Version classiqueVersion mobile

Pratiquer les frontières

 | 
Françoise Lorcerie

Avant-propos

Henri Eckert

Texte intégral

Méditerranée, mobilités, frontières…

1L’organisation de Rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée ne visait pas seulement à créer et animer un lieu/réseau de débat sur les relations que les jeunes entretiennent avec les sociétés au sein desquelles ils se meuvent. S’inscrire explicitement, délibérément dans l’espace méditerranéen n’était pas moins important. Nous voudrions, ici, rappeler brièvement pourquoi.

Circulations

2Suffira-t-il d’avancer que, dans cet espace méditerranéen, se joue concrètement – trop souvent tragiquement – une grande part des rapports entre ce qu’il est désormais convenu d’appeler le « Nord » et le « Sud » ? Peut-être… Encore n’est-il pas tout à fait inutile d’expliciter un peu plus. Car si la Méditerranée est longtemps « restée immense », selon une formule de Fernand Braudel, elle n’en a pas moins été, depuis quelques siècles en particulier, traversée en tous sens. Les mouvements qui s’y produisent – nous nous en tiendrons pour le moment aux seuls mouvements des personnes – ne sont pourtant pas de simples allées et venues, dans un espace supposé homogène, qui garantirait à tous un égal droit de circulation, sans que nul n’y soit entravé. Il est vrai que l’histoire n’a pas toujours facilité les mouvements entre les deux rives de la Méditerranée.

3Nous voulons dire, plus précisément, que l’histoire n’y a pas toujours facilité des circulations libres entre nord et sud, équilibrées dans un sens et l’autre. Sans remonter trop loin dans l’histoire récente, comment ne pas évoquer l’épisode de la colonisation ? La conquête de l’Algérie par la France a constitué l’occasion d’imposer visiblement la domination agressive d’une rive sur l’autre, au mépris des valeurs pourtant revendiquées par le conquérant. Si la défaite finale de l’impérialisme a permis de restaurer la souveraineté et la dignité d’un peuple, elle n’a pas permis pour autant d’établir un partenariat entre égaux. Tant il est vrai que le développement du « Sud » reste hypothéqué par l’exploitation coloniale passée et des formes actuelles, insidieuses, de néo-colonialisme. Une fracture subsiste, dont la dimension économique – les différentiels de niveau de vie – n’a pas les moindres conséquences.

  • 1 Le film a été projeté la veille des Rencontres, lors d’une séance coordonnée avec le cinéma « Vari (...)

4Dans son film Loin1, sorti sur les écrans en 2000, André Téchiné, évoque cette situation à sa manière. Trois personnages se croisent dans Tanger : un camionneur français, une jeune femme qui tient la pension dans laquelle loge habituellement le camionneur et un jeune Marocain qui rêve d’Europe. Le camionneur français a promis à ce jeune garçon de lui faire passer la frontière clandestinement, caché dans son camion, en échange de son aide pour renouer avec la logeuse et relancer un amour compromis… Mais Saïd, c’est le nom du jeune Marocain, n’est pas seul. Plusieurs fois la caméra s’attarde sur ces grappes de jeunes hommes en quête d’un passage clandestin vers l’Europe. Fiction direz vous ? Certes ! Mais la réalité souvent dépasse la fiction… Et de jeunes Africains continuent de se mettre en route vers un « Nord » mythique qu’ils n’atteindront le plus souvent jamais.

Frontières

5La migration vers l’Europe – du Maghreb vers la France en particulier – constitue l’une des facettes des circulations dans le bassin occidental de la Méditerranée. Marquée par le fait colonial, cette migration a pris des formes multiples, depuis la mobilisation massive d’une main d’œuvre masculine et jeune, recrutée dans les pays du sud européen et au Maghreb pendant les Trente glorieuses, en passant par le regroupement familial finalement consenti avant d’en venir à l’arrêt ou, du moins, à un contrôle plus strict, plus sélectif, des migrations du « Sud » vers le « Nord ». La tendance actuelle irait d’ailleurs, selon le BIT, vers des migrations temporaires plutôt que permanentes. S’il en résulte des mouvements plus nombreux, cette tendance nouvelle risque surtout de marquer plus nettement les frontières entre un « Nord » moins accessible et un « Sud » qui peine à nourrir ses populations. C’est ce thème des frontières – de la frontière en général - que les Deuxièmes Rencontres se proposaient d’aborder, en lien direct avec celui des migrations. Ces frontières ne sont pas seulement dessinées sur les cartes de géographie ou marquées dans l’espace par des postes de contrôle, voire des murs ; elles sont aussi ailleurs, dans les obstacles divers qui biaisent ou contrarient les communications entre les hommes. S’il existe, de plus en plus brutale, une frontière qui se creuse entre le « Nord » et le « Sud », elle ne tient pas seulement aux barrières matérielles, qu’elles soient naturelles ou artificiellement dressées ; elle tient aussi aux discours tenus sur la distance culturelle qui séparerait les sociétés du « Nord » des sociétés du « Sud », aux discours sur cette « distance » qui porterait à l’affrontement, à l’affrontement entre deux mondes que tout opposerait in fine…

6Mais ces frontières peuvent tenir aussi à ces discontinuités dans l’espace social au sein même des sociétés du « Nord ». Au sein de sociétés qui parfois redoutent cet autre venu d’un ailleurs inquiétant et qui, plus généralement fonctionnent selon des mécanismes de distinction qui tendent à diviser la société en groupes, à entretenir et renforcer des divisions produites par les modes d’organisation de ces sociétés, par les modes d’organisation de la production des biens économiques en particulier. Sans entrer ici plus avant dans les segmentations propres aux sociétés occidentales, force est de reconnaître avec quelle force un questionnement sur les frontières entre « Nord » et « Sud » ne pouvait que renvoyer aux frontières qui traversent nos espaces sociaux fort peu homogènes. Dès lors il devenait aussi impossible de réduire les migrations aux seules circulations sur un territoire et nécessaire de les ouvrir aux mobilités dans l’espace social.

Jeunes

7C’est pourquoi les Deuxièmes Rencontres se sont focalisées sur les mobilités/migrations dans l’espace euro-méditerranéen et dans les sociétés du « Nord ». Il devenait dès lors possible de suivre non seulement des migrations entre « Nord » et « Sud » mais aussi d’interroger les parcours au-delà. D’interroger, par exemple, les parcours de ces jeunes issus de milieux populaires, souvent filles ou fils d’immigrés que l’école française devait mettre sur un pied d’égalité avec leurs camarades. C’est ainsi que trois thèmes avaient plus précisément été proposés : si le premier concernait « les migrations des jeunes dans l’espace européen et méditerranéen », le second invitait à réfléchir sur le rapport entre « frontières politiques et frontières sociales », tandis que le troisième thème s’attachait aux « jeunes, [au] travail et [au] développement local ».

8Les migrations dans l’espace euro-méditerranéen, permettent-elles, en retour, un développement des régions abandonnées au moment du départ vers le « Nord » ? La question ne concerne pas seulement le développement économique des régions quittées. Elle renvoie aussi aux possibilités même d’un retour après l’expatriation. En l’occurrence, ne sont pas uniquement en jeu les possibles retours de travailleurs émigrés, après qu’ils aient réuni les moyens de s’installer « au pays ». Sont en jeu, avant tout, les migrations liées aux poursuites d’études de jeunes gens qui n’auraient pu suivre, dans leur pays, les formations souhaitées, souvent indisponibles. Les pays d’immigration sont bien souvent intéressés à conserver cette main d’œuvre très qualifiée, au détriment des pays d’origine, qui en auraient bien souvent un grand besoin. Mais comment retourner ?

9Dans la Grèce antique, le jeune homme devait, arrivé à l’âge de dix-huit ans, s’éloigner de la cité et s’en aller aux confins pour y séjourner pendant une durée de deux ans. Ce temps était consacré à son initiation, sur des plans divers et notamment sur le plan militaire. Après ce séjour aux confins, le jeune homme revenait au centre, prendre sa place dans la cité, comme soldat apte à la défendre et comme citoyen capable de prendre part à la vie de la cité et d’en assumer l’avenir. Un peu comme si l’entrée dans l’âge adulte supposait ce rite de passage, fait d’arrachement au milieu familial d’origine, d’un séjour prolongé aux marges de la cité et, finalement, d’une réintégration dans le monde des aînés. Or, dans le déroulement des phénomènes migratoires, ceux qui ont lieu à l’occasion d’études à l’étranger notamment, c’est ce moment de la réintégration qui paraît souvent impossible.

Un réseau méditerranéen

10Réfléchir sur les mobilités/migrations dans l’espace méditerranéen offrait une belle occasion d’élargir vers le sud un réseau, dont la constitution et la pérennisation restent des objectifs majeurs des Rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée. L’idée même des rencontres avait pris corps dans la foulée d’un séminaire organisé à l’Iresco, à Paris, sur les « questions de jeunesse ». Il s’agissait, pour les promoteurs de cette nouvelle initiative, de faire de Marseille, ville du sud ouverte sur la Méditerranée, la base d’une initiative qui n’aurait pas nécessairement lieu à cet endroit à chaque fois. Si les trois premières éditions se sont déroulées à Marseille, les Quatrièmes Rencontres se passeront à Bologne/Forlì, en Italie, à la fin du mois de mars 2009. Et si les Cinquièmes Rencontres auront lieu en France à nouveau, les Sixièmes pourraient se tenir au Maghreb ou en Espagne.

11L’initiative est actuellement soutenue par le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), organisme public d’étude et de recherche sur les relations entre la formation et l’emploi, sis à Marseille ; le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (Lest), unité mixte de recherche du Cnrs, à Aix-en-Provence ; l’Institut national de l’éducation populaire et de la jeunesse (Injep), installé à Marly-le-Roi, près de Paris ; et l’Institut universitaire de formation des maîtres (Iufm) de l’académie d’Aix-Marseille. Les rencontres successives ont été financées par les institutions qui promeuvent les Rencontres, avec le soutien financier du Cnrs, des universités d’Aix-Marseille et de certaines collectivités locales. Ainsi, les Deuxièmes Rencontres ont bénéficié de l’appui financier de la ville de Marseille, du conseil général des Bouches-du-Rhône et du conseil régional de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

12Le conseil scientifique des Rencontres réunit avant tout des sociologues ; mais des historiens et des économistes y ont pris une place importante. Les Rencontres ont en effet une vocation pluridisciplinaire et visent à promouvoir une approche de la jeunesse capable de mobiliser les apports de toutes les disciplines susceptibles pour contribuer à mieux décrire et mieux comprendre la place des jeunes dans nos sociétés. L’autre axe primordial est, les Deuxièmes Rencontres en ont largement témoigné, l’ouverture internationale. Si l’objectif, sur ce plan, est de réunir dans un premier temps les pays autour du bassin occidental de la Méditerranée, l’ensemble des collègues qui, tout autour de la Méditerranée se penchent sur les questions de jeunesse, ont vocation à s’associer à un réseau résolument euro-méditerranéen. Les Rencontres organisées en Italie devraient aider à une ouverture vers l’Est méditerranéen.

13PS : Alors que se tenaient les Deuxièmes Rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée, de jeunes hommes – pour l’essentiel –, venus du « Sud » tentaient de déborder, à l’aide d’échelles de fortune, les murs qui encerclent et « protègent » les deux enclaves européennes sur le territoire marocain.

Notes

1 Le film a été projeté la veille des Rencontres, lors d’une séance coordonnée avec le cinéma « Variétés » à Marseille.

Auteur

Sociologue, ingénieur de recherche au Céreq, Hdr. Ses travaux portent sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. Il porte une attention particulière aux jeunes issus de milieux populaires et aux jeunes ouvriers. Il a publié récemment : Avoir vingt ans à l’usine, La Dispute, 2006. Il est à l’origine, avec Claire Bidart et Yves Doazan des Rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée.
Contact : eckert@cereq.fr

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search