Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Troisième partie. Démographie, migrations, langues

La transition démographique agricole au Néolithique

Jean-Pierre Bocquet-Appel

Texte intégral

1L’émergence de l’agriculture coïncide dans les séquences archéologiques mondiales avec une augmentation considérable des vestiges, augmentation qui est depuis longtemps interprétée comme l’indication d’une croissance démographique [Banning 1998 ; Kuijt 2000]. Une première grande question soulevée par la « révolution néolithique » est la suivante : comment expliquer cette croissance démographique ? A-t-elle été graduelle ou bien rapide ? A-t-elle été la même dans les centres d’invention de l’agriculture et dans leurs périphéries géographiques d’expansion ? Est-elle due à une baisse de la mortalité, à une hausse de la fécondité, voire aux deux ? Qu’est-ce qui, dans le nouveau système économique agricole, a eu un impact in fine sur la biologie humaine, déterminant un accroissement sensible de la population ?

2Après la croissance démographique, la seconde grande question concerne la relation entre la pression démographique et l’évolution culturelle. Si l’on retient la seule chronologie courte des 180 à 200 milliers d’années des hommes anatomiquement modernes, ceux-ci ont été chasseurs-collecteurs durant 95 % de cette durée, contre seulement 5 % où ils furent (et sont toujours) producteurs. Autant dire que le passage de sociétés de collecteurs à celles de producteurs constitue la rupture qualitative la plus importante de l’histoire. L’enjeu de cette rupture était le nombre de bouches qu’il était possible de nourrir au kilomètre carré, c’est-à-dire le poids de la population. La question est alors : la pression démographique a-t-elle précédé le changement culturel représenté par le système de production agricole ou lui a-t-elle succédé ? La démographie a-t-elle été la cause ou l’effet de ce changement culturel directionnel dans l’évolution humaine ? Cette question de la relation entre démographie et changement culturel est discutée d’une façon récurrente en archéologie depuis une quarantaine d’années [voir, notamment : Boserup 1965 ; Binford 1968 ; Service 1968 ; Cowgill 1975 ; Cohen 1977 ; Rosenberg 1990 ; Henry 1991 ; Rosenberg 1998 ; pour un résumé, voir Graber 1997]. Mais la difficulté de rassembler des données archéologiques quasi expérimentales a laissé la question sans réponse consensuelle.

3Les données archéologiques sont relativement imprécises lorsqu’il s’agit d’exprimer le changement démographique. Les données paléoanthropologiques des nécropoles fournissent une information démographique bien meilleure, malgré des limitations occasionnellement imposées par les pratiques funéraires passées, ainsi que par les processus taphonomiques [Gordon et Buikstra 1981 ; Guy et al. 1997]. Elles sont, le plus souvent, le résultat direct de processus démographiques. C’est à partir des nécropoles que la signature d’un changement démographique majeur peut être observée au cours du passage d’une économie de collecte à une économie agricole au Levant, en Europe et en Afrique du Nord, en Amérique du Nord et en Chine [Bocquet-Appel 2002 ; Bocquet-Appel et Paz de Miguel Ibáñez 2002 ; Bocquet-Appel et Naji 2006 ; Guerrero et al. 2008 ; Kohler et Glaude 2008 ; Kohler et al. 2008 ; Alpoim Guedes et al.]. Ce changement majeur, auquel on doit imputer la croissance sans précédent de la population, a été tout d’abord appelé « Transition démographique néolithique » [Bocquet-Appel 2002]. Mais le terme de « Transition démographique agricole » (TDA) est préférable, car il n’est pas lié à une période archéologique particulière. En outre, à partir de données archéologiques, un processus en deux étapes a été identifié dans la TDA [Bandy 2005 ; id. 2008], avec une première étape où la densité des vestiges augmente, suivie d’une seconde où elle diminue, processus visible aussi dans les données d’enclos [Bocquet-Appel et Dubouloz 2004]. Ce taux d’accroissement des vestiges archéologiques, qui va diminuant quand leur densité s’accroît, pourrait être interprété comme la signature d’un processus démographique dans lequel des freins se manifestent quand l’accroissement de la population tend asymptotiquement vers la capacité porteuse de son système de production, typique d’un processus malthusien.

4Cet article fait une synthèse de travaux récents sur la TDA. La première partie rappelle le dispositif archéométrique qui a permis d’obtenir la signature de la TDA dans les nécropoles, ainsi que sa signification démographique. Elle présente ensuite un patron global modélisé de la TDA, intégrant natalité et mortalité. À partir de l’exemple archéologiquement bien documenté du Levant, cette partie montre la différence d’intensité de la TDA, au centre d’invention du système agricole et à l’une de ses périphéries d’expansion, à l’échelle continentale. Derrière l’accroissement de la population survenu lors de la révolution néolithique se trouvent des causes bioculturelles. La seconde partie présente la cause probable principale de l’explosion démographique : une variation de la balance énergétique maternelle liée au nouveau mode de vie agricole. Enfin, la dernière partie éclaire la relation causale entre pression démographique et changement culturel, grâce à une relecture de la signature de la TDA durant la transition économique entre les deux systèmes. Ce faisant, les deux grands modèles démographiques de populations humaines, celui de Malthus [1798] et celui de Boserup [1965], sont soumis à l’épreuve de l’archéologie, c’est-à-dire à l’épreuve de la (très) longue durée. Quel est de ces deux modèles celui qui colle le mieux aux données ?

La signature de la tda dans les nécropoles

5Pas plus qu’un filigrane, la signature de la TDA dans les nécropoles n’est pas directement visible par l’archéologue. Pour la mettre en évidence, il faut utiliser un dispositif archéométrique, ce qui peut sembler rébarbatif, mais est absolument indispensable si l’on veut pouvoir saisir, au-delà des données d’une nécropole locale, sa participation à un phénomène général. Le dispositif archéométrique comporte trois étapes, qui seront rappelées ici et qui sont discutées ailleurs [Bocquet-Appel 2002 ; Bocquet-Appel et Naji 2006] : 1) l’utilisation d’un indicateur démographique non conventionnel à grande échelle ; 2) l’utilisation d’un cadre chronologique spécifique à la TDA centré sur son timing ; 3) l’utilisation d’une technique statistique reliant l’indicateur démographique au timing de la TDA.

6L’indicateur paléodémographique. Cet indicateur est la fréquence dans une nécropole des squelettes d’immatures âgés de 5 à 19,9 ans, relativement à ceux âgés de 5 ans et plus, soit : d5-19/d5+ = 15p5, qui se lit, pour respecter la notation démographique : la proportion des individus âgés de 5 ans à 5 ans + 15 années, c’est-à-dire jusqu’à leur vingtième anniversaire. Contrairement à ce que suggère l’intuition, cet indicateur exprime principalement les paramètres d’entrée dans une population vivante (taux de natalité, d’accroissement et de fécondité), lesquels gouvernent la forme de la pyramide des âges et non pas la mortalité [Sattenspiel et Harpending 1983 ; Johansson et Horowitz 1986]. Quand la valeur de 15p5 est faible, la pyramide des âges tend vers la forme en tour des populations âgées à faible natalité ; quand la valeur de 15p5 est élevée, la forme de la pyramide des âges tend vers l’angle obtus des populations jeunes, à forte natalité. L’indicateur démographique non conventionnel prend une valeur qui est proportionnelle au nombre des jeunes de la pyramide des âges de la population vivante (moyenne) correspondante.

7La chronologie relative. Comme la transition de collecteurs à agriculteurs s’est produite à différents moments et en différents lieux, la distribution spatio-temporelle de l’indicateur 15p5 des nécropoles obscurcit l’unicité du phénomène représentant la TDA. Bien que la chronologie absolue (historique) soit essentielle pour chacune des régions du monde, elle masque des régularités statistiques temporellement distantes, qui demandent néanmoins à pouvoir être comparées si l’on veut pouvoir détecter un processus populationnel global. La signature de la TDA ne peut pas, en général, être obtenue à partir de la seule nécropole d’un site, du fait de sa durée d’utilisation trop courte relativement à la durée de la TDA ou de raisons de précision chronologique des subdivisions des échantillons de squelettes qu’il faudrait constituer. On doit utiliser plusieurs nécropoles, en général même quelques dizaines. Celles-ci représentent, via l’indicateur 15p5, différentes images spatio-temporellement dispersées de la TDA. Si l’on veut pouvoir reconstituer une séquence moyenne de la TDA, ces différentes images doivent être rassemblées et ordonnées. Elles sont ordonnées, non pas en chronologie absolue, mais relativement au film de la TDA, c’est-à-dire en chronologie relative. Les valeurs de l’indicateur paléodémographique 15p5 ne sont pas positionnées sur l’axe de la chronologie (historique) absolue, mais sur un axe temporel représentant l’âge moyen de la nécropole en unité d’écart à l’introduction du système agricole, écart appelé dt. En éliminant, pour des raisons méthodologiques, la chronologie absolue remplacée par la chronologie relative dt, on peut alors suivre le déroulement du processus démographique unique de la TDA, vu à travers l’ordonnancement des morceaux dispersés de son signal dans les nécropoles de différentes régions à différents moments [pour plus de détails et une discussion approfondie, voir : Bocquet-Appel 2002 ; Bocquet-Appel et Naji 2006].

8La procédure d’ajustement Loess. Finalement, la mise en évidence de la signature de la TDA passe par la construction d’une courbe. Cette courbe représente la variation de l’indicateur paléodémographique 15p5, exprimant le changement de la forme de la pyramide des âges, avec la chronologie relative dt, exprimant le tempo de la TDA. Pour extraire du brouillard du nuage des données la signature de la TDA, une procédure particulière d’ajustement du nuage de points est utilisée, appelée Loess [Simonoff 1996]. La courbe produite par la procédure Loess s’apparente à une moyenne mobile. C’est la forme particulière de cette courbe qui permet d’identifier la signature de la TDA. La procédure d’ajustement Loess est disponible dans de nombreux logiciels statistiques de routine (Sas, Systat).

Le patron global de la tda

9La figure 1 représente la signature de la TDA, obtenue à partir de cent trente-trois nécropoles de plus de cinquante squelettes (5 ans +) provenant de l’hémisphère nord (Amérique, Eurasie et Afrique du Nord), à l’exclusion des sites levantins, qui ont été collectés ultérieurement. Étant donné le nombre relativement élevé des nécropoles de cet échantillon, ainsi que leur distribution géographique transcontinentale, la courbe représentée en figure 1 peut être considérée comme la signature typique de la TDA. Cette signature s’exprime par une augmentation relativement abrupte de la proportion des individus immatures 15p5, à partir de l’introduction du système agricole (à dt = 0).

10On peut caractériser l’intensité de la TDA par deux paramètres : a) son tempo, c’est-à-dire le temps pris par l’indicateur 15p5, en unité de temps dt, pour passer du point bas au point haut du changement démographique durant la transition – le point haut étant déterminé par la valeur rencontrée sur le premier plateau de la courbe (fig. 1, trait a) ; b) l’amplitude du changement démographique (fig. 1, trait b), qui est la différence entre les valeurs 15p5 en haut de la pente et en bas, soit 0, 28-0, 22 (fig. 1, trait b), auxquelles correspondent les taux de natalité, estimés respectivement à 53 ± (3) et 43,5 ± (3) pour mille. Sur la figure 1, on voit que 15p5 atteint un plateau vers dt = 1 000ans, durée qui représente son tempo. Ce changement exprime une ouverture progressive de la pyramide des âges de la population vivante et l’augmentation correspondante des valeurs des paramètres d’entrée (taux de natalité, d’accroissement, de fécondité). L’aspect troublant dans le signal de la TDA est l’impact invisible de la mortalité. Cet impact est masqué pour la surdétermination, bien connue, de l’effet du taux de natalité sur la mortalité dans la forme des distributions de décédés [Sattenspiel et Harpending 1983 ; Johansson et Horowitz 1986 ; McCaa 2001], qu’enregistre aussi l’indicateur 15p5. Pour réintégrer la mortalité, on doit faire appel à des données indirectes et aux théories. À moins d’assumer un accroissement démographique exponentiel sur une durée relativement longue de quelques centaines d’années, produisant éventuellement un nombre cosmique d’individus, il faut faire l’hypothèse que l’augmentation du taux de natalité a rapidement suivi l’augmentation du taux de mortalité – deux ou trois générations ?–, produisant le taux d’accroissement historique typique des populations agricoles (un à deux pour mille l’an). Avec ce taux d’accroissement, la population double en trois cent cinquante ans. Le déclin de la santé durant la transition à l’agriculture, détecté en Amérique du Nord [CohenetArmelagos1984 ; Bocquet-Appel et al. 2008, fig. 4], est une indication en faveur de cette hypothèse d’augmentation concomitante des deux taux. Un retour rapide de la mortalité trouve aussi un support dans le modèle démographique malthusien [pour des références, voir Bocquet-Appel 2008] dont la signature, comme indiqué précédemment, est détectable dans les sites archéologiques [Bandy 2005 ; id. 2008]. Il faut en fin indiquer que, comparativement au scénario de la transition démographique contemporaine, qui s’est traduite en premier lieu par une chute de la mortalité, suivie d’une chute de la fécondité, les cénario de la TDA est une image en miroir de la précédente, avec tout d’abord une augmentation de la natalité, suivie d’une augmentation de la mortalité. Ce patron global de la TDA est représenté en figure 2.

Figure 1 : Variation de l’indicateur paléodémographique15p5 (en ordonnée) avec la chronologie relative dt (en abscisse) à l’introduction du système agricole, représentée par la procédure d’ajustement Loess (ligne continue) (cent trente-trois nécropoles de plus de cinquante squelettes [d5 +] de l’hémisphère nord : Amérique, Afrique du Nord et Europe, à l’exclusion du Levant). La ligne horizontale hachurée (15p5 = 0.173) représente l’espérance de15p5 pour un taux d’accroissement zéro, donné par les estimateurs : régression inverse de r = f (15P5). Ce profil représente la signature typique de la Transition démographique agricole.

Figure 2 : Modèle de la Transition démographique agricole. Dans ce modèle, une transition de la fécondité vers des valeurs hautes (en noir), tirée par la sédentarisation, apparaît dès l’introduction du nouveau système économique agricole, à dt = 0. Mais, rapidement, une transition de la mortalité suit aussi vers des valeurs hautes (en gris), tirée par l’augmentation de la densité de la population villageoise, la contamination (eau potable, latrines), ainsi qu’à un changement du patron d’allaitement, qui devient plus court, associés à des zoonoses.

La tda : d’un centre d’invention du système agricole vers ses périphéries

11La TDA s’est-elle produite partout avec la même intensité, en particulier dans les centres d’invention de l’agriculture comparativement aux périphéries ? On peut comparer sa signature dans la zone d’invention levantine avec celle de sa zone d’expansion ouest-européenne et nord-africaine. Dans la courbe levantine (fig. 3), en allant du Mésolithique vers le Néolithique, elle montre tout d’abord une valeur élevée de l’indicateur démographique 15p5 durant une période qui correspond, en chronologie absolue, au système chasseur-collecteur natoufien (avec 15p5 = 0,30 vers dt = 2 600 ans). Puis la courbe décroît continûment jusqu’à traverser la valeur plancher d’une population démographiquement stationnaire (ligne hachurée horizontale) si l’on interprète cette courbe en termes de taux d’accroissement. Ensuite, La courbe rebondit et monte continûment. Elle traverse à nouveau la valeur stationnaire à dt = 0, laquelle correspond au commencement de l’horizon culturel PPNA en chronologie absolue. À dt = 2600 ans – limite des données disponibles –, le plateau attendu de 15p5 n’est toujours pas atteint. Mais, étant donné le niveau déjà atteint, on peut penser que le plateau ne doit pas être loin, autour de dt = 3 000 ans.

Figure 3 : Variation de l’indicateur paléodémographique15p5 (en ordonnée) avec la chronologie relative dt (en abscisse) à l’introduction du système agricole, représentée par la procédure d’ajustement Loess (ligne continue) (seize nécropoles levantines). La ligne horizontale hachurée (15p5 = 0.173) représente l’espérance de15p5 pour un taux d’accroissement zéro, donné par les estimateurs : régression inverse de r = f (15p5).[Source : Guerrero et al. 2008.]

12La TDA au Levant correspond à une augmentation relativement lente mais continue du taux de natalité et, au-delà, de la fécondité. Au cours de ces deux mille six cent sans, le nombre moyen d’enfants estimé par femme ayant terminé leur vie féconde (appelé « descendance finale » en démographie) [Bocquet-Appel et Naji 2006, fig. 6, p. 356] s’élève de 4,5 à 10 enfants, soit un accroissement de 2,1 enfants supplémentaires par millénaire.

13La courbe européenne et nord-africaine (fig. 4), comparée à la levantine, est relativement plate durant le Mésolithique. Elle traverse elle aussi une sorte de dépression pré-néolithique, comme durant le Natoufien final, puis la courbe s’élève très rapidement avec l’introduction du système agricole (dt = 0, 15p5 = 0,17) et atteint un maximum vers dt = 400, avec 15p5 = 0,27. Durant ces quatre cents ans, le nombre moyen d’enfants estimé, par femme, passe de 5 à 7. Ensuite, la courbe présente un aspect erratique peut-être dû à un manque de données dans la zone dt = 1 000-2 000.

Figure 4 : Variation de l’indicateur paléodémographique15p5 (en ordonnée) avec la chronologie relative dt (en abscisse) à l’introduction du système agricole, représentée par la procédure d’ajustement Loess (ligne continue)(trente-six nécropoles de plus de cinquante squelettes [d5 +]). La ligne horizontale hachurée (15p5 = 0.173) représente l’espérance de15p5 pour un taux d’accroissement zéro, donné par les estimateurs : régression inverse de r = f (15p5).[Source Bocquet-Appel 2002.]

14Il y a trois différences notables entre la signature au centre levantin et à sa périphérie d’expansion : 1) un niveau général de la fécondité de l’ordre de 30 % plus élevé au Mésolithique et au Néolithique au centre ; 2) avec une amplitude de la TDA sensiblement plus importante (15p5 = 0,17-0,400) vs sa périphérie ouest (15p5 = 18-0,28) ; 3) en ce même centre, un tempo de sept à huit fois plus long (dt = 3 000 ans ? vs 400 ans). Dans la zone périphérique d’expansion, le tempo court de la TDA évoque son apparition par invasion-colonisation, c’est-à-dire par diffusion, plutôt que par le développement d’une maturation indigène comme au Levant, laquelle a demandé beaucoup plus de temps.

Les causes de l’explosion de la fécondité durant la tda

15En fait, ce qui est dénommé ici la TDA est l’impact sur la fécondité naturelle d’un changement relativement abrupt de la balance énergétique maternelle, effet qui se manifeste principalement durant les passages d’une économie de collecteurs nomades à une économie d’agriculteurs, quelle que soit la période, préhistorique ou historique. Il faut rappeler que, pour une durée fixe de la reproduction maternelle d’environ trente-cinq ans, le niveau de la fécondité d’une population peut être exprimé par la durée de l’intervalle entre les naissances. Durant la vie féconde d’une mère, quand la durée de l’intervalle entre les naissances s’élève, le nombre de naissances diminue. La durée de l’intervalle entre les naissances est inversement proportionnelle à la fécondité. La durée de l’intervalle entre les naissances est fonction de la balance énergétique. Durant l’aménorrhée post-partum, la balance énergétique est déterminée par la dépense (la production de lait maternel et l’activité physique) et le gain énergétique (l’alimentation de la mère). Un gain continu durant quelques semaines de la balance énergétique est le signal qui détermine le retour du cycle reproductif, et donc le niveau de la fécondité [Valeggia et Ellison 2004]. Dans le contexte du passage d’une économie de collecteurs nomades à une économie d’agriculteurs, on voit :

  1. une augmentation du gain énergétique, avec le remplacement graduel d’une alimentation calorique pauvre (principalement venaison) par une alimentation calorique riche (blé, lentilles, pois, maïs) ;
  2. une diminution de la dépense énergétique, en particulier de l’activité physique qu’impliquaient la mobilité des chasseurs-collecteurs et le stress maternel du transport des enfants [Bleek1928 ; Lee1972 ; id. 1979 ; Blurton Jones 1986 ; id. 1987 ; id. 1989 ; id. 1994].

16Il faut s’attendre à une diminution de la durée de l’aménorrhée post-partum ; inversement, à son augmentation quand diminue la prise calorique et qu’augmente la dépense énergétique. Ce modèle de fécondité, déterminé par la balance énergétique relative, est représenté en figure5.

17L’impact de la balance énergétique relative a été la cause de la TDA non seulement dans les zones de transitions originelles entre collecteurs et producteurs des périodes (pré)-historiques anciennes, mais aussi, d’une manière répétitive, tout au long de l’histoire jusqu’à nos jours, lors des absorptions de populations aux frontières d’expansion de ce qui forme actuellement l’économie monde. Un autre effet d’une variation de la balance énergétique maternelle sur la fécondité est celui qui s’est produit marginalement au cours d’épisodes de sédentarisation de populations demeurées collectrices de ressources aquatiques durant l’Holocène, tels que l’Ertebölle au sud de la Scandinavie [Rowley-Conwy 1984 ; id. 1998], sur la côte américaine nord-ouest [Ames et Maschner 1999] et le Calusa du sud de la Floride [Widner 1988]. Avec les ressources aquatiques, il n’y a pas de changement qualitatif de gain énergétique, comparativement à ce qui se passe chez les chasseurs-collecteurs. Mais, en devenant des mères sédentaires (ou semi-sédentaires), c’est-à-dire en diminuant leur dépense énergétique relative, ces mères ont agi sur leur balance énergétique, ce qui a influé sur leur fécondité, dans le sens d’une augmentation. Telle a été, selon moi, la cause de la croissance démographique des collecteurs sédentaires des amas de coquilles, relativement aux collecteurs nomades, croissance détectable dans les densités élevées des vestiges archéologiques correspondants, qui sont souvent de grandes nécropoles en même temps que des amas coquilliers.

Figure 5 : Modèle de fécondité énergétique, exprimé par le nombre moyen d’enfants nés d’une femme au cours de sa vie féconde (aussi appelé « descendance finale » en démographie). Sur une durée féconde de trente-cinq ans, le nombre moyen d’enfants est inversement proportionnel à la durée de l’intervalle entre les naissances. La diagonale représente le nombre moyen d’enfants déterminé par : i) la durée nécessaire à un retour positif du bilan énergétique après l’accouchement (axe horizontal), produite par la consommation d’aliments allant de caloriquement pauvres (à gauche) à riches (à droite) ; ii) la dépense énergétique (axe vertical) représentée par l’effort physique, impliquant principalement la mobilité, allant de nomade à sédentaire.

Les causes de l’augmentation de la mortalité

18Avec le mode de vie sédentaire villageois s’élèvent la densité de la population locale ainsi que les taux de mortalité hérités des chasseurs-collecteurs, particulièrement pour les enfants de moins de 5 ans. Les causes de l’augmentation de la mortalité de la petite enfance sont à rechercher dans l’approvisionnement en eau potable, l’absence de latrines et la contamination par les fèces, ainsi que dans la diminution de l’allaitement maternel et l’abaissement de l’âge au sevrage, concomitants à l’augmentation de la fécondité. La sensibilité des humains à de nouvelles maladies infectieuses est le résultat de facteurs complexes tels que des modifications des contacts avec les animaux, des adaptations de pathogènes, le statut nutritionnel et la densité de la population hôte. La proportion élevée d’enfants dans les sépultures néolithiques peut être due à l’émergence de zoonoses virulentes nouvellement acquises. Cependant, il est intéressant de constater que la variation de la proportion des squelettes âgés de 0-4 ans dans les nécropoles en chronologie relative dt mime la proportion des 5-19 ans, malgré l’impact taphonomique [Bocquet-Appel 2008, fig. 8]. Le rôle des maladies infectieuses dans l’homéostasie de la croissance d’une population agricole est encore hypothétique. Par inférence épidémiologique à partir des aires préindustrielles ou médicalement sous-développées, on devrait inclure parmi les principaux germes candidats associés à la domestication animale la rougeole, la variole, les Rotavirus et les Coronavirus responsables des diarrhées (l’un des principaux tueurs des enfants de moins de 5 ans). Des recherches en anthropologie moléculaire devraient fournir des informations sur ce champ prometteur [Mira et al. 2006]. Durant la TDA, la population pourrait avoir perdu quelques années d’espérance de vie. Finalement, la mortalité cesse de s’élever quand la densité régionale et la concentration de la population se stabilisent.

La tda, la pression démographique et le changement culturel

19Avant de répondre à la seconde grande question posée dans l’introduction, à savoir si la population a été la cause ou bien l’effet du basculement culturel de collecteurs à producteurs, un retour à la signification de la variable dt est nécessaire. De prime abord, elle représente la chronologie relative. En fait, la variable dt a une autre signification, plus fondamentale, que celle d’une simple chronologie. Quand le nouveau système de production néolithique est introduit dans la population, la valeur de dt vaut zéro. On voit donc que dt est une unité de temps relativement au changement économique. Au-delà, donc, de la compréhension de dt en termes de chronologie relative, dt mesure plus véritablement le tempo du changement économique. Un graphe tel que celui de la figure 1 représente en fait le changement démographique (la variation de 15p5) et le changement économique (relativement à la position dt = 0) dans un cadre chronologique commun. C’est la position relative des deux changements, l’un par rapport à l’autre, qui permet de fournir une réponse empirique à la question récurrente des causes du changement culturel dans le contexte du passage à l’agriculture. Puisque dt = 0 indique l’introduction du changement économique alors, selon que la signature du changement démographique précède (dt < 0) l’introduction du changement économique représenté sur l’axe horizontal ou lui succède (dt > 0), on peut dire que la croissance de la population est la cause ou bien l’effet de ce changement. En observant la figure 1, on constate que la réaction démographique ne précède pas le changement économique ni ne lui succède, mais coïncide strictement avec lui. Cela incite à conclure que la population a été à la fois, simultanément, la cause et l’effet de ce changement culturel. La cause, car en exerçant une pression sur la capacité porteuse du système de production des chasseurs-collecteurs, la population a aussi accru les probabilités d’un changement de système ; et la conséquence, car, dès l’introduction du nouveau système économique, la croissance de la population a tendu vers la nouvelle capacité porteuse du système agricole, comme l’atteste l’explosion de la fécondité. Cela est en conformité avec les prédictions du modèle démographique Malthus-Boserup [Wood 1998], associant les déterminants de chacun des deux modèles démographiques – avec Malthus l’introduction d’innovations afin de transgresser la capacité porteuse d’un système limitant la densité de la population, et avec Boserup l’augmentation des probabilités d’introduction d’innovations lorsque la densité de la population s’accroît.

Conclusion

20La TDA apparaît maintenant comme étant un processus global caractéristique de la plupart, sinon même de toutes les premières séquences agricoles, archéologiquement ou historiquement connues. La croissance sans précédent de la population qu’elle a produite est due à une augmentation de la fécondité féminine individuelle, elle-même causée par un gain rapide de la balance énergétique maternelle relativement aux chasseurs-collecteurs mobiles. Ce gain a été engendré par le nouveau mode de vie du système agricole, à la fois sédentaire et, nutritionnellement, à haute densité calorique. Si l’on sent bien que, parmi les grandes causes des basculements civilisationnels, la démographie a certainement joué un rôle, les résultats des séries chronologiques historiques sont ambigus. Avec des données archéologiques couvrant plusieurs millénaires, concentrées sur le basculement culturel le plus important de l’histoire, on constate que la réponse démographique de la population n’a pas plus précédé le changement économique, c’est-à-dire culturel, qu’elle ne lui a succédé, mais qu’elle en a été concomitante.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alpoim Guedes J. d’, Bocquet-Appel J. P., Naji S. et Yu Xiyun, Detection of the Agricultural Demographic Transition in China, manuscrit.

Ames K. M. et Maschner H. D. G. (1999), The Peoples of the Northwest Coast : Their Archaeology and Prehistory, Londres, Thames & Hudson.

Bandy M. S. (2005), « New World settlement evidence for a two-stage Neolithic demographic transition », Current Anthropology, 46(S), p. S109-S115.

Bandy M. S. (2008), « Global pattern of early village development », in Bocquet-Appel J. P. et Bar-Yosef O. (éd.), The Neolithic Demographic Transtion and its Consequences, Dordretch, Springer, p. 333-358.

Banning E. B. (1998), « The Neolithic period : Triumphs of architecture, agriculture, and art », Near Eastern Archaeology, 61 (4), p. 188-237.

Binford L. R. (1968), « Post-Pleistocene adaptations », in Binford S. R. et Binford L. R. (éd.), New Perspectives in Archaeology, Chicago, Aldine, p. 313-341.

Bleek D. (1928), The Naron : A Busman Tribe of the Central Kalahari, Cambridge, MA, Cambridge University Press.

Blurton Jones N. (1986), « Bushman birth spacing : A test for optimal birth intervals », Ethology and Sociobiology, 7, p. 91-105.

Blurton Jones N. (1987), « Bushman birth spacing : Direct tests of some simple predictions », Ethology and Sociobiology, 8, p. 183-184.

Blurton Jones N. (1989), « The costs of children and the adaptive scheduling of births : Towards a sociobiological perspective on demography », in Rasa A. R., Vogel C. et Voland E. (éd.), The Sociobiology Perspective on Demography, Londres, Chapman & Hall, p. 265-283.

Blurton Jones N. (1994), « A reply to Dr. Harpending », American Journal of Physical Anthropology, 93, p. 391-397.

Bocquet-Appel J. P. (2002), « The Paleoanthropological traces of Neolithic demographic transition », Current Anthropology, 43, p. 638-650.

Bocquet-Appel J. P. (2008), « Explaining the Neolithic demographic transition », in Bocquet-Appel J. P. et Bar-Yosef O. (éd.), The Neolithic Demographic Transition and its Consequences, Dordrecht, Springer, p. 35-55.

Bocquet-Appel J. P. et Dubouloz J. (2004), « Expected paleoanthropological and archaeological signal from a Neolithic demographic transition on a worldwide scale », Documenta Praehistorica, XXXI, p. 25-33.

Bocquet-Appel J. P. et Jakobi L. (1998), « Evidence for a spatial diffusion of contraception at the onset of fertility transition in Victorian Britain », « Population, An English Selection », New Advances in Social Sciences, 10, 1, p. 181-204.

Bocquet-Appel J. P. et Naji S. (2006), « Testing the hypothesis of a worldwide Neolithic demographic transition. Corroboration from American cemeteries (with comments) », Current Anthropology, 47 (2), p. 341-365.

Bocquet-Appel J. P. et Paz de Miguel Ibáñez M. (2002), « Demografia de la difusion neolitica en Europa y los datos paleoantropologicos », Saguntum, 5, Empressas Universitaria de Valencia, p. 23-44.

Bocquet-Appel J. P., Irudaya Rajan S. I., Bacro J. N. et Lajaunie C. (2002), « The onset of India’s fertility transition », European Journal of Population, 18 (3), p. 211-232.

Bocquet-Appel J. P., Naji S. et Bandy M. (2008), « Demographic and health changes during the transition to agriculture in North America », in Bocquet-Appel J. P. (éd.), Recent Advances in Paleodemography : Data, Techniques, Pattterns, Dordrecht, NL, Springer, p. 277-292.

Boserup E. (1965), The Conditions of Agricultural Growth : The Economics of Agrarian Change under Population Pressure, Chicago, Aldine.

Cowgill G. L. (1975), « On the causes and consequences of ancient and modern population changes », American Anthropologists, 77, p. 505-525.

Cohen M. N. (1977), The Food Crisis in Prehistory : Overpopulation and the Origins of Agriculture, New Haven, Yale University Press.

Cohen M. N. et Armelagos G. J. éd. (1984), Paleopathology at the Origins of Agriculture, Orlando, FL, Academic Press.

Davis S. J. M. (2005), « Why domesticate food animals ? Some zoo-archaeological evidence from the Levant », Journal of Archaeological Science, 32 (9), p. 1408-1416.

Gordon C. C. et Buikstra J. E. (1981), « Soil PH : Bone preservation and sampling bias at mortuary sites », American Antiquity 46 (3), p. 566-571.

Graber R. B. (1997), « A rigorous approach to population pressure’s contribution to cultural evolution », in Paine R. R. (éd.), Integrating Archaeological Demography : Multidisciplinary Approaches to Prehistoric Population, Carbondale, Southern Illinois University, Center for Archaeological Investigations (Occasional Paper, 24), p. 263-284.

Guerrero E., Naji S. et Bocquet-Appel J. P. (2008), « The signal of the Neolithic demographic transition in the Levant », in Bocquet-Appel J. P. et Bar-Yosef O. (éd.), The Neolithic Demographic Transition and its Consequences, Dordrecht, Springer, p. 57-80.

Guy H., Masset CL. et Baud C. A. (1997), « Infant Taphonomy », International Journal of Osteoarchaeology, 7 (3), p. 221-229.

Harlan J. R. (2006), « Indigenous African agriculture », in Cowan C. W. et Watson P. J. (éd.), The Origins of Agriculture : An International Perspective, Tuscaloosa, AL, University of Alabama Press, p. 59-70.

Henry D. O. (1991), « Foraging, sedentism, and adaptive vigor in the Natufian : Rethinking the linkages », in Clark G. A. (éd.), Perspectives on the Past : Theoretical Biases in Mediterranean Hunter-gatherer Research, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Johansson S. R. et Horowitz S. (1986), « Estimating mortality in skeletal populations : influence of the growth rate on the interpretation of levels and trends during the transition to agriculture », American Journal of Physical Anthropology, 71, p. 233-250.

Kohler T. A. et Glaude M. (2008), « The nature and timing of the Neolithic demographic transition in the North American Southwest », in Bocquet-Appel J. P. et Bar-Yosef O. (éd.), The Neolithic Demographic Transition and its Consequences, Dordrecht, Springer, p. 81-106.

Kohler T. A., Glaude M. P., Bocquet-Appel J. P. et Kemp B. M. (2008), « The Neolithic demographic transition in the US Southwest », American Antiquity, 73 (4), sous presse.

Kuijt I. (2000), « People and space in early agricultural villages : Exploring daily lives, community size, and architecture in the late Pre-Pottery Neolithic », Journal of Anthropological Archaeology, 19 (1), p. 75-102.

Lee R. (1972), « Population growth and the beginning of sedentary life among the ! Kung bushmen », in Spooner B. (éd.), Population Growth : Anthropological Implications, Cambridge, MIT Press, p. 329-342.

Lee R. (1979), The ! Kung San : Men, women, and work in a foraging society, Cambridge, Cambridge University Press.

Malthus T. R. (1798), First Essay on Population [reprinted for the Royal Economic Society], Londres, MacMillan and Co Publ., 1926.

McCaa R. (2001), « Paleodemography of the Americas : From ancient times to colonialism andbeyond », in Steckel R. H. et Rose J. C. (éd.), The Backbone of History : Health and Nutrition in the Western Hemisphere, Cambridge, Cambridge University Press, p. 94-126.

McDougall I., Brown F. H. et Fleagle J. G. (2005), « Stratigraphic placement and age of modern humans from Kibish, Ethiopia », Nature, 433, p. 733-736.

Mira A., Pusker R. et Rodriguez-Valera F. (2006), « The Neolithic Revolution of bacterial genomes », Trends in Microbiology, 14 (5), p. 200-206.

Pearsall D. M. (2006), « The origins of plan cultivation in South America », in Cowan C. W. et Watson P. J. (éd.), The Origins of Agriculture : An International Perspective, Tuscaloosa, AL, University of Alabama Press, p. 173-205.

Rosenberg M. (1990), « The mother of invention : Evolutionary theory, territoriality, and the origins of agriculture », American Anthropologist, 92, p. 399-415.

Rosenberg M. (1998), « Cheating at musical chairs. Territoriality and sedentism in an evolutionary context », Current Anthropology, 39 (5), p. 653-681.

Rowley-conwy P. (1984), « The laziness of the short-distance hunter : The origins of agriculture in Western Denmark », Journal of Anthropological Archaeology, 3, p. 300-324.

Rowley-Conwy P. (1998), « Cemeteries, seasonality and complexity in the Ertebölle of Southern Scandinavia », in Zvelebil M., Dennell M. et Domanska L. (éd.), Harvesting the Sea, Farming the Forest : The Emergence of Neolithic Societies in the Baltic Region, Sheffield, Sheffield University Press, p. 193-202.

Sattenspiel L. et Harpending H. (1983), « Stable populations and skeletal age », American Antiquity, 48, p. 489-498.

Service E. R. (1968), « The prime-mover of cultural evolution », Southwestern Journal of Anthropology, 24, p. 396-409.

Simonoff J. S. (1996), Smoothing Methods in Statistics, New York, Springer.

Stiner M. C., Beaver J. E., Munro N. D. et Surovell T. A. (2008), « Modeling Paleolithic predator-prey dynamics and the effects of hunting pressure on prey “choice” », in Bocquet-appel J. P. (éd.), Recent Advances in Palaeodemography : Data, Techniques, Patterns, Dordrecht, Springer, p. 143-178.

Stringer C. (2002), « Modern human origins : progress and prospects », Philosophical Transactions of the Royal Society London B, 357, p. 563-579.

Valeggia C. et Ellison P. T. (2004), « Lactational amenorrhoea in well-nourished Toba women of Formosa, Argentina », Journal of Biosocial Science, 36, p. 573-595.

Widner R. J. (1988), The Evolution of the Calusa : A Non-agricultural Chiefdom on the Southwest Florida Coast, Tuscaloosa, AL, University of Alabama Press.

Wood J. W. (1998), « A theory of pre-industrial population dynamics : Demography, economy, and well-being in Malthusian systems », Current Anthropology, 39, p. 99-135.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Variation de l’indicateur paléodémographique15p5 (en ordonnée) avec la chronologie relative dt (en abscisse) à l’introduction du système agricole, représentée par la procédure d’ajustement Loess (ligne continue) (cent trente-trois nécropoles de plus de cinquante squelettes [d5 +] de l’hémisphère nord : Amérique, Afrique du Nord et Europe, à l’exclusion du Levant). La ligne horizontale hachurée (15p5 = 0.173) représente l’espérance de15p5 pour un taux d’accroissement zéro, donné par les estimateurs : régression inverse de r = f (15P5). Ce profil représente la signature typique de la Transition démographique agricole.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 2 : Modèle de la Transition démographique agricole. Dans ce modèle, une transition de la fécondité vers des valeurs hautes (en noir), tirée par la sédentarisation, apparaît dès l’introduction du nouveau système économique agricole, à dt = 0. Mais, rapidement, une transition de la mortalité suit aussi vers des valeurs hautes (en gris), tirée par l’augmentation de la densité de la population villageoise, la contamination (eau potable, latrines), ainsi qu’à un changement du patron d’allaitement, qui devient plus court, associés à des zoonoses.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure 3 : Variation de l’indicateur paléodémographique15p5 (en ordonnée) avec la chronologie relative dt (en abscisse) à l’introduction du système agricole, représentée par la procédure d’ajustement Loess (ligne continue) (seize nécropoles levantines). La ligne horizontale hachurée (15p5 = 0.173) représente l’espérance de15p5 pour un taux d’accroissement zéro, donné par les estimateurs : régression inverse de r = f (15p5).[Source : Guerrero et al. 2008.]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Figure 4 : Variation de l’indicateur paléodémographique15p5 (en ordonnée) avec la chronologie relative dt (en abscisse) à l’introduction du système agricole, représentée par la procédure d’ajustement Loess (ligne continue)(trente-six nécropoles de plus de cinquante squelettes [d5 +]). La ligne horizontale hachurée (15p5 = 0.173) représente l’espérance de15p5 pour un taux d’accroissement zéro, donné par les estimateurs : régression inverse de r = f (15p5).[Source Bocquet-Appel 2002.]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15716/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 5 : Modèle de fécondité énergétique, exprimé par le nombre moyen d’enfants nés d’une femme au cours de sa vie féconde (aussi appelé « descendance finale » en démographie). Sur une durée féconde de trente-cinq ans, le nombre moyen d’enfants est inversement proportionnel à la durée de l’intervalle entre les naissances. La diagonale représente le nombre moyen d’enfants déterminé par : i) la durée nécessaire à un retour positif du bilan énergétique après l’accouchement (axe horizontal), produite par la consommation d’aliments allant de caloriquement pauvres (à gauche) à riches (à droite) ; ii) la dépense énergétique (axe vertical) représentée par l’effort physique, impliquant principalement la mobilité, allant de nomade à sédentaire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15716/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

École pratique des hautes études, CNRS, Paris

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search