Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Troisième partie. Démographie, migrations, langues

Chasseurs-cueilleurs et agriculteurs en Europe occidentale : les échanges comme condition de la néolithisation ?

Grégor Marchand

Texte intégral

1La néolithisation en tant que changement technique et social est une dynamique intruse en Europe occidentale, avec des modes de progression multiples. Quel que soit le vecteur de diffusion envisagé pour les techniques agraires et pastorales – déplacement de groupes, échanges de techniques ou imprégnation des nouvelles idées lors de contacts épisodiques –, la question du rôle du substrat autochtone doit être posée, car l’Europe occidentale n’est à l’évidence pas un continent vide d’êtres humains au VIe millénaire avant notre ère. Les recherches actuelles tendent à prendre davantage en compte ces communautés du Mésolithique. Outre la question de l’héritage des chasseurs-cueilleurs, c’est leur implication passive ou active dans le processus de néolithisation qui est désormais interrogée, en particulier à travers les échanges et les transferts techniques dont les traces ont pu être préservées.

De nous à eux : la difficulté à penser les contacts entre sociétés mésolithiques et néolithiques

2Il ne faut pas minorer la difficulté à penser aujourd’hui le passage du Mésolithique au Néolithique, c’est-à-dire celui du monde des chasseurs-cueilleurs à celui des agriculteurs-éleveurs. Cette question historique brûlante – puisqu’elle fonde la civilisation agraire dont nous sommes directement issus – a engendré de nombreuses écoles de pensée et d’âpres débats scientifiques.

3Le premier obstacle à une saine appréhension de la naissance du Néolithique réside dans la puissance des images mentales engendrées par notre culture. S’il considère la fin de ce processus et la disparition des peuples du Mésolithique, l’Européen actuel peut être tenté plus ou moins consciemment d’y calquer le souvenir des colonisations menées par ses proches ancêtres sur notre planète, depuis le xvie siècle. L’extermination des peuples dits autochtones par les germes et les armes des Européens a pourtant fait intervenir des décalages technologiques ou démographiques autrement plus importants à l’époque moderne qu’à la préhistoire. Mais comment échapper, sans un long travail sur soi, aux centaines de westerns – certains culpabilisants, d’autres triomphants – ingurgités depuis la plus tendre enfance ? Autre biais redoutable, la survalorisation du substrat mésolithique a également pu servir des visées régionalistes ou nationalistes. D’une manière plus subtile, certains chercheurs seront tentés par la recherche de scénarios alternatifs à une « invasion » néolithique qui évoquerait trop l’histoire récente de leur pays (au Portugal ou en Irlande).

4Le second obstacle prend racine à l’aube des recherches sur la préhistoire, dès le xixe siècle. Il semble que les archéologues aient fondamentalement besoin d’époques de « sauvagerie » ou de « barbarie » contrastant avec des époques d’expansion et d’apogée, soit dans un processus conçu comme linéaire, soit à la faveur de mouvements cycliques. Le Mésolithique occupe une position idéale pour être à la fois l’époque de la décadence des sociétés paléolithiques et celle de la sauvagerie antérieure au Néolithique ; d’ailleurs, n’a-t-il pas été créé pour ça ? Dans nombre d’écrits scientifiques actuels, les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique apparaissent comme des êtres hors du temps soumis exclusivement aux caprices de l’environnement ; l’histoire semble alors commencer au premier coup d’araire qui a défoncé le sol, faisant jaillir les lumières du Néolithique et, partant, de la civilisation.

5Le troisième obstacle à la compréhension des rapports entre groupes du Mésolithique et groupes du Néolithique réside dans la disproportion des moyens accordés à la collecte des données archéologiques. En France, la recherche sur le Mésolithique a longtemps été l’affaire des chercheurs amateurs, les professionnels se consacrant d’abord au Paléolithique puis, à partir des années 1970, au Néolithique. Il en est résulté une disproportion de moyens, mais aussi une audience limitée pour les découvertes concernant le Mésolithique. D’ordinaire, ces vestiges lithiques sont découverts à la surface des champs, marquant la présence d’un habitat ; ces derniers font ensuite parfois l’objet de sondages manuels sur quelques dizaines de mètres carrés. En comparaison, ce sont déjà plusieurs milliers d’hectares qui ont été décapés par des moyens mécaniques dans le nord de la France, pour identifier ces désormais célèbres maisons danubiennes et recueillir des millions d’objets archéologiques.

6Le quatrième obstacle est celui de la lisibilité des faits archéologiques. Il est certain que les derniers chasseurs-cueilleurs avaient une culture matérielle moins visible et ont laissé des vestiges discrets : pas de grands bâtiments sur poteaux, pas de longs fossés, pas d’objets prestigieux à exhiber dans les vitrines des musées. En corollaire, les effets du développement de l’archéologie préventive sur la connaissance du Mésolithique restent ténus en France, malgré quelques beaux contre-exemples. Un sol d’habitat mésolithique, dont les vestiges sont dispersés dans un sol actuel, avec de faibles recouvrements sédimentaires et soumis aux nombreuses bioturbations, supporte mal le décapage à la pelleteuse et la fouille d’urgence. Dans une intervention préventive, où les moyens et le temps restent limités, les concepts d’homogénéité ou d’hétérogénéité des contextes archéologiques sont fondamentaux pour procéder à des choix de fouille ; or la complexité des sites mésolithiques imposerait davantage de nuances.

7Que ce soit des images mentales anesthésiantes, l’organisation de la recherche ou les conditions taphonomiques, tout semble s’opposer à une comparaison saine des deux civilisations mises en présence. L’enquête archéologique devra donc en permanence corriger ces distorsions, en tenant compte notamment des représentations mentales actuelles ou des structures académiques qui conditionnent les discours.

La néolithisation de l’Europe occidentale : un processus non linéaire

Des écueils dans la vague

8Le modèle d’expansion linéaire du Néolithique proposé au début des années 1970 par A. J. Ammerman et L. Cavalli-Sforza [1984] proposait une extension progressive d’un front pionnier en Europe, à partir du Proche-Orient. Cette analyse se fondait sur l’observation des datations de plus en plus récentes pour le premier Néolithique à mesure que l’on s’éloigne vers l’ouest, couplée à une analyse génétique, le tout enveloppé dans un modèle de développement démographique. La régularité du mouvement a, depuis, été remise en question, avec notamment l’identification de « barrières » à l’ouest de la Grèce et au sud des Carpates, marquant la stagnation durable de l’expansion [Guilaine 2001]. En proposant une autre lecture des dates par le radiocarbone, M. Rasse met plutôt en évidence un blocage majeur de cette progression en Europe, sur un axe passant du nord du Portugal aux plaines du Dniestr [Rasse 2008]. Cette « Grande Barrière » se situerait au milieu du VIe millénaire avant notre ère. Notant avec l’auteur qu’aucun déterminisme topographique ne peut en rendre compte, il reste à en comprendre les causes (fig. 1). Une économie agricole est un système impliquant des variables environnementales, climatiques, techniques, culturelles et démographiques. La néolithisation est aussi une histoire, contingente, qui se raconte sur les territoires quotidiens arpentés par les femmes et les hommes. Fondé sur un accroissement des naissances peut-être lié à la sédentarité [Bocquet-Appel 2008], le dynamisme démographique néolithique est indéniable. Cependant, la néolithisation n’est pas réductible à un principe de vases communicants, les territoires remplis se déversant dans les espaces vides. Les exemples historiques de colonisation sont suffisamment nombreux pour nous dissuader d’une telle lecture univoque. La recherche actuelle montre plutôt la diversité des scénarios suivant les aires géographiques, que ce soit l’expansion d’un groupe humain à la recherche de nouvelles terres à défricher pour supporter une forte croissance démographique (modèle proposé pour la sphère rubanée en Europe médiane), les échanges de proche en proche des nouveautés techniques, la fusion de communautés néolithiques d’origines diverses avant une nouvelle extension ou encore l’intégration progressive d’autochtones au sein des villages d’agriculteurs.

Enclaves et zones de contact

9En Europe de l’Ouest, les ralentissements du processus de néolithisation ont été nombreux. Aux Pays-Bas et dans le nord de la Belgique, les populations mésolithiques du Swifterbant (4900-3600 avant notre ère) [Crombé et Vanmonfort 2007 ; Niekus 2008] ont développé une économie adaptée aux ressources fluvio-marines, en adoptant notamment la céramique. Le processus a été le même au Danemark, où les populations de l’Ertebölle ont fait pièce à l’expansion néolithique pendant plusieurs siècles (5400-3900 avant notre ère) [Stafford 1999]. À une plus large échelle, le passage de la Manche va demander près de mille ans : les premiers indices de contact interviendraient à la fin du Ve millénaire, alors que le Néolithique ancien occupe déjà le continent en face depuis des siècles. Cela ne peut s’expliquer par des limites techniques, puisque la navigation était déjà acquise à cette époque. En France atlantique, les principales dates par le radiocarbone du Néolithique ancien (NACA) placent la néolithisation après 5000 avant notre ère, en franc décalage avec celles du bassin méditerranéen, alors que les traits stylistiques de ce Néolithique atlantique signalent pourtant une filiation manifeste. Seules les datations du Grouin-du-Cou à La Tranche-sur-Mer (Vendée) sont antérieures de quelques siècles, mais leurs contextes de prélèvement sont contestés. Ce retard de la néolithisation est-il dû à la péjoration climatique de 5400-5200 avant notre ère, mentionnée par J. F. Berger [2005], qui aurait retardé l’adaptation des cultigènes à l’humidité atlantique ? La cause n’est probablement pas unique, mais montre plutôt les limites provisoires de la dynamique des systèmes agro-pastoraux. Les découvertes par centaines d’habitats du Mésolithique dans l’ouest de la France plaident pour l’hypothèse d’une occupation importante, susceptible d’avoir été une alternative à l’économie agro-pastorale. En Bretagne, ce retard de la néolithisation est difficile à chiffrer, mais il semble bien que deux économies mésolithiques découplées coexistent, l’une sur le littoral [Schulting et al. 2004], l’autre dans l’intérieur de la péninsule [Marchand 2007], illustrant encore toute la complexité économique des mondes mésolithiques.

10L’adoption de la céramique par les derniers hommes et femmes du Mésolithique est parfois suspectée de manière indirecte, car des styles céramiques dits du Limbourg et de La Hoguette apparaissent au cœur des sites du Néolithique ancien danubien et post-danubien, dans la partie occidentale de ce vaste mouvement (fig. 1). On aurait là, selon certains chercheurs, l’inclusion de populations mésolithiques porteuses de leurs propres récipients de terre et de leur propre style, au sein même des villages d’agriculteurs. Ces styles seraient issus de la sphère néolithique méditerranéenne, par le couloir rhodanien [Manen et Mazurié de Keroualin 2003]. Le principal obstacle à cette hypothèse reste l’absence de ces céramiques en contexte proprement mésolithique avec des contextes stratigraphiques fiables. N’est-ce pas en partie dû aux très faibles surfaces fouillées pour le Mésolithique ? Il reste en effet difficile de comprendre la diffusion de ces styles originaux sans un recours aux peuples mésolithiques [Jeunesse 2000], mais la nature réelle de leur implication est absolument inconnue. La péninsule Ibérique offre d’autres exemples de ralentissement du front de néolithisation et de longues cohabitations entre peuples. Alors que l’est et le sud de l’Espagne sont néolithisés dans la première moitié du VIe millénaire, le Nord-Ouest semble attendre le début du millénaire suivant. Dans une autre dynamique perceptible un peu en retrait du littoral oriental de l’Espagne (pays valencien), la coexistence des populations mésolithiques et néolithiques a donné naissance à une culture originale, fusionnant les apports.

11Quel que soit le mode de progression de cette économie agro-pastorale, un groupe d’agriculteurs qui investit un nouveau terroir n’arrive pas dans un espace vide mais dans une zone occupée, pensée par d’autres hommes, polarisée par les habitats et zébrée de voies de communication. Comment ces structures économiques, sociales et culturelles des chasseurs-cueilleurs ont-elles influé sur celles du Néolithique ? Avant d’évoquer la manière dont ces interactions trouvent une expression dans le domaine archéologique, peut-être est-il souhaitable de s’attarder sur la nature des économies mésolithiques et sur les structures des sociétés, pour déterminer les conditions de ces stabilisations.

Figure 1 : Carte de l’Europe occidentale avec les principales enclaves mésolithiques et les zones de blocage de la néolithisation, dont la « Grande Barrière » [Rasse 2008] et la Manche. Les aires de diffusion des styles céramiques de La Hoguette et du Limbourg sont également mentionnées, avec les zones de concentration principales (DAO G. Marchand, CNRS).

Le fonctionnement des groupes autochtones

Une mosaïque culturelle, des groupes en réseaux, des lignes de force structurant l’espace

12La façon dont les hommes du Mésolithique ont occupé l’espace peut être estimée par la répartition des styles de l’outillage, par l’aire d’approvisionnement en matières premières ou par la comparaison des activités exercées sur les habitats, éléments qui livrent tous de sérieux indices concernant la mobilité. Ces moyens d’évaluation ne donnent pas accès aux mêmes gammes d’informations sur les sociétés. Dans le premier cas, les travaux de typologie comparée effectués au cours du xxe siècle ont pâti de certaines simplifications, qui ont pu amener certains chercheurs à confondre une ethnie et une entité stylistique, voire à superposer un unique type de pointe de flèche au territoire d’un groupe. La cartographie des différents types d’objets trouvés dans une région donne pourtant une image très complexe, qui empêche de dessiner des entités culturelles monolithiques fermées sur elles-mêmes, tandis que les apports de l’ethnologie savent montrer toute la richesse sémiotique de ces flèches, dont les formes varient suivant les gibiers chassés, le rang des chasseurs, leurs affiliations, etc. Ainsi, la carte de répartition des armatures de flèche dans l’ouest de la France à la fin du Mésolithique (5500-5000 avant notre ère) donne une image que l’on aurait préférée plus simple, difficilement réductible à un assemblage de cultures régionales (fig. 2). Le cas de la Bretagne mis à part, les autres régions montrent plusieurs types de flèches, dont les aires de répartition ne sont pas superposables. Il n’y a pas à cette période de sites centraux purs, qui enverraient des influences culturelles en périphérie ; ce n’est tout simplement pas la structure sociale ou politique des populations de chasseurs-cueilleurs. Il faut plutôt considérer ce genre de représentation cartographique comme la résultante d’une compression temporelle d’événements historiques et de structures sociales : différentes formes d’affiliation identitaires, échanges, guerres, déplacement de peuples ou modes stylistiques. Il existe pourtant des territoires au sein desquels les hommes se déplacent, que l’on peut suivre notamment par la circulation des matériaux : dans l’ouest de la France, à la fin du Mésolithique, les roches sont diffusées sur des échelles de l’ordre de 50 kilomètres, souvent moins. Il s’agit d’espaces usuels bien moins étendus que l’aire de répartition de marqueurs stylistiques et certainement plus proches du quotidien des individus.

13Les territoires mésolithiques, qu’ils soient stylistiques ou économiques, sont fragmentés. Les hommes se déplacent ; les groupes se segmentent au gré de la variation des ressources naturelles ou des événements, ils échangent, ils s’opposent. Comment croire que la néolithisation va se répandre sans anicroches sur cet espace ? Au contraire, chaque espace a dû être négocié. L’essentiel reste à écrire sur l’éventuelle récupération des lignes de force ou des lignes de fracture des mondes mésolithiques par les hommes du Néolithique. C’est probablement le recul des études stylistiques en Europe qui empêche d’avancer sur le sujet ; il conviendra un jour d’analyser ces variations infimes des normes et des styles des objets archéologiques, puis d’en cartographier certains, pour saisir ce qu’ils peuvent dissimuler d’informations concernant les échanges, les blocages et les filiations. Les travaux récents sur les domaines technologiques ou économiques permettent en revanche de comprendre ce qui a pu assurer la subsistance des communautés de chasseurs-cueilleurs et donc former une alternative aux économies agro-pastorales.

Figure 2 : Principales aires de répartition des armatures de la fin du Mésolithique dans l’ouest de la France. 1 : triangles scalènes ; 2 : trapèzes de Téviec ; 3 : trapèzes symétriques ; 4 : trapèzes du Payré et triangles scalènes à retouches inverses rasantes ; 5 : pointes de Sonchamp ; 6 : trapèzes rectangles ; 7 : trapèzes du Martinet ; 8 : flèches de Montclus ; 9 : armatures du Châtelet ; 10 : armatures à éperon. (DAO G. Marchand, CNRS).

Les modes de vie au Mésolithique

  • 1 Les éventuelles économies de pêche du Paléolithique supérieur ont été submergées par la transgress (...)

14Les dépôts réguliers de coquilles dans les habitats ou en périphérie immédiate ont donné naissance à des amas de détritus, qui sont souvent considérés comme très représentatifs du Mésolithique de l’Europe atlantique et baltique1. Ces habitats installés en bord de mer ou en fond d’estuaire semblent avoir une forte importance sociale, avec de lourdes structures d’aménagements et des nécropoles (fig. 3). L’hypothèse de la sédentarité ou de la semi-sédentarité des populations est régulièrement évoquée. Cette stabilisation s’appuierait aussi sur un réseau de stations logistiques dévolues à l’exploitation de ressources naturelles proches. Ces économies de « chasseurs-cueilleurs marins » [Yesner 1980] semblent bénéficier d’une certaine opulence grâce à une prédation dite « à large spectre » ; d’ailleurs, les principales enclaves mentionnées plus haut dans cet article se sont développées autour de zones littorales ou estuariennes. Mais il ne faudrait pas trop vite évacuer les populations mésolithiques continentales, dont les habitats sont très nombreux dans toutes les régions, quoique souvent très dégradés par l’érosion et donc négligés par les recherches actuelles. Certes, les exemples ethnographiques tendent à montrer que la sédentarité se marie mal avec des économies de chasse prépondérante aux mammifères terrestres [Binford 2001, p. 222]. Par ailleurs, les forêts denses de la période atlantique ne sont pas idéales pour la cueillette, même si la biomasse globale y est très élevée, car les grandes futaies diminuent l’importance de la végétation basse. Pour cette raison, les herbivores qui consomment ces feuilles seraient moins abondants que dans des milieux moins boisés. Cependant, incendies naturels, tempêtes et chutes d’arbres sont autant d’événements naturels susceptibles d’ouvrir de tels milieux, qui ne sont jamais uniformes. S’appuyant sur ces ressources dispersées dans la mosaïque forestière, les hommes et les femmes du Mésolithique étaient présents loin des côtes, avec une assez forte mobilité jalonnée à la fois par des sites de vaste superficie (sites d’agrégation ou camps de base [fig. 4]) et des haltes de chasse (par exemple en abri-sous-roche [fig. 5]). L’un des enjeux des recherches à venir est alors de mieux saisir la nature des économies mésolithiques établies loin des espaces littoraux et leur lien avec ces derniers. Il sera probablement plus difficile de comprendre ce qui a pu déstabiliser toutes ces sociétés.

Figure 3 : Sur l’île de Hoëdic (Morbihan), les fouilles effectuées de 1931 à 1934 par M. et S.-J. Péquart ont permis de mettre au jour une nécropole de la fin du Mésolithique, incorporée à un vaste habitat. Des datations par le radiocarbone montrent un étagement des inhumations de 6100 à 4300 avant notre ère, ce qui ouvre l’hypothèse d’un réduit insulaire occupé par les ultimes chasseurs-pêcheurs-collecteurs. Sur ces sites de Bretagne, les périodes de capture des animaux terrestres et marins permettent de poser l’hypothèse d’une occupation permanente ou semi-permanente (cliché Muséum d’histoire naturelle / Association Melvan).

Figure 4 : L’Essart à Poitiers (Vienne) est un de ces nombreux habitats de bord de rivière connus à la fin du Mésolithique. Il est notamment marqué par sa grande surface, les milliers d’outils de silex qui y furent abandonnés et le grand nombre de foyers empierrés. L’interprétation de tels sites est hélas soumise aux multiples causes d’érosion qui empêchent de bien distinguer leur fonctionnement. S’agit-il de camps de base, de camps d’agrégation périodiques pour les communautés mésolithiques ou bien d’une succession de petites stations de pêche ? (cliché G. Marchand, CNRS).

Figure 5 : Dans l’abri-sous-roche de Pont-Glas, à Plounéour-Ménez (Finistère), quelques individus sont passés épisodiquement au cours de la seconde partie du Mésolithique. Ils ont abandonné des pointes de flèche usagées, quelques outils tranchants et de bien maigres restes de taille. La grande diversité des roches impliquées dans la fabrication de cet outillage témoigne d’une forte mobilité des groupes à l’intérieur du continent, au contraire du littoral, où les communautés semblent bien plus stables (cliché G. Marchand, CNRS).

Les échanges dans les zones de contact

15Lorsqu’une communauté mésolithique semble être la cause d’un retard de la néolithisation, trois éléments apparaissent comme fondamentaux à contrôler : l’homogénéité des ensembles sédimentaires invoqués, la cohérence des chaînes opératoires (c’est-à-dire l’association des différents éléments entre eux) et la maîtrise des dates par le radiocarbone. Les transferts techniques entre groupes peuvent alors être prudemment supposés. À une large échelle, ces transferts affectent d’abord les armes, comme on peut le constater dans l’ouest de la France. Les flèches de Montclus (fig. 2, no 8) sont ainsi présentes en proportions largement dominantes dans le Néolithique ancien cardial en France méditerranéenne. Mais elles sont désormais aussi connues de manière plus marginale dans le Mésolithique final de la façade atlantique de la France, en Aquitaine et en Poitou-Charentes, sans antécédent dans les techniques antérieures. Plus au nord encore, ce modèle d’armature s’est développé dans le Mésolithique final en Pays-de-la-Loire, mais cette fois transformé selon les normes techniques propres au Mésolithique (fig. 2, no 9). Le concept de flèche tranchante aménagée par des retouches rasantes pour en faciliter l’insertion dans le fût de la flèche semble donc subir des métamorphoses en passant d’un groupe à l’autre, dans une dynamique que les recherches actuelles approchent à peine [Marchand 2007].

16La situation est encore plus complexe dans le sud du Portugal ; elle est exemplaire de la richesse de cet axe de recherche. Que ce soit dans la vallée de Muge ou dans celle du Sado, les communautés mésolithiques ont laissé des traces d’une économie prédatrice, fondée autant sur les produits fluviomarins que sur l’alimentation terrestre. Cette économie apparemment stable explique peut-être en partie une coexistence avec des communautés d’agriculteurs-éleveurs proches, que l’on chiffre à cinq cents ou six cents années, soit entre 5500 et 4900 avant notre ère, avec toutes les incertitudes liées aux datations par le radiocarbone et à des contextes stratigraphiques imprécis car souvent fouillés anciennement. Ce Néolithique ancien serait arrivé par progression saltatoire le long des côtes méditerranéennes, mais peut-être aussi par l’intérieur des terres. Lors de ce cheminement entre l’est et l’ouest de la péninsule Ibérique, il y a eu un changement notable des caractères techniques de l’industrie lithique, mais aussi de la céramique. Il est également frappant de constater l’adoption concomitante d’un nouveau type d’armature, le segment, dans les groupes mésolithiques et néolithiques, alors que le reste de la production reste bien distinct de part et d’autre. Le modèle proposé pour rendre compte de cette transformation importante des techniques à la fin du VIe millénaire dans le sud de l’Espagne et du Portugal fait d’abord intervenir des influx de groupes africains par-delà le détroit de Gibraltar, puis des échanges entre groupes mésolithiques et néolithiques autour des enclaves du Portugal et d’Espagne [Manen et al. 2007].

17Plus au nord, dans l’Ertebölle du Danemark ou le Swifterbant des Pays-Bas, les échanges concernent également la technologie céramique ou les haches polies. La stabilisation semble plus longue qu’en Europe du Sud ; ses effets sont dès lors plus visibles. Cette porosité partielle entre systèmes techniques mésolithiques et néolithiques – dans des directions parfois mal comprises – n’est pas l’apanage des enclaves littorales périphériques. On constate ainsi que les armatures asymétriques danubiennes, si caractéristiques du Néolithique ancien à l’ouest du Rhin, ont des origines évidentes parmi les pointes de Sonchamp mésolithiques du Bassin parisien, avec un changement de module lié à l’usage probable d’arcs plus puissants au Néolithique. Il semblerait que la manière de chasser ou de guerroyer des hommes du Mésolithique ait pu influencer les peuples d’agriculteurs, à moins qu’il ne s’agisse de l’intégration d’autochtones dans les villages d’agriculteurs ? Cette dernière hypothèse, appuyée également par des observations effectuées sur les techniques mises en œuvre pour les outillages osseux [Sidéra 2000], illustrerait la diversité des interactions entre les peuples lors de la néolithisation.

18La coexistence de groupes de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs fut aussi l’affaire d’espaces arpentés au quotidien ; c’est même la plus pertinente échelle des changements décrits sous le terme de « néolithisation ». Mais, à mesure que l’on réduit l’échelle d’observation pour se rapprocher des territoires vécus par les individus de la préhistoire, les problèmes deviennent plus complexes, car la probabilité de saisir deux événements de cette période à la fois contemporains et voisins est très faible, voire nulle. Érosion, destructions humaines et fouilles partielles conjuguent leurs effets pour ne nous laisser entrevoir que quelques phases de ces processus si complexes. C’est pourtant cet objectif – toujours très lointain – que les archéologues poursuivent, aidés en cela par l’affinement des méthodes de fouille et de datation.

Un nouvel espace de recherche

19La compréhension des contacts entre communautés de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs est un sujet de recherche difficile à aborder car il se satisfait souvent de fausses évidences, comme la découverte d’une hache polie ou d’un tesson de céramique dans une couche archéologique mésolithique perturbée. Il implique en fait une analyse fine des contextes sédimentaires, mais aussi une définition préalable de ce que l’on peut attendre de l’image archéologique de ces confrontations entre des civilisations très différentes, après huit mille ans de dégradation de la matière. Outre la difficulté à penser de manière objective les rapports entre ces civilisations, la différence des moyens employés pour extraire les informations du sol est tellement flagrante qu’il faut en permanence en corriger les effets.

20Les peuples mésolithiques ont parfois entravé l’avancée du Néolithique, qu’elle se produise par le déplacement de peuples ou par la diffusion des nouvelles techniques. Leurs économies représentaient donc une alternative viable, pendant un temps, avant d’être systématiquement balayée. Si l’on considère les interactions techniques désormais connues en domaine continental, rien ne permet plus de penser que les contacts ont été limités à des zones périphériques, même si les enclaves littorales furent plus durables et donc plus visibles par l’archéologue. En retardant l’expansion de l’économie néolithique, ces communautés mésolithiques ont entraîné le développement d’échanges. C’est le domaine du « tuer » (chasse ou guerre) qui montre les exemples les plus probants d’interactions, dans des dynamiques extrêmement complexes. Il est frappant de constater que les armatures définies au creux de ces zones de contact furent celles utilisées au cours du millénaire suivant, dans les cultures du Néolithique moyen. Il faudrait néanmoins un effort de documentation particulier pour chercher les traces organiques, plus infimes, qui témoigneraient elles aussi de probables interactions.

21Les échanges entre groupes voisins sont déjà une manière de connaître les ressources d’un territoire. Ils participent donc du processus d’adaptation de l’économie agricole à de nouveaux écosystèmes. La néolithisation est fondamentalement arythmique, à toutes les échelles ; c’est un mouvement saccadé, nourri par chaque soubresaut et par chaque retard. Même si l’apport technique mésolithique est marginal dans les nouvelles synthèses techniques des peuples agricoles, le rôle passif des communautés mésolithiques apparaît donc comme fondamental. Avec l’évolution interne propre aux sociétés néolithiques, c’est la seule manière d’expliquer pourquoi il y a tant de cultures matérielles du Néolithique ancien entre Istanbul et Dublin.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ammerman A. J. et Cavalli-Sforza L. L. (1984), The Neolithic Transition and the Genetics of Population in Europe, Princeton, Princeton University Press, 176 p.

Berger J.-F. (2005), « Sédiments, dynamique du peuplement et climat au Néolithique ancien », in Guilaine J. (dir.), Populations néolithiques et environnements, Paris, Errance, p. 155-212.

Binford L. R. (2001), Constructing Frames of Reference : An Analytical Method for Archaeological Theory Building Using Ethnographic and Environmental Data Sets, Berkeley, University of California Press, 563 p.

Bocquet-Appel J.-P. (2008), « Explaining the Neolithic demographic transition », in Bocquet-Appel J.-P. et Bar-Yosef O. (éd.), The Neolithic Demographic Transition and its Consequences, New York, Springer, p. 35-56.

Crombé P. et Vanmonfort B. (2007), « The Neolithisation of the Scheldt basin in Western Belgium », in Whittle A. et Cummings V. (éd.), « Going Over », Proceedings of the British Academy, 144, p. 263-285.

Guilaine J. (2001), « La diffusion de l’agriculture en Europe : une hypothèse arythmique », Zephyrus, 53-54, p. 267-272.

Jeunesse C. (2000), « Les composantes autochtone et danubienne en Europe centrale et occidentale entre 5500 et 4000 av. J.-C. : contacts, transferts, acculturations », in Richard A., Cupillard C., Richard H. et Thévenin A. (dir.), Les Derniers Chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale (13000-5500 av. J.-C.) [actes du colloque international de Besançon, 23-25 octobre 1998], Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 699), p. 361-378.

Manen C. et Mazurié de Keroualin K. (2003), « Les concepts “La Hoguette” et “Limbourg” : un bilan des données », in Besse M., Stahl Gretsch L.-I. et Curdy P. (dir.), ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise (Cahiers d’archéologie romande, 95), p. 115-145.

Manen C., Marchand G. et Carvalho A. F. (2007), « Le Néolithique ancien de la péninsule Ibérique : vers une nouvelle évaluation du mirage africain », Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire [Congrès du centenaire de la Société préhistorique française – XXVIe Congrès préhistorique de France, Avignon, 21-25 septembre 2004], Paris, Société préhistorique française, 3 vol.

Marchand G. (2007), « Neolithic fragrances : Mesolithic-Neolithic interactions in Western France », in Whittle A. et Cummings V. (éd.), « Going Over », Proceedings of the British Academy, 144, p. 225-242.

Marchand G., Dupont C., Oberlin C. et Delque-Kolic E. (2009), « Entre “effet réservoir” et “effet de plateau” : la difficile datation du Mésolithique de Bretagne », in Crombé Ph., Van Strydonck M., Sergant J., Bats M. et Boudin M. (éd.), Proceedings of the International Congress « Chronology and Evolution in the Mesolithic of NW Europe » [Bruxelles, 30 mai – 1er juin 2007], Cambridge, Cambridge Scholar Publishing.

Niekus M. J. L. T. (2008), « Trapeze shaped flint tips as proxy data for occupation during the Late Mesolithic and the Early to Middle Neolithic in the Northern part of the Netherlands », Journal of Archaeological Science, 36/2, p. 1-12.

Rasse M. (2008), « La diffusion du Néolithique en Europe (7000-5000 avant J.-C.) et sa représentation cartographique », Mappemonde, 90 (2), p. 1-22.

Schulting R. J. (2005), « Comme la mer qui se retire : les changements dans l’exploitation des ressources marines du Mésolithique au Néolithique en Bretagne », in Marchand G., et Tresset A. (dir.), Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l’Europe (6e -4e millénaires avant J.-C.) [table ronde de Nantes, 26-27 avril 2002], Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la SPF, 36), p. 163-171.

Schulting R., Tresset A. et Dupont C. (2004), « From harvesting the sea to stock rearing along the Atlantic façade of North-Western Europe », Environmental Archaeology, 9, p. 143-154.

Sidéra I. (2000), « Animaux domestiques, bêtes sauvages et objets en matières animales du Rubané au Michelsberg. De l’économie aux symboles, des techniques à la culture », Gallia-Préhistoire, 42, p. 107-142.

Stafford M. (1999), From Forager to Farmer in Flint : A Lithic Analysis of the Prehistoric Transition to Agriculture in Southern Scandinavia, Aarhus, Aarhus University Press, 147 p., 33 tables, 101 fig.

Yesner D. (1980), « Maritime hunter-gatherers : Ecology and Prehistory », Current Anthropology, 21, 6, p. 727-750.

Zvelebil M. (2008), « Innovating hunter-gatherers : the Mesolithic in the Baltic », in Bailey G. et Spikins P. (éd.), Mesolithic Europe, Cambridge, Cambridge University Press, p. 18-59.

Notes

1 Les éventuelles économies de pêche du Paléolithique supérieur ont été submergées par la transgression marine de l’Holocène. Autour de la mer Baltique, lorsque le rebond isostatique des terres a permis la préservation des lignes de rivage du Mésolithique ancien, on constate l’importance de la prédation marine [Zvelebil 2008]. Sur les côtes européennes à de plus basses latitudes, la destruction des anciennes côtes nous prive de toute information. De ce fait, il est impossible d’affirmer que les économies de pêche se sont développées seulement à la fin du Mésolithique. En revanche, il semble acquis par les analyses isotopiques de leurs ossements que les hommes ont tourné le dos aux nourritures marines lorsque s’est propagée l’agriculture [Schulting 2005].

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de l’Europe occidentale avec les principales enclaves mésolithiques et les zones de blocage de la néolithisation, dont la « Grande Barrière » [Rasse 2008] et la Manche. Les aires de diffusion des styles céramiques de La Hoguette et du Limbourg sont également mentionnées, avec les zones de concentration principales (DAO G. Marchand, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Figure 2 : Principales aires de répartition des armatures de la fin du Mésolithique dans l’ouest de la France. 1 : triangles scalènes ; 2 : trapèzes de Téviec ; 3 : trapèzes symétriques ; 4 : trapèzes du Payré et triangles scalènes à retouches inverses rasantes ; 5 : pointes de Sonchamp ; 6 : trapèzes rectangles ; 7 : trapèzes du Martinet ; 8 : flèches de Montclus ; 9 : armatures du Châtelet ; 10 : armatures à éperon. (DAO G. Marchand, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 3 : Sur l’île de Hoëdic (Morbihan), les fouilles effectuées de 1931 à 1934 par M. et S.-J. Péquart ont permis de mettre au jour une nécropole de la fin du Mésolithique, incorporée à un vaste habitat. Des datations par le radiocarbone montrent un étagement des inhumations de 6100 à 4300 avant notre ère, ce qui ouvre l’hypothèse d’un réduit insulaire occupé par les ultimes chasseurs-pêcheurs-collecteurs. Sur ces sites de Bretagne, les périodes de capture des animaux terrestres et marins permettent de poser l’hypothèse d’une occupation permanente ou semi-permanente (cliché Muséum d’histoire naturelle / Association Melvan).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15710/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Figure 4 : L’Essart à Poitiers (Vienne) est un de ces nombreux habitats de bord de rivière connus à la fin du Mésolithique. Il est notamment marqué par sa grande surface, les milliers d’outils de silex qui y furent abandonnés et le grand nombre de foyers empierrés. L’interprétation de tels sites est hélas soumise aux multiples causes d’érosion qui empêchent de bien distinguer leur fonctionnement. S’agit-il de camps de base, de camps d’agrégation périodiques pour les communautés mésolithiques ou bien d’une succession de petites stations de pêche ? (cliché G. Marchand, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15710/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 5 : Dans l’abri-sous-roche de Pont-Glas, à Plounéour-Ménez (Finistère), quelques individus sont passés épisodiquement au cours de la seconde partie du Mésolithique. Ils ont abandonné des pointes de flèche usagées, quelques outils tranchants et de bien maigres restes de taille. La grande diversité des roches impliquées dans la fabrication de cet outillage témoigne d’une forte mobilité des groupes à l’intérieur du continent, au contraire du littoral, où les communautés semblent bien plus stables (cliché G. Marchand, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15710/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteur

CNRS, UMR 6566

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search