Version classiqueVersion mobile

Trajectoires de l’immatériel

 | 
Jean Clam

À l’extrême de la dématérialisation : la finance et sa clôture autoréférentielle

Texte intégral

DYNAMIQUE DU MÉDIUM ET LOGIQUE DE L’ACTION

1L’ensemble des études qui précèdent nous ont conduit à explorer différents domaines d’échange et de circulation de valeurs. Elles nous ont introduits à la reconnaissance de la structure des objets que ces valeurs investissent. Toutes ont convergé vers un constat de fluidification et de dématérialisation de ces objets. Les profils de cette dématérialisation se sont agrégés dans des trajectoires dont le moteur véritable s’est révélé être la médialisation monétaire. Ce sont les mutations du médium monétaire qui forment à chaque fois les points d’inflexion de ces trajectoires. La tentative d’introduire quelque chose d’autre que les pures dynamiques du médium monétaire, c’est-à-dire la tentative de sortir de l’immanence de cette médialisation en invoquant des affects sociaux comme l’envie ne change rien à la problématique de la trajectoire de la dématérialisation. En effet, l’envie, même si elle est posée au fondement de la socialité, ne fait que se muer sous le régime de la médialisation monétaire. C’est l’envie qui s’introduit dans les formes et les matrices qui lui sont faites par le nouveau médium et non celui-ci qui se structure selon elle.

  • 1 L’actance est un concept qui provient de la sémantique structurale de Greimas (1966). Il a été imp (...)
  • 2 Sur ce schématisme et sa relation aux manières de penser ontologiques à partir de l’identité, voir (...)
  • 3 Nous renvoyons à ce propos à notre discussion plus haut (chapitre 3, Approche) du rapport de l’age (...)

2On éprouve cependant une résistance à concevoir les logiques médiales comme étant à tel point autonomes qu’elles se passeraient de toute hétérodétermination. Cela d’autant plus que des formes plus intuitives de compréhension apparaissent comme plus satisfaisantes et surtout plus accessibles et plus lumineuses. Les catégories dans lesquelles l’action et la communication humaines ont toujours été pensées imprègnent trop les schémas d’intelligibilité articulés autour de l’effectuation de quelque chose par une instance « agente » ou « actante »1 non mécanique. Ainsi, ces catégories imposent une schématisation à trois termes liés entre eux par un lien de transitivité : un agent intentionnel (operator) accomplissant une opération (operatio) dont se détache un effet (operatum) qui subsiste dans le monde à la manière d’un objet2. En laissant une telle schématisation structurer la matière qui nous intéresse, nous obtiendrions des explications fortement intuitives des phénomènes : les logiques médiales ne seraient que l’expression et la conséquence d’une intentionnalité ou d’une qualité de la conviction de l’agent humain resté le déterminant dernier d’un système dont il est le seul opérateur et qui demeure à travers toutes ses évolutions son fait (son factum3).

  • 4 Nous renvoyons, pour une discussion de l’évolution de l’économique antique, et en particulier à ce (...)
  • 5 L’appel à l’éthique de l’acteur fait l’objet d’une discussion étendue chap. 3.

3Déjà Aristote, à une époque où certaines avancées commerciales figuraient une esquisse de décollage d’une économie capitalistique, ne pouvait comprendre le développement d’une forme d’économie dépassant le niveau purement acquisitif – ou de subsistance directe – qu’en faisant intervenir un affect, une qualité de la motivation humaine, à savoir la pleonexia (le désir d’avoir – toujours – plus qu’autrui, l’avidité)4. Nous retrouvons, étrangement, une explication tout à fait analogue à l’autre bout du développement du système capitaliste : Alan Greenspan, ex-président de la Banque Centrale des États-Unis (la Fed.), tançait récemment encore, au lendemain de la faillite scandaleuse du géant des télécommunications Worldcom, les chefs d’entreprise américains pour leur « greed », leur cupidité. Il voyait ainsi dans cet affect un facteur déstabilisateur de l’ensemble de l’économie et le point d’achoppement de ses couplages financiers. Nous voilà donc revenus, à une époque où la financiarisation des secteurs de la production et de l’économie en général est fortement avancée, à la morale traditionnelle, à l’appel à l’éthique de l’acteur et à la nécessité de déontologies qui limitent le champ du licite (des possibles légaux) par une « self-restraint » morale d’un acteur capable, malgré la complexité de son environnement, de se projeter dans les conséquences de son action5. La motivation semble demeurer le seul point d’ancrage d’une intelligibilité intuitive dans un champ dont l’hypercomplexité disqualifie toutes les simplifications. L’action semble donc ici aussi pouvoir être régie par la bonne vieille morale et semble sauvegarder ses évidences élémentaires : la cupidité est une mauvaise chose et quand un grand nombre d’acteurs se laissent déterminer par elle au sein d’un système d’action, ils ne peuvent qu’amener celui-ci aux limites de sa fonctionnalité.

4Il est clair que nous nous mouvons ici dans l’espace d’une dynamique d’extériorisation ou de sortie de l’immanence d’une logique médiale – ici la logique du médium monétaire. Ce qui est recherché à chaque fois, c’est un déterminant externe des arrangements conditionnés par le médium. Celui-ci ne peut rendre compte de ce qu’il est, des distinctions directrices qu’il impose, des structurations qu’elles induisent et des enchaînements opératoires qui sont lancés par elles et qui ne semblent gouvernés que par les logiques opératives elles-mêmes. À cette autopoïèse opérative qui, en limitant l’observation au plan de l’opération et de ses concaténations, peut se décrire et s’expliquer dans ses propres termes, s’oppose la logique intuitive de l’action. Celle-ci schématise, en effet, tout champ de l’action selon une structure causative, extensive et transitive à trois termes posés comme extérieurs les uns aux autres. Elle exige pour ainsi dire une désimmanentisation de la logique systémiste qui est celle d’une autoréférence stricte produisant les opérations du système à partir de réseaux d’enchaînements d’opérations du système.

5À une telle logique manquent ici les repères structurants de toute appréhension intuitive : il manque une origine, un commencement, une cause qui impulse le processus, de même qu’il manque une fin, un résultat, quelque chose qui se tienne en dehors du processus comme ce qui choit hors de lui et subsiste derrière lui comme sa trace ou son objet. Là où le procès ne produit rien, ne laisse rien en dehors de lui parce qu’il a échoué, le manque d’objet est un effet accidentel. Il a été sans doute déterminé par l’implication de facteurs impédiants qui ont contrecarré le déploiement du processus et son arrivée à terme. On ne peut parler d’une autoréférentialisation du procès que là où le résultat du procès est inextériorisable hors de l’immanence du procès lui-même. L’autoréférentialité ne se conçoit que comme un fait de structure et non pas comme une contingence de déroulement. De plus, elle doit devenir l’affaire d’un projet théorique d’observation qui exclut la logique intuitive de la transitivité de l’action.

MÉDIUM MONÉTAIRE ET MARCHÉS FINANCIERS

  • 6 Il paraît du coup parfois difficile de distinguer ce qui relève de l’une ou de l’autre de ces fonct (...)
  • 7 Sur la structure événementielle de l’économie monétaire moderne – et en particulier de son système (...)

6La résistance à l’acceptation d’une autoréférence systémique fondée sur la différenciation d’un médium et échappant à la maîtrise consciente et stratégique d’un acteur individuel ou d’une institution sociale, est d’autant plus forte que cette autoréférence est lisse et offre de moins en moins de points d’accroche à d’autres cristallisations du sens. Ainsi, à la différence du droit, de la politique, la religion, l’art ou l’amour lesquels semblent, en certaines de leurs significations centrales, s’enchevêtrer sémantiquement sans qu’une séparation nette puisse être introduite entre ce qui s’exprime dans le médium de l’un ou de l’autre de ces systèmes6 ; le médium monétaire et son opération réduite à des événements élémentaires nets (paiement, absence de paiement) relatifs à des quantités exactes (sommes d’argent) ne met en jeu aucune référence molle et réduit toute éventuelle teneur sémantique de ses opérations à des syntaxes en dernier ressort purement calculatoires7. Ainsi, par rapport à d’autres médias, l’argent est, comme nous l’avons vu, paradigmatique de la forme la plus achevée de médialisation. C’est lui le modèle sur lequel la pensée des autres médias symboliques généralisés de communication se modèle. C’est lui qui permet de concevoir, dans l’abstraction la plus élevée, les autres dimensions de la communication comme autant de médias, car sans lui il est très difficile de concevoir un médium authentiquement autopoïétique. En se passant de toute référence sémantique, de tout rapport immédiat au sens de l’action qui s’oriente sur lui – rapport qui aurait impliquée celle-ci dans un nombre importants de « respects » –, la médialisation monétaire a pu s’établir dans un champ quasi purement calculatoire de ses valeurs.

  • 8 Dans la Philosophie de l’argent et discutées plus haut (chap. 1, La dématérialisation).

7Avec l’argent, l’autoréférentialisation d’un médium atteint son point extrême. Or, au sein du système monétaire lui-même, ce sont les marchés financiers qui concentrent en eux la dynamique la plus franche de clôture calculatoire et de non-relevance de tout ancrage sémantique – qui aurait en quelque manière rendu ambiguë la référence de leurs opérations. La finance contemporaine forme un sous-système très strictement profilé au sein du système économique. Toutes les caractéristiques du processus de monétarisation décrites par Simmel8 sont potentialisées dans le sous-système financier contemporain. Là, le décollage des processus financiers tant des réalités des secteurs productifs que des exigences et des finalités posées clairement par des majorités sociales et politiques est perçu comme excessif même par les opérateurs et les analystes de ces marchés. On a l’impression que ces processus n’obéissent qu’à des légalités propres et sont insensibles à toute volonté de contrôle ou de pilotage. Certes, leur sensibilité et leur irritabilité sont très grandes par rapport aux évolutions de leurs environnements. Toutefois, les réactions qui en sont induites sont le plus souvent disproportionnées par rapport à ce qui les stimule. Les oscillations des marchés financiers – qui sont les mécanismes même de découverte de la valeur des effets en circulation – sont souvent erratiques, démesurément amplifiées ou au contraire insuffisamment reportées en termes de corrections adéquates des cours. Les mécanismes de heuresis de la valeur sont trop fortement hypothéqués par les comportements mimétiques des acteurs qui font de ces marchés des espaces typiques d’enflements spéculatifs inaccessibles au plus simple bon sens et aveugles devant les phénomènes de surévaluation patente. Ainsi, la médialisation monétaire, porteuse jusque-là des plus puissantes poussées de rationalisation des économies modernes, s’inverse au bout de sa logique pour osciller par moment dans des amplitudes irrationnelles. Ce phénomène difficile à expliquer fait peser sur le type de processus qui concentre en lui la plus forte luminosité de la fonctionnalité monétaire une réserve justifiée.

  • 9 Sensibilité et sélectivité conditionnées par cette clôture elle-même, devrait on préciser.

8On en reste donc à ce constat contradictoire. Le système financier déploie à la fois la plus forte rationalité et la plus forte irrationalité que peut produire le processus de monétarisation. Il balance entre une fonctionnalité et une dysfonctionnalité maximales. La question qui se pose ici est de savoir si la production d’irrationalité et de dysfonctionnalité est due à des défauts identifiables et circonscriptibles du système ou si elle est immanente à sa facture même. La réponse peut faire l’économie d’une recherche de défauts organisationnels, institutionnels ou de consistance des composantes du système. Notre approche des problématiques de la médialisation à partir d’une théorie systémiste qui a suffisamment approfondi les processus de la clôture opérative et de sensibilité sélective à l’environnement9, nous permet de situer dans l’autoréférentialité des marchés financiers la cause de ce cumul de deux potentialités contradictoires.

9Dès lors, la nouvelle question qui se pose semble être la suivante : Comment rompre le cercle de l’autoréférence qui rend l’argent, quand il atteint son actualité (energeia) la plus pure, à la fois démesurément sensible et démesurément insensible à ses propres effets sur lui-même ? Très vite nous nous rendons compte qu’une telle position de la question n’est pas la bonne. En effet, si l’autoréférence des processus financiers est le problème, elle est aussi le secret et la ressource mêmes de la médialisation financière – de même qu’elle est le secret et la ressource de toute médialisation en général. Du coup, la question encore une fois révisée serait : Peut-on identifier dans l’autoréférentialisation de l’échange monétaire dans les économies modernes les sites et les causes qui font que se nouent en elle des dysfonctionnalités du type de celles que nous avons décrites ? Peut-on isoler effet de voile, effets pervers, tendance mimétique et spéculative, externalités négatives (sur les secteurs productifs, l’écologie…), déstabilisations éthiques (salaires indécents, enrichissements injustifiés…) pour les extraire de l’autoréférence systémique et les traiter de manière à restituer celle-ci à une circularité vertueuse, même temporaire, qui la mette à l’abri de ces dysfonctions ? Ou bien l’autoréférence comme moteur de rationalisation et de potentialisation de la fonctionnalité ne peut-elle être obtenue sans l’ombre jetée par sa puissance même ?

FLUX FINANCIER ET PROBLÉMATIQUE DU SENS

  • 10 Ces formulations ont été présentées par Jean-Michel Bonvin lors du séminaire « Négociations, norme (...)

10Les options qui se présentent à nous à cet endroit de notre réflexion ne sont pas nombreuses, car les réponses à donner aux questions posées semblent devoir se rejoindre. En effet, il est clair qu’en ce qui concerne la dernière, le cumul de potentialités contradictoires est un phénomène typique de la clôture opérative. L’impossibilité de scinder, dans les processus autoréférentialisés, les déploiements positifs de leurs corrélats négatifs ne fait pas de doute. Quant à la première, il est clair que l’identification et la situation des dysfonctions du système financier ne peut susciter l’illusion de pouvoir les extraire de lui tant que ces dysfonctions doivent être considérées comme rançon de son autoréférence. Les options qui restent ouvertes sont donc toutes limitées par le caractère inflexible des conditions données par l’autoréférence. La question dernière est alors la suivante : comment peut-on diminuer la fluidité des processus financiers pour fixer ou cristalliser autour de certaines de leurs séquences un sens qui survive au pur processement calculatoire et puisse finalement l’orienter ? Ou encore, suivant la proposition de formulation de Jean-Michel Bonvin : comment « massiviser du sens » dans le cours de ces processus ; comment forger des « objets » pour les implanter dans les flux financiers afin que ceux-ci puissent avoir quelque chose sur quoi mesurer leur adéquation10 ? Comment non pas donner consistance réelle aux biens spéculatifs, ce qui les nierait dans leur structure et leur fonction, mais comment établir un lien entre l’oscillation autonome du cours de ces biens et les réalités économiques dont les valeurs sont découvertes par le biais de ce processus d’oscillation lui-même ? Ce lien ne peut être établi que lorsque des « objets » massifs pourront émerger du processus pour obliger le flux des opérations processuelles à épouser leurs contours et du coup, tout en sauvegardant leur autoréférence, à se plier à une grandeur réelle.

11Si nous suivons cette proposition, la question qui se pose est alors celle de l’existence et de la nature de ces objets ainsi que celle de leur insérabilité, leur implantabilité dans les flux des transactions financières. Les premiers objets auxquels on est tenté de penser sont des objets mentaux de nature normative : des maximes ou des injonctions éthiques, des adhésions de la conviction et des règles de comportement exprimant une déontologie interne aux professions du système. En effet, par l’érection d’une normativité clarifiant et précisant les fins de l’opération systémique ainsi que d’une éthique motivant l’intériorisation de ces finalités, on voudrait contrer les effets les plus choquants des dérapages du système. On voudrait les endiguer par une stratégie de conscientisation des acteurs qui, en étant incités à prendre en compte les répercussions de leurs actes, devraient ainsi éviter les types d’opérations qui, tout en étant licites et en accord avec la logique systémiste, font fonctionner le système aux limites mêmes de ses dysfonctions.

12Nous nous trouvons ici confrontés à une problématique bien connue et qui semble transversale à tous les champs systémiques de la communication sociale. C’est celle de la résistance de « l’acteur concerné » – ici par le concernement (« Betroffenheit ») des autres – à la logique aveugle d’un « système » qui, dans son fonctionnement et ses effets, va à l’encontre des intentions des sujets qui l’ont institué. Ces sujets constituent l’ultime instance fondatrice de son sens ainsi que la mesure ultime de sa légitimité. En sortant de l’intentionnalité qui le fonde, le système perd sens et légitimité. Telle serait l’avenue de problématisation habermassienne de ce genre de problème, et elle serait, pour notre position des questions, quelque peu inadaptée. En effet, le système financier est le système qui exclut de la manière la plus radicale tout « respect », c’est-à-dire toute prise en compte autre que celle de sa logique propre. Il est tout entier régi par la logique calculatoire d’une maximisation de la rente monétaire et n’a de place pour aucune autre considération.

13Autant dans l’économie de production, ou dans celle où les « ventures » se consolident par une récurrence d’affaires, de clients, d’objets, de relations de coopération dont la durée alimente la stabilité et la durée de l’entreprise elle-même, autant l’économie financière est réactive à des événements souvent sans durée et à des fluctuations constantes de ses quantités, empêchant ainsi ses entreprises de se doter des mêmes horizons de temps et de sens que ceux d’une entreprise classique. Dans ces conditions, le recours à l’intercession de moments convictionnels et de points de vue normatifs codant au-delà de sa logique propre le comportement systémique lui-même semble illusoire et utopique. En effet, cela est fondé dans le sens même de l’opération financière que de ne pas être capable de se projeter au-delà de ses horizons de réaction à l’avènement d’autres opérations financières.

14Toutes les opérations – qu’elles soient initiatives ou réactives – se trouvent dans exactement la même logique de réaction et d’ajustement constants et souvent instantanés aux effets d’autres événements financiers et aux effets de leurs effets sur leurs propres valorisations. Tenter d’aller de la transaction financière à un sens qu’elle aurait en dehors ou en sus de celui de son opération systémique, c’est définanciariser la finance. La finance vit par définition de son autoréférence et de sa clôture opérative. Elle a la puissance que celles-ci lui confèrent. Elle vit du voile qu’elle maintient sur les objets, sur les conséquences et les fins de ses opérations. Elle ne peut et ne doit rien imaginer de réel derrière elles. C’est dire qu’elle « fétichise » de fait son propre médium et qu’elle se soutient dans sa fonction précisément de la suspension du sens et l’ouverture sans restriction à la logique calculatoire.

L’AUTORÉFÉRENCE ET SES RANÇONS

  • 11 Le texte fondamental est sans doute Das Kapital, I, 1, 4.
  • 12 Jean-Michel Bonvin a esquissé, dans la contribution citée dans la note précédente, une forme de ra (...)

15Ces thèses nous renvoient à la critique marxiste de l’argent, laquelle ne trouve d’alternative à l’efficience de sa fonction et ne peut du coup brider la fétichisation qu’elle induit, que par la destruction de la structure de l’économie et le renversement complet des distributions des moyens de production ainsi que le réaménagement radical des rapports de production. En abolissant la valeur monétaire des choses et leur restituant leur valeur « réelle » qui est la valeur-travail, le renversement marxiste « dévoile » l’économie et permet une lecture courante de son processus à partir des transformations réelles de la vie matérielle11. Ici, on lit à livre ouvert dans la réalité qui est derrière le voile des échanges médialisés. Le sens vivant n’est jamais absent du processus économique. Le flux des opérations de ce processus est toujours en adéquation avec ce qu’il y a derrière lui12.

16Une telle critique opère un transformation structurelle radicale non seulement de la finance, mais de l’économie en son entier. La volonté de brider la dynamique de la médialisation (monétaire et financière) induit une démédialisation de la communication. Il semble ainsi que l’invention d’un médium et la médialisation par lui d’un domaine de la communication ne puisse se scinder d’une fétichisation qui voile les références réelles du médium. Défétichiser dans ces conditions revient à démédialiser. On ne peut avoir le médium sans le fétiche et le voile. La médialisation vit de la scission établie entre les processus réels et les processus médiaux, scission qui donne à ses derniers l’autonomie nécessaire à la clôture opérative, c’est-à-dire, au fond, au déploiement de la puissance fonctionnelle elle-même du domaine communicationnel en question.

17Placés devant une telle alternative, les choix deviennent perplexes. On ne peut avoir la dynamique médiale sans ses voilements du réel et son errance en dehors de toute adéquation à lui. On ne peut brider cette dynamique sans renoncer à ses gains. Comment faire dans cette situation ? Comment sauvegarder la dynamique monétaire tout en plantant en elle des points d’ancrage qui l’arriment au réel. Une option serait d’accepter les dysfonctionnements du système financier comme une rançon pour les services qu’il rend, lesquels valent bien les à-coups occasionnels ou même répétés qu’il connaît. Ceci est d’autant plus faisable, pourrait-on penser, que les dysfonctions du système touchent et pénalisent ses acteurs eux-mêmes, et en particulier les spéculateurs parmi eux, c’est-à-dire ceux qui sont les responsables premiers des aberrations les plus choquantes du fonctionnement systémique. Ainsi, les coûts et les externalités des processus financiers ne sont précisément pas externalisés de manière à être supportés par ceux qui ne les ont pas causés. Les spéculateurs sont les premiers et les plus rudement touchés par l’éclatement de bulles spéculatives. Les chocs de régulation subis par les marchés financiers semblent ainsi relever d’une justice immanente du système. Ils représentent des retours à l’équilibre et des réajustements à la valeur réelle de valeurs qu’on n’a que trop surévaluées de manière irresponsable.

18Cette première option qui consiste à laisser le système à sa régulation interne tout en acceptant ses quelques inconvénients, ne peut cependant décourager la recherche de régulations moins sauvages du système. En effet, la revanche que prend le processus sur les aberrations induites par les comportements mimétiques et spéculatifs auxquels il laisse place n’est pas que juste. Elle est souvent à l’origine de disruptions extrêmes qui précipitent les économies dans des crises dont elles mettent des années et parfois des décennies pour sortir. Là les coûts sont supportés par les moins impliqués des acteurs et leur démesure ne peut jamais se justifier. Par ailleurs et indépendamment de cette considération de la justice de l’auto-régulation, la considération de la justesse de celle-ci est en cause. En effet, l’oscillation du marché n’est pas juste puisque, si elle voulait l’être, elle devrait très vite ramener les cours dans une bande proche de la valeur réelle des effets. Or, de plus en plus de produits financiers n’ont plus du tout de valeur « réelle » et ne représentent plus des paris sur celle-ci, mais des paris sur les paris faits sur celle-ci ou des paris sur les paris sur les paris… Pensons aux « futures », aux « stocks options », etc. et pensons surtout au caractère crucial de leur valeur régulatrice au sein du système lui-même. Nous nous rendrons compte alors que la question de la nécessaire massivisation du sens et de l’implantabilité d’objets rétentionnels de la dynamique calculatoire reste ouverte.

19Les processus financiers, même pris dans la globalité de leur fonction comme une macro-régulation d’une infinité de processus économiques dont l’hypercomplexité ne peut être négociée que sur des marchés du genre des marchés financiers, n’ont ni justice immanente ni justesse globale. Ils restent erratiques sur de trop longues durées pour qu’on puisse s’accommoder aussi facilement de leur dysfonctions. L’option qui consisterait à postuler une « rationalité fondamentale » du processus financier dans sa globalité est elle-même trop globaliste pour ne pas être une non-option dissimulant une sorte de fatalisme épistémologique tendant à postuler une rationalité de dernier ressort pour tous les processus sociaux. En effet, aucune configuration sociale trop éloignée de la substance morale ou de la réalité matérielle qui doivent la supporter ne peut en fin de compte se maintenir à l’encontre d’elle. Une telle position revient à acquiescer à tout réel comme étant rationnel et à faire confiance à la ruse de l’histoire pour mettre au rebut ce qui inhibe sa marche et ramener les choses à ce qu’elles méritent d’être.

PROCESSUS CALCULATOIRES ET OBJETS MASSIFS

20Nous en revenons donc à la question de l’implantation d’objets qui permettraient de cristalliser du sens dans le flux financier et d’agir ainsi sur son incoagulabilité originelle. L’illusion serait de croire qu’il serait possible de trouver des objets tels qu’ils pourraient arrêter la dynamique calculatoire des processus financiers. En effet, la médialisation monétaire-financière est calculatoire par sa nature même. Pour défaire la calculatorité de la finance, il faudrait désévènementialiser sa structure et déquantiviser ses éléments : cela veut dire que devrait cesser d’être la référence exclusive du système l’avènement ou le non avènement d’actes de paiement et les sommes qui y sont impliquées. Dès lors, les objets candidats à être implantés dans le flux du processus ressembleront toujours à ceux qu’on utilise pour ralentir ou endiguer un flux. Le niveau du flux s’élèvera à mesure que son lit sera encombré. La possibilité de déporter son cours sera toujours donnée puisque les objets implantés formeront à leur tour un nouveau lit pour le cours. Autour des nouveaux objets massifs comme autour de rochers ou de pontons, la finances adaptera ses flux. Ceux-ci se lisseront au plus proche des surfaces de l’objet qui tend de les retenir. Ils l’intègreront et le reconstitueront en creux au-dedans d’eux-mêmes. À l’endroit des objets massifs à destination hyperrégulatoire, les flux calculatoires de la finance formeront des enclaves lissées en creux dont la capacité de rétention ou de ralentissement restera limitée.

21Un processus calculatoire ne se saisit d’un élément de son environnement qu’en le transformant en grandeur intégrable à ses calculations. L’objet massif implanté impose un détour au flux, détour dont le flux tient compte en intégrant des paramètres d’inflexion de son trajet au plus proche de ce qui fait résistance. Tout trajet autrement dilatoire perd sa fonctionnalité et devient incapable de reproduire le code de l’opération qui le constitue. Les détours imposés allongent donc la chaîne des calculs de heuresis financière de la valeur. La digitalisation de la finance contemporaine ainsi que sa tendance à planétariser en temps réel les négociations de ses différentes places relativisent beaucoup ses allongements. En effet, allongements et détours sont modélisés et réintégrés aux flux calculatoires par le biais d’algorithmes que des processeurs de plus en plus puissants maîtrisent dans l’espace de fractions insensibles du temps réel. Des logiciels adéquats transcrivent en logique de choix les différentes articulations du processus algorithmisé. L’hypercomplexité de la négociation planétaire en temps réel des valeurs financières est ainsi apprivoisée et mise à portée du particulier boursicoteur et du novice. Les allongements et les détours représentant des objets massifs implantés n’en sont plus : le processement calculatoire les a réenveloppés en un rien de temps. Les intégrales multiples de leurs volumes solides ont été intégrées au calcul du trajet de la fonction financière : le champ financier se déploie comme le flux aqueux d’une rivière dans laquelle cailloux, galets et branchages sont engloutis, formant des exceptions de flux que le flux enveloppe et modèle au plus proche de leurs surfaces, mais qui ne le retiennent pas en tant que tel. Ils entrent dans le flux comme des corps étrangers, s’enclavent en lui, mais n’interagissent pas avec lui.

22Pour rester dans l’imagerie très intuitive de cette métaphore, nous pourrions ébaucher une gradation dans la solidité, l’enclavabilité et la perfectibilité du détour ou de la modélisation calculatoire des objets implantés. Ces objets se laisseraient alors classer selon leur degré d’extériorité. Ainsi, les objets éthiques ou déontologiques seraient les plus extérieurs et le plus strictement enclavables. Leurs interactions avec le processus systémique est la moins intense à cause de l’étrangeté de leur structure par rapport aux structures des opérations du système. Cependant, à partir de l’exemple de ces objets nous pouvons reconnaître des modes de transition vers des objets dont la capacité d’insertion est plus importante. En effet, le peu d’effet qu’ont les injonctions éthiques et déontologiques sur le processement systémique incitent éthiciens, théoriciens et opérateurs du système à rechercher des voies par lesquelles traduire ces injonctions en modalités d’opération parfaitement conformes et structurellement immanentes à l’autopoïèse systémique.

23Ainsi, pour les secteurs de production, l’injonction écologique ne se limite plus à renforcer une qualité de la conviction de l’agent individuel ni à éveiller, chez l’ensemble des agents, une conscience collective des risques inhérents à l’action de ces secteurs ; elle se transcrit en normes intrasystémiques et en inflexions spécifiques à valeur ajoutée des modes de production, d’usage et de consommation des produits.

24La normisation ISO et ses différentes déclinaisons écologiques, la labellisation des produits et les profits qui découlent de l’une et de l’autre en termes de chiffres d’affaire et de marge bénéficiaire ne constituent plus des objets étrangers, implantés par volontarisme politique et optimisme moral dans les flux du système. Ils sont en eux-mêmes des modalités opératives du processement systémique lui-même.

25La transformation des impératifs éthiques concernant les marchés financiers en modalités d’opération immanentes au système est-elle pensable par analogie à ce que nous venons d’évoquer au sujet des secteurs de production ? L’objet éthique peut-il ici cesser d’être, dans la massivité de son sens, un objet trop dense, enclavé, impénétrable – et du coup impénétrant – dans le flux des opérations systémiques ? Peut-il se diffracter et se diluer dans ce flux pour agir sur lui et lui donner des inflexions, sinon des directions souhaitées ?

RÉFÉRENCE RÉELLE DES PROCESSUS FINANCIERS

26Comme nous l’avons vu, les transactions financières portent l’abstraction monétaire à son extrême. La finance, c’est de l’argent au second degré ou de l’argent réflexif. C’est de l’argent qui sert à mesurer la valeur monétaire de l’argent, c’est de l’argent qui achète de l’argent avec une plus ou moins value monétaire. C’est une mesure quantifiante et un effet réel de l’impact qu’a l’argent et sa circulation sur l’argent en circulation. C’est le prix et le retour de l’argent sur l’argent, l’effet avec lequel l’argent se loue ou se paie avec de l’argent. C’est le déploiement événementiel de l’auto-sensibilité monétaire comme réaction, dans le médium de l’argent, à la plus ou moins grande vivacité de la médiation monétaire. Cette dimension expressément réflexive de la monnaie constitue l’espace de déploiement de l’opération financière en tant que telle. Cette opération a la structure de cette réflexivité, et c’est dans cette réflexivité qu’elle puise son abstraction et la spécificité de son efficace. Tous les énoncés financiers impliquent plus ou moins explicitement le caractère circulaire de l’effectivité du médium monétaire sur des marchés qui évaluent non pas des valeurs mais des évaluations. Tous ces énoncés peuvent dès lors être réflexivisés – quand ils ne sont pas manifestement réflexifs. En ce sens, ils peuvent être « gödelisés » et marquer les lignes de nouage des trajets décrits par les chaînes d’opérations financières.

27Que ces quelques indications sur la réflexivité du médium suffisent. Notre intention n’est pas ici de nous engager sur cette problématique qui est la plus ardue de la théorie de l’argent. Ce qui nous intéresse, c’est de mettre en évidence l’impossibilité de « couvrir » le flux financier par des fragments du réel qui puissent le rendre comptable de certains « respects » dus à certaines évolutions des choses dans le monde. Comme opération de régulation de la médiation monétaire dans son propre médium, le flux financier a l’abstraction et la réflexivité spécifiques à sa clôture autopoïétique sur son autoréférence. Nulle part il ne peut être rendu commensurable à un réel que ses transactions ne touchent pas immédiatement. C’est précisément l’établissement de ce hiatus entre la transaction financière comme transaction sur des transactions et la transaction réelle qui réalise la clôture opérative du système financier. Alors que la transaction réelle est un échange de choses (biens, services, jouissances) contre monnaie, la transaction financière résulte de l’observation de séries de telles transactions et s’inscrit dans le médium financier comme événement d’évaluation des évaluations résultant des transactions réelles. Une telle transaction se situe à un niveau d’observation supérieur, réflexivement structuré. Elle n’achète à proprement parler pas de biens, mais des différentiels de fluctuation de la valeur de biens par le biais de l’acquisition de contrats d’échange de ces biens contre monnaie. Ce sont des titres d’échanges qui sont échangés sur les marchés financiers et non les enjeux réels de ces échanges eux-mêmes, sous la forme cependant d’engagements réels dans ces échanges eux-mêmes. Ces engagements, de leur côté, sont en effet cessibles à tout instant sur un marché transformant tout engagement réel en titre circulatoire encyclé dans une fluctuation libre que rien dans les règles et les procédures du marché ne vient limiter.

  • 13 Si mobiles parfois qu’ils en deviennent volatiles. La volatilité se comprend comme un très grand d (...)

28Dans la transaction monétaire classique, quand l’argent achète des biens, on peut garder un regard sur la « réalité » de l’échange et sur ses enjeux concrets : volumes, espèces de produits, qualités de ces produits, modes de production, de distribution, de consommation… On peut s’intéresser à la manière par exemple dont ils sont produits et se rendre compte que le travail infantile contribue mettons dans une proportion de 40, 70 ou 85 % à leur fabrication ; on peut se rendre compte que les matières premières nécessaires sont rares et doivent être mises sous la protection de régimes d’exploitation restrictifs ; on peut se rendre compte que la consommation excessive du produit est nuisible à la santé et imposer aux producteurs une anti-publicité, des mises en garde très évidentes sur les emballages du produit lui-même,… Quand par contre le réel impliqué dans la transaction ne se raccorde à celle-ci que par des liens extrêmement ténus, on ne peut influer sur ce réel par le biais d’une prise d’influence ou d’une restriction de la transaction. Quand l’argent ne paie que de l’argent, quand il est abs-trait de ses médiations impliquant du réel pour n’être référé qu’à une mesure de la vivacité et de la sensibilité de la médiation elle-même, il devient impossible d’ancrer dans les flux de ses échanges réflexifs – c’est-à-dire financiers – de quelconques objets capables de freiner ses médiations. Sur le marché financier, le médium monétaire se transmue en un médium spécifiquement réflexif. La référence dernière du médium à ce qu’il médiatise est indifférente à la circulation médiale qui est la fonction et l’efficace même du médium. Il est indifférent que l’argent circulant sur le marché financiers, négociant et échangeant des titres mobiles13, achète des matières premières, des produits finis, finance des transferts de technologie ou des projets de développement. L’argent sur ces marchés d’échanges d’évaluations de valeurs et non pas de valeurs elles-mêmes n’a, à proprement parler, aucune « odeur », il ne fleure aucune chose, ne se rapporte à aucune réalité.

29Certains ont vu dans la non référence de l’argent financier au réel la référence même de cet argent au réel. Cela veut dire : la réalité, l’« agence » de l’argent comme pouvoir de causer des effets dans le monde a son centre dans cette abstraction de l’argent, sa séparation de tout ce qui n’est pas lui et l’intraçabilité de ses référents réels. L’argent comme médium réflexif et autopoïétique de tous les échanges économiques et surtout comme dynamique transformatrice des structures mêmes de la communication sociale et inauguratrice de nouveaux espaces individualisants et personnalisants de construction du sens apparaît alors comme la puissance de transformation du réel par les collectivités humaines modernes. Tels sont les termes de la description simmelienne et nous manquons jusqu’à présent d’une description alternative qui soit aussi convaincante. C’est dans le prolongement du style de la description de Simmel que se situent les critiques fondamentales de l’argent comme puissance médiale une apportant inflexiblement un ensemble de transformations structurelles inaccessibles à toute tentative locale de bridage.

30L’effort de ces critiques fondamentales va se diriger sur l’identification et la compréhension de ce qui, dans l’argent vu comme puissance une de transformation, constitue le ressort central de son action. Or, c’est l’intérêt monétaire qui se révèle être, pour ces critiques, le cœur de la puissance, le moment énergétique spécifique de l’argent. Les théoriciens critiques de l’argent posent à rebours la question de la référence monétaire : au lieu d’essayer de retrouver les véritables enjeux des échanges monétaires derrière le voile de la monnaie, ils voient dans les contraintes posées sur l’agir économique par l’exigence d’une rentabilité monétaire de la monnaie la grande nécessité à laquelle l’ensemble de cet agir doit inconditionnellement se plier. La contrainte de la rente monétaire apparaît ainsi comme la cause première de tout ce que les impératifs éthiques, déontologiques, écologiques et de rationalité non pervertie n’arrivent précisément pas à imposer ou à réaliser dans l’économie. Dès lors, le mécanisme monétaire central à l’autoréférence du système financier devient non seulement responsable de la dévastation écologique de la planète, mais de tout ce qui dans le réel de l’économie et même en général des échanges sociaux demande à être rectifié par l’intervention d’une normation qui lui impose des limites et par la traduction des normes produites en modes opératifs des systèmes concernés.

31Une telle approche implique un renversement des perspectives : au lieu d’aller du médium à sa référence réelle, on pose la médialisation comme une puissance de transformation des structures de la communication et, par là, comme cause de l’ensemble des effets réels constatés. Il ne s’agit plus de retrouver derrière certaines transactions monétaires les enjeux et les effets réels qui, dans certains cas, sont marqués comme nocifs et non souhaités, pour remonter vers ces transactions et les restreindre d’une manière ou d’une autre. Nous avons vu qu’une telle démarche était impossible, le voile monétaire n’étant pas accessoirement, mais structurellement voilant et obtenant son efficace de l’invisibilisation de la référence monétaire par clôture autoréférentielle des opérations monétaires. La perspective qui s’ouvre ici à une critique fondamentale de l’argent, c’est celle d’une incrimination du médium comme tel avec la nécessité de trouver des limitations qui restreignent l’opération de médialisation elle-même. Cela veut dire que l’implantation sur les marchés financiers d’objets massivisants, d’objets permettant de retrouver un sens réel derrière le flux pur des échanges, ne peut se faire que par le biais d’une transformation limitative du médium lui-même.

OPTIONS POUR UNE TRANSFORMATION DU MÉDIUM

32Nous avons pu nous rendre compte plus haut de l’inflexibilité de l’autopoïèse monétaire : elle ne permet pas de toucher à l’autoréférence du médium sans que la puissance et l’efficace de ce dernier ne soit décisivement amoindrie. L’alternative qui se présentait alors était, d’une part, celle de garder le médium avec toute son ambivalence, c’est-à-dire cumuler ses énormes gains de fonctionnalité et de rationalité avec ses coûts et ses rançons en termes d’invisibilité de la référence et d’erratisme structurel des marchés du médium ; de l’autre, celle de rejeter les uns (les coûts) tout en renonçant aux autres (les gains). Nous avons vu qu’une telle alternative ne donnait pas vraiment de choix. La sauvegarde du médium monétaire dans toute son ambivalence s’impose, le retour à des niveaux d’échanges pré-monétaires ne pouvant être envisagé. Dès lors, la recherche va s’orienter vers la prospection de voies par lesquelles on puisse influer sur l’autopoïèse monétaire dans la rompre. Elle ne réussira pas le plus souvent à crédibiliser ses voies d’influence. C’est pourquoi certaines propositions exploreront des voies de décollage inédites des formes connues de l’échange monétaire.

  • 14 Je cite Gesell d’après Flotow 1986, p. 9.
  • 15 Notons que celle-ci ne se conserve comme capital (c’est-à-dire que les biens n’accèdent au statut (...)

33Les propositions les plus audacieuses évoquent une transformation de la structure du médium lui-même, c’est-à-dire au fond la création d’un nouveau type de médialisation. Telle est l’idée de Silvio Gesell qui tente de scinder l’argent de la rente monétaire, c’est-à-dire d’inventer un argent qui ne serait que moyen d’échange sans être moyen de conservation de la valeur – i.e. sans jouer le rôle de réserve de valeur. Ce serait un argent sans intérêt, la production de la rente étant réservée au capital réel. La « surpuissance de l’argent » (« Übermacht des Geldes »14) par rapport à la marchandise, c’est-à-dire par rapport à sa référence dans un bien ou un capital réels, serait ainsi brisée. L’« argent disparaissant » (« Schwundgeld ») de la Freiwirtschaftslehre de Gesell est un argent qui se déprécie à mesure que se déprécie sa référence réelle15. Il ne se conserve pas au-delà de celle-ci et disparaît avec sa consommation. C’est donc un argent qui reflète exactement ce qui se passe au niveau des realia qui sont les véritables utilités. Il est parfaitement arrimé au réel et ne peut produire une rente supérieure à celle atteinte par le réel.

  • 16 Tel que Flotow (op. cit.) pour qui le Naturverbrauch est ce que la rente monétaire accomplit sans (...)

34L’argent de nos économies et de nos marchés financiers ne produit une telle rente que parce qu’il existe des ressources qu’il consomme et pour lesquelles il ne paie rien. Ces ressources peuvent être alors désignés par certains critiques écologistes16 comme « nature ». L’argent apparaît comme une puissance vorace qui, par la contrainte de sa rente, mange, se nourrit et détruit de la nature pour étayer le pari fait par les économies sur sa rentabilité intrinsèque. Dès lors, l’argent, par la loi de sa régulation financière, ne peut faire autrement que de consommer de la nature sans payer un quelconque prix pour elle. Sans l’invisibilisation de ce coût, la rente monétaire ne pourrait être versée. La nature est la ressource dans laquelle l’argent puise sa capacité d’être quasi indéfiniment rentable. Le pari d’intérêt monétaire est au principe de toute économie monétarisée : l’argent est, en effet, censé en elle s’auto-alimenter d’un retour d’intérêt sur ses placements les plus élémentaires. Tout dépôt d’argent auprès d’un institut financier doit générer un intérêt. Quelque soit la faiblesse du taux consenti, le principe d’une rente monétaire versée pour toute épargne monétaire est un fondement du système. Qu’une inflation vienne transformer cette rente en rapport fictif ne change rien au principe.

  • 17 Voir Suhr 1984.

35La proposition de Gesell, même revue par Suhr17, ne semble pas pouvoir s’appliquer sans que la figure elle-même d’un système économique différencié, tel que notre modernité l’a vu émerger, ne soit complètement invalidée. Une telle invalidation s’associerait à l’enclenchement de processus macroéconomiques durables à croissance nulle ou négative. C’est le pari que l’économie moderne fait sur elle-même et qui la fait basculer vers l’avant à la recherche et en dépendance étroite d’une croissance qui doit venir – alors que rien ne peut la rendre certaine – qui est remis en question ici. Ce sont tous les détours virtualisants d’un telle économie qui deviennent impossibles et qui rendent impraticable la création virtuelle de valeur en attente de couvertures réelles, au départ aléatoires et finalement superflues. Le Freigeld (l’argent libre – au sens où aucune contrainte de rente ne le sépare des biens et ne lui impose sa loi) inaugure tout simplement une autre forme d’économie appuyée sur un autre médium. Elle représente un choix de sortie de la structure actuelle et non pas un moyen de brider ses flux.

36Beaucoup de propositions faites pour retrouver une certaine maîtrise des marchés financiers proviennent du souci de justice des distributions financières. C’est moins l’erratisme et le spéculativisme qui sont visés que les énormes profits injustifiés qui sont d’autant plus scandaleux qu’ils déprivent ceux qui auraient le plus besoin de ces ressources pour les donner à ceux qui en ont le moins besoin. Introduire un minimum de régulation redistributrice, c’est faire cesser une disparité difficilement soutenable entre les marchés financiers planétarisés et dérégulés, d’une part, et l’ensemble de nos ordres juridiques et sociaux régis par les principes d’égalité et de justice, de l’autre. Il y va donc ici moins d’adéquation des valeurs financières à leurs référents économiques réels que d’adéquation des valeurs directrices de l’agir sur les marchés financiers à celles qui orientent l’agir et la concertation collectifs dans la société alentour. Pour certains, l’établissement d’une mesure de justice sur ces marchés est aussi un moyen de contribuer à une plus grande adéquation de ceux-ci aux économies réelles. Quoiqu’il en soit, le meilleur instrument d’intervention dans des systèmes aussi complexes dans un but de redistribution égalitaire semble être l’impôt. En effet, le moyen est suffisamment éprouvé et l’on connaît bien ses effets primaires ainsi que ceux qui se retournent contre son intention. La difficulté ici semble être principalement d’ordre juridique et technique. Une régulation fiscale de la finance internationale supposerait, en effet, la création de conventions et de régimes fiscaux auxquels adhéreraient tous les pays du mondes – il suffit qu’une minorité de pays se placent en-dehors des ces cadres pour créer une niche dans laquelle s’engouffreraient une multiplicité d’acteurs.

  • 18 À ces difficultés s’ajoute le problème de l’usage de la taxe et des arbitrages entre différents de (...)

37Cette difficulté peut être contournée par une ponction de la taxe à la source. On pense ici à la taxe Tobin, proposée par l’économiste du même nom et préconisant une taxation des mouvements de capitaux financiers. Une telle taxe soulève cependant une série de problèmes structurels. Tel le problème fondamental d’une régulation normative de la médialisation monétaire réflexive s’effectuant sur les marchés financiers contemporains par le biais d’un impôt généralisé à taux unique. D’une part, il est incapable de discriminer les placements et de moduler leur charge fiscale selon qu’ils sont « vertueux », à marge faible et d’utilité primaire pour leurs détenteurs, ou qu’ils sont erratiques, spéculatifs, non investifs, etc. D’autre part, il peut être facilement escompté par les opérateurs et demeure du coup incapable d’influer sur leurs manières de faire, puisqu’il ne peut différencier celles qu’il faut encourager de celles qui doivent être dépréférées – à cause de leur injustice ou de leur injustesse18. L’impôt généralisé à taux unique est en effet, parmi les procédés de régulation redistributive, celui qui est le rapidement récupérable par une dynamique purement calculatoire.

38Il nous a fallu écarter jusqu’ici toute une série de propositions de régulation normative des marchés financiers correspondant à des tentatives de masser du sens tant à leur entrée (éthique et déontologie) qu’à leur sortie (l’impôt). À dû être également écartée la proposition d’une irruption dans le corps médial même de l’argent avec le projet de restructurer sa dynamique en neutralisant son moment autorentiarisant. Notre manière de procéder a été systématique, isolant à chaque fois le type de proposition de régulation et montrant à chaque fois les raisons structurelles de leur irrelevance. D’autres propositions sont-elles possibles ? Tentons d’imaginer à présent ce que seraient des formes de régulation s’insérant dans le système financier au niveau de ses modalités et de ses composantes opératives elles-mêmes, sans remettre en question la puissance ni l’inflexibilité de son autopoïèse.

FINANCE, FLUX INFORMATIONNEL ET RUPTURES CRISTALLISATRICES

39Les marchés financiers sont primairement des processeurs d’information. Tous les marchés le sont aussi, mais aucun ne l’est exclusivement. Tous les marchés processent de l’information dans la mesure où c’est la circulation de l’information entre offreurs et demandeurs sur leurs dispositions à aliéner et à acquérir des utilités qui permet de faire la découverte des prix à partir d’une négociation des besoins, des préférences et des dépréférences. Or, les marchés financiers semblent ne processer que de l’information tant les signaux qui signalent les dispositions d’achat et de vente sont fluents et réduits à leur pur événement électromagnétique. Les conséquences réelles de cette vie informatique exubérante ne se retrouvent que comme un résidu agrégé que laissent derrière elles des millions de communications instantanées qui se font et se défont sur une multiplicité de places en provenance d’acteurs distribués sur tout le globe. La communication financière est ubiquitaire, les décisions instantanées, les opérations systémiques atomiques, un très grand nombre d’événements simultanés. C’est sur les marchés financiers que le médium monétaire devient signe pur et que sa circulation se comprend en termes d’information et de capacité de traitement. Le réel apparaît ici comme ce qui reste à terre une fois que le flux informationnel s’est retiré. Ce sont les épaves que laisse derrière elle la montée de l’exubérance mercatique. Une fois que s’éteint le scintillement innombrable des signaux financiers et que le bruit et la confusion retombent, les redispositions du réel deviennent apparentes. L’ordre économique réel se révèle ainsi comme un ordre qui émerge du bruit alimentant les énormes machines de traitement de l’information que sont les marchés financiers.

  • 19 Il existe d’autres moyens plus techniques de brider le flux informationnel : on peut raccourcir les (...)

40Partant de ces prémisses, la seule manière de masser du sens et d’inventer une direction normative dans le système financier au niveau de ses opérations elles-mêmes serait d’intervenir sur les modalités des processus informationnels eux-mêmes. On peut imaginer alors des brisures du flux informationnel à des endroits particuliers instituant ainsi un jeu d’ouverture / fermeture de l’information disponible qui rende la collecte des paramètres calculatoires plus difficile et du coup élève le coût du processus calculatoire financier. Il l’obligerait à s’infléchir, se ralentir et se supplémenter d’un processus non calculatoire sémantiquement riche et exigeant. Telle serait la situation sur les marchés financiers si on pouvait distribuer l’information sur des types d’acteurs différents, incapables de communication directe – chacun ayant un langage propre non usité par l’autre ; si on pouvait faire en sorte par exemple que ce que savent par exemple les analystes soit ignoré des opérateurs ou ce que disent les bilans sociaux ne soit connu qu’après coup des analystes et des opérateurs. On pourrait imaginer des écrans d’opacité barrant la circulation de l’information et des positionnements des acteurs qui les empêchent de communiquer ou de s’entendre parce qu’ils se tourneraient le dos – et dans certains cas de figure ne le sauraient même pas19.

  • 20 Jacques Lacan a tenté de créer un lien entre psychanalyse et cybernétique au point de vue des dist (...)

41Le passage de l’entretien face à face au jeu d’associations libres d’une personne couchée ayant dans son dos un analyste invisible dont les manifestations ne sont pas prévisibles et dont le savoir est toujours supposé déborder celui de l’analysant est un des tours de passe les plus géniaux pour briser une trajectoire de sens et de communication et distribuer l’information circulante de manière à produire les effets de heuresis les plus percutants. De même, la théorie des jeux a imaginé des dilemmes, trilemmes et polylemmes complexes qui mettent en scène des situations qui perplexisent la décision et l’obligent à se distribuer sur plusieurs acteurs pour devenir possible20.

  • 21 Une obligation de divulgation de l’information comptable en temps réel – allant à l’extrême des ex (...)
  • 22 Sur l’inertie et le lissage de la conjoncture, voir Clam / Gaffard 2001.

42Sans vouloir construire des analogies abusives, il nous semble que les marchés financiers ne pourraient réduire certaines de leurs insensibilités à leurs environnements, c’est-à-dire ne pourraient réduire la tache aveugle de leur autoréférence, qu’en introduisant des ruptures de la continuité informationnelle au sein de leur système en distribuant l’information sur des acteurs qui se tournent le dos – dans le sens où leur communication est impossible, improbable ou contre-productive. De telles distributions auraient un effet de freinage de l’anticipation et de plus grande caution dans les décisions, les différents acteurs du système devant escompter des déconvenues qu’ils ne peuvent pas exclure. Par contre, tout ce qui, en raccourcissant les trajets de l’information et en rendant celle-ci disponible en temps réel dès sa production, promeut la continuité des flux informationnels et accroît la viabilité de leurs réseaux, met le système en situation d’hyperperformance21. Cette situation détruit les réserves d’inertie nécessaires à un lissage des conjonctures et à une inhibition de marchés tentés par la surexcitation22.

  • 23 Le ré-enveloppement calculatoire est, comme on l’a vu, le plus complet dans le cas d’une taxe géné (...)

43Les types de solution de continuité du flux informationnel que nous avons évoqués et les distributions des rôles qui leur sont associés ne sont pas les plus réalistes ni les plus intéressants. Il s’agissait ici d’exemples démonstratifs qui forcent un peu le trait. Au fond, ce dont il y va, c’est tout simplement de l’idée d’une régulation normative et condensatrice de sens usant de l’artifice de ruptures du flux informationnel afin de créer de nouvelles situations, de nouveaux rôles, de nouveaux contextes décisionnels dans lesquels l’aspect calculatoire des valeurs entre en récession au profit d’arrêts de pondération ralentissant le processus d’évaluation et introduisant en lui une cunctatio de retour sur le sens et la portée des décisions. L’essentiel est de rendre impossible un ré-enveloppement des objets par le flux calculatoire – tel que nous l’avons vu plus haut au sujet d’injonctions éthiques restées à l’état d’enclaves modelées en creux par le flux des opérations systémiques23. Ce faisant on obligerait le système financier à introduire des prises en compte de contenus qui viendraient interrompre les processus calculatoires. Ces prises en compte ouvrent l’opportunité pour des considérations et des débats « sémantiques » – c’est-à-dire s’accomplissant autour d’interrogations sur le sens des processus en cours. Elles s’imposeraient même comme des obligations de réimport de sens du réel vers la calculation financière.

44Nous pensons cependant que l’espoir attaché à la rupture de la continuité informationnelle comme favorisant un véritable import de réalité dans le système, permettant ainsi une mesure de l’adéquation de ses opérations, n’est pas fondé. La brisure des trajets de l’information par l’insertion d’écrans opaques, le détournement de ses flux dans le dos de certains acteurs, l’articulation des processus autour de méconnaissances mutuelles ne peut rompre l’autoréférence du système. Elle ne peut qu’introduire un moment de ralentissement effectif, d’inertie incontournable dans les processus calculatoires eux-mêmes. Cette inertie permet de prévenir beaucoup d’inconvénients majeurs de l’organisation du système financier autour d’une structure de marché qui échappe aux formes de résistance et de friction alourdissant le fonctionnement de tous les autres types de marchés et marquant la suboptimalité intrinsèque de l’agir économique en tant que tel. Sans inertie, le processement de l’information décolle de toute liaison à ses propres éléments et commence de surproduire du possible. Si de tels procès connaissant des phénomènes d’emballement peuvent être inhibés par l’introduction de mécanismes inertiaux – de rupture de la continuité informationnelle –, cette inhibition n’est pas équivalente à une sortie hors de la dimension calculatoire. L’introduction d’inertie est nécessaire et aurait pour effet une baisse des risques inhérents à la réalisation opérative d’une autoréférence qui a sa particulière inflexibilité de sa clôture calculatoire. On ne peut cependant imaginer qu’elle puisse rompre celle-ci.

45Pour résumer donc : il est bon et même indispensable de briser la continuité informationnelle du système financier ; cela ne peut se faire que par le biais de l’insertion, dans le processus, d’écrans qui l’opacisent à certaines de ses articulations, par l’approfondissement de césures et la distribution de rôles sur des instances spécialisées dans le traitement de types d’information particuliers ; il est tout à fait improbable qu’une telle rupture puisse déboucher sur une rupture de la clôture calculatoire et puisse ainsi introduire dans le système des « respects » sémantiques ; enfin, les « devices » destinés à rompre la continuité informationnelle, s’ils sont pensables dans leur principe, doivent être trouvés ou inventés pour le système financier dans toute sa spécificité : celui-ci est en effet organisé autour de marchés dont les transactions se font en temps réel sans conditionnement par les inerties associées à la production, l’acquisition, l’usage et la consommation d’utilités réelles.

L’IDÉE D’UN PROLONGEMENT POST-CALCULATOIRE

46Un dernière possibilité d’implanter dans le processus financier des objets représentant des contenus sémantiques qui débordent les mécanismes calculatoires de transactions toujours fragmentaires et toujours orientées sur les opportunités de gains purement différentiels, est celle d’une annexion aux marchés financiers d’un prolongement postcalculatoire. On pourrait ainsi imaginer une continuation du processus financier au-delà de ses évaluations et de la conclusion de ses contrats d’achats et de vente de titres. Annexe, prolongement, continuation doivent déboucher sur un relais qui brise la directitude du retour de la décision financière sur elle-même. Sans un tel relais, le marché est considéré avoir rempli sa fonction à partir du moment où la décision et l’engagement financiers sont tombés et que leur événement s’est répercuté dans le médium financier opérant les résonances d’auto-sensibilité que nous avons appris à connaître. Avec un tel relais, l’opération est précisément relayée par une autre opération du système financier lui-même, mais de nature post-calculatoire. Cette autre opération ressemblerait à une opération de confirmation ou de validation par le marché d’un premier cours purement calculatoire qui doit avoir lieu avant l’enclenchement des opérations de validation.

  • 24 La difficulté ici est de rendre une telle approche congruente avec la théorie systémiste que nous a (...)

47Cela voudrait dire qu’est introduite ici, dans le processus financier lui-même, une distinction entre un prodrome calculatoire et métadrome validatoire ou réalisatoire constituant chacune une instance spécifique de l’opération financière en tant que telle24. Le prodrome strictement calculatoire servirait à connaître les « prix » des choses, à évaluer l’intensité des préférences et des moyens disponibles pour les acheter. Le métadrome validerait les engagements du prodrome qui resteraient en suspens tant que la validation post-calculatoire n’a pas eu lieu. Or, il est essentiel que le prodrome, s’il strictement calculatoire, engage pleinement les contractants dans les termes mêmes de leurs contrats. Il ne s’agit donc nullement de fictiviser, fantômaliser ou virtualiser le prodrome calculatoire. Il s’agit au contraire de lui donner une très forte probabilité d’être complètement et définitivement engageant. Pour cela, il est donc essentiel que la validation post-calculatoire soit extrêmement probable, quasi routinière et aucunement modifiante des termes des opérations du prodrome.

48Il faut donc insister à la fois sur deux choses : sur la réalité du suspens dans lequel les opérations prodromiques se maintiennent jusqu’à leur validation, d’une part ; sur la très forte probabilité de celle-ci dans les conditions ordinaires, de l’autre. La nouvelle articulation du système se soutient de ces deux moments antinomiques. Elle crée une structure d’aiguisement de l’opération qui la scinde et fait converger ses deux versants vers une césure que rien ne peut lever. C’est une structure de membrane tensionnelle, instituant une vacuité entre deux versants d’une même opération et empêchant que ceux-ci se rencontrent et se touchent quelle que soit la proximité mutuelle à laquelle ils atteignent.

49Précisons notre hypothèse théorique à partir de quelques analogies instructives. L’activité économique connaît des exemples de conditionnements suspensifs ou invalidant a posteriori. Ainsi, toute une catégorie de contrats ne sont juridiquement effectifs qu’une fois levée l’hypothèque de certaines prérogatives – en général étatiques ou régaliennes – qui peuvent les annuler après leur conclusion par les parties. Les réserves de préemption par l’État de certains bien culturels peuvent ainsi intervenir pour invalider un contrat de vente, une convention de cession, une donation et toute espèce d’aliénation juridique formelle qui les fait passer d’une sphère de possession (personnelle ou nationale) à une autre (aliène ou extranationale). Certains contrats de construction sont rendus caducs quand les sites à construire se révèlent être des gisements archéologiques ou minéraliers importants. En droit allemand, La mutation des biens immobiliers est conditionnée par une inscription au livre foncier, inscription qui n’intervient qu’après signature des contrats et qui peut devenir caduque avec l’apparition d’un empêchement formel – telle une inscription concurrente qui intervenue entre temps. Plus récemment, la pratique de l’invalidation après coup de contrats importants par des autorités de régulation ou des instances administratives ou gouvernementales a connu une expansion significative : dans un environnement où les opérations de fusion et d’acquisition par les grands groupes d’entreprises concurrentes sur les mêmes marchés ont visé à remodeler stratégiquement ces derniers, les instances internationales et nationales qui veillent à la sauvegarde de la concurrentialité des marchés n’hésitent pas à faire usage de leur prérogatives d’invalidation en refusant que des contrats soient effectifs qui permettent la constitution de positions dominantes ou une prises d’influence abusives.

50On pourrait multiplier les exemples. Restons-en là cependant et tentons de voir en quel sens ces analogies sont instructives. Pour en rester au dernier exemple, l’hypothèse en construction semble se rapprocher beaucoup du modèle de la régulation administrative des processus économiques. En effet, pour la concurrence comme pour les autres aspects et les autres secteurs de ces processus, l’existence d’un régulateur est indispensable pour le maintien de la fonctionnalité des marchés dans le cadre mondialiste de l’économie contemporaine. La finance contemporaine possède elle aussi d’ailleurs des instances de régulation similaires à celles que nous évoquons. La Commission des Opérations Boursières est, en France, le recours des opérateurs du secteur boursier, en même temps qu’elle agit de sa propre impulsion pour veiller au bon fonctionnement des marchés. Elle aussi invalide après coup des contrats pour des vices qui les mettent en contradiction avec la lettre et l’esprit les législations en vigueur.

51La proposition que nous faisons d’une structure tensionnelle de non recouvrement ou de non conjonction entre le versant calculatoire de l’opération financière et son versant post-calculatoire ne relève pas du type de la régulation administrative des processus économiques. Certes, l’analogie est très forte tant que nous considérons l’aspect qui associe la très haute probabilité de validation ou le caractère exceptionnel de l’invalidation avec l’existence irréductible de la possibilité d’exception – l’avantage étant que le risque marginal n’influe pas sur la production calculatoire du prix ni sur la validité juridique des contrats. Cependant, l’analogie s’arrête là. En effet, notre hypothèse ne fait pas relever d’une autorité institutionnelle l’invalidation des opérations en cours. Il ne s’agit pas de la répression de pratiques illicites ni de la prévention d’abus qui corrompent le système. Il ne s’agit pas d’un régime qui régit l’exception, mais d’un régime régulier d’impact invalidant exceptionnel. Il ne s’agit pas de l’adjonction au système ou même l’insertion en lui d’une autorité qui a l’œil sur ce qui ne va pas bien en lui et contrevient aux règles prescrites. Un tel régime serait inquisitoire et exigerait une organisation institutionnelle adéquate dont l’action ne vient pas seulement après coup, mais demande les précautions et les délais nécessaires à toute poursuite juridique. Même là où des procédures de référé sont prévues, celles-ci apparaissent toujours en-dehors du processus en cours et sont appelées comme des interventions d’un lieu de jugement et de discrimination autre que celui du processus lui-même. La régulation inquisitoire par l’intermédiaire d’une autorité ayant des pouvoirs de contrainte et de sanction est toujours extérieure au plan des processus systémiques. Notre hypothèse qui scinde l’opération du système en deux versants veut maintenir les deux versants dans le même plan processuel.

52Comment cela est-il possible ? Une autre analogie peut nous le faire comprendre, celle de la distinction entre monnaie de compte et monnaie réelle. Une monnaie de compte est le médium de l’évaluation monétaire dans lequel les prix sont exprimés. Sur la base d’une expression des valeurs en échanges par cette monnaie, l’échange concret intervient par l’effectuation d’un paiement dans une autre monnaie qui est le médium circulant réellement et le moyen de réaliser matériellement la transaction. Les prix peuvent ainsi être négociés et fixés dans un médium, mais les paiements réels ne sont accomplis que par le versement de sommes d’une autre monnaie qui doivent être matériellement disponibles. Dans ce type d’échange, on peut distinguer deux versants de la transaction : un versant calculatoire et un versant réalisatoire qui lui succède. Dans la majorité des cas, les deux versants se font et sont fondus dans une continuité qui permet à peine de les distinguer. Ce n’est que quand le paiement réel n’intervient pas alors que l’engagement calculatoire est effectué qu’il y a invalidation de celui-ci après coup. L’accomplissement réalisatoire de cet engagement peut être empêché pour une variété de raisons dont la principale est la non disponibilité de la monnaie réelle ou l’ajout de coûts de transaction liés à sa fourniture. Une telle réserve est ainsi posée sur la réalisation de la transaction calculatoire et couple celle-ci à des conditions systémiques qui cependant réduisent la tache aveugle de l’autoréférence monétaire. Appliquée à la finance, une telle réserve permettrait d’ouvrir une faille dans l’autisme de l’autoréférence financière.

53Il ne s’agit donc pas d’adjoindre au système financier un système post-financier qui le suive et soit capable de corriger les aberrances de son autopoïèse. Il s’agit d’une opération du système financier lui-même qui brisera la directitude de la transaction financière en allongeant celle-ci d’un dédoublement qui toutefois ne pourra jamais être calculatoirement anticipé. Le système ne peut connaître à l’avance les points d’émergence de ses dérives ; il ne peut savoir si et la manière dont l’éventuelle invalidation de ses opérations va se faire. Les contrats conclus lors des transactions financières sont donc valides, leurs prix sont les bons prix, mais ces prix ne sont payés effectivement qu’après validation formelle – laquelle prend la forme de ce même paiement. Même des gains spéculatifs excessifs pourraient être effectivement payés ; parfois des opérations routinières du système portant sur des transactions courantes pourraient par contre être invalidés. Peu importe la régularité, la logique et la de l’invalidation. L’essentiel c’est que les transactions se fassent sous une réserve suspensive qui de par son existence incite les opérateurs à prévenir le risque de l’invalidation en ne tirant pas trop sur les ressources de l’autoréférence systémique.

54Quelle forme une telle invalidation peut-elle prendre et comment peut-elle s’articuler sur les transactions calculatoires ? On peut imaginer ici des opérations financières spécifiques de l’invalidation qui cependant ne se distinguent des autres opérations financières que par le fait qu’elles se rapportent non pas à l’acquisition ou l’aliénation d’effets financiers, mais au recyclage d’opérations qui ont été calculatoirement accomplies sans déboucher cependant sur une réalisation effective par effectuation des paiements correspondants. L’invalidation consisterait précisément en ce processus d’incision d’une rupture effective dans la continuité entre le versant calculatoire et le versant réalisatoire de l’opération financière, rupture qui permet d’arrêter la transition naturelle de l’une vers l’autre, de récupérer la partie calculatoire de l’opération pour l’introduire dans un nouveau cycle de processement. Il ne s’agit donc pas d’une annulation pure et simple de l’opération – comme dans le cas d’une préemption étatique ou d’une intervention d’un régulateur pour casser des contrats conclus. L’invalidation recycle l’opération à un niveau supérieur dans lequel elle surseoit à sa réalisation moyennant une modification de ses termes.

55En effet, une invalidation purement et simplement annulatrice ne pourrait d’une part qu’être le fait d’une instance autoritaire régulatrice ou souveraine mue par des prérogatives régaliennes – de sauvegarde de l’intérêt général. Une telle annulation qui ne serait pas aléatoire – et il n’y a aucun intérêt à interrompre le flux financier par de l’aléa pur, sinon à le brouiller complètement – devrait se justifier comme intervention autoritaire. Elle doit s’imposer le respect de procédures formelles claires, si elle ne veut devenir arbitraire. Or, comme nous l’avons vu, pour cela le temps est trop contracté et aucune procédure, aussi accélérée soit elle, ne peut s’enclencher sans l’opportunité d’un interstice temporel dans lequel elle puisse s’inscrire. Par contre, une invalidation recyclante serait le fait du système financier lui-même qui produirait des opérations de second ordre dans lesquelles la validité calculatoire des opérations courantes serait conservée, mais dont la réalisation des gains ou pertes différentiels serait modifiée. On peut ainsi imaginer des opérations qui, tout en maintenant la validité de gains spéculatifs excessifs, produirait sur ceux-ci de nouveaux gains d’une autre sorte. En empêchant la réalisation du gain spéculatif, elle produit elle-même une plus-value sur le marché, appréciable en termes de plus grande correction de ses cours.

56L’invalidation ne se justifie en effet que quand elle apporte au processus une correction a posteriori qui, en tant que telle, est appréciable en termes de plus-value financière. Ainsi, nombre d’opérations financières se révèlent, après leur événement, comme nuisibles à l’ensemble des opérateurs, sauf éventuellement une minorité. De telles opérations grèvent le processus financier comme tel et sont pour ainsi dire quasi unanimement regrettées. Leur correction souhaitable peut alors venir d’opérations financières d’invalidation qui sont des opérations de rachat pour ainsi dire de la transaction calculatoire et de recyclage dans un nouveau circuit du marché. Là, la minorité bénéficiaire des premières opérations est payée d’une part de son gain, alors que le reste non réalisé est partagé entre les parties qui opèrent l’invalidation, lesquelles se rémunèrent sur la plus-value réalisée par le marché dans son ensemble, et celui-ci. La part de celui-ci est précisément la part non réalisée ou anéantie de la transaction calculatoire.

  • 25 Certaines révisions d’engagements contractuels sont prévues par la loi ou sont inventées pour des (...)

57Ainsi, quand nous disons que l’invalidation n’est pas pure annulation, mais conservation des quanta de l’opération calculatoire, nous voulons dire que ceux-ci demeurent valables comme la base sur laquelle la répartition des quotités entre parties engagées calculatoirement, parties invalidantes et marché dans son ensemble se fait. La part du marché est en général la quotité de l’opération calculatoire qui se trouve anéantie, et qui, dans l’exemple de gains spéculatifs excessifs est importante ; celle des invalidants est une quotité marginale sur le chiffre d’affaire calculatoire de l’opération – marginale, mais suffisamment incitante pour donner l’impulsion d’invalidation ; celle des parties engagées serait elle aussi marginale, quoiqu’éventuellement plus importante que celle des invalidants, car il faut maintenir une certaine « sécurité » de l’opération calculatoire en en empêchant la fictivisation. Dans un tel système, les gains sont faits sur l’évitement de très grosses pertes généralisées, tout en maintenant une part de perte qui est une partie du gain de l’opération calculatoire25. La structure de l’ensemble est tensionnelle dans le mesure où il y a à la fois maintien de la validité (calculatoire) et invalidation (réalisatoire). Ce maintien est total pour ce qui est des quanta calculatoires, il n’est que partiel dans leur transposition réalisatoire puisque une partie de ces quanta va être anéantie dans une opération de libération du marché de charges excessives.

***

58L’hypothèse proposée est une simple construction théorique. Son intérêt est d’avoir exploré des chemins de construction qui ne sortent pas de l’autoréférence systémique du processus financier. Elle s’est laissé guider, à chaque fois qu’une alternative de construction s’est présentée, par les exigences de maintien de l’autoréférence. C’est pourquoi elle peut se présenter comme la seule option parmi toutes celles que nous avons passé en revue qui satisfasse ces exigences. Toutes les autres ont, à un moment ou un autre, rompu la clôture opérative du système et importer des objets que le système ne peut que contourner – même si ses opérateurs font tous les efforts imaginables pour en tenir compte. Nous avons vu que c’était surtout la nature calculatoire du processus qui rendait la clôture si imperméable à tout enrichissement et si réfractaire à tout ralentissement par le sens. Il semble donc que les seules options demeurées ouvertes pour la massivisation du sens du processus financier soient du type de celle que nous avons construite.

59L’association de ruptures du flux informationnel par la compartimentation de l’information, la distribution de rôles et la création de nouveaux contextes décisionnels, d’une part, à une scission de l’opération financière en deux versants – calculatoire et réalisatoire –, de l’autre, semble aller à l’extrême de ce qui est faisable pour ralentir sémantiquement le processus financier. Tant pour l’une que pour l’autre hypothèse que nous associons – c’est-à-dire tant pour la rupture du flux que pour la scission de l’opération –, nous sommes loin d’avoir proposé des moyens dont la praticabilité soit assurée. Au contraire, nous avons insisté sur le fait que ces moyens, ces « devices », s’il en est, devaient encore être inventés. Tout ce qui peut être soutenu avec une certaine assurance, c’est que les voies suivies pour la construction de nos hypothèses étaient contraignantes et qu’il ne semblait pas y en avoir d’autres. Si d’autres voies devaient exister, elles seraient du même type. Il nous a semblé exclu que d’autres voies d’un autre type soient par ailleurs données. En somme : dans les conditions de maintien de l’autoréférentialité du système financier, les seules alternatives à la construction proposée seront articulées autour des mêmes nécessités et des mêmes impossibilités.

60Il faut donc se résoudre au constat suivant : tout ce qui peut s’imaginer pour brider l’oscillation entre fonction et dysfonction du médium monétaire dans ses formes mûres, c’est-à-dire réflexivisées, est tout aussi peu concluant que l’hypothèse que nous avons construite. On ne sait pas, en effet, si elle est praticable ou pas. On ne sait pas non plus si des alternatives à elle qui appartiendraient au même genre, le seront ou pas. Tout ce qu’on sait, c’est que les contraintes que fait peser l’autoréférence du système sur la recherche de voies d’insertion de sens dans ses processus, sont extrêmes. À chaque fois que l’on se rappellera ces contraintes et qu’on s’orientera sur l’inflexibilité de la génération des opérations systémiques à partir de la mise en réseau d’autres opérations systémiques, la voie suivie sera entachée de doutes. Est-il en effet si certain que notre hypothèse d’une scission de l’opération financière en deux versants permette à cette opération dédoublée et intégrant en elle-même un moment d’arrêt principiel d’échapper véritablement au ré-enveloppement par la dynamique calculatoire, comme nous tentions de le garantir. Rien ne l’est moins. En effet, même si le versant réalisatoire veut être régi par des critères autres que ceux du calcul financier, on ne peut exclure que les mécanismes d’invalidation développent des critères calculatoires pour leur enclenchement, relayés à leur tour par des critères calculatoires pour la répartition des quotités de l’opération invalidée.

61Ainsi, à l’extrême de la trajectoire de la dématérialisation de la valeur que les différentes études de l’ouvrage ont dessinées, nous retrouvons dans le système financier de l’économie contemporaine une forme réflexivisée du médium monétaire qui semble échapper à toute tentative de substantiation matérielle ou sémantique, même partielle, de ses processus. L’immatérialité de la valeur culmine dans une clôture de sa dimension calculatoire sur elle-même. En dehors de cette dimension, la valeur est valeur vécue détachée de la circulation et en conflit avec elle. Une béance s’ouvre entre valeur vécue et valeur circulante. De plus en plus, celle-ci échappe, dans la dynamique de sa circulation elle-même, à des prises en compte du sens que font ses échanges dans le médium monétaire, et encore plus du sens que feraient les échanges de ses échanges monétaires dans le médium financier qui est le médium de l’argent réflexif. Tous les objets que nous avons tentés d’implanter dans le processus de circulation financière des valeurs se sont révélés inopérants. Ces objets devaient aider à retenir le flux désormais purement calculatoire du circuit des valeurs et lui donner des points d’accroche afin que celles-ci puissent transparaître, dans leur matérialité et leur finalité, à travers le processus qui les encycle. Les objets implantés n’ont fait que s’enclaver comme des volumes en creux dans le flux qui les a enveloppés pour courir sur leurs surfaces bien au-delà d’eux.

62Dans ces conditions, la tension entre valeur vécue et valeur circulante est irréductible. Alors que dans nos sociétés et la structure communicationnelle qui est la leur, c’est la circulation qui crée la valeur, la valeur créée de son côté ne s’ouvre au vécu qu’arrêtée dans le courant, à la manière d’un objet massif dont les surfaces solides forment l’exception de flux dans le flux. La valeur vécue a ainsi tendance à se « sphériser » en une espèce d’intimité ou d’espace intérieur dont l’opportunité ne peut naître que d’un devenir massif du sens de la valeur.

  • 26 Des « sphères » et des « bulles » dans la théorisation de Sloterdijk (1999).
  • 27 Certains, comme Giddens (1991, p. 169), sont inquiets du fait que le vivre perd de son sérieux dan (...)

63La tension est donc à la fois générale et extrême. Elle est partout, puisqu’elle est immanente à la structure contradictoire de la production et de l’expérience de la valeur dans nos sociétés. Elle a l’intensité de cette contradiction elle-même. La valeur est produite et accrue par la circulation ; son expérience demande l’isolement et la fermeture sur lui-même d’un espace qui, dans la circulation, se solidifie et s’excepte d’elle. Les deux processus semblent se renforcer mutuellement : la fermeture du processus circulatoire de la valeur monétarisée et financiarisée sur une autopoïèse calculatoire inflexible alimente l’autre involution en soi des processus d’expérience du sens dans des espaces d’intériorité26 qui s’enflent et s’alourdissent dans le courant du premier processus comme ce qui ne se laisse pas dissoudre et emporter par lui. L’ensemble de la communication sociale dans nos sociétés porte l’empreinte de cette structure d’aversion mutuelle de deux processus : l’un qui produit les conditions du vivre dans une clôture qui le détourne et l’insensibilise à l’endroit de la substance du sens du vivre, pour le refermer sur ses syntaxes fonctionnelles et productives, l’amenant à de très hauts niveaux d’abstraction et de performance27 ; l’autre qui s’involue sur le vivre du vivre et qui n’est possible que parce que les conditions du vivre sont produites dans une direction indifférente à leur sens. La rupture de ce rapport d’aversion mutuelle de l’impulsion des processus paraît très difficile. On pourrait désespérer de l’entreprise. Certains pourraient se demander si elle est encore nécessaire.

Notes

1 L’actance est un concept qui provient de la sémantique structurale de Greimas (1966). Il a été importé en épistémologie par Bruno Latour (1991) qui en fait un usage qui étend la notion de l’agence d’un acteur jusque-là restreint à l’ensemble des sujets humains à tous les causateurs stables.

2 Sur ce schématisme et sa relation aux manières de penser ontologiques à partir de l’identité, voir Clam 2000.

3 Nous renvoyons à ce propos à notre discussion plus haut (chapitre 3, Approche) du rapport de l’agent à son factum et du dépassement de ce celui-ci par celui-là.

4 Nous renvoyons, pour une discussion de l’évolution de l’économique antique, et en particulier à celle de Xénophon et d’Aristote, à notre Norme, fait, fluctuation (Clam/Gaffard 2001).

5 L’appel à l’éthique de l’acteur fait l’objet d’une discussion étendue chap. 3.

6 Il paraît du coup parfois difficile de distinguer ce qui relève de l’une ou de l’autre de ces fonctions différenciées de la communication. C’est une difficulté que la théorie systémiste a essayé de surmonter en créant le concept de « couplage structurel ». Sur ce concept, voir le numéro spécial de la revue Soziale Systeme (7 / 2001, n° 2) dédié à cette problématique. Voir aussi mon « The Specific Autopoiesis of Law : between Derivative Autonomy and Generalised Paradox », (Clam 2001) où j’explique pourquoi il est impossible d’empêcher une circulation de substance sémantique d’un système perdifférencié vers l’autre.

7 Sur la structure événementielle de l’économie monétaire moderne – et en particulier de son système financier – voir Baecker 1988.

8 Dans la Philosophie de l’argent et discutées plus haut (chap. 1, La dématérialisation).

9 Sensibilité et sélectivité conditionnées par cette clôture elle-même, devrait on préciser.

10 Ces formulations ont été présentées par Jean-Michel Bonvin lors du séminaire « Négociations, normes et régulation », tenu à l’Université de Fribourg (Suisse) 19-20 septembre 2002.

11 Le texte fondamental est sans doute Das Kapital, I, 1, 4.

12 Jean-Michel Bonvin a esquissé, dans la contribution citée dans la note précédente, une forme de rationalité financière qu’il a appelée « rationalité fondamentaliste » et qui correspondrait à une telle adéquation des flux financiers aux processus économiques dont ils constituent l’évaluation constante. Une telle adéquation ne peut être soutenue, pour la finance réelle, que contre toute évidence – à la manière d’un paradoxe. Par contre, l’adéquation reprend son sens et redevient possible dans le cadre d’un renversement similaire à une réorganisation marxiste de l’économie et de la société.

13 Si mobiles parfois qu’ils en deviennent volatiles. La volatilité se comprend comme un très grand degré de mobilité.

14 Je cite Gesell d’après Flotow 1986, p. 9.

15 Notons que celle-ci ne se conserve comme capital (c’est-à-dire que les biens n’accèdent au statut de capital) que là où l’argent en tant que tel a lui-même la propriété d’être du capital.

16 Tel que Flotow (op. cit.) pour qui le Naturverbrauch est ce que la rente monétaire accomplit sans payer de prix pour cela, c’est-à-dire sans qu’elle comptabilise la destruction de cette ressource dans son compte Coûts.

17 Voir Suhr 1984.

18 À ces difficultés s’ajoute le problème de l’usage de la taxe et des arbitrages entre différents de ses emplois qui seraient plus ou moins intéressants.

19 Il existe d’autres moyens plus techniques de brider le flux informationnel : on peut raccourcir les séances de négociation des bourses, on peut les reporter – comme on le fait lorsque l’erratisme des marchés est extrême –, on pourrait même les rendre aléatoires. On pourrait les espacer les unes par rapport aux autres et éviter que différentes places boursières se donnent le relais d’une surexcitation ou d’une volatilité délétères. Certains de ces moyens sont réalistes et peuvent être implémentés. D’autres le sont moins. Tous brisent d’une manière ou d’une autre le flux informationnel. Cependant, tant qu’ils ne sont pas conçus avec systématicité comme articulations opacisantes de ce flux et tant que leurs effets sur le processus calculatoire – et les moyens qu’il va inventer pour les lisser ou les contourner – ne sont pas connus, on ne peut parler à leur sujet de stratégies de bridage de l’autoréférence systémique et d’insertion en elle d’objets sémantiques massifs.

20 Jacques Lacan a tenté de créer un lien entre psychanalyse et cybernétique au point de vue des distributions de savoirs qu’elles mettent en scène et des effets que ces distributions ont sur le processus communicationnel et décisionnel. Nous renvoyons en particulier à « Le temps logique et l’assertion de certitude anticipée » in Écrits 1, p. 195.

21 Une obligation de divulgation de l’information comptable en temps réel – allant à l’extrême des exigences anglo-saxonnes de « disclosure » – inonderait informationnellement les marchés et leur ferait perdre toute capacité de stabilisation.

22 Sur l’inertie et le lissage de la conjoncture, voir Clam / Gaffard 2001.

23 Le ré-enveloppement calculatoire est, comme on l’a vu, le plus complet dans le cas d’une taxe généralisée non modulée sur l’origine des plus-values, le profil de leurs détenteurs et la nature des biens et services dont la production et la vente génèrent ces plus-values.

24 La difficulté ici est de rendre une telle approche congruente avec la théorie systémiste que nous adoptons comme théorie de référence dans l’ensemble de ce travail. Une opération en deux temps ne peut être construite dans ce cadre théorique – l’insistance sur l’unité de l’opération étant basale ici. Cependant, rien n’empêche qu’un système ait une variété qualitative d’opérations qui, toutes, sont structurellement l’opération d’un système et dans ce sens, sont instances à chaque fois de la même opération s’accomplissant dans le même médium, utilisant le même code et actuant le même événement.

25 Certaines révisions d’engagements contractuels sont prévues par la loi ou sont inventées pour des situations particulièrement imprévisibles face auxquelles l’engagement est complètement vidé de l’intention qui a présidé à l’engagement des parties. Ainsi, dans des contextes d’inflation excessive ou d’hyperinflation, les termes de contrats qui rémunèrent monétairement la fourniture d’un bien ou d’un service peuvent être revus. Récemment encore, les contrats de cession par l’État de licences d’exploitation de réseaux (de troisième génération) à des entreprises de télécommunications ont été révisés sur la demande des parties engagées défavorablement (les opérateurs). Les opérateurs ayant surspéculé sur la rentabilité de ces marchés, les états ont revu les contrats, pour ne pas mettre les entreprises hors jeu.

26 Des « sphères » et des « bulles » dans la théorisation de Sloterdijk (1999).

27 Certains, comme Giddens (1991, p. 169), sont inquiets du fait que le vivre perd de son sérieux dans ces conditions de sa production. Le problème est surtout qu’il y perd de son goût.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search