Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Quatrième partie. Idéologies et pouvoir

Les sanctuaires mégalithiques de Haute-Mésopotamie

Harald Hauptmann

Texte intégral

  • * Les termes suivis d’un astérisque sont en français dans le texte (NdT).

1Le processus de « formation néolithique », qui eut lieu au Proche-Orient entre 12000 et 7000 ans avant notre ère, est marqué par la transition graduelle du stade de chasseur-cueilleur à celui de producteur de nourriture, durant les périodes du Natoufien puis du Néolithique précéramique A et B (en anglais : Pre-Pottery Neolithic A et B, abrégé en PPNA et PPNB) ; il fut particulièrement manifeste dans trois zones distinctes d’interaction culturelle : le Levant méridional, la Haute-Mésopotamie, avec une extension dans le piémont méridional des monts Taurus et Zagros, et l’Anatolie centrale. La mission de recherche qui débuta, en 1962, au sud-est de la Turquie, sous l’égide du Joint Istanbul-Chicago Universities Project dirigé par Halet Çambel et Robert J. Braidwood [Çambel et Braidwood 1980], révéla que les premiers occupants d’habitats permanents avaient acquis la maîtrise de l’agriculture et de la domestication animale au cours des Xe et IXe millénaires, le long des contreforts montagneux du Croissant fertile [Braidwood et Howe 1960]. Ici, dans les collines terrassées des monts Taurus et Zagros, ainsi que dans les vallées de l’Euphrate moyen, du Tigre supérieur, du Balih et dans les oasis de Damas – régions arrosées par des précipitations suffisantes et couvertes par conséquent de bois de chênes, de pistachiers et d’amandiers, parfois même de pâturages –, les premiers occupants bénéficiaient de conditions de vie bien plus propices que dans l’aridité des basses terres. Ce « continent néolithique », comme on l’appelle, contient un large éventail d’environnements divers : déserts, steppes semi-arides, oasis fertiles, plaines alluviales, zones montagneuses ou maritimes. Un rôle essentiel au cours de cette période préhistorique (PPNA) fut clairement dévolu à cette région à laquelle O. Aurenche a donné le nom de « Triangle d’or* » [Aurenche et Kozlowski 1999]. Sur les huit premières espèces de plantes domestiquées, l’épeautre sauvage, le pois chiche et la vesce amère poussent dans les monts Karacadağ, une chaîne d’anciens volcans, qui séparent les régions d’Urfa et de Diyarbakır. Jusqu’à ce jour, les preuves manquent pour affirmer que le blé et l’orge cultivés sont originaires de cette région, dans la mesure où les premiers pas en matière d’agriculture dans le Levant remontent au Natoufien et au Sultanien (PPNA).

2En Haute-Mésopotamie, entre 8500 et 8000 avant notre ère [Peters et al. 2005], même si la chasse contribuait encore pour beaucoup à la subsistance, le développement graduel de l’agriculture et de l’élevage de moutons, de chèvres et de porcs, puis, plus tard, de bovins, permit aux hommes de s’établir en nombre sur des sites permanents ; il en résulta un changement fondamental sur le plan social et politique, qu’accompagne l’introduction de technologies complexes, comme le travail de la pierre et du bois, la maîtrise du feu, voire la métallurgie. La survie dans ce monde nouveau ne repose plus alors seulement sur la solidarité entre les membres de la tribu ou du clan. Une approche plus individuelle des problèmes prend le relais, à l’intérieur de petits groupes familiaux, au sein de la communauté au sens large. À partir de la fin du PPNA, on passe d’un modèle de société égalitaire à un modèle différencié au sein duquel émergent différentes positions et fonctions sociales. Outre la « révolution des ressources alimentaires », un changement d’attitude mentale et de conscience sociale se fait aussi sentir dans les nouveaux rituels et les nouvelles croyances. Résultant de cette évolution psychologique, ce nouveau concept coïncide avec l’érection de bâtiments publics monumentaux et l’émergence d’une transformation graduelle de l’iconographie. À partir semble-t-il de la moitié du IXe millénaire avant notre ère (PPNB), l’adoption du mode de vie néolithique par des communautés villageoises de plus en plus nombreuses entraîne une prédominance de représentations humaines par rapport à l’imagerie ancienne, qui privilégiait les animaux sauvages.

3Au Néolithique ancien, au Sultanien du Levant et au Mureybétien de la région syrienne du Moyen Euphrate, lesquels couvrent un espace temporel allant de 10500 à 8800 avant notre ère, seules quelques rares structures correspondent avec certitude à des pratiques rituelles ou communautaires [Aurenche 2006 ; id. 2007]. Des villages primitifs de la phase dite à « bâtiments circulaires », comme ceux de Jerf el-Ahmar, Tell ‘Abr 3 et Mureybet, dans le Moyen Euphrate syrien, de Nemrik 9 et Qermez Dere (fig. 1d), à l’est de Jazira [Watkins 1990 ; Kozlowski 2002], contiennent des structures construites dans ce but. Elles partagent généralement la même zone que les huttes domestiques, mais elles diffèrent de ces dernières par leurs dimensions, ainsi que par le dallage élaboré de leurs sols et par les techniques spéciales de construction utilisées pour les murs, les gradins et les piliers. Hallan Çemi, situé au bord de la Batman Çayı, un affluent du Tigre, était un petit village permanent de 0,7 ha, occupé par une société de chasseurs-cueilleurs [Rosenberg 1999]. L’espace de vie communautaire sur les trois niveaux (10200 à 9200 avant notre ère) consiste en des structures circulaires à demi enterrées, de 5 à 6 mètres de diamètre, réparties autour d’une aire centrale ouverte. Deux bâtiments ronds se distinguent des autres ; ils devaient remplir une fonction publique quelconque ; D. Stordeur les qualifie d’ailleurs de « bâtiments communautaires* » [Stordeur 2006]. À l’intérieur d’une structure circulaire, un bucrane d’aurochs reposait sur le sol dallé ; à l’origine, il devait être suspendu sur le mur nord qui fait face à l’entrée. À l’instar de la maison 47 de Mureybet, dans le « bâtiment aux bucranes* » de Jerf el-Ahmar, dans les structures communautaires de Tell Qaramel et Tell ‘Abr 3 [Stordeur 2003 ; Yartah 2004], et dans la maison aux crânes de Çayönü, ce bucrane devait avoir une signification rituelle. La preuve la plus convaincante de l’existence de lieux de réunion et de culte, qui partagent avec les structures déjà citées un certain nombre de points communs quant à leur agencement architectural et à leur mobilier, a été clairement révélée à Jerf el-Ahmar [Stordeur et Abbès 2002 ; Stordeur 2003 ; id. 2006]. Les quatre structures suivantes, à usage non domestique, EA7, EA30, EA53 et EA100 – appartenant à des phases différentes (9500-8700 avant notre ère) –, sont situées en périphérie de l’aire principale d’habitat. La construction elliptique à demi enterrée EA30, qui mesure 7,30 m sur 6,80 m d’espace intérieur, est divisée en six cellules (fig. 1a). Outre son architecture singulière, le squelette sans crâne découvert dans la partie centrale laisse penser à une mise en scène rituelle. La construction ronde EA30, mesurant 7 mètres de diamètre, est encore plus surprenante avec ses trente poutres de bois encastrées dans le mur de parement et sa banquette intérieure contre laquelle sont dressées de lourdes dalles de pierre (fig. 1b). Six piliers de bois enduits de terre sont plantés à intervalles réguliers dans la banquette, formant ainsi un hexagone. Les dalles de pierre sont décorées de frises horizontales et régulières de triangles en champlevé. Le bâtiment EA100 révèle un agencement identique, avec une banquette ornementée de dalles de pierre décorées de frises en forme de triangles, mais aussi gravées de motifs anthropomorphes sans tête. L’une des gravures est encadrée par deux stèles dont la partie supérieure est ornée d’une sculpture représentant une tête de rapace. Les équivalents en plus vastes de la structure EA53 existent à Tell ‘Abr 3, sous la forme de deux maisons rondes mesurant entre 10 et 12 mètres de diamètre (fig. 1c). La bordure de la banquette aux dalles de pierre est elle aussi décorée de frises, de motifs géométriques et de représentations animales comme des panthères, une gazelle, un oiseau et un bucrane. De façon plus convaincante que les autres bâtiments spéciaux, les édifices du type EA53 annoncent clairement les sanctuaires ultérieurs des Taurus méridionaux. Il faut souligner l’importance de la présence de motifs artistiques comme des pilons sculptés dont les extrémités supérieures représentent des têtes d’oiseau à Abu Hureyra, Çayönü, Göbekli Tepe, Hallan Çemi, Jerf el-Ahmar, Mureybet et Nemrik. Des bêtes de proie combinées à des représentations de serpents sur des galets gravés et des pointes de flèche font partie des représentations symboliques les plus significatives de cette période [Cauvin 1997, p. 70, ill. 19 ; Aurenche et Kozlowski 1999, p. 44, pl. 6-7, 6-8].

Figure 1 : Jerf el-Ahmar, bâtiments communautaires. a. EA 30 (Mureybétien) ; b. EA 53 (transition PPNA/PPNB)(d’après D. Stordeur) ; c. Tell ‘ Abr 3, bâtiment communautaire B2 (d’après T. Yartah) ; d. Qermez Dere, bâtiment RAD, isométrie (d’après T. Watkins 1992).

4Situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Şanlıurfa, capitale de la province, Göbekli Tepe, contrairement aux sites célèbres du « Triangle d’or », représente un type différent d’habitat ; implanté au sommet d’une colline qui domine du haut de ses 800 mètres la plaine de Urfa-Harran au nord [Schmidt 1998 ; id. 2006], cette aire d’habitat de 300 mètres de diamètre couvre une superficie de 9 hectares et comprend un tell d’une épaisseur allant jusqu’à 15 mètres, formé d’une accumulation de vestiges divisée en deux phases principales d’occupation néolithique (fig. 2). Au niveau inférieur III, datant du PPNA tardif, entre 9600 et 8800 avant notre ère, ont été dégagées sept structures mégalithiques séparées (A-F) de dimensions surprenantes : l’une d’elles, la structure A, est ovoïde, les autres, circulaires, la plus petite mesurant 9 mètres de diamètre, les plus grandes, entre 20 et 30 mètres. Les sols sont pavés selon la technique caractéristique du terrazzo, comme l’attestent les enclos B ou F. Les éléments les plus remarquables de ces bâtiments consistent en une série de piliers monumentaux de pierre calcaire, en forme de T, la plupart mesurant 3 mètres en hauteur. Au centre de l’enclos se dressaient deux piliers égaux plus hauts encore que ceux qui sont encastrés dans les murs ; des piédestaux circulaires forment la base de ces monolithes. Il y a six piliers dans la structure A en partie dégagée, et neuf dans l’enclos B (fig. 3). L’enclos C, avec ses deux cercles de dix-huit piliers, est le plus riche en monolithes. Contrairement à celui des bâtiments voisins, le sol de cette structure a été découpé dans le soubassement rocheux avant d’être abrasé. Les deux piliers centraux sont encastrés dans leurs socles taillés dans la roche, comme dans l’enclos E situé au sud-ouest de l’espace central d’occupation. L’enclos D contient treize piliers, et l’enclos F, dégagé lors des dernières fouilles, situé à l’ouest du complexe central, en contient huit orientés différemment. Les deux piliers du milieu atteignent la hauteur vertigineuse de 5 mètres, dépassant comme dans les autres bâtiments les piliers plus petits encastrés dans le mur d’enceinte. D’après les analyses géomagnétiques, plus de quinze autres bâtiments ronds attendent d’être dégagés, contenant en tout quelque deux cents piliers mégalithiques [ibid., p. 226].

Figure 2 : Göbekli Tepe (état de la recherche en 2007). Vue schématique des phases de construction du Néolithique ancien (phase ancienne III, phase récente II) (d’après K. Schmidt).

Figure 3 : Göbekli Tepe. Vue de l’enclos circulaire B daté de la phase III. On distingue les piliers en forme de T inclus dans le mur et les deux piliers centraux (cliché Euphrates archive, Berlin-Heidelberg).

5Sur un total de quarante-sept piliers monolithiques, plus de la moitié sont richement ornés de reliefs complexes ; ils dépeignent avec un naturalisme explicite et une ingénieuse diversité le monde animal qui peuplait la partie méridionale des monts Taurus durant cette période [ibid., p. 191-198] : renards, ours, taureaux, ânes sauvages, moutons, mais également lions ou léopards, tous de sexe mâle ; la gazelle, qui représentait pourtant le gibier favori, est moins fréquemment représentée. Outre les mammifères, l’imagerie représente également des grues, des cigognes, des canards, des ibis, des varans, des serpents, voire des insectes comme des scorpions ou des araignées. Deux motifs reviennent fréquemment dans l’iconographie néolithique du Levant et de la Haute-Mésopotamie, sans doute en raison de leur portée symbolique : le serpent et le vautour [Cauvin1997, p. 70]. Dans le chamanisme, le serpent et le rapace symbolisent le passage entre différentes régions cosmiques. Le serpent est l’animal le plus souvent représenté dans l’imagerie de Göbekli Tepe ; on le trouve parfois seul, ou en ordre dispersé, mais aussi, comme c’est le cas sur le pilier 1 de la structure A, formant comme une sorte de tapisserie composée de dix-sept reptiles entremêlés [Schmidt 2006, ill. 45]. Les figures animales et les symboles géométriques de certains reliefs particulièrement remarquables illustrent des scènes narratives qui évoquent non seulement le quotidien du chasseur-cueilleur, mais aussi ses conceptions mythologiques. Des animaux comme le taureau, le renard et la grue, ou le serpent, le taureau et le renard, ou le renard, le sanglier et trois oiseaux, placés verticalement, décorent les fûts des piliers. Des compositions plus élaborées ornent les piliers qui ont été sculptés du chapiteau au fût. Le pilier12 de l’enclos C porte un bas-relief représentant cinq oiseaux aquatiques, des canards sans doute, pris dans les rets d’un filet ou volant par-dessus des rochers [ibid., ill. 59]. Une autre scène, sur le pilier 33 de l’enclos D, dépeint des grues combattant des groupes de serpents. Le pilier43 du même enclos, sous un ensemble de motifs géométriques et de pictogrammes, reproduit une scène avec différents animaux comme des ibis et des grues, et un serpent dominé par un vautour en vol (fig. 4). Mais le tableau le plus saisissant se trouve dans la partie basse, avec la figure dominante d’un scorpion en compagnie d’un renard, d’un serpent et d’un autre oiseau, auxquels s’ajoute l’image surprenante d’un être humain ithyphallique sans tête [Schmidt 2007, p. 93]. Cette sinistre représentation d’un rapace en train d’attaquer un cadavre sans tête rappelle la célèbre peinture murale du sanctuaire aux vautours de Çatal Höyük VII [Mellaart 1967, p. 166-167]. On a interprété ces scènes comme une indication que les populations du Néolithique tardif de Cappadoce exposaient leurs morts aux vautours pour les décharner. Mais les représentations et les coutumes de sépultures secondaires de squelettes sur d’autres sites témoignent plutôt de rituels funéraires dans lesquels le vautour devait jouer le rôle de médiateur entre le monde des vivants et le royaume de l’au-delà [Lichter 2007, p. 256-257].

Figure 4 : Göbekli Tepe. Enclos D, détail du pilier 43. Bas-relief représentant un vautour, d’autres oiseaux, un scorpion et, en bas à droite, une figure humaine ithyphallique, sans tête.

6Les pictogrammes sont une caractéristique singulière de cette imagerie en relief. Outre des symboles que l’on retrouve à Tell ‘Abr, Jerf el-Ahmar, et dans des périodes plus tardives d’Anatolie, comme la tête de taureau (bucrane) isolée, des signes fréquemment rajoutés à la décoration des monolithes représentent un H combiné avec un cercle et un croissant [Schmidt 2006, p. 226, ill. 80-81]. Ces symboles présumés astronomiques peuvent aussi correspondre non pas à des hiéroglyphes mais à des emblèmes héraldiques ; cependant, leur interprétation finale fait encore l’objet de débats.

7Les piliers centraux de l’enclos D sont des monolithes sculptés de motifs clairement anthropomorphes, comme on en trouve dans l’enclos F, peut-être plus tardif, typique également des édifices cultuels de Nevali Çorı qui datent du PPNB [Hauptmann 1993, ill. 16 ; id. 1999, p. 74-75 ; Schmidt 2006, p. 165]. Pour reproduire la silhouette d’une figure anthropomorphe, le chapiteau du pilier fait office de tête, et le reste, de bras et de mains. Leur importance considérable comme élément caractéristique d’une architecture rituelle vient en support de l’idée que les « êtres-piliers » peuvent être interprétés comme des totems de sociétés chamaniques, mais aussi comme des ancêtres, des démons, des esprits surnaturels ou des gardiens. La pratique consistant à encastrer des stèles ornées d’un vautour stylisé est attestée dans le bâtiment communautaire EA100 de Jerf el-Ahmar, dans lequel on peut voir comme une sorte de prototype datant du PPNA ancien des « êtres-piliers » plus tardifs [Stordeur 2003, p. 28].

8On trouve une série de sculptures assez grossières représentant des bêtes de proie dans une attitude agressive, comme un lion, un léopard ou un sanglier la gueule ouverte, qui rappellent leur équivalent en relief [Hauptmann 1999 ; Schmidt 2006, p. 158 ; Hauptmann et Schmidt 2007]. Des prédateurs menaçants ornent également le haut des piliers ou les extrémités du seuil en forme de U. Les têtes humaines ou les masques sculptés de taille variée rappellent les masques PPNB qui servaient peut-être à des pratiques funéraires [Cauvin 1997, p. 158-159 ; Bar-Yosef 2003].

9Les chasseurs-cueilleurs de la communauté de Göbekli Tepe fondaient leur subsistance sur la collecte de céréales, de fruits et de légumes sauvages, et sur la chasse à la gazelle (43 %), au bétail sauvage (20 %), à l’onagre (10 %) et au sanglier (8 %). À ce stade des recherches, on n’a relevé aucun indice d’activité agricole [Peters et Schmidt 2004 ; Peters et al. 2005]. Cependant, parmi les restes botaniques, des graines de céréales sauvages natives du Karacadağ voisin ont été identifiées. Cette chaîne de montagnes formée d’anciens volcans, culminant à une hauteur de 1 919 mètres, située dans le piémont des Taurus, sépare les plaines d’Urfa et de Diyarbakır. Ce n’est certainement pas l’effet d’une simple coïncidence si tous les importants sites néolithiques acéramiques, comme Çayönü et Körtik Tepe [Özkaya et Coşkun 2008], à l’est, et Göbekli Tepe, Karahan, Nevali Çorı et Sefer Tepe, à l’ouest, sont regroupés autour de cette crête. Cette relation apparente entre ces sites unis par un fondement économique identique va de pair avec des pratiques rituelles uniformes, comme l’atteste l’érection de bâtiments semblables dotés de piliers mégalithiques [Hauptmann 2007, p. 149-150].

10Göbekli Tepe, avec son vaste complexe architectural sans le moindre bâtiment résidentiel, représente un type encore inconnu de grand site datant de la phase tardive du PPNA. Les affleurements de silex y étaient exploités pour fabriquer des outils qui étaient distribués à travers les territoires voisins. Le site servait à l’évidence de point de ralliement à une importante communauté de chasseurs-cueilleurs qui devaient contrôler le gibier de la région. On y produisait des objets destinés au culte et on y entreposait les vivres d’une société soudée par une organisation élargie. Ce genre de centre servait de lieu d’échanges non seulement de produits, mais aussi d’idées. Des groupes venus de sites voisins s’y retrouvaient à des dates précises pour y accomplir des rites collectifs. L’établissement d’un centre de culte de cette importance exigeait de la part de cette communauté, qui avait cessé d’être égalitaire, non seulement une impressionnante efficacité, mais aussi une organisation centralisée. Un statut social privilégié y était accordé au système religieux et à une caste d’individus particuliers, capables d’accomplir les rituels associés aux naissances, aux diverses initiations et aux décès. Ces derniers jouissaient d’un pouvoir de contrôle sur la vie quotidienne et sur l’économie, dominant ainsi la communauté. Ces lieux qui faisaient office de centres de culte pour une communauté plus large, comme à Göbekli Tepe, devaient être un phénomène courant à cette époque ; ils devaient jouer un rôle identique à celui des grottes franco-cantabriques du Paléolithique supérieur.

11L’émergence d’un nouveau mode de vie néolithique, fondé sur l’agriculture et l’élevage au cours du PPNB, au IXe millénaire avant notre ère, est également associée au développement d’un nouveau type de maison. Les communautés de plus en plus nombreuses nécessitaient une organisation plus développée, que reflétait la construction de solides bâtiments rectangulaires destinés à un usage permanent, abritant des enclos, divisés selon leurs fonctions : espace de vie, préparation de la nourriture, stockage des vivres. La notion de foyer, ou domus, est représentée par ce type de maison répondant à un schéma tripartite qui semble avoir servi de prototype aux impressionnantes « maisons longues » de la culture de la Céramique linéaire d’Europe centrale.

12Çayönü Tepesi, dans la province de Diyarbakır, est situé au bord d’un affluent du Tigre supérieur qui arrose la plaine fertile d’Ergani, au sud du piémont oriental des Taurus. Le tell couvre une surface de 30 000 m2 (350 mètres par 150) ; il représente un site clé de cette partie du Proche-Orient au Néolithique ancien [Özdoğan1999]. Il n’existe nulle part ailleurs en Haute-Mésopotamie de site comparable, où le développement du Néolithique ancien, dans toute sa complexité, peut être observé sans interruption depuis 10300 à 7000 avant notre ère. D’une épaisseur de 6 mètres, la stratigraphie comprend sept étapes évolutives du Néolithique primitif, la sous-phase la plus ancienne étant représentée par des huttes rondes en clayonnage enduit de torchis datant du PPNA. La période la plus remarquable de ces populations qui vivaient encore de la cueillette et de la chasse (PPNB ancien) se distingue par l’apparition, dans la sous-phase 2, de bâtiments rectangulaires en « grill plan » (« plan en grille »). La sous-phase 3 avec ses « basal pits » (« fosses basales ») est suivie de la sous-phase 4 avec ses « channelled buildings » (« bâtiments à canaux ») montés en dur. Cette étape se caractérise également par un schéma de peuplement radicalement nouveau. La sous-phase 5 reflète une évolution vers les « cobbled paved buildings » (« bâtiments pavés ») ; elle est suivie de la sous-phase 6 avec ses « cell plan buildings » (« bâtiments à plan cellulaire ») du PPNB moyen et tardif. La sous-phase 7, qualifiée de période de déclin du « mode de vie PPN », est celle des « large rooms » (« grandes salles ») du PPNC. L’étape suivante, du Néolithique tardif, voit l’apparition de la poterie.

13Le site nous apporte également la preuve tangible du développement de « bâtiments uniques ou spéciaux » au nord du Croissant fertile [Schirmer 1983 ; id. 1990 ; Özdoğan 1998]. Il subsiste malheureusement des divergences quant à l’attribution stratigraphique des trois édifices monumentaux [Bıçakcı 2001, p. 12-14, ill. 48] : le bâtiment dallé, le bâtiment aux crânes et le bâtiment au sol en terrazzo. Mais la tradition d’édifices de culte est clairement perpétuée à partir de sa première apparition évidente de 8700 avant notre ère, dans la sous-phase 4, avec les « channelled buildings », jusqu’à la sous-phase 6, avec les « cell plan buildings ». Ils ne partagent pas le même espace que les unités domestiques de la partie orientale du site. Ils présentent également des caractéristiques particulières communes, comme la construction à demi souterraine, avec des murs montés exclusivement en pierres, renforcés généralement par des contreforts internes, outre des banquettes de pierre, des estrades, des monolithes dressés, l’utilisation d’un mortier de chaux, les sols dallés de pierres polies, la qualité des revêtements de sol atteignant son apogée avec des terrazzo particulièrement soignés.

14Le « flagstone building » rectangulaire (fig. 5, 1), dont la position stratigraphique a été située quelque part entre les sous-phases 2 et 6, correspond davantage aux « channelled buildings » de la sous-phase 4 [Schirmer 1983, p. 472-475 ; id. 1990, p. 378 ; Bıçakcı 1998, p. 141 ; id. 2001, p. 14]. On retrouve la même phase à Nevali Çorı avec un bâtiment de culte équivalent mais plus spectaculaire. La structure de Çayönü doit son nom à son sol soigneusement dallé de pierres. L’érosion a détruit la partie sud, mais l’entrée devait faire face à la vallée. Le mur nord, monté en pierres sèches, possède deux contreforts dans l’alignement desquels se dressent deux monolithes. Un troisième se dresse dans la partie orientale en face d’une banquette.

15Le « skull building » (fig. 5, 2), ou bâtiment aux crânes, se dresse à quelques mètres au nord-est du « flagstone building », dont l’extrémité sud fut aussi détruite par l’érosion [Schirmer 1983, p. 469-472 ; id. 1990, p. 378-382 ; Bıçakcı 1998, p. 142]. La structure la plus ancienne de la première phase obéit à un plan en ovale (BM-1) ; elle fut remplacée plus tard par un autre édifice qui porte les marques d’au moins trois phases d’altérations. Pendant toute la durée de la sous-phase 5 des « cobbled paved buildings », la nouvelle structure rectangulaire (BM-2) fut utilisée. Elle se divise en deux sections principales, quatre chambres (plus tard trois) communicantes au nord, et une grande cour intérieure au sol pavé au sud. Les murs intérieurs sont soutenus par des contreforts ; des pierres levées monumentales s’y trouvaient également, non décorées. Près du mur ouest se dresse un autel rectangulaire en pierre à chaux. Le bâtiment aux crânes doit son nom aux quarante-neuf crânes calcinés qui étaient auparavant alignés sur des étagères en bois. De grandes dalles de pierre dans les petites chambres recouvrent un série de celliers utilisés comme cryptes pour des sépultures secondaires formées de piles de crânes et d’os longs. Les cryptes furent aussi utilisés comme sépultures primaires, le bâtiment aux crânes faisant ainsi office de « maison des morts ».

Figure 5 : Çayönü Tepesi. 1. Reconstitution isométrique du Flagstone Building ; 2. Le Skull Building, (a) phase ancienne BM 1 de plan ovale, (b, c) phase plus récente BM 2, de plan rectangulaire, avec ses celliers et son état le plus altéré (en bas) ; 3. Reconstitution isométrique du bâtiment à terrazzo (d’après W. Schirmer 1990).

16À la suite de son incendie intentionnel et de son enfouissement sous un amas de galets, un nouvel édifice cultuel, le « terrazzo building » (fig. 5, 3), fut érigé au début de la phase « cell plan » (sp. 6). Son plan rectangulaire rappelle celui du « flagstone building » (« bâtiment dallé ») antérieur [Schirmer 1983, p. 464-469 ; Bıçakcı 1998, p. 143]. La superstructure consiste en un mur de pierre sur lequel fut monté un mur de brique crue, une technique caractéristique de la phase « cell plan ». Le sol consiste en deux couches de terrazzo posées par-dessus une couche de pierres bien tassées. La couche supérieure du terrazzo est composée de petits morceaux de pierre calcaire rosâtre mêlés à un mortier fait d’un mélange de chaux vive et de chaux éteinte. L’utilisation de cette « haute technologie » est caractéristique des édifices de culte identiques de Nevali Çorı ou de Yeni Mahalle, à Urfa, mais l’insertion à Çayönü de deux lignes blanches parallèles formées de petits bouts de pierre à chaux est insolite. Dans le coin nord-ouest, une cuvette de forme arrondie fut insérée ; un fragment de bassine avec un visage humain en relief est le seul objet sculpté de ces trois bâtiments, ce qui étaye l’idée consistant à attribuer à ces structures une dimension sacrée [Özdoğan 1999, ill. 43]. Le « terrazzo building » communique clairement avec la cour intérieure (plaza), qui est un espace ouvert contenant dix monolithes dressés, alignés sur deux rangs, formant ainsi une aire sacrée.

17Situé dans la vallée voisine du Moyen Euphrate dans la province d’Urfa, le site de Nevali Çorı est un bon exemple de communauté agro-pastorale totalement développée au cours de la phase moyenne du PPNB [Hauptmann 1999]. Quatre phases de « channelled buildings » et une dernière phase avec une maison en « cell plan » couvrent une période de temps comprise entre 8600 et 8000 ans avant notre ère. Cette période correspond aux sous-phases des derniers édifices en « grill plan » et des premiers en « cell plan » de Çayönü et Göbekli Tepe II.

18À l’ouest de l’esplanade, on a dégagé une structure qui, en raison de sa technique élaborée de construction et de son plan en carré aux angles arrondis – qui rappellent les bâtiments communautaires ronds du PPNA –, diffère clairement des maisons domestiques [Hauptmann 1993 ; id. 1999b ; Hauptmann et Schmidt 1999]. Le successeur du premier « cult building » (« bâtiment cultuel ») (II) était bien préservé. Son plan rectangulaire présente des dimensions impressionnantes, couvrant une surface de 188 m2 (13,90 m par 13,50). Les murs d’enceinte sont bâtis en pierres sèches recouvertes, à l’intérieur, d’un enduit. Une banquette de pierre court le long de trois des murs ; treize piliers monolithiques en forme de T sont encastrés dans la banquette, deux d’entre eux étant positionnés au centre. Une niche, destinée peut-être à abriter une statue liturgique, a été aménagée dans la partie sud-est. À l’instar du « terrazzo building » de Çayönü, le sol est couvert d’un terrazzo parfaitement nivelé fait de petits morceaux de pierre à chaux mélangés à du mortier.

19Lors d’une phase ultérieure, un podium en pierre avec des stèles en forme de Γ fut dressé dans le coin nord-est de l’édifice. Sous le podium avait été creusée une dépression circulaire avec un drain d’écoulement, comme dans le bâtiment à la banquette de Çayönü, ce qui semble correspondre à une activité rituelle impliquant l’utilisation d’un liquide.

20Un phénomène significatif, constaté également dans les temples mésopotamiens ultérieurs, est l’enfouissement intentionnel d’objets rituels ou votifs après leur abandon, leur destruction ou leur remplacement. À Çayönü, certaines pierres levées du premier bâtiment aux crânes étaient encastrées dans les murs de la structure suivante ; à Nevali Çorı, également, une série complète de sculptures de l’ancien bâtiment de culte était enfouie dans la banquette nord de l’édifice suivant.

21Le successeur de cet édifice de pierre, le « cult building III », fut bâti à l’intérieur du précédent, ce qui témoigne d’une continuité cultuelle. La surface intérieure du nouvel édifice s’en trouva diminuée (178 m2). Le style de construction demeure inchangé, avec son sol en terrazzo, sa banquette et ses piliers de pierre. Dix piliers sont encastrés dans la banquette, deux piliers ont été rajoutés sur le seuil. Mais la petite niche destinée à la statue du culte se trouve à présent dans le mur du fond en face de l’entrée. Deux marches mènent au sol intérieur en terrazzo.

22À l’intérieur, à l’origine, deux piliers se dressaient, d’une hauteur de 3 mètres, représentant une forme humanoïde stylisée. Sur les bords les plus larges, on voit deux bras dont les mains se joignent sur le bord étroit en dessous d’une ligne en creux. Le site néolithique ancien de Kilisik, dans la province d’Adiyaman, comporte une sculpture similaire aux piliers anthropomorphes en forme de T de Nevali Çorı [Hauptmann 2000]. La pratique de l’enfouissement d’un objet votif, comme par exemple ici une sculpture d’oiseau à tête humaine, revient fréquemment lors de la dernière phase du « cult building ».

23La démonstration la plus éclatante de la fonction sacrée de ces monuments est donnée par des sculptures grandeur nature en pierre calcaire. Contrairement à l’imagerie très riche de Göbekli Tepe, les sculptures de Nevali Çorı sont d’une iconographie plus rudimentaire, comprenant des représentations thériomorphes et anthropomorphes [Hauptmann et Schmidt 2007]. Une sculpture de vautour trouve un parallèle en miniature à Göbekli Tepe. Certaines représentations sont exceptionnelles, comme celles d’une créature hybride avec un corps d’oiseau et une tête humaine, ou d’un torse humain avec une tête d’oiseau. Une figure composite montre deux formes féminines accroupies dos à dos et surmontées d’un grand oiseau [Hauptmann 1999, ill. 11, 12, 14, 15]. Il s’agit apparemment du sommet d’une colonne sculptée rappelant un totem. Dans l’imaginaire de cette phase, ces figures symboliques anticipent les motifs de l’art mural plus tardif de Çatal Höyük. L’oiseau, qui rappelle ici l’oiseau-ba de l’ancienne Égypte, symbolise peut-être l’âme de l’être humain représenté. À moins qu’il ne représente le médium spirituel doté d’un pouvoir magique de médiation entre la réalité quotidienne et la transcendance. L’un des chefs-d’œuvre artistiques de Nevali Çorı, sculpté dans un pilier totémique, représente une tête de femme entre les serres d’un rapace [ibid., ill. 13]. La chevelure féminine, très soignée, semble être enserrée dans un filet. Ces motifs, combinant les formes humaine et aviaire, représentent sans doute des visions d’un monde surnaturel peuplé d’esprits humains et animaux.

24À Nevali Çorı, les preuves abondent d’un culte des crânes et de la vénération des ancêtres, des pratiques communes à l’époque, comme le démontrent également les sites de Jerf el-Ahmar et Tell ‘Abr 3 [Lichter 2007]. D’autres pratiques funéraires, comme une mise au tombeau secondaire à l’intérieur d’une crypte, se pratiquaient aussi à Çayönü. Cependant, le dépôt de crânes isolés au visage remodelé, comme à Jéricho, Tell Asmar, ou de statues spectaculaires, comme à Ain Ghazal, reflète sans doute le caractère très répandu du culte des ancêtres. On a découvert plus de soixante-dix moulures de crânes sur les sites PPNB de Jordanie et dans l’oasis de Damas, ainsi que sur les sites PPN d’Anatolie centrale, comme Köşk Höyük.

25Outre l’imagerie sculptée, on a trouvé un bol en pierre calcaire décoré d’un relief représentant une scène avec deux silhouettes humaines aux visages apparemment masqués, entourant une tortue de l’Euphrate, symbole de fertilité. L’une des silhouettes humaines est celle d’une femme enceinte [Hauptmann 1999, ill. 16 : Garfinkel 2003, p. 111-114]. Les silhouettes présentées de face, les bras levés, exécutent ce qui ressemble à une danse rituelle. Au contraire, une gravure dynamique montrant des personnages humains stylisés en train de courir en bondissant reflète sans doute une activité humaine plus essentielle : la chasse [Hauptmann 1999, ill. 17].

26Les grandes figures de sexe masculin devaient à l’origine avoir été prévues pour être installées dans les niches des « cult buildings ». Derrière la nuque d’une tête plus large que nature, aux oreilles protubérantes et au visage endommagé, on voit comme un serpent qui remonte – formant comme une sorte de touffe de cheveux [ibid., ill. 19]. Cette partie d’une sculpture était encastrée dans le mur derrière la niche du dernier bâtiment de culte ; cette sorte de sépulture secondaire témoigne de son importance ancienne et sacrée. Cette tête au crâne rasé avec un serpent ondulant comme une natte de cheveux devait faire partie d’une statue d’homme qui devait figurer dans la niche de l’édifice cultuel antérieur. L’existencedecesstèles anthropomorphes représentant des figures ithyphalliques est démontrée grâce à une extraordinaire sculpture grandeur nature en pierre calcaire découverte à Urfa (fig. 6) [Hauptmann 2003] et à un autre protomé ithyphallique trouvé à Göbekli Tepe [Hauptmann 1999, ill. 33]. Ce genre de culte, tel que les reflètent ces sculptures, ne désigne aucun concept religieux particulier. Il est impossible d’interpréter les figures masculines comme une représentation d’une divinité masculine dominante du panthéon néolithique. D’un autre côté, on constate qu’à l’époque l’image de la déesse mère était aussi absente.

Figure 6 : Stèle anthropomorphe de Yeni Mahalle à Urfa. Hauteur : 1,93 cm (dessin S. Hauptmann-Hamza et E. Ochsenfeld).

27Durant la phase II de Göbekli Tepe, il y avait un site d’habitat plus petit que l’on peut dater du PPNB moyen [Schmidt 2006, p. 228-242]. Le plan architectural possède des caractéristiques complexes ; on y trouve des pièces aux sols en terrazzo et des unités composées d’une chambre centrale abritant des piliers monumentaux et des banquettes dans le style de Nevali Çorı, réservées par conséquent à un usage rituel (fig. 7). Les piliers sont décorés de reliefs élaborés de lions et de léopards prêts à bondir.

Figure 7 : Göbekli Tepe, phase II (PPNB moyen). Bâtiment rituel aux piliers aux lions et léopards (cliché Euphrates archive, Berlin-Heidelberg).

28Un bas-relief représentant un prédateur orne un pilier en forme de T ; l’image rappelle celle de la déesse dispensatrice de vie des « sanctuaires » de la fin du Néolithique VI.A/B.10 de Çatal Höyük [Mellaart 1967, p. 124-126]. James Mellaart souligne la prédominance d’une « déesse mère », dont le compagnon est symbolisé par un taureau (fig. 8). À Nevali Çorı, ce motif féminin est associé au vautour. À Göbekli Tepe, on eut la surprise de découvrir une image spectaculaire sculptée dans une dalle de pierre de cette pièce aux piliers et ne faisant donc pas partie de sa décoration originelle [Hauptmann 1999, ill. 35]. Cette femme nue est représentée en position accroupie, les jambes écartées, exposant son sexe. On retrouve le même motif artistique reflétant l’importance pour cette société d’assurer sa transmission dans un relief de Nevali Çorı [Hauptmann et Schmidt 2007, p. 73]. L’image est aussi très répandue dans l’art du Néolithique final. Outre les figures ithyphalliques, cette gravure laisse à penser que cette pièce devait être consacrée à des rites de fertilité.

Figure 8 : Çatal Höyük (7400-6000 av. notre ère). Le “sanctuaire” VI. A. 10 qui est plus vraisemblablement une maison particulière (d’après J. Mellaart 1967).

29L’apogée culturel du PPNB, marqué par l’apparition de grands sites montrant tous les aspects d’une société socialement stratifiée, de relations commerciales étendues, de prouesses technologiques surprenantes et de nouveaux concepts religieux, a pris fin au cours du VIIIe millénaire. Différentes raisons permettant d’expliquer l’effondrement du monde florissant du Néolithique ancien au PPNC, à la fois dans le Levant et en Haute Mésopotamie, ont été prises en considération, comme les variations climatiques, l’épuisement des ressources naturelles, la surpopulation et les conflits sociaux. De nombreux sites furent désertés ou perdirent leur prospérité antérieure. En raison de ce déclin, dans d’autres régions du Proche-Orient, de nouvelles communautés agricoles et de nouvelles zones d’interaction s’établirent. Ce fut le début d’un nouveau développement culturel marqué par l’usage courant de la poterie dans la vie quotidienne. À partir de la fin du VIIIe millénaire, cette période est caractérisée par la diffusion d’un nouveau style de vie néolithique dont l’influence s’est répandue, par la mer Égée, le long du littoral méditerranéen jusqu’en Europe occidentale, et par les Balkans, jusqu’en Europe centrale.

30Dans le schéma d’occupation particulier de l’Anatolie centrale, comme dans le site de Aşıklı Höyük, on ne trouve aucune structure particulière réservée au culte (après 8500 ans avant notre ère). Sans le sol en terrazzo du bâtiment central, il eût été difficile de distinguer cet édifice des autres maisons domestiques [Esin et Harmankaya 1999]. Mais d’autres sites du Néolithique ancien, comme Pisidia et ceux de la région littorale de la mer Égée comme Hacilar, Bademağaci et Uluçak, ont eux aussi bénéficié de cette technologie avancée [Duru 2008]. Comme l’a suggéré I. Hodder pour Çatal Höyük (7400-6000 ans avant notre ère), l’ensemble des unités architecturales désignées à tort comme des « sanctuaires » n’étaient en fait que des maisons particulières [Hodder 1996, p. 6]. Certains espaces spécialement décorés de ces demeures étaient consacrés aux esprits des défunts. Le monde symbolique de l’Anatolie centrale néolithique, représenté par le culte du taureau, du léopard, du bélier, et celui des ancêtres, relie l’Anatolie à l’imagerie rituelle du Sud-Est européen néolithique. Les figurines masculines et féminines des cultes de la fertilité d’Anatolie centrale et du sud-est de l’Europe représentent peut-être la diffusion d’un nouveau style de vie influencé par la « révolution néolithique ». J. Guilaine a interprété ce processus comme une adaptation graduelle mais « arythmique » d’innovations économiques et industrielles distinctives, incluant des aspects du monde symbolique du Proche-Orient, qui ont altéré l’ancien système de valeurs des sociétés de chasseurs-cueilleurs du Mésolithique [Guilaine 2008]. Dans les Balkans et autour de la mer Égée, sur la base de sa construction, aucune structure ne peut être interprétée comme un sanctuaire [Lichter 1993, p. 70-71]. Dans les édifices identiques, comme ceux du site beaucoup plus tardif de Parţa, à Banat (VIe millénaire avant notre ère), ou ceux de Kormadin, en Serbie, datant du complexe de Vinča C, ou ceux de Madžari, près de Skopje, en Macédoine, l’espace réservé au rituel faisait partie intégrante de l’espace de la vie quotidienne, comme le démontre le contexte domestique avec ses fours et ses fosses de stockage, associés à des figurines féminine en argile et à des vases anthropomorphes. À Parţa, l’édifice fut interprété comme un sanctuaire en raison de son grand autel orné de têtes de taureau sculptées et de nombreux autres ornements cultuels [Lazarovici et Lazarovici 2006, p. 300-336]. Néanmoins, dans la reconstitution, la frontière entre les faits et la fiction est plutôt floue ; par son plan et par sa construction, le prétendu sanctuaire apparaît tout aussi fragile que les autres maisons en clayonnage enduit de torchis de ce site d’habitat.

31En résumé, les caractéristiques nouvelles comme le « culte du crâne », l’utilisation de l’ocre, les sépultures secondaires, ainsi qu’un certain nombre de symboles que l’on retrouve à l’identique dans deux régions du Néolithique, l’Anatolie centrale et la Haute-Mésopotamie, représentent peut-être des éléments symboliques communs dérivés d’une antériorité commune prénéolithique. Cela indique que certains rituels étaient pratiqués dans les deux régions. Cependant, en Anatolie centrale, les pratiques cultuelles semblent être restées plus ou moins confinées à l’intérieur de l’espace rituel domestique, tandis qu’en Haute Mésopotamie les procédures liées aux sanctuaires mégalithiques isolés anticipaient le culte dans le temple plus tardif de la Mésopotamie sumérienne.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aurenche O. (2006), « Mais où sont les portes ? Remarques sur les bâtiments communautaires du Proche-Orient néolithique », in Butterlin P., Lebeau M., Monchambert J.-Y., Montero Fenollós J.-L. et Muller B. (dir.), Les Espaces syro-mésopotamiens. Dimensions de l’expérience humaine au Proche-Orient ancien Hommage à Henri de Contenson, Turnhout, Brepols, p. 9-17.

Aurenche O. (2007), « “Das Goldene Dreieck” und die Anfänge des Neolithikums im Vorderen Orient », in Badisches Landesmuseum Karlsruhe (éd.), Vor 12.000 Jahren in Anatolien. Die ältesten Monumente der Menschheit, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, p. 50-65.

Aurenche O. et Kozlowski ST. K. (1999), La Naissance du Néolithique au Proche-Orient ou le paradis perdu, Paris, Errance.

Bar-Yosef O. (2003), « Early Neolithic Stone Masks », in Özdoğan M., Hauptmann H. et Başgelen N. (éd.), Studies Presented to Ufuk Esin. From Village to Cities. Early Villages in the Near East, II, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, 73-90.

Biçakçi E. (1998), « An essay on the chronology of the Pre-pottery Neolithic settlements of the East-Taurus region (Turkey). With the building remains and the 14C dates », in Arsebük G. et Mellink M. J. (éd.), Light on Top of the Black Hill. Studies Presented to Halet Çambel, Istanbul, Ege Yayınları, p. 137-150.

Biçakçi E. (2001), Çayönü Tepesi. Untersuchungen zu den Bauten und Siedlungsmustern der akeramisch-neolithischen Subphasen 5 und 6, Karlsruhe, Institut für Baugeschichte der Universität Karlsruhe (Materialien zu Bauforschung und Baugeschichte, 21).

Braidwood R. J. et Howe B. (1960), Prehistoric Investigations in Iraqi Kurdistan, Chicago, University Press (Studies in Ancient Oriental Civilization, 31).

çAmbel H. et Braidwood R. J. (1980), İstanbul ve Chicago Üniversiteleri karma projesi güneydoğu anadolu tarihöncesi araştirmaları. The Joint Istanbul-Chicago Universities Prehistoric Research in Southeastern Anatolia, Istanbul, University of Istanbul, Faculty of Letters Press.

Cauvin J. (1997), Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS, 2e éd. révisée.

Duru R. (2008), From 8000 BC to 2000 BC. Six Thousand Years of the Burdur-Antalya Region, Antalya, Suna & İnan Kıraç Research Institute on Mediterranean Civilizations (Monography Series, 4).

Esin U. et Harmankaya S. (1999), « Aşıklı », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New Discoveries, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 115-132.

Garfinkel Y. (2003), Dancing at the Dawn of Agriculture, Austin, University of Texas Press.

Guilaine J. (2008), Les Racines de la Méditerranée et de l’Europe, Paris, Collège de France et Fayard.

Hauptmann H. (1993), « Ein Kultgebäude in Nevali Çorı », in Frangipane M., Hauptmann H., Liverani M., Matthiae P. et Mellink M. (éd.), Between the Rivers and Over the Mountains, Archaeologica Anatolica et Mesopotamica. Alba Palmieri Dedicata, Rome, Università di Roma, Dipartimento di Scienze Storiche Archeologiche e Antropologiche dell’Antichità, p. 37-69.

Hauptmann H. (1999), « The Urfa Region », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New Discoveries, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 65-86.

Hauptmann H. (2000), « Ein frühneolithisches Kultbild aus Kommagene », in Wagner J. (éd.), Gottkönige am Euphrat. Neue Ausgrabungen und Forschungen in Kommagene, Mayence, Sonderbände der Antiken Welt, p. 5-9.

Hauptmann H. (2003), « Eine frühneolithische Kultfigur aus Urfa », in Özdoğan M., Hauptmann H. et Başgelen N. (éd.), Studies Presented to Ufuk Esin. From Village to Cities. Early Villages in the Near East, II, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 623-636.

Hauptmann H. (2005), « Une nouvelle image de la “Révolution néolithique” en Asie du Sud-Ouest : le Néolithique ancien en Haute-Mésopotamie », in Guilaine J. (dir.), Aux marges des grands foyers du Néolithique. Périphéries débitrices ou créatrices ?, Paris, Seminaires du Collège de France, p. 11-27.

Hauptmann H. (2007), « Nevali Çorı », in Şentürk S. (éd.), 12.000 Yıl Önce. "Uygarlığın Anadolu'dan Avrupa'ya Yolculuğunun Bas, langıcı". Neolitik Dönem, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, p. 21-32.

Hauptmann H. et Özdoğan M. (2007), « Anatolien und die Neolithische Revolution », in Badisches Landesmuseum Karlsruhe (éd.), Vor 12.000 Jahren in Anatolien. Die ältesten Monumente der Menschheit, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, p. 26-36.

Hauptmann H. et Schmidt K. (1999), « Frühe Tempel – frühe Götter ? », in Deutsches Archäologisches Institut (éd.), Archäologische Entdeckungen. Die Forschungen des Deutschen Archäologischen Instituts im 20. Jahrhundert, Mayence, Sonderbände der Antiken Welt, p. 258-266.

Hauptmann H. et Schmidt K. (2007), « Die Skulpturen des Frühneolithikums », in Badisches Landesmuseum Karlsruhe (éd.), Vor 12.000 Jahren in Anatolien. Die ältesten Monumente der Menschheit, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, p. 67-82.

Helmer D., Gourichon L. et Stordeur D. (2004), « À l’aube de la domestication animale. Imaginaire et symbolisme animal dans les premières sociétés néolithiques du nord du Proche-Orient », Anthropozoologica, 39, p. 143-163.

Hodder I. (1996), On the Surface : Çatalhöyük 1993-95, Ankara, The Çatalhöyük Research Trust, Çatalhöyük Project, 1 (British Institute of Archaeology at Ankara, Monograph, 22).

Kozlowski St. K. (2002), Nemrik. An Aceramic Village in Northern Iraq, Swiatowit : Supplement series P : Prehistory and Middle Ages, 8, Varsovie, Institute of Archaeology, Warsaw University.

Lazarovici C.-M. et Lazarovici G. (2006), Arhitectura neoliticului şi epocii cuprului din România. I Neoliticul, Iaşi, Academia Română – Filiala Iaşi, Institutul de Arheologie.

Lichter C. (1993), Untersuchungen zu den Bauten des südosteuropäischen Neolithikums und Chalkolithikums, Internationale Archäologie 18, Buch am Erlbach.

Lichter C. (2007), « Geschnitten oder am Stück ? Totenritual und Leichenbehandlung im jungsteinzeitlichen Anatolien », in Badisches Landesmuseum Karlsruhe (éd.), Vor 12.000 Jahren in Anatolien. Die ältesten Monumente der Menschheit, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, 246-257.

Mellaart J. (1967), Çatal Hüyük. A Neolithic Town in Anatolia, Londres, Thames & Hudson.

Özdoğan M. (1998), « Buildings of cult and the cult of buildings », in Arsebük G. et Mellink M. J. (éd.), Light on Top of the Black Hill. Studies Presented to Halet Çambel, Istanbul, Ege Yayınları, p. 581-601.

Özdoğan A. (1999), « Çayönü », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New Discoveries, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 35-63.

Özkaya V. et Coşkun A. (2008), « Anadolu’nun erken kültür tarihinde Körtik Tepe’nin yeri ve önemi », Arkeoloji ve Sanat, 129, p. 1-18.

Peters J. et Schmidt K. (2004), « Animals in the symbolic world of Pre-Pottery Neolithic Göbekli Tepe, Southeastern Turkey : A preliminary assessment », Anthropozoologica, 39, p. 179-218.

Peters J., von den Driesch A. et Helmer D. (2005), « The upper Euphrates-Tigris basin. Cradle of agro-pastoralism ? », in Vigne J.-D., Peters J. et Helmer D. (éd.), First Steps of Animal Domestication [Proceedings of the 9th Conference of the International Council of Archaeozoology, Durham, August 2002], Chippenham, Oxbow Books, p. 96-124.

Rosenberg M. (1999), « Hallan Çemi », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New Discoveries, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 25-33.

Schirmer W. (1983), « Drei Bauten des Çayönü Tepesi », in Boehmer R. M. et Hauptmann H. (éd.), Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens. Festschrift für Kurt Bittel, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, p. 463-476.

Schirmer W. (1990), « Some aspects of building at the “Aceramic-Neolithic” Settlement of Çayönü Tepesi », World Archaeology, 21, p. 363-387.

Schmidt K. (1998), « Frühneolithische Tempel. Ein Forschungsbericht zum präkeramischen Neolithikum Obermesopotamiens », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft, 130, p. 17-49.

Schmidt K. (2006), Sie bauten die ersten Tempel. Das rätselhafte Heiligtum der Steinzeitjäger. Die archäologische Entdeckung am Göbekli Tepe, Munich, Beck.

Schmidt K. (2007), « Die Steinkreise und die Reliefs des Göbekli Tepe », in Badisches Landesmuseum Karlsruhe (éd.), Vor 12.000 Jahren in Anatolien. Die ältesten Monumente der Menschheit, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, p. 83-96.

Schmidt K. (2008), « Die steinzeitlichen Heiligtümer am Göbekli Tepe », Colloquium Anatolicum, 7, p. 59-85.

Stordeur D. (2003), « Symboles et imaginaire des premières cultures néolithiques du Proche-Orient (haute et moyenne vallée de l’Euphrate) », in Guilaine J. (dir.), Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire, Paris, Collège de France et Errance, p. 15-37.

Stordeur D. (2006), « Les bâtiments collectifs des premiers Néolithiques de l’Euphrate. Création, standardisation et mémoire des formes architecturales », in Butterlin P., Lebeau M., Monchambert J.-Y., Montero Fenollós J.-L. et Muller B. (dir.), Les Espaces syro-mésopotamiens. Dimensions de l’expérience humaine au Proche-Orient ancien Hommage à Henri de Contenson, Turnhout, Brepols, p. 19-31.

Stordeur D. et Abbès F. (2002), « Du PPNA au PPNB : mise en lumière d’une phase de transition à Jerf el Ahmar (Syrie) », Bulletin de la Société préhistorique francaise, 99, p. 563-595.

Stordeur D., Brenet M., Der Aprahamian G. et Roux J. C. (2000), « Les bâtiments communautaires de Jerf el Ahmar et Mureybet, horizon PPNA (Syrie) », Paléorient, 26/1, p. 29-44.

Watkins T. (1990), « The origins of house and home ? », World Archaeology, 21/3, p. 336-347.

Watkins T. (1992), « The beginning of the Neolithic : Searching for meaning in material culture change », Paléorient, 18/1, p. 63-75.

Yartah T. (2004), « Tell ‘Abr 3, un village néolithique précéramique (PPNA) sur le Moyen Euphrate. Première approche », Paléorient, 30/2, p. 141-158.

Notes de fin

* Les termes suivis d’un astérisque sont en français dans le texte (NdT).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Jerf el-Ahmar, bâtiments communautaires. a. EA 30 (Mureybétien) ; b. EA 53 (transition PPNA/PPNB)(d’après D. Stordeur) ; c. Tell ‘ Abr 3, bâtiment communautaire B2 (d’après T. Yartah) ; d. Qermez Dere, bâtiment RAD, isométrie (d’après T. Watkins 1992).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 2 : Göbekli Tepe (état de la recherche en 2007). Vue schématique des phases de construction du Néolithique ancien (phase ancienne III, phase récente II) (d’après K. Schmidt).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Figure 3 : Göbekli Tepe. Vue de l’enclos circulaire B daté de la phase III. On distingue les piliers en forme de T inclus dans le mur et les deux piliers centraux (cliché Euphrates archive, Berlin-Heidelberg).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 4 : Göbekli Tepe. Enclos D, détail du pilier 43. Bas-relief représentant un vautour, d’autres oiseaux, un scorpion et, en bas à droite, une figure humaine ithyphallique, sans tête.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 5 : Çayönü Tepesi. 1. Reconstitution isométrique du Flagstone Building ; 2. Le Skull Building, (a) phase ancienne BM 1 de plan ovale, (b, c) phase plus récente BM 2, de plan rectangulaire, avec ses celliers et son état le plus altéré (en bas) ; 3. Reconstitution isométrique du bâtiment à terrazzo (d’après W. Schirmer 1990).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Figure 6 : Stèle anthropomorphe de Yeni Mahalle à Urfa. Hauteur : 1,93 cm (dessin S. Hauptmann-Hamza et E. Ochsenfeld).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure 7 : Göbekli Tepe, phase II (PPNB moyen). Bâtiment rituel aux piliers aux lions et léopards (cliché Euphrates archive, Berlin-Heidelberg).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Figure 8 : Çatal Höyük (7400-6000 av. notre ère). Le “sanctuaire” VI. A. 10 qui est plus vraisemblablement une maison particulière (d’après J. Mellaart 1967).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15743/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Académie des sciences, Heidelberg

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site