Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La mort collective Chapitre 6. Quand l’événement se ...

La mort collective

 | 
Gaëlle Clavandier

Chapitre 6. Quand l’événement se fait résistant

Texte intégral

1Tout au long de cette recherche, nous avons vu à l’œuvre une dialectique qui manifeste un désir de passage entre un avant et un après, passage d’un désordre subi à un retour à la normale choisi. Ce désir se perçoit à plusieurs niveaux : celui des pouvoirs publics pour qui le retour à l’ordre est un témoignage de leur capacité à traiter des situations potentiellement dangereuses, celui des populations affectées par un drame ou de celles qui entretiennent une certaine familiarité avec lui, qui voient dans ce retour la possibilité de vivre comme avant. Ce désir a une consistance qui se traduit par l’inscription du drame dans une perspective temporelle. La structure du traitement social de la mort collective serait mue par ce passage. Tout serait organisé en fonction de sa réalisation. Pour cela il faut comprendre et formaliser les faits en événement, pour envisager l’action ; agir dans le sens d’une socialisation en vue de culturaliser un drame que l’on perçoit comme une agression extérieure ; prendre en charge les victimes (décédées ou non) et reconstruire les territoires dévastés pour effacer toute trace morbide ; élaborer un souvenir normé conforme au projet d’une mémoire commémorative.

2Les différents traitements post-catastrophiques déployés entrent dans un processus d’ordonnancement encouragé par le désir d’un passage d’une situation chaotique subie, porteuse de potentialités nouvelles, à une situation ordinaire, celle que l’on connaissait avant le drame, une situation dans laquelle on peut se repérer. L’étude des figures prises par ce passage a permis de dégager trois modèles concurrents qui se sont succédé dans l’histoire. Or, du fait d’une évolution de la représentation des morts collectives, ce passage est moins évident et nécessite un traitement spécifique davantage organisé et suivi. Cette difficulté supplémentaire tient en particulier au fait que, désormais, l’homme est responsable tant du drame que de ses effets et des solutions apportées. De ces nouvelles conditions naissent d’autres alternatives. Le désir de passage se manifeste dans la prévention, l’anticipation des drames, mais aussi dans une demande de donner du sens face à une complexification de nombreux paramètres. Ce savoir social de la catastrophe a toujours existé, même s’il est négligé par les experts, d’où parfois l’échec des informations préventives.

3L’objet de ce chapitre conclusif sera d’analyser les difficultés contemporaines à envisager une transition définitive entre la catastrophe au sens large et son traitement pour ensuite examiner certains des recours mis en œuvre par les différentes populations pour minimiser cet obstacle.

UN « PASSAGE IMPOSSIBLE »

4Ce passage, entre une situation de départ le plus souvent subie et une situation d’arrivée, est délicat. Pour preuve, l’incendie du « 5/7 », du fait d’un déficit de cohésion entre le groupe des familles de victimes et les pouvoirs publics locaux, a occasionné un refoulement de l’accident de type pathologique. Le deuil n’a pas été effectué ou il l’a été dans de mauvaises conditions. Les familles se sentent rejetées, abandonnées à elles-mêmes sans le soutien nécessaire de la collectivité pour appréhender cette mort dans de meilleures conditions. La municipalité actuelle ne souhaite toujours pas s’exprimer à ce sujet. Son absence lors de la cérémonie au mémorial est significative de cette déchirure entre deux parties pourtant touchées par le même drame. Outre les cas où la prise en charge post-catastrophique a subi des complications, il existe des limites non imputables à des circonstances particulières.

Le retour du drame : démenti des faits et imaginaire de la dynamique répétitive

5La première limite est de type factuel. Il s’agit de la dynamique répétitive. Lorsqu’une catastrophe survient, elle renvoie aux autres drames du même type que l’on a gardés en mémoire ou provisoirement oubliés. La présence dans la presse de séries et la recherche d’un précédent offrent l’avantage certain de caractériser l’événement, ce qui est une nécessité, mais a pour inconvénient de faire reémerger des réalités gérées, c’est-à-dire oubliées ou du moins enfouies dans les affres du souvenir. De plus, à chaque nouvel accident, les pouvoirs publics s’appuyant sur la compétence des experts annoncent qu’il s’agit du dernier de ce type. Ils veilleront personnellement à cela. Or, pour toute nouvelle catastrophe, l’on trouve des précédents et les médias ne manquent pas de les communiquer. La Seconde Guerre mondiale fait écho à la Première qui, bien que différente, lui est référencée par son nom, un nombre de morts exponentiel au regard des conflits précédents, les territoires et nations en jeu. À l’incendie du Bazar de la Charité (1897) ont répondu celui des Nouvelles Galeries de Marseille (1938), puis celui du « 5/7 » (1970). Cette filiation occasionne nécessairement un retour en arrière, comme si, irrémédiablement, les faits s’acharnaient contre ce « désir de passage ». Si les experts peuvent voir dans ces séries un appui pour leurs évaluations afin d’affiner des systèmes de sécurité et de prévention, la population, elle, fonctionne également sur une logique imaginaire circulaire (non linéaire comme la référence au progrès chez l’expert).

  • 1 Lors d’entretiens semi-directifs les figures anciennes de la peste ou de la tuberculose peuvent se (...)

6Sorte de retour du « même », toute nouvelle catastrophe indique que le passage que l’on avait pu croire réel n’était en fait qu’une illusion. La preuve est empirique. Ainsi, les précédents se réactualisent, se régénèrent. Le Titanic est un modèle, le drame de l’Estonia confirmera sa stature de référent. De même, le sida a réveillé de vieilles épidémies, la peste et la syphilis. Malgré un oubli quasi définitif – quand le chercheur ne peut plus repérer de traces visibles – des faits rejaillissent. C. Herzlich et J. Pierret ont bien vu que des figures sont ancrées dans nos mémoires sans pour autant s’actualiser dans des faits contemporains1. Cette mémoire collective prend la forme d’un imaginaire qui n’a de sens que si on le considère sous la forme d’un surgissement. L’épidémie correspond à ce modèle car, par définition, on n’est jamais préparé à elle. C’est justement cette instantanéité de l’événement, l’urgence avec laquelle il faut y répondre et la nécessité de l’analyser pour le comprendre qui constituent les premières caractéristiques de ces morts collectives. Il faut noter que la notion même de catastrophe contiendrait cette idée d’éternel retour et serait annonciatrice d’une régénération. Ces jaillissements successifs sont un défi à chaque fois renouvelé, un défi qui met à mal les grandes assurances des lendemains de drames. Toute nouvelle catastrophe remet en cause, au moins provisoirement, cette modalité du passage, mais elle n’en est pas l’unique expression, car à elle seule, elle ne peut faire vaciller une entreprise aussi bien structurée que celle du traitement social des morts collectives.

7Une seconde preuve est de l’ordre des représentations, elle inscrit les accidents collectifs dans un temps cyclique, non linéaire. Pour le « quidam », la distance d’avec l’événement n’est pas temporelle, elle est essentiellement émotive et correspond à la capacité de résonance d’un drame, comme en atteste l’étude de la mémoire événementielle. Cette distance ne se mesure pas en nombre d’années. L’événement fondateur, la première fois, a une consonance à la fois anthropologique et ontologique, il est atemporel. On entre dans le registre du « re », celui de la répétition. Une répétition différente de celle du rite commémoratif dans la mesure où elle est inaugurale, elle signifie « à nouveau », mais pas nécessairement de la même et unique façon. Ici, c’est le mode du recommencement qui prévaut. Toute catastrophe, parce qu’elle est unique, signifie une inauguration radicale. Dans cette perspective le temps linéaire n’a pas de prise sur le réel, ce qui explique, par exemple, que pour la catastrophe de Furiani l’événement référentiel se soit produit durant l’Antiquité. Cette référence historiquement lointaine est proche à un niveau anthropologique, dans le sens où la proximité de contenu (nature de la catastrophe, dégâts, ressenti de la population, mises en causes…) prime sur la distance temporelle. Le temps linéaire est aboli au profit d’une compréhension, d’un sens donné à ces événements dans une filiation nécessaire. Cette dernière permet de minimiser, sans le détruire, le caractère unique d’une catastrophe qui est vécue comme dangereuse du fait de l’absence de repères fiables. La conjuration de la calamité suppose toujours que l’événement désastreux se soit déjà produit quelque part, dans un espace-temps précis.

Des responsabilités multiples ne permettant pas l’actualisation d’une sanction

  • 2 Sanction et rétribution référent à deux conceptions du droit : droit restitutif et droit rétributi (...)
  • 3 P. Fauconnet, La Responsabilité – Étude de sociologie, Paris, Alcan, 1920, p. 227.
  • 4 Ibid., p. 234.
  • 5 Ce peut être la personne qui l’a commis volontairement, une personne contiguë à l’acte ou un bouc (...)

8Cette modalité du « passage impossible » se perçoit sur un autre registre : celui du droit de la responsabilité. À la différence des actes criminels, délictueux, les morts collectives et en particulier les accidents trouvent rarement un substitut à l’événement, pouvant ainsi, par un processus de mise en décalage, décharger sur un responsable les conséquences de celui-ci et le socialiser davantage par une distanciation. P. Fauconnet dans un ouvrage sur la responsabilité a montré l’importance d’ordre légal, mais aussi social, du substitut au crime. Seul ce transfert autorise une condamnation jugée juste par les victimes. En son absence, le drame demeure premier. À partir de ce modèle de la responsabilité et du crime (qui, bien qu’ancien, reste pertinent pour notre propos), on peut voir comment les morts collectives contemporaines posent une difficulté d’ordre juridique sur le thème du substitut symbolique à l’événement. La sanction ou la rétribution s’opèrent à partir d’un schéma d’imputation de la responsabilité qui nécessite un passage entre l’acte, le fait (la catastrophe, le délit) et le traitement juridique et social de ce même fait (le dédommagement, la condamnation)2. Ce passage dans le cas des crimes est déterminé par la découverte d’un criminel. L’idée défendue par P. Fauconnet est la suivante : « C’est au crime même, que s’appliquerait la peine, si elle pouvait le saisir et l’annihiler3. » Cependant, le législateur est face à une impasse : comment l’événement, qui appartient désormais à une représentation passée, peut-il être évacué ? Une médiation doit nécessairement s’opérer entre le fait et la sanction car la peine vise le crime à travers le criminel : « La peine se dirige vers le crime. C’est seulement parce qu’elle ne peut l’atteindre en lui-même qu’elle rebondit sur un substitut du crime4. » L’intérêt de cette démonstration est de montrer, contrairement à une perception première, que les trois termes de la causalité peuvent être dissociés : le crime, la sanction et la responsabilité. Pour que la sanction puisse s’appliquer, il est nécessaire de trouver un responsable, ici le criminel. Un code existe pour choisir le meilleur substitut pour qu’il n’y ait pas de contestation : il faut découvrir « l’être qui symbolise vraiment le crime5 ». Ainsi, les émotions suscitées par l’événement vont pouvoir se transférer sur une personne. Cette opération rend possible la symbolisation du crime par un responsable. Ce n’est pas le fait en lui-même qui est jugé et plus largement traité, mais la représentation de ce fait qui nécessite une médiation : la responsabilité d’un homme ou d’une collectivité. La qualité du crime est donc transférée à un ou des individus sur lesquels la sanction a un poids dans le sens où ils sont impliqués dans un système de relations sociales – ce qui n’est évidemment pas le cas de l’acte jugé. Est responsable d’un crime celui qui est jugé comme tel (d’où la nécessité d’une imputation) et qui pourra en conséquence subir une sanction. Ce n’est qu’au terme de ce processus que le circuit se referme, la réaction sociale prenant le pas sur la « dépression » provoquée par le crime. Or, pour l’objet d’étude que constituent les catastrophes, la situation est plus complexe.

9Les morts collectives confrontent les pouvoirs publics à une situation paradoxale qui se décline à deux niveaux : absence de substitut au drame avec impossibilité de déterminer un ou plusieurs responsables ; ou découverte d’un substitut qui, n’étant pas à la hauteur du drame, ne peut par conséquent jouer son rôle de remplaçant symbolique. Dans tous les cas ou presque, le drame prévaut sur les responsables et responsabilités dans la mesure où l’on n’a pu trouver un médiateur satisfaisant englobant la totalité de la charge émotionnelle. Le paradoxe est que la responsabilité humaine n’a jamais été autant engagée. Les catastrophes « naturelles » n’existent plus, au sens où elles renvoient à des décisions et actions considérées comme à l’origine des conséquences dramatiques. La recherche des causes est conduite de manière rigoureuse par des collèges d’experts. Cependant, la responsabilité dont il est question ici est une responsabilité plurielle d’acteurs et d’institutions multiples qui ont des statuts distincts. Elle ne permet pas la réalisation d’une sanction univoque qui seule serait du même ordre que le drame. Des réponses diffuses ne permettent pas de dépasser l’événement premier, d’où l’idée défendue dans cet ouvrage d’un « passage impossible » du point de vue du droit et plus particulièrement de l’imputation des responsabilités. Or, ces questions sont au cœur des représentations et des réponses apportées aujourd’hui à une mort collective. Contrairement à l’association crime-criminel (association entre le fait et l’acteur qui commet l’acte ou en est jugé responsable), une telle relation symétrique n’existe pas dans le cas des catastrophes collectives.

  • 6 Même les catastrophes dites « naturelles » et les épidémies occasionnent la recherche de responsab (...)

10On peut invoquer la différence de nature entre les événements étudiés : les crimes sont des actes volontaires et répréhensibles, pas les accidents, ni les épidémies. Deux critiques peuvent être formulées à l’égard de cette position. Tout d’abord, le substitut du crime n’est pas nécessairement son auteur, il est celui que l’on juge comme tel. Un handicapé mental sera inapte à porter une responsabilité alors qu’un parent pourra assumer celle de son enfant. Ensuite, le contexte actuel – où la recherche des responsabilités est capitale et où la vengeance divine s’est dissoute – fait qu’en cas de catastrophes la responsabilité civile, voire pénale, est mise en jeu6. Lors de l’épidémie du sida, la demande des parties civiles de qualifier d’» empoisonnement » la distribution de lots de sang contaminé répond à cette évolution du droit et surtout à la place occupée actuellement par les victimes.

11L’évolution de la jurisprudence fait que l’on est passé d’une logique de sanction à celle de l’indemnisation des victimes. Aujourd’hui, le système des causalités et les processus de retour à l’ordre sont rendus complexes du fait de la représentation d’une responsabilité humaine et de la multiplication des facteurs en causes. Reprenons la modélisation qui prévaut de nos jours : elle fait suite aux modèles du châtiment divin et de la responsabilité de la nature.

Retour à l’ordre sur le long terme grâce à un traitement social d’ordre événementiel et rituel

Retour à l’ordre sur le long terme grâce à un traitement social d’ordre événementiel et rituel

12Si la découverte des causes d’un drame est un souci constant des experts et des pouvoirs publics, si les moyens mis en œuvre pour approcher la « vérité » d’une catastrophe (c’est-à-dire son origine, ses modalités de réalisation, les facteurs aggravants…) n’ont jamais été aussi importants ; paradoxalement la sanction des responsables identifiés est de plus en plus aléatoire. Pourtant les familles des victimes, qui peuvent aujourd’hui se porter partie civile, demandent à ce qu’il y ait une réparation en sus de l’indemnisation. Nous sommes au cœur de la problématique actuelle du droit de la responsabilité : entre droit restitutif et droit rétributif. Pour comprendre cette idée de « passage impossible » d’un point de vue juridique, il faut revenir sur les évolutions récentes en ce domaine et voir leurs implications sur l’objet étudié.

  • 7 Un numéro thématique de la revue Esprit aborde ces questionnements, tout particulièrement les text (...)

13On assiste à une sorte de paradoxe : parallèlement à l’accroissement quantitatif et qualitatif des domaines impartis à la responsabilité, ses fondements premiers semblent disparaître7. La notion de responsabilité a évolué autour de celles de risque, de réparation pécuniaire du dommage et de victime. Qui est responsable de quoi ? Peut-on être responsable mais pas coupable ? Comment réagit un droit fondé sur la notion de personne à des morts collectives où la responsabilité est de plus en plus partagée ? Toutes ces questions nécessitent de s’interroger sur la législation française et ses évolutions en fonction d’un contexte qui prend acte des catastrophes contemporaines et de leurs nouvelles modalités. Le regard que porte le sociologue sur le droit n’est pas d’ordre technique. Il s’agit, à partir de l’analyse de grands fondements du droit civil en particulier, des grandes ruptures et des évolutions actuelles, de mieux comprendre l’appréciation de la responsabilité et plus largement des morts collectives. Ce débat qui dépasse le cadre du droit repose sur des principes philosophiques et moraux, sur des choix de société et des visions du monde.

  • 8 Ibid., 101.
  • 9 Ibid., p. 102. L’histoire du droit est inhérente à la notion de personne ou de sujet, la lecture d (...)

14Il y a environ deux mille ans, le droit romain ne conférait aucune signification particulière à la notion de responsabilité : « Le responsable était originairement un garant, une personne donnant sa parole pour autrui. Il ne s’agissait nullement d’un coupable ni d’un débiteur tenu de réparer le dommage causé à autrui8. » Plus généralement, le terme de « responsable » désignait ceux qui pouvaient être convoqués devant un tribunal en raison d’une obligation pesant sur eux. Aujourd’hui, à cette conception antique qui voit le désordre (le dommage) comme une atteinte à l’harmonie du monde ou de la cité et vise à la restauration de l’équilibre rompu, s’est substituée une conception de la responsabilité « dont le sujet, acteur ou victime, est la seule et unique mesure »9.

  • 10 L. Engel, « Vers une nouvelle approche de la responsabilité – Le droit français face à la dérive a (...)
  • 11 C. Labrusse-Riou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », article cité, p. 1 (...)
  • 12 L. Engel, « Vers une nouvelle approche de la responsabilité », article cité, p. 15.

15Le droit civil – plus que le droit pénal – s’est transformé pour mettre au centre de ces préoccupations le risque et la réparation du dommage. La figure de la victime va alors se développer aux dépends de celle du coupable. La notion de faute, qui repose sur un fondement moral (principes chrétiens qui trouvent leur source dans le droit canonique et le jansénisme), tend à disparaître du droit civil au profit de celle de risque et de sécurité. Par ailleurs, les conditions d’engagement de la responsabilité se sont assouplies. Dans un certain nombre de cas, il semble que le dommage soit calculé plus en fonction d’une représentation de la victime que d’une définition juridique. La responsabilité est fréquemment attribuée par les juges à celui qui a les moyens de payer, nous sommes alors dans une logique d’indemnisation. L. Engel considère qu’il s’agit d’une objectivation de la responsabilité mettant l’accent sur le produit, pour éviter de mettre en cause une quelconque personne10. On peut parler avec C. Labrusse-Riou de « dépersonnalisation du mal11 ». Aujourd’hui, même si la faute peut être encore prise en compte pour demander une indemnisation, même si elle est invoquée pour expliquer à une victime qu’elle est à l’origine du dommage subi, la notion de faute n’est plus un critère décisif de jugement, ce qui a des conséquences sur l’application de la sanction : « On est en effet passé d’un système de responsabilité pure où le comportement fautif du responsable, la volonté de désigner et l’espoir de le voir disparaître primaient, à un système d’indemnisation où l’attention est très largement focalisée sur les victimes12. »

16La notion de faute caractérise le droit français jusqu’au xixe siècle, celle de risque fait son apparition au xxe siècle. Cette dernière peut être dégagée de toute intervention humaine à la différence de la faute, qui, pour s’actualiser, doit se manifester sur un auteur. L’ère de l’industrialisation, des progrès techniques et des accidents majeurs a été sans conteste un levier de cette évolution, le désir toujours croissant de sécurité qui lui est corrélatif en est un autre. Le droit civil et le droit pénal diffèrent sur cette question. En théorie le pénal correspond à la répression (droit restitutif) et le civil à la réparation (droit rétributif).

  • 13 Dans cette conception la victime porte seule les dommages qu’elle subit ou doit faire la preuve qu (...)
  • 14 « Mais il y a une incommensurabilité entre la souffrance des victimes et la malice ou la paresse d (...)

17À la naissance du Code civil en 1804, ses rédacteurs ont pour objectif de limiter les cas où la responsabilité peut être engagée. Le droit repose alors sur une logique libérale fondée sur la libre entreprise. Il vise à éviter que les individus ne fassent porter sur un tiers les dommages13. Trois types de conditions sont requis pour que celui qui a subi un préjudice soit reconnu comme victime : l’existence d’un dommage, d’une faute et d’un lien causal entre les deux. La responsabilité civile est tout entière orientée vers la réparation du dommage, la rétribution interpersonnelle. C’est en s’ouvrant à d’autres notions encore floues que le Code civil va élargir la responsabilité et son imputation. Désormais on va parler de « présomption de faute », de « fautes et de dommages quelconques » et de « responsabilité sans faute », lesquelles permettent une indemnisation même si aucun responsable n’a pu être découvert. Il établit une distance entre la victime et le coupable. Le résultat est le lien devenu opaque entre une rétribution (financière le plus souvent) et l’imputation des responsabilités. Les victimes en conservent une insatisfaction, elles font observer qu’une seule partie de la responsabilité a été prise en charge14.

  • 15 C. Labrusse-Riou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », article cité, p. 1 (...)
  • 16 O. Mongin parle d’une résignation latente : « Les équivoques de la responsabilité », article cité. (...)

18Aujourd’hui, au-delà du préjudice matériel, de la douleur physique et du préjudice esthétique, les troubles de condition d’existence et la douleur morale sont retenus comme des critères pouvant conduire à l’imputation d’une responsabilité. Le risque et l’indemnisation des victimes sont devenus les principaux « acteurs » du droit de la responsabilité. Selon C. Labrusse-Riou, « à partir de la notion de risque dont la nature est d’être sociale et non individuelle, le droit de la responsabilité civile s’est en partie recomposé autour d’un principe de répartition collective de la dette de réparation15 ». Mais la faute, elle, n’est pas collective. Or, une personne non avertie mélange fréquemment le payeur et le fautif. D’où l’impression parfois que l’on est tous des coupables en puissance16.

  • 17 C. Labrusse-Riou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », article cité, p. 9 (...)

19Les effets pervers de ce système sont multiples. Il vise plus la charité, l’assurance et l’indemnité que la dissuasion, la prévention et la précaution. En l’absence de coupable et de faute définis, il suscite la méfiance et peut entraîner l’apparition de boucs émissaires. La multiplication des facteurs d’imputation de la responsabilité pose la question des limites. Le droit en matière de responsabilité civile accepte de réparer pécuniairement tous les préjudices. En cela, il engage des personnes, voire la société tout entière, à « répondre de dommages dont la représentation ne dépend plus du droit mais de la prévention subjective de celui qui se dit lui-même victime17 ». Pourtant, le droit est limité par des contraintes techniques et matérielles (incapacité financière à tout assurer) et il provoque des pratiques défensives en matière de recherche notamment médicale. Pour éviter ce travers, certains auteurs, dont F. Ewald, proposent de distinguer nettement l’indemnisation de l’imputation des responsabilités.

  • 18 L’auteur se fait ici le porte-parole d’un courant spécifique d’analyse du droit, dont F. Ewald est (...)
  • 19 M.-A. Hermitte montre que les victimes de la transfusion sanguine amalgament le registre de la res (...)

20Une autre critique nous intéresse tout particulièrement parce qu’elle est invoquée par les parties civiles. La philosophie du risque, actuellement à l’œuvre, fait l’impasse sur la vérité, or la seule compensation financière ne satisfait pas les victimes ou leurs familles qui veulent comprendre et savoir, selon leur propre terminologie. Si le droit tient compte de la demande croissante de sécurité, il élude cette question qui lui est corrélative. L. Engel indique que la demande du corps social ne correspond pas à une philosophie du risque (qui est celle des assureurs et des experts) mais bien à un mécanisme de « juste imputation de la responsabilité »18. Le public demande aujourd’hui un double mouvement qui est paradoxal : faciliter les indemnisations et renforcer la sanction. Cette dualité pose problème, dans la mesure où l’évolution du droit s’est concentrée sur le premier paradigme. Seule la logique de réparation lui est congruente, pas celle de la responsabilité. Ne serait-il pas alors nécessaire de différencier l’acte d’indemniser de celui d’imputer une responsabilité, qui dans notre culture, est encore fondé sur la représentation d’une faute et donc d’une sanction à venir ? Cette distinction serait ainsi un moyen de comprendre « l’affaire » du sang contaminé19. Dans le cas contraire, la justice s’appuie sur le premier paradigme et, effet pervers du système actuel, les victimes continuent à rechercher un fautif en dehors de toute logique juridique qui ne peut en la circonstance leur apporter de réponse.

21Cette analyse de l’évolution du droit, qui passe d’une logique restitutive (application d’une sanction à un coupable déterminé) à une logique rétributive (où l’indemnisation prend le dessus sur la qualification des responsabilités et la recherche d’un responsable à qui pourrait s’appliquer la sanction), nous autorise à réinterroger la première partie de l’analyse sur l’absence de substitut au drame.

22Devant la multiplication des facteurs pouvant entraîner une responsabilisation, devant l’impossibilité bien souvent de déterminer une intention de nuire, face à la multiplicité des acteurs en présence et au degré de finesse des différents paramètres, il devient fort difficile d’opérer une imputation de la responsabilité de nature restitutive. De manière tacite, le droit a évolué vers une prise en charge économique de ces événements tout en laissant la place à un second système venant équilibrer la représentation d’un retour à l’ordre possible. Ce système consiste à identifier les causes exactes d’un drame et à vouloir « punir » les responsables, d’où l’insatisfaction des victimes et parfois la recherche de responsables à tout prix, ce en dehors d’un cadre légal.

23Ainsi, d’un point de vue sociologique et non plus juridique, nous pouvons dire que le retour à une situation dite normale, c’est-à-dire le circuit dont parlait P. Fauconnet (1. événement, 2. découverte d’un responsable faisant office de remplaçant symbolique à l’événement, 3. application de la sanction sur ce responsable), n’est pas de nos jours assumé par la législation. Ces arguments ne sont pas une critique du droit actuel qui, de toute évidence, ne peut assumer conjointement une logique financière d’indemnisation et une logique restitutive de sanction d’une faute. Il s’agit pourtant d’une demande expresse du public qui veut voir appliquer les deux, ce qui rend impossible un passage entre une situation accidentelle et un retour à la normale. Dans certains cas, cette absence de passage est perçue par un public restreint (quelques familles), dans d’autres ce sont des publics variés et nombreux qui sont concernés. Tel est l’exemple du sang contaminé qui a eu pour effet de déclencher des interrogations sur les principes qui fondent le droit civil aujourd’hui. Ainsi, le système peut-il être en partie ébranlé ou réajusté.

  • 20 Loi de 1992 qui stipule que des collectivités telles que des associations, des entreprises, des co (...)
  • 21 Cette responsabilité diffère d’une hypothétique responsabilité collective qui prendrait acte de l’ (...)

24Depuis, la notion de responsabilité des personnes morales20 a vu le jour et, même si elle ne correspond pas à une forme de responsabilité collective inadaptée aux fondements même du droit, elle s’attache à envisager des solutions autres qu’individuelles21. Elle correspond à la responsabilité des institutions, des associations, des entreprises, en tant que groupements préconstitués (existant avant le drame) qui sont reconnus statutairement comme des « personnes morales ». La préoccupation grandissante des juristes à propos d’un droit des catastrophes, la possibilité pour les familles de se constituer en associations reconnues de manière légale, les discussions engagées depuis les années 1980 et surtout 1990, montrent qu’il est question d’un enjeu qui dépasse le cadre des accidents collectifs, même s’ils sont au cœur du débat du fait de leur caractère idéal-typique.

25Cette modalité du « passage impossible », que ce soit d’un point de vue factuel (nouveaux drames), symbolique (logique répétitive) ou juridique (évolution de la responsabilité), est problématique. Elle est profondément anxiogène car, comme tout passage, elle remet en cause momentanément une organisation du monde. Développer une lecture nihiliste du fait même d’une incertitude sur le thème de la responsabilité en droit serait se tromper d’objet. Le droit a dû s’adapter à une nouvelle situation : celle de la multiplication des risques et des acteurs pouvant être à la fois victimes et responsables. Cet objet de discussion montre que la situation actuelle n’est pas figée, mais aussi qu’elle ne répond pas aux attentes de tous, victimes, victimes potentielles, assureurs, élus, entrepreneurs…

26Contre ces impossibilités conjoncturelles – celles du droit et de la jurisprudence – et celles plus structurelles d’un décalage d’appréciation entre une logique imaginaire (répétition des drames) et une logique « progressiste » (limitation des risques), répondent des recours la plupart du temps d’ordre rituel. Ces derniers, même s’ils ne permettent pas de créer des substituts au drame, décalent l’événement et ses enjeux, pour les faire pénétrer sur un terrain connu et maîtrisé. En dernière instance, l’oubli et le souvenir maîtrisé sont des recours efficaces.

FAIRE ÉCRAN À L’ÉVÉNEMENT

27L’un des premiers recours est sans conteste une prise en charge rituelle du drame à long terme. Ici, le rite a pour fonction première d’organiser le passage d’un avant à un après. La problématique du passage (possible ou impossible), qui nourrit la représentation des morts collectives, peut s’analyser à partir d’une dimension annexe, celle de la prise en compte d’une donnée temporelle. Plusieurs logiques sont à l’œuvre qui ne s’appuient pas toutes sur une même perception du temps. Deux temps sont présents dans la représentation de la catastrophe : un temps linéaire correspondant à un axe de progrès où les risques sont minimisés du fait de l’expérience et du savoir, et un temps circulaire rappelant la perception d’une durée cyclique et répétitive dont le mythe est l’idéal-type. Cette dichotomie se perçoit dans le caractère toujours unique d’un accident et la référence quasi archétypale à une catastrophe générique ou virtuelle. Elle permet également de repérer, une nouvelle fois, que la représentation du drame du point de vue de la population est différente de celle des pouvoirs publics et des experts. Le traitement à court et moyen terme des morts collectives s’appuie essentiellement sur une logique linéaire : il faut aller de l’avant et se servir des événements passés pour améliorer le futur. Seul le rituel peut, non pas résoudre cette dichotomie entre linéarité et caractère cyclique, mais prendre en charge une partie de la logique circulaire. Les cérémonies commémoratives parviennent à mettre en scène ces deux registres : celui d’une répétition basée sur d’autres motifs que la dynamique répétitive des drames, celui d’une considération de la donnée historique en tant qu’anniversaire.

La ritualisation comme recours symbolique à la catastrophe

  • 22 C. Rivière, Les Rites profanes, Paris, PUF, 1995, p. 53.

28Ces rites ou organisations sociales répétitives sont des recours efficaces dans la mesure où ils incorporent la dimension temporelle qui est ici primordiale. Ils s’approprient l’idée d’une répétition en lui donnant une consonance culturelle. Le fait qu’elle soit choisie, non imposée par les circonstances, et qu’elle soit régulière, est déterminant ; cela permet de ne pas remettre en cause la nécessaire coupure d’avec la catastrophe. Ainsi, la figure d’un temps cyclique se trouve réalisée, sans en avoir les inconvénients. Ici, ce n’est pas l’événement archétypal qui est engagé, mais une réponse sociale à un événement donné. Ce registre de la répétition est bien différent suivant les cas : d’un côté on se situe sur une mémoire d’images fondée sur une vision syncrétique mêlant plusieurs catastrophes passées ou potentielles, de l’autre on traite rituellement un drame qui porte un nom et qui est référé à un espace-temps. La répétition de certains symboles ou actes symboliques déterminés a pour finalité de réduire l’ambiguïté inhérente à la condensation des significations que le symbole opère22. En imposant un choix, en le répétant, les cérémonies commémoratives tendent à simplifier les représentations et les croyances relatives aux grandes catastrophes. Elles proposent une lecture simple et relativement univoque comprise de tous. Ainsi, elles accentuent la distance d’avec l’événement premier. Cette ritualisation a dans la plupart des cas un aspect normé, puisqu’elle est gérée par les pouvoirs publics. Elle existe cependant sous une seconde forme – différente des cérémonies funèbres et des commémorations – en empruntant une logique du « même » qui se situe sur le registre de la catastrophe, et non celui de son traitement. Il s’agit des micro-rituels qui relèvent plus de la quotidienneté du drame, même s’ils peuvent s’inscrire à long terme, et qui visent à le conjurer. Les populations menacées directement ou indirectement par un drame mettent en œuvre des micro-rituels de conjuration du danger pour anticiper tout nouveau risque. Parallèlement à l’idée d’une maîtrise – qui prévaut pour les pouvoirs publics – existe une seconde modalité de la conjuration de la menace qui relèverait plus de pratiques conjuratoires que d’une gestion anticipatrice.

29Cependant, quelle que soit la forme empruntée par ces rites (cérémonies funèbres, commémorations, micro-rituels de conjurations, micro-rituels du souvenir…), ils répondent tous à une nécessité, celle d’apporter des recours, des solutions pour dépasser une situation problématique. Qu’elle soit consciente ou non, cette finalité place la notion de ritualisation au centre de la problématique, face à celle d’événementialité.

30La ritualisation, comme action combinée de plusieurs rites formant un ensemble dynamique qui répond à une fin, peut donc être considérée comme une ressource face à l’accident, aux ruptures qu’il a engendrées. En insistant sur la répétitivité du traitement – par exemple lors des commémorations où les codes utilisés sont redondants – de fait la répétition première (répétition de nouveaux drames) est minimisée. Si nécessité de reproduction il y a, elle suppose ici d’employer des formes de répétitivité maîtrisées et comprises de tous. Par son aspect programmé et répétitif, dans ses formes et dans ses contenus, le rite permettrait de structurer le temps. Qu’il soit funéraire ou commémoratif, il aurait pour effet de proposer un cadre temporel non plus incertain, accéléré et coupé des rythmes habituels comme celui de l’accident, mais un temps qui repose sur une représentation cyclique et régulière. Ce temps de la ritualisation viendrait contrebalancer l’urgence provoquée par le drame. Le cycle commémoratif a la particularité d’être régulier, puisque tous les ans une cérémonie vient marquer le souvenir de la catastrophe.

31La ritualisation présente un mode de résolution de la rupture temporelle. Ce mode repose sur un autre registre que celui de l’événementialité. L’événement, par des médiations, des changements effectifs ou souhaités, offrait une manière de comprendre et de traiter l’accident selon un régime analogue à ce dernier : urgence, rareté, rupture, accélération, etc. Le mode de résorption que sous-tend la ritualisation fonctionne sur un raisonnement tout autre : la catastrophe est traitée par son inverse. Le rite instaure de la régularité, un rythme plutôt stable et connu. Nous sommes en présence de deux régimes qui ne sont guère assimilables. La réitération rituelle est scandée de manière régulière (ici les commémorations annuelles) et n’a rien d’inédit comme peut l’être tout nouveau drame.

32Outre cet aspect temporel, le rite, grâce à une codification, une normalisation des actions et des représentations, institue des repères. La ritualisation, même si elle véhicule des messages, des contenus, est aussi un support. Son organisation, sa forme reconstituent des repères bouleversés par la catastrophe. Si l’accident pouvait remettre en cause des catégories que l’on croyait fixes, les rituels qui lui font suite permettent de les recadrer. Les rites des morts collectives se caractérisent par des forces plutôt stables dans le temps (caractère durable) et stabilisantes pour le groupe (caractère fédérateur). En cela, ils « supportent » des actions et des représentations en leur proposant un cadre connu, un support de communication compris de tous qui, bien qu’ouvert, laisse moins de place à l’incertitude et donne une impression de maîtrise de l’événement que l’on croyait autonome. L’efficacité du rite, son caractère plutôt consensuel et anxiolytique, en font un recours idéal. La ritualisation – qu’elle jouxte l’accident ou qu’elle soit de l’ordre de la mémoire – permet de lutter contre la représentation d’une menace externe ayant le pouvoir d’affecter durablement ou non l’ordre social et politique.

33La cérémonie funèbre est un moment privilégié d’expression d’une mobilisation, de solidarités et indique que le pouvoir (celui de l’État notamment) prend en charge l’accident. De même, par leur caractère consensuel, les cérémonies commémoratives, bien qu’elles soient distantes du drame, insistent très largement sur le rôle des pouvoirs publics dans sa résolution. Le rite doit être envisagé comme un des moments clefs du traitement social de la catastrophe, comme une occasion de fort investissement collectif.

  • 23 G. Balandier, Le Désordre – Éloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988, p. 33.

34Ainsi, les notions d’événementialité et de ritualisation nous permettent-elles d’étudier deux faces de la prise en charge sociale des morts collectives, l’une toute proche de la catastrophe par ses caractéristiques, l’autre opposée qui travaille sur la distinction pour proposer des solutions. G. Balandier dans Le Désordre a mis en évidence le jeu dialectique qui s’instaure entre rite et événement : « Le rite apporte une réponse à l’événement, à l’inattendu, à l’aléatoire ; il conjure la menace qu’ils recèlent, ou administre la parade à leurs méfaits, devenus apparents23. » Dans le cas des morts collectives, l’événement ne peut se concevoir que s’il s’accompagne simultanément ou ultérieurement d’une ritualisation. Cette dernière se situe du côté de la gestion et de l’oubli de certains paramètres du drame. Elle établit un décalage, une coupure d’avec le temps et l’espace de l’accident en instaurant des barrières symboliques. Elle crée du continu, des repères, un cadre sur lequel peuvent reposer une partie des traitements post-catastrophiques.

L’oubli comme ultime défi

  • 24 J.-D. Urbain, La Société de conservation – Sémiologie des cimetières en Occident, Paris, Payot, 19 (...)

35Autre recours possible, plus définitif que le précédent, l’oubli est certainement le plus usité malgré une plus faible visibilité du fait de sa nature. Ayant étudié au préalable cette question à propos des rituels commémoratifs, nous souhaiterions nous concentrer sur un aspect précis : celui du rôle de l’oubli dans la représentation de la mort. Pour cela, nous nous sommes référée à une grille d’analyse des tombes occidentales proposée par J.-D. Urbain. Cet auteur indique qu’il existe plusieurs stratégies possibles à l’égard de ce qu’il nomme la « barre ». Cette notion de « barre » peut être considérée comme une ligne de partage entre, d’une part, la disparition physique et ontologique et, d’autre part, l’idéologie de la conservation. Elle marquerait une séparation entre une réalité subie (la mort finitude) et un imaginaire rêvé (la conservation). Pour être plus précis, cette limite scinde deux représentations de la mort : celle du cadavre signe de destruction inévitable et celle d’un signe qui prend corps renvoyant à l’idée d’une mort survie, d’une mort sommeil. D’après une étude de terrain menée sur l’objet funéraire, l’auteur répertorie trois modèles, non exclusifs, qui sont autant de stratégies à l’égard de cette dite barre, en vue de mettre à distance un réel que l’on souhaite rejeter et de rendre opérant un désir que l’on souhaite voir prendre forme24.

  • 25 Nous disposons d’un panel très large de mémoriaux notamment de la Première Guerre mondiale. Sur pr (...)

36La première stratégie revient à annuler la barre, à créer une transparence symbolique : le gisant en est un bon exemple. Ainsi, l’on peut approcher l’idéal de la conservation parce que la vie semble encore présente. La représentation du corps prévaut alors sur celle du cadavre. Cette option n’existe pas pour la monumentalité commémorative des accidents, la représentation de la mort est la grande absente de la mémoire officielle des catastrophes. Au même titre, elle est peu présente pour celle des guerres, en particulier pour les deux guerres mondiales en France25.

  • 26 À Saint-Laurent-du-Pont le tourniquet est la négation de tout passage. En se bloquant, il devient (...)

37La stratégie médiane consiste à reconnaître la barre, à manifester son opacité, tout en signifiant une possibilité. La symbolique joue alors sur les images d’ouverture et de fermeture. L’image de la porte est représentative de ce schème. Cette représentation marque la possibilité d’un passage, elle propose l’idée d’un franchissement. Nous n’avons pas rencontré de tels cas de figure. La porte, le livre ouvert, ne sont pas des symboles de la monumentalité commémorative des morts collectives. Le tourniquet du mémorial du « 5/7 » de Saint-Laurent-du-Pont ne répond pas à ce type d’objet puisqu’il est, dans ce cas, symbole de fermeture uniquement. Ici, la double réalité fermeture-ouverture a disparu au profit d’une image obsédante, celle de la dalle qui se referme sur les corps enchevêtrés26.

  • 27 J.-D. Urbain, La Société de conservation, op. cit., p. 185.

38Massivement, c’est la troisième stratégie qui est manifeste. Elle nie la barre. En ne lui reconnaissant rien, ce choix procède à une autonomisation de la représentation. Elle devient le seul référent et prend le pas sur la réalité vécue. Cela implique une localisation de la représentation – ici le monument commémoratif. La présence des cadavres et plus largement la catastrophe en elle-même sont niées. Ainsi, la mort est évacuée, oubliée. Elle fait place à une représentation qui s’actualise comme élément de « réalité ». Le fait brut en soi n’existe plus, il est réinterprété au regard de ce que l’on veut qu’il soit, un événement, d’où un oubli fondamental de certains aspects. Ici, la représentation se veut autosuffisante, le signifiant absorbant le signifié. L’enjeu de cette dynamique conflictuelle, en dernier ressort, est de faire oublier l’élément premier : le drame, pour « magnifier » un second niveau de signification, de l’ordre d’une représentation qui prend corps pour devenir l’objet référent. Le mémorial par sa présence – parce qu’il est un signe factuel, une construction matérielle de pierre, de métal – contribue à terme à être positionné comme le seul référent contemporain d’un drame. Pour J.-D. Urbain, il n’y a guère que dans le cas du cénotaphe que les sémiotiques conflictuelles semblent aboutir, « c’est-à-dire conduire au stade suprême de l’illusion, à l’effet de somatisation non médiate du signe27 ». Cependant, cette réussite demeure de l’ordre de l’illusion, dans la mesure où cette stratégie repose sur une dissimulation. Les cénotaphes ou mémoriaux cachent bien plus qu’ils ne montrent. Ils masquent les traces du drame en reconstruisant l’espace même de celui-

39ci. Les lieux sont modelés à partir d’un souvenir reconstruit et éludent les stigmates de la mort. C’est à ce propos que la dynamique conflictuelle atteint un paroxysme. Cette stratégie de négation fait exister une représentation construite en tant que réalité factuelle. La dialectique fondatrice sur laquelle reposent nombre de composantes de la mort collective est patente lorsque l’on étudie les manifestations de la mémoire et nécessairement de l’oubli. C’est sur la base de cet idéal, entre ce que les pouvoirs publics veulent oublier (ou faire oublier) et ce qu’ils souhaitent affirmer comme valeurs fondamentales, que se construit cette stratégie. Cette mémoire, reposant sur un oubli du drame, ne parvient pas à une efficacité totale, dans la mesure où elle est concurrencée par une réalité factuelle (retour de drames) et un imaginaire de la répétition, pour lequel catastrophes réelles et virtuelles composent une même réalité, celle d’une mémoire sociale.

  • 28 G. Balandier, Le Dédale – Pour en finir avec le xxe siècle, Paris, Fayard, 1994, p. 40.

40Si « l’oubli n’a pas d’autres serviteurs que lui-même dans sa fonction défensive contre le retour du passé à la conscience, en particulier lorsque celui-ci a été collectivement refoulé28 » ; si l’oubli, comme la mémoire, revêt une forme institutionnalisée dans le sens où il est nécessaire à la survie du groupe et qu’il a été intégré comme tel par les pouvoirs publics ; si la mémoire collective officielle repose sur un refoulement, ces diverses entreprises ne peuvent aboutir totalement. L’existence d’une seconde mémoire, une mémoire fondée sur l’événement et les images du drame, vient contrecarrer cette démarche en rappelant l’accident sous une forme brute. Ce dernier est contenu dans la représentation d’une catastrophe virtuelle où il est susceptible de s’actualiser à tout moment. L’oubli n’est jamais ni univoque, ni définitif, preuve s’il en est qu’il est bien partie intégrante d’une mémoire. Malgré tout, il reste incontestablement l’un des recours essentiels et constitue l’une des modalités du retour à la vie.

Notes

1 Lors d’entretiens semi-directifs les figures anciennes de la peste ou de la tuberculose peuvent se manifester. Voir C. Herzlich et J. Pierret, Malades d’hier, malades d’aujourd’hui – De la mort collective au devoir de guérison, Paris, Payot.

2 Sanction et rétribution référent à deux conceptions du droit : droit restitutif et droit rétributif.

3 P. Fauconnet, La Responsabilité – Étude de sociologie, Paris, Alcan, 1920, p. 227.

4 Ibid., p. 234.

5 Ce peut être la personne qui l’a commis volontairement, une personne contiguë à l’acte ou un bouc émissaire : ibid., p. 246.

6 Même les catastrophes dites « naturelles » et les épidémies occasionnent la recherche de responsabilités. L’allégation de la « force majeure » reste relativement rare et dans bien des cas elle est dotée d’une vertu exonératoire partielle parce que le juge va tout de même chercher à établir des responsabilités. Voir B. Hagège, « La reconnaissance de la force majeure à l’occasion de catastrophes naturelles : mythe ou réalité ? », Petites Affiches, n° 179, septembre 2002, p. 3-8.

7 Un numéro thématique de la revue Esprit aborde ces questionnements, tout particulièrement les textes de O. Mongin, « Les équivoques de la responsabilité », p. 5-7, et de P. Ricœur, « Le concept de responsabilité », p. 28-48, dans Esprit, n° 206, novembre 1994. C. Labrusse-Riou, dans un article consacré à l’évolution de la responsabilité civile, propose également une réflexion autour des notions de faute, de culpabilité, de responsabilité et d’indemnisation. Elle insiste sur une ligne de partage entre la victime et l’auteur du dommage. C. Labrusseriou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », Autrement, série Morales, « La responsabilité », n° 14, janvier 1994, p. 94-115.

8 Ibid., 101.

9 Ibid., p. 102. L’histoire du droit est inhérente à la notion de personne ou de sujet, la lecture du Code civil en atteste.

10 L. Engel, « Vers une nouvelle approche de la responsabilité – Le droit français face à la dérive américaine », Esprit, n° 192, juin 1993, p. 8.

11 C. Labrusse-Riou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », article cité, p. 104. On parle de « fait des choses », parallèlement au « fait des personnes ». Les arbres qui tombent, les explosions de bouteilles de gaz…, sont désormais des causes de dommages réparables, même si à terme les choses ne sont pas responsables (seule une personne peut l’être), d’où l’idée de pouvoir d’usage, de direction et de contrôle sur la chose.

12 L. Engel, « Vers une nouvelle approche de la responsabilité », article cité, p. 15.

13 Dans cette conception la victime porte seule les dommages qu’elle subit ou doit faire la preuve qu’une faute a été commise et en désigner l’auteur. Ibid., p. 16.

14 « Mais il y a une incommensurabilité entre la souffrance des victimes et la malice ou la paresse des coupables […]. Quand le travail de l’imputation est terminé, il reste un excès de souffrance qui ne peut être imputé : non parce que l’infirmité de notre investigation nous interdirait de remonter à toutes les sources du malheur, ou de suivre toutes les suites d’un acte, mais simplement parce qu’il y a un point où la logique de l’imputation, en tant qu’elle relève de la logique de la rétribution doit se taire. » (O. Abel, « La responsabilité incertaine », Esprit, n° 206, novembre 1994. L. Engel insiste sur le fait que les victimes veulent toujours comprendre et savoir au-delà d’une compensation financière : « Vers une nouvelle approche de la responsabilité », article cité.

15 C. Labrusse-Riou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », article cité, p. 109.

16 O. Mongin parle d’une résignation latente : « Les équivoques de la responsabilité », article cité. O. Abel dans le même numéro de la revue Esprit développe un point de vue similaire. Pour lui, la confusion conceptuelle entre faute morale, erreur d’expertise, responsabilité politique fait que l’opinion oscille entre le sentiment que l’on est tous coupables de tout et l’imputation de cette responsabilité à quelques individus qui deviennent des boucs émissaires : « La responsabilité incertaine », article cité, p. 20.

17 C. Labrusse-Riou, « Entre mal commis et mal subi : les oscillations du droit », article cité, p. 99-100.

18 L’auteur se fait ici le porte-parole d’un courant spécifique d’analyse du droit, dont F. Ewald est l’un des premiers représentants. L. Engel, « Vers une nouvelle approche de la responsabilité », article cité, p. 27-28.

19 M.-A. Hermitte montre que les victimes de la transfusion sanguine amalgament le registre de la responsabilité et celui de la faute. Le fait d’être indemnisé et d’avoir le soutien moral d’un État et de sa population ne suffit pas. Du point de vue des victimes, la nécessité de la découverte de la faute qui a occasionné le préjudice est au moins aussi importante. Or l’évolution du droit a laissé de côté, provisoirement ou non, la fonction de désignation de la culpabilité. M.-A. Hermitte, « Le droit dans le drame de la transfusion sanguine », Autrement, n° 14, janvier 1994, p. 208.

20 Loi de 1992 qui stipule que des collectivités telles que des associations, des entreprises, des collectivités locales peuvent être mises en cause.

21 Cette responsabilité diffère d’une hypothétique responsabilité collective qui prendrait acte de l’implication d’acteurs divers, dont le seul lien serait consécutif au drame lui-même. Par conséquent elle serait de nature, non plus a priori et institutionnelle, mais a posteriori, en fonction des origines et des conséquences de l’événement.

22 C. Rivière, Les Rites profanes, Paris, PUF, 1995, p. 53.

23 G. Balandier, Le Désordre – Éloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988, p. 33.

24 J.-D. Urbain, La Société de conservation – Sémiologie des cimetières en Occident, Paris, Payot, 1978, p. 176.

25 Nous disposons d’un panel très large de mémoriaux notamment de la Première Guerre mondiale. Sur près de trois cents objets, nous n’avons répertorié qu’un seul gisant, à Vienne (Isère).

26 À Saint-Laurent-du-Pont le tourniquet est la négation de tout passage. En se bloquant, il devient l’objet par qui la mort survient. À la différence de la porte qui sépare et rend proche à la fois, le tourniquet produit une distance encore plus grande, jusqu’à rendre impossible l’idée même d’un passage (réel ou métaphorique). Habituellement signe de passage, il va s’avérer le signe du non-passage absolu, un mur.

27 J.-D. Urbain, La Société de conservation, op. cit., p. 185.

28 G. Balandier, Le Dédale – Pour en finir avec le xxe siècle, Paris, Fayard, 1994, p. 40.

Table des illustrations

Titre Retour à l’ordre sur le long terme grâce à un traitement social d’ordre événementiel et rituel
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search