Version classiqueVersion mobile

Pratiquer les frontières

 | 
Françoise Lorcerie

1. Du sud vers le nord « Chercher sa vie »

Les Aït Ayad à travers l’espace euro-méditerranéen

Chadia Arab

Résumé

Cet article présente comment des Marocains circulent au sein de l’espace euro-méditerranéen, à partir de deux exemples précis de la filière migratoire des Aït Ayad, population berbérophone du Moyen Atlas marocain. En effet, aujourd’hui les flux migratoires sont de plus en plus mondialisés, les parcours de plus en plus longs et complexes. Des étapes de transit et de rebond se multiplient pour donner naissance à une intense circulation du migrant.
Le premier itinéraire migratoire étudié est celui de Mustapha, qui grâce au réseau migratoire, circule entre le Maroc, la France, l’Espagne et l’Italie. Le second parcours analysé de Marouane, permet d’identifier une nouvelle figure du migrant, « le mobile assigné ». Ces deux parcours migratoires nous amènent à spécifier les territoires circulatoires étudiés par Alain Tarrius.

Texte intégral

  • 1 Beni Ayatt est une commune de 20 000 habitants dans le Moyen Atlas marocain près de Beni Mellal ; (...)

1Lors de la dernière décennie, les migrations marocaines vers l’Europe ont beaucoup évolué, dans leur forme et leur destination. Dans les années 1960, des filières migratoires plus ou moins régulières se sont mises en place, grâce à des réseaux familiaux et villageois. Les migrants partaient d’un espace de départ précis vers un autre espace d’arrivée. C’est ainsi que s’est constitué un champ migratoire entre Beni Ayatt et Angers1. Mais ces comportements migratoires ont laissé la place à des parcours plus individuels et moins regroupés. Les flux se mondialisent, les parcours se complexifient, les zones d’arrivée se situant essentiellement en France, Hollande ou Belgique, sont remplacées par une Europe plus méditerranéenne, Espagne, Italie… Là où autrefois, on ne signalait aucun arrêt du migrant dans son déplacement migratoire dans le passage d’un territoire à un autre, dans son territoire circulatoire, on note aujourd’hui, des étapes nouvelles, des retours en arrière, des zones de transit et de rebond plus ou moins longues qui se dessinent dans les itinéraires de ce nouveau type de migrants, qui les projettent dans des espaces migratoires nouveaux. Celui qui veut partir aujourd’hui ne migre plus de la même façon qu’auparavant. De nouveaux territoires se construisent à travers les étapes de ces migrants et leurs itinéraires. Ces migrants circulent en s’appuyant souvent sur des réseaux et contribuent ainsi à ce que l’on nommera les territoires circulatoires.

2Je présenterai d’abord deux exemples individuels qui font apparaître la diversité des itinéraires migratoires de circulants marocains que nous avons rencontrés lors de nos terrains de recherche. Mustapha vit en Espagne à Villajoyosa près d’Alicante. Marouane, lui, n’est finalement jamais parti, alors qu’il est l’un des migrants qui a été le plus mobile. Leurs cas illustrent la complexification des migrations et la construction de ces nouveaux territoires des hommes à travers l’espace euro-méditerranéen. À partir de là, on réexaminera certains concepts liés aux migrations internationales, en montrant comment le territoire du migrant devient « circulatoire ».

Le trajet migratoire de Mustapha ou le jeu des réseaux

3Mustapha a pu être interrogé à quatre reprises, à Angers en France en mars 2001, Rute mars 2002 et Lorca en décembre 2003 en Espagne, et Beni Ayatt au Maroc en novembre 2003. Son parcours pourrait être celui de n’importe quel jeune Marocain qui décide de partir aujourd’hui. Ce qui le rend inédit, c’est qu’il s’appuie sur des réseaux à la fois familiaux villageois, des réseaux plus ou moins mafieux, mais surtout il s’appuie sur des réseaux et des filières migratoires qui se sont mises en place dans les années 1960 d’une façon régulière vers Angers. Nous avons retracé son trajet migratoire, on pourra s’y appuyer pour visualiser son parcours (voir carte 3 infra : le trajet migratoire de Mustapha ou le jeu de réseau).

Le départ et la traversée, entre Tanger et le sud de l’Espagne, puis la France…

4Mustapha est né en 1976, il a 24 ans la première fois que je l’interroge. Il est originaire du village de Tizgui à Beni Ayatt. Il est le dernier d’une famille de 8 enfants. Son père est mort alors qu’il était encore enfant. Il a trois de ses oncles qui vivent à Angers ainsi que des cousins et cousines et son frère aîné, tous partis entre les années 1960 et 1970. Il m’apprend qu’il a été jusqu’en classe de seconde au lycée et qu’après les études ne l’intéressaient plus et qu’il était obnubilé par l’idée de partir. Il n’a jamais vraiment travaillé au Maroc et n’a manqué de rien puisque son frère en France leur envoie régulièrement de l’argent et son autre frère aîné au Maroc est instituteur et se charge de la famille. Mustapha pense que pour travailler dans l’agriculture au Maroc, il faut être dans le besoin. Or il n’a besoin de rien au niveau matériel. Alors qu’aller en Europe si l’occasion se présente…, même les Marocains qui travaillent partent.

5Mustapha part le 14 décembre 2000. Son idée est de rejoindre l’Espagne ou l’Italie, mais pas la France, il sait que c’est trop difficile de régulariser sa situation en France. Mustapha part pour Tanger avec trois copains à lui de Beni Ayatt pour tenter le rêve européen en traversant la Méditerranée. Il se met en contact avec un passeur après une quinzaine de jours d’attente sur place. Le passeur, personne ne le connaît physiquement, c’est simplement un numéro de téléphone que les jeunes se font passer. Tout se passe par téléphone jusqu’au rendez-vous avec un intermédiaire qui récupère l’argent et qui leur donne les directives. Ainsi, Mustapha va être logé une dizaine de jours dans une maison en attendant que cet intermédiaire leur annonce la nuit de la traversée. Mustapha se retrouve avec 54 personnes qui veulent toutes traverser la Méditerranée pour rejoindre les côtes espagnoles. Cette traversée va lui coûter 20 000 dirhams à l’époque (environ 2000 euros), somme qu’il se procure grâce à l’aide de sa famille en France essentiellement. Ses oncles et ses cousins et cousines, ainsi que son frère vont lui permettre de partir. Deux tentatives auront suffi à Mustapha pour réussir sa traversée en patera.

  • 2 Salah, ami de Mustapha, et frère de Mohamed (Mohamed, actuellement installé à La Spezia en Italie, (...)

6Il marche près de huit jours dans le sud de l’Espagne près de Séville. Il est parti avec un tas de numéros de téléphone de copains du village qui vivent en Espagne depuis peu, mais aussi des numéros de personnes, des Marocains qui travaillent dans ces réseaux mafieux de clandestins, et qui s’occupent de les transporter à bon port moyennant une certaine somme d’argent (voir infra la carte 1, sur le réseau de connaissances de Mustapha). Après huit jours extrêmement difficiles de marche parfois sans manger et sans boire, il réussit à appeler un transporteur, Faouzi, qui le conduira jusqu’à Lorca pour rejoindre un de ses amis de Beni Ayatt. Mustapha commence à se rendre compte des vraies difficultés de l’Europe, pas de travail, pas de papiers. Le temps de l’adaptation est très difficile et l’Espagne ne lui plaît pas vraiment. D’ailleurs pour lui, l’Espagne ce n’est pas l’Europe : « c’est le cul de l’Europe… » Il décide de rejoindre sa famille à Angers en espérant que ce soit la fin de son voyage. Mustapha réussit à quitter Lorca une fois encore en réactivant ses réseaux familiaux sur Angers. C’est en effet sa famille à Angers qui le soutient financièrement pour payer le transporteur qui lui fera traverser la frontière franco-espagnole au sud-est. C’est grâce aussi à l’intervention de Salah2 qui lui enverra cet ami transporteur en échange de 1000 euros pour arriver en France.

7Il s’installe chez son grand-oncle dans un quartier périphérique d’Angers, la Roseraie, et il circule entre les maisons de ses différents oncles à Angers, ses cousins et cousines, et son frère. Pendant plusieurs mois, il découvre cette ville de l’ouest de la France et retrouve des anciens migrants et leurs enfants, constituant la première génération de migrants provenant de Beni Ayatt à Angers. Il aime cette ville, et surtout il se reconnaît au sein de cette communauté de Beni Ayatt. Pendant plusieurs mois, il ne fait pas grand-chose, car comme il n’a pas de papiers, il ne peut pas travailler, et comme il ne travaille pas il ne peut pas régulariser sa situation. Cette position commence à lui peser et il voudrait repartir. Il sait qu’en France il ne peut pas avancer, ni travailler, ni régulariser sa situation, ce qui est l’objectif premier du migrant quand il arrive en Europe.

  • 3 Il s’agit de la vague de régularisations pour l’obtention des papiers par arraigo du 8 juin 2001 e (...)

8Quelques semaines après, Mustapha fait la connaissance d’une jeune fille d’une vingtaine d’années, issue de la communauté de Beni Ayatt et née en France, avec laquelle il se marie au mois de mai 2001. Cela m’est apparu comme un mariage d’amour et non comme un mariage blanc. Cependant, quelques jours après, Mustapha doit retourner au Maroc pour présenter ses papiers de mariage afin de régulariser sa situation en France, en revenant avec un visa en bonne et due forme. Mais à la veille de son départ, il apprend que sa femme ne veut pas lui donner la totalité des papiers qu’il réclame car celle-ci pense qu’il l’a épousée seulement pour avoir les papiers. Finalement, Mustapha repart et la journée même du départ (« j’ai pu le voir à quelques heures de son départ et assister à ses coups de téléphone… »), il appelle tous ses amis en Italie et en Espagne. Ceux d’Italie étaient prêts à l’accueillir, ils l’ont informé qu’il n’y avait aucune procédure de régularisation, mais qu’il pourrait travailler. En Espagne, les Marocains sans papiers sont en train de déposer les dossiers de régularisation3, et on l’informe cette fois-ci qu’il faut qu’il soit là le plus rapidement possible, car ils vont bientôt arrêter de suivre les dossiers de régularisation des sans-papiers. Par contre, ces amis marocains de Lorca lui disent qu’il lui faudrait au moins 1000 euros pour acheter les preuves. Mustapha réunit cette somme grâce à sa famille sur Angers et décide de partir à Lorca. L’été 2001, il est en Espagne. Mais qui nous dit quelle sera sa prochaine destination ?

Le réseau migratoire de Mustapha

9On a vu comment Mustapha joue de ses réseaux, il part grâce à l’argent de ses oncles et cousins installés à Angers, il s’installe à Lorca grâce à des migrants de Beni Ayatt récemment installés. Il repart de l’Espagne grâce à l’aide de Salah. Il épouse une jeune fille française née à Angers dont les parents sont originaires de Beni Ayatt. Il repart en Espagne en profitant du voyage de son oncle qui retourne pendant la période estivale au Maroc. Cela nous permet d’analyser les stratégies de Mustapha qui joue et abuse de ces réseaux. Nous avons essayé de construire le « réseau » migratoire de Mustapha.

  • 4 Terrain de novembre 2003. Rute, petite ville au sud de Cordoue, nous est apparue comme une véritab (...)

10Je retrouve Mustapha, une année après, lors d’un de mes terrains à Rute4. Mustapha partage une grande maison avec une dizaine de Marocains d’Afourer et de Beni Ayatt au Maroc. Il travaille près de trois mois dans la cueillette des olives. J’apprends plusieurs choses. D’abord Mustapha, après son séjour en France, va rencontrer de vraies difficultés en Espagne. En effet, avec un de ses compagnons de route, Mounir, il connaît une période d’errance dans le sud de l’Espagne, sans argent, sans logement… à la recherche de travail. Cela dure plusieurs mois. Je les retrouve à Rute après qu’ils ont circulé plusieurs semaines dans la région. J’apprends aussi qu’il a régularisé sa situation et qu’il possède une carte de séjour d’un an (renouvelable) et que sa femme en France est entrée en contact avec lui. Sa femme est enceinte et lui demande de rentrer. Mustapha fera plusieurs allers-retours entre Angers et l’Espagne pour essayer de régler sa situation avec sa femme, mais cela n’aboutit pas. Il choisit finalement d’avoir comme résidence principale l’Espagne, et fera des séjours de plusieurs mois à Angers. En effet, il tente de régulariser sa situation en France puisqu’il est aujourd’hui séparé de sa femme, mais qu’il possède un enfant français né sur territoire français, ce qui lui permet à terme de régulariser sa situation en France. Il est actuellement installé à Villajoyosa, chez un de ses cousins, et il travaille dans l’agriculture. Il fera aussi une tentative vers l’Italie avec un de ses amis, Mohamed, frère de Salah.

Réaliser par Arab C. avril 2005
Carte 1. Réseau migratoire de Mustapha

Quand la circulation de l’information joue sur le réseau et sur le territoire

11J’ai pu noter en détail le « calepin » de route de Mustapha (lors de notre premier entretien), avec toutes les connaissances qu’il avait au Maroc et à travers l’Europe. J’ai synthétisé ces données dans la carte 2. On peut observer que Mustapha détient un nombre important de connaissances au Maroc et en particulier dans sa région d’origine. Une grande partie de ses autres amis se trouvent en Espagne à Lorca, là où il a vécu quelques mois et où il est retourné aujourd’hui.

  • 5 Terme berbère, mais aussi utilisé en arabe pour dire passer la frontière clandestinement. Au sens (...)

12Il faut ajouter son grand nombre de connaissances sur Angers, c’est là que sa famille est présente ainsi que ses amis villageois. Quelques copains du village se trouvant en Italie sont aussi dans son carnet d’adresses. Certains de ces numéros lui sont très utiles lorsqu’il ne sait plus où aller, ce qui a pu être le cas lors de son nouveau départ pour Lorca, quand il était sur Angers. Il faut différencier un grand nombre de numéros de téléphone qui se trouvent dans son carnet d’adresses, qui sont en réalité des numéros qui servent à « hrague5 ».

13Ainsi, un grand nombre de passeurs de frontière et d’intermédiaires ont pu être notés dans son carnet. Ceux-ci se localisent en général soit dans la région de Beni Mellal, soit à Tanger. Un grand nombre de ces numéros de téléphone lui ont été donnés à Tanger, pour qu’il puisse s’en sortir lors de l’arrivée en Espagne après la traversée de la mer. Ces numéros sont communiqués et diffusés, mais sans les adresses précises de ces personnes. Les passeurs de clandestins ou transporteurs (c’est ainsi qu’ils sont nommés dans la convention Schengen) ont souvent des surnoms ou des faux noms. Ainsi, on a pu voir dans le calepin de Mustapha le nom de Moustique, qui est en fait un faux nom pour ne pas se faire identifier, c’est un nom de code.

14Des tas de numéros sont donc des personnes que Mustapha ne connaît pas dans la réalité. Certains même en Espagne sont des noms de personnes, que des copains de Beni Ayatt lui ont donnés, au cas où il aurait un quelconque problème. On peut noter l’importance à la fois des réseaux de solidarité et de la circulation de l’information dans les itinéraires des migrants, c’est ce qui permet au migrant de créer son propre territoire circulatoire, au sens où, comme le suggère Tarrius, lorsque les territoires englobent les réseaux définis par les mobilités de populations, ils deviennent circulatoires… C’est le cas de Mustapha qui, sans ses connaissances, son carnet d’adresses, sa famille, la circulation des informations, bref son réseau migratoire, ne peut créer ce territoire dans lequel il circule.

Source : fond de cartes : Atlas 2000, Intercarto, Sources : Atas du Maroc, Noin D., 1975. ; entretient personnel
Réalisée par ARAB C., juillet 2001
Carte 2. Le réseau de connaissance de Mustapha en 2001

Sources : Enquête de terrain
Réaliser par ARAB C., Juil 2006
Carte 3. Le trajet migratoire de Mustapha ou le jeu des réseaux

15Voyons maintenant comment Marouane construit son territoire circulatoire au sein du bassin Méditerranéen. Finalement il ne réussira pas sa migration, c'est pourquoi nous le nommerons le mobile assigné.

Le mobile-assigné, ou les routes migratoires de Marouane6

Le parcours migratoire de Marouane

16Marouane me paraît un cas intéressant : il n’est jamais réellement parti, ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas circulé et créé lui aussi son territoire. Bien au contraire, il apparaît être celui qui a fait le plus de tentatives vers l’Europe, avec divers pôles géographiques de départ et d’arrivée. Marouane est né en 1970 à Beni Ayatt. Il a sept frères, dont un en Espagne, Malik, que j’ai pu rencontrer parmi le groupe de Rute, et une sœur. Il va à l’école jusqu’en troisième année de collège et passe un diplôme de plomberie. Je l’interroge plus de huit heures au mois d’avril 2002 à Beni Ayatt. Il est encore célibataire à ce moment-là. Lorsque je le rencontre, il a déjà plusieurs tentatives à son actif. Il est assez découragé, mais il a toujours envie de partir.

17C’est en 1992 que Marouane quitte le pays pour la première fois. Il se rend en Libye pour rejoindre un ami marocain qui travaille là-bas. Il travaille deux ans en Libye puis décide de rentrer au Maroc. Mais la situation est encore pire qu’en Libye, il finit par y retourner. Il y reste quelques mois et décide d’aller en Tunisie. À Tunis, il retrouve un ami marocain avec qui il passera une année. Il travaille comme gardien dans un quartier de Tunis et commence à réfléchir à un moyen de partir pour l’Europe. La première tentative de Marouane a lieu sur les côtes tunisiennes pour rejoindre l’île de Pantelleria, puis la Sicile et l’Italie. C’est à 5 h du matin, au mois de mai 1996 que Marouane fait sa première traversée. Ils sont 54 personnes à descendre dans la cage à poissons d’un pêcheur qui a pour mission de les emmener vers l’Europe. Mais la police maritime tunisienne les repère assez rapidement et leur tire dessus. Marouane s’enfuit à la nage du bateau et réussit à s’échapper. Il m’explique que la seule raison qui l’a fait venir en Tunisie était de brûler la frontière vers l’Europe. Il continue donc à chercher un nouveau passeur qui lui fera atteindre les côtes italiennes.

  • 7 Il s’agit du même Salah que celui qui était intervenu dans le parcours migratoire de Mustapha.

18Après plusieurs tentatives à partir de la Tunisie, Marouane retourne au Maroc, quinze jours sans même passer par son village d’origine et revoir sa famille, et le voilà reparti vers la Libye. Il s’installe quatorze mois à Tripoli où il travaille comme boucher. Puis il a la visite de deux amis de Beni Ayatt, il s’agit de Salah7 et Moha. Ils décident de prendre la route tous les trois ensemble vers la Turquie afin de passer en Europe. Salah l’avait déjà fait en 1990 et avait réussi à arriver jusqu’en France en traversant plus d’une quinzaine de pays sur sa route. C’est une traversée terrestre qui avait duré plus d’un an. Il voulait, huit ans plus tard, retenter l’aventure. C’est Salah qui dirige les troupes (ils sont plusieurs à partir, d’autres Marocains se joignent à eux). À Izmir, ils prennent le train pour Istanbul. Ils ne sont plus que trois, Salah, Moha et Marouane. Ils arrivent donc à Edirne à la frontière bulgare, à la recherche d’un passeur qui les ferait entrer en Bulgarie. Ils rencontrent un ami marocain de Khemisset qui se joint au groupe. Ils sont donc quatre à tourner en rond près de Kirikkale sans jamais atteindre la Bulgarie. Cette nuit-là, il neigeait énormément, ils ont fini par se faire prendre par les policiers turcs qui les ont emmenés au commissariat. Ils se font interroger par les policiers turcs qui sont aidés d’un traducteur syrien, mais ils se font relâcher assez rapidement.

19Le groupe se dispute pour une question d’argent et Marouane décide de prendre la route seule avec le Marocain de Khemisset. Ils prennent un billet pour rejoindre la Syrie à Alep, puis ils vont à Damas pour se rendre à Amman en Jordanie. Marouane décide d’aller en Israël en passant par Aqaba et en traversant la frontière à pied. « On s’est fait arrêter une nouvelle fois à Eilat, à la frontière israélienne, interrogés par une juive marocaine. On est remis aux mains des Jordaniens, qui vont nous frapper, nous insulter et nous maltraiter… ». Marouane décide de rentrer en Libye après plusieurs petites aventures sur le chemin du retour entre l’Égypte, où il n’a le droit que de passer sans s’arrêter, et Benghazi…. Il travaillera encore quelques mois dans la boucherie avant de rejoindre le Maroc en ce début 1999.

20Entre 1999 et 2000, Marouane fait plusieurs tentatives. Il se met en contact avec des passeurs à Berrechid, de Settat et Tanger, et fait plusieurs traversées vers Malaga et Almeria. La première est un échec total. Marouane part de Tanger vers Malaga. Mais la traversée se passe mal, la mer est agitée, ils sont obligés de rebrousser chemin. Le passeur disparaît et ne lui rendra jamais son argent – plus de 2000 euros. Marouane veut récupérer son argent et repartir par tous les moyens. « Moi, tu sais, il faut que je hrague absolument, autrement je ne serais jamais bien. Il y a deux choses pour moi. Soit la mort, soit l’Europe. Moi d’ici l’été, il faut que je sois parti. Même si pour partir je devais construire mon propre zodiaque. À force de faux départ, je connais tous les tuyaux pour partir… » Son frère Malik, que nous avons rencontré lors de notre enquête de terrain à Rute, part au moment même où Marouane fait ces diverses tentatives depuis Tanger. Il sera dans la patera voisine de Mustapha, avec le même réseau de passeurs.

21Quelques semaines plus tard, Marouane fait une autre tentative de Tétouan vers Almeria. Dans la patera, il y a deux filles avec eux qui veulent aller, d’après Marouane, se prostituer en Espagne. La patera transportait cent kilogrammes de hachisch. La traversée a duré plusieurs heures, et arrivant vers les côtes espagnoles, la barque se fait arrêter par la garde maritime espagnole. Ils sont tous conduits au commissariat d’Almeria pour être interrogés. Ils sont conduits au bout de trois jours à Ceuta. Marouane sympathise avec le chauffeur de la patera qui risque d’aller en prison. Ils décident donc de s’échapper à Ceuta. Marouane réussit à rejoindre Tétouan puis Berrechid où son frère travaille. Quinze jours après, Marouane refait une tentative avec le même passeur, toujours au départ des côtes de Tétouan. Ils étaient 62 à monter dans la barque. Au bout de quelques mètres, la barque commençant à prendre l’eau, ils doivent faire demi-tour et font descendre une dizaine de personnes, en particulier ceux qui avaient déjà plusieurs tentatives à leur actif. Marouane doit descendre bien qu’il n’en est pas d’accord.

22Son dernier essai consiste à grimper à la corde des grands bateaux qui emmènent les touristes marocains et étrangers en Espagne. Il réussit à s’introduire dans le bateau et s’est caché sous une camionnette dans le sous-sol. En arrivant à la douane, il se fait une fois de plus repérer et renvoyer au Maroc après s’être fait arrêter, interroger par la police espagnole puis la police marocaine à Tanger. Il connaît encore d’autres mésaventures à Tanger et des tentatives qui aboutissent toutes à des échecs. Au moment où je l’interroge, Marouane veut toujours partir. Il a d’innombrables d’idées pour partir. Nous apprenons quelques mois plus tard qu’il a fait d’autres départs, tous des échecs. En été 2003, Marouane se marie, ce qui veut dire d’une certaine façon qu’il n’a plus l’intention de partir et qu’il s’installe pour fonder une famille au Maroc. Il semble donc qu’il ait abandonné son idée de partir pour se « fixer » dans son village d’origine, projet qui paraissait quelques années auparavant ne pas l’intéresser du tout. Après avoir passé presque dix ans de sa vie à tenter de partir, il décide finalement de se fixer. Il illustre ce que nous appelons la figure des mobiles-assignés.

Marouane, le mobile-assigné

  • 8 G. Simon, « La mise en place et l’évolution du concept de champ migratoire », in « Villes et géogr (...)

23L’idéologie actuelle d’un monde de plus en plus ouvert, perméable, favorable aux échanges et à la liberté des échanges sous toutes ses formes, se trouve en totale contradiction avec les migrations internationales. C’est au contraire l’idéologie inverse qui prévaut, celle du protectionnisme. Chaque État tente de construire sa forteresse dans un système de protection des frontières. L’idéologie de Schengen devient paradoxale, la liberté de circulation interne s’associe au renforcement de la surveillance des frontières extérieures de l’Europe. « Aujourd’hui c’est la partie la plus nombreuse de l’humanité, la plus démunie qui est fortement invitée à rester où elle est, et qui se trouve, en quelque sorte, assignée à résidence », rappelle Gildas Simon8. Loin d’un droit de circulation, il s’agit d’une assignation à résidence pour les pays riverains de Schengen, c’est le cas pour le Maroc. C’est cette contradiction à la fois idéologique, politique et pratique, que voudrait désigner le terme de mobile-assigné.

24J’ai pu interroger des personnes pour qui les départs ont été des expériences ratées, des tentatives qui ont échoué. Ces individus ont profondément envie de partir. Et ils sont partis, mais ils n’ont pas atteint leurs buts réels. Pour la majorité d’entre eux, ces échecs vont permettre de se ressaisir et de trouver d’autres stratégies pour partir. « Dans leur tête » et dans leur esprit, ils sont « mobiles », ils sont déjà dans la logique du départ, mais ils ont été « assignés » à résidence par le système de protection Schengen. Ils construisent eux aussi des territoires, mais cela ne les mène pas à une migration définitive. Ils restent dans la phase d’errance. Leur « là-bas » existe toujours, c’est l’espace d’origine, Beni Ayatt, et souvent, après un départ raté, ils y retournent : c’est le cas de Marouane mais aussi de Mustapha. Mais ce « là-bas », qui se trouve bien là physiquement, est pour eux désactivé, ils ne s’y investissent plus, ils ne s’y sentent plus bien, ils ont tout simplement besoin de s’en détacher. En contrepartie, leur « ici » n’est pas encore là concrètement, ils ne pensent plus qu’à cet ici, qu’ils n’ont pas encore réussi à atteindre, mais qui accapare leurs nuits, – souvenons-nous des propos tenus par Mustapha : « Tous les jeunes parlent de cela, de partir, de trouver des solutions pour partir. En majorité ils cherchent à partir… C’est difficile de répondre à ce pourquoi ils veulent partir. Tu es là à attendre, tu regardes au loin à l’horizon. Tu ne travailles pas et tu ne peux pas travailler au Maroc. Même ceux qui ont des diplômes ne trouvent pas de travail… Avant quand j’étais au Maroc, je pensais beaucoup, je réfléchissais, je me tracassais, je m’énervais… Je ne pensais qu’à une chose : comment arriver en Europe ? Tu en rêves toutes les nuits. Et quand on y est arrivé, tu te sens mieux d’abord dans ta tête. »

  • 9 V. G. Simmel, « Excursus sur l’étranger », in Sociologie - Étude sur les formes de la socialisatio (...)

25Finalement, ce sont ces jeunes qui se trouvent dans cet « entredeux » dont parlent Simmel, Park, ou Tarrius, ce sont eux les « étrangers » qui ne sont ni d’ici ni de là-bas9. Il s’agit de ceux qui, par leur circulation migratoire à travers les espaces, créent des territoires circulatoires.

Source : Atlas 2000, Intercarto ; entretien personnel
Réalisée par ARAB C., 2006
Carte 4, Les routes migratoires de Marouane

  • 10 Ces différentes villes de France, d’Espagne et d’Italie, correspondent aux villes d’installation d (...)

26Ces exemples permettent de donner sens aux rapports des hommes à l’espace, à leur histoire identitaire, et aux temporalités sociale et spatiale. La notion de territoires circulatoires s’accorde aux parcours migratoires des migrants. Ils ne sont pas dans un processus d’inwtégration dans un espace donné – Angers, Pognano, Lorca10 –, mais plus ils se déplacent et mieux ils s’insèrent dans ces espaces migratoires et dans l’espace-monde. La migration est réussie non pas parce que l’on se sédentarise, mais parce que l’on circule, et que l’on a cette intelligence du savoir-migrer et savoir-circuler. C’est l’émergence de ces nouvelles dynamiques migratoires où la circulation tient une place importante qu’il convient d’explorer à présent.

Du territoire au territoire circulatoire

  • 11 J. Cesari, « Les réseaux transnationaux entre l’Europe et le Maghreb : l’international sans territ (...)
  • 12 B. Badie, La Fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du (...)

27D’après Jocelyne Cesari, la mondialisation des échanges et des techniques, la mobilité croissante des individus ont conféré aux flux migratoires une dimension inédite11. Ils ne peuvent plus être conçus uniquement comme le passage d’un territoire à un autre, relevant d’une analyse macroscopique. La migration projette l’individu sur la scène mondiale en le soustrayant aux cadres territoriaux. « D’une identité territoriale, le migrant bascule le plus souvent dans une identité de réseau12. »

Les territoires dans la migration

  • 13 Le terme de diaspora est utilisé dans le sens de dispersion d’une population en migration. La dias (...)

28À travers les mobilités de ces migrants, des territoires se mettent en place. La migration n’est plus vécue comme une rupture ou une parenthèse, mais comme partie intégrante d’une organisation sociale. Entre les pôles diasporiques se tissent des réseaux (sociaux, économiques, d’informations…), le plus souvent en parallèle avec les filières migratoires qui animent la « diaspora »13. Par exemple, les réseaux économiques créés par les remises des migrants illustrent la place prépondérante de la migration dans les liens tissés entre les différentes communautés. On se trouve face à un système en perpétuelle redéfinition qui génère de la circulation migratoire. Certains se déplacent sans cesse d’un pôle à l’autre de la diaspora, à la recherche d’un statut juridique plus favorable, d’un emploi, où opérer un regroupement familial.

  • 14 F. Schaeffer, Champ, réseau et circulation migratoire, articulation de ces trois notions à travers (...)
  • 15 A. Tarrius, Les nouveaux cosmopolitismes, op. cit.

29Le territoire est avant tout une construction sociale14. Il est à la fois matérialisation de l’identité collective parce qu’il est un espace approprié, nommé, marqué par un ensemble de pratiques et défini dans ses contours, et élément de l’identité collective, non seulement parce que l’identité du groupe s’exprime en référence à une appartenance territoriale, mais aussi parce que le territoire, par sa configuration, fait partie même des processus de construction identitaire. Il est à la fois héritage des groupes antérieurs à la territorialisation de la collectivité dans sa structuration actuelle, et objet de représentations fortes, ancrées dans l’avenir projectif du groupe. Ces liens forts sont directement issus de l’appartenance de ces individus à une collectivité ancrée à un territoire. Pour Alain Tarrius, le territoire est une construction consubstantielle de la venue à forme puis à visibilité sociale d’un groupe, d’une communauté ou de tout autre collectif dont les membres peuvent employer un « nous » identifiant15. Il est condition et expression du lien social. Il advient comme moment d’une négociation, entre la population concernée et celle qui l’entoure, qui instaure des continuités dans les échanges généralisés. Le territoire est mémoire : il est le marquage spatial de la conscience historique d’être ensemble. Les éléments de scansion de cet espace-mémoire – continuités et discontinuités, contiguïtés et non-contiguïtés – sont matériels, factuels, et fonctionnent comme des repères : tel événement, tel homme, et tel emplacement, reconnus par tous.

  • 16 A. Tarrius, Les nouveaux cosmopolitismes, op. cit., p. 123.

30« La forme territoriale est incessante négociation elle-même », pose Tarrius16. Et pour finir, il propose de redéfinir le territoire de telle sorte que les comportements des populations mobiles soient reconnus comme fondateurs de nouvelles légitimités sociales. Cela lui permet de penser comment s’articulent, d’une part, les structures en gestation des espaces sociaux et économiques mondiaux et, d’autre part les initiatives, dans ces mêmes espaces, de populations capables de tirer ressource de leur aptitude à excéder les cadres, les frontières de « mise en sédentarité » des lieux-nations ou de leurs unités plus restreintes.

Qu’est-ce qui fait que le territoire devient circulatoire ?

  • 17 A. Tarrius, Les nouveaux cosmopolitismes, op. cit., p. 125.

31Dès lors que ces territoires englobent les réseaux définis par les mobilités de populations qui tiennent leur statut de leur savoir-circuler, on peut les nommer « territoires circulatoires ». « Tout espace est circulatoire, par contre tout espace ne fait pas territoire. La notion de territoire circulatoire constate la socialisation d’espaces suivant des logiques de mobilités. Cette notion introduit une double rupture dans les acceptions communes du territoire et de la circulation ; en premier lieu, elle nous suggère que l’ordre né des sédentarités n’est pas essentiel à la manifestation du territoire ; ensuite elle exige une rupture avec les conceptions logistiques des circulations, des flux pour investir, de sens social, le mouvement spatial17. »

32Les populations mobiles accrochent tous les lieux parcourus par elles-mêmes et d’autres reconnus comme proches. Ainsi sont fédérés étapes et parcours, supports aux multiples réseaux d’échanges et conditions de l’incessante mobilisation pour faire circuler hommes, matières et idées. Les articulations entre parcours et étapes se décrivent comme réseau aussi longtemps qu’ils supportent des mouvements d’individus qui se reconnaissent dans les moments et les lieux des circulations. Ces populations mobiles connaissent mieux que les résidents les limites de la ville et négocient ou révèlent, voire imposent, chacun selon des modalités et des « pré-acquis » différents évidemment, leur entrée « ici » sans pour autant aujourd’hui, renoncer à leur place « là-bas », d’où ils viennent, et à l’« entre-deux » où, parfois, ils demeurent longtemps. Le migrant n’est plus l’« homme marginal » de Park, « ni d’ici ni de là-bas », il est à la fois d’ici et de là bas, proche et lointain à la fois. Simmel avait déjà analysé la figure de l’étranger avec toutes ces contradictions, à la fois rigide et à la fois élastique. C’est justement cette notion de territoire circulatoire qui nous permet de dire comment aujourd’hui l’être d’ici et de là-bas est simultanément possible. Les réseaux de migrants traversent les territoires et les transforment, jusqu’à créer de nouvelles formes territoriales, à travers plusieurs niveaux de ces réseaux migratoires, correspondant chacun à une configuration migratoire particulière ayant des implications spatiales spécifiques.

  • 18 A. Tarrius, « Territoires circulatoires et espaces urbains », art. cit., p. 189.
  • 19 F. Schaeffer, Champ, réseau et circulation migratoire, op. cit.

33La désignation de cet autre qui parcourt l’Europe et ses villes, ses quartiers, est problématique18. « Immigrant » est associé en France à « insertion » alors que « migrant » est accolé à « territoire ». Nous ajouterons, que le « circulant » est à mettre en lien avec « territoire circulatoire ». Dans le même sens, F. Schaeffer explique que le territoire est remis en cause dans sa définition en tant que portion d’espace approprié et exploité par un groupe fixé19. En effet, les territoires circulatoires se superposent aux territoires nationaux, mais peuvent aussi se superposer les uns aux autres sur une même portion d’espace. Cette superposition se fait notamment en des lieux assimilables à des comptoirs commerciaux coloniaux, où ils s’articulent alors les uns aux autres. Cette notion remet en question la conception des groupes migrants comme une construction sociale à appréhender au regard des modalités qui fondent le lien social dans les groupes sédentaires. Dans les groupes mobiles, l’appartenance à un territoire est subordonnée à un vécu commun de la mobilité, à une pratique de la circulation plutôt qu’à l’agrégation à un collectif professionnel, ethnique, ou à une classe sociale.

34Ce territoire en mouvement est composé plutôt de lieux de passage, de transit que de lieux d’ancrage et de fixation des migrants. Les migrants s’identifient dans les espaces qu’ils parcourent et ils partagent ce lien avec les autres migrants à travers une histoire commune de la migration qui se développe dans le temps. Les nouveaux migrants jouent, non plus sur deux espaces bien définis, mais sur plusieurs. Tant que ces mobiles ne seront pas fixes, tant qu’ils cherchent leur ici, ils ne pourront pas agir sur leur là-bas (Beni Ayatt). En attendant, ils transcendent les frontières « en brûlant les feux qui les contraignent à s’arrêter », c’est-à-dire en pratiquant le hrague. Ils parcourent, pratiquent, traversent, s’arrêtent, nouent des liens dans divers espaces. Ils sont transmigrants, errants, nomades, diasporiques, itinérants, mobiles-assignés, mais toujours ils pratiquent la multispatialité et la circulation.

Annexes

Annexe méthodologique

Concernant les différents entretiens réalisés pour ma thèse entre 2000 et 2005 (La circulation migratoire des Aït Ayad. Construction d’un espace migratoire entre le Maroc, la France, l’Espagne et l’Italie. Thèse de doctorat en Géographie. Poitiers, 2007)20, la démarche complémentaire que j’ai entreprise a été de suivre de plus près cinq migrants. Les deux exemples cités dans l’article font référence à deux de ces migrants Ainsi, à travers les différents espaces et temps de la migration, j’ai pu les interroger et les suivre dans leurs étapes migratoires, leurs itinéraires et leurs évolutions.

Mustapha a été approché avant son départ. J’avais eu un échange en 1999, mais sans entretien. Mustapha a été l’un de mes informateurs privilégiés pour le travail de thèse. C’est aussi un migrant que j’ai pu interroger à quatre reprises (Angers en France en mars 2001, Rute en Espagne en mars 2002, Beni Ayatt au Maroc en novembre 2003 et Lorca en Espagne en décembre 2003). J’ai aussi voyagé avec lui du Maroc vers l’Espagne au mois de novembre 2003 et c’est grâce à lui que j’ai pu réaliser le terrain à Lorca et Villajoyosa en novembre/décembre 2003. Marouane n’est jamais parti. Je l’ai vu en 2003 à Beni Ayatt. Trois entretiens de plusieurs heures ont été réalisés avec Marouane à mon domicile au Maroc.

J’ai choisi de réaliser ces entretiens en berbère, leur langue maternelle, et de ne pas imposer le français. Cette manière de faire a permis d’instaurer une certaine confiance qui a parfois donné lieu à des révélations intéressantes. Je suis actuellement encore en contact avec ces migrants.

Notes

1 Beni Ayatt est une commune de 20 000 habitants dans le Moyen Atlas marocain près de Beni Mellal ; Angers une ville de l’ouest de la France (160 000 habitants environ). C’est à Angers qu’une trentaine de famille de Beni Ayatt ont choisi de s’installer dans les années 60 ; ils sont aujourd’hui près de 500 personnes originaires de cette commune en comptant les différentes générations et les nouveaux arrivants (anciens combattants ou jeunes arrivés clandestinement). V. C. Arab, Des anciennes filières aux nouvelles stratégies migratoires. Le cas des Aït Ayad au Maroc. Mémoire de DEA, dir. E. Ma Mung, Poitiers, 2001.

2 Salah, ami de Mustapha, et frère de Mohamed (Mohamed, actuellement installé à La Spezia en Italie, fera un bout de parcours de l’Espagne vers l’Italie avec Mustapha). Salah est un migrant que nous avons aussi eu l’occasion d’interroger à deux reprises, qui traverse plus de 15 pays pour arriver à Angers en 1990 et qui quelques années plus tard repart pour l’Europe à partir de la Tunisie en passant par la Thaïlande. Il prend un avion qui fait Tunis/Bangkok avec escale en Allemagne, d’où il s’échappe au retour. Aujourd’hui il est installé à Lunel chez une de ses sœurs. Il a plusieurs mariages à son actif, le dernier avec une jeune française d’origine marocaine avec qui il tente de régulariser sa situation et de se fixer.

3 Il s’agit de la vague de régularisations pour l’obtention des papiers par arraigo du 8 juin 2001 et le 31 juillet 2001, qui se basait sur trois conditions. Premièrement, le migrant devait prouver qu’il résidait en Espagne avant le 23 janvier 2001. Deuxièmement, il devait prouver sa participation réelle ou potentielle au marché du travail, une résidence antérieure régulière en Espagne ou bien l’existence de liens familiaux avec des étrangers ou avec des Espagnols. Troisièmement, il ne devait pas être en attente d’expulsion. Pour une bonne partie des migrants interrogés, ces preuves ont été achetées ou falsifiées.

4 Terrain de novembre 2003. Rute, petite ville au sud de Cordoue, nous est apparue comme une véritable ville-étape, où les migrants marocains ne restent pas. Ils travaillent en majorité dans la cueillette d’olives pour quelques mois seulement (deux à trois mois). Leur patron les loge pendant le temps de leur travail. Dès le travail terminé, tous repartent. J’ai vécu une semaine parmi eux dans une maison offerte par leur patron.

5 Terme berbère, mais aussi utilisé en arabe pour dire passer la frontière clandestinement. Au sens littéral du terme, cela signifie « brûler ». Le mot est utilisé pour dire que quelqu’un s’est brûlé la main par du feu par exemple. Mais il est aussi utilisé pour dire « brûler la frontière », « brûler la mer », dans le même sens que brûler un feu rouge.

6 Pour le parcours de Marouane, voir aussi C. Arab, « Circulants marocains en réseau. La diversité des itinéraires et des routes migratoires », in G. Cortès, L. Faret, dirs., Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires comptemporaines. Paris, Armand Colin, 2009, p. 86.

7 Il s’agit du même Salah que celui qui était intervenu dans le parcours migratoire de Mustapha.

8 G. Simon, « La mise en place et l’évolution du concept de champ migratoire », in « Villes et géographie, innovations et perspectives », Géoforum, Aix-en-Provence, AFDG, 26 et 27 mai 2000, p. 68.

9 V. G. Simmel, « Excursus sur l’étranger », in Sociologie - Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999 ; A. Tarrius, « Territoires circulatoires et espaces urbains », Annales de la Recherche Urbaine, no 59-60, 1996, p. 50-59 ; A. Tarrius, Les Nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires. La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 2000.

10 Ces différentes villes de France, d’Espagne et d’Italie, correspondent aux villes d’installation définitive des Aït Ayad depuis les 40 dernières années.

11 J. Cesari, « Les réseaux transnationaux entre l’Europe et le Maghreb : l’international sans territoire ». REMI, vol. 13, no 2, 1997, p. 81-94.

12 B. Badie, La Fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995, coll. « L’espace du politique ».

13 Le terme de diaspora est utilisé dans le sens de dispersion d’une population en migration. La diaspora est définie à travers deux caractéristiques morphologiques de la migration : la multipolarité des lieux d’arrivée et l’interpolarité possible par la mise en place de relations fortes entre chaque pôle d’arrivée et le pays d’origine, mais aussi entre tous les pôles de la migration. « La diaspora serait d’abord un sentiment, une utopie, un rêve de soi-même. Mais c’est à partir de cette utopie que se construit effectivement la diaspora. C’est cette conscience qui lui permet de pousser des ramifications et de développer l’écheveau de ses réseaux » (E. Ma Mung, « Non-lieu et utopie : la diaspora chinoise et le territoire ». L’Espace géographique, no 2, 1994, p. 108).

14 F. Schaeffer, Champ, réseau et circulation migratoire, articulation de ces trois notions à travers l’étude de la migration marocaine, l’exemple de la communauté marocaine de Strasbourg. Mémoire de DEA, dir. E. Ma Mung, Poitiers, 1998, p. 10.

15 A. Tarrius, Les nouveaux cosmopolitismes, op. cit.

16 A. Tarrius, Les nouveaux cosmopolitismes, op. cit., p. 123.

17 A. Tarrius, Les nouveaux cosmopolitismes, op. cit., p. 125.

18 A. Tarrius, « Territoires circulatoires et espaces urbains », art. cit., p. 189.

19 F. Schaeffer, Champ, réseau et circulation migratoire, op. cit.

20 C. Arab, Les Aït Ayad. La circulation migratoire de Marocains entre la France, l’Espagne et l’Italie. Presses Universitaires de Rennes, 2009.

Table des illustrations

Légende Réaliser par Arab C. avril 2005Carte 1. Réseau migratoire de Mustapha
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Source : fond de cartes : Atlas 2000, Intercarto, Sources : Atas du Maroc, Noin D., 1975. ; entretient personnelRéalisée par ARAB C., juillet 2001Carte 2. Le réseau de connaissance de Mustapha en 2001
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Sources : Enquête de terrainRéaliser par ARAB C., Juil 2006Carte 3. Le trajet migratoire de Mustapha ou le jeu des réseaux
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Source : Atlas 2000, Intercarto ; entretien personnelRéalisée par ARAB C., 2006Carte 4, Les routes migratoires de Marouane
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteur

Géographe. Elle est chargée de recherche au CNRS, rattachée à l’UMR ESO-CARTA (Université d’Angers). Elle a soutenu une thèse à l’université de Poitiers au laboratoire MIGRINTER, d’où est tiré un livre aux Presses Universitaires de Rennes, intitulé Les Aït Ayad. La circulation migratoire des Marocains entre la France, l’Espagne et l’Italie. Elle a été accueillie au centre Jacques Berque en sciences humaines et sociales de Rabat durant trois années en tant que boursière du ministère des Affaires étrangères français. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la migration féminine marocaine vers les pays d’Europe méditerranéenne (Espagne) et les pays du Golfe arabe (Emirats Arabes Unis).
Contact : chadia.arab@ univ-angers.fr

© CNRS Éditions, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search