Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Quatrième partie. Idéologies et pouvoir

Grandes enceintes et rites funéraires au Néolithique moyen

Anne Augereau

Texte intégral

Les enjeux de la recherche sur le Ve millénaire

1À bien y regarder, l’essentiel de la recherche sur le Néolithique se résume à l’étude du passage entre des sociétés de prédateurs à des sociétés de producteurs. Ces changements de mode de vie sont probablement parmi les plus importants qu’aient connus les sociétés humaines au cours de la préhistoire. Il est nécessaire d’abord de préciser les étapes de la néolithisation et d’établir la chronologie de l’émergence du Néolithique, notamment dans les secteurs les plus éloignés des zones nucléaires, comme le Bassin parisien ou la façade atlantique pour la France. À travers l’étude de la céramique, qui permet de percevoir la chronologie et l’origine culturelle du front de colonisation, on s’interroge sur la ou les ascendances du processus de néolithisation : colonisation directe, indirecte, partielle, cohésion culturelle des colons, part de l’ascendance danubienne, de l’ascendance méditerranéenne, colonisation lente par petits groupes, migration massive de populations, etc.

2Au-delà de ces aspects chronologiques et culturels, un autre débat agite la communauté des néolithiciens : le face-à-face entre les colons néolithiques et les derniers chasseurs-cueilleurs mésolithiques. Comment se sont-ils rencontrés ? Comment les Mésolithiques ont-ils assimilé le mode de vie néolithique : rapidement ? progressivement ? dans toutes ses composantes ? Quelle a été la part des Mésolithiques dans la mise en place de la néolithisation ?

3Enfin, un troisième enjeu consiste à étudier le comportement des générations suivantes de Néolithiques, une fois la néolithisation accomplie. À l’échelle européenne, divers changements sociaux, techniques, économiques et culturels interviennent alors, à partir du milieu du Ve millénaire jusqu’au milieu du IVe, changements dont le berceau serait situé dans les steppes pontiques et le bassin des Carpates [Lichardus et al. 1985]. Là encore, le modèle diffusionniste a longtemps été de mise pour expliquer l’émergence de ce nouvel état. Mais on néglige encore trop les conditions locales, supra-locales et régionales, substrat à partir duquel ont évolué les sociétés issues de la néolithisation.

4Vers 4700-4500 avant notre ère, le processus de néolithisation est donc achevé : la plupart des provinces françaises pratiquent l’économie de production et sont sédentarisées. Le métissage entre colons néolithiques et autochtones mésolithiques est consommé à tel point que l’on retrouve certains éléments des traditions indigènes dans le domaine spirituel mais aussi technique, preuve, s’il en est, d’une assimilation réciproque. Les territoires s’étendent et se diversifient. C’est aussi à ce moment-là que vont se mettre en place les identités locales ; pour autant, les communautés ne restent pas repliées sur elles-mêmes, établissant des contacts qui ont parfois amené des évolutions notables. Mais il est clair que ce processus ne s’est pas réalisé en un jour et l’on en trouve déjà les prémices à la fin du Néolithique ancien. Il se poursuit sur plus d’un millénaire, durant lequel on peut distinguer deux phases principales : le Néolithique moyen I, correspondant à une phase de stabilisation et d’enracinement des pionniers néolithiques dans leur nouvel environnement, et le Néolithique moyen II, marqué par une accentuation de ce phénomène en même temps que certaines cultures font preuve d’une dynamique d’expansion.

Le développement des enceintes : l’émergence de la centralisation des pouvoirs

5Dans ce contexte général, un phénomène commun à l’ensemble de l’Europe se met en place dès le Ve millénaire : aux côtés d’habitats ouverts dont il ne reste le plus souvent que quelques fosses à détritus, on voit le développement de sites de grande ampleur ceinturés par des palissades et des fossés externes doublant ces palissades. Les surfaces encloses peuvent atteindre 8 à 10 hectares, les plus petites se situant aux alentours de 1 à 2 hectares. Le principe architectural de base de ces structures est un fossé, ou un chapelet de fosses, et une palissade de bois interne. Le creusement du fossé sert également à l’érection d’un talus, de part et d’autre de la palissade, avec les matériaux extraits (fig. 1). Les fosses servent très souvent aussi de dépôts à détritus, si bien qu’elles regorgent parfois de matériel archéologique : déchets de fabrication d’outils de pierre, outils usagés, fragments de récipients cassés, reliefs de repas. D’autres dépôts sont plus particuliers : au fond de certains segments de fossés, notamment ceux situés à proximité des entrées, il arrive que l’on trouve des vases complets écrasés sur place, des quartiers de viande (dont il ne reste évidemment que les os), des bucranes de bœuf, voire des animaux complets. Ces éléments se distinguent clairement de simples détritus et certains chercheurs les ont interprétés comme des dépôts de fondation.

Figure 1 : L’enceinte de Grisy-sur-Seine, en Seine-et-Marne. Elle est constituée d’un fossé continu (au premier plan) et d’une palissade interne, ici implantée dans des trous de poteaux successifs (traces circulaires). Dans les coupes du fossé, on discerne une partie plus claire vers l’intérieur, qui correspond à l’effondrement dans la structure du talus érigé entre la palissade et le fossé (cliché Daniel Mordant/CG 77, d’après Mordant 1988).

Figure 2 : Le camp de l’Étoile, dans l’Oise (cliché Roger Agache).

6À partir de ce modèle fossé/palissade, on enregistre un certain nombre de variations. Tout d’abord, le plan de la structure peut être circulaire (le camp de l’Étoile, dans l’Oise, par exemple, fig. 2). Il peut aussi être arciforme, s’appuyant sur un bras de rivière, ou encore trapézoïdal, accoté sur le rebord d’une terrasse. On trouve des systèmes de fossés implantés sur un éperon rocheux qu’ils barrent. Le fossé peut être double, triple, voire quadruple. Parfois, la structure se limite à la simple palissade, sans fossé. Au Néolithique moyen, les systèmes d’entrée sont généralement simples : ils se réduisent bien souvent à une simple interruption du fossé et de la palissade, aux extrémités de laquelle sont implantés des poteaux plus forts recevant peut-être un portique. On connaît aussi des couloirs, des chicanes formées par des poteaux disposés en triangles.

7Le statut et la fonction de ces sites restent encore en discussion. Diverses hypothèses ont été émises : enclos à bestiaux, structures défensives, lieux de rencontres ou d’échanges, centres cultuels, etc. Le fait est qu’il ne s’agit pas d’habitats ordinaires. Dans certaines vallées, l’Aisne par exemple, les enceintes s’inscrivent dans un tissu d’occupations variées [Dubouloz 1989] (fig. 3). De petits hameaux ouverts, répartis sur l’ensemble de la vallée, constitueraient la trame de l’habitat. De petites enceintes, régulièrement réparties sur le territoire, pourraient jouer le rôle de marqueur territorial et la pauvreté des vestiges généralement rencontrés dans ces structures attesterait un habitat non permanent à vocation fédératrice pour un groupe humain alentour. Enfin, de grandes enceintes, peu nombreuses, sont interprétées comme des lieux de rassemblements périodiques où s’exprimerait régulièrement, à l’occasion de cérémonies collectives, l’appartenance des individus à un groupe social déterminé.

8Si ce modèle repose sur des données encore trop partielles ou non vérifiées, l’enceinte signale néanmoins un changement dans l’organisation sociale des Néolithiques. Ici apparaît de manière évidente la notion de collectivité. En effet, il est douteux que de tels ouvrages aient pu être édifiés sans un regroupement des forces vives de la société. L’ampleur de certains monuments, dont le fossé peut atteindre 5 mètres de largeur pour 2 à 3 mètres de profondeur, indique qu’une bonne partie de la communauté a été mise à contribution. Il en est de même pour la coupe du bois nécessaire à l’édification de la palissade, laquelle peut parfois requérir près de cinq mille fûts, de même que son transport, la calibration des fûts et leur érection. De surcroît, il est probable que, du fait de leur masse et de leur diversité, les travaux à exécuter n’ont pu s’accomplir que dans le cadre d’une coordination dont les membres auraient une idée de la construction à obtenir, de son tracé et de son architecture, distribuant les tâches, constituant les équipes, veillant au bon déroulement des travaux, bref, une sorte de maîtrise d’ouvrage.

Figure 3 : Restitution du modèle d’implantation humaine dans une vallée au Néolithique moyen (dessin Gilles Tosello).

9Le rôle socialisant des enceintes s’exprime aussi dans certains des indices qu’elles ont livrés. Par exemple, l’enceinte de Boury-en-Vexin, dans l’Oise, comporte des dépôts d’animaux pratiquement entiers : des vaches, des moutons ont été partiellement consommés et ensuite placés dans le fond du fossé. On peut s’étonner d’un tel gaspillage de nourriture. Toutefois, dans les sociétés actuelles ou sub-actuelles, à hiérarchie embryonnaire, l’accumulation de richesses est interdite ; les chefs doivent faire preuve de prodigalité en redistribuant une partie de leurs acquis dans le cadre de festins rituels où sont présents tous les membres de la communauté. Les dépôts de Boury pourraient représenter les restes de tels festins. Cette pratique est également connue dans le sud de la France, à Villeneuve-Tolosane, où des empierrements de galets chauffés de grandes dimensions ont pu servir à la cuisson à l’étouffée de grandes quantités de nourriture (fig. 4). À proximité, les restes de vingt-cinq bovins, abattus au même moment, ont été retrouvés dans une fosse. Ce statut particulier de certaines enceintes, surtout au Néolithique moyen II, est également sensible dans la pratique consistant à inhumer certains individus dans le fond du fossé : il en est ainsi à Grisy, en Seine-et-Marne, mais également à Villeneuve-Tolosane. Ainsi, ce sont les fonctions sociales et symboliques qui ressortent le plus souvent de l’étude des enceintes. On peut y adjoindre aussi une fonction idéologique : l’enceinte, de par sa visibilité et son caractère monumental, pourrait symboliser une prise de possession du territoire. En revanche, la fonction défensive, parfois avancée notamment pour les petites enceintes les plus anciennes, reste mal documentée, aucune trace de conflits n’étant indiscutablement reconnue.

10Un rôle de protection et de concentration des richesses peut également être évoqué. En témoigne l’implantation de ces structures dans le sud de la France, sur un promontoire dominant une plaine alluviale fertile [Beeching 1991]. Celle-ci a dû faire l’objet d’une exploitation importante dont les produits ont été centralisés dans l’enceinte, qui comporte souvent de très nombreuses structures de traitement et de conservation des céréales. La fonction de protection est encore plus évidente pour les villages lacustres, bien connus en Franche-Comté. Le lac de Clairvaux, dans le Jura, a abrité sur son pourtour des villages les pieds dans l’eau. Leur position malcommode, d’accès difficile et éloignée des champs cultivés, montre que l’avantage de ce type de milieu, en dehors de sa richesse écologique, est d’offrir un site naturellement protégé. Il s’agirait là d’une adaptation au milieu lacustre du principe de l’habitat enclos, caractérisé par ses enceintes [Pétrequin et Pétrequin 1988]. Ainsi, la centralisation des richesses et la fonction socialisante de l’enceinte – un ouvrage éminemment collectif – montrent que le Néolithique moyen a vu l’émergence d’un pouvoir centralisé, conséquence possible d’une compétition territoriale inconnue jusqu’à présent.

Figure 4 : Les structures empierrées de Villeneuve-Tolosane, qui ont pu fonctionner à la manière des fours polynésiens (cliché Jean Vaquer, CNRS).

La naissance du monumentalisme funéraire

11Le monumentalisme est aussi de mise dans le domaine funéraire. Le Néolithique moyen est en effet l’époque de l’apparition des grandes tombes monumentales, que l’on retrouve sous plusieurs formes. Au Néolithique moyen I, ce sont les longs tumuli, qui se répandent en Armorique, en Normandie et dans le Bassin parisien. Dans les pays où la roche abonde, ces structures font appel à la pierre sèche, notamment pour la construction du caveau. On citera par exemple le tertre d’Erdeven, dans le Morbihan, constitué d’un caveau en pierres sèches composé de dalles de granit verticales supportant des éléments de couverture en encorbellement. Le tertre, de 80 mètres de longueur, est bordé d’un fossé dont une partie des matériaux a servi à la construction de la partie en élévation. Dans d’autres cas, le tumulus est formé d’un amoncellement de cailloux – on l’appelle alors « cairn ». Dans les plaines du Bassin parisien, ces structures, qui peuvent être parfois très longues, jusqu’à 70 mètres à Passy (Yonne), sont exclusivement en terre et en bois. Une sépulture unique, ou plusieurs sépultures, sont disposées dans l’axe du monument. Généralement, il s’agit de tombes de personnages importants, qui sont accompagnés de matériel relativement abondant : carquois de flèches, parures en coquillages, défenses de suidés, poinçons en os et aussi de curieux objets fabriqués dans des omoplates de grands ruminants dont la forme évoque des figurations anthropomorphes.

12Dans le sud de la France, les pratiques funéraires sont extrêmement variées. On connaît aussi des structures monumentales, généralement en pierre. Il s’agit le plus souvent de petits caveaux quadrangulaires entourés de cercles de pierre ou pris dans des tumulus de cailloux de forme circulaire (Saint-Jean-du-Désert à Marseille, Caramany dans les Pyrénées-Orientales, fig. 5). Des sépultures sont implantées dans les habitats et notamment dans des fosses-silos, comme à Berriac, dans l’Aude, ou à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme. Les grottes sépulcrales sont également nombreuses. Dans les tombes monumentales, le mobilier est riche et abondant : vases supports et écuelles décorés, lames en silex blond, armatures de flèche, parures en callaïs (une roche verte, également appelée « variscite », dont les ateliers ont été repérés à Can Tintorer, en Catalogne). Dans la plaine rhodanienne, à Montélimar, des sépultures individuelles sont organisées en cercle et étaient probablement recouvertes d’un tertre. Autour, une quinzaine de fosses contenaient des objets divers, courants ou rares : lames d’obsidienne, nacre, vase entier, os de bœuf. Enfin, un cercle de structures empierrées, probablement des foyers, englobe le tout. À la limite de ce cercle, deux bœufs entiers étaient déposés. Il ne s’agit donc pas seulement d’un site sépulcral : la présence des structures de combustion empierrées ainsi que des bœufs sacrifiés marquent également un lieu cérémoniel.

13Le Néolithique moyen II voit, dans l’Ouest, les sépultures monumentales mégalithiques évoluer vers une nouvelle architecture et une plus grande diversité. Font leur apparition des tertres circulaires à coffre puis des chambres à couloir, d’abord simples puis transeptées ou compartimentées, ainsi que des dolmens. Les techniques de construction sont parfois très complexes : les voûtes en encorbellement ne sont pas rares. Mais le trait marquant de cette région est sans doute la mode pour la tombe collective, qui va faire l’objet d’un engouement général par la suite, au Néolithique final. En revanche, dans le Bassin parisien, les grandes structures monumentales disparaissent complètement. Les données funéraires manquent d’ailleurs cruellement, sauf si l’on y rattache les quelques sépultures découvertes dans les fossés d’enceinte, comme à Grisy, en Seine-et-Marne, ou les quelques os humains épars mêlés aux détritus des mêmes structures. Aussi, si au Néolithique moyen I le monde des morts et le monde des vivants étaient clairement séparés dans l’espace, et probablement aussi dans les esprits, il semblerait qu’au Néolithique moyen II l’enceinte remplisse à la fois les fonctions temporelles et spirituelles [Mordant et Mordant 1988].

Figure 5 : La nécropole de Caramany, dans les Pyrénées-Orientales (cliché Alain Vignaud, Inrap).

Le contexte : terroirs et diversification économique

14La centralisation des richesses et peut-être aussi des pouvoirs, le monumentalisme ostentatoire, tous ces changements, toutes ces évolutions ont évidemment des fondements économiques. Tout d’abord, des biotopes variés sont maintenant occupés et la forêt primaire régresse peu à peu. Ce phénomène est sensible dans les diagrammes polliniques, mais également dans les listes de faune, où les petits animaux à fourrure d’origine forestière (martre, blaireau) sont de plus en plus rares, notamment dans le sud de la France. Les cultures semblent s’intensifier, surtout dans le domaine du Chasséen méridional, où l’on connaît de très nombreux silos en pleine terre (fosses à ouverture rétrécie) et où les paléo-semences de blés progressent considérablement. De surcroît, de nouvelles espèces cultivées apparaissent, comme la fève ou l’orge vêtue. Dans le même temps, l’engrain et l’amidonnier semblent prendre de plus en plus d’importance dans les cultures. Ces changements montrent à la fois une meilleure maîtrise des techniques agricoles et une progression des productions. En effet, la fève est une espèce particulièrement gourmande en eau et sa culture implique un choix de terrains suffisamment bien drainés et peut-être aussi l’utilisation de techniques d’irrigation. Quant à l’engrain et à l’amidonnier, de même que l’orge, ce sont des semences peu exigeantes quant à la qualité des sols : leur culture a permis d’emblaver des terrains jusqu’alors délaissés, ce que corrobore d’ailleurs la plus grande ouverture du paysage que l’on perçoit dans les diagrammes polliniques.

15L’exploitation des animaux subit également des évolutions notables. Tout d’abord, dans le Midi de la France, où la chasse gardait une certaine importance dans le Néolithique ancien, le Néolithique moyen voit s’accroître le nombre des bœufs, des moutons et des chèvres, ainsi que celui des porcs. La part de la chasse diminue jusqu’à totalement disparaître dans certains secteurs, comme les plaines rhodanienne et provençale. Ensuite, les élevages ne sont plus destinés uniquement à la production de viande : on observe une diversification de l’exploitation des cheptels, ce que certains chercheurs regroupent sous l’appellation de « révolution des produits secondaires ». Dans le Bassin parisien, par exemple, un certain nombre de bovins sont abattus tardivement, vers quatre à cinq ans, ce qui serait une preuve indirecte de leur exploitation sur pied, pour le lait ou la traction. Dans le Sud, les moutons et les chèvres fournissent non seulement de la viande, mais également de la laine et des produits laitiers. On connaît aussi des sites où la gestion des troupeaux témoigne d’un élevage fortement spécialisé : il en est ainsi, par exemple, de la Grotte Murée, où une forte proportion de vieilles bêtes marque une exploitation dominante pour la laine. Au contraire, d’autres sites sont spécialisés dans les produits laitiers, comme l’atteste l’abattage d’un tiers des petits encore au pis. Corrélativement, il est à noter que faisselles et fusaïoles sont particulièrement nombreuses. Ces producteurs de fromage, de laine, spécialisés, ont dû échanger une partie des fruits de leur labeur pour se procurer d’autres biens nécessaires à leur subsistance. Parmi ceux-ci, on peut citer, par exemple, les belles lames régulières en silex blond du mont Ventoux (Vaucluse), produites par des artisans spécialisés selon des techniques très complexes. L’économie autarcique, encore attestée pour de nombreuses communautés, décline peu à peu. Une véritable gestion des terroirs s’instaure, qui contraste avec la simple exploitation des territoires prévalant auparavant [Helmer 1991].

En guise de conclusion

16Le Néolithique moyen est l’époque de la prise de possession des terroirs, un phénomène qui transparaît dans les données économiques, environnementales, techniques. En effet, cette période achève l’accomplissement d’une économie fondée sur une exploitation accrue des potentialités naturelles environnantes amorcée au Néolithique moyen I : conquête de nouveaux espaces, diversification des subsistances, contrôle des sources de matières premières, spécialisation des productions, etc. Le corollaire en est, semble-t-il, une certaine concentration des pouvoirs, et aussi des richesses, rares ou courantes. De cette étape date l’expansion sur un vaste territoire des constructions monumentales, comme les enceintes ou les structures funéraires. D’un point de vue social, on peut penser que l’édification d’ouvrages de grande ampleur nécessite un fonctionnement social hiérarchisé. Mais l’élévation d’ouvrages imposants dans le paysage pourrait représenter aussi une manifestation emblématique de l’appropriation définitive du territoire par les descendants des premiers colons.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beeching A. (1991), « Sépultures, territoire et société dans le Chasséen méridional. L’exemple du Bassin rhodanien », Identité du Chasséen [actes du colloque international de Nemours, mai 1989], Nemours (Mémoires du musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4), p. 327-341.

Dubouloz J. (1989), « Problématique de recherches sur les enceintes néolithiques de la vallée de l’Aisne : un exemple représentatif du Bassin parisien ? », Enceintes, habitats ceinturés, sites perchés du Néolithique au Bronze ancien dans le sud de la France et les régions voisines, Montpellier (Mémoires de la Société languedocienne de Préhistoire, 2), p. 55-67.

Helmer D. (1991), « Les faunes chasséennes du sud-est de la France. Essai de synthèse », Identité du Chasséen [actes du colloque international de Nemours, mai 1989], Nemours (Mémoires du musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4), p. 343-349.

Lichardus J., Lichardus-Itten M., Bailloud G. et Cauvin J. (1985), La Protohistoire de l’Europe : le Néolithique et le Chalcolithique, Paris, PUF (Nouvelle Clio, 1 bis).

Mordant D. (1997), « Le complexe des Réaudins à Balloy : enceinte et nécropole monumentale », La Culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique [actes du colloque international de Nemours, 1994], Nemours (Mémoires du musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 6), p. 449-479.

Mordant C. et Mordant D. (1988), « Les enceintes néolithiques de la haute vallée de la Seine », Enclosures and Defences in the Neolithic of Western Europe [actes du colloque international de Newcastle], Oxford, Archaeopress (BAR, International Series, 403), p. 231-254.

Pétrequin A.-M. et Pétrequin P. (1988), Le Néolithique des lacs : Préhistoire des lacs de Chalain et de Clairvaux (4000-2000 av. J.-C.), Paris, Errance (Collection des Hespérides).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : L’enceinte de Grisy-sur-Seine, en Seine-et-Marne. Elle est constituée d’un fossé continu (au premier plan) et d’une palissade interne, ici implantée dans des trous de poteaux successifs (traces circulaires). Dans les coupes du fossé, on discerne une partie plus claire vers l’intérieur, qui correspond à l’effondrement dans la structure du talus érigé entre la palissade et le fossé (cliché Daniel Mordant/CG 77, d’après Mordant 1988).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 2 : Le camp de l’Étoile, dans l’Oise (cliché Roger Agache).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 3 : Restitution du modèle d’implantation humaine dans une vallée au Néolithique moyen (dessin Gilles Tosello).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Figure 4 : Les structures empierrées de Villeneuve-Tolosane, qui ont pu fonctionner à la manière des fours polynésiens (cliché Jean Vaquer, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 5 : La nécropole de Caramany, dans les Pyrénées-Orientales (cliché Alain Vignaud, Inrap).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search