Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Quatrième partie. Idéologies et pouvoir

Diversité, différenciation et diversification des agricultures néolithiques

Marcel Mazoyer

Texte intégral

1D’après les travaux des spécialistes, les plus anciennes formes de culture et d’élevage ayant laissé assez de traces connues pour que nous puissions nous en faire quelque idée aujourd’hui apparaissent comme concentrées dans des aires peu nombreuses, peu étendues et très éloignées les unes des autres. Distinctes, donc, ces formes diffèrent tant par les conditions écologiques et les contextes techniques et culturels évolutifs existant dans ces premières aires de néolithisation (que nous appellerons « foyers d’origine » de l’agriculture néolithique) que par la gamme assez restreinte de plantes cultivées et d’animaux élevés ou domestiqués à cette occasion. Dans ces foyers d’origine, les acteurs de la néolithisation auraient été de petites sociétés de chasseurs-cueilleurs, exploitant la fertilité utile d’écosystèmes sauvages peu ou pas modifiés et qui, en quelques générations, se seraient transformées d’elles-mêmes en sociétés de cultivateurs-éleveurs exploitant la fertilité utile d’écosystèmes cultivés, dérivés des précédents, modifiés et entretenus par leurs soins.

2En dehors de ces foyers, les formes d’agriculture répandues dans les aires secondaires de néolithisation beaucoup plus vastes, que nous appellerons « aires d’extension » de l’agriculture néolithique, sont généralement plus récentes, et ce d’autant plus que l’on s’éloigne de ces foyers : les formes développées dans un rayon de quelques centaines de kilomètres autour d’un foyer présentent tant de traits communs avec les formes développées quelques siècles auparavant dans ce même foyer que l’on s’accorde à les considérer comme dérivées des premières. En revanche, les formes développées quelques milliers d’années plus tard, à 1 000, 2 000, 3 000 kilomètres de là, dans des conditions écologiques très différentes et dans des contextes techniques et culturels beaucoup plus récents, sont de plus en plus nombreuses et dissemblables. Dans ces aires d’extension, les acteurs de la néolithisation auraient été des segments de population agricole détachés des populations agricoles préexistantes dans leurs régions d’origine et apportant leurs matériels, espèces domestiques, savoirs et savoir-faire, qu’ils auraient sans cesse adaptés et enrichis pour coloniser de nouveaux territoires : sans les partager avec quiconque dans les territoires vides ou vidés de leurs populations ; en les partageant parfois avec les populations de chasseurs-cueilleurs autochtones préexistantes, progressivement acculturées ; ou en les combinant, le cas échéant, avec les apports des populations autochtones en voie de néolithisation.

3Certes, les traces connues des premières formes d’agriculture néolithique sont généralement trop discontinues pour que l’on puisse les décrire en détail, mais elles sont néanmoins suffisantes pour que l’on puisse relever et illustrer à grands traits leurs principales différences. C’est ce que nous essaierons de faire ici dans un premier temps.

4Sans doute les traces connues des formes d’agriculture néolithique développées dans les aires d’extension sont-elles aussi trop discrètes pour que l’on puisse retracer pas à pas leur long et large processus d’extension, de différenciation et de diversification ; mais elles paraissent cependant suffisantes pour permettre de caractériser à grands traits les principaux types d’agriculture auxquels elles appartiennent. C’est ce que nous essaierons de faire dans un deuxième temps.

5Enfin, j’essaierai d’indiquer pourquoi le spécialiste d’agriculture comparée et de développement agricole que je suis, qui ne saurait rien du Néolithique sans les travaux des spécialistes, peut néanmoins avoir quelque chose à dire sur ce sujet.

Diversité des agricultures néolithiques développées dans les foyers

6Le premier planisphère (fig. 1) permet de mesurer l’éloignement spatial et temporel des six foyers d’origine de l’agriculture néolithique aujourd’hui reconnus : Sud-Ouest asiatique (Proche-Orient, vers 10000 avant le présent) ; Sud-Est asiatique (Nouvelle-Guinée, vers 10000 avant le présent) ; Centre Amérique (Sud Mexique, vers 9000 avant le présent) ; Nord-Est asiatique (moyen fleuve Jaune, vers 8500 avant le présent) ; Amérique du Sud (Andes péruviennes, vers 7000 avant le présent) ; Amérique du Nord (entre Mississippi et Appalaches, vers 4000 avant le présent) [Harlan 1987].

7Le second planisphère (fig. 2) nous donne une idée approximative des conditions écologiques très dissemblables qui existaient dans ces différents foyers au début de la transition néolithique : forêts claires et savanes arborées du Proche-Orient et du Sud Mexique ; forêt équatoriale dense et toujours verte de Nouvelle-Guinée ; forêts feuillues tempérées et prairies continentales du moyen fleuve Jaune et du Mississippi ; formations arbustives et pelouses d’altitude des Andes.

8De plus, si l’on ne connaît pas toutes les plantes et tous les animaux qui furent cultivées ou élevés passagèrement dans chacun de ces foyers, on connaît assez bien la gamme restreinte des plantes et des animaux qui y furent primitivement domestiqués : engrain, blé amidonnier, orge, pois, lentille, lin, chèvre, mouton, porc, bœuf au Proche-Orient ; taro, porc en Nouvelle-Guinée ; maïs, haricot, coton à fibre courte, courge, dindon, canard de Barbarie au Sud Mexique ; millet, chou, ramie, poule, porc, bœuf sur le moyen fleuve Jaune, riz plus au sud et soja plus à l’est ; pomme de terre, oca, quinoa, lupin, cochon d’Inde, lama, alpaca dans les Andes ; petite orge, tournesol, renouée, courge dans la région du Mississippi.

9Les espèces domestiquées dans chaque foyer d’origine, qui sont à la fois issues des espèces sauvages présentes dans l’écosystème local préexistant et capables de croître et de fructifier dans l’écosystème cultivé, modifié par les activités de culture et d’élevage, sont donc doublement adaptées aux particularités écologiques de ce foyer. D’un autre côté, ces espèces sont aussi dépendantes de la panoplie des matériels de culture (outils de préparation et d’entretien des terres cultivées ou pâturées, outils de récolte et matériels de stockage et de transformation des produits végétaux) ainsi que, le cas échéant, des matériels d’élevage (matériels de contention, d’abattage et de débitage des animaux ; enclos, abris…). Les caractéristiques écologiques, la gamme des espèces domestiquées et la panoplie des matériels utilisés dans chaque foyer forment donc un tout indissociable.

Figure 1 : « Foyer d’origine » et « aires d’extension » des agricultures néolithiques [source : Mazoyer, Roudart 2002]

Figure 2 : Carte schématique des formations végétales existantes, 1000 ans avant notre ère [source : Mazoyer, Roudart 2002]

10Malheureusement, certains matériels périssables ont laissé peu de traces ; l’usage des matériels connus n’est pas toujours clairement reconstitué ; les cartes à grande échelle des terroirs constitutifs de chaque foyer (cartes géo-morpho-hydro-pédo-bio-climatiques) ne sont pas toujours établies ; quant aux modes de défrichement, aux modes d’entretien et de renouvellement de la fertilité des différents terroirs, aux modes de conduite des cultures (associations, successions, rotations) et des élevages (pâturage proche, pâturage éloigné et transhumance) et à leurs performances, on ne peut que les conjecturer à la lumière des pratiques ultérieures, mieux connues.

11Il reste donc trop de lacunes pour que l’on puisse, de manière systématique, décrire et comparer entre elles les agricultures développées dans les foyers d’origine. En revanche, la comparaison, même sommaire, des formes développées aux antipodes l’une de l’autre, en Nouvelle-Guinée d’une part et au Proche-Orient d’autre part, suffit à illustrer l’étendue possible de leurs différences. Quoi de commun en effet entre, d’un côté, la culture du taro pratiquée dans des jardins enclos, pour les protéger des sangliers et des porcs domestiques, aménagés en plates-bandes défrichées et drainées dans les bas-fonds humides au cœur de la forêt équatoriale dense et toujours verte de Nouvelle-Guinée [Barrau 1965] et, d’un autre côté, les cultures d’engrain, de blé amidonnier, d’orge, de lentille, de pois, de lin, probablement installées sur des parcelles attenantes aux habitations, des parcelles boisées défrichées par abattis-brûlis, des parcelles herbeuses défrichées au bâton fouisseur, ou des alluvions abandonnées par la décrue des torrents du lieu, ainsi que les élevages de moutons, de chèvres, de porcs et de bovins développés à la même époque dans les « savanes à chênes et à pistachiers » du Proche-Orient [Cauvin 1994].

Différenciation et diversification des agricultures néolithiques dans les aires d’extension

12Adaptées de proche en proche aux nouvelles conditions écologiques rencontrées au cours de leur progression, et enrichies des nouveautés techniques et culturelles acquises petit à petit, les nouvelles formes d’agriculture développées dans les aires d’extension varient imperceptiblement d’une localité à la voisine et d’une génération à la suivante. Des générations plus tard, cependant, ces nouvelles formes développées dans des régions très éloignées peuvent au contraire présenter des différences manifestes très importantes.

13Première différence : de nouvelles espèces domestiquées viennent enrichir la gamme des espèces domestiquées dans les premières aires de domestication que sont les foyers d’origine. La figure 3 montre que beaucoup de ces nouvelles espèces domestiques sont issues de trois grandes « aires secondaires de domestication », qui sont situées dans trois régions tropicales disposant d’une grande variété d’espèces sauvages : Amérique du Sud (coton à fibre longue, tomate, poivron, patate douce, ananas, papaye…), Asie du Sud (fève, igname, bananier, canne à sucre, rave, citrus…) et Afrique (sorgho, mil, riz africain, pois bambara, igname…) [Harlan 1987]. D’autres espèces toutefois, comme le seigle domestiqué au nord de l’Europe, l’avoine en Éthiopie, le topinambour à l’est de l’Amérique du Nord, le cheval en Asie centrale, le dromadaire en Arabie, le chameau en Bactriane, le yack dans l’Himalaya, le renne en Sibérie…, ont des origines beaucoup plus dispersées [Gautier 1990].

14Mais il ne suffit pas de connaître les espèces cultivées ou élevées : la culture du sorgho irrigué ressemble plus à la culture du maïs irrigué qu’à celle du sorgho pluvial. Ce qui caractérise une agriculture et qui la différencie d’une autre, c’est la nature du milieu cultivé (forêt, savane, oasis, vallée inondable…), les types de matériels utilisés, le mode de défrichement et de contention de la végétation sauvage, le mode de renouvellement de la fertilité des terroirs exploités, les aménagements des terres et des eaux, les modes de conduite des cultures et des élevages… C’est-à-dire, en somme, les caractéristiques de structure et de fonctionnement du mode d’exploitation agricole d’un milieu défini : ce que nous appelons « système agraire » [Mazoyer et Roudart 2002, p. 64-71].

Figure 3 : « Foyers d’origine » et « aires secondaires de domestication » [source : Mazoyer, Roudart 2002]

15Hors des foyers d’origine, les agriculteurs néolithiques ont principalement investi deux grands types de formations végétales à peu près vierges : d’une part, des formations herbeuses éventuellement parsemées d’arbres ou d’arbustes, d’emblée ouvertes aux élevages d’herbivores ; d’autre part, des formations boisées défrichables par abattis-brûlis.

Les systèmes d’élevage pastoral des milieux herbeux

16L’outillage néolithique ne permettant guère de défricher des formations herbeuses denses, les agriculteurs néolithiques de l’Ancien Monde qui disposaient d’herbivores domestiques, ou qui purent en domestiquer de nouveaux, ont assez vite et assez largement développé diverses formes d’élevage pastoral : chèvres et moutons des maquis et garrigues méditerranéens et proche-orientaux ; bœufs et zébus des savanes tropicales d’Asie et d’Afrique ; dromadaires et chameaux des déserts du Sahara, d’Arabie et d’Asie centrale ; bœufs, chevaux et moutons des prairies et des steppes continentales d’Eurasie ; lamas et alpacas des hautes pelouses andines ; rennes de la toundra sibérienne… En revanche, faute d’herbivores domestiques appropriés, les agriculteurs néolithiques du Nouveau Monde durent laisser de côté les grandes prairies continentales des deux Amériques.

17Mais, si le défrichement au bâton fouisseur d’un tapis herbacé dense n’était pas aisé, il n’était pas impossible et il fut pratiqué dans certains cas extrêmes : par exemple, les agriculteurs des pelouses andines et des îles Salomon se mettaient à plusieurs pour soulever au bâton fouisseur et briser d’énormes mottes de terre engazonnée [Daumas 1962].

Les systèmes de culture sur abattis-brûlis des milieux boisés

18Dans les zones boisées, les cultivateurs, armés de haches et d’herminettes de pierre polie, de bâtons fouisseurs et de couteaux à récolter, pouvaient chaque année éclaircir par abattis suivi de brûlis une parcelle boisée dont le sol, riche en cendres et en humus forestier, pouvait donner une ou deux récoltes, suffisantes pour subvenir à leurs besoins. Ils abandonnaient ensuite cette parcelle à la friche boisée durant un laps de temps suffisant (dix à cinquante ans) pour qu’elle soit de nouveau défrichable et cultivable de la même manière.

19Naturellement, la grande « famille » des systèmes de culture sur abattis-brûlis des milieux boisés comporte autant de « genres » différents que de types de forêts mises en culture (forêts méditerranéennes, forêts à feuilles caduques en hiver des régions tempérées froides, forêts mixtes de feuillus et de conifères, forêts tropicales à feuilles caduques en saison sèche, forêts équatoriales denses et toujours vertes). Chacun de ces « genres » comporte à son tour autant d’« espèces » d’agriculture que de types de terrain, accidentés ou non, et de types de sol, fins ou grossiers, acides ou neutres. Chacune de ces « espèces » comporte enfin autant de formes singulières que de localités et de densités de population.

20En effet, quand la population d’une localité augmente, la fréquence et l’intensité des défrichements par abattis-brûlis d’un milieu boisé s’accroissent et un processus de déboisement s’amorce, qui finit par rendre impossible la perpétuation de ce système de culture. Ce phénomène, qui a touché progressivement la plupart des milieux boisés cultivés à l’époque néolithique, et qui fut sans doute le premier grand bouleversement écologique de l’histoire, a engendré des conditions écologiques inédites, très différentes selon les régions. Mais quelles que fussent ces conditions, les agriculteurs néolithiques ont dû faire face à un double problème difficile à résoudre : renouveler la fertilité de terres cultivées ne comportant plus ni friche boisée à brûler ni humus forestier ; défricher des terres déboisées envahies de mauvaises herbes. D’où une crise agro-écologique, parfois aiguë, qui a conduit certaines de ces populations sinistrées à migrer vers des terres cultivables encore accessibles : soit en abandonnant leurs propres terres à un retour en force de la forêt, comme cela s’est produit à plusieurs reprises dans certaines îles de Méditerranée orientale [Guilaine 1994] ; soit en les cédant aux pasteurs en mal de pâturages venus des régions d’élevage voisines, comme cela a pu se produire en Europe centrale et orientale, et en Afrique soudanienne et sahélienne. Mais, faute de terres boisées cultivables à leur portée, cette crise a aussi conduit d’autres populations sinistrées à développer de nouveaux outils et de nouvelles pratiques, qui ont peu à peu engendré des agricultures « post-forestières » très différentes.

Les systèmes de cultures irriguées et de cultures de décrue des régions arides

21C’est ainsi que, il y a environ 7 000 ans, les régions sahariennes et arabopersiques, déjà déboisées, étaient en voie d’aridification. Dans quelques zones privilégiées cependant, approvisionnées en eau par des nappes souterraines ou des fleuves d’origine lointaine, les cultivateurs néolithiques commencèrent de pratiquer des cultures irriguées en utilisant l’eau puisée dans les nappes ou dérivées des eaux courantes, ainsi que des cultures de décrue en utilisant l’eau accumulée dans le sol lors de la crue du fleuve. De là sont nés les premiers systèmes d’agriculture hydraulique des vallées inondables des régions arides, qui sont à l’origine des grandes civilisations hydro-agricoles développées plusieurs siècles plus tard dans la vallée de l’Indus, en Mésopotamie et dans la vallée du Nil [Mazoyer et Roudart 2002, p. 191-198].

Les systèmes d’hydroriziculture des régions de mousson chaude

22C’est ainsi encore que, mille ou deux mille ans plus tard, vers 5000 ans avant le présent, les agriculteurs néolithiques des régions de mousson chaude d’Asie initiaient de leur côté les premiers systèmes hydrorizicoles, qui furent à l’origine des grandes civilisations hydrauliques d’Asie de l’Est, du Sud et du Sud-Est. Cultivant depuis longtemps le riz pluvial sur abattis-brûlis en terrain boisé, et le riz flottant (dont la tige spiralée se plie et se déplie selon le niveau de l’eau) dans des zones marécageuses submergées plusieurs mois par an, ces agriculteurs commencèrent à cultiver, les pieds dans l’eau, des riz non flottants, peu tolérants aux variations du niveau de l’eau, en aménageant de petites cuvettes (ou casiers) rizicoles, à fond aplani, entourées de diguettes : les eaux de la saison des pluies remplissant à suffisance ces casiers, et leur excès éventuel étant évacué en ouvrant vers l’aval des brèches dans les diguettes. Capables de produire 200 à 300 tonnes de riz paddy et de subvenir aux besoins d’une centaine de personnes par kilomètre carré de casiers aménagés, soit trois ou quatre fois plus que les systèmes de culture sur abattis-brûlis, ces premiers systèmes d’hydroriziculture ont certainement contribué à l’importante augmentation de population qui eut lieu dans plusieurs régions d’Asie à la fin du Néolithique [ibid., p. 179-183].

Les systèmes de culture de savane, avec ou sans élevage

23Dans certaines régions tropicales peu arrosées (Sahel par exemple), le déboisement a conduit, dès la fin du Néolithique, à la formation de savanes et de steppes arbustives, dans lesquelles les agriculteurs ont pu développer, sur les terres les plus légères (vallées alluviales et dunes fossiles) défrichables au bâton fouisseur ou à la petite houe en bois, après brûlage de l’herbe résiduelle en fin de saison sèche, divers systèmes de culture qui préfigurent les systèmes de culture de savane à la houe métallique, avec ou sans élevage, qui furent mises en place ultérieurement dans les régions sahéliennes, soudaniennes et des Grands Lacs africains, et de la cuvette congolaise [ibid., p. 174-179].

Les systèmes de culture étagés des montagnes tropicales

24Dernière illustration de cette diversification grandissante des agricultures néolithiques, les systèmes agraires initiés longtemps avant la formation des premières cités-États et de l’Empire inca, de la côte pacifique désertique au versant amazonien en passant par les hautes vallées et les hauts versants andins : systèmes de culture de maïs, haricot, coton dans les oasis côtières ; systèmes de culture de maïs, haricot, lupin, quinoa de l’altiplano ; systèmes de culture de pomme de terre, lupin, quinoa de l’étage suni ; systèmes d’élevage pastoral de lamas et d’alpacas de la puna ; et systèmes de culture sur abattis-brûlis de maïs, manioc, coca sur le versant amazonien [ibid., p. 249-254].

Conclusion

25Trop discrètes, trop lacunaires, les traces connues des très diverses formes d’agriculture néolithiques ne permettent ni de caractériser précisément chacune d’elles en termes de système agraire ni d’en retracer la généalogie. Pourtant, ces traces nous paraissent suffisantes pour que nous puissions les classer utilement : systèmes de culture sur abattis-brûlis des milieux boisés, systèmes d’élevage pastoral des milieux herbeux, systèmes de culture irriguée ou de décrue des vallées inondables des régions arides, systèmes hydrorizicoles des régions de mousson, systèmes de culture avec ou sans élevage des milieux déboisés. Telles sont quelques-unes des grandes « familles » de systèmes agraires développés par les agriculteurs néolithiques dans les différentes régions du monde, chacune de ces familles comportant encore plusieurs « genres » et « espèces ».

26Mais, pour proposer un tel classement, il faut connaître la structure, le fonctionnement, les limites et les performances de ces différentes familles, genres ou espèces. Toutes choses qui ont été établies par ailleurs, par l’étude comparée des formes d’agriculture anciennes, plus récentes et mieux connues, et par l’étude comparée des formes d’agriculture contemporaines.

27Moyennant quoi, il nous semble possible, en partant de faits vérifiables et en utilisant un vocabulaire partagé, de produire des hypothèses de travail intelligibles, critiquables et amendables, susceptibles de servir tous ceux qui, de près ou de loin, s’occupent des agricultures néolithiques.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barrau J. (1965), « Histoire et préhistoire horticoles de l’Océanie tropicale », Journal de la Société des océanistes, p. 55-78.

Cauvin J. (1994), Naissance des divinités, naissance de l’agriculture, Paris, CNRS.

Daumas M. dir. (1962), « Les origines de la civilisation technique », Histoire générale des techniques, t. I, Paris, PUF.

Gautier A. (1990), La Domestication : et l’homme créa ses animaux, Paris, Errance.

Guilaine J. (1994), La Mer partagée, Paris, Hachette.

Harlan J. R. (1987), Les Plantes cultivées et l’homme, Paris, Agence de coopération culturelle et technique et PUF.

Mazoyer M. et Roudart L. (2002), Histoire des agricultures du monde : du Néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : « Foyer d’origine » et « aires d’extension » des agricultures néolithiques [source : Mazoyer, Roudart 2002]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 2 : Carte schématique des formations végétales existantes, 1000 ans avant notre ère [source : Mazoyer, Roudart 2002]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende Figure 3 : « Foyers d’origine » et « aires secondaires de domestication » [source : Mazoyer, Roudart 2002]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search