils rentraient, ce sont eux qui venaient un peu nous dompter. Et c’est cet aspect des choses qui me révoltait. Et pourquoi ? Parce qu’ils partaient étudier dans les bonnes universités, ils partaient étudier dans des conditions un peu euh mieux que nous… Je savais très bien, moi, que mes études ne servaient à rien puisque c’étaient eux, les fils à papa, qui auraient leurs chances, qui pouvaient construire leur vie… et cet aspect des choses me révoltait, en tout cas je m’étais dis que euh de quitter carrément le pays pour aller continuer mes études à l’extérieur du pays. Je devais allez chercher ma vie quoi. Et pour moi c’était dehors, car ici je savais que je n’arriverais jamais à rien ! Légalement quand j’étais au pays, je faisais tout de mon mieux, je cherchais à avoir le visa pour euh, le visa d’étude pour la Belgique, pour aller continuer mes études à l’université de Louvain. Mais ça n’a pas marché, à la dernière minute on manquait le prêt pour payer pratiquement mes études là-bas (silence). Donc finalement je me suis dis non, je vais pratiquement faire la route, donc quitter le pays carrément, aller au Cameroun, du Cameroun voir comment faire là-bas… et c’est comme ça que j’ai commencé mon aventure. Mais, bon euh, au Cameroun j’ai quand même fait deux ans là-bas ! Alors euh, vous voyez, on avance progressivement, mais moi je sais pourquoi je suis parti. Je sais ce que cherche. »

  • 20 M. Belbah, « L’immigration bouscule l’Europe », Revue Confluences Méditerranée (42), Eté 2002, p.  (...)

28Pour reprendre une formule de Mustapha Belbah à propos des jeunes Marocains tentant de migrer « clandestinement », tous les transmigrants subsahariens que j’ai pu rencontrer, conceptualisent l’ailleurs comme l’univers des possibles20. Les entretiens que je réalise avec des dizaines de transmigrants subsahariens de toute origine depuis 2002 me conduisent à faire la même analyse que lui : les frontières que ces transmigrants veulent « brûler » sont d’abord celles qui prennent place dans leur imaginaire comme la séparation entre l’impossibilité de changer d’état, de statut social et la mobilité leur ouvrant les portes du possible. La frontière qu’ils désirent passer avant tout est celle qui sépare le monde de l’attentisme et de l’immobilisme de celui de l’action et de l’innovation. La migration devient un moyen d’espérer, et malgré les difficultés et les dangers (répression d’État, traversée du Sahara en pick-up, de la mer Méditerranée en pateras, de l’Atlantique en cayucos, etc.), ils continuent leur chemin, acteurs entêtés à la recherche d’un monde où ils pourront réaliser leur projet de vie.

Cette expérience migratoire constitue-t-elle une forme d’apprentissage ?

29L’étape marocaine, avec sa proximité spatiale et socioculturelle avec l’Europe et avec ses villes, offre une escale privilégiée pour ces transmigrants subsahariens. Si la proximité géographique facilite le passage frontalier, la proximité socioculturelle avec l’Europe le simplifie d’autant plus. À travers l’influence du mode de vie de plus en plus « occidentalisé » des jeunes Marocains et de leur bonne connaissance du monde européen, résultat d’une longue histoire d’échanges humains, commerciaux et culturels entre ces deux ensembles, et à travers leur mode de vie dans les grandes villes marocaines, les transmigrants découvrent quelques composantes subjectives de ce qu’ils espèrent trouver en Europe. Pour ne prendre comme exemple que la période actuelle, les multinationales de plus en plus implantées au Maroc et les enseignes lumineuses de la « mondialisation » high-tech donnent l’illusion d’une vie orientée par le progrès et la prospérité commerciale à la mode « occidentale ».

30De plus, avec plus de 2,8 millions de Marocains résidant dans l’UE, dont une bonne part reviennent annuellement au Maroc, charriant dans leurs valises « un peu de cette Europe », avec en outre une présence d’Européens importante liée à la coopération, au négoce international et au tourisme, le Maroc a bien une relation privilégiée avec l’Europe, cet objet de rêve qui motive ces transmigrants subsahariens. L’image « occidentale » du Maroc les fascine. Les représentations qui se cristallisent dans leur imaginaire constituent une sorte de lien de transition avec l’Europe idéalisée. Ce cadre matériel fournit les éléments essentiels au sentiment de réussite du passage et donc au projet migratoire. Par ces confrontations avec l’altérité sont acquises des compétences sociales. Voyons le cas de ce jeune Congolais :

« Et est-ce que le voyage t’a appris des choses ?
– Ça m’a développé l’esprit. J’ai beaucoup changé et j’ai appris énormément de choses… je suis plus fort. Par exemple, je suis plus entreprenant que mes collègues qui étaient restés, voilà pourquoi ça m’a ouvert l’esprit. J’ai même appris l’informatique et tout ça… avec l’Internet, je communique avec des amis en Europe ou au pays… ou même du monde entier. C’est à partir de cet outil-là : le voyage… oui grâce à mon voyage. J’ai un e-mail et tout ça même. En Afrique j’ai beaucoup appris. Quand je suis passé par le Nigeria, j’ai remarqué bien des choses et euh, ce sont des choses qui vont me permettre peut-être à la longue, ça va me permettre de retourner faire ça et euh… j’ai remarqué les choses qu’on cherche en Europe surtout au niveau de l’habillement et tout. Ils en produisent beaucoup au Nigeria, il y a beaucoup d’usines et tout ça, donc si je savais, j’aurais pu faire Kinshasa-Nigeria, j’aurais pu avoir beaucoup d’argent au lieu de passer en Europe et tout ça. Et au Bénin aussi, j’ai remarqué des “histoires” qui à Kinshasa coûtent deux fois plus chères qu’au Bénin ! Vous voyez, alors comme ma femme a des atouts très avancés au niveau de la couture et du commerce, une fois si j’arrivais, on ferait le tour d’Afrique, on peut facilement amasser des fortunes partout où je suis passé. Et quand je suis arrivé au Maroc en tout cas, ça m’a surpris aussi : des choses qu’on paie 100 euros au niveau de mon pays, ici on peut les trouver à 20 euros, vous imaginez ! J’ai vu une fois une paire de chaussures que j’ai laissées à mon pays à 300 euros et ici je les ai trouvées à 40 ! Il y a aussi les modèles Cartier de lunettes, bon pas des Cartier mais des modèles de Cartier, chez-nous on vend ça à 50 euros et ici c’est à 10 euros. S’il y a vraiment lieu de faire une connexion, tu peux facilement faire beaucoup d’argent. C’est un projet pour moi, j’essaie de rassembler un peu les données, une fois que je serai en Europe. Je sais comment passer la frontière, mais il me faut des appuis. Je vais les trouver en Europe… si Dieu veut… c’est ça, oui. »

31Ou cet autre témoignage d’un jeune Camerounais rencontré à Rabat, qui a quitté la capitale avec un diplôme professionnel de carreleur. Il lui arrive parfois de travailler pour des particuliers aisés qui l’emploient « clandestinement » pour réparer ou carreler leur piscine privée. Généralement, il dort sur le chantier et il est nourri. Les salaires, plus que modestes, qu’il en tire lui servent à vivre durant les périodes sans emploi. Mais il dit être content de son sort et ne veut en aucun cas, pour l’instant, être trop lié à un emploi car il rêve de passer en Europe et pour cela il doit être prêt à tout moment.

« Le souvenir que j’ai, le souvenir de ce voyage c’est que j’ai conscience que… ça m’a rendu plus intelligent encore et euh, responsable et euh… responsable, intelligent euh…. raisonnable. Donc, je me maîtrise “en moi”. C’est ce que, c’est ce qui me manquait au pays, maintenant je comprends de tout mon cœur… je comprends comment est la vie, comment… je connais aussi comment certains pays euh… le comportement, de plusieurs pays. Où j’ai été, j’ai compris que chaque pays a son comportement. Je ne savais pas ça au Cameroun. Par exemple les Algériens sont différents des Marocains [...]. Donc j’ai appris à me débrouiller avec mon cœur. […] D’autres souvenirs, c’est les pays que j’ai rencontrés, hein… j’ai vu beaucoup de pays, comment ça se passe. Bon, j’ai tout ça dans ma tête. J’ai rencontré beaucoup de gens… beaucoup de gens. J’ai beaucoup d’histoires (silence). Par exemple, je venais de quitter le pays, j’avais encore beaucoup d’argent avec moi, je suis allé à l’hôtel, je me suis marré encore, j’ai vu que la vie c’est pas comme au Cameroun. J’ai trouvé des amis. Je suis passé avec eux au Niger. On a connu des choses là-bas, on a vu comment ça se passait. On a mangé du mouton, parce que c’est le mouton qu’ils mangent surtout. On a connu des filles là-bas, beaucoup de choses. Et puis je suis allé en Algérie… là aussi j’ai connu des filles et des amis, quoi ! Jusqu’à maintenant j’ai une Algérienne qui m’écrit, que j’ai connue en Algérie. Jusqu’à maintenant, c’est elle… qui m’écrit souvent, au net. Quand j’ai l’argent, que je veux me distraire, que je veux envoyer un message au pays, je vais au Cyber. Parce que c’est moins cher… Les bons souvenirs c’est que bon… je suis un mec changé, parce que je suis déjà un étranger, déjà un bon souvenir… »

32Ces transmigrants, toujours étrangers dans les sociétés qu’ils traversent, acquièrent nécessairement dans leur processus de déterritorialisation et de reterritorialisation, d’engagement et de désengagement dans des relations sociales nouvelles, des savoir-faire et des compétences sociales. La capacité des transmigrants subsahariens à tisser des liens, jumelée à celle d’identifier la hiérarchie des espaces et les normes qui ont cours dans les sociétés qu’ils traversent, oblige à penser le caractère formateur d’une telle migration. Comme, par exemple, l’apprentissage de nouvelles langues, ou bien la capacité à élaborer des coopérations avec des étrangers et à en tirer un profit pour leur projet migratoire, ou encore le potentiel à élaborer des initiatives économiques.

33L’intérêt d’une approche en réseau est de montrer comment des espaces de mobilisation sont construits par-delà les frontières par des acteurs sociaux, porteurs de ressources mais aussi de valeurs et de pratiques novatrices, cela en raison du faible degré de formalisation et d’obligation que revêtent souvent ces relations sociales déterritorialisées, et d’une absence de véritable spécialisation des rôles dans un système qui rassemble différents types d’acteurs sans poser de hiérarchie effective. Les transmigrants tissent des liens entre eux sous la forme de collectifs d’entraide qui s’établissent lors des étapes et qui sont reliés par des réseaux transversaux, sans pour autant qu’ils se connaissent auparavant. Les transmigrants parviennent individuellement ou collectivement à tisser et à mobiliser du lien social sans relations personnelles de confiance préalablement établies. Ce qui montre que la confiance est possible entre personnes qui ne se connaissent pas.

34L’impossibilité d’avoir des relations personnelles de confiance avec tous les acteurs rencontrés lors de la migration, c’est-à-dire une relation intimiste fondée sur une connaissance d’autrui, jumelée avec l’impérieuse nécessité de maintenir la cohésion sociale afin de ne pas subir de conséquences négatives, suggère que ces transmigrants ont la compétence sociale de tisser des liens impersonnels et occasionnels avec les « autres » personnes qu’ils croisent et qu’ils côtoient ; ou qu’ils doivent l’acquérir s’ils veulent réussir leur transmigration.

35Durant les étapes où les collectifs se forment, la confiance ne se fonde pas d’abord sur la connaissance intimiste de l’autre mais sur le partage d’un même projet. Dans ces collectifs basés sur l’autogestion et dont les membres se revendiquent libres, dans le sens où chaque individu a son projet propre mais « doit être responsable », les nouveaux arrivants sont assimilés par leur participation active dans la structure. Le fait de s’impliquer et de participer activement dans un collectif permet l’échange et motive la solidarité. La transmission de l’identité en est facilitée et chacun pourra reproduire ce schéma dans d’autres lieux, après être passé dans un nouvel ensemble. Les héritages symboliques, comme le sont le projet migratoire et l’identité « d’aventurier » qui en découle, ainsi que des compétences comme le « savoir-passer les frontières » assurent la cohésion, permettent de multiplier les relations, densifient les réseaux et renforcent les collectifs.

36Tandis que les réseaux migratoires et les collectifs d’entraide font preuve d’un cosmopolitisme novateur en organisant des coopérations au-delà des origines, et parfois même des finalités, les États de la région, quant à eux, tentent de s’organiser nationalement et régionalement pour combattre et réprimer ces mouvements migratoires, sans trop se soucier des conséquences humanitaires qui découlent de telles dominations. Cette confrontation peut faire le lit de conflits qui, à terme, pourraient devenir ravageurs car, face à la peur de l’Europe qui se sent « assiégée », les acteurs des mouvements migratoires sont déterminés à réussir leur projet. Tous ces nouveaux acteurs transnationaux portent avec eux leurs réseaux relationnels et s’associent entre eux au-delà des allégeances traditionnelles aux États-nations et aux ordres sociaux qui les caractérisent. Ils redessinent de nouveaux jeux d’évitement, de négociation, de pouvoir et de domination dans cette région du monde. L’état marocain, sous pression européenne, a peu de chance de juguler un mouvement d’une telle ampleur. Car ce ne sont pas que des étrangers qui circulent dans et à travers son territoire sans son autorisation, mais aussi ses propres citoyens. Ces populations migrantes, en des formes sociales toujours plus complexes, tentent de s’associer afin de contourner les contraintes territoriales, les injonctions et les assignations à résidence édictées par des pouvoirs dans lesquels elles n’ont plus confiance.

Annexes

Annexe méthodologique

L’étude présentée s’inscrit dans une recherche de thèse en sociologie menée depuis 2004 sur la question sous la codirection d’Angélina Péralva et d’Alain Tarrius. Il s’agit de saisir l’expression de mouvances des populations issues d’Afrique Noire espérant migrer en Europe, qui s’incarnent dans des espaces sociaux et des territoires transnationaux, perpétuant les tensions de leurs mobilités et de leurs ancrages dans les pays du Maghreb et de la Méditerranée occidentale en général et au Maroc en particulier. L’inspiration est compréhensive et phénoménologique, c’est à partir d’une description ethnographique et d’une observation accompagnante qu’on tente de traduire sociologiquement les formes et les relations sociales qui s’articulent dans ces espaces et qui nous renseignent sur le sens des dynamiques sociopolitiques actuelles dans la région. Beaucoup de temps est passé au Maroc avec des collectifs de transmigrants accompagnés dans leur quotidien. Les entretiens biographiques ne limitent pas l’analyse aux seuls cadrages locaux et aux seules organisations sociales mais cherchent à saisir comment les individus se réorganisent et activent du lien dans le temps et dans l’espace.

Sur le terrain, à défaut de devenir un membre du collectif, en entrant dans les activités des populations enquêtées, même sans participer à la totalité de leurs activités, le sociologue fait partie du réseau. Par cette mise en situation, ce dispositif d’influence ethnographique permet, contrairement aux enquêtes sociologiques formelles – statistique, monographie, qui rendent compte au mieux de la morphologie des populations et de leur organisation –, l’interaction directe et la mise en relation au cœur de l’action. Une fois la confiance établie, notamment grâce à certaines rencontres et aux relations qui s’en suivent rythmées par les échanges de don, contre-don, le chercheur fait partie du réseau.

Notes

1 On trouve aussi en plus petit nombre des Angolais, Irakiens, Kurdes, Pakistanais, Indiens, Chinois ; et même depuis peu, des Latino-américains, Honduriens et Boliviens, dont la venue en vue de rejoindre l’Espagne n’était peut-être pas aussi conjoncturelle que le laissent entendre les médias. Ce chapitre rend compte d’éléments de terrain issus d’une recherche de thèse en sociologie traitant de la question de la migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb, que je mène depuis l’été 2002.

2 Voir C. Escoffier, Communauté d’itinérance et savoir-circuler des transmigrant-e-s au Maghreb, Thèse pour le doctorat nouveau régime de Sociologie et Sciences Sociales sous la direction d’Alain Tarrius, Toulouse, 2006.

3 E. Goldschmidt, « Migrants congolais en route vers l’Europe », in Temps modernes, août-nov., no 620-621, 2002, p. 208-239.

4 M. Alioua, Réseaux, étapes, passages. Les négociations des Subsahariens en situation de migration transnationale. L’exemple de leur étape marocaine à Rabat. Mémoire de maîtrise de Sociologie, A. Tarius (dir.), Université Toulouse le Mirail 2003. En ligne, Terra Edditions, http://terra.rezo.net/article275.html.

5 M. Alioua, « La migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb. L’exemple de l’étape marocaine », in A. Bensaad, (dir.), Marges et mondialisation : Les migrations transsahariennes, Revue Maghreb-Machrek, no 185, Automne 2005.

6 Voir, C. Escoffier, Communauté d’itinérance, thèse citée, ou M. Alioua, « L’étape marocaine de la migration transnationale des Africains subsahariens », in M. Monjib, S. Paquerot, (dir.), L’Afrique à voix multiples, Revue Horizons Maghrébins no 53, 2005, Presses Universitaires du Mirail.

7 C’est l’identité que les médias et les décideurs politiques leur ont dessinée, en s’appuyant sur les lois restrictives et répressives en matière d’immigration.

8 C’est ainsi qu’ils nomment le fait d’escalader à l’aide d’échelles les hauts grillages que l’UE et l’Espagne ont édifiés le long des frontières terrestres de Sebta et de Melilla, enclaves espagnoles encastrées dans le territoire national marocain.

9 C. Escoffier, Communauté d’itinérance, thèse citée.

10 Il y a plus de 25 % de femmes dans cette migration transnationale, induisant des relations sociales spécifiques. Il y a aussi des enfants, seuls ou accompagnés, qui suivent leurs parents ou qui naissent en cours de route.

11 M. Alioua, « La migration transnationale des Africains subsahariens… », art. cit.

12 Sur l’École de la négociation, la régulation sociale et les situations d’action collective dans lesquelles des individus aux logiques d’action hétérogènes négocient leurs activités réciproques, dans des relations sociales innovantes ou alternatives, lire J.-D. Reynaud, Le conflit, la négociation et la règle, Octarès Editions, Toulouse, 1999 ; et id., Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Armand Colin, Paris, 2000.

13 M. Alioua, « Nouveaux et anciens espaces de circulation internationale au Maroc. Les grandes villes marocaines, relais migratoires émergents de la migration transnationale des Africains subsahariens au Maghreb », in F. Le Houerou, (dir), Migrations Sud-Sud, REMMM (Revue d’Etude des Mondes Musulmans et de la Méditerranée), 2007.

14 Toujours dénommé Maghzen par nombre d’habitants de ces quartiers, comme si l’État marocain avait encore la même forme autocratique que les siècles précédents et n’était pas un État de droit.

15 Source : CERED (Centre Etudes et des Recherches Démographiques) et HCP (Haut Commissariat au Plan), 2005, Rabat, Maroc.

16 On pourrait aussi parler d’un cosmopolitisme fragile ! Au-delà de certaines formes de solidarité et de liens d’interdépendance qui se trament dans ces quartiers, ou a contrario, de rejet et de racisme qui mobilisent toujours plus l’attention des médias, il y a plutôt, majoritairement, des sociabilités et de la convivialité qui se forment à partir de liens impersonnels, qui ne débouchent que rarement sur des liens personnels. Dans ces quartiers, on se côtoie, on échange, on discute et on s’accepte, car on a parfois le sentiment d’appartenir à la même communauté de destinée. C’est cela le cosmopolitisme tranquille.

17 B. Baide, La fin des territoires. Essai sur le désordre internationnal et sur l'utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995, pp. 240-252

18 Par exemple, l’UE a accordé 70 millions d’euros au Maroc pour lutter contre ceux qu’on appelle « l’immigration clandestine ». En plus de l’organisation, dans le cadre de l’Agence pour la coordination des frontières extérieures de l’UE (Frontex), de patrouilleurs conjoints européens au large de l’Afrique de l’Ouest pour « protéger » les côtes de l’archipel espagnol de « l’immigration clandestine », plusieurs programmes sont financés par l’UE dans les domaines de la politique d’asile, des visas et du franchissement des frontières extérieures. Et, à partir de 2007, il est prévu de mettre en place un nouveau programme-cadre intitulé « Solidarité et gestion des flux migratoires pour la période 2007-2013 », constitué de quatre fonds (Fonds européen pour les réfugiés, Fonds pour l’intégration des ressortissants des pays tiers, Fonds pour les retours et Fonds pour les frontières extérieures), qui couvrira tous les besoins dans ces domaines. La politique de l’externalisation, celle de l’asile et celle de la gestion policière des migrants, est ainsi gravée dans le marbre sans que les citoyens européens ne s’en émeuvent trop.

19 Depuis 1992, les plus basses estimations chiffrent à 4 000 le nombre de noyés dans la traversée du détroit de Gibraltar (certaines ONG marocaines très sérieuses estiment que ce chiffre devrait être au moins multiplié par deux) et au moins autant dans le désert du Sahara, ce qui ferait un total de 8000 morts. Ces chiffres sont en augmentation constante, la traversée de l’Atlantique vers les Canaries est plus longue et plus dangereuse. Pour Ali Bensaad, il faut ajouter 25 morts par mètre de glissement de la frontière vers le Sud…

20 M. Belbah, « L’immigration bouscule l’Europe », Revue Confluences Méditerranée (42), Eté 2002, p. 37-40.

Auteur

ATER au département de sociologie de l’Université de Toulouse le Mirail (UTM). Il a été allocataire de recherche pour le département de sociologie de l’UTM de l’année 2004. Rattaché au LISST-Cers, sous la direction d’Alain Tarrius et d’Angélina Péralva.
Contact : mehdialioua@hotmail.com

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540