Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort collective

 | 
Gaëlle Clavandier

Chapitre 2. Faire face à l’urgence

Texte intégral

1L’une des premières actions conduites après un accident collectif est la redéfinition de ce qui a été bouleversé, la compréhension de ce qui vient de se passer. Les ruptures des temporalités, des régimes sonores et du paysage ont provoqué des changements qu’une société se doit de qualifier pour les traiter. Sans ce travail préalable, aucune intervention concertée ne peut être entreprise. Le chapitre précédent a évoqué cette redéfinition, du fait même qu’il portait sur les images post-catastrophiques et sur la perception de ces ruptures. De manière plus systématique et en se centrant sur des thématiques comme celle des séries et des médiations post-accidentelles, il faut explorer cette tentative d’un retour à la normale. En vue de se situer par rapport à la catastrophe, les acteurs du drame se livrent à une entreprise de catégorisation, de classement et de mise en discours. L’étude de ces catégories s’avère un terrain fructueux permettant de voir comment, juste après le drame, l’enjeu d’un retour à la normale se manifeste.

INTÉGRER LA CATASTROPHE DANS UN LANGAGE

Nommer, compter et sérier

2La première phase de catégorisation correspond à l’acte de nommer le drame. Tous ces faits sociaux regroupés sous l’expression générique de mort collective ont la particularité d’avoir un nom. Cette seule désignation permet de savoir à quel drame il est fait référence sans ajout de précisions : « rupture du barrage de Malpasset », « incendie du dancing le “5/7” », « génocide juif », « attentat du RER Saint-Michel », « Seconde Guerre mondiale », « suicide du Temple solaire », « épidémie du sida », ou encore plus précisément par l’évocation d’un simple nom : « Hiroshima », « Tchernobyl », « Bhopal ». À la différence des accidents de la route, des cancers, ces morts portent un nom qui leur donne une dimension univoque et partagée, en quelque sorte un statut ou tout du moins une forme d’existence particulière. Le nom sera un précieux indicateur pour déterminer si un événement particulier est bien du registre des morts collectives. Si l’événement en soi est unique – d’où le fait de le nommer – il peut s’inscrire néanmoins dans une série et/ou renvoyer à un précédent.

  • 1 Selon les termes employés par M. Roulet chargé de la direction des secours.
  • 2 Ce chiffre est une estimation du nombre de personnes bloquées dans les deux compartiments de queue (...)
  • 3 « Le bilan définitif du déraillement est lourd : 42 morts et 38 blessés graves hospitalisés, dont (...)

3Le deuxième acte fondateur de la désignation de la catastrophe prend une forme quantitative. En ce sens, les bilans constituent une catégorisation primordiale. L’une des priorités après un accident collectif est de procéder à une évaluation provisoire du nombre de victimes et de donner au plus vite un bilan définitif. Contrairement à une idée répandue, établir des bilans est une tâche ardue du fait des caractéristiques et du contexte post-catastrophique. À Argenton-sur-Creuse, les chiffres vont fluctuer pendant toute la nuit. La préfecture annonça au moins trente morts à 2 h 30. À 4 h 30, le nombre de corps désincarcérés s’élève à neuf ; le coordinateur des secours transmet ce chiffre à l’AFP, tout en précisant qu’il devrait être plus important, plusieurs voyageurs se trouvant pour l’heure « coincés dans deux compartiments du train complètement écrasés1 ». Au matin, le bilan officiel corrigé est de neuf à vingt morts, ce qui paraîtra exagéré durant une bonne partie de la nuit2. Ce n’est que dans l’après-midi que le dernier corps sera extrait des tôles. Bilan définitif communiqué à 20 heures : quarante-trois morts. Se pose alors le problème des blessés dans un état critique qui, s’ils venaient à décéder, viendraient alourdir la liste. Le bilan définitif correspond dans ce cas à l’ensemble des personnes décédées sur les lieux ou à l’hôpital, avant que la dernière victime ne soit dégagée3.

4On observe plusieurs phases dans la construction d’un bilan. La première, l’estimation, est un exercice difficile dans la mesure où elle doit être réalisée dans un laps de temps très bref, tout en étant crédible. La deuxième étape est d’ordre factuel. Les bilans officiels émanent des services de secours qui au fur et à mesure en informent les médias sous couvert de l’aval préfectoral. Le bilan définitif, dernière phase, génère une attente toujours considérée comme trop longue. Il indique qu’un pan de la catastrophe est connu. Ces différents bilans, évolutifs à l’exception de l’ultime, annoncent parfois des chiffres contradictoires. Les catastrophes comme les crues provoquent des difficultés encore plus grandes dues à la dispersion des corps sur un territoire vaste et difficilement délimitable. Une course contre la montre est déclenchée pour évaluer le nombre de morts, ensuite ou simultanément pour recenser les blessés et enfin pour apporter le bilan chiffré du montant des dégâts matériels et des secours. Connaître l’ampleur de la catastrophe, notamment en termes de pertes humaines, permet d’établir sa dangerosité. Plus vite les bilans sont rendus publics, plus vite les actions de retour à l’ordre seront opérantes. Tant qu’aucun bilan définitif n’est constitué, les savoirs collectifs relatifs à la menace de type accidentel n’ont pas de contrepoids réel – les savoirs collectifs correspondent ici à la mémoire collective et aux représentations des accidents collectifs passés, ainsi qu’à des expériences antérieures qui se fondent sur une mémoire sociale coupée d’un vécu direct. Les pouvoirs publics pensent que cette connaissance populaire est fataliste, et qu’elle s’appuie sur des images négatives et morbides. Avant l’établissement d’un bilan définitif, des rumeurs peuvent circuler, venant combler un espace vide. À Saint-Laurent-du-Pont, durant la période d’identification des victimes, des « histoires » vont se propager. Le dancing était éloigné d’environ deux kilomètres du village et adossé à une forêt. On va alors imaginer que des personnes, en voyant les premières flammes, ont pu se réfugier dans les bois. Elles pourraient s’y trouver encore, blessées ou égarées. Cette image sera si vivace que des battues seront organisées pour retrouver d’éventuels rescapés et démentir cette version des faits.

  • 4 Après le drame, un magazine de la presse à scandale, Noir et Blanc, a publié un reportage sur le « (...)
  • 5 Entretien avec une habitante de Saint-Laurent-du-Pont, 26 mars 1997.

Une femme se souvient de sa réaction, à l’époque elle avait dix-neuf ans : « J’avais l’impression, voilà, que je voyais une bande dessinée qui racontait une très, très vilaine histoire, mais que cette très vilaine histoire, c’était la vraie vie, que ça s’était vraiment passé4. Et puis il y avait des images, des gens qui s’enfuyaient dans les flammes et j’avais un espoir fou que l’on retrouve des gens tout autour, dans les bois, qui avaient dû partir et que l’on n’avait jamais retrouvés. Mais je me dis maintenant que l’on se crée un film dans la tête. Je trouve que ça dépassait un peu l’entendement, ce que l’on a pu faire. Et puis pour moi, ce que j’ai ressenti, je ne sais pas..., un petit peu comme si c’était dans un autre monde, on allait se réveiller, c’était un rêve. Et pourtant, je n’étais pas directement impliquée. C’est étonnant ce que cela a pu provoquer5. »

5Cet extrait montre combien l’après-catastrophe est une période ambiguë, étonnante, impliquante d’un point de vue émotionnel, une période que l’on ne peut totalement maîtriser. Pour écarter tout phénomène de profusion de la peur, de surcharge émotive au détriment de la raison, les autorités doivent établir quasi instantanément des bilans, même si les premiers ne sont que des estimations. L’attente est une prise de risque, tout comme la communication des chiffres qui ne sont pas vraisemblables et que les faits viendront ensuite contredire. Les autorités sont confrontées à la nécessité de ne pas laisser d’espaces, dans lesquels les images de la catastrophe deviendraient le seul référentiel opérant. Une sous-évaluation remettrait nécessairement en cause leur capacité de jugement et leur aptitude à mesurer les conséquences du drame. Le surestimer, c’est courir le risque de créer une émotion démesurée, de susciter des peurs non fondées, et révéler également un manque de discernement sur les retombées possibles.

6Dans tous les cas, les pouvoirs publics sont contraints d’éviter les erreurs grossières susceptibles d’avoir un impact sur leur légitimité et surtout de combler au plus vite l’incertitude se rapportant à la mort ou à la survie des victimes et disparus.

7La phase qui conduit au bilan définitif, celui reconnu officiellement par les autorités et qui ne devrait pas évoluer, est donc « dangereuse ». Cependant, les estimations, parce qu’elles sont une première évaluation quantifiable, participent déjà aux catégorisations et au traitement de la catastrophe. Elles restent du domaine du provisoire, car à tout moment elles peuvent être démenties, estimées de nouveau. Cette figure de l’entre-deux se matérialise de façon récurrente à propos de la dichotomie entre la mort et la vie : certaines personnes luttent pour rester en vie, d’autres sont décédées mais ne sont pas encore comptabilisées comme telles, d’autres encore sont vivantes alors que leur situation laisse supposer le contraire. On peut penser aux victimes encastrées dans un compartiment de train, sous les décombres d’un immeuble après un séisme...

8Parfois, les bilans définitifs sont contestés parce qu’ils ne semblent pas à la hauteur du drame. Lorsqu’ils paraissent faibles par rapport à ce qui a été vu et entendu, la population est amenée à se créer son propre bilan qui correspond mieux à la réalité en présence. Il existe un décalage – parfois de taille puisque les chiffres peuvent être multipliés par dix, vingt ou même davantage – entre les bilans officiels et les bilans « populaires ». Dans les deux cas, les décès sont dénombrés en fonction de critères précis. Pour les bilans officiels, ce sont les corps qui attestent en premier lieu de la mort, ensuite l’on prend en compte les disparus déclarés. En ce qui concerne le jugement « populaire », ce sont l’étendue de la catastrophe et l’imaginaire des corps déplacés – devant nécessairement avoir une équivalence en nombre de victimes – qui déterminent la logique de décompte et plus largement de catégorisation. Ici, plus la catastrophe est impressionnante, dévastatrice, plus elle doit être meurtrière par une sorte de correspondance. Au-delà de ces divergences et indépendamment du statut de chacun, il est un acte commun à tous (population, médias, pouvoirs publics) : essayer de rendre intelligible la catastrophe. Les catégories la font entrer dans un langage compréhensible, ici un langage chiffré. Connaître ces valeurs, c’est d’abord et avant tout avoir une première emprise sur l’accident. Le fait qu’elles soient chiffrées permet de solidifier les bilans ; elles semblent ainsi moins contestables. Les estimations diverses, les comparaisons avec d’autres drames sont désormais possibles. Cette délimitation socialise un fait en soi difficile à appréhender, elle le rend humain, alors que, dans un premier temps, c’est l’idée de forces extérieures et menaçantes qui prédominait.

  • 6 Ce qui nous a conduit à considérer que le nombre de morts est un critère de la mort collective com (...)
  • 7 Bien évidemment à titre individuel, cette incidence est majeure.

9Un dernier questionnement à propos des catégorisations quantitatives doit être soulevé : est-ce le chiffre qui est important en tant que donnée statistique ou plutôt la volonté de mesurer, de sérier la catastrophe à partir notamment du décompte des morts ? La logique des valeurs mathématiques, fondée sur des postulats et codes précis, n’est pas le support des catégorisations quantitatives et n’a finalement qu’une emprise relative sur la réalité vécue. Ainsi, un drame comme Furiani – dont le bilan est d’une quinzaine de morts, un chiffre relativement faible en comparaison des accidents collectifs majeurs – fait pourtant partie des catastrophes marquantes de la France du xxe siècle. On ne peut, du reste, établir aucune corrélation sûre entre un nombre de morts étalon et l’émotion suscitée par la catastrophe6. Le nombre de décès contribue assez peu à établir des classements, l’étude des séries va le confirmer. Le bilan, au-delà du décompte des victimes, est une victoire sur le drame, un succès qui va affermir d’autres catégorisations et ensuite favoriser le passage à l’action. Mesurer la catastrophe, c’est la rendre moins étrangère, se l’approprier. Les variations en nombre de quelques morts n’ont que de faibles incidences sociales7 ; tout l’enjeu est de contraindre l’accident à entrer dans des cadres. Le réel danger serait l’absence de possibilité de classement.

10Outre le fait de nommer le drame et de décompter les victimes, les différents accidents étudiés entrent dans des séries. La série est une catégorisation spécifique qui regroupe dans un même ensemble des éléments ayant des traits communs, ici des événements. Cet assemblage implique une idée de mouvement, de succession, d’enchaînement et vaut par la répétition d’attributs semblables, même si chacun des composants (ici des accidents collectifs) pris séparément peut présenter des caractères uniques. Lors d’accidents, ce procédé de catégorisation est mis en œuvre pour comparer et confronter l’événement qui vient de se produire à d’autres drames du même type. L’étude des documents de presse permet d’analyser précisément ces séries, puisqu’elles sont redondantes et apparaissent dès les heures qui suivent chacune des catastrophes étudiées. Il existe plusieurs types de séries, dont quatre sont significatives.

  • 8 La population dispose, elle aussi, par l’intermédiaire de savoirs collectifs, d’un stock de catast (...)

11La première est la plus représentée : elle s’organise en plusieurs composantes ou variantes. L’idéal-type de la série post-accidentelle intègre l’événement dans une chaîne de catastrophes du même type – les crues torrentielles ou les accidents ferroviaires par exemple – et les classe par ordre chronologique. Cela implique une certaine régularité et un nombre substantiel d’accidents similaires, critères sans lesquels la série ne pourrait exister. Dans la plupart des cas étudiés, elle débute par la dernière catastrophe en date outre celle qui vient de se produire, et se clôt sur des références relativement récentes. Lorsque cela est possible, elle se limite au sol français. La répartition est donc chronologique et présente les circonstances du drame, ainsi que le nombre de victimes. Toutes les catastrophes sont mises sur un plan égal, sans jugement de leur gravité, de leur pouvoir évocateur. Il est vraisemblable que les catastrophes récentes, même si elles sont peu meurtrières, sont toutes répertoriées, alors que pour les drames plus anciens la série s’attache aux événements majeurs. Les accidents de chemins de fer, les crashs et les inondations sont ceux qui s’adaptent le mieux à ce type de série, somme toute assez simple. Elle est la plus répandue et élaborée en premier ; elle est aisément réalisable, les journaux et les pouvoirs publics disposant des séries antérieures et donc d’un stock d’événements8.

12Plusieurs variantes de ce modèle existent. La première en est très proche, puisqu’elle vient le compléter par des événements phares, des étalons. Les accidents les plus dramatiques et meurtriers sont mis en avant, ce dans les limites de la mémoire collective (en général une cinquantaine d’années). Il paraît essentiel que le public puisse se remémorer les événements passés énumérés ; sans cela, les séries n’auraient pas la même efficacité. Un autre facteur de la limite temporelle est sans conteste la spécificité des catastrophes modernes qui évoluent concomitamment avec les technologies. Faire appel à un prototype du siècle dernier ou encore plus ancien peut n’avoir aucun sens ; étant distant de l’événement qui vient de se produire, il ne peut pleinement jouer son rôle de réducteur d’incertitude. Les catastrophes ferroviaires, aériennes, technologiques, voire nucléaires font partie des accidents qui évoluent. Mais il ne faut pas exclure les catastrophes dites « naturelles » qui possèdent également des caractéristiques différentes des siècles passés. Les crues, par exemple, n’ont plus les mêmes origines ni les mêmes conséquences aujourd’hui. Les constructions en secteur inondable, le bétonnage d’une partie du territoire ont pour effet de détruire les zones d’écoulement naturel. Dans tous les cas, l’élaboration de la série repose sur son opérationnalité. Cette réflexion conduit à la seconde variante : le classement par l’origine du sinistre. La série initiale est complétée par une autre plus précise qui prend en compte les causes de la catastrophe. Elle est pertinente pour toute activité d’expertise, dans la mesure où les critères convergents sont ici nombreux et spécifiques ; elle autorise des comparaisons fines avec des événements passés et l’anticipation des accidents ultérieurs. Le référentiel devient ainsi un outil de travail permettant de dégager rapidement des pistes de recherche opérationnelles. En général, cette série est construite plus tardivement ; elle nécessite de connaître les raisons qui ont conduit au drame. Elle est d’usage fréquent à propos des accidents ferroviaires et aériens, où la prise en compte des facteurs humains (erreur humaine) et des problèmes d’ordre technique (déraillement, collision) précise le classement initial. Une dernière forme, assez rare, a pu être observée : le classement des catastrophes du même type en fonction de leur gravité. Ici, c’est le nombre de victimes qui organise la série. Elle est ouverte au changement, parce que l’ordre peut être modifié par un unique événement. Un accident collectif plus meurtrier que tous les autres provoque un décalage d’un rang des catastrophes répertoriées jusqu’alors et remet ainsi en cause l’ordonnancement de la série. Le référentiel, l’étalon présenté en tête, a une forte probabilité d’être relégué un jour ou l’autre en deuxième position. Cette série s’élabore sur un modèle analogue à l’idéal-type, seules les modalités de classement diffèrent ; les autres données, comme la date, le lieu, restent opérantes. Son emploi relativement exceptionnel montre que cette solution n’est adoptée que lorsqu’un nombre très important de catastrophes s’est produit sur une période relativement restreinte, rendant du même coup peu parlante la structuration de la série à partir de la date. La répétition amènerait à proposer un mode de classification plus pertinent à la lecture (celui du nombre de morts) ; en effet, ce qui impressionne le plus dans ces séries, c’est leur caractère itératif. Cet argument est, du reste, un motif avancé lors de la présentation de ce type de variante. Un laïus vient expliciter une structure inhabituelle.

  • 9 « Boeing, trains, incendies : un été de catastrophes. Les trois mois traditionnellement consacrés (...)
  • 10 G. Auclair note également cet aspect de la loi des séries : « L’effet de répétition créé par le ra (...)

13Les drames en série, ou « séries noires », peuvent se concevoir comme des cas spécifiques de la troisième variante évoquée à l’instant, mais également sous une configuration sensiblement différente ne tenant plus compte des caractéristiques de chaque catastrophe. Pour cette raison, il semble plus pertinent de les distinguer du modèle précédent qualifié d’idéal-typique. La force de la répétition sur un temps très court (quelques mois au plus) est l’élément moteur de ces séries, comme si les accidents parvenaient à dicter leur loi sans qu’aucune maîtrise soit possible. Elles se construisent sur les thèmes génériques du drame, du malheur et parfois du destin implacable. Elles sont spectaculaires, n’ont pas de frontières. Elles regroupent des accidents variés ayant pour simple analogie de s’être déroulés dans une même période. À l’exemple de l’été 1985, la série noire a un caractère exceptionnel et est en rupture totale avec une situation dite ordinaire9. Ici, l’été ne sera pas comme les autres, il sera meurtrier, sans échappatoire. Les vacances, au terme de ce mois d’août, garderont un goût amer. Il est rare qu’autant de catastrophes se produisent en un temps si bref. Le danger semble partout et la série n’a plus de frontières, suggérant qu’elle peut se poursuivre, puisqu’elle s’est installée dans une certaine routine. La fiction semble prendre le pas sur la réalité et c’est l’image du décalage qui prédomine. L’émotion est à son comble et il est impossible de rester de marbre face à une telle énumération. Les procédés stylistiques des journalistes alimentent les impressions très spécifiques de cette série10. Le rythme donné à la présentation accentue le côté dramatique de cette « série noire » : l’utilisation des accidents de Boeing comme refrain, l’aménagement de temps de repos illusoires pour montrer qu’il n’y a pas de répit, la chance présentée comme un leurre (la liste se terminant sur un nouvel accident meurtrier). Ici, le caractère itératif se double d’une forte charge émotionnelle.

  • 11 Seule la deuxième fois a un impact symbolique très fort ; l’énième fois perd de ce pouvoir. C’est (...)
  • 12 Le tribunal, à propos du glissement de terrain du Grand-Bornand, doit juger si la commune est resp (...)

14Dans d’autres cas, les médias, les experts et les pouvoirs publics font appel à l’histoire pour rechercher un référentiel. À la différence des séries précédentes qui s’appuient sur des unités de genre (catastrophes du même type : série idéale-typique) ou de temps (répétition dans un bref intervalle d’accidents pouvant avoir une origine différente : série noire), celle-ci se concentre sur une unité d’espace. Ces séries sont marquées par des ressemblances étonnantes. Parmi les crues s’étant déroulées sur un territoire, on retrouve les mêmes caractéristiques, les mêmes descriptions. La catastrophe est vécue pour la deuxième, la troisième, voire l’énième fois, bien qu’en général un événement référentiel soit choisi11 : 1557 pour les inondations de Nîmes, 1936 pour le glissement de terrain du Grand-Bornand. Ce régime mobilise deux images : le cercle vicieux et les signes avant-coureurs. La répétition prend ici un caractère spécifique, inexorable. Elle signifie également que le drame aurait pu être évité : l’historique montre qu’il existe une possibilité de prévision. Cet argument fondé sur les accidents passés peut être utilisé lors des procès comme facteur aggravant12 et entre dans les calculs de probabilité des risques.

15Le dernier type de série répertorié s’observe dans un cas bien précis : lorsque, par son caractère inédit ou de rareté, la catastrophe paraît résister à tout classement ou comparaison. Elle pourrait alors être considérée comme un événement unique, inclassable qui éventuellement, par la suite, servirait de référentiel à une nouvelle série. Quels sont ces événements qui « résistent » ? Sur le territoire français certains accidents sont exceptionnels, mais peuvent cependant être rattachés à d’autres si la série s’élargit à des données extra-nationales. Les ruptures de barrage, les tremblements de terre meurtriers, les accidents technologiques majeurs sont des phénomènes remarquables ; cependant, il est possible d’élaborer un comparatif à partir de variables internationales. D’autres catastrophes, plus singulières encore, échappent a priori à ce stock d’informations. Du moins, aucun fait antérieur ne semble posséder le minimum de traits requis pour être considéré comme analogue ou appartenant au même régime. De plus, les comparaisons avec des événements s’étant produits dans des pays non occidentaux paraissent hasardeuses, vu la différence des modes de vie, des connaissances et compétences techniques, scientifiques et juridiques. La solution, pour pallier cette absence d’étalon ou de première fois, est le recours à un classement, non pas d’après les caractéristiques de l’accident, mais en fonction d’éléments externes à celui-ci, comme le type d’activité en jeu. Prenons le cas de Furiani. L’effondrement d’une tribune dans un stade semble inédit, une première en France et plus largement dans les sociétés occidentales. Des séries vont alors être construites en faisant référence aux précédents lors de rencontres de football. Ces séries s’élaborent sur le modèle du premier type ; toutefois elles ne semblent pas totalement satisfaisantes. Non pas parce qu’elles sont mal construites, puisqu’elles suivent les mêmes règles que les précédentes, mais parce qu’elles sont approximatives. L’analogie entre l’accident du stade de Furiani et ceux de la série (drames du Heysel, de Sheffield) est lointaine, seule l’activité est identique. Le problème de repérage n’est pas totalement résolu avec ce type de série et aucun étalon probant n’est suggéré. La catastrophe tourne sur elle-même, s’auto-alimente et peut ainsi se réduire à son caractère inédit et dangereux. Néanmoins, même pour l’événement le plus démarqué de notre échantillon, une solution va être proposée et ainsi permettre de combler un vide. La série permet de minimiser une caractéristique fondamentale de la catastrophe. Elle lui enlève une part d’elle-même, son unicité, du moins elle tente de le faire. La deuxième fois est une autre manière de lui ôter de son pouvoir, tout en continuant à travailler sur le sens. Elle aussi la rend moins exclusive, mais a bien d’autres prérogatives.

  • 13 « Tacite nous raconte la catastrophe survenue, près de Rome, sous le règne de Tibère, lorsqu’un am (...)
  • 14 J.-P. Keller explicite cette idée dans son ouvrage Sur le pont du Titanic, op. cit. : « la premièr (...)
  • 15 Libération, 2 septembre 1985.
  • 16 H.-P. Jeudy, Le Désir de catastrophe, Paris, Aubier, 1990, p. 24.

16Une « première fois » va accréditer cet accident qui devient une réalité « déjà vécue », une réalité sans doute plus rassurante. La catastrophe originelle est inquiétante ; lui trouver un antécédent garantit du même coup la possibilité d’élaborer des solutions, car des hommes confrontés à une telle situation ont su la dépasser avec succès. Quinze jours après le drame, Le Monde publie dans ses « Courriers » le récit de ce qui pourra devenir la « première fois » du drame de Furiani, le récit de l’événement fondateur faisant office de référentiel13. Il s’agit d’un récit originaire qui nous est donné à lire, plus que d’un événement : sous le règne de Tibère, un amphithéâtre s’effondra sous le poids de cinquante mille personnes, réunies pour un spectacle de gladiateurs. La date à laquelle s’est produit l’accident tout comme les personnages ont une importance secondaire. C’est le récit, en tant que récit fondateur – dans la mesure où il nous informe sur une réalité intemporelle passée, présente ou à venir –, qui fait sens. La morale de ce texte est que nous pouvons être amenés à revivre les mêmes événements si nous ne prenons garde à en tirer les leçons. Cette « première fois », d’ordre anthropologique, n’acquiert son statut qu’après la catastrophe de Furiani ; elle ne peut en effet se construire comme un événement premier que si une deuxième fois lui fait suite14. Le titre du courrier le révèle : « Après la catastrophe du stade de Furiani, les jeux du cirque ». Le mot « après » est ici d’une utilisation anachronique puisqu’il sert habituellement à marquer une postériorité qui s’inscrit dans le temps. L’antériorité historique n’est donc pas le fondement de cette mise en relation. Le récit fondateur, qui peut prendre une forme mythique, a un impact beaucoup plus fort. Les traces de l’Antiquité semblent remonter jusqu’à nous, en désignant une sorte de continuité ; ou plus justement (pour éviter toute confusion avec l’idée de continuité relative à un temps linéaire) en évoquant une analogie, comme si la situation avait déjà été vécue. Si plusieurs siècles séparent les deux événements, ils sont présentés comme analogues, le facteur temps n’étant plus un frein à la comparaison. Un autre temps est ici mis en scène, un temps cyclique, proche du temps mythique. Construite sur le modèle de la précédente, la catastrophe de Furiani est évoquée en qualité de « deuxième fois », sans que les évolutions portent atteinte à cette relation qui dépasse la simple répétition. La seconde catastrophe provoque un regard en retour sur la première ; s’instaure alors un processus réflexif, indiquant qu’elle n’est pas figée. Cette idée de « deuxième fois », nous l’avons observée à plusieurs reprises, et notamment dans ce titre du journal Libération : « SNCF : le facteur humain sonne toujours deux fois15 ». Le caractère humoristique de ce titre, référencé à la catastrophe d’Argentonsur-Creuse, peut paraître douteux ; cependant, il nous montre ce poids de la seconde fois. Elle a une valence amplificatrice. Cet accident ferroviaire indique qu’elle est la plus dramatique ; c’est elle qui fait prendre conscience qu’il y a un véritable problème, dans le cas présent au niveau de la sécurité. La première fois peut être le fruit du hasard, à l’origine d’une mauvaise anticipation, pas la seconde. Cette dernière est significative, justement parce qu’elle succède à un premier drame. Que dire de cette expression employée par un journaliste à propos de l’inondation de Nîmes du 3 octobre 1988 : « J’aurais pu écrire le même article, il y a trente ans. » Cependant, la deuxième fois ne constitue pas la reproduction du même, comme si une catastrophe unique se rencontrait en deux exemplaires ? H.-P. Jeudy le note fort justement : « L’événement catastrophique a peut-être les mêmes causes, il se déroule de la même façon, l’eau déferle dans les mêmes lieux [...] mais qui admettra qu’il est absolument identique au précédent16 ? » La seconde n’est donc pas la première fois, l’événement demeure singulier.

Tableau récapitulatif des séries post-accidentelles

Tableau récapitulatif des séries post-accidentelles

La rumeur comme médiation privilégiée

17Outre le fait de nommer, d’évaluer et de décrire la catastrophe, il reste à la partager, à la confronter à l’épreuve d’un discours collectif. Les diverses médiations, que ce soit les reportages télévisuels, les articles de presse et leur réception, les discours et messages des pouvoirs publics, le bouche à oreille, informent le réel par un langage, ce dernier contribuant à la socialisation de l’accident. Ces médiations impliquent une participation. Elles sont à la fois informatives mais renvoient surtout à la nécessité d’une confrontation de points de vue permettant de « dire la catastrophe ». Les médias, qui proposent un discours élaboré et accessible, constituent une source informative pour ceux qui disposent de peu de renseignements ou souhaitent compléter ceux déjà acquis. D’autres médiations comme les rumeurs, les discussions informelles, facilitent le partage d’opinions afin de participer à la construction de l’événement.

  • 17 M.-L. Rouquette, La Rumeur et le Meurtre – L’affaire Fualdès, Paris, PUF, 1992, p. 15. À partir d’ (...)
  • 18 Pour J.-N. Kapferer, la rumeur est une nouvelle, elle n’est pas intégrée dans l’ordre des choses. (...)

18La rumeur est par définition une médiation. Elle permet de tracer des fils entre ce que l’on voit, ce que l’on croit et ce que l’on désirerait qui soit. Ainsi, très rapidement, dans les heures qui suivent le drame, des explications peuvent être avancées sans la nécessité d’une batterie de preuves. Cette construction sociale d’une réalité en soi mouvante – l’accident – vient pallier en partie l’absence de réponse en termes scientifiques et techniques. Les comptes rendus des enquêtes administratives et judiciaires viendront bien plus tard. L’élaboration de « l’événement » peut ainsi débuter, ce dernier étant entendu comme un aller-retour entre une réalité brute et des motifs imaginaires. La rumeur peut être décrite comme un « incident critique »17. Elle est une parole en marche, une création et une mise en scène de la réalité qui peuvent donner lieu à des actes. En cela, elle fait partie d’un imaginaire en acte. Décalée, elle l’est, puisqu’elle énonce des vérités qui dans la grande majorité des cas ne sont pas retenues par les thèses officielles. La rumeur serait un révélateur parce qu’elle permettrait, par l’intermédiaire des discours, de mettre au jour certaines représentations qui, selon les termes de M.-L. Rouquette, hantent la société d’une époque. Elle peut être considérée comme une faille dans le sens où elle s’écarte du quotidien, mais surtout des discours officiels18. Elle offre ainsi un autre type de regard sur la catastrophe.

19L’incendie du « 5/7 » fut propice au déclenchement d’une rumeur qui survint dans un espace social bouleversé. Celle-ci s’applique à redonner au monde une cohérence perdue. La rumeur est alors une réponse à une situation de déséquilibre ou de malaise social.

20La première phase de la rumeur correspond à une tentative d’explication. L’incendie du « 5/7 » est-il un simple accident ? La rumeur répond par la négative. Il a été provoqué par un attentat. Cette première version surgit dès le lendemain de l’incendie. Les indices sont encore peu nombreux, mais des soupçons pèsent déjà. Au cours de son élaboration, la rumeur emprunte des chemins de traverse et cherche des indices. Suivant les versions, on parle d’un règlement de comptes entre bandes rivales, d’un racket... Au gré de ses diffusions, elle s’assure, trouve des indices qui, parfois, feront figure de véritables preuves. Au lendemain de la catastrophe, on cherche à l’expliquer. Comment s’est-elle produite ? Aurait-on pu l’éviter ? En combien de temps le feu s’est-il propagé ? Avant tout résultat d’enquête, des présomptions apparaissent, sortes de paris explicatifs sur les origines, les causes, les responsables ou coupables potentiels. À ce moment précis, il existe peu d’indices et ce sont soit les « intimes convictions » de chacun, soit le ralliement aux propos d’un leader d’opinion, qui font naître des propositions explicatives. De ce type d’événements, deux grands ensembles d’hypothèses sont susceptibles de surgir : un accident ou bien un acte malveillant. Sur ces deux modèles explicatifs, se greffent autant de détails ou d’arguments. Des éléments comme la rapidité et les sources multiples de l’incendie, la fermeture des issues de secours, le bruit d’une explosion, le nombre de victimes, le peu de survivants et le contexte mafieux, ont pour conséquence immédiate de susciter des questions – questions qui appellent nécessairement des réponses. La difficulté de l’étude de cette rumeur réside dans le fait que le chercheur travaille essentiellement à partir de souvenirs et de documents écrits. L’analyse d’articles d’époque et d’entretiens semi-directifs a permis de dégager les principaux acteurs de la rumeur, son contexte, ses transformations… L’étude de son creuset est plus difficilement saisissable. Les informations sont plus limitées, puisque la presse ne prendra la rumeur à son compte que plus tardivement.

21Après l’incendie, le contexte est marqué par des incertitudes. La population de Saint-Laurent-du-Pont est en émoi. La ville est assiégée par des équipes de journalistes. Dans un premier temps, ils vont se contenter de publier des articles relatant l’événement, un événement happé par son contenu dramatique. La presse s’intéresse essentiellement aux familles des victimes, aux jeunes gens décédés. Elle s’interroge sur ce qui a pu se produire, mais n’a pas de réponse à apporter. Les habitants éprouvant le drame au quotidien se voient presque contraints d’élaborer leur propre version des faits, de reconstruire l’événement premier. Les résultats de l’enquête n’étant pas rendus publics, des espaces sont à combler. La seule chose dont on est sûr, c’est que l’incendie a eu lieu et qu’il a nécessairement une origine. On ne connaît ni les causes, ni les éventuels responsables. La ville de Saint-Laurent-du-Pont va devenir le siège d’une rumeur, dont la région grenobloise assurera par la suite le relais. Cette reconstruction sociale des faits, qui jusque-là fait défaut, se doit d’être plausible. Des intérêts sont en jeu, une enquête est ouverte et un procès s’annonce. Ce contexte particulier a une incidence sur la rumeur.

  • 19 Ce dernier, près de trente ans plus tard, semble toujours convaincu par cette version des faits qu (...)
  • 20 Quand on étudie les articles de presse – les entretiens le confirmeront –, on s’aperçoit que le pr (...)
  • 21 Cette situation amena le député M. Rocard à demander le dépôt d’un projet de loi devant le Parleme (...)

22Elle va s’élaborer à partir de plusieurs foyers. Le Dauphiné libéré publie, le 15 octobre 1972, un article où un député de l’Isère mentionne que le maire de la commune était persuadé, au lendemain de l’incendie, qu’il s’agissait d’un attentat19. Les journaux Le Monde et Minute annoncent également cette information à la même période. Les entretiens confirment que la rumeur est née dans les jours qui ont suivi l’incendie. À l’époque, ses détracteurs parlent d’explications farfelues, de « on-dit ». Au contraire, ceux qui y adhèrent lui confèrent le rôle d’explication plausible. Une partie de la population est incertaine ; elle écoute la rumeur, la diffuse afin de la confronter à l’opinion d’autrui pour se forger sa propre vision des faits. Bon nombre d’administrés vont suivre leur maire qui jouera un rôle moteur dans la diffusion de cette version des faits20. À l’opposé, les familles des victimes ont toujours pensé que l’incendie avait une origine accidentelle. Depuis le premier jour, elles sont en conflit avec le maire qu’elles jugent pour partie responsable du drame. Des raisons liées au contexte de l’accident font qu’il était impossible pour les familles de souscrire à cette explication des faits. Selon leurs propres termes, la thèse de l’attentat vient « salir » la mémoire de leurs enfants. La rumeur parle de règlement de comptes, de prostitution, d’infiltration des boîtes de nuit par le « milieu ». Or, qu’auraient pu faire des enfants, en l’occurrence les leurs, dans ce contexte ? Un tel drame est difficile à gérer pour les familles ; le compliquer davantage en remettant en cause la thèse officielle amplifierait du même coup une situation d’incertitude. Un autre argument avancé dans la presse mentionne que la législation relative aux indemnisations des familles des victimes est différente en cas d’accident ou d’attentat, du moins à l’époque des faits. Dans cette perspective, les familles comme les pouvoirs publics avaient tout intérêt à ce que la thèse de l’accident soit retenue, la charge financière d’indemnisation revenant ainsi aux assurances21. On mesure alors quelles implications pouvaient avoir le choix d’une thèse ou de l’autre.

  • 22 La mort du général de Gaulle huit jours plus tard n’est pas étrangère à la localisation de la rume (...)
  • 23 Ce journal a toujours gardé une distance à l’égard de cette rumeur et ne lui a porté que peu de cr (...)

23Il est difficile de savoir si d’autres groupes ont véhiculé la rumeur durant cette première phase. Cependant, sa zone de diffusion est à peu près certaine. La rumeur est très vive à Saint-Laurent-du-Pont et dans les villages environnants pendant les semaines qui suivent le drame. On peut considérer que la quasi-totalité des habitants connaît cette thèse. Les alentours, sur un périmètre d’environ cinquante à cent kilomètres (Grenoble, Lyon et Chambéry), sont également le siège de la rumeur. Le reste de la France reste perméable à cette première version datant de 1970. Le média principal emprunté est le bouche à oreille. L’étude de ce canal médiatique suffit à expliquer la zone limitée de diffusion22. En dehors d’une communication orale de type « bouche à oreille », deux journaux font état de cette rumeur. Dans un article paru en novembre 1970, Le Canard enchaîné émet l’idée que l’incendie pourrait être criminel. Deux hypothèses sont avancées : une expédition punitive et une guerre de gangs de la prostitution. Un autre journal, local cette fois-ci, Vérité Rhône-Alpes, aborde la question un an après les faits. Ici encore, il s’agit de présomptions, d’hypothèses portées au su et au vu du lecteur. Le Dauphiné libéré, autre quotidien régional, ne publie aucune information à ce sujet23.

  • 24 Terme employé par F. Reumaux pour définir ce type de rumeur, dans Toute la ville en parle – Esquis (...)

24La deuxième phase de la rumeur tend vers une amplification de ses caractères. Les catastrophes et accidents engendrent fréquemment des explications fondées sur le mode de la rumeur « paranoïde24 », où la recherche des preuves prend une dimension primordiale et quasi vitale. Sans preuves, ce type de rumeur ne peut exister. Deux ans après les faits, l’attentat en soi n’offre pas de prise directe ; c’est la thèse du racket et les preuves qui l’accompagnent qui vont relancer cette explication des faits. L’étude de la seconde phase de la rumeur est à ce propos très éclairante.

  • 25 Nous employons le terme « réactiver », puisqu’il est probable qu’après une phase d’expansion, elle (...)
  • 26 Par son statut social, les propos de Mme X – tel est le qualificatif qui lui est attribué – sont i (...)
  • 27 Cette note envoyée à R. Marcellin a été publiée dans plusieurs journaux et tracts, et notamment da (...)

25Un événement inattendu va réactiver la rumeur25. On entre alors dans sa seconde phase qui, bien que n’étant pas indépendante de la première, emprunte des voies sensiblement différentes. C’est une lettre rendue publique qui réamorce le débat. A. Paquet, député de l’Isère, fait part de ses soupçons à R. Marcellin, alors ministre de l’Intérieur. La vocation de ce courrier est de rester discret, puisqu’il révèle au ministre une version des événements tout autre que la version officiellement admise. Il y est mentionné qu’un témoignage peut amener de nouvelles révélations : des prostituées ont fait des déclarations compromettant le « milieu » auprès d’une bénévole des services sociaux de la ville de Grenoble26. Trois prostituées indiquent qu’elles savent qui a mis le feu au « 5/7 ». Elles disent avoir été présentes lors de la préparation du « coup ». Sitôt ces révélations connues du ministère, on dépêche sur place des inspecteurs de police parisiens. L’affaire est prise au sérieux. Après un interrogatoire des principaux témoins, l’enquête conclura à une fausse piste, la thèse de l’accident étant à nouveau privilégiée. La rumeur va alors s’employer à retravailler ces faits bruts. Avant toute chose, notons que ce n’est pas l’enquête qui amène la rumeur, mais bien la lettre. La date de publication est savamment choisie : octobre 1972 correspond à l’ouverture du procès en correctionnelle de Lyon. L’affaire est grave. Un homme politique d’envergure nationale atteste que la thèse de l’attentat a du crédit. Les détails mentionnés sont crédibles et le témoignage de Mme X mérite d’être entendu. D’autre part, il croit lui-même à cette thèse : « Il est probable, pour ne pas dire certain, que le drame du “5/7” a été provoqué par la main des hommes, c’est un acte criminel. J’ai eu des confidences. Elles me paraissent dignes de foi27. » Le fait d’en informer le ministre de l’Intérieur indique que la situation est critique et ne peut être résolue au niveau local.

  • 28 Terminologie empruntée à M.-L. Rouquette, La Rumeur et le Meurtre, op. cit., p. 82-83
  • 29 « Nos données montrent que chaque fois que les détails présentent un intérêt particulier pour les (...)

26Pour trouver une crédibilité la rumeur doit s’appuyer sur des effets de vérité. Le volume d’informations et le potentiel émotionnel semblent enfin trouver un équilibre. Ils correspondent durant quelques semaines avant que la rumeur ne s’essouffle. Dès lors, celle-ci répond aux attentes : elle élucide cet incendie aux origines incertaines. La dialectique du plaisir et de la vérité paraît pouvoir opérer un rapprochement entre ces deux termes qui paraissent inconciliables28. Le désir de croire en cette information, si fort chez certains Laurentinois et Grenoblois, va être partagé par une partie de la population française. Ce qui n’était jusqu’à présent qu’un sentiment diffus va être perçu durant quelques semaines comme une « affaire ». Cette période est brève, puisque l’explosion de la rumeur ne dure qu’un ou deux mois. Que dit la rumeur, et en quoi est-elle plausible ? Elle révèle que l’incendie a été provoqué par la main de l’homme, qu’il s’agit d’un attentat, et elle le prouve. Elle donne des arguments et reconstruit le puzzle en regroupant les morceaux jusque-là épars. Par un procédé de soustractions ou d’ajouts, par touches successives et parfois infimes, elle parvient à énoncer une conclusion irréfutable. Elle emprunte une logique spécifique : en même temps qu’elle satisfait, la rumeur rationalise. Selon F. Reumaux, ce type de rumeur prend la même forme qu’une rationalisation scientifique s’appuyant sur un cortège de preuves, même si elle en diffère par la nature même de ces preuves, qui sont d’ordre « paralogique ». La rumeur est une information consonante, dans le sens où elle vérifie ce que l’on pensait. Par ce processus, elle conduit à établir un passage entre ce qui est pensé et ce que l’on sait. Une étude expérimentale sur les processus de distorsion de la rumeur conduite par G. Allport et L. Postman fournit un argument supplémentaire à cette volonté de faire correspondre l’imaginé et le su. Ces deux auteurs montrent que les détails les plus résistants sont ceux qui confirment les attentes et ceux qui les aident à structurer leur récit29. Pour rendre lisibles les effets de vérité et comprendre leur formulation, nous avons travaillé sur les indices produits par la rumeur du « 5/7 ». Les conclusions à retenir sont les suivantes. Les éléments attestant de l’attentat, les preuves, sont pour certains d’ordre matériel : un engin incendiaire à base de phosphore ; un rapport d’expertise faisant état de traces dans les décombres ; d’autres incendies du même type (dont le premier dancing des gérants du « 5/7 ») ; un contexte où racket et prostitution sont à la une ; l’achat d’un chien-loup et d’une arme par les gérants ; la fermeture des issues de secours ; des corps non identifiés pouvant laisser supposer une présence suspecte ; le barman rescapé ayant aperçu une « grande lueur jaunâtre », parallèle à la route, traverser le dancing de part en part ; le témoignage des prostituées ; un supplément d’enquête réalisé par des policiers parisiens...

27Ces « preuves » sont tangibles et clairement explicitées. À l’inverse, tout ce qui relève des acteurs, des commanditaires est plus flou et ambigu. Qui était sur place ? À quel moment ? Combien y avait-il de personnes ? La description très détaillée du cadre général de la rumeur suffit à lui donner une forte crédibilité. Une rumeur qui structure remarquablement bien le fond (le cadre) peut autoriser une définition imprécise de sa figure (l’action et les acteurs). La rumeur du « 5/7 » participe de ce modèle. Ainsi, l’analyse révèle que les éléments contextuels et relatifs au cadre de l’action se construisent sur un modèle factuel ou parobjectif : ils ont un rapport direct ou indirect avec des faits avérés. Par contre, les acteurs génèrent plutôt des arguments de type magique, totalement ou relativement indépendants de réalités objectives : attitude provocante des gérants qui collaient des affiches devant un bar tenu par un membre du « milieu » ; la veille de l’incendie, un truand transportait des flacons d’huile ; un des acteurs du drame possède une Renault 16, des témoins l’auraient aperçue près des lieux du drame, des hommes se sont engouffrés dans celle-ci en disant : « C’est idiot, ils ont mis le feu trop tôt » ; deux des prostituées qui ont témoigné sont victimes d’accidents, l’une reçoit une balle dans la jambe, l’autre est intimidée : on l’oblige à s’allonger dans la fosse d’un cimetière…

28Dans cette seconde phase les processus de transformation à l’œuvre tendent vers une assimilation thématique si l’on suit le schéma interprétatif de G. Allport et L. Postman relatif aux types de distorsion de la rumeur. Elle va dans le sens d’un accroissement de la cohérence interne de son récit. Tout ce qui semble accessoire est ôté. Elle se rapproche aussi de l’assimilation par complétion : tout ajout de détails complète le noyau central de la rumeur, et ce afin de combler des espaces vacants.

29Pour schématiser, l’assimilation thématique et l’assimilation par complétion permettent de déceler les morceaux manquants du puzzle et de faire converger les détails. En conséquence, certains seront éliminés, d’autres mis en avant. Le récit mis en scène par la rumeur atteint une cohérence et une forte légitimité. Comme le note J.-N. Kapferer, plus il manque de pièces au puzzle, plus on en crée. Tous les détails retenus et exploités par la rumeur sont autant de créations de la pensée sociale.

  • 30 P. Ricœur, « Événement et sens », Raisons pratiques, n° 2, 1991.
  • 31 M.-L. Rouquette, La Rumeur et le Meurtre, op. cit., p. 99.

30De plus en plus élaborée, la thèse de l’attentat explique ainsi : la rapidité du sinistre, l’explosion entendue par les habitants, l’absence d’identification de certains corps…, données qui ne trouvent pas de réponses aussi satisfaisantes dans l’explication accidentelle. Des arguments ont longtemps contré la rumeur. Le nombre de victimes met en doute la thèse d’un règlement de comptes pour des questions financières. En effet, des racketteurs n’ont aucun intérêt à tuer près de cent cinquante personnes. Détruire le dancing revenait à détruire leur source de revenu et leur clientèle potentielle. Toutefois, ces restrictions donnant des arguments aux détracteurs sont en partie levées durant la seconde phase de la rumeur. Celle-ci reconstruit la réalité pour la rendre davantage crédible. Dans leur témoignage, les prostituées précisent que le feu s’est déclaré aux environs de 1 h 40 du matin, non à 3 heures comme prévu, heure à laquelle le dancing devait être vide. C’est par accident, si l’on peut dire, que le feu se serait propagé si rapidement. Les engins au phosphore sont d’un maniement délicat et peuvent exploser lors d’une maladresse. Cette adaptation de la rumeur suscite deux questionnements : est-ce la rumeur qui s’adapte – l’on attribue alors à des prostituées cette solution arrangeante qui conforte la thèse de l’attentat – ou bien est-ce le témoignage des prostituées qui s’accorde à l’événement, l’événement créant lui-même du sens30 ? Dans le premier cas, l’erreur de maniement peut se construire au fil des discussions, au cours de la propagation de la rumeur, chacun donnant des informations supplémentaires ou plus précises. Tous ces détails et arguments valident ainsi la thèse d’une transformation de la rumeur par assimilation thématique et par complétion. La seconde hypothèse est plus complexe et nécessite un rapide détour par un exemple. Dans son ouvrage consacré à l’affaire Fualdès, M.-L. Rouquette montre comment un témoin arrive à s’immiscer dans le jeu de la rumeur et à être entraîné par celle-ci. Voici les faits : Clarisse Manzon est le témoin surprise du meurtre de l’ancien procureur Fualdès, le 19 mars 1817. Son témoignage aux différents procès va considérablement influencer les plaidoiries, les conclusions de l’affaire et les condamnations. Il oscille entre affirmations et rétractions, qui sont autant de mouvements de balancier entre d’une part une logique individuelle qui la pousse à nier les faits (elle a d’ailleurs avoué sur son lit de mort qu’elle ne s’était jamais rendue à la maison Bancal) et une logique sociale qui l’encourage, l’invite à avouer. L’opinion attend qu’elle le fasse. Elle va ainsi formuler un discours, l’amender, le reformuler, se mettre en scène, s’évanouir... Le mécanisme à l’œuvre est le suivant : Clarisse Manzon, témoin principal, dit tout haut ce que chacun pense tout bas, ou plutôt elle parvient à formuler une attente sociale tout en étant prise à son propre piège, puisque ce processus s’effectue si l’on peut dire en direct. C’est en agissant, en assumant un rôle d’actrice, qu’elle crée « l’affaire Fualdès ». En conclusion, M.-L. Rouquette emploie une formule qui nous informe directement sur la construction de l’événement : « Ce n’est pas que le réel soit fidèlement passé dans l’imaginaire, c’est l’inverse : le roman (construit collectivement) devenu vrai et guidant le développement de la réalité même31. » Dans une moindre mesure, il est possible que se soit produit le même type de processus pour le témoignage des prostituées. L’histoire qu’elles racontent est crédible aux yeux d’une bonne part de la population des environs, et notamment de ceux qui combattent le milieu mafieux. Peu importe de savoir si ce témoignage est erroné, il est si bien construit qu’il correspond aux attentes d’un public. L’incendie, qui jusqu’alors se dérobait, est désormais cerné. Au-delà des explications par la manipulation (les prostituées auraient été manipulées pour déstabiliser les pouvoirs publics en démentant la thèse officielle) ou le canular (le milieu aurait inventé ce scénario pour se moquer de Mme X trop crédule), on peut penser que ces trois prostituées ont commencé à raconter une histoire à un public composé de travailleurs sociaux, de truands et de clients. Voyant que celle-ci rencontrait un écho, elles ont continué à diffuser cette version des faits en l’affinant. Ainsi, une rumeur tombée dans l’oubli refaisait surface. Même si elle paraît très exagérée, cette version des faits reste cohérente. En effet, elle agence des événements épars et satisfait une nécessité d’éclaircissement.

  • 32 « Parler c’est engager un processus de discussion, d’élaboration à partir de la nouvelle, dans le (...)

31Cette analyse nous renvoie aux fonctions et aux finalités de la rumeur. D’une part, elle a une fonction d’alerte. Il existerait un danger à ne pas la connaître. Elle est annonciatrice et l’on se doit de réagir vite. Inutile, dès lors, de vérifier les contenus, preuves et indices. Le temps est compté. D’autre part, la rumeur nous conduit à parler pour savoir. J.-N. Kapferer analyse comment le fait même de parler permet de se construire une réalité partagée32. On voit dans l’analyse des transformations de la rumeur toute l’importance de cette « parole en acte ». La rumeur est toujours en mouvement. Quand elle se stabilise, elle annonce sa propre fin.

32Avant de clore cette analyse, il est nécessaire de s’arrêter quelques instants sur les médias empruntés par cette histoire. Les acteurs de cette seconde phase sont en particulier les journaux, notamment la presse dite à scandale et la presse idéologique. La rumeur, qui jusque-là était ignorée des médias, va faire un bond en l’espace de quelques semaines. Nous avons dénombré une vingtaine d’articles, parus pour la plupart durant les quinze derniers jours du mois d’octobre 1972. Le déclencheur, nous l’avons vu, est la lettre rendue publique d’un député au ministre de l’Intérieur. Cet événement permet de donner du corps à une rumeur qui avait un caractère local et trop contextuel pour toucher un public distant des faits. Des groupes sociaux attentifs aux problèmes de la mafia et de la prostitution vont développer un discours autour de la rumeur et pour certains y participer directement. Celle-ci étaye leurs convictions. On peut penser également que l’adéquation de la rumeur à une pensée sociale spécifique fait que l’on y adhère sans même invoquer des raisons stratégiques de lutte d’influence ; des journaux comme Minute, Vérité Rhône-Alpes, à tendance idéologique opposée, vont la véhiculer. Une autre presse va contribuer à diffuser massivement la rumeur : il s’agit de la presse populaire qui tire régulièrement profit de ce type d’informations. La presse informative, quant à elle, va évoquer la rumeur, tout en veillant à garder ses distances en présentant les faits comme autant d’éléments à démontrer.

33Suite à cette diffusion massive, la rumeur va atteindre un large public. Elle réunit, autour d’une même explication, des groupes forts différents : des mouvements politico-idéologiques antithétiques, des habitants de la commune dans laquelle s’est produit l’incendie, des habitants de la région, des hommes politiques. Pour le reste, nous ne pouvons mesurer le degré d’adhésion et les groupes qui ont développé cette thèse en dehors de ceux précédemment cités. Une des données confirmant l’importance de cette rumeur, au niveau local tout au moins, est le souvenir qu’elle suscite encore aujourd’hui. Chez de nombreux habitants de la région, la thèse défendue par la rumeur reçoit encore un écho. La rumeur regroupe des publics diversifiés parce qu’elle raconte une histoire qui s’ajuste parfaitement à certaines représentations d’une époque. Et quand bien même le vocabulaire, les figures de rhétoriques utilisés par la presse empruntent des formules chocs, son moteur principal reste l’adéquation à une réalité imaginaire prégnante dans un contexte donné. La rumeur pour avoir une portée plus grande se construit au présent. Cet incendie s’inscrit dans une série d’actes malveillants ayant touché durant ces années les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Ce climat peu serein va privilégier la propagation de la rumeur. Le terrain était alors propice à la « germination », puis à l’essor de la rumeur.

  • 33 Ibid., p. 130.
  • 34 Ibid., p. 135.
  • 35 E. Morin (dir.), La Rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, 1969, p. 12.

34Au-delà du caractère traumatisant de l’événement, la longévité de cette rumeur est due en partie à deux caractéristiques. Tout d’abord, les zones d’ombre, les pièces manquantes pour reconstruire un puzzle cohérent et le relatif silence des autorités à l’égard de cette thèse, vont faire naître le doute. G. Allport et L. Postman parlent de la « nature ambiguë » de la situation. Le sentiment général est que l’on n’est sûr de rien. Le public de la rumeur pense qu’ « il n’y a pas de mal » à adhérer à une histoire plaisante qui rend le drame intelligible. Ensuite, des indices et des témoignages viennent appuyer l’explication des faits par un attentat. Dans la seconde phase de la rumeur, ces arguments vont être repris par la presse et ainsi portés au grand jour. Le premier critère correspond à un raisonnement affectif, relatif à un désir de croire et d’adhérer à un message que de nombreuses personnes véhiculent. Le second tend à reposer sur un raisonnement argumenté s’accompagnant de détails qui s’apparentent à des preuves. La fin de la rumeur se caractérise ici par une hypertrophie. Elle existait depuis deux ans ; son mode de diffusion, le bouche à oreille, lui assurait une progression rapide mais modérée au regard d’un média comme la presse. La zone de diffusion et d’adhésion était circonscrite dans un périmètre de deux ou trois départements, et atteignait des groupes constitués (habitants d’une commune, mouvements idéologiques...). Puis elle s’est enfoncée dans une quasi-léthargie. Tout à coup, la rumeur va resurgir et prendre une ampleur qui n’avait pas été imaginée. Le média utilisé n’est plus seulement le bouche à oreille, mais également la presse et des tracts. Du fait de cette extension des modes de diffusion, la zone de propagation de la rumeur couvre tout le territoire national et touche presque tous les groupes sociaux, puisqu’ils ont accès par les journaux (presse informative, à scandale, idéologique) à cette information. Cette inflation brutale de la rumeur a pour immédiate conséquence une saturation du récit due à une expansion soudaine. L’exagération peut fragiliser la rumeur, exagération qui est proportionnelle à la tension et au climat environnant. Selon J.-N. Kapferer, « lorsqu’elle défend une thèse, la rumeur réorganise le monde : le moindre fait est un indice, le moindre indice est une preuve. À force de vouloir absorber tous les faits, même les démentis, la construction échafaudée par le groupe devient exagérée et aussi fragile qu’un château de cartes33 ». Elle va s’essouffler et disparaître en quelques semaines. Plusieurs hypothèses peuvent être émises au sujet du silence qui suit la rumeur : « on n’en parle plus parce que l’on n’y croit plus » ; « on y croit mais il est mal venu d’en parler » ; « on y croit donc il n’y a plus lieu d’en parler »34. Les entretiens nous montrent que ce sont les deux dernières hypothèses qui doivent être retenues pour cette rumeur. Après les démentis officiels et les différents verdicts des procès, il était mal venu de continuer à la propager. Chacun s’était construit sa propre opinion, par ailleurs le temps faisait qu’aucun nouveau fait significatif ne pouvait survenir. Or, une rumeur figée ne circule plus et disparaît du devant de la scène. Il s’agit d’un caractère structurel. Ce récit devenait extérieur à son public du fait de récupérations idéologiques et de son caractère de plus en plus polémique, si bien que la thèse de l’attentat était désormais devenue une affaire d’opinion. Elle perdait ainsi son aspect symbolique fédérateur s’apparentant au mythe. À cet égard, E. Morin emploie l’expression de « micro-mythe » à propos de la rumeur d’Orléans35. Il s’est aperçu qu’après la phase de démenti, elle s’est métamorphosée en un « grouillement de mini-rumeurs, de micro-mythes », pour poursuivre sa vie de manière souterraine et dérivée. Dans le cas de la rumeur du « 5/7 », c’est le temps et l’absence de nouveaux arguments, de même que des débats idéologiques, qui vont entraîner sa disparition, plus que les démentis qu’elle va subir. La rumeur en tant que telle est morte, même si la thèse de l’attentat lui survit. Elle reste ancrée dans l’esprit de ceux qui y adhéraient, mais qui n’en parlent plus aujourd’hui. La rumeur est passée dans un autre registre, celui de la mémoire collective de l’événement.

  • 36 M. Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Le Seuil, 1990 (première édit (...)
  • 37 « La rumeur rend visible ce qui ne l’est pas en remontant la chaîne des effets et des causes, jusq (...)

35La rumeur consiste bien en une médiation. Une des récurrences des rumeurs post-catastrophiques est de chercher à expliquer l’événement. Celle du Bazar de la Charité, étudiée par M. Winock, entre parfaitement dans ce schéma : les maris affolés auraient abandonné leurs filles et épouses en proie aux flammes36. Étant référé à un événement, c’est un jeu entre données factuelles et créations imaginaires qui se joue. Selon F. Reumaux, ces rumeurs parobjectivent le réel « pour tenter de le faire coïncider avec l’imaginaire dans lequel elles se cristallisent ». Cela correspond, pour une grande part, à une recherche de conciliation de la dialectique du principe de vérité et de plaisir. On voit bien ici que les vides comblés ne sont pas de simples remplissages, mais correspondent à des questionnements et parfois aux craintes d’une époque. Quoi qu’en disent certains protagonistes, la recherche de vérités objectives n’est pas le moteur principal de l’action. Cette vérité est avant tout rêvée, elle est celle que l’on construit ensemble et maintenant ; une vérité qui correspond à « notre » façon d’envisager le monde. Si cette vérité s’avère correspondre à une réalité factuelle et attestée par les pouvoirs administratifs, politiques et judiciaires, elle n’en aura que plus d’impact, mais cela ne conditionne pas l’apparition et la diffusion de la rumeur. Une nouvelle fois, cette interprétation conforte l’idée que le caractère de justesse ou de fausseté d’une rumeur n’est pas un moteur à sa diffusion. Les preuves invoquées par ce type de rumeurs peuvent être objectives, parobjectives ou magiques. Elles constituent un halo à l’effet hallucinatoire produit par l’accumulation de preuves. Cet effet a pour conséquence de faire apparaître la thèse défendue par la rumeur comme la seule possible. L’étude de la rumeur du « 5/7 » est sur ce point révélatrice : les preuves et indices semblent plus nombreux, plus étayés que ceux avancés par les experts lors du procès. Les conclusions des expertises sont simples, opératoires. Cependant, elles appartiennent à plusieurs registres de causalités et surtout ne paraissent pas à la hauteur de l’événement. La négligence des gérants, du maire et de l’administration, le manque de compétences des installateurs du chauffage et l’utilisation de matériaux inflammables sont des motifs imaginaires nettement moins efficaces qu’un attentat, un racket, les confidences de prostituées, une bombe à base de phosphore blanc, un cadavre d’adulte dans les décombres. La rumeur gonfle et travaille les détails, permettant ainsi une adéquation des interprétations à l’étendue du drame. Elle explique l’incendie et ses cent quarante-sept victimes, alors que la thèse de l’accident ne parvenait pas à rallier l’ensemble des protagonistes et à organiser des faits épars. Elle comble le vide que laisse immanquablement une explication en termes de hasard et de concours de circonstances, puisque, de l’avis des experts, le drame résulte d’une accumulation de malveillances et d’erreurs. Le rationalisme des interprétations amplifie l’efficacité de ces rumeurs. Les détails et preuves avancés sont tels que l’issue proposée apparaît comme la seule objectivement possible, c’est-à-dire une issue inéluctable. La rumeur parvient ainsi à tourner en dérision certains indices et à exploiter à son avantage les arguments officiellement admis. Elle caricature les indices tels que les mégots de cigarette et autres allumettes qui, ce soir-là comme les autres, devaient tomber sur le sol ou les fauteuils en carton. En outre, elle a l’avantage de pouvoir reprendre à son compte les conclusions des experts. Oui, les murs du dancing étaient recouverts de matières plastiques inflammables, les décors également. Oui, les gérants étaient sans doute peu scrupuleux et le système de chauffage défectueux. Oui, l’administration comme la municipalité auraient sans doute dû être plus vigilantes. Mais ces explications ne peuvent être la cause première de la catastrophe. La rumeur d’attentat assimile tous les arguments ou presque de la thèse de l’accident, alors que l’inverse est impossible. La thèse officiellement retenue doit nier en bloc tous les éléments se ramenant à un attentat. La cause première et irréductible est l’attentat, les autres explications sont secondaires et ne font qu’amplifier l’inévitable37. La rumeur atteint un objectif, expliquer un drame incommensurable.

LA NÉCESSAIRE VICTOIRE DE LA VIE

36Face aux désordres et aux ruptures occasionnés par l’accident il est capital, pour les autorités en place, d’afficher leur maîtrise de la situation. Secourir les victimes, stopper l’hémorragie de la catastrophe, éviter toute panique, voilà qui correspond à l’urgence étudiée dans le chapitre précédent. Affirmer que la situation ne se reproduira plus, que des changements durables ont été apportés, afficher la volonté de procéder à un retour à la normale, constitue un second volet de la prise en charge post-accidentelle qui s’inscrit cette fois à moyen terme.

La reprise en main ou l’affirmation du pouvoir politique

37La volonté et la réussite des pouvoirs publics à rendre, le plus rapidement possible, la situation normale, ainsi que la maîtrise des conséquences du drame, la capacité à montrer que l’accident est cerné et la satisfaction d’avoir su mener une « belle bataille », sont significatives de cette affirmation réitérée d’avoir renversé la situation et de la contrôler désormais. La confrontation de ces indicateurs au corpus d’accidents permet de dégager trois grandes figures de la reprise en main qui manifestent l’inquiétude d’une remise en cause de l’ordre social et politique. Pour la contrecarrer, on met en avant : la bonne organisation des secours, la nécessité que la vie reprenne le dessus et le refus de toute polémique.

38L’étude des accidents collectifs met en évidence que le désordre latent consécutif à une catastrophe est suivi presque immédiatement d’une reprise en main par les pouvoirs publics. Ces derniers, à un niveau tant politique qu’administratif, ont perdu la maîtrise d’une situation qu’ils contrôlent en temps normal. L’accident est un échec de toute action de prévention ; il montre que l’on n’a pas su anticiper le pire ou se préparer à un contexte difficile. Une des premières actions mises en place par les pouvoirs publics est de déclencher les différents plans de secours, mais aussi de prononcer des discours rassurants, très spécifiques aux situations post-accidentelles, des discours toujours identiques dans leurs formes et leurs contenus. La phase postérieure à la première semaine faisant suite au drame doit nécessairement dépasser l’axe du discours en procédant à des évaluations et en amorçant des actions.

39La première figure répertoriée a trait à l’évaluation a posteriori des secours, de leur efficacité et de leur bon déroulement. La satisfaction d’avoir mené à bien un retour à la normale est proportionnelle à la violence du choc et à l’étendue de la menace encourue. Le combat est d’autant plus valeureux que la menace semblait pernicieuse et animée d’une force inhumaine. Cette réaction présente des analogies avec le combat guerrier ; ici comme dans toute guerre, il existe un ennemi qu’il faut évincer. Il n’est pas envisageable de pérenniser ce processus destructeur que les pouvoirs publics ne sont pas parvenus à maîtriser dans une première phase. Laisser perdurer une telle situation pourrait provoquer des changements irréversibles et affecter durablement l’opinion. Durant les heures qui suivent la catastrophe, l’organisation des secours est empreinte d’un modèle d’efficacité militaire. Les différents plans avec leurs postes de commandement, les « troupes à disposition », avec l’importance des « aiguilleurs », le rôle stratégique et de prise de décision du préfet sont significatifs de cette emprise du militaire. L’évaluation de la bonne gestion des secours s’effectue en priorité sur l’appréciation des différents plans. Elle est en général positive, puisque la presse comme les élus locaux et les services de la préfecture valorisent l’efficacité des secours et des prises de décisions. Ils ont été rapides et pertinents et ont permis de circonscrire la catastrophe. La référence à l’ordre militaire est également un moyen de montrer que la situation dramatique est traitée avec rigueur et sans concession. Cette évaluation est destinée à la prévention des accidents futurs, en vue soit de les éviter, soit de réagir au mieux et au plus vite. Elle a cependant une autre cible : le public qui n’a pas vécu directement les faits. Durant les jours qui suivent, les médias insistent sur les conséquences de l’accident tout en précisant que la situation est contenue. Tout ce qui a trait au choc semble devoir disparaître au profit d’une uniformisation dans le sens d’un ordre. On précise alors à la population ayant vécu le drame par procuration que le désordre perceptible dans un premier temps était en fait maîtrisé. Le sentiment de confusion donnée par l’organisation des secours (ballet des ambulances, mouvement des sauveteurs…) est présenté comme la résultante d’un nombre important de connexions nécessaires au bon déroulement des opérations – connexions non visibles de l’extérieur. Tout concourt à montrer que la gestion de la catastrophe était pensée dès le départ et que le désordre apparent n’était qu’une fausse impression.

  • 38 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 5 septembre 1985, à propos de l’accident ferroviaire d’Arg (...)

Ce qui semble n’être ici qu’une vague de désordre, une accumulation quasi anarchique de l’aide de chacun ne l’est pas du tout en réalité, sur ce plan, M. Renault, directeur de la DDASS, est formel : « Il n’y a pas eu de panique ; tout s’est déroulé dans la plus grande discipline38. »

40Le message est simple, les secours ont été à la hauteur. L’organisation en place a permis d’anticiper et de gérer au mieux les conséquences de l’accident. Seules les personnes participant directement à la prise de décision sont à même de mesurer la pertinence de la gestion des secours. Cette logique a pour conséquence de faire naître un mystère. De sorte que cette situation donne sans conteste un supplément de pouvoir et une légitimité à ceux qui savent et planifient. On peut alors parler de boîte noire. L’explication donnée par les autorités, empreinte d’une certaine pédagogie, porte un message qui s’inscrit dans la politique de gestion des catastrophes. En expliquant à l’opinion publique que tout s’est déroulé comme prévu (même si des améliorations peuvent être apportées), elles ont tendance à affirmer qu’à l’avenir les inquiétudes ne seront plus légitimes. La sensation de désordre n’est qu’un accroc de surface et la rupture réelle provoquée par la catastrophe est passagère puisque dans tous les cas elle est traitée rapidement. Le maire d’Argenton-sur-Creuse est porteur de ce message optimiste :

  • 39 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 3 septembre 1985, à propos de l’accident ferroviaire d’Arg (...)

Sans panique, et sans plainte. Le sens du devoir de chacun allié à une efficacité sans faille [...] ont permis de mener à bien l’ensemble des opérations de secours39.

41Les pouvoirs publics sont tenus d’insister sur cette absence de failles, ce pour montrer la réussite de leurs missions, mais surtout parce que l’idée prédomine que la seule présence d’une ouverture sur du désordre, aussi minime soit-elle, suffirait à réintroduire une inquiétude. Ce type de discours permet de définir des catégories claires et stables et d’éviter toute équivoque. À ce propos, l’exemple des rumeurs est éclairant : un seul élément, une seule preuve, fût-elle d’ordre paralogique, peut déclencher un mécanisme amplificateur de la situation catastrophique. La remise en ordre n’est considérée comme effective que lorsque des actions tangibles attestent qu’un retour à la vie ordinaire, au moins partiel, est en cours.

42Cette volonté de privilégier la vie au détriment de la mort, bien que cette dernière soit constamment présente à la manière d’un clair-obscur, est également affirmée dans le parcours emprunté par les hommes politiques après une catastrophe : les ministres ou le président de la République débutent presque toujours leur visite en se rendant au chevet des blessés à l’hôpital.

  • 40 Le Maine libre, 13 juin 1955, à propos de la catastrophe des 24 heures du Mans.

Le groupe des officiels s’est dirigé vers l’hôpital, ont rendu visite aux blessés, puis B. Lafay [ministre de la Santé] s’est rendu à la morgue, où il s’est incliné devant les dépouilles mortelles des victimes. Le ministre a présenté les condoléances du gouvernement. Le cortège s’est ensuite rendu sur le circuit40.

43Ce devoir « d’appel à la vie » est profondément ancré dans certains groupes professionnels, mis à part ceux impliqués dans les phases de décisions. Les journalistes considèrent qu’ils doivent contribuer à ce processus. Ils souhaitent montrer que la vie doit reprendre le dessus même si la mort de dizaines de personnes a profondément choqué la population. Si l’événement est utilisé à des fins médiatiques, le journaliste en tant que professionnel s’estime investi d’un devoir de motiver le « retour à la vie » et de stopper tout sentiment de panique.

  • 41 Entretien avec un journaliste du Dauphiné libéré, 28 octobre 1996, à propos de l’incendie du « 5/7 (...)

« Les réactions professionnelles reprennent vite le dessus après la stupeur et l’horreur : les pompiers qui vomissaient en arrivant, effectuèrent par la suite le déblaiement des corps et mangèrent des sandwichs à midi. La vie doit reprendre le dessus, ce serait donner trop de crédit à la mort que de tomber dans une terreur. Faire son travail, c’est faire quelque chose, continuer à vivre [...]. »
Plus loin à propos de la diffusion gratuite d’une édition spéciale du journal : « Il ne s’agissait pas d’une opération commerciale, l’édition spéciale aurait pu être vendue. Il fallait faire quelque chose, apporter la contribution du journal, faire face à la catastrophe. Personne ne pouvait aller se coucher comme cela. La gratuité de cette édition spéciale permettait d’informer massivement, mais surtout il fallait montrer que la vie devait reprendre le dessus41. »

44En dehors d’une attitude volontariste, tout argument montrant que des îlots ont résisté à la catastrophe est utilisé. Le désordre n’est donc pas total puisque des pans entiers de la vie sociale n’ont pas été déstabilisés. Le crash d’un Airbus sur le mont Sainte-Odile en offre un bel exemple. On s’étonne que certains secteurs n’aient pas été affectés par le drame, sous-entendu qu’ils auraient pu ou dû l’être. À la suite du crash, le comportement des passagers n’a pas subi de transformations majeures. Les taux de non-présentation à l’embarquement sont identiques à ceux observés en temps normal. Aucune baisse notable du taux de remplissage des avions de la compagnie Air-Inter n’a pu être signalée. Plus étonnant encore, l’avion en question devait repartir pour Satolas après une escale de quelques minutes. Sachant qu’un drame venait d’avoir lieu, les passagers sont tout de même montés dans un autre appareil qui a assuré la liaison. Le lendemain matin, sur ce même aéroport, un avion a été retardé en raison d’un problème de frein, personne n’a demandé à quitter l’appareil. Ces quatre arguments indiquent que la situation post-accidentelle est en tout point identique à celle observée en temps ordinaire. Ils pourraient être passés sous silence puisqu’ils n’ont rien d’exceptionnel, or bien au contraire ils sont exploités comme autant d’îlots de résistance à la peur et par extension à la catastrophe. Ce qui rend ces attitudes extraordinaires, c’est leur indifférence face au drame. L’événement est ici dissocié d’une activité commune : prendre un avion. Ainsi, l’accident aurait un impact émotionnel mais n’affecterait pas durablement le cours des choses.

  • 42 À ce propos, C. Lienhard note qu’après « le drame de Furiani, il y eut des tentatives de démarchag (...)
  • 43 Lettre publiée le 5 septembre 1985 dans L’Écho du Berry, le 11 septembre 1985 dans La Nouvelle Rép (...)
  • 44 Seule la polémique sur l’amélioration des conditions de sécurité est tolérée si elle émane d’un mo (...)

45En période post-accidentelle, les écarts aux normes instituées sont mal acceptés. Dans les discours funèbres on trouve nombre d’appels au consensus. Les vols des biens des familles sinistrées ne sont pas tolérés, ni par les autorités, ni par l’opinion. Le détournement des fonds récoltés et les « viles » polémiques sont perçus comme insupportables. L’analyse montre que certaines normes sociales évoluent en temps de catastrophe vers une moindre tolérance des délits : s’en prendre à une victime paraît inacceptable. Les pouvoirs exécutif et législatif sont en éveil et sanctionnent rapidement toutes les exactions42. Pourtant cette crainte reste vivace. Nous avons fréquemment entendu, lors de nos déplacements sur le terrain ou lors de discussions informelles, que des vols avaient été commis. Néanmoins, les services de police sont formels : on n’observe pas plus de méfaits qu’en temps ordinaire. Ces exactions vraisemblables sont considérées comme des atteintes au processus de remise en ordre. Dans l’illustration suivante, c’est une polémique qui est en jeu. Un médecin (directeur du centre de secourisme d’une ville voisine d’Argenton-sur-Creuse) s’étonne que les différents services de la Croix-Rouge n’aient pas été informés du drame par les instances officielles. Le déclenchement du plan Orsec prévoit en effet que la préfecture avertisse les organismes privés en vue d’une intervention directe ou d’un état d’alerte. Dans une lettre rendue publique, ce médecin fait part d’un dysfonctionnement et en avise la préfecture43. Alertée de façon informelle par des pompiers, la Croix-Rouge ne fut opérationnelle qu’à 3 heures du matin. Il conclut sa lettre en déplorant cette situation et en demandant si le plan Orsec doit être amélioré dans le département. Le préfet répond par une lettre ouverte en date du 11 septembre 1985. Il se dit scandalisé par les procédés employés et les propos tenus. Cette réponse fait la preuve qu’une information brute et sans polémique apparente peut être publiée dans les jours qui suivent la catastrophe, mais qu’au-delà, toute nouvelle intervention apparaît comme une provocation. Pour décourager toute controverse, le préfet emploie quelques formules et arguments lapidaires coupant court à toute autre réaction du même type. Le message implicite signifie que la situation est rentrée dans l’ordre et qu’en aucune façon, il n’est possible de revenir sur cet état de fait. Le contenu de la lettre est manifeste : le préfet remet en cause le propos de son interlocuteur en lui démontrant qu’il n’a aucune légitimité pour se prononcer, son statut ne l’y autorise pas dans la mesure où il n’est pas le représentant officiel de la Croix-Rouge locale. Il explique au lecteur que le médecin usurpe sa fonction en se « présentant comme le porte-parole du corps médical, des secouristes de la Croix-Rouge ». Il remet également en cause le procédé, n’ayant pas reçu nommément ce courrier. Sur la critique de fond, quant à l’efficacité ou non du plan Orsec, deux arguments sont développés. Tout d’abord, le faible nombre de blessés ne demandait pas de renforts de secours, les moyens sur place étant suffisants. Ensuite, le représentant de l’État mentionne que le « plan Orsec n’est pas un tout rigide, mais au contraire un ensemble de mesures dont le déploiement doit répondre à un double souci d’efficacité et de décodage des moyens ». Les seules personnes habilitées à critiquer les secours sont celles qui les ont organisés. La conclusion laconique de la lettre ne laisse pas d’espace à la controverse : « Compte tenu du retentissement que vous avez voulu donner à votre “correspondance”, j’adresse copie de cette lettre à Monsieur le Président de l’ordre des médecins et je me réserve d’user vis-à-vis de la presse du droit de réponse dans les conditions de la loi. » Le ton général indique qu’on ne peut tolérer ce type de critique. Une sanction semble peser sur toute personne qui tenterait de remettre en cause le rétablissement de l’ordre. La menace d’un blâme de l’ordre des médecins exclut la polémique44.

  • 45 Voir de cet auteur, « What should be study ? Questions and suggestions for researchers about conce (...)

46Outre celle de la remise en cause de l’ordre établit, la seconde source d’inquiétude est celle de la rupture des liens sociaux. Par un effet boomerang les désordres provoqués par la catastrophe, notamment sur les réseaux techniques et de communications, peuvent laisser craindre une interruption des relations sociales. Or, bien au contraire, comme l’a démontré l’équipe de E. Quarantelli, les accidents collectifs suscitent un resserrement momentané des liens sociaux plutôt qu’une coupure de ceux-ci45. Les messages de solidarité, les diverses mobilisations, le sentiment de partager une même émotion et la constitution de groupes solidaires sont représentatifs de ce resserrement des liens. L’analyse des données de terrain a permis de dégager un cinquième indicateur qui correspond à des comportements inhabituels où la solidarité se manifeste de façon exacerbée.

  • 46 P. Quilès, ministre des Transports lors de l’accident ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse ; F. Bredi (...)

47Les discours de solidarité sont en partie intégrés aux messages funèbres. Les autorités proclament que la France doit se mobiliser aux côtés des familles des victimes et des villes sinistrées. En 1959, pour le drame de Fréjus, de Gaulle lança à la France une invitation solennelle à souscrire pour la ville et ses habitants. Cette invitation à la solidarité nationale est une constante de tous les accidents collectifs étudiés. Elle est prononcée par le président de la République en exercice ou le Premier ministre. Parfois, pour les catastrophes de moindre envergure, c’est un ministre qui se charge de cet appel. Les rôles de chacun sont définis. La portée des discours est conditionnée par le statut et la légitimité du locuteur. De façon générale, quand plusieurs ministres s’expriment, le ministre de tutelle46 insiste sur la sécurité et les commissions d’enquêtes, puis remercie les secours et indique que la situation n’est plus dramatique. Les ministres de l’Intérieur ou de la Solidarité nationale s’appesantissent davantage sur la solidarité, la nécessité de préserver la cohésion nationale et d’indemniser rapidement et de la meilleure façon les victimes. Quant aux élus locaux et les préfets, leurs discours sont consacrés aux remerciements visant à féliciter les secours et les diverses mobilisations locales pour leur abnégation. Outre les représentants de l’État, ceux des différentes religions occupent également un rôle dans cet appel à la solidarité. Une approche diachronique permet de repérer qu’en 1897, lors de l’incendie du Bazar de la Charité, les représentants de l’Église ont un poids dans la gestion de l’après-catastrophe au moins aussi important que les instances politiques. Si cet incendie, par son contexte, implique directement l’Église (le feu s’étant déclaré dans un lieu de charité chrétienne), il n’en reste pas moins vrai qu’à cette époque cette institution a une place prépondérante dans les procédures de retour à la vie ordinaire, notamment au travers des rituels funéraires. Aujourd’hui, les messages d’appel à la solidarité émanent très largement des pouvoirs publics et, même s’ils ne possèdent pas le monopole de la parole, ce sont eux qui retiennent l’attention des médias.

  • 47 Le Monde, 28 septembre 1992.

48Le déplacement sur les lieux du drame est également un moyen de montrer aux populations sinistrées que les pouvoirs publics ne les ont pas abandonnées. L’inquiétude d’être livré à son sort face à une menace extérieure insurmontable est une figure récurrente. Elle peut s’observer lors de catastrophes naturelles lorsque l’énergie des secours est concentrée sur les zones les plus sinistrées. L’imaginaire de la ville assiégée amène à focaliser tous les efforts sur l’épicentre du drame porteur des risques les plus graves. Les villages ou villes environnants peuvent être également touchés, mais ils le sont de façon plus ordinaire : « À Bedarrides comme à Violès, c’est une inondation classique que l’on a subie. Un envahissement des eaux “à la française”, serait-on tenté de dire, par opposition à l’effet de typhon exotique observé à Vaison-la-Romaine. Ici, pas d’engorgement d’eau sous pression47. »

49Les discours politiques post-catastrophiques se construisent à partir de six modalités, toutes nécessaires pour spécifier clairement le retour à l’ordre.

Les six temps du discours politique post-catastrophique
I. L’appel à la solidarité nationale attestant que l’accident dépasse un contexte local.
II. La détermination des causes et des responsables grâce à des commissions d’enquête administratives et judiciaires.
III. La solidarité du gouvernement envers les familles des victimes et l’appel de ses vœux d’une indemnisation rapide et juste.
IV. L’accomplissement par les secours de leur mission montrant ainsi qu’ils sont fiables.
V. La volonté du gouvernement d’affirmer qu’il aurait préféré que l’accident ne se produise pas et qu’il faut à l’avenir veiller à ce que celui-ci ne se répète pas.
VI. La situation est prise en main, toute panique ou inquiétude est injustifiée. Le pouvoir en place a rempli son rôle de maintien de l’ordre et assure la sécurité de ses concitoyens.

  • 48 Pour Furiani, un fonds commun de solidarité et d’aide aux victimes fut ouvert afin de percevoir le (...)

50Les mobilisations et les dons constituent le deuxième ressort de ces solidarités à créer. On observe deux temporalités. La première concerne les mobilisations en temps réel lors de la catastrophe. La seconde a trait aux dons, lorsque le drame est circonscrit. Les dons et l’organisation de structures pour les récolter sont plus significatifs lors de catastrophes « naturelles ». La reconstruction d’une ville nécessite des fonds considérables qu’une commune ne peut prendre en charge dans un temps restreint. D’autres types de solidarités se mettent en place pour venir en aide aux blessés quand ils sont nombreux. S’il existe plusieurs formes de dons, on s’aperçoit ensuite qu’elles convergent toutes vers un même projet, celui de la création d’un réseau de solidarité. Les dons en nature comme ceux financiers concourent à cet objectif. Ils proviennent de fonds officiels débloqués pour l’occasion ou de souscripteurs anonymes48.

  • 49 L. Caro, « Il y a quinze ans Malpasset », document archivé à la bibliothèque municipale de Fréjus, (...)

51Un aperçu des actions mises en place s’avère indispensable pour comprendre ce processus. Lors de la rupture du barrage de Malpasset, la télévision ainsi que les radios nationales et la presse locale seront les catalyseurs des participations diverses. Les médias vont organiser des émissions ou publier des éditions spéciales pour sensibiliser l’opinion et l’amener à effectuer des dons. Les titres de quelques-uns de ces programmes sont révélateurs. La télévision véhicule un message unitaire avec un « Tous pour Fréjus », alors qu’Europe 1 lance un « SOS Fréjus » puis mobilise son émission vedette, « Vous êtes tous formidables ». Radio Luxembourg, quant à elle, met en émoi « dix millions d’auditeurs »49. Des dons venus de toute la France, mais aussi des pays européens, des États-Unis, d’Afrique, vont affluer. Le montant de cette aide représente un million et demi d’euros. Pour ce type de catastrophe, l’élan de solidarité se manifeste au-delà d’un simple don d’argent. Des milliers de cartes postales et de lettres de soutien seront envoyées à Fréjus. De nombreuses écoles de France vont se mobiliser et établir une correspondance avec les enfants de la ville. Une même émotion semble habiter les populations qui ont subi le drame et les spectateurs qui l’ont suivi par l’intermédiaire des médias.

  • 50 Un journaliste parle à propos de la situation post-accidentelle « de naufrage économique et social (...)
  • 51 Le 15 avril 1989 à Sheffield en Angleterre, lors de la demi-finale de la « Cup » opposant les équi (...)

52En Corse et tout particulièrement à Bastia, la catastrophe de Furiani a un impact social dont les conséquences seront multiples. Plus de mille trois cents personnes ont été blessées, une centaine souffrent de blessures invalidantes. Cette situation, se superposant à un contexte de crise économique et sociale, renforce la crainte qu’un clientélisme local ne se forme50. De nombreuses victimes n’ont pu reprendre leur activité, des commerces ou petites entreprises familiales risquent de fermer. Face à cette situation délicate, l’appel à la solidarité « légale » va être d’autant plus fort. Quarante-huit heures après les faits, les pouvoirs publics, par l’intermédiaire du ministre de la Jeunesse et des Sports F. Bredin, annoncent qu’un fonds spécial d’aide aux victimes sera créé. Les crédits de l’État, de la Fédération française de football et des collectivités locales l’alimenteront. À la même date, les assureurs informent qu’ils viennent de débloquer quarante millions de francs. La solidarité se manifeste aussi par des matchs de football au profit des victimes. Parmi eux, le geste très symbolique du club de Liverpool prenant l’engagement de disputer une rencontre dont la recette sera redistribuée aux victimes de la catastrophe de Furiani51.

53Pour les accidents collectifs n’occasionnant que peu de dégâts et de blessés, la situation est sensiblement différente. Une émotion commune est à l’œuvre, l’élan de solidarité se manifeste de façon moins matérielle, mais tout aussi symbolique.

54L’émotion suscitée par une catastrophe se mesure également à des conduites inhabituelles. L’extrait du témoignage d’une institutrice ayant vécu le drame de Malpasset illustre cette idée :

  • 52 I. Astier, « Après Malpasset : l’heure de l’espoir », op. cit.

Si la routine de la vie quotidienne est responsable d’une certaine uniformité de comportement et de mentalité, un événement aussi imprévu que considérable peut inspirer une conduite tout à fait inhabituelle, et nous avons constaté que ceux qui veulent se rendre utiles, ne sont à court ni d’adresse, ni d’imagination, pour s’acquitter de la mission qu’ils se sont imposée52.

  • 53 Ce mariage posthume, pour être légal, a nécessité un décret. Il fut le premier du genre en France.

55Cette catastrophe exceptionnelle a été le berceau de comportements hors du commun, qui se manifestent sur des objets bien précis. Un des épisodes marquants est la mobilisation qu’a suscitée le désarroi d’une jeune femme enceinte qui venait de perdre son fiancé dans le drame. Cette histoire aurait pu rester anecdotique si l’émotion partagée ne s’était catalysée sur cet événement dramatique. À une moindre échelle, cette déchirure privée représentait les peines multiples qu’avait provoquées la rupture du barrage. En l’espace de quelques jours, cette jeune femme deviendra le centre d’un engouement médiatique. Elle sera « la petite fiancée de la France ». Les médias vont relater son histoire et ainsi émouvoir la France entière. Elle recevra un incalculable courrier, des lettres de soutien, mais également des demandes en mariage. Plus tard, un compositeur dédia une symphonie à l’enfant qui était né. Pour que le consensus autour de ce micro-événement soit total, la seule médiatisation ne suffisait pas. C’est l’intervention du chef de l’État qui occasionna une cristallisation des faits lorsqu’il se proposa d’être le parrain de l’enfant. L’image d’une nation unie se manifestait à partir d’un investissement symbolique sur une personne, qui à l’image de la population locale avait subi des bouleversements dans sa vie. L’apogée de cet événement dans l’événement allait être la légalisation du mariage posthume entre Irène Jodar et son fiancé décédé53. L’émotion qui naît de l’accident collectif se centre ici sur une personne privée que son histoire fait désormais entrer dans le domaine collectif ou public. Cet épisode montre le pouvoir de mobilisation post-accidentel et le sentiment partagé de se retrouver dans ces moments tragiques. La représentation du risque de rupture des liens sociaux disparaît momentanément ; c’est l’idée d’un nécessaire consensus qui prévaut. Un journaliste, dans une chronique publiée le 28 septembre 1992 dans les colonnes du Monde exploite cette idée en signalant que ce consensus est en décalage avec la vie ordinaire et ce qui fait communément l’opinion publique. Il présente les conséquences de la crue de l’Ouvèze à Vaison-la-Romaine en opposition avec les résultats d’un vote. L’extrait suivant manifeste le décalage entre, d’une part, une situation ordinaire où le dissensus, notamment dans l’acte de voter, fait partie d’un contexte courant et, d’autre part, une situation extraordinaire, qui au contraire unifie, polit les différences jusqu’à être présentée comme l’image d’un consensus parfait.

  • 54 Le Monde, 28 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

À Vaison-la-Romaine, le 20 septembre 1992, il y avait les pour et les contre Maastricht. Cinquante-sept pour cent de « non », quarante-deux pour cent de « oui ». Deux jours plus tard il n’y avait plus qu’une ville réunifiée, meurtrie et admirable. Unanime pour dire « non » au découragement devant la France éberluée, et accourue toutes caméras déployées. Et pour dire « oui » à la mobilisation des énergies. Des voisins qui, peut-être, la veille se toisaient, aujourd’hui s’enlaçaient. Des riches avaient tout perdu, des pauvres les hébergeaient. Dans Vaison et les autres cités de la vallée de l’Ouvèze il n’y avait plus de frontières de classe, ni de race. L’électeur Front national et le jeune beur nettoyaient d’un commun balai. [...] Les abstentionnistes s’activaient, il n’y avait plus d’indécis. Le dimanche soir et les jours suivants, on s’était interrogé pour savoir combien il y avait de France dans ce pays. Deux, disaient les uns, voyant qu’avec presque autant de « non » que de « oui » il y avait presque autant de France d’un côté que de l’autre, avec des différences : diplômes, niveau de vie, etc. [...] Cette comptabilité cessa lorsque l’Ouvèze passa par-dessus le pont romain. Il n’y en avait qu’une émotive, généreuse, citoyenne.
Le limon égalise, unifie, annule les contours, atténue les aspérités. [...] On ne s’en sort pas seul. Tout le monde le comprend54.

  • 55 P. Baudry pense que ces pratiques n’ont rien de morbide. Elles permettraient d’intégrer la mort et (...)

56Ces illustrations montrent ostensiblement que les représentations de la catastrophe – sans doute idéalisées – attestent d’un resserrement des liens sociaux. On tend à observer une uniformisation des émotions qui sont alors exacerbées et on souhaite la mettre en avant comme le fait ce journaliste. Avant de refermer cette réflexion, nous souhaiterions nous arrêter sur une pratique révélatrice : les files de spectateurs hagards qui vivent l’événement sans pour autant avoir un impact direct sur celui-ci. À Paris, lors de l’incendie du Bazar de la Charité, vingt mille personnes se sont massées dans les rues adjacentes à l’annonce du drame. Le crash d’un avion sur le mont Sainte-Odile va produire une illustration surprenante de cette action poussée à l’extrême. Le contexte de l’accident et la difficulté à localiser l’appareil vont créer un climat où l’émotion semble être à son comble. Un article des Dernières Nouvelles d’Alsace titré « L’inconscience des badauds » insiste sur ces pratiques considérées comme déraisonnables et spontanées55.

  • 56 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1992, à propos du crash du mont Sainte-Odile.

En début de soirée, quand la nouvelle de la catastrophe aérienne fut diffusée sur les ondes, de nombreux bénévoles ont pris le volant pour sillonner le massif et essayer de repérer le point de chute de l’appareil. Mais en même temps une foule de curieux a pris le chemin de la montagne pour se rapprocher du lieu du sinistre. [...] Plus haut de nombreuses voitures étaient garées le long de la route étroite et glissante. Dans la nuit froide on pouvait croiser des piétons, enfants compris montant en file indienne vers le sommet56.

57La situation décrite est surréaliste, seule une situation catastrophique peut produire ce type de comportements. De nombreux paramètres sont dissuasifs : la nuit, le froid, la forêt, l’isolement. L’image de la file indienne silencieuse et obstinée qui se dirige inexorablement vers le lieu du drame, comme si elle était aimantée et sans conscience de ce qu’elle est en train d’accomplir, offre un tableau surprenant. Les entretiens que nous avons réalisés à propos du drame du « 5/7 » en 1970 relatent le même type de scénario. Des centaines de personnes partaient, pour certaines à pied, de la vallée pour franchir le col de la Placette et les quelque vingt à trente kilomètres les séparant de Saint-Laurent-du-Pont. Cette image réelle ou reconstruite est restée ancrée dans les mémoires comme une figure essentielle de la catastrophe.

58Ce ne sont là que quelques exemples des sentiments partagés suscités par les accidents collectifs. Le contexte catastrophique impulse des émotions, qui en retour ont une influence sur la construction de l’événement.

  • 57 Voir rapport de recherche de G. Decrop, « Victimes, associations de victimes et prévention des ris (...)
  • 58 La plus officielle est sans contexte l’Inavem, Institut national d’aide aux victimes et médiations (...)
  • 59 En Alsace, les statuts des associations doivent être déposés au tribunal d’instance. C’est auprès (...)
  • 60 L’association des victimes de l’incendie d’un CES de type « Pailleron », encouragea la fermeture d (...)

59La constitution de « groupes solidaires » montre qu’à un niveau plus restreint et officiel, des solidarités se créent et s’institutionnalisent57. Il existe deux grands types d’associations : celles de victimes ou de proches et celles de soutien dont l’objectif est de venir en aide aux sinistrés58. Seules les premières seront détaillées puisqu’elles sont spécifiques aux accidents collectifs. Hormis quelques rares exceptions, tous les accidents collectifs étudiés ont entraîné la création d’une association. Deux systèmes de justification prévalent à leur constitution. Les familles envisagent les procès à venir, l’enquête en cours, les formalités administratives auprès des assurances. Le fait de se regrouper facilite et accélère les procédures. Ce souci pratique s’accompagne d’un sentiment d’efficacité de la revendication collective. Si une famille isolée fait valoir ses droits, elle a une faible probabilité d’être entendue. Se constituer en association, c’est acquérir une visibilité administrative, puisque les statuts sont déposés en préfecture ou au tribunal d’instance59. Outre ces aspects techniques, les familles disent se rassembler parce qu’elles ont vécu quelque chose en commun qui ne peut, selon elles, se partager avec quiconque ne l’a pas éprouvé. De plus, la particularité des accidents collectifs est de se produire brusquement et de toucher des populations hétérogènes ; afin de ne pas affronter seules une situation inattendue et violente, les victimes se regroupent. Parmi les objectifs de ces associations, on trouve également la perpétuation du souvenir qui peut se concrétiser par la construction d’un mémorial. Un autre enjeu est un combat permanent pour une plus grande sécurité, pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise. Elles développent ainsi une démarche de lobbying pour faire entendre leur point de vue auprès des décideurs60.

  • 61 C. Lienhard, « Le droit pour les associations de défense des victimes d’accidents collectifs de se (...)
  • 62 C’est aux associations que revient la charge de constituer le dossier, même si elles peuvent deman (...)

60Ce schéma général s’est quelque peu transformé. La législation sur les catastrophes a évolué depuis 1995 en donnant la possibilité aux associations de se porter partie civile61. Cela leur offre l’opportunité d’avoir une implication directe dans les procès. Cette nouvelle situation entraîne des modifications de comportements avant et durant les procès, et vient confirmer la nécessité actuelle de construire un droit des catastrophes. La prise en compte des associations par les pouvoirs publics se traduit par une plus grande exigence sur les conditions d’émergence et de vie des associations. Elles doivent désormais répondre à des critères précis pour recevoir un agrément délivré par la Direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice62. En particulier, une association de défense ne peut juridiquement être reconnue que lorsqu’un accident a occasionné au minimum sept victimes. Toutes ne seront pas admises au procès pénal et seules celles habilitées pourront se porter partie civile. On est bien loin des associations créées après les drames de Malpasset, de Saint-Laurent-du-Pont, où les conditions administratives et judiciaires n’avaient que peu d’impact sur leur existence. Les critères discriminants établis par la loi en vue de l’agrément d’« association de familles de victimes » sont nombreux.

  • 63 L’expérience des catastrophes récentes, Vaison-la-Romaine, Nîmes..., nous fait considérer que des (...)
  • 64 Ce qui est en jeu ici, ce sont les actions possibles des associations, notamment celle de se porte (...)

61Le premier est extérieur aux associations, puisqu’il concerne les origines du drame. Seuls les accidents « non intentionnels » sont pris en compte, ce qui exclut a priori les agissements criminels, comme les attentats, les crimes en séries ou les tueries et les suicides collectifs. Sont exclus également les accidents sériels où la règle des trois unités (unité de temps, de lieu et d’action) n’est pas opérationnelle, dans la mesure où l’accident est considéré, dans l’article de loi, comme un événement unique. Les catastrophes naturelles – sauf si une causalité mixte implique des responsabilités humaines63 – et les accidents évités de justesse ont également écartés de cet article de loi. Au-delà de ces exceptions, la loi prévoit que seuls deux types de drames peuvent « justifier un droit collectif d’agir64 » : l’accident dans les transports collectifs et dans un lieu ou espace public. Les carambolages en série ou les catastrophes industrielles n’occasionnant pas de dégâts à l’extérieur du site ne peuvent permettre aux victimes de demander l’agrément de leurs associations.

62Le second ensemble de critères concerne directement les organisations et leur crédibilité. Elles doivent être représentatives et avoir un nombre d’adhérents suffisant par rapport au nombre total de victimes. Leur appartenance à une fédération est un facteur pris en considération pour l’obtention de l’habilitation. Elles sont dans l’obligation de présenter des garanties suffisantes d’une activité en vue de défendre les victimes. La présence d’un avocat à disposition est un paramètre important. Le législateur s’est donné la possibilité de retirer ou de suspendre l’agrément par arrêté du ministre de la Justice si l’association ne remplit plus une des conditions précitées.

  • 65 Ibid., p. 318.
  • 66 Ibid., p. 317. Il est vrai que bon nombre d’associations de familles de victimes ont été l’objet d (...)

63La création des associations s’inscrit également dans le thème de la remise en ordre orchestrée par les pouvoirs publics. Si cette législation permet aux victimes et familles de faire leur entrée officielle comme « acteurs de l’élaboration du droit processuel des catastrophes65 », elle autorise en outre un contrôle plus strict des associations : « Le législateur, par le mécanisme de l’agrément, a imposé un maillage de conditions qui correspond à un souhait légitime d’éviter la création de multiples associations, il y a là un souci de clarification pour éviter un désordre et une confusion qui se fait toujours au détriment des victimes et de la vérité66. »

  • 67 Document de présentation de la fédération avec ses statuts, ses motivations et intentions, ses obj (...)

64Créée en 1994, la Fenvac, Fédération nationale des victimes d’accidents collectifs, s’inscrit dans cette logique. Elle regroupe diverses associations et a pour rôle « d’obtenir pour les victimes davantage de solidarité, de vérité et de justice et de contribuer à améliorer la sécurité de tous67 ». Ses objectifs sont similaires, à la différence près que les moyens à disposition sont plus importants et durables. Cette fédération effectue un suivi des accidents et propose aux associations nouvellement créées un cadre de référence, des outils et informations. Elle leur offre la possibilité d’adhérer à un organisme agréé par le ministère de la Justice.

  • 68 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 10 février 1992.
  • 69 Journal télévisé de 20 heures, France 2, 20 janvier 1997.

65D’autres fédérations existent ou sont en cours de conception. Suite aux accidents aériens d’Habsheim en juin 1988 et du mont Sainte-Odile, les deux associations se sont rencontrées dans le but de défendre des intérêts communs. Ainsi, lors d’une réunion en février 1992, elles envisagent la création d’une coordination regroupant les associations de victimes de crash, le but premier étant d’accélérer les indemnisations68. Une même volonté fait de nouveau surface lors du crash en mer d’un Boeing de la TWA au-dessus de Long Island, en juillet 1996. Près de cinquante Français ont trouvé la mort dans ce drame. Le président d’Echo, lors de la commémoration du cinquième anniversaire de la catastrophe du mont Sainte-Odile, annonçait une volonté commune de constituer un regroupement, cette fois international, groupement qui existe aujourd’hui69.

66L’ensemble de ces démarches va dans le sens de l’évolution du droit de la responsabilité (avec une prise en compte financière notamment), d’une meilleure évaluation des indemnisations et affirme le désir d’une sécurité renforcée.

La catastrophe comme perturbateur du lien social ?

67L’organisation des secours, les mobilisations diverses, la possibilité pour les familles des victimes de se regrouper en association, le partage d’une émotion commune ne semblent avoir que peu d’incidences sur la crainte réitérée que les liens sociaux soient affectés après une catastrophe. Si crise il n’y a pas nécessairement, la question de la rupture reste posée.

  • 70 Pour nous l’idée de crise est seconde, alors que la réalité sociale des accidents est première. Po (...)
  • 71 Évolutions paradigmatiques présentées dans l’ouvrage de C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrêm (...)

68L’emploi du terme de « rupture » a été jusqu’ici préféré à des notions plus connotées comme celles de menace, de crise, car l’idée d’une rupture n’implique pas de jugement sur les effets produits. Elle n’est porteuse d’aucune valence positive ou négative. L’utiliser revenait à éviter les a priori quant à une quelconque influence du drame sur la société dans lequel il se produit. Les événements étudiés n’ont pas tous été propices au déclenchement d’une crise. Les termes de « crise » et de « risque » sont aujourd’hui marqués, ils induisent une démarche spécifique. Notre objet d’étude est avant tout de comprendre l’accident, son caractère événementiel et les traitements sociaux qui y font suite. Il demande une analyse spécifique partant de la catastrophe en elle-même, non de son caractère supposé de crise70. Nonobstant ces remarques préliminaires, nous avons été confrontée lors de l’analyse des données de terrain au problème de la représentation d’une menace extérieure. Ce thème de l’agent externe qui vient compromettre la survie d’une communauté lors d’un désastre est un thème récurrent. Il a accompagné le renversement des problématiques de l’étude des catastrophes et des situations de crise71. Ce basculement s’est opéré il y a environ une quinzaine d’années et alimente encore aujourd’hui les débats. Les méthodologies pour appréhender ces phénomènes sont encore discutées, même si une tendance lourde semble se dégager. Forte de ce constat et pour répondre à des questionnements spécifiques soulevés par cet objet d’étude, nous nous sommes interrogée sur la thématique du lien social. Il s’agit d’analyser comment une société fait face à moyen terme à la catastrophe.

  • 72 En anglais le mot disaster est employé au détriment de ceux de catastrophe ou accident, moins repr (...)
  • 73 Quelques précurseurs étudièrent cet objet d’étude que sont les désastres à partir des années 1920- (...)

69Le débat théorique nécessite de s’emparer du questionnement suivant : la catastrophe doit-elle être conçue comme une menace ? La « menace externe » constitua pendant de très nombreuses années la grille d’analyse des désastres, notamment aux États-Unis72. Elle avait la particularité d’alimenter aussi bien les recherches scientifiques73 que les représentations du « sens commun », l’un relayant l’autre.

  • 74 C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, op. cit., p. 93-94.

70Une première vague d’études considère l’accident comme susceptible de faire émerger un désordre, d’où l’enjeu principal de la préservation de l’ordre politique et social supposé en danger. Ce sentiment d’une menace soudaine, inconnue, brusque, dont les effets semblent démesurés, aurait pour conséquence de déstabiliser la société dans laquelle elle se produit. La menace dépend de trois facteurs qui sont étroitement liés au processus d’extériorisation de celle-ci74. Le premier est l’effet de surprise se manifestant par la vitesse à laquelle la catastrophe survient et par son caractère incertain. L’idée de concentration et de déchaînement des forces constitue le deuxième élément. Ces forces, que l’on croyait domestiquées, resurgissent sans prévenir et manifestent la perte de contrôle de l’homme face à la nature ou la technique qu’il a lui-même créée. Le troisième facteur correspond à l’ampleur de la catastrophe, à sa capacité de contraindre, en la cernant, la collectivité sur laquelle elle s’exerce. Une idée prévaut, celle de la réduction d’une collectivité à un statut d’objet face à une menace qu’elle contrôle mal et qui se développe de façon autonome.

  • 75 « À travers ces différentes perceptions, court en fait celle de “la” catastrophe comme altérité ra (...)

71L’extériorité de la menace est le caractère dominant de l’analyse des désastres. Elle alimente des études réalisées à propos de la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis. Une démarche analogique, analysant les catastrophes à la lumière des travaux menés quelques années plus tôt sur la guerre, a confirmé le sentiment partagé par la population, les médias et les pouvoirs publics qu’un danger extérieur et indépendant émergeait pour venir ensuite contraindre les hommes. Riches de données sur les réactions des populations face aux bombardements, aux rumeurs de guerre, des programmes de recherche ont été commandités dans les années 1950, non plus sur les conflits armés, mais sur les catastrophes naturelles et les accidents industriels. Les commandes émanaient de divers organismes, notamment des cabinets gouvernementaux chargés d’assurer la sécurité des personnes et de maîtriser les risques d’accidents chimiques et nucléaires. Les résultats des enquêtes furent conformes aux idées d’alors. La méthodologie employée ainsi que la démarche de recherche contenaient implicitement cette idée d’agression et d’ennemi extérieur. Concrètement, un double processus semble être à l’œuvre : l’accident est objectivé, devenant ainsi une réalité extérieure (enlevant ainsi toute idée d’influence du système social sur ses conséquences), puis cet objet est personnifié pour devenir une menace active à laquelle on donne un nom, la vague, la crue, le tourniquet. La menace est associée à un ennemi, agent actif et non plus objet, qu’il faut combattre. Cette extériorité est un paramètre prépondérant pour comprendre le fil directeur de ces études. Elle est le moteur des actions puisque, dans cette approche, les communautés ou différents groupes sociaux ne font que réagir à la menace, à l’agression que constitue l’accident. Ce dernier se situe à l’extérieur d’un univers familier qu’il vient perturber75.

72Dans ce schéma, à l’image de la guerre, les catastrophes sont vécues et analysées comme des agents ayant le pouvoir de déstabiliser la communauté menacée. La menace semble dirigée vers une communauté qui est perçue comme un ensemble cohérent : par exemple la population d’une ville qui a subi le drame. L’image de la cité en péril reflète le sentiment que le danger est sélectif et dirigé vers un public identifié. Ces études appréhendent la communauté dans sa globalité, et si la catastrophe a détruit un quartier, c’est l’image de la ville tout entière qui est retenue. Cette globalisation du danger apparaît d’autant plus problématique qu’elle s’attaque à un ensemble constitué et unifié. Par conséquent, si la désorganisation de l’ordre politique et social l’emporte sur sa pérennité et son organisation, le groupe en question est en péril. La rupture ou l’affaiblissement du lien social est donc au cœur des conséquences supposées ou réelles des accidents. Si bien que les chercheurs essayent, dans ce modèle, de savoir si, suite à une catastrophe, la structure et la cohésion d’une société n’ont pas été affectées. L’idée que les autorités, administratives mais surtout politiques, peuvent abandonner les populations en détresse doit être combattue. La capacité des sauveteurs à limiter les dégâts et les pertes humaines ainsi que la prise en charge de l’accident par les autorités centrales et locales sont en ce domaine un premier test. La peur de la panique, de l’incivisme, de la débâcle sociale, autant d’analogies avec une armée en déroute fuyant en ordre dispersé devant l’ennemi, alimente la représentation de la communauté en péril. Ce type d’analyse s’est développé pendant une longue période, environ jusque dans les années 1970. Les chercheurs l’assimilaient à un test : une société était confrontée à une épreuve de vérité. La méthodologie consistait à mesurer sa capacité de mobilisation en analysant les comportements post-accidentels : les ressources matérielles et morales mises en œuvre et la faculté d’organisation face à l’imprévu, face à « l’ennemi ».

73Pour comprendre le renversement théorique qui va s’opérer par rapport aux travaux antérieurs, il faut que deux facteurs se trouvent combinés dans l’idée même de catastrophe : l’un est factuel, l’autre social.

  • 76 Ibid., p. 108.

Dans ce que l’on appelle habituellement une catastrophe, il y a en fait deux phénomènes souvent confondus lors de l’événement, mais il convient de distinguer dans le travail d’analyse : d’une part l’accident lui-même traduisant un déséquilibre dans un ensemble naturel, artificiel ou mixte, qui produit des effets, engendre des dangers mais qui sont socialement neutres ; d’autre part la vulnérabilité propre de l’environnement social qui subit l’accident en fonction de sa structuration et l’appréhende en fonction de ses ressources matérielles et intellectuelles76.

  • 77 Ibid., p. 107.
  • 78 Ce chercheur, membre du Disaster Research Center, de l’université du Delaware, a mené, avec son éq (...)

74Un premier déplacement se produit alors, privilégiant l’analyse de la perception de l’événement sur l’événement en lui-même. Conséquence de ce renversement, l’accident devient facteur de crise en fonction de la nature et du mode de fonctionnement de l’environnement social. Si l’on applique ce raisonnement aux catégories recensées dans le « modèle classique », on ne considère plus l’agent externe comme facteur principal de la crise. C. Gilbert, spécialiste français de la gestion des risques, s’appuie sur l’exemple de l’inondation de Nîmes où ce n’est pas la crue qui génère la situation de crise, mais « l’incapacité des autorités à faire rapidement un bilan crédible des pertes humaines et des dégâts matériels77 », ce qui laisse place aux rumeurs les plus démesurées. Les indicateurs du premier modèle supposaient que des réactions faisaient suite à une menace externe, introduisant l’idée d’une mobilisation. On peut effectuer le même type de renversement des points de vue en ce qui concerne le thème de la communauté en péril. Les faits montrent très clairement que ce sont des environnements sociaux diversifiés qui sont en jeu et non une ville bastion. Cette perspective amène à remiser la métaphore de la guerre qui ne correspond plus aux questionnements de cette nouvelle approche. L’agent extérieur perçu comme un ennemi et l’idée d’une dynamique conflictuelle ont été remplacés par la notion de « crises consensuelles » employée par E. L. Quarantelli78. Cette première étape de la redéfinition va permettre de dégager deux types de conclusions originales. Tout d’abord, de façon optimiste, ces résultats témoignent que l’ordre social et politique est maintenu, voire renforcé, et qu’une catastrophe ne met pas en péril le fondement d’une société. Ensuite, ces études aboutissent à déplacer l’enjeu des recherches au-delà de la question de la menace externe et à se concentrer sur des faits indiquant une tendance au consensus.

  • 79 P. Lagadec et C. Gilbert sont à l’origine de ce courant. En 1979, P. Lagadec soutien une thèse sur (...)
  • 80 C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, op. cit., p. 114.

75Ce sont les chercheurs européens qui, au cours des années 1980, vont procéder à la seconde phase du renversement79. L’idée essentielle est que le désastre se situe au cœur de la société, la crise est alors analysée comme une production sociale, comme une autoproduction de la société moderne. Cette approche s’apparente aux analyses systémiques. Les conséquences sur la méthode d’investigation sont décisives puisque à « l’analyse des désastres à travers leur manifestation, tend à se substituer une analyse plus structurelle s’attachant aux conditions même de leur production80 ». La principale difficulté est de ne pas établir de relation causale entre agents, événement et phénomène de crise, car il est nécessaire dans une telle perspective de bien différencier la nature des risques (l’accident) de l’importance des crises. Selon cette démarche on peut supposer qu’une crise grave peut faire suite à un incident mineur et qu’un accident tragique ne génère pas de crise. Dans cette logique, la catastrophe est alors considérée seulement comme un terrain potentiel d’actualisation d’une crise qui naît de vulnérabilités structurelles – les crises étant analysées comme des phénomènes autonomes. La menace n’est plus réductible à un agent externe, et l’ennemi dans cette perspective devient l’incertitude consécutive à la complexité du monde actuel. Les tenants de ce renversement de perspective ont proposé un troisième indicateur d’analyse à tester sur le terrain, à savoir la défaillance des systèmes de connaissance et surtout la capacité des pouvoirs à « définir la réalité ». La remise en cause des références habituelles nécessite de savoir très rapidement, pour les acteurs impliqués, dans quelle réalité ils se situent. Ainsi, l’on peut affirmer que leur objectif est une amélioration des processus de décision et d’information. Ils se positionnent comme des recours venant en aide aux gestionnaires des risques.

  • 81 D. Duclos, « Puissance et faiblesse du concept de risque », L’Année sociologique, n° 2-46, 1996, p (...)

76Un point critique est soulevé par D. Duclos dans un article synthétique sur la notion de risque81. Il constate une évolution des recherches vers une gestion des risques et repère ses implications en termes sociaux. D’une part, il considère que bien souvent l’on confond deux réalités différentes : le risque en tant que menace pour la société et le risque comme instrument d’aide pour estimer, en termes de probabilité, la catastrophe collective. D’autre part, ce concept a été élaboré essentiellement par des ingénieurs et des économistes dans l’espoir de limiter – par une bonne gestion et la technique – les imperfections de la réponse scientifique face au danger de l’accident. Il devait permettre d’apporter une réponse positive en termes de sécurité à quelque chose de néfaste et de non désirable. En ce sens, le concept de risque ne peut répondre à lui seul aux inquiétudes contemporaines.

Quand la gestion ne suffit pas à comprendre la catastrophe

77L’analyse des données empiriques confirme les résultats des recherches menées depuis les années 1970 : les liens sociaux ne sont pas détruits, ni même suspendus après une catastrophe. C’est au contraire le sentiment d’une accentuation des solidarités, des mobilisations, bien que provisoire, qui prévaut. Il en va de même pour les questionnements sur la menace de l’ordre social ou politique qui n’est pas mis en cause, mais plutôt consolidé par des normes plus strictes. Cela se manifeste par le souhait – qui s’actualise en actes – que le drame soit rapidement maîtrisé et qu’un retour à la normale soit possible.

78Est-ce pour autant que la crainte d’un désordre social n’est pas justifiée ? Peut-on considérer que les représentations d’une menace extérieure sont erronées ? L’analyse des faits suffit-elle à rendre compte d’une situation post-accidentelle ? Pour parachever cette réflexion, nous souhaiterions insister sur le fait qu’avec une problématique telle que la nôtre, il est nécessaire d’embrasser plusieurs points de vue et d’adopter une démarche dépassant le questionnement de la gestion des risques. Si un mouvement général tend à un appel à la solidarité, des tendances centrifuges, plus diffuses et sans doute bien moins fréquentes, tentent de récupérer l’événement à leur profit.

79À propos de la rumeur d’attentat du dancing le « 5/7 », nous avons constaté que des mouvements idéologiques, d’extrême droite et d’extrême gauche, avaient réinvesti les faits pour les adapter à leurs idéaux. De façon plus légaliste, si l’on peut dire, les syndicats et groupes de pression utilisent la catastrophe pour faire aboutir leurs revendications. Du fait de son pouvoir de révélateur, la catastrophe, sans être véritablement l’objet central des débats, permet d’asseoir ces enjeux en leur attribuant une profondeur. Ces groupes de pression, mouvements politiques ou syndicaux ont une place importante dans la période post-catastrophique, même si effectivement ils ne parviennent pas à faire basculer le drame dans leur propre champ d’investigation. Reprenons l’exemple de la rumeur du « 5/7 ». Le milieu mafieux est au cœur de cette histoire. La catastrophe suscite un imaginaire qui alimente des idéologies diverses, ces dernières effectuant un travail de récupération de l’événement. Il est tiraillé, transformé, amplifié, jusqu’à ce qu’il devienne un instrument de communication et de médiation privilégié. Face à une force centripète revendiquée par le pouvoir en place, il ne faut pas exclure l’idée que coexistent des forces centrifuges s’appuyant sur le caractère déstructurant de la catastrophe. Ces dernières sont rarement médiatisées par les voies « officielles » (discours politiques, journaux...) qui reposent sur des valeurs démocratiques et le respect des règles de la République. Ces puissances centrifuges sont considérées comme autant de banderilles qui doivent être contrées par une sorte de silence du plus grand nombre. Malgré tout, l’étude des rumeurs comme de la presse spécialisée ou des tracts indique que des essais de récupération de l’événement existent, et ce en dépit des tentatives réitérées du pouvoir et de la presse généraliste pour ne pas les relayer. Seuls sont tolérés les groupes de pression qui ont peu d’intérêts politiques à défendre ou qui ne sont pas une menace pour les autorités en place en proposant des solutions allant dans le sens des évolutions en cours. On peut penser aux mouvements écologistes, qui, à l’appui d’études scientifiques et d’arguments construits sur des observations empiriques, ont un droit de parole et ne sont pas, ou peu, soumis à une censure officielle ou implicite.

  • 82 Autrement dit, « si la symbolique du désastre et de la menace polyvalente est surdéterminante, com (...)

80D’un point de vue sociologique, il apparaît impossible et inopérant de choisir la meilleure voie d’analyse possible entre une réalité factuelle observée de façon objective sur le terrain et les représentations et croyances de la population. Même si les faits confirment plutôt l’idée véhiculée aujourd’hui par les chercheurs – les liens sociaux et l’ordre politique et social sont maintenus, voire accrus lors d’une catastrophe, malgré quelques mouvements contraires pouvant provoquer des éléments de déstabilisation –, les représentations de la population ne vont pas nécessairement dans ce sens. La recherche d’une explication rationnelle et scientifique de la catastrophe tend à s’appuyer sur des faits observables et rien que des faits. On en arrive alors, au-delà de cette recherche, à des processus de décision qui se veulent rationnels et opérationnels et qui oublient du même coup tout un pan de la catastrophe. D’autres auteurs ont porté un regard critique sur cette situation : « Si la catastrophe est terriblement existentielle, toujours active et présente dans l’imaginaire et la mémoire, si elle exacerbe la forme aléatoire du rapport au monde, le jeu des probabilités et des ruptures, elle ne peut être “hors champ” de toute prise de décision de sa conjuration82. »

81Selon notre propre expérience, l’événement s’appuie tout autant sur des faits, qui peuvent donner l’illusion d’une proximité plus grande avec le réel, que sur des représentations présentes, antérieures et postérieures à la catastrophe. Si le sentiment d’une menace extérieure est persistant – même après des campagnes d’information auprès de la population qui expliquent que la catastrophe peut être interne au système et donc provoquée par l’homme – on ne peut l’exclure de l’analyse sous prétexte qu’il est empiriquement faux et qu’il entre dans la catégorie des erreurs de jugement du sens commun. Cette évocation d’une menace fait partie intégrante du drame, de l’imaginaire post-accidentel. Elle participe d’une mémoire sociale, qui bien souvent n’est plus reliée à un drame précis, mais à une catastrophe générique. Cet imaginaire n’est pas une simple représentation passive ; il est un moteur à l’action. Toute une série de pratiques est mise en place pour contrer l’ennemi, des troupes s’organisent, des postes de commandements sont installés, etc.

82Un second type d’argument doit être pris en compte. Pour la population sinistrée, il est impossible d’intégrer que la crise est interne à la société dans laquelle elle vit, que c’est elle-même qui la provoque. La représentation de l’ennemi extérieur, de la puissance dévastatrice qui vient d’on ne sait où à un moment indéterminé, est aussi un facteur social de protection. À Saint-Laurent-du-Pont la population a souhaité très rapidement se désengager du drame. Dans cette logique l’absence de coupure, de désordre social est due en grande part à la mise en œuvre d’un système préventif pour éviter le pire. En résumé, si la catastrophe n’est pas déstructurante mais au contraire catalyseur des énergies et mobilisatrice, c’est qu’elle a été prise en main dès son apparition et non abandonnée à elle-même. Elle est socialisée dès qu’elle survient. Pour cela, il faut qu’elle soit considérée comme extérieure. La représentation populaire semble pousser le raisonnement empirique jusqu’à son terme : les faits montrent que les liens ne sont pas distendus mais confortés après une catastrophe. Cependant, rien n’indique que si toutes les actions mises en place pour contrer l’ennemi n’existaient pas, les conclusions des études seraient identiques. Si l’ordre est maintenu, c’est peut-être aussi et avant tout parce que cette représentation de l’ennemi existe ; c’est ce que semblent révéler les images de la catastrophe véhiculées par la population.

  • 83 On peut prévoir la trajectoire d’un cyclone. Cependant, il est impossible de mesurer avec exactitu (...)
  • 84 Ce qui est redondant et structurant ce sont les réactions et traitements, pas la catastrophe en el (...)

83Cette idée va de pair avec un signe particulier de l’accident collectif : son caractère exclusif. Il est unique. Il est par définition impossible de prétendre savoir comment il va évoluer. Cette caractéristique, primordiale à notre avis, a des implications considérables. La catastrophe est imprévisible, elle est rupture. Quelles que soient ses modalités, elle génère des incertitudes. Il est impossible d’anticiper son impact avant qu’elle n’ait eu lieu83. Durant son action, au moment présent, on ne peut totalement la contrôler. Quand bien même l’effort consenti pour sérier la catastrophe, pour lui trouver une première fois, a une portée capitale, elle s’en échappe et tend à faire ressortir son caractère exclusif84. Par conséquent, même si des études très pointues fondées sur des expériences de terrain concluent à une quasi-absence de danger pour les relations sociales, on ne peut élargir cette perspective aux drames à venir. D’un point de vue logique, si toute catastrophe est unique, on ne peut lui appliquer une loi générale, une telle loi pouvant être démentie à tout nouvel accident. C’est la principale critique que l’on peut faire à l’encontre des calculs de probabilité des risques dont la relative fiabilité est pertinente pour le chercheur et l’expert, pour le politique et l’entrepreneur, mais l’est moins pour la population ; cela pose des problèmes dans l’élaboration d’un référentiel, comme pour le risque acceptable. Quand la catastrophe est là, le fait de savoir que le taux de probabilité qu’elle survienne était infime ne modifie rien. De même, le risque zéro n’existant pas, la population des zones dites à risque a conscience qu’un drame peut survenir sans pour autant modifier son comportement, qui plus est si aucun événement du même type ne s’est produit antérieurement.

  • 85 Pour P. Baudry, du point de vue du pouvoir, « il faut que les catastrophes ne signifient rien de p (...)

84Cette logique alimente une partie de l’imaginaire de la catastrophe et on ne peut la considérer comme fantaisiste dans la mesure où l’expérience indique qu’un accident est envisagé comme événement seulement à partir du moment où il présente de l’imprévu. En outre, on peut se demander si cette représentation de la menace externe n’est pas un moyen relativement exceptionnel pour les pouvoirs en place de mettre en avant leur capacité de réaction face à une situation difficile, dans des délais restreints. Signifier que dans les moments durs une population peut se mobiliser et se montrer solidaire, que des actions rapides et efficaces doivent être mises en place, est une victoire. Or, ces événements sont rares. Les attentats, les catastrophes et sans doute les épidémies comme celle du sida, sont des moments à part de la vie sociale, où tout à coup le rythme de la vie ordinaire est suspendu ou s’accélère. Même s’il ne s’agit pas d’un intérêt clairement identifié, ne peut-on pas penser que les autorités y perçoivent une manière de se légitimer ? En luttant contre une menace extérieure, on ne remet pas en cause le système et l’organisation en place. Dans le meilleur des cas, les pouvoirs publics assument leur rôle et se voient ainsi légitimés85.

  • 86 H.-P. Jeudy, Le Désir de catastrophe, op. cit., p. 149.

85Au-delà des enjeux de pouvoir et de légitimation, il est perceptible que pour les populations (touchées directement ou non), les catastrophes sont un moment privilégié où elles peuvent se surprendre à développer des formes de solidarité jusque-là « endormies ». Est-ce là une manière de se rassurer sur son aptitude à vivre en société, sur sa capacité renouvelée à créer des liens sociaux, à éprouver des émotions partagées, à vivre ensemble ? Créer une menace extérieure partagée et comprise de tous, sans qu’elle stigmatise un ennemi humain, c’est peut-être un moyen moderne de se rassurer sur une capacité à être ensemble, de faire front devant l’inconnu. H.-P. Jeudy nous livre une des clefs de cette analyse, bien qu’elle se centre sur l’individu : « L’imaginaire du désastre, comme la gestion des risques majeurs, se vivent dans une atmosphère de survie qui appelle l’individu à mesurer ses capacités de résistance physique et mentale86. » En élargissant ce point de vue à la communauté, à la ville touchée par l’accident, on peut se demander si cette capacité de se tester, de mesurer ses capacités, n’est pas non plus une donnée importante de l’étude des accidents collectifs.

86L’ensemble de ces paramètres est à envisager et la suite du développement montrera combien cet imaginaire est une des données clefs de la compréhension des catastrophes et plus largement des morts collectives. Aujourd’hui, deux grandes tendances prédominent dans l’étude des accidents, qui sont deux éléments d’une même face. Il s’agit de la prévention des risques et de la gestion sociale, économique, juridique, administrative et politique des drames. Or, nous souscrivons à l’idée que les savoirs collectifs, l’imaginaire et la mémoire de la catastrophe sont à interroger, ce qui ne veut pas dire que dans une certaine mesure la gestion des risques ne soit pas « influencée » par cet imaginaire. L’analyse de D. Duclos nous indique que l’on explore toujours la même face du risque et que l’on renonce à interroger ces aspects « archaïques » de l’ordre du désir, du rejet, des émotions. Considérés comme une face sombre des accidents, comme une culture du désastre, ces éléments sont en partie discrédités. Ils porteraient une valence négative. Prévenir ou gérer, c’est anticiper le pire, le circonscrire ou se prémunir contre toute tendance déstabilisante et négative. Les notions de gestion des crises et de vulnérabilité interne ont sans conteste fait progresser la connaissance des situations catastrophiques. Cependant, elles ne laissent pas suffisamment de place aux caractéristiques sociologiques de l’accident collectif. Un indicateur de cette priorité accordée dans les recherches scientifiques au caractère préventif et à la gestion est sans contexte l’absence relative de travaux sur la mémoire et la ritualisation des événements catastrophiques. La suite de cet ouvrage revêt en cela une particularité. Elle mettra en évidence cette part sombre faite de désirs, d’espérances, de craintes, de dénis qui repose sur un régime émotionnel. Ainsi, les morts collectives sont toujours à la croisée de visions « modernes » alimentées par le mythe du progrès et de la technicité, et de visions « archaïques » où les rumeurs, les explications paralogiques, les savoirs collectifs prévalent alors sur des analyses plus techniques. Car face aux aspects de gestion qui désormais sont convoqués à chaque accident collectif (défaut de prévision, manque de vigilance, dysfonctionnements internes, absence de communication en amont, interfaces homme-machine défaillantes, erreur humaine, enquêtes en cours, indemnisation des victimes, etc.) on ne doit pas oublier ou discréditer les rumeurs explicatives de la catastrophe, la nécessité de se positionner face aux bilans officiels, la nécessaire prise en compte du deuil, la défiguration du paysage, l’identité des zones sinistrées, les peurs relatives aux cadavres, le retour imprévisible de drames, la crainte de l’actualisation d’une menace, le désir de rester chez soi malgré un danger repéré par les pouvoirs publics, etc. La catastrophe collective est constituée de la totalité de ces paramètres. Vouloir soustraire les uns aux autres pour simplifier une réalité complexe, c’est apposer un voile opaque dont les effets en retour ne seront que plus dangereux. D’un point de vue sociologique, rester fidèle à cet objet consiste à en étudier les différentes facettes, même si celles-ci paraissent s’entrechoquer.

Notes

1 Selon les termes employés par M. Roulet chargé de la direction des secours.

2 Ce chiffre est une estimation du nombre de personnes bloquées dans les deux compartiments de queue du convoi. Dix-huit personnes se trouvaient dans ces voitures.

3 « Le bilan définitif du déraillement est lourd : 42 morts et 38 blessés graves hospitalisés, dont 11 dans un état critique » (La Nouvelle République du Centre-Ouest, 2 septembre 1985).

4 Après le drame, un magazine de la presse à scandale, Noir et Blanc, a publié un reportage sur le « 5/7 » en y insérant de nombreux dessins effectués au crayon, dans une mise en scène à la fois morbide et dérisoire. La couverture représentait un jeune couple en proie aux flammes. La référence à la bande dessinée a sa source dans cette publication car l’interviewé venait de faire allusion à ce journal sans se souvenir exactement de son contenu.

5 Entretien avec une habitante de Saint-Laurent-du-Pont, 26 mars 1997.

6 Ce qui nous a conduit à considérer que le nombre de morts est un critère de la mort collective comme les autres et que la pertinence d’une telle étude se fonde non pas sur la comptabilité des victimes, mais sur les réactions collectives et fortement socialisées post-catastrophiques.

7 Bien évidemment à titre individuel, cette incidence est majeure.

8 La population dispose, elle aussi, par l’intermédiaire de savoirs collectifs, d’un stock de catastrophes pouvant servir de référentiel. Même s’il est moins exhaustif que celui des médias et des pouvoirs publics, cette mémoire permet de catégoriser la catastrophe et de la comparer à des événements passés.

9 « Boeing, trains, incendies : un été de catastrophes. Les trois mois traditionnellement consacrés aux vacances auront, en cette année 1985, été marqués par un nombre incroyable de drames. L’accident d’Argenton s’inscrit sur la liste. Il y a des étés comme ça, où il ne se passe rien. Simplement quelques bouchons [...]. Mais cette belle saison 1985 n’a pas été comme les autres. De drame en catastrophe, les morts brutales se sont multipliées partout dans le monde : Un premier Boeing : le 23 juin, un Boeing 747 d’Air-India effectuant la liaison Toronto-Bombay s’abîmait en mer au sud-ouest de l’Irlande, avec 329 personnes à bord. L’avion explosait en vol. La thèse d’un attentat qui aurait pu être commis par des Sikhs, a été retenue. Passage à niveau : le 8 juillet, un grave accident ferroviaire endeuillait la petite commune de Saint-Pierre-du-Vauvray (Eure) quand le train Le Havre-Paris heurtait un poids lourd, entraînant 9 personnes dans la mort et en blessant 55 autres. Le 19 juillet, en Italie, la digue d’un barrage s’effondre : 275 morts. Le midi en feu : fin juillet et début août, le midi et la Corse s’embrasent [...], six pompiers périssent au cours de ces sinistres. Flaujac : une autre catastrophe ferroviaire provoquait la mort de 32 personnes, le 3 août à Flaujac (Lot) lorsque l’autorail Brive-Rodez percutait un train corail sur une voie unique. Plus de cent cinquante personnes furent blessées. Boeing encore : La série des drames allait se poursuivre avec de terribles accidents d’avions. Le 3 août, un Tristar américain s’écrasait à l’atterrissage à Dallas (Texas), faisant 133 morts. Six jours plus tard, un Boeing 747 transportant 524 personnes heurtait une montagne, au nord-ouest de Tokyo : seules quatre personnes, véritables miraculées, purent être sauvées. Boeing toujours : Un autre Boeing, 737, celui-là, partant pour Corfou, appartenant à une compagnie charter “British Airtours”, prenait feu, le 22 août, au décollage à Manchester (Grande-Bretagne) avec 137 personnes à bord, dont 54 périrent. Le midi sous les eaux : entre-temps, le 6 août, les vacanciers de Camargue eurent plus de peur que de mal : deux vagues déferlantes envahirent le littoral aux environs des Saintes-Maries-de-la-Mer. Une femme fut tuée, mais de nombreuses caravanes et voitures furent emportées par les eaux. Le 30 août, le Centre-Ouest est à son tour marqué d’une croix noire par le destin : une collision fait 9 morts et 11 blessés sur la R.N. 20 près d’Artenay (Loiret). » (La Nouvelle République du Centre-Ouest, 31 septembre 1985, à propos de la catastrophe ferroviaire d’Argenton sur Creuse.)

10 G. Auclair note également cet aspect de la loi des séries : « L’effet de répétition créé par le rapprochement d’occurrences sans aucun trait commun, ainsi que leur caractère également désastreux ou tragique fonctionne à la manière d’un argument rhétorique » ; plus loin il note, « par le recours à de tels procédés, la presse fait le jeu d’une certaine rhétorique inconsciente qui découpe le réel et l’articule en fonction de nos désirs et de nos craintes » (Le Mana quotidien – Structures et fonctions de la chronique des faits divers, Paris, Anthropos, 1970, p. 84-86).

11 Seule la deuxième fois a un impact symbolique très fort ; l’énième fois perd de ce pouvoir. C’est en partie pourquoi la série se compose d’un élément phare qui, plus que tous les autres, pourra servir d’étalon à la catastrophe qui vient de se produire. J.-P. Keller fonde sa notion de « deuxième fois » sur cette idée : « Passé le cap de la deuxième fois s’amorce un affaiblissement du sens, chaque nouvelle fois finissant par ressembler à toutes les autres », (Sur le pont du Titanic, Genève, Zoé, 1994, p. 88).

12 Le tribunal, à propos du glissement de terrain du Grand-Bornand, doit juger si la commune est responsable d’avoir « oublié » les crues précédentes. Celles-ci peuvent s’interpréter comme autant de signes avant-coureurs d’une catastrophe possible : « Son maire avait-il connaissance des crues de la Borne et des inondations catastrophiques qui ont sévi pendant les mois de juillet 1936, 1879, 1877, 1875 et octobre 1975 ? Les juges devront dire si la commune a commis une faute par omission. » (Le Monde, 30 septembre 1992.)

13 « Tacite nous raconte la catastrophe survenue, près de Rome, sous le règne de Tibère, lorsqu’un amphithéâtre s’effondra sous le poids de cinquante mille personnes, réunies pour un spectacle de gladiateurs. “Un certain Atilius, affranchi d’origine, avait construit son amphithéâtre sans en assurer les fondations sur un sol ferme, ni en consolider par des liens assez forts la charpente de bois ; aussi bien n’était-ce pas la surabondance de richesses ni l’ambition de se populariser dans sa ville, mais un solide intérêt, qui lui avait suggéré cette entreprise. Là coururent, avides de tels spectacles et sevrés de plaisirs sous un prince comme Tibère, une multitude de tout sexe, de tout âge, dont la proximité de Rome augmentait l’affluence. La catastrophe en fut plus terrible. L’édifice entièrement rempli, ses flancs se déchirèrent ; il s’écroule en dedans, se renverse en dehors, entraînant dans sa chute et couvrant de ses ruines la foule innombrable qui regardait les jeux ou se pressait à l’entour.” L’historien souligne l’efficacité des secours et l’élan de solidarité envers les victimes ; il évoque les mesures décidées pour prévenir le retour d’une telle catastrophe : un sénatus-consulte défendit d’“élever aucun amphithéâtre que la solidité du terrain n’eût été constatée”. Quant au responsable, Atilius, il fut jugé coupable et envoyé en exil. (Annales, Livre IV, chapitres 62 et 63.) Saurions-nous, aussi, tirer les leçons de la catastrophe de Furiani ? Ceux qui ignorent l’histoire, dit-on, sont condamnés à la revivre. » (« Courriers », Le Monde, 21 mai 1992, à propos de la catastrophe de Furiani.)

14 J.-P. Keller explicite cette idée dans son ouvrage Sur le pont du Titanic, op. cit. : « la première fois reçoit son nom après coup [...] si elle est suivie d’une deuxième fois » (p. 78), car « une seule fois n’est pas la première fois » (p. 79).

15 Libération, 2 septembre 1985.

16 H.-P. Jeudy, Le Désir de catastrophe, Paris, Aubier, 1990, p. 24.

17 M.-L. Rouquette, La Rumeur et le Meurtre – L’affaire Fualdès, Paris, PUF, 1992, p. 15. À partir d’un exemple qui va défrayer la chronique de 1817 à 1819, l’affaire Fualdès, l’auteur montre que la rumeur échappe à l’anecdote pour devenir autre chose, une « déchirure exemplaire dans l’opacité du fonctionnement social » (p. 101).

18 Pour J.-N. Kapferer, la rumeur est une nouvelle, elle n’est pas intégrée dans l’ordre des choses. « Parce qu’elle est spontanée et libre, la rumeur est un outil d’observation idéal des profondeurs de l’opinion en train de se taire » (Rumeurs – Le plus vieux média du monde, Paris, Le Seuil, 1995 [première édition 1985], p. 61 et 182).

19 Ce dernier, près de trente ans plus tard, semble toujours convaincu par cette version des faits qui lui semble la plus probable.

20 Quand on étudie les articles de presse – les entretiens le confirmeront –, on s’aperçoit que le premier représentant de la commune a, à l’époque des faits, une forte légitimité. Il est un notable respecté ayant mené des actions pour sa commune. Sa coloration politique est relativement neutre, il se définit lui-même comme n’appartenant à aucun parti. Après son inculpation, l’élan de soutien apporté par la population ainsi que par les maires du département va conforter sa légitimité.

21 Cette situation amena le député M. Rocard à demander le dépôt d’un projet de loi devant le Parlement, prévoyant l’indemnisation des familles au cas où la thèse de l’attentat serait retenue après enquête supplémentaire, cela pour suppléer les assurances, qui, dans ce cas de figure, ne sont pas tenues de verser les indemnités.

22 La mort du général de Gaulle huit jours plus tard n’est pas étrangère à la localisation de la rumeur. Ce décès a mobilisé les discours pendant plusieurs semaines. La rumeur se diffuse à une allure modérée au-delà du périmètre directement touché par l’événement. Plusieurs personnes nous ont dit, à l’occasion d’entretiens, que le décès du président de la République avait brusquement mis un frein aux reportages télévisuels et aux articles de presse consacrés à l’incendie du « 5/7 ».

23 Ce journal a toujours gardé une distance à l’égard de cette rumeur et ne lui a porté que peu de crédit.

24 Terme employé par F. Reumaux pour définir ce type de rumeur, dans Toute la ville en parle – Esquisse d’une théorie des rumeurs, Paris, L’Harmattan, 1994.

25 Nous employons le terme « réactiver », puisqu’il est probable qu’après une phase d’expansion, elle ait perdu de sa vivacité durant l’année 1971 et jusqu’en octobre 1972. Elle serait restée plus souterraine, plus labile, mais néanmoins présente à l’état embryonnaire.

26 Par son statut social, les propos de Mme X – tel est le qualificatif qui lui est attribué – sont immédiatement pris au sérieux.

27 Cette note envoyée à R. Marcellin a été publiée dans plusieurs journaux et tracts, et notamment dans La Cause du peuple le 20 octobre et le journal Minute quelques jours plus tard. L’extrait présenté provient d’un tract du Comité pour la vérité et la justice distribué en octobre 1972.

28 Terminologie empruntée à M.-L. Rouquette, La Rumeur et le Meurtre, op. cit., p. 82-83

29 « Nos données montrent que chaque fois que les détails présentent un intérêt particulier pour les sujets, les faits qui confirment leurs attentes et les aident à structurer leurs récits sont les derniers à être réduits, et se maintiennent souvent jusqu’à la fin. » (G. Allport et L. Postman, « Les bases psychologiques de la rumeur », dans A. Lévy [dir.], Psychologie sociale – Textes fondamentaux anglais et américains, t. 1, Paris, Dunod, 1968 [première édition 1945], p. 177.)

30 P. Ricœur, « Événement et sens », Raisons pratiques, n° 2, 1991.

31 M.-L. Rouquette, La Rumeur et le Meurtre, op. cit., p. 99.

32 « Parler c’est engager un processus de discussion, d’élaboration à partir de la nouvelle, dans le but de parvenir à une définition collective de la réalité » (J.-N. Kapferer, Rumeurs, op. cit., p. 65).

33 Ibid., p. 130.

34 Ibid., p. 135.

35 E. Morin (dir.), La Rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, 1969, p. 12.

36 M. Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Le Seuil, 1990 (première édition 1982). Voir « Un avant-goût d’apocalypse : l’incendie du Bazar de la Charité », p. 83-102.

37 « La rumeur rend visible ce qui ne l’est pas en remontant la chaîne des effets et des causes, jusqu’à la cause première, qui est en définitive la seule efficiente. » (F. Reumaux, Toute la ville en parle, op. cit., 1994, p. 85.)

38 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 5 septembre 1985, à propos de l’accident ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse.

39 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 3 septembre 1985, à propos de l’accident ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse.

40 Le Maine libre, 13 juin 1955, à propos de la catastrophe des 24 heures du Mans.

41 Entretien avec un journaliste du Dauphiné libéré, 28 octobre 1996, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

42 À ce propos, C. Lienhard note qu’après « le drame de Furiani, il y eut des tentatives de démarchages honteuses de certaines officines qui prirent fin grâce à l’action énergique des autorités ordinales et judiciaires ». Le terme de « tentatives » montre la promptitude des pouvoirs à réagir à ces actions que l’on considère comme des dérives. Voir « Le droit pour les associations de défense des victimes d’accidents collectifs de se porter partie civile », Paris, Recueil Dalloz Sirey, 1996, p. 317.

43 Lettre publiée le 5 septembre 1985 dans L’Écho du Berry, le 11 septembre 1985 dans La Nouvelle République du Centre-Ouest.

44 Seule la polémique sur l’amélioration des conditions de sécurité est tolérée si elle émane d’un mouvement reconnu par les autorités, par exemple les écologistes ou les syndicats. Pour prendre la parole dans de telles circonstances, il faut avoir une légitimité statutaire. La réponse au médecin « imprudent » en est un exemple.

45 Voir de cet auteur, « What should be study ? Questions and suggestions for researchers about concept of disaster », International Journal of Mass Emergencies and Disaster, mars 1987, vol. 5, p. 7-32.

46 P. Quilès, ministre des Transports lors de l’accident ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse ; F. Bredin, ministre de la Jeunesse et des Sports lors du drame de Furiani ; S. Royal, ministre de l’Environnement lors de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

47 Le Monde, 28 septembre 1992.

48 Pour Furiani, un fonds commun de solidarité et d’aide aux victimes fut ouvert afin de percevoir les dons qui affluaient. La Trésorerie générale fut chargée de les récolter. Le Monde, 9 mai 1992.

49 L. Caro, « Il y a quinze ans Malpasset », document archivé à la bibliothèque municipale de Fréjus, p. 4, I. ASTIER, et « Après Malpasset : l’heure de l’espoir », témoignage d’une institutrice, Annales du Sud-Est varois, t. 3, 1978.

50 Un journaliste parle à propos de la situation post-accidentelle « de naufrage économique et social ». À la catastrophe s’ajoute un passif déjà lourd : 33 % des habitants de Bastia âgés de moins de vingt-cinq ans sont au chômage. Le Monde, 21 mai 1992.

51 Le 15 avril 1989 à Sheffield en Angleterre, lors de la demi-finale de la « Cup » opposant les équipes de football de Liverpool et de Nottingham Forest, un drame avait fait quatre-vingt-quinze victimes.

52 I. Astier, « Après Malpasset : l’heure de l’espoir », op. cit.

53 Ce mariage posthume, pour être légal, a nécessité un décret. Il fut le premier du genre en France.

54 Le Monde, 28 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

55 P. Baudry pense que ces pratiques n’ont rien de morbide. Elles permettraient d’intégrer la mort et la violence, de mettre en scène quotidiennement un désordre vécu de manière fascinante, de donner un sens aux heurts de chaque jour, par exemple la panne d’un ustensile, une opération chirurgicale… Il propose un second type d’analyse. Le catastrophisme sert à dire le refus du système. Ce serait une certaine forme de résistance à la domination et à la gestion sociale des peurs de la catastrophe. P. Baudry, Une sociologie du tragique – Violence au quotidien, Paris, Cerf Cujas, 1986, p. 103-104.

56 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1992, à propos du crash du mont Sainte-Odile.

57 Voir rapport de recherche de G. Decrop, « Victimes, associations de victimes et prévention des risques collectifs », Ministère de l’Écologie et du Développement durable, Direction des études économiques et de l’évaluation de l’environnement, janvier 2003, 46 p.

58 La plus officielle est sans contexte l’Inavem, Institut national d’aide aux victimes et médiations, qui depuis plusieurs années travaille en collaboration avec le ministère public et les juridictions pour venir en aide aux victimes.

59 En Alsace, les statuts des associations doivent être déposés au tribunal d’instance. C’est auprès de ses services que l’on peut se procurer les statuts de l’association Echo : « association d’entraide des familles et des amis des victimes de la catastrophe aérienne intervenue le 20 janvier 1992 au mont Sainte-Odile ». La demande fut très rapide, l’enregistrement date du 31 janvier 1992.

60 L’association des victimes de l’incendie d’un CES de type « Pailleron », encouragea la fermeture de nombreux établissements à partir des conclusions de l’enquête. Incendie du 6 février 1973 qui fit dix-sept victimes.

61 C. Lienhard, « Le droit pour les associations de défense des victimes d’accidents collectifs de se porter partie civile », article cité, p. 314-318.

62 C’est aux associations que revient la charge de constituer le dossier, même si elles peuvent demander le soutien du Ministère public par l’intermédiaire du procureur de la République, de l’Inavem et de la Fenvac (Fédération nationale des victimes d’accidents collectifs).

63 L’expérience des catastrophes récentes, Vaison-la-Romaine, Nîmes..., nous fait considérer que des causes multiples sont toujours à l’œuvre et que la responsabilité humaine resurgit, notamment par un défaut de la prévention et surtout de la prévision.

64 Ce qui est en jeu ici, ce sont les actions possibles des associations, notamment celle de se porter partie civile. Voir C. Lienhard, « Le droit pour les associations de défense des victimes d’accidents collectifs de se porter civile », article cité, p. 316.

65 Ibid., p. 318.

66 Ibid., p. 317. Il est vrai que bon nombre d’associations de familles de victimes ont été l’objet d’enjeux d’intérêts, de luttes de pouvoir, de dissensions entre les familles, même si elles parvenaient tout de même à mener des actions consensuelles, comme la construction de mémoriaux, la célébration des anniversaires des catastrophes.

67 Document de présentation de la fédération avec ses statuts, ses motivations et intentions, ses objectifs, ses moyens et son bureau, qui nous a été remis par son président en 1995. Ces thèmes correspondent exactement à la problématique de la jurisprudence actuelle qui se fonde sur le risque, l’indemnisation, la solidarité (régime assuranciel) et la sécurité.

68 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 10 février 1992.

69 Journal télévisé de 20 heures, France 2, 20 janvier 1997.

70 Pour nous l’idée de crise est seconde, alors que la réalité sociale des accidents est première. Pour les auteurs spécialistes des crises post-accidentelles, celles-ci constituent l’objet d’étude central, l’événement étant considéré comme un facteur déclenchant.

71 Évolutions paradigmatiques présentées dans l’ouvrage de C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, – Catastrophe et politique, Paris, L’Harmattan, 1992.

72 En anglais le mot disaster est employé au détriment de ceux de catastrophe ou accident, moins représentatifs de l’idée de menace.

73 Quelques précurseurs étudièrent cet objet d’étude que sont les désastres à partir des années 1920-1930. Voir notamment S.-H. Prince, « Catastrophe and social change – Based upon a sociological study of the Halifax disaster », Studies in history, economics and public law, New York, Columbia University, vol. XCIV, n° 1, 1920. Cependant, les travaux de référence sur cette problématique de la menace extérieure commencent aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Voir en particulier E. Fritz et H.-B. Williams, « The human being in disasters : a research perspective », The Annals of the Academy of Political and Social Science, Philadelphie, vol. 309, janvier 1957. Ils vont alimenter la plupart des études sur le sujet jusqu’à la fin des années 1970-1980, des chercheurs européens vont alors tenter de faire basculer les questionnements.

74 C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, op. cit., p. 93-94.

75 « À travers ces différentes perceptions, court en fait celle de “la” catastrophe comme altérité radicale faisant voler en éclats les défenses des collectivités, ébranlant leur cohérence interne. Cette image un peu romantique des situations catastrophiques est cependant celle qui tend à prévaloir pour le sens commun et qui a prévalu longtemps pour le sens critique. Elle permet le développement d’un discours sur la Cité faisant face à l’ennemi, sur la capacité de la société à s’armer pour préserver son unité, autrement dit sur les conditions de la permanence du lien social et politique. » (Ibid., p. 165.)

76 Ibid., p. 108.

77 Ibid., p. 107.

78 Ce chercheur, membre du Disaster Research Center, de l’université du Delaware, a mené, avec son équipe, des études sur une centaine de catastrophes pour conclure que l’accident était davantage un facteur cathartique que déstabilisateur de l’ordre social.

79 P. Lagadec et C. Gilbert sont à l’origine de ce courant. En 1979, P. Lagadec soutien une thèse sur le thème alors inédit des risques technologiques majeurs.

80 C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, op. cit., p. 114.

81 D. Duclos, « Puissance et faiblesse du concept de risque », L’Année sociologique, n° 2-46, 1996, p. 309-337.

82 Autrement dit, « si la symbolique du désastre et de la menace polyvalente est surdéterminante, comment et pourquoi l’exclure de la procédure de décision, de la construction légitime d’une norme ? » (H.-P. Jeudy, Le Désir de catastrophe, op. cit., p. 29).

83 On peut prévoir la trajectoire d’un cyclone. Cependant, il est impossible de mesurer avec exactitude quels seront les dégâts causés, s’il fera des victimes. On sait qu’il y a une forte probabilité qu’un accident nucléaire se produise dans les pays de l’Europe de l’Est mais on ne sait pas si une catastrophe va réellement avoir lieu, où, quand et dans quelles circonstances.

84 Ce qui est redondant et structurant ce sont les réactions et traitements, pas la catastrophe en elle-même. Or, si on la considère comme autonome – même si à l’origine on lui reconnaît une responsabilité humaine –, on ne peut savoir par avance ce qu’elle contient. On mesure mal sa force. De plus, les études récentes montrent que les accidents collectifs sont de plus en plus le fruit de facteurs connexes qui se conjuguent, nécessitant de les définir pour appréhender la réalité qui a été transformée.

85 Pour P. Baudry, du point de vue du pouvoir, « il faut que les catastrophes ne signifient rien de plus que des ratés du système, étant entendu qu’il peut être imparfait mais qu’on ne saurait s’en passer. Il ne faut pas qu’on ritualise les forces de la nature imprévisibles, mais que chacun se sente de toute part menacé et voit dans le respect des normes l’unique moyen d’être protégé. En ce sens il serait naïf de croire que le pouvoir doit camoufler les catastrophes. […] Il se réserve “le rôle d’un simple gestionnaire pour le bien général” » (P. Baudry, Une sociologie du tragique, op. cit., p. 102).

86 H.-P. Jeudy, Le Désir de catastrophe, op. cit., p. 149.

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif des séries post-accidentelles
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540