Version classiqueVersion mobile

La mort collective

 | 
Gaëlle Clavandier

Chapitre 3. Un traitement spécifique de la mort

Texte intégral

1Outre une prise en compte opérationnelle et sociale, on peut aborder la question de la reprise en main par une autre face, celle des rites funéraires. Elle constitue une nouvelle modalité de la victoire de la vie sur la catastrophe. L’objectif consiste alors en l’analyse des représentations de ces décès ayant la particularité d’être massifs et d’opérer un marquage sur les corps. Pour cela, deux terrains d’études ont été privilégiés : les cadavres multiples et les cérémonies funèbres.

2Le cadavre est de manière générale un indice révélateur du traitement et des mentalités propres à la mort. Il forme un interstice entre une réalité biologique crainte et une réalité sociale dont le rôle est de gérer symboliquement cette peur. Il est la cible d’un investissement culturel, ce qui en fait un objet d’analyse privilégié. Ces cadavres seront étudiés en présentant un cadre d’analyse référentiel en lien avec le contexte spécifique des catastrophes collectives : corps nombreux, détériorés et parfois absents. Cela amènera à envisager plus en détail un second objet directement relié au premier, la cérémonie funèbre. Elle est la phase culminante du traitement de ces morts durant laquelle le caractère collectif des victimes est mis en avant pour ensuite anticiper une séparation. Il s’agit du dernier instant où les corps sont tous en présence. Pour les catastrophes qui ne laissent pas de traces physiques sur un territoire, elle constitue l’ultime référent du drame.

DES « MORTS PAS COMME LES AUTRES »

  • 1 L.-V. Thomas, Le Cadavre – De la biologie à l’anthropologie, Bruxelles, Complexe, 1980, p. 14.

3Toutes les sociétés, de tout temps, ont dû composer avec le cadavre et éviter ou dépasser l’horreur que suscite le pourrissement. Si elle peut être conçue comme une donnée ontologique abstraite, la mort laisse un cadavre qui est bien réel. Les procédures de distanciation, d’intellectualisation sont toujours confrontées à une limite, la présence du corps. Ce corps, vivant, véhiculait des attributs positifs ; la mort, elle, laisse augurer un changement d’état passant nécessairement par la phase de putréfaction. Dans un ouvrage très complet sur le cadavre, L.-V. Thomas insiste sur ces différentes phases en notant qu’elles sont dangereuses à gérer, d’où des procédures, des règles et des rituels prescrits. L’auteur repère quatre grandes étapes : le décès, la cadavérisation, le pourrissement et la minéralisation1. L’objectif principal des rituels funéraires est de préserver les vivants ainsi que de rééquilibrer une situation incertaine : stabiliser le groupe social qui vient de perdre un de ses membres et contrôler le processus de pourrissement pour parvenir à l’état de minéralisation.

  • 2 L’auteur qualifie le cercueil de métaphore du corps dans La Société de conservation – Sémiologie d (...)

4Des objets, comme des barrières ou des substituts, viennent limiter, symboliquement tout au moins, les effets de la pourriture. Différentes enveloppes, linceul, cercueil, caveau, protègent le corps des agressions externes en permettant une meilleure conservation. Elles ont également pour fonction de prémunir le monde extérieur des attaques potentielles du cadavre, qu’elles soient biologiques (putréfaction) ou symboliques (contraindre le cadavre à être enfermé). Elles ralentissent la destruction, tout en assurant une protection symbolique contre toute intervention intempestive du cadavre. Ces emboîtements successifs, auxquels on peut ajouter le mur d’enceinte du cimetière, sont autant de frontières qui séparent le mort du monde des vivants. Dans une analyse minutieuse au sujet du cercueil, J.-D. Urbain remarque que cet objet cache le cadavre et désigne en dernière instance le corps. Ainsi, il permet de dissimuler ce que l’on souhaite oublier (le cadavre) et de protéger ce que l’on désire mettre en valeur (le corps du défunt)2.

Les effets du drame sur les corps

5Comme pour tout rite funéraire, le cadavre a une place importante dans les cérémonies et rites relatifs aux accidents collectifs. Avant de les étudier, il s’avère nécessaire de définir de quels cadavres il s’agit, car leurs spécificités – leur nombre, leur état, les circonstances de la mort – ont des incidences non seulement sur les pratiques funéraires, mais aussi sur les représentations.

6Les morts provoquées par des accidents ont des effets spécifiques sur les cadavres eux-mêmes. La particularité des catastrophes collectives est qu’elles surviennent quand on ne s’y attend pas. Il est rare qu’une société soit préparée à de telles morts. Par conséquent, outre des dispositifs d’urgence, les pouvoirs publics comme les victimes sont pris au dépourvu. Un second paramètre, le nombre, a des répercussions sur le traitement des corps. Pourtant dans de telles circonstances il est primordial de traiter au plus vite ces cadavres. Leur prise en charge nécessite de tenir compte du caractère collectif, cela de manière pratique. En effet, il est essentiel de trouver un lieu suffisamment grand et apte à recevoir tous les corps. En aucune façon ils ne peuvent être dispersés dans des lieux plus appropriés. Ils sont rassemblés pour des raisons pratiques, mais aussi pour des raisons symboliques. Séparer les cadavres reviendrait à multiplier les risques de contamination par une dispersion pouvant être incontrôlée. Cette séparation pourrait signifier que des différences de traitement sont instaurées, ce qui d’un point de vue moral est inacceptable pour les familles. La dispersion des victimes remettrait en cause une modalité valorisée lors des cérémonies funèbres, celle du resserrement sur un collectif de victimes ; une modalité qui, dans cette première phase, ne peut se matérialiser que par le regroupement des corps. Ainsi, la répartition des blessés dans différents hôpitaux est considérée comme souhaitable, puisqu’elle permet de conduire et traiter chaque victime en fonction de la gravité de ses symptômes. À l’opposé, la dispersion des cadavres est inimaginable.

7La question du lieu résolue, se pose alors celle des cercueils. Si les corps étaient initialement disposés dans des housses, sous des couvertures ou des draps blancs, il est impossible pour des motifs de conservation de les laisser séjourner dans ce type de matériau. De plus, ces derniers renvoient à l’urgence, à l’accident. Si les corps étaient montrés tels quels, on pourrait supposer qu’aucun traitement ne leur a été apporté. Lors de la présentation des corps aux familles, étape incontournable du rituel funéraire, il est primordial de mettre en évidence qu’ils ont été « bien traités ». La présentation dans un cercueil, objet noble et socialisé, est considérée comme nécessaire – à la différence de la couverture, du drap, ou de la housse, le cercueil renvoie à un traitement social définitif. Cette présentation introduit une distance indispensable. Dans bien des cas l’utilisation de cercueils devient une nécessité : lorsque les corps sont si déformés qu’une simple housse laisserait entrevoir une transformation du corps (réduction de volume, difformité). Dans ce cas les familles verront les cercueils fermés. Ceux-ci doivent être de même nature pour toutes les victimes. Ici encore, il paraît inconcevable que certaines bénéficient de cercueils plus élaborés.

  • 3 L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit., p. 117. Cependant, il est à noter qu’en la matière il existe u (...)

8En cas de morts collectives accidentelles, les autorités et les organismes de pompes funèbres adoptent une « idéologie égalitaire » qui se traduit dans les faits par des pratiques codifiées. Tous les corps ont les mêmes droits. L’emploi de ce terme juridique n’est pas galvaudé, car au vu de la loi, le cadavre est considéré comme une personne3. Lors de l’incendie du « 5/7 », les cercueils disponibles étaient en nombre insuffisant. Dès le lendemain du drame, des menuisiers durent en concevoir selon un unique modèle : bois blanc et poignées argentées. De nos jours, les Pompes funèbres générales détiennent une convention leur permettant d’intervenir en priorité à la suite de catastrophes. La pénurie de cercueils est prévue dans les modes d’intervention : deux cents sont prêts en permanence à être acheminés de la région parisienne vers les lieux d’un drame. Les familles ne choisissent pas le type de cercueil désiré, en sachant qu’il existe une hiérarchie corrélative à la valeur qu’on lui attribue. La gamme de choix est assez vaste comme le montrent les catalogues des pompes funèbres. La simplicité des cercueils utilisés lors de la catastrophe du dancing le « 5/7 » est due à l’urgence et à la nécessité d’une non-différenciation.

9Outre les problèmes relatifs à l’espace et aux cercueils, ces corps demandent à être remodelés, nettoyés, identifiés. Ainsi, un ensemble de traitements doit leur être apporté avant qu’ils ne soient présentés, puis remis aux familles. Les catastrophes, ainsi que les attentats, les guerres, voire certaines épidémies, ont une action déstructurante sur les corps. Les forces de l’ordre, les pompes funèbres et a posteriori les familles, sont alors confrontées à des victimes défigurées, cette expression n’ayant rien d’exagéré. Les exemples anciens sont plus directs et tranchés qu’aujourd’hui dans leur mode d’expression.

  • 4 R.P.F. Charmetant, Le Livre d’or des martyrs de la Charité, Paris, juillet 1897, p. 23-27, à propo (...)

Aucune description, quelque exagérée qu’elle puisse sembler, ne donnerait une idée de cette chose épouvantable, de ce hideux charnier, dans lequel, pêle-mêle, couchés les uns sur les autres, enchevêtrés, mélangés, faisant, pour ainsi dire, corps ensemble, les cadavres calcinés d’hommes et de femmes et d’enfants, méconnaissables étaient entassés, au moment où l’on put pénétrer dans le terrain. Impossible de découvrir, même en examinant de près, si ces débris affreux étaient ceux d’hommes ou de femmes. Plus de vêtements, les chairs noircies et boursouflées étaient à nu. [...]
Des fourgons arrivent à chaque instant, de nouveaux cadavres sont alignés, pauvres corps carbonisés, démembrés, éventrés ou décapités... Une odeur inoubliable, une odeur de chair brûlée, prend à la gorge, étreint la poitrine et fait tourner la tête4.

  • 5 Article paru dans Le Gaulois à propos de la catastrophe des mines de Courrières. Cité par Y. Lequi (...)

Le correspondant du Gaulois a laissé un tableau saisissant de leurs corps nus et « enduits d’une suie gluante... », déchiquetés, aux membres broyés et aux poitrines défoncées, qu’on entasse et qu’on empile et qui s’effritent comme braise quand on les touche5.

10Une anecdote tirée de l’incendie du Bazar de la Charité montre à quelles situations absurdes peut conduire cette situation :

  • 6 R.P.F. Charmetant, Le Livre d’or des martyrs de la Charité, op. cit., p. 28-29.

L’agent qui éclaire ces messieurs soulève ces débris d’étoffe et découvre un portefeuille, racorni par la flamme. Les papiers qu’il contenait sont brûlés, mais un chiffre d’or est demeuré intact sur le maroquin, et l’un des visiteurs, M. Jacques Haussmann, déclare qu’il reconnaît le portefeuille de sa femme. Cependant, comme un doute lui reste, il demande : « Je ne trouve rien à la main droite. – Et la main gauche ? » demande M. Haussmann. L’agent se relève et d’une voix embarrassée murmure : « Il n’y a plus de main gauche6. »

  • 7 L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit., p. 95 et 114-115. Voir également D. Le Breton, Des visagesE (...)

11À un niveau symbolique, c’est la destruction de la tête et plus précisément du visage qui a la valence la plus négative et dramatique ; le terme de « défiguration » en atteste. L.-V. Thomas remarque que dans la symbolique des ossements le crâne a une valeur surdéterminée. Il signifie la persistance de l’être, il rappelle le visage et la vie7. La tête est un signe de reconnaissance, elle vaut pour le corps, elle représente la personne. Son absence, même si le reste du corps a été retrouvé, est une mutilation qui équivaut presque à une disparition complète.

  • 8 Cela participe de ce que L.-V. Thomas nomme un déni de la mort. Voir Anthropologie de la mort, Par (...)

12Pour les catastrophes plus récentes, l’évolution des mentalités face à la mort fait apparaître une sorte d’autocensure des pouvoirs publics à l’égard des cadavres8. Le thème est ici abordé de façon détournée, au travers notamment des difficultés relatives aux identifications.

  • 9 Le Dauphiné libéré, 3 novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

[Une grande part du travail d’identification s’est effectué sur les objets (vêtements, bijoux...) retrouvés sur ou près des dépouilles mortelles, et non sur les cadavres eux-mêmes.] C’est ainsi que le formidable travail d’identification, rendu impossible sur les corps en raison de leur état, put progresser très rapidement. Les spécialistes de l’identité judiciaire, en effet, n’avaient pu relever des empreintes digitales exploitables que sur trois cadavres seulement tandis que les traits de quatre ou cinq victimes à peine, pouvaient être identifiés9.

  • 10 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 21 janvier 1992.
  • 11 Cet accident s’étant produit sur un vol intérieur, la liste d’embarquement ne peut être considérée (...)

13Lors des catastrophes ferroviaires et aériennes, les corps sont morcelés, parfois carbonisés. Suite à celle du mont Sainte-Odile, un extrait des Dernières Nouvelles d’Alsace montre la crainte d’un dispersement : « Sur le site où l’avion s’est écrasé, dans un coin, des sacs plastiques et un brancard témoignent que certains corps n’ont pu être totalement reconstitués10. » Plus de dix jours après le drame tous les corps ne sont pas identifiés11. Ces spécificités cumulatives, que ce soit le nombre combiné à l’effet de surprise et l’état des cadavres, ont des effets directs sur leur traitement. En effet, de leur retrait du lieu de la catastrophe jusqu’au permis d’inhumer et à leur remise aux familles, ces corps seront traités avec une attention toute particulière.

  • 12 L.-V. Thomas, Rites de mort, op. cit., p. 146.
  • 13 Définition donnée par un anthropologue légiste lors d’un congrès relatif à la pratique de la médec (...)

14Dans ces conditions, l’identification est primordiale, à la fois pour les familles, mais aussi pour les pouvoirs publics et judiciaires ; « sans le pivot que constitue le mort, le rituel funéraire ne serait qu’un théâtre gratuit qui tournerait à vide12 ». L’identification consiste à mettre un nom sur un cadavre, c’est-à-dire à trouver les références sociales, administratives... qui permettaient d’identifier le sujet de son vivant au sein du groupe auquel il appartenait13. Si elle revêt des caractères sociaux, c’est que la description, même quasi parfaite d’un corps, n’autorise pas à lui donner un nom. Pour cela, il faut croiser les données post mortem avec celles antérieures à la mort : le passif médical de la personne, mais aussi sa taille, son âge, son sexe, sa nationalité, le type de vêtements ou de bijoux portés... Cette comparaison est nécessaire pour parvenir à une identification définitive permettant de délivrer un permis d’inhumer. La reconnaissance des corps dépend donc en grande part de paramètres sociaux et administratifs. Qu’elle échoue ou réussisse dans sa visée de donner un nom à un cadavre, elle a une implication sociale.

15D’un point de vue juridique, les enquêtes s’attachent à découvrir les causes du drame dont l’identification des victimes est un indicateur. En outre, on réalise des examens toxicologiques sur les personnes susceptibles d’être responsables. Lors d’accidents de transport, où les pilotes et conducteurs engagent leur responsabilité, cette technique est essentielle. Un taux d’alcoolémie non réglementaire, l’absorption de médicaments illicites ou dangereux peuvent modifier le cours d’une enquête. L’identification revêt également des enjeux économiques, administratifs, syndicaux, voire politiques. L’attribution d’une responsabilité totale ou partielle n’a pas les mêmes effets s’il s’agit de la mise en cause d’un homme ou d’une entreprise. Les conséquences d’une prise de décision déficiente, d’un non-respect des procédures, peuvent avoir des retombées économiques préjudiciables à une entreprise. Par contre, une erreur humaine (sous-entendu d’un seul homme et non d’une organisation) ne la discrédite pas. Le drame est alors attribué à une origine extérieure ne menaçant pas directement l’entreprise ou l’administration impliquée. Cette extériorité offre l’avantage de ne pas remettre en cause les codes et les habitudes en vigueur. En fonction de motifs économiques et administratifs, les proches demandent également que l’identification soit rapide et efficace – efficace au sens où les marges d’erreurs doivent être infimes pour éviter les exhumations et les litiges avec d’autres familles. La déclaration de décès à l’état civil nécessite la découverte du corps et un permis d’inhumer. Avec l’augmentation des souscriptions à des contrats d’assurance vie, la reconnaissance est un prérequis au versement des indemnités ; plus exactement c’est le certificat de décès qui est nécessaire, et pour cela, le corps doit être en théorie identifié. Dans le cas contraire, les compagnies d’assurances peuvent refuser tout paiement. Cette situation est fréquente lors des disparitions individuelles, mais peut également se produire après un accident collectif, si notamment le nombre de corps retrouvés est distinct du nombre de disparus ou si les pouvoirs publics ne parviennent pas à établir la liste des victimes.

  • 14 Pour les accidents d’avion, les équipes de légistes et de police judiciaire emploient parfois la t (...)
  • 15 Source : Le Monde, 31 mars 1992.
  • 16 Journal officiel du 17 janvier 1958, chapitre IV, article 15. La suite de l’article précise le con (...)

16Un troisième facteur est repérable. Les professionnels, tant les médecins légistes que les employés des pompes funèbres, parlent d’une obligation psychologique ou humanitaire. On peut y adjoindre une exigence sociale. Posséder le corps, pouvoir lui élever une tombe, être sûr que la personne est décédée, ne pas vivre dans le doute, toutes ces modalités nécessaires à l’instauration de pratiques funéraires sont conditionnées par l’identification du corps. En théorie, un cadavre sans nom, même s’il n’est réclamé que par une seule famille, ne doit pas lui être remis. Cette éventualité est impensable d’un point de vue moral et légal. Aucune instance, qu’elle soit administrative ou juridique, ne peut légitimer une telle pratique. Seules les dépouilles dûment identifiées doivent être restituées aux familles. Dans la pratique les choses sont plus complexes. Les pouvoirs publics sont confrontés à la pression réitérée des proches et veulent se débarrasser au plus vite des corps, ce qui parfois entrave les procédures d’identification. Des médecins légistes se sont élevés contre la rapidité avec laquelle on effectuait l’enlèvement des cadavres des lieux d’un accident. D’un point de vue symbolique, les laisser sur place jusqu’à l’arrivée des professionnels compétents revient à accentuer les risques de contagion. Les autorités considèrent fréquemment les procédures de repérage de l’emplacement des corps comme longues et fastidieuses14. Le droit français n’impose pas a priori de recourir à la reconnaissance des corps. Le Code civil prévoit simplement que le tribunal le plus proche prononce un « jugement de décès collectifs15 ». La législation est plus précise concernant les crashs. Si au premier abord rien ne stipule de procéder à des identifications, il est tout de même prévu de ne pas les entraver. Une circulaire du 3 juin 1953 mentionne qu’» en cas d’accident mortel, il est nécessaire de prendre toutes les dispositions utiles à l’identification des victimes16 ». Ce flou juridique montre que cette procédure pose des problèmes qui dépassent le champ des compétences techniques. Ces cadavres sont perçus comme une atteinte à l’ordre social puisqu’ils signifient par leur présence la gravité de l’accident. Ils remettent en cause la vigilance des pouvoirs publics.

  • 17 Lors de la catastrophe du mont Sainte-Odile, après l’emploi des techniques classiques utilisées en (...)

17Des méthodes spécifiques sont employées pour les identifications. Elles mobilisent des moyens financiers et humains importants. Les corps étant méconnaissables ou fragmentés, la première technique consiste à se fier aux objets trouvés (bijoux, vêtements...). Les particularités physiques, couleur de cheveux, de la peau, opérations et prothèses, taille, âge, sont ensuite répertoriées pour être comparées au descriptif de la personne et à ses antécédents médicaux. Une innovation récente permet d’identifier les cadavres avec un risque d’erreur minime, même sur des fragments de petite taille17. Il s’agit de la technique des empreintes génétiques. L’emploi de cette méthode coûteuse confirme que la reconnaissance des corps devient une nécessité, les familles n’acceptant plus leur absence.

Disparitions et rumeurs associées

18Outre ces aspects factuels, la présence de ces cadavres a des répercussions sur les représentations associées au drame. Leur nombre, leur état, ainsi que la crainte que certains n’aient pas été retrouvés ont pour conséquence de susciter un imaginaire spécifique relatif à un thème anthropologique repéré : l’errance des cadavres. Lors d’incendies ou d’explosions aériennes, les corps sont parfois si détériorés que les cercueils sont fermés avant même que les familles aient pu les voir. En sachant que les procédures de reconnaissance des corps sont parfois hasardeuses, ces cercueils clos suscitent des images empreintes d’inquiétudes. Certains pourront penser qu’ils sont vides, d’autres qu’il y a erreur d’identification. La peur provoquée par la présence de ces cadavres est décuplée par rapport aux morts « individuelles ». Ici, nous sommes en présence de plusieurs corps, parfois plus de cent victimes sont réunies dans les chapelles ardentes. Ces données quantitatives, ainsi que l’état des cadavres, rendent les traitements mortuaires habituels peu efficaces, voire inopérants. L’absence du corps rend impossibles la toilette funéraire, la veillée, le cortège mortuaire, mais également, dans une certaine mesure, toute manifestation qui entérinerait la mort : repas de deuil, avis de décès, faire-part… Une analyse de l’imaginaire de ces cadavres montre que les disparitions suscitent les inquiétudes les plus marquées. Elles renvoient à leur errance, à l’impossibilité d’appliquer les rituels pratiqués en de telles circonstances et à l’absence d’un lieu de fixation de la mémoire. On comprend alors le désir des familles de retrouver le corps disparu, au-delà du problème de remboursement des assurances.

  • 18 L.-V. Thomas, dans La Mort africaine, Paris, Payot, 1982, établit une liste des mauvaises morts : (...)

19La crainte fondamentale de ne pas pouvoir apporter de soins à des personnes décédées dans des situations dramatiques est corrélative à l’image de la menace vampirique, du cadavre errant, devenant dès lors incorruptible et immortel. Ces craintes d’après catastrophe sont alimentées dès lors que les rituels funéraires devant être apportés avant la période d’altération du référent physique sont impossibles en raison de l’absence du corps. Pour le terrain étudié, ces « cadavres errants », même s’ils sont plus de l’ordre du fantasme que du constat empirique, peuvent envahir les discours post-accidentels et ainsi renvoyer à des peurs ancestrales. En dépit d’une diversité des croyances et des craintes au sujet de ces cadavres, la peur est toujours présente. Les cadavres dont l’âme ne parvient pas à se stabiliser sont fréquemment ceux des morts « inconcevables », des « mal-morts »18. Plus que toutes les autres, les victimes de noyades, de suicides, d’assassinats ou les défunts investis d’un pouvoir politique ou religieux sont maléfiques et nécessitent des traitements spécifiques. En effet, ces morts sont empreintes d’une connotation négative ; elles portent atteinte à l’ordre social du fait de leur imprévisibilité et de leur gravité.

  • 19 J. Frazer, La Crainte des morts, Paris, E. Noury, 2 tomes, 1934 et 1935.

20La crainte est minimisée dans toutes les cultures par des rites prescrits visant à contraindre le mort à se fixer, ainsi qu’à lui interdire de réintégrer le monde des vivants et d’entrer en contact avec ses proches. Leur objectif est donc de conduire les défunts à leur dernière demeure, de leur octroyer un statut. À cet égard, le recueil de conférences de J. Frazer constitue une encyclopédie des comportements de ce type19. Bien que centrées sur les sociétés primitives, ces pratiques nous permettent de mesurer l’importance d’une réponse sociale : nombre d’efforts sont consentis pour neutraliser le pouvoir des cadavres. Des barrières sont instaurées, on tente de perdre le mort durant le convoi funéraire, dans certains cas on ligote le corps ou lui brise les os. Le fait d’enterrer le défunt avec ses biens participe de ces précautions, ainsi il ne tentera pas de revenir en prendre possession.

21Ces précautions sont d’autant plus grandes quand la mort est considérée comme « mauvaise », lorsqu’elle représente un danger manifeste pour l’ordre social. Les recherches ethnographiques dépeignent des comportements extrêmes concernant ces cadavres. Dans un cas, ils sont soumis à des soins et des contraintes dont l’importance est corrélative au danger, dans d’autres, ils semblent si contagieux ou extérieurs au monde social que l’on n’ose les approcher et on les laisse sans soin, sans accompagnement ni sépulture. Symboliquement, ces cadavres qui n’ont pas reçu de traitement (parce qu’ils ont disparus ou sont dangereux) ou pour qui tout traitement s’avère insuffisant en raison de leur pouvoir maléfique, sont susceptibles de vengeance. Ils risquent davantage d’importuner les vivants. Cette image d’une dangereuse errance est un fond anthropologique qui prend des formes différentes suivants les sociétés. Nous la considérons comme un motif imaginaire susceptible d’imprégner la perception contemporaine des morts collectives. Elle demeure une crainte réelle qui est traitée par des rites prescrits.

22Nous allons voir à présent ce qu’il en est pour les morts collectives par accident qui constituent de notre point de vue une des modalités modernes de ces « mal-morts », du fait de leur brutalité, de leur soudaineté, de leur imprévisibilité, de leur inéluctabilité et de leurs conséquences potentielles sur un système social déstabilisé.

  • 20 J.-B. Renard, « De l’événement à la légende : la formation des légendes contemporaines », Société, (...)

23Concernant les accidents étudiés, les disparitions sont assez rares. Cependant, les catastrophes sont fréquemment le terreau de rumeurs, dès lors qu’une circonstance favorable – comme des bilans approximatifs, des témoignages contradictoires, une information parcellaire des pouvoirs publics – laisse entrevoir la possibilité que tous les corps n’ont pu être retrouvés. J.-B. Renard parle à ce propos « d’exagération des faits réels20 ». Face à l’incertitude provoquée par un événement déraisonnable, des explications, des extrapolations ou des amplifications sont apportées.

  • 21 Incendie du « 5/7 » de Saint-Laurent-du-Pont : 1970, cent quarante-sept morts.
  • 22 Un cadavre non identifié est un corps sans nom sur lequel peuvent se greffer toutes sortes de fant (...)

24Les illustrations sont nombreuses. Pour l’incendie du dancing le « 5/7 », une rumeur a circulé sur la présence d’un corps dans les combles du bâtiment21. Elle venait étayer d’autres plus tenaces, comme celle d’un attentat. Ce corps serait celui d’un des instigateurs qui n’aurait pu fuir à temps. Les différentes enquêtes démentiront cette découverte. Pourtant, l’image d’un corps inconnu gisant à une place insolite renforcera des convictions déjà établies : l’origine du sinistre n’est pas accidentelle, mais volontaire. En outre, l’impossibilité d’identifier huit victimes tendra, non pas à confirmer cette hypothèse, mais à ne pouvoir la démentir formellement22. Par ailleurs, le motif imaginaire de l’arroseur arrosé renforce cette conviction, comme s’il importait qu’il existe une justice immanente, à défaut d’une justice des hommes.

  • 23 P. Sansot a, lui aussi, analysé les différentes rumeurs post-catastrophiques nîmoises. Il en repèr (...)
  • 24 Inondation de Vaison-la-Romaine : 1992, trente-sept morts.
  • 25 Soit trois mois après la crue.

25Les catastrophes provoquées par une brusque montée des eaux sont également une source privilégiée de rumeurs, le nombre de victimes enfle jusqu’aux limites du raisonnable. Elles se fondent sur un argument : des personnes ont pu être entraînées par les courants et n’être jamais retrouvées, ni même signalées disparues. Celle de Nîmes véhiculait l’idée que les pouvoirs publics avaient caché le nombre réel de victimes23. On retrouve cette version à propos de la crue de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine en 199224. La trace d’une rumeur répertoriée en 1995 fait état de près d’un millier de victimes, alors que le bilan officiel définitif est de trente-sept morts. Cette version des faits nous a été relatée par deux jeunes gitans vivant une partie de l’année avec leurs familles sur les rives de ce cours d’eau. À la suite de la catastrophe, pour des raisons de sécurité, cette population avait dû renoncer à s’établir sur les rivages de l’Ouvèze. Selon leurs dires, ils se sentaient victimes d’une discrimination. Rien d’étonnant alors à ce que la rumeur accuse les autorités de cacher le nombre de décès. Cette version est exceptionnelle par les chiffres qu’elle annonce ; cependant, elle s’accompagne de dizaines d’autres, toutes portant sur le nombre de victimes. Dans un article daté du 22 décembre 1992, le journal Le Monde relate les on-dit qui circulent dans la région de Vaison-la-Romaine25.

  • 26 Le Monde, 22 décembre 1992, à propos de la crue de Vaison-la-Romaine.

Et la rivière, encore elle, charrie des rumeurs morbides. « On » a découvert quatre cadavres polonais. « On » a retrouvé neuf corps dans une fosse. « On » dit que les autorités cachent la « vérité » sur le nombre de victimes pour ne pas nuire à « certaines personnes ». « On » est partout et nulle part. C’est une femme qui a vu « cent cinquante cercueils », un commerçant qui évoque « cent quatre-vingt-sept morts », un viticulteur qui conseille d’interroger les moines du monastère du Barroux, « parce qu’ils savent beaucoup de choses »... Vaison s’enlise dans les ragots de croque-morts, même si elle sait qu’aucune demande de recherche dans l’intérêt des familles n’est parvenue de quelque pays que ce soit26.

26Ici l’argumentaire est secondaire, ce qui compte est d’avoir vu, ou de savoir qu’une personne digne de confiance a pu voir, par exemple les moines du monastère du Barroux. Les preuves se figent sur ce qui a été perçu durant la catastrophe ou vu à la télévision, et le moteur de la rumeur porte sur le décompte des disparus. L’analyse de ces rumeurs conduit à s’interroger sur un autre motif que celui du bilan chiffré. Outre un niveau idéologique qui consiste à accuser les autorités de minimiser le nombre de morts, un niveau imaginaire relatif à la peur des cadavres errants se manifeste au travers de ces « légendes ». À Vaison-la-Romaine, à Nîmes ou à Fréjus, on polémique sur le nombre de morts, mais surtout, on laisse supposer que tous les corps n’ont pu être retrouvés, que certains ne pourront recevoir de sépulture. Même si ce n’est pas dit de manière directe, la population a peur de cette situation incontrôlable puisqu’elle n’est pas convaincue par le bilan que les autorités ont annoncé.

27Certaines catastrophes sont si brutales et destructrices que l’imaginaire relatif au drame va se caractériser sous la forme d’une amplification et se cristalliser sur les cadavres. Les corps absents, non reconnaissables et multiples, suscitent des représentations spécifiques. Ici se conjuguent deux éléments différents mais néanmoins complémentaires : une mort violente et un décès où le nombre de victimes est important. Les morts collectives, toujours destructrices, agissent comme un choc, ou plus exactement comme une onde de choc. Elles provoquent des réactions et des représentations qui peuvent surprendre de prime abord. Au-delà d’un simple marquage sur le corps, la présence de ces cadavres a des implications rituelles. On peut analyser la rumeur comme un catalyseur ou un transfert des inquiétudes face à une situation qui est subie et inflexible. Elle constitue une première médiation qui consiste à s’éloigner d’un référent matériel inacceptable en tant que tel, pour se concentrer sur des images spécifiques, relatives à une gestion du deuil.

28Sans doute parce qu’il est le seul signe visible de la mort, le cadavre voit converger sur lui toute une série d’images et de discours, nécessaire mise à distance de la réalité biologique inacceptable. L’objectif premier de ces rituels est d’aboutir à une réappropriation du cadavre. On entre alors dans une logique dynamique qui a une action directe sur l’appropriation du corps, non comme une réalité biologique, mais en tant que donnée symbolique informée socialement. Cette dynamique oppose le cadavre au corps symbolisé, seul porteur de marqueurs sociaux.

LA CONSTITUTION DU « COLLECTIF » DES VICTIMES

  • 27 La tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, même si elle conserve les restes humains d’une (...)

29La présence du cadavre est un préalable indispensable pour que la phase de deuil puisse débuter. En d’autres termes, son absence compromet l’étape du deuil nécessaire à la réintégration des vivants dans une position sociale conforme à celle d’avant le décès. Elle équivaut à une double absence, celle de la disparition (ou du cadavre non identifié) qui redouble celle de la mort. Lors de disparitions, point de tombes à fleurir, pas de veillées funèbres en l’absence des cadavres ; l’univers relatif à la mort est bouleversé, une mort sans corps ou corps défigurés, une mort absence, lointaine, inconcevable et intraitable par les moyens habituels. Cette absence peut remettre en cause la capacité des rites à dépasser la réalité de la mort et à la traiter socialement. L’utilisation de substituts, pratique courante pour ce type de morts, permet de pallier l’absence du défunt lors des funérailles. Ces substituts sont de différentes natures. Ainsi, dans une première catégorie, la partie vaut pour le tout, que ce soit une partie du corps ou un élément symbolique : le signifiant vaut pour le signifié, le contenant pour le contenu. Un fragment, si possible le crâne ou la mâchoire, peut se substituer à l’ensemble du corps et autoriser le déroulement des rituels. L’usage des cénotaphes où l’objet funéraire vide représente en grande part son contenant absent, est également un substitut du premier genre27. Un autre type consiste à créer des rites funéraires faisant « comme si » le corps était présent.

De l’identification à l’élaboration de substituts

30Lors d’accidents collectifs, les disparitions définitives sont peu fréquentes et c’est au problème des identifications que ces morts renvoient le plus souvent. Cependant, l’absence de reconnaissance comme la disparition du corps compromettent les rites funéraires qui demandent à être étudiés selon deux niveaux d’analyse. Le premier concerne directement les familles et doit être assimilé aux rites mis en œuvre « habituellement » lors d’un décès. Le second renvoie à la prise en charge collective des défunts, notamment aux cérémonies funèbres et aux inhumations groupées des personnes non identifiées.

  • 28 Un autre cas de figure aurait pu être envisagé : dédier nominativement cette tombe aux huit (puis (...)

31On observe deux cas de figure parmi les micro-rituels funéraires accomplis par les familles. Les entretiens effectués auprès des proches des victimes non identifiées de l’incendie du « 5/7 » nous indiquent qu’elles ont choisi de recréer, hors du contexte de la catastrophe, un « univers mortuaire » qui leur est propre. Saint-Laurent-du-Pont étant loin de leur domicile, ces personnes ont préféré élever une tombe vide à leur enfant en supplément de la sépulture collective présente dans la ville du drame. Cette tombe vide vaut ici pour le corps, même si elle ne peut le remplacer. Acquérir une sépulture individuelle, c’est pour ces familles retrouver un peu la présence du corps non identifié. Bien qu’il possède aujourd’hui des plaques funéraires mentionnant le nom de quelques-unes des victimes supposées, le caveau des « non identifiés » du cimetière de Saint-Laurent-du-Pont reste une tombe dédiée à des anonymes. Lors des commémorations annuelles, aucun nom n’est mentionné et la pierre tombale porte seulement une épitaphe : « Saint-Laurent-du-Pont aux non identifiés du “5/7” – 1er novembre 1970 ». Cette tombe a été conçue de telle sorte qu’elle renvoie à l’ensemble des personnes non identifiées, donc à un collectif sans nom28.

  • 29 Tous les enfants morts dans la catastrophe, y compris ceux qui ont pu être identifiés, reposent da (...)

32À Crépy-en-Valois la proximité de la tombe collective du domicile des parents et la présence de tous les corps sans exclusion ont favorisé l’acceptation d’un tel monument29. Il est considéré à la fois comme un mémorial et une tombe dédiée à leur(s) enfant(s) individuellement. À la différence de celle de Saint-Laurent-du-Pont, elle a un caractère polysémique. Ainsi, les rituels de deuil tels que la visite au cimetière, le dépôt de fleurs sur la tombe, l’inscription des noms, ont été rendus possibles. La double absence relative à la mort elle-même et à l’impossibilité d’identifier les corps est ici minimisée par une prise en charge des défunts et de leur famille. Tout en mettant en valeur un collectif de victimes, cette sépulture protège l’identité de chaque victime et permet un traitement social de la mort relativement complet. Même en faisant « comme si » le mort était présent en prenant la partie pour le tout ou en créant des remplaçants symboliques, ces substituts ne peuvent pallier pleinement l’absence du corps qui est toujours vécue par les familles comme un arrachement. Ces pratiques parviennent à minimiser les risques d’un total désinvestissement de ces morts qui doivent nécessairement recevoir des traitements pour limiter les risques liés à la dangerosité supposée des cadavres.

33Outre ces rituels de substitution se pose la question des identifications. La crainte de ne pouvoir identifier ou de ne retrouver qu’une partie des victimes est récurrente lors des accidents collectifs. Elle se justifie par le contexte ou les circonstances de la mort (explosion, incendie, crue...) et l’état des corps. Cela explique l’utilisation de techniques de plus en plus sophistiquées pour qu’aucun cadavre n’échappe aux procédures de reconnaissance jugées indispensables. Aux trois raisons indiquées en préalable (nécessités de l’enquête, paiement des assurances et déclaration à l’état civil) s’ajoutent deux autres difficultés auxquelles les autorités sont confrontées immanquablement lorsque des personnes ne sont pas identifiées. La première se trouve combinée avec la recherche d’une imputation des causes et des responsabilités. Si le doute subsiste sur l’identité d’au moins un corps, des rumeurs peuvent surgir. L’absence d’identification objective et certaine laisse place à des explications ou des motifs imaginaires. La seconde raison tient à un aspect pratique qui place les pouvoirs publics, notamment les services de l’état civil, dans une posture difficile et inextricable quand des corps n’ont pu être identifiés. À Saint-Laurent-du-Pont, huit corps n’ont pu être reconnus. Après la cérémonie funèbre, ils ont été placés dans l’église du village jusqu’à leur inhumation au cimetière communal. Lors des funérailles, environ vingt-cinq familles étaient présentes. Ce nombre avancé par la presse est difficile à vérifier car, officiellement, il s’agit de victimes inconnues, c’est-à-dire sans nom. Sur les vingt-cinq, dix se disent persuadées que leur enfant est bien mort dans l’incendie – on connaît alors l’identité de cinq d’entre eux en raison d’objets retrouvés sur les lieux du drame. Quinze autres familles sont sans nouvelles et se demandent s’il n’a pu se rendre au dancing cette nuit-là. La différence entre le nombre de cadavres et le nombre de familles attise les rumeurs qui commencent à se former et qui vont encourager les gendarmes à entreprendre un ratissage des environs pour être certain qu’aucune victime ne se trouve dans les bois et marécages. Nul corps ne sera découvert mais le doute subsistera. Officiellement, après plusieurs jours d’attente le nombre de cadavres retrouvés (identifiés ou non) correspondra à celui des personnes disparues. L’état civil comporte sept déclarations de décès de victimes non identifiées, puisqu’une personne sera exhumée et identifiée par la suite. Les familles ont reçu les dédommagements des assurances, tout en n’ayant pu prendre possession du corps. Ce type de situation suscite un trouble dans le sens où il laisse place à une grande incertitude, tant du côté des familles que de la population, incertitude bien difficile à gérer pour les pouvoirs publics.

La chapelle ardente pour réunir les corps

  • 30 Sauf quand les corps sont disposés à la morgue, dans les instituts médico-légaux ou dans les centr (...)
  • 31 Dans la symbolique des couleurs, le noir correspond à la couleur du deuil. Contrairement au blanc (...)
  • 32 L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit., p. 72. Nous avons retrouvé cette analogie dans un article fais (...)
  • 33 Primitivement le blanc est la couleur de la mort et du deuil. Les spectres, les apparitions, les r (...)

34Le lieu qui accueille les corps est baptisé « chapelle ardente ». Elle constitue un des invariants communs à toute mort collective par accident. Ces « chapelles » seront le lieu de la présentation des corps aux familles et aux autorités. Elles sont la plupart du temps installées dans des lieux publics, lieux à caractère sacré (église, temple) ou laïc (gymnase, salle communale, centre culturel...)30. Au-delà du choix d’un espace, les aménagements relèvent d’une symbolique funéraire. La disposition des cercueils revêt des constantes. Ils sont exposés alignés de façon rectiligne ou en épi comme à Argenton-sur-Creuse. Ils sont surélevés par des chaises, des tréteaux ou des tables. Les poser à même le sol reviendrait à les déconsidérer. Ils se trouvent à hauteur des mains ou du regard pour une personne assise et renvoient à une gestuelle d’émotions « nobles » comme la caresse ou la sensibilité du regard. Les décors élaborés à partir de tissus et de tentures de couleurs sombres, noires et violettes, avec l’utilisation parfois du blanc, notifient que cet espace provisoire de la chapelle ardente est un espace mortuaire31. Ces indices sont d’autant plus importants que le lieu où sont entreposés les cercueils est habituellement un lieu de vie. Les fleurs sont également des objets symboliques dans les rituels funéraires. Elles représentent la vie, la beauté, mais on peut considérer avec L.-V. Thomas qu’elles ont une toute autre particularité, celle de masquer l’odeur de la pourriture32. L’utilisation des encens, parfums et bouquets renvoie, par inversion, à l’horreur associée à la pourriture des corps. Qu’elle ait un effet significatif ou qu’elle soit utilisée à titre symbolique, cette diffusion de parfums dédramatise une situation en mettant en évidence un paramètre socialisé : ici une odeur agréable. La plupart de ces bouquets ont la particularité d’être blancs. Cette caractéristique mérite une analyse de la symbolique de cette teinte. Elle a une place prépondérante dans les rituels funéraires : le blanc représente le passage, il est une valeur limite33. Comme le noir, il se situe à l’extrémité de la gamme chromatique, si bien qu’on le qualifie de non-couleur ou de somme des couleurs. La particularité du blanc est qu’il signifie un passage, non un état.

  • 34 M. Eliade, Le Chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, Paris, Payot, 1951, p. 32.

35M. Eliade note que dans les rites d’initiation, il est la couleur de la première phase, celle de la séparation et de la lutte contre la mort34. Sa signification manifeste le départ vers la mort. Lors des exécutions capitales, le condamné porte une chemise blanche qui atteste la soumission, la disponibilité et une certaine acceptation de la mort. Le blanc exprime donc un mouvement : celui d’aller vers la mort, vers le mariage, vers une naissance sociale comme pour le baptême ou l’initiation. Même s’il trace un chemin, ce mouvement signifie que rien n’est accompli.

36Outre ces aspects, l’analyse doit retenir l’accent mis sur le caractère collectif de ces morts : les victimes reposent dans un cercueil identique, sont entourées des mêmes soins (remodelage des corps, identification, toilette funèbre...) et sont dotées des mêmes attributs, tous reçoivent par exemple un bouquet similaire. La disposition des cercueils répond, elle aussi, à une volonté de ne pas hiérarchiser les victimes. L’agencement en rangs égaux évite de susciter un classement, de créer des espaces plus valorisants comme un centre qui mettrait à l’écart certains cercueils. Leur ordonnancement semble fondamental. Ils sont placés selon des axes parallèles, à égale distance les uns des autres, sauf pour laisser place à une allée centrale où les officiels pourront rejoindre l’autel ou la tribune. Si elle évite toute distinction entre les morts, cette disposition manifeste également un ordre renvoyant plus globalement au souci de créer des repères stables après un accident. Les observations de terrain reposant sur une quinzaine d’exemples montrent que l’arrangement des cercueils subit des prescriptions. Il est impensable de placer les cercueils à hauteur inégale, de les disperser à distance variable les uns des autres, de « privilégier » certaines victimes en les disposant dans un espace central, de déposer des fleurs en hommage à quelques-unes des victimes comme celles de la commune.

Espace des chapelles ardentes

Espace des chapelles ardentes
  • 35 À Fréjus, les victimes non identifiées et celles ne disposant pas de concessions ont été inhumées (...)
  • 36 Supplément des journaux Le Var et Nice Matin, 2 décembre 1989, p. 12. Trentième anniversaire de la (...)

37Deux grands axes permettent d’étudier les inhumations post-accidentelles. Dans l’idéal, les corps sont remis aux familles après leur identification. Elles peuvent alors décider de procéder à une inhumation ou à une crémation. Dans la majorité des cas la première alternative est préférée, conformément aux statistiques nationales. Cependant, ce schéma, « idéal » parce qu’il permet aux pouvoirs publics de se dégager du poids que représentent ces morts et de les confier à leur proches qui sont en situation d’attente, n’est pas toujours applicable. L’organisation de la levée des corps dépend de la provenance des victimes. Dans un premier cas, les morts sont originaires d’un même lieu, une commune par exemple. Dans un second, les défunts viennent de régions, voire de pays différents. À cette distinction initiale, doivent s’ajouter d’autres modalités qui auront également une importance déterminante, notamment l’identification ou son impossibilité. Ainsi, lorsque tous les corps ont pu être reconnus et que les victimes viennent de divers lieux, les inhumations sont prises en charge par les familles. Les corps sont rapatriés dans leur commune. Pour les accidents de train et d’avion, si la condition préalable de reconnaissance du corps est remplie, il s’agit du cas de figure majoritaire. Parfois ce type d’inhumation est impossible en raison des conditions inhérentes au drame. Lors de grandes catastrophes – nous pensons notamment à celles de Malpasset et des mines de Courrières –, le nombre de morts implique de procéder très rapidement à une mise en bière groupée, pour éviter tout risque d’infections dues à l’état des cadavres35. Plusieurs vagues d’enterrements sont alors nécessaires. Des fosses communes sont creusées à la va-vite pour y déposer les dépouilles mortelles, il n’est pas alors question de prendre le temps d’identifier tous les corps. En se remémorant la catastrophe de Malpasset, un journaliste emploie cette formule : « On savait qu’après ces morts d’autres allaient venir. On ne pouvait prendre le risque d’être submergé36. » L’urgence était telle que la mise en bière eut lieu la nuit, à la lumière de torches.

  • 37 « L’inhumation est en général individuelle. La fosse commune ne se justifie que dans une conjectur (...)

38Quand les identifications officielles ne sont pas possibles, les corps ne peuvent être rendus aux familles et sont alors pris en charge par les pouvoirs publics. À Saint-Laurent-du-Pont, les huit corps non identifiés furent inhumés côte à côte dans le cimetière communal. Les habitants, ainsi que les familles, parlent encore aujourd’hui de la tombe des « non identifiés ». Le qualificatif au singulier est significatif, puisqu’il s’agit bien d’une unique tombe avec plusieurs cadavres. N’ayant pas été reconnus, ils perdent aux yeux des pouvoirs publics toute identité. Cette remarque permet de revenir sur la définition de l’identification et de la valider : identifier, c’est donner un nom à un corps avec tout ce que cela comporte d’un point de vue symbolique et administratif. Si la loi proscrit que plusieurs personnes soient déposées dans le même cercueil, elle n’interdit pas que plusieurs cercueils soient déposés dans la même tombe ou caveau37. Ces cadavres sont entourés d’une attention toute particulière : n’étant pas reconnus, ils sont porteurs de dangers, notamment parce qu’ils n’ont pu être réintégrés dans leur famille respective. Ils bénéficient de funérailles groupées en présence d’une délégation de personnalités. À Saint-Laurent-du-Pont, les obsèques se déroulent en deux temps : un service religieux à l’église et une cérémonie au cimetière. Devant la chapelle, le conseil municipal, le maire, le sous-préfet et le pasteur de l’ambassade du Danemark à Paris rendent un hommage aux victimes non identifiées et des prières sont prononcées. Tous les ans depuis la catastrophe du « 5/7 », le conseil municipal ainsi que les représentants de l’association des familles de victimes viennent se recueillir officiellement sur cette tombe.

39À Melun, en 1913, onze victimes non identifiées d’un accident de chemin de fer sont inhumées, un 11 novembre à 11 heures. Un cortège de corbillards traînés par des chevaux caparaçonnés de noir conduit les corps au cimetière Sud. Devant le monument élevé en leur mémoire, le député prend la parole en s’adressant aux officiels (ministre, maire de la commune...). Son discours insiste sur la spécificité de ces morts dont l’identité restait incertaine. Il confirme la nécessité qu’une instance, ici la ville, prenne en charge leurs funérailles, faute de pouvoir bénéficier d’un accompagnement de leur famille. Il s’adresse personnellement aux morts.

  • 38 Ce discours s’élabore sur une symbolique relative à la Terra Mater qui protège les morts en leur p (...)

« La ville de Melun vous ouvre aujourd’hui son cimetière, morts sans figure et sans nom, que personne n’a reconnus et que nul parent n’accompagne. Elle remplace pour vous la famille qui vous manque ; et, tout émue de votre misère et de votre abandon – car dans votre anéantissement même vous connaissez encore la détresse – elle vous adopte pour ses enfants et vous creuse un lit funèbre à côté de tous les siens. Dormez dans le vieux sol de la Brie, cadavres ignorés qui, par la souffrance, êtes devenus nos frères. Au nom de tous mes compatriotes, je vous apporte notre compassion, je vous adresse nos adieux, à l’instant suprême où vous allez vous confondre pour jamais avec notre terre maternelle38. »

  • 39 Une fosse de plus de vingt mètres a été creusée dans le cimetière pour accueillir les quarante-qua (...)

40Un autre cas de figure est susceptible de se produire. Ainsi, quand les victimes ont de nombreux points communs, les familles, en accord avec les pouvoirs publics, peuvent décider d’inhumer les corps dans un même lieu. L’accident de Beaune en est une illustration. Parmi les enfants, seuls six corps purent être identifiés. Étant tous originaires de la même commune, Crépy-en-Valois, il fut décidé que les victimes non reconnues seraient enterrées dans une unique tombe du cimetière39. Les parents des enfants identifiés ne souhaitant pas créer une ultime séparation demandèrent à ce qu’ils reposent avec leurs camarades. Ce geste permit de rassembler dans une même sépulture tous les enfants morts dans l’accident, renforçant du même coup l’image – à forte valeur symbolique – d’un collectif des victimes.

41Ces morts si spécifiques demandent donc à être prises en charge de manière collective. La cérémonie funèbre vient clôturer la première phase du deuil, celle de la séparation. Elle est un objet d’étude riche d’enseignements sur les modalités de traitement de la mort collective dans ses aspects relatifs au deuil.

La cérémonie funèbre visant à entériner le départ

42La cérémonie funèbre est un des moments clefs du rituel funéraire des morts collectives. Elle conduit à la séparation, moment où le deuil peut commencer. Elle met en scène l’ultime relation des vivants avec les morts.

43Les cérémonies étudiées ne sont pas toutes identiques. Un bref panorama, tant historique que catégoriel, permet de répertorier les diverses formes qu’elles peuvent revêtir. Tous les accidents collectifs ne génèrent pas de telles cérémonies de levée des corps. Parfois, comme à Argenton-sur-Creuse, aucun service religieux n’est organisé, même si un prêtre est à la disposition des familles. La diversité des confessions explique l’absence de cérémonie identifiée, selon une employée municipale de l’état civil chargée de l’accompagnement des familles. Le souhait des proches de rapatrier au plus vite les corps peut également justifier cette absence.

  • 40 P. Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident – Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil (...)

44En vue d’une comparaison historique, trois périodes à tester ont été répertoriées. Des historiens (P. Ariès, M. Vovelle), des anthropologues et des sociologues (E. Morin, G. Gorer, L.-V. Thomas, J. Ziegler) ont étudié et daté les phases clefs de l’évolution des pratiques, des représentations et des mentalités face à la mort. Leurs travaux ont servi à opérer une sélection et à déterminer un découpage temporel40.

45Les exemples de l’incendie du Bazar de la Charité, de la catastrophe minière de Courrières et de la panique de la salle Sainte-Madeleine de Valence mettent en perspective trois accidents collectifs relativement différents, par leurs origines et les populations touchées. Cependant, ils ont tous la particularité de s’être déroulés durant une phase relativement restreinte : ils ont eu lieu respectivement en 1897, 1906 et 1919. Bien que cette période historique ait été traversée de bouleversements pouvant avoir des incidences sur l’objet d’étude – notamment le vote de la loi de séparation de l’Église et de l’État et la Première Guerre mondiale – elle sera considérée comme un ensemble unique. Les travaux de P. Ariès indiquent qu’il s’agit d’un moment de continuité ou de stabilisation par rapport aux années passées, avec relativement peu de transformations des rituels funéraires.

46Une deuxième période peut être définie. Elle couvre les années 1955 à 1975, de la catastrophe des 24 heures du Mans au coup de grisou de Liévin en passant par Malpasset et l’incendie du « 5/7 ». Ces quatre accidents collectifs sont également de nature variée. Si l’on procède à une comparaison avec les rituels funéraires individuels de la même époque, on peut considérer avec L.-V. Thomas et P. Ariès que cette étape doit être appréhendée comme une phase décisive de l’évolution des représentations et des comportements face à la mort. La tendance est à une laïcisation et à une déritualisation progressives.

47Le dernier temps est celui de la période de 1980 à nos jours ; avec cette fois-ci cinq exemples, toujours diversifiés : Beaune, Argenton-sur-Creuse, Melun, mont Sainte-Odile, Vaison-la-Romaine. Ces années entérinent les transformations repérables dans la période précédente pour, dans certains cas, aller jusqu’à un déni de la mort et une désocialisation complète ou partielle de rites de passage.

48À partir de ce découpage temporel, les résultats de la confrontation historique reposent sur plusieurs critères d’évaluation :

  • le type de cérémonie (caractère officiel ou plutôt informel, religieux ou laïc...) ;
  • la date à laquelle elle se déroule (nombre de jours qui la séparent de l’accident) ;
  • le nom qui lui est donné ;
  • le lieu dans lequel elle se déroule ;
  • le schéma de disposition des cercueils ;
  • les personnalités présentes, ainsi que le nombre de spectateurs ;
  • les actes et actions effectuées (messes, discours...) ;
  • le contenu et la terminologie des discours et le public auquel ils s’adressent.
  • 41 La loi de séparation de l’État et de l’Église sera votée huit années plus tard, en 1905.
  • 42 Sur les douze cérémonies répertoriées, seules trois se sont déroulées dans un édifice religieux : (...)

49La principale conclusion soulève des interrogations quant au référent classique des rituels funéraires : bien que l’on observe sans conteste des évolutions notables, la lecture générale de cette confrontation historique tend plutôt à conclure à une forme commune et relativement stable de ces cérémonies. Malgré tout, les transformations actuelles vont dans le sens d’une laïcisation et d’un développement d’un multi-confessionnalisme. On observe également une orientation vers une valorisation de caractères intimistes et informels consistant à ne pas effectuer une célébration, mais à pratiquer une succession de micro-rituels. Ces derniers sont plus conformes à la privatisation de la mort que l’on peut constater dans les rituels funéraires contemporains. En dépit de ces différences tendancielles, une forme générale de ces cérémonies peut être observée durant le xxe siècle. Dans la majorité des cas, elles s’organisent en deux temps avec, d’une part, une cérémonie religieuse et, d’autre part, l’intervention d’un représentant de l’État, le président de la République, le Premier ministre ou un ministre. Sur toute la période étudiée, la coloration laïque de ces cérémonies est avérée. Par leur présence et leurs discours, les instances étatiques viennent, non pas contrebalancer le message de l’Église, mais le marquer de leur empreinte. Lors de la célébration funèbre de l’incendie du Bazar de la Charité, qui a lieu à Notre-Dame de Paris, le rituel est un mixte savant entre évocation religieuse et laïque. La messe se double d’un dispositif manifestant la présence de l’État. L’accueil du président de la République par le cardinal de Paris à midi pile au son des cloches, la mise en scène qui conduit le Président à son fauteuil à gauche de l’autel, le discours du ministre de l’Intérieur sur le parvis de la cathédrale en sont de bons exemples. Ici, les deux séquences sont liées et composent un même rite qui fonde sa pertinence sur l’aspect complémentaire de ces étapes. La date de la cérémonie, 1897, permet également de mieux comprendre ce double jeu car, à cette période, l’État français est en étroite relation avec les autorités religieuses41. En 1955, au Mans, la cérémonie funèbre a lieu dans la cathédrale de la ville. Pourtant, ce sont le préfet et le gouvernement qui sont les décideurs et les garants du bon déroulement du rassemblement qui a un caractère officiel. Autre indicateur, l’espace dans lequel se tiennent ces cérémonies atteste également de cette empreinte laïque. Elles se tiennent en majorité dans des lieux publics (gymnase, centre culturel, salle municipale) ou en extérieur (place de la mairie, champ de Mars, cimetière) et ont la particularité de se dérouler en présence des cercueils. Les offices ont donc lieu, la plupart du temps, dans un espace socialement porteur d’un référentiel public et laïc, plus que religieux ou sacré42.

50Ces cérémonies sont dans l’ensemble ouvertes à un public limité : familles, représentants politiques, sauveteurs, représentants religieux. Cela est dû en grande partie au manque de place pour accueillir une foule plus nombreuse, mais aussi à un facteur socio-historique marquant une volonté de plus en plus affirmée de la part des pouvoirs publics de protéger les familles des regards extérieurs, notamment des médias. La situation est sensiblement différente lorsque les obsèques sont organisées à l’extérieur, permettant ainsi à un large public d’y assister. Dans certains cas, lorsque les victimes n’ont aucun lien avec la commune dans laquelle s’est produite la catastrophe, ces cérémonies sont strictement privées.

51Une autre caractéristique partagée est la rapidité et la relative simplicité dans laquelle les cérémonies se déroulent. Elles sont presque toujours décrites comme un moment d’intense émotion concentrée dans le temps. Les discours sont brefs ainsi que les offices religieux. La tension semble si importante (évanouissements, cris, silences dans le public...) que prolonger une telle attente serait faire durer une douleur insoutenable ; cela reviendrait à proroger la séparation et à entériner un contact durable avec l’accident. Ces cérémonies ne peuvent désamorcer l’angoisse suscitée par le drame. La présence d’hommes politiques de renommée nationale prouve leur caractère exceptionnel. Cette possibilité de désamorcer l’événement étant absente, il semble alors préférable que ce moment ne s’éternise pas, tout en marquant une séparation et en impulsant un « travail » à venir : deuil, recherche des causes et responsabilités effectives. Quant à la dénomination de ces célébrations : « cérémonies funèbres », « obsèques », « cérémonie de levée des corps », ainsi que le nombre de jours qui les séparent de la date de la catastrophe, les variations sont infimes. Aucune divergence historique ou catégorielle (relatives au type d’accidents) n’est significative.

52Outre cette composante historique, il est nécessaire de confronter ces données à un autre paramètre, celui du type de catastrophes en question. Lorsque les victimes forment un ensemble constitué – c’est-à-dire qu’elles peuvent être regroupées à partir d’une caractéristique qui fait sens : l’âge, un lieu d’habitation, une origine sociale – la cérémonie prend un caractère davantage solennel, plus officiel et plus complet. À un niveau formel, une distinction se manifeste dans le caractère officiel et partagé d’un côté, et l’aspect informel, intimiste et non concentré dans le temps de l’autre. On observe que les accidents ferroviaires et aériens génèrent majoritairement des cérémonies de types « micro-rituels » sans organisation globale et avec de multiples séquences. Pensons notamment à Argenton-sur-Creuse, à Melun et à l’office œcuménique du Barr réservé aux familles des victimes du crash du mont Sainte-Odile. Un argumentaire en creux permet de comprendre l’importance de ce paramètre pour appréhender la diversité des célébrations. Il existe semble-t-il une distinction lorsque le « collectif des victimes » ne peut être convoqué a priori, à savoir quand il ne préexiste pas à la catastrophe. Lorsque l’unité du groupe des victimes se fonde sur l’accident lui-même, il apparaît que les cérémonies sont plus sobres et que le drame touche un public moins nombreux. Au contraire, lorsque la catastrophe implique des personnes que l’on peut regrouper dans un même ensemble significatif – quand le collectif préexiste à l’accident – l’émotion est d’autant plus forte, la cérémonie d’autant plus ciblée, voire grandiloquente. Parmi ces ensembles, on peut noter plusieurs modalités de reconnaissance de type a priori, telles que :

  • les habitants d’une commune : Fréjus, Furiani, Vaison-la-Romaine, Nîmes ;
  • une classe d’âge : jeunes pour Saint-Laurent-du-Pont, enfants morts dans les catastrophes de Valence, de Beaune, du Drac, des « Orres » ;
  • le sexe : femmes et jeunes filles décédées dans l’incendie du Bazar de la Charité ;
  • une classe ou un groupe social : aristocratie et bourgeoisie lors de l’incendie du Bazar de la Charité ;
  • un corps professionnel : mineurs de la Compagnie des mines de Courrières, de Liévin ;
  • ou encore des personnes que l’on peut regrouper à partir de la caractéristique du loisir pratiqué : spectateurs des 24 heures du Mans, supporters du Football Club de Bastia.

53Ces ensembles significatifs permettent de repérer immédiatement la population affectée, de lui donner un nom, une consistance, donc par un phénomène de rapprochement de la rendre plus visible et plus palpable, sorte de proximité physique et émotionnelle. Certaines de ces catégories ont un pouvoir d’évocation plus direct (enfants, mineurs). Elles reposent sur une classification simple et parlante ; elles n’impliquent pas la superposition de plusieurs niveaux de signification comme pour les accidents de transport. Lors de crashs, de catastrophes ferroviaires, les victimes ne forment pas à proprement parler un collectif identifiable. Il ne le sera que par la suite, lorsque des événements et actions le rendront visible avec la constitution d’une association par les familles qui institutionnalisent ainsi le lien qui les unit (la perte d’un proche dans un même drame), l’érection d’un mémorial… L’épitaphe des « Trois Veilleurs », mémorial de la catastrophe du mont Sainte-Odile, s’appuie sur cette idée ; c’est l’accident qui rassemble les victimes, pas leur passé : « Ici, 87 personnes sont décédées dans la catastrophe aérienne du 20 janvier 1992 ».

54Au-delà de leur différence formelle, ces cérémonies ont la particularité de conclure une première étape de ces morts collectives par accident, d’entériner une séparation. Elles correspondent toutes à l’ultime présence conjointe des corps. Ceux-ci seront ensuite rapatriés vers leurs communes d’origine et inhumés, dans la majorité des cas, dans des sépultures individuelles, même si les morts conservent un lien avec le drame. Ces célébrations ou veillées funèbres – regroupées sous le terme générique de « cérémonies » pour plus de lisibilité – entérinent l’événement qui s’est produit en signifiant que la mort est inexorable. Ces rites collectifs des funérailles mettent en scène un passage de l’avant (la vie) à l’après (la vie qui doit continuer tout en prenant en compte l’événement qui vient de se produire et les décès qu’il a générés), en passant par une période présente qui doit gérer ce passage et donc, ici les corps des victimes. Les cadavres étant spécifiques, ils demandent des soins adaptés, lesquels sont prodigués pour leur rendre une forme humaine. Cette situation d’horreur nécessite une prise en charge rituelle. La chapelle ardente avec son décor, le soin apporté à l’arrangement des cercueils, son atmosphère si particulière et la présence de personnalités politiques et religieuses, participe de cet élan. Cependant, la cérémonie funèbre, par son aspect de passage, est certainement le point culminant de cette ritualisation : elle entérine la séparation. Elle correspond aux funérailles collectives des victimes. L’étude de la dénomination de ces funérailles nous permet de voir que les expressions « obsèques publiques » ou « nationales » sont couramment employées. Elles renvoient au caractère public ou tout au moins collectif des cérémonies commémoratives, caractère qui insiste largement sur l’aspect indistinct des personnes décédées. Les victimes sont au cœur de ce dispositif. Elles sont perçues comme un ensemble unique qui fait sens : ce sont les victimes de la rupture du barrage de Malpasset, du crash du mont Sainte-Odile, de l’avalanche des « Orres ». Si l’on reprend le message de G. Pompidou lu lors de la cérémonie de levée des corps des victimes du « 5/7 », les références sont les suivantes : « toutes ces jeunes vies », « cette jeunesse saccagée et martyrisée », « tous les Français ». Le traitement uniforme qui est réservé aux cercueils va dans ce sens : mêmes cercueils en bois blanc avec poignées argentées et bouquets d’œillets blancs à Saint-Laurent-du-Pont, mêmes cercueils provenant de la réserve des Pompes funèbres générales de Paris, recouverts d’étoffes bordeaux avec bouquets de glaïeuls, puis départ des corps dans des CX brunes, pour l’accident d’Argenton. En cela, elles se distinguent nettement des funérailles « ordinaires », qui dans un second temps pourront être effectuées par les familles à titre privé. Elles ont pour caractère fondamental d’être collectives. Le passage manifeste qu’elles organisent est sans conteste celui du registre de la vie à la mort, du corps vivant au corps mort, repérables pour toute mort. D’autres passages sont également à l’œuvre dont la lecture est moins transparente.

55Le premier a trait au passage concret d’une présence des victimes à une séparation de ce collectif en divers lieux. L’on pourrait penser que cette transition est simplement factuelle et sans intérêt sociologique, or elle représente un enjeu symbolique : la maîtrise de la dangerosité des cadavres et par élargissement, puisque les corps en sont directement porteurs, la neutralisation de la propagation de l’accident sur un territoire élargi. Cette diffusion, si elle n’était pas contrôlée et socialisée, équivaudrait à une menace symbolique. En insistant fortement sur le caractère collectif des victimes, la cérémonie atteste qu’il ne pourra se dissoudre lorsque les corps seront disséminés ; ainsi cela permet d’imaginer un possible rassemblement sur un territoire plus ou moins vaste, même après la dispersion de ceux-ci. Au-delà du contenu, un travail sur la forme s’effectuerait. En analogie avec la communion religieuse, ces cérémonies manifestent une sorte de « qualification ». Par l’intermédiaire d’un public, essentiellement les familles et pouvoirs publics, les corps sont qualifiés de « cadavres collectifs ». Situation qui fait qu’après la cérémonie, ce marquage symbolique sera toujours présent, bien que les dépouilles soient rapatriées dans divers lieux. Elle permettra aux personnes présentes de porter ce message. Étant donné que cette qualification a un effet direct de nature symbolique dont l’efficacité ne repose pas sur des faits empiriques, elle a pour conséquence d’atténuer les craintes.

56Un autre passage, plus contextuel celui-ci, part du désordre provoqué par l’accident pour conduire à une prise en charge sociale et collective. Un passage qui prend ici une portée spécifique liée aux rituels funéraires. Toute mort peut être considérée comme un désordre fondamental ou, pour employer un terme de portée plus philosophique, un désordre ontologique. Cependant, ce contexte spécifique est sociologiquement important : ces cérémonies ont une large portée sociale et politique que ne possèdent pas les rites funéraires « ordinaires ». Elles reposent sur un appel au calme, à la raison, à un effort pour que ces catastrophes ne se reproduisent pas. Si l’on étudie les discours des prêtres, des pasteurs, des rabbins, des imams, qui plus est ceux des hommes politiques locaux ou des représentants de l’État, on observe qu’ils sont tous empreints de messages à portée politique – politique au sens premier du terme, c’est-à-dire qui a trait à la vie de la cité, à son organisation et sa gestion. Pourquoi insister sur une telle vocation des discours ? Parce qu’il s’agit d’une des caractéristiques majeures de ces cérémonies, qui, en outre, permet de les différencier nettement des funérailles « classiques ». Les enjeux évoqués en 1897 et 1919 sont par exemple ceux de la pérennité de la France, de sa place dans le monde, de son choix de société, de l’appel à une cohésion sociale qui seule permettra à terme de conduire ces objectifs généraux.

  • 43 Discours du sous-secrétaire d’État à l’Intérieur cité par Le Journal de Valence, 6 juin 1919, à pr (...)

[...] D’autres que les Français pourraient se laisser décourager et abattre par des épreuves aussi effroyables et aussi persistantes et risqueraient de s’abandonner sous les coups redoublés de la fatalité. Nous, Messieurs, comme le disait le poète latin impavide sous les ruines, nous restons debout, le front haut le cœur solide, confiants malgré tout, quand même, dans les destinées de la Patrie. La France vivra parce que nous voulons qu’elle vive, parce que nous savons qu’elle est indispensable au progrès humain et au maintien de la liberté dans le monde. Un seul danger pourrait la menacer : les divisions intestines, la haine entre ces enfants. [...] Des agitations, des grèves, certains propos inconsidérés pourraient faire croire, dans le bouillonnement de la vie quotidienne, à de profondes divergences entre les Français, mais que se produise un événement cruel comme celui d’aujourd’hui et voici que la population de toute une ville recueillie et douloureuse vient apporter son hommage pieux aux familles des morts, oubliant tout ce qui divise, sentant obscurément le lien de solidarité qui s’établit lentement dans les consciences et qui unit les uns aux autres aussi bien les habitants d’une même ville que les habitants de la France tout entière43.

57Aujourd’hui, si les discours sont plus nuancés et sans doute plus ciblés sur des questions relatives à l’accident, ils comportent toujours cette teneur politique fondée sur la nécessité d’une forte cohésion sociale. L’idée d’un soutien du pays aux familles des victimes en est une modalité. De manière indirecte, elle sollicite l’appartenance à un groupe, celui de la Nation. La catastrophe est ainsi un recours identitaire, un moyen d’affirmer de manière consensuelle que la Nation a encore un sens et qu’elle représente une valeur stable. D’autres illustrations, comme la volonté affichée des pouvoirs publics d’affirmer qu’ils ont la situation en main et que des changements permettront d’éviter ou de limiter les drames du même type, sont également significatives de la portée politique de ces prises de parole. Ces discours vont toujours dans le sens d’un retour à une situation passée ordonnée, même si des changements de nature essentiellement technique seront apportés et souhaités. Dans cette logique, la cérémonie funèbre est l’occasion de faire le point, de réfléchir à un nouveau départ rendu possible par la catastrophe. C’est du moins cet aspect qui est exploité par les représentants politiques qui tirent partie de ce moment de fort consensus social pour communiquer des messages plus généraux, manière d’asseoir leur légitimité. L’enjeu pour eux est bien plus que le changement, il correspond à un retour à une situation « ordinaire » identique à celle d’avant la catastrophe. Cette analyse est encore pertinente pour les cérémonies commémoratives, bien que plus distantes de l’événement « fondateur », l’accident.

Un retour à l’ordre moins aisé qu’il n’y paraît

58Le retour à la normale d’un point de vue technique est relativement aisé. Il repose en partie sur des déclarations d’intention et sur l’idée d’un progrès technique qui à terme permet de lutter plus efficacement contre les accidents. Cette relative facilité à envisager et à constater un retour à l’ordre est due aussi en partie à une représentation partagée qui consiste à croire qu’une fois les premières séquelles effacées, la vie va pouvoir reprendre « naturellement » son cours. L’impression d’une profonde mobilisation et d’un déploiement de solidarités renforce la confiance en cette réussite. Les pouvoirs publics relayés par les médias proclament que cette opération va aboutir, ce sont autant de bonnes intentions affichées publiquement.

59La question des cadavres, qui plus est de ces cadavres si spécifiques, reste épineuse dans la mesure où elle repose sur une représentation et une symbolique rattachées à une crainte anthropologique de la mort. Les peurs qu’ils suscitent nécessitent une prise en charge normalisée, dont la forme type correspond à des rites réguliers. En plus d’investir les pensées, ils occupent un espace. Pendant plusieurs jours, les autorités vont devoir conserver, veiller sur ces dépouilles alors sous leur responsabilité et non sous celle des familles. Tant que les cadavres sont présents sur les lieux de la catastrophe, le travail d’oubli nécessaire à un retour à l’ordre achevé est délicat. Ils sont un signe qui se laisse difficilement occulter et, par leur proximité du drame, ils doivent subir des traitements spécifiques. La cérémonie funèbre constitue une étape décisive permettant, par une séparation ritualisée, d’entrer dans une période de deuil, puis de commémoration, c’est-à-dire d’envisager un retour à la vie.

Notes

1 L.-V. Thomas, Le Cadavre – De la biologie à l’anthropologie, Bruxelles, Complexe, 1980, p. 14.

2 L’auteur qualifie le cercueil de métaphore du corps dans La Société de conservation – Sémiologie des cimetières en Occident, Paris, Payot, 1978, p. 62. « Le cercueil est le lieu d’une neutralisation : il résorbe symboliquement l’opposition corps-cadavre au profit du premier terme. Il se substitue ainsi psychologiquement et symboliquement au cadavre. Qu’on se souvienne ici de la réflexion de C. Lévi-Strauss : “les symboles sont plus réels que ce qu’ils symbolisent”. Le signifiant précède et détermine le signifié. » (Ibid., p. 61.)

3 L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit., p. 117. Cependant, il est à noter qu’en la matière il existe une différence entre l’inhumation et la crémation. En effet, seul un corps peut être considéré comme un « reste humain ». Les cendres ne le sont pas, ce qui explique pourquoi elles peuvent être transportées par les proches et répandues en tout lieu autre que la voie publique.

4 R.P.F. Charmetant, Le Livre d’or des martyrs de la Charité, Paris, juillet 1897, p. 23-27, à propos de l’incendie du Bazar.

5 Article paru dans Le Gaulois à propos de la catastrophe des mines de Courrières. Cité par Y. Lequin, « La mort industrielle », dans Les Malheurs des temps – Histoire des fléaux et des calamités en France, J. Delumeau et Y. Lequin (dir.), Paris, Larousse, 1987, p. 483.

6 R.P.F. Charmetant, Le Livre d’or des martyrs de la Charité, op. cit., p. 28-29.

7 L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit., p. 95 et 114-115. Voir également D. Le Breton, Des visagesEssai d’anthropologie, Paris, Métailié, 1992, G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1984, p. 157, et P. Wernet, « Le culte des crânes à l’époque néolithique », dans Histoire générale des religions, vol. 1, Paris, A. Quillet, 1960, p. 53 et suivantes.

8 Cela participe de ce que L.-V. Thomas nomme un déni de la mort. Voir Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1975, Rites de mort – Pour la paix des vivants, Paris, Fayard, 1985, et « La mort escamotée », Bulletin de la Société de thanatologie, n° 51, 1981, p. 3-11.

9 Le Dauphiné libéré, 3 novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

10 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 21 janvier 1992.

11 Cet accident s’étant produit sur un vol intérieur, la liste d’embarquement ne peut être considérée comme totalement fiable. Aucun contrôle d’identité n’est effectué sur ce type de vols.

12 L.-V. Thomas, Rites de mort, op. cit., p. 146.

13 Définition donnée par un anthropologue légiste lors d’un congrès relatif à la pratique de la médecine légale lors de catastrophes collectives. R. Perrot (dir.), Catastrophe et mort collective, – Acta medicinae legalis et socialis, vol. XXX, n° 2, Paris, Masson, 1980, p. 26.

14 Pour les accidents d’avion, les équipes de légistes et de police judiciaire emploient parfois la technique des quadrillages utilisée en archéologie afin de répertorier avec exactitude l’emplacement de chaque objet, mais aussi des corps.

15 Source : Le Monde, 31 mars 1992.

16 Journal officiel du 17 janvier 1958, chapitre IV, article 15. La suite de l’article précise le contenu de ces dispositions : « Avant de procéder à l’enlèvement des corps, il importe de noter leur position et leur état et si possible, de prendre toutes photographies et croquis nécessaires tant à l’identification des victimes qu’à la détermination de l’origine et de la nature des blessures dues à l’impact. Les objets appartenant aux victimes seront étiquetés et inventoriés afin d’éviter toute perte, détérioration ou confusion. »

17 Lors de la catastrophe du mont Sainte-Odile, après l’emploi des techniques classiques utilisées en cas de catastrophes, seize cadavres ne sont pas formellement identifiés. Le professeur chargé de la direction de l’équipe d’identification composée de médecins légistes et de biologistes propose au juge d’instruction de procéder de façon systématique à une analyse des empreintes génétiques des cadavres. Celles-ci seront comparées à celles des proches supposés. C’est une première en matière de médecine légale. Jusqu’alors, cette technique n’avait été utilisée que sur des cas individuels. Il s’agit d’un changement radical en matière de reconnaissance des corps : il permet d’éliminer quasiment tout doute. Cette méthode utilisée dans les cas les plus ardus, sera également mise en œuvre lors de l’incendie du tunnel du Mont-Blanc en mars 1999.

18 L.-V. Thomas, dans La Mort africaine, Paris, Payot, 1982, établit une liste des mauvaises morts : mort en dehors du village ou des terres qui a pour effet une absence de « maternisation » du mort et une impossibilité de l’interroger. En outre, le cadavre ne peut présider ses funérailles ; mort du guerrier en fuite ; mort de l’adulte sans enfant, dans la solitude, sans s’y être préparé, après avoir mal vécu, dans le dénuement et l’imprévoyance ; mort par noyade ou foudroiement ; mort de maladie infamante comme la lèpre ; mort durant un séjour initiatique ; mort victime d’un sorcier si celui-ci n’a pas été puni. De nos jours, dans les sociétés occidentales, la définition des mauvaises morts est sensiblement différente du fait de l’évolution des conditions de vie et des traditions. Cependant, elles existent toujours : les suicidés, les victimes de maladie telles que le sida, les accidentés de la route, sont considérés, plus ou moins explicitement, comme des « mal-morts », des morts qui sortent d’un cadre établi précisant comment il est bon de mourir.

19 J. Frazer, La Crainte des morts, Paris, E. Noury, 2 tomes, 1934 et 1935.

20 J.-B. Renard, « De l’événement à la légende : la formation des légendes contemporaines », Société, 1995, p. 29-36.

21 Incendie du « 5/7 » de Saint-Laurent-du-Pont : 1970, cent quarante-sept morts.

22 Un cadavre non identifié est un corps sans nom sur lequel peuvent se greffer toutes sortes de fantasmes, en fonction du contexte de sa découverte, du contexte social. Il est toujours suspect.

23 P. Sansot a, lui aussi, analysé les différentes rumeurs post-catastrophiques nîmoises. Il en repère trois. La première révèle que des rats se préparent à envahir la cité. Elle s’apparente à un motif ancestral, celui de l’épidémie de peste. La seconde renvoie à l’idée d’une possible rupture des liens sociaux : des pilleurs ont dérobé des objets de valeurs dans les voitures, maisons et boutiques abandonnées. La dernière nous intéresse plus directement ici : il s’agit de la contestation du bilan officiel des victimes. Elle fut de loin la plus persistante. Le chiffre de huit victimes était incohérent avec la gravité du drame. Nécessairement le nombre de décès devait être supérieur. Cette rumeur est significative de l’imaginaire des cadavres errants et se construit, comme le dit P. Sansot, sur une évidente dramaturgie qui réfère à un deuil incommensurable. P. Sansot, « Mémoire collective et perdu-rances urbaines. Nîmes inondée », Les Annales de la recherche urbaine, n° 42, 1989, p. 6-8.

24 Inondation de Vaison-la-Romaine : 1992, trente-sept morts.

25 Soit trois mois après la crue.

26 Le Monde, 22 décembre 1992, à propos de la crue de Vaison-la-Romaine.

27 La tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, même si elle conserve les restes humains d’une personne, symbolise l’ensemble des soldats français morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. À propos de ce même conflit, on peut penser aux monuments aux morts qui, dans bien des cas, peuvent être considérés comme des cénotaphes venant pallier l’absence de sépulture (dans leur commune en particulier) de nombreux soldats.

28 Un autre cas de figure aurait pu être envisagé : dédier nominativement cette tombe aux huit (puis sept) personnes non identifiées mortes dans l’incendie. Cette possibilité était réalisable puisque toutes ont été déclarées à l’état civil dans le registre des décès. C’est pour cela également que la première épitaphe « Saint-Laurent-du-Pont aux inconnus du “5/7” » a été retirée à la demande de l’association des familles de victimes pour être remplacée par « Saint-Laurent-du-Pont aux non identifiés du “5/7” ».

29 Tous les enfants morts dans la catastrophe, y compris ceux qui ont pu être identifiés, reposent dans le cimetière de la commune de Crépy-en-Valois. Leur nom est inscrit sur la tombe.

30 Sauf quand les corps sont disposés à la morgue, dans les instituts médico-légaux ou dans les centres funèbres intercommunaux, ce qui est assez rare.

31 Dans la symbolique des couleurs, le noir correspond à la couleur du deuil. Contrairement au blanc signifiant que le passage n’a pas eu lieu, le noir fait état de la mort accomplie. Il entérine une perte définitive et signifie que la séparation est effective. Cette couleur, présente ici sous forme de tentures, est aussi traditionnellement la couleur des vêtements de deuils occidentaux et des habits sacerdotaux des messes des morts. Dans nos sociétés occidentales, le violet revêt également une symbolique mortuaire. Comme le noir, il évoque la mort, à la différence près qu’il ne correspond pas à un état, mais au passage qui conduit vers la mort. En cela il se rapproche davantage du blanc. J. Chevalier et A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Laffont, 1982 (première édition 1969), p. 671 et 1021.

32 L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit., p. 72. Nous avons retrouvé cette analogie dans un article faisant suite à l’accident du Mans : « Le parfum des premières roses que l’on apporte se mêle à l’âcre odeur du sang. »

33 Primitivement le blanc est la couleur de la mort et du deuil. Les spectres, les apparitions, les revenants sont de cette teinte.

34 M. Eliade, Le Chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, Paris, Payot, 1951, p. 32.

35 À Fréjus, les victimes non identifiées et celles ne disposant pas de concessions ont été inhumées dans cinq fosses communes du cimetière municipal. Pour la catastrophe de la Compagnie des mines de Courrières, les victimes identifiées furent enterrées dans des fosses communes dans les cimetières des villes où elles résidaient. Les « inconnus » furent quant à eux regroupés au cimetière de Méricourt dans un espace que l’on appelle le « silo des inconnus ». Sources : L’Écho du passé – Bulletin du club d’histoire locale de Courrières, n° 9, 1996.

36 Supplément des journaux Le Var et Nice Matin, 2 décembre 1989, p. 12. Trentième anniversaire de la catastrophe.

37 « L’inhumation est en général individuelle. La fosse commune ne se justifie que dans une conjecture bien définie et exceptionnelle. [...] Quand il s’agit d’un enterrement immédiat, nous avons vu que dans les sociétés archaïques, il est hors de question – les exceptions sont rarissimes – de ne pas isoler le cadavre dans sa propre pourriture ; de même la loi française n’a peut être pas liquidé les vieux archétypes quand, se réclamant de salubrité, elle précise : “Il n’est admis qu’un seul corps dans chaque cercueil. Toutefois est autorisé la mise en bière, dans un seul cercueil : 1) de plusieurs enfants mort-nés issus de la même mère ; d’un ou de plusieurs enfants mort-nés et de leur mère également décédée (art. 10, ch. II, Journal officiel du 20 mai 1976).” » (L.-V. Thomas, Le Cadavre, op. cit.)

38 Ce discours s’élabore sur une symbolique relative à la Terra Mater qui protège les morts en leur permettant de reposer dans un sol qui leur est connu. Par ailleurs, les expressions comme : « dormez dans le vieux sol de la Brie », « je vous adresse nos adieux », reviennent à signifier aux morts qu’ils doivent désormais quitter le territoire des vivants. La République de Seine-et-Marne, 4 novembre 1991, texte extrait de documents d’archives de l’époque. Voir le livre de C. Plancke, Histoire du chemin de fer en Seine-et-Marne, Éditions Amattels, 1991.

39 Une fosse de plus de vingt mètres a été creusée dans le cimetière pour accueillir les quarante-quatre cercueils des enfants, les adultes étant enterrés ailleurs. Onze caveaux contenant chacun quatre corps ont été aménagés. Source : Les Dépêches, 4 août 1982.

40 P. Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident – Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 1975, et L’Homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977 ; M. Vovelle, La Mort en Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983 ; L.-V. Thomas, Anthropologie de la mort, op. cit., et Rites de mort, op. cit.; J. Ziegler, Les Vivants et la Mort, Paris, Le Seuil, 1975 ; G. Gorer, Death, Grief and Mourning in Contemporary Britain, New York, Doubleday, 1965, et Ni pleurs ni couronnes et Pornographie de la mort, recueil de textes, Paris, EPEL, 1995.

41 La loi de séparation de l’État et de l’Église sera votée huit années plus tard, en 1905.

42 Sur les douze cérémonies répertoriées, seules trois se sont déroulées dans un édifice religieux : Bazar de la Charité (1897), Le Mans (1955), mont Sainte-Odile (1992). La même année, la cérémonie du drame de Furiani eut lieu dans l’église Saint-Jean de Bastia (1992). Le choix de l’espace n’est donc pas corrélé à une période historique donnée. Cela ne veut pas dire pour autant qu’aucune cérémonie religieuse ne se soit déroulée ; des messes et autres services religieux ont lieu sans constituer le rassemblement principal.

43 Discours du sous-secrétaire d’État à l’Intérieur cité par Le Journal de Valence, 6 juin 1919, à propos de l’incendie de la salle Sainte-Madeleine.

Table des illustrations

Titre Espace des chapelles ardentes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search