Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Troisième partie. Démographie, migrations, langues

Grèce et Balkans : deux voies de pénétration distinctes du Néolithique en Europe ?

Catherine Perlès

Texte intégral

  • 1 Même si cette diffusion démique ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Voir par exemple Kotsak (...)

1L’origine du Néolithique en Europe a fait l’objet de nombreux débats entre les tenants d’une colonisation par des groupes proche-orientaux (le modèle de diffusion démique) et les tenants d’une néolithisation autochtone (le modèle de la diffusion culturelle). Toutefois, la réalité d’une diffusion démique s’est vue substantiellement étayée dans la dernière décennie. Les données proprement archéologiques ont été réévaluées, conduisant à considérer que de simples « contacts » ou « échanges » ne peuvent à eux seuls rendre compte de l’ampleur des transferts techniques [Demoule 1993 ; Sidéra 1998 ; Perlès 2001 ; Özdoğan 2005 ; Schwarzberg 2006]. En parallèle, les données génétiques ont confirmé l’origine proche-orientale de la majeure partie des espèces domestiques, animales et végétales [Lev-Yadun et al. 2000 ; Gopher et al. 2001 ; Vigne 2004 ; id. 2007], tandis que les données de génétique des populations humaines confirmaient la présence en Europe de lignées proche-orientales, tant dans l’ADN mitochondrial que sur le chromosome Y [Richards et al. 2002 ; Semino et al. 2000]. Tout cela pose donc la néolithisation de l’Europe comme un processus complexe, qui implique à la fois une diffusion démique1 et la diffusion d’idées, de techniques et d’espèces étrangères au sein des populations autochtones [Dennell 1992 ; Zvelebil 2001].

2Curieusement, l’origine de ces colons semble poser moins de problèmes que n’en a posé leur existence même. Si de rares spécialistes évoquent des origines multiples [par exemple Bar-Yosef 2002 ; Özdoğan 2005 ; Lichardus-Itten et al. 2006], la grande majorité des archéologues, linguistes et généticiens postulent que le Néolithique a été introduit en Europe par une voie unique, depuis l’Anatolie vers la Grèce, puis de la Grèce vers la Bulgarie en longeant les vallées de la Struma et du Vardar [par exemple Semino et al. 2000 ; Bellwood 2005 ; Dolukhanov et al. 2005]. Comme l’a récemment exprimé C. Renfrew, « Il est clair qu’en Europe l’ensemble du complexe néolithique levantin [the Neolithic farming package] a été transmis d’Anatolie en Grèce puis de Grèce vers les Balkans et la Méditerranée occidentale à partir de 7000 BC environ » [Renfrew 2005, p. 403].

3Mais cette proposition n’est guère argumentée. Comme le reconnaissent Van Andel et Runnels [1995], souvent cités à l’appui de cette thèse, elle ne repose, outre un indéniable « air de famille », que sur la proximité géographique entre l’Anatolie et la Grèce (fig. 1), puis sur le décalage chronologique de l’apparition du Néolithique, plus ancienne en Grèce qu’en Bulgarie. Mais la logique géographique n’est pas forcément réalité historique, et un réexamen des données archéologiques conduit en réalité, comme je vais tenter de le montrer, à un modèle bien différent. J’argumenterai en effet :

  1. que le Néolithique de la Grèce ne peut dériver directement et exclusivement du Néolithique d’Anatolie occidentale ;
  2. que le Néolithique de Bulgarie ne peut dériver directement et exclusivement du Néolithique ancien de Grèce ;
  3. que l’on peut reconnaître deux voies distinctes de pénétration en Europe, l’une, continentale, depuis l’Anatolie vers la Bulgarie et les Balkans, l’autre, maritime, vers la Grèce ;
  4. que, si l’origine de la voie continentale paraît assez bien établie, l’origine de la voie maritime apparaît au contraire difficile à cerner et que cette difficulté même doit conduire à repenser les fondements de nos modèles de colonisation.

Figure 1 : Carte des principales régions mentionnées dans le texte.

Fonds commun et traits dérivés

4Dans la quête des origines, la démarche classique consiste à dresser des listes de traits similaires entre le Proche-Orient et l’Europe du Sud-Est considérés dans leur ensemble, sans se préoccuper outre mesure de la chronologie fine ou de la géographie culturelle [voir par exemple Perlès 2001]. Les listes ainsi constituées amalgament en conséquence des caractères anciens et des caractères plus récents, des traits culturels très largement répandus et des traits culturels caractéristiques d’une région précise. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, qu’il soit impossible de suivre avec précision une dynamique de diffusion dans le temps et l’espace. C’est pourquoi, sans pour autant adhérer à une vision strictement biologique de la culture, je considère maintenant nécessaire de suivre l’une des règles de l’analyse cladistique, et plus précisément de distinguer entre caractères ancestraux et caractères dérivés, c’est-à-dire entre les caractères présents dès l’origine de la néolithisation et ceux qui ne sont apparus que plus tardivement, dans une aire géographique ou culturelle précise. Il importe également, dans la mesure du possible, de distinguer les homologies qui reposent sur des techniques, des façons de faire identiques, de celles qui ne reposent que sur de simples aspects formels, faciles à imiter [Sidéra 1998 ; Rouillard et al. 2007].

De nombreux traits ancestraux

5Dans cette optique, on constate rapidement que la plupart des parallèles qui ont pu être établis entre le Proche-Orient et l’Europe du Sud-Est renvoient en fait à des « traits ancestraux » qui remontent au PPNA levantin (Néolithique précéramique A) ou au début du PPNB (Néolithique précéramique B), parfois même au Natoufien, et qui ont par la suite diffusé, avec le Néolithique, sur des régions beaucoup plus vastes. La liste en est longue et inclut des aspects économiques tels que les plantes et les animaux domestiques, des aspects architecturaux tels que les plans rectangulaires, les sols enduits, les briques crues, des aspects techniques tels que les éléments de faucilles sur lames, les lames de hache et herminettes polies, les techniques de vannerie, les fusaïoles, les balles de fronde, les vases en pierre, etc. On peut y ajouter des éléments considérés comme relevant plus de la sphère des activités symboliques, tels les figurines humaines et animales, les sceaux ou la parure géométrique. Tous ces éléments se sont répandus sur l’ensemble du Proche-Orient, Anatolie comprise, à la fin du PPNA et au début du PPNB, à partir du Levant, du Moyen Euphrate et du Sud-Est anatolien [J. Cauvin 1997 ; Bar-Yosef 2002 ; Verhoeren 2004]. Ils constituent un fonds de civilisation commun sur les plans économique, technique et symbolique, qui, du fait de son ubiquité, ne peut apporter d’informations précises sur les origines géographiques et les voies de pénétration du Néolithique en Europe.

Des traits dérivés typiquement anatoliens

6Inversement, ces traits ancestraux se sont greffés, en Anatolie du Sud-Est, sur une autre tradition régionale, liée au Zagros [M. C. Cauvin 1988 ; Stordeur et Abbès 2002]. Le PPNB d’Anatolie du Sud-Est (ou « PPNB du Taurus » [J. Cauvin 1997]) a donc vu le développement d’une série de traits culturels et économiques idiosyncratiques, qui ont ensuite diffusé vers l’Anatolie centrale et occidentale, en se mêlant à un fonds de traditions autochtones [Nandris 1971 ; Stordeur 1988 ; Maréchal 1995].

7Ils comprennent, par exemple, les « boucles de ceinture » en os, les cuillers en os (fig. 2), les « bone flensers » [Stordeur 1988] ou « herminettes frustes » [Sidéra, en préparation], les manches de faucille rainurés, les gaines en bois de cervidé (fig. 3), les grattoirs circulaires, les perles tubulaires en os d’oiseau. Au début du Néolithique céramique, on pourra ajouter à cette liste les « tables d’offrande » ou « vases polypodes » [Schwarzberg 2006], les céramiques anthropomorphes et, peut-être de façon plus importante encore, un usage de la poterie qui fait une large place aux vaisselles de cuisson et de stockage.

8Ces éléments participent d’un ensemble que D. Stordeur [1988] a qualifié de « typiquement anatolien », même s’ils peuvent se retrouver dans les régions adjacentes telles que le Moyen Euphrate et le Zagros. Si l’on intègre l’axe chronologique, plusieurs d’entre eux peuvent être suivis depuis le PPNB du Zagros, du Moyen Euphrate ou du Sud-Est anatolien, vers le PPNB récentpuisleNéolithiquecéramiqueanciend’Anatoliecentraleetoccidentale, mais je ne détaillerai pas ce point ici.

  • 2 La publication récente du site de Yabalkovo en donne un très bon exemple, même s’il est vrai que Y (...)

9Pratiquement tous ces éléments « typiquement anatoliens » se retrouvent en Bulgarie quand le Néolithique y pénètre, à la fin du VIIe millénaire. Les cuillers en os, les manches de faucille rainurés, les gaines en bois de cervidé, les « herminettes frustes », les vases anthropomorphes, les perles tubulaires en os d’oiseau, les vases polypodes, etc., sont tous représentés dans le Néolithique ancien de Bulgarie2 [Demoule1993 ; Thissen2000 ; Lichardus-Itten et al. 2002 ; Chapman 2003 ; Boyadzhiev 2006]. Dans l’industrie lithique, deux types présents en Anatolie occidentale peuvent être mentionnés : les grattoirs circulaires et les éléments de faucille à retouche bilatérale semi-abrupte à abrupte [Gatsov 2001].

Figure 2 : Cuillers en os du Néolithique anatolien [d’après Özdoğan et Başgelen 1999].

Figure 3 : Gaines et manches en bois de cervidés [d’après Mellaart 1970].

10Inversement, ces éléments sont absents ou très rares dans le Sud Levant et absents de Grèce, de la Thessalie au Péloponnèse. La Macédoine doit en effet être considérée indépendamment car son Néolithique ancien, légèrement plus tardif que celui du reste de la Grèce, me paraît relever très nettement d’une sphère culturelle proche de celle du sud-est de la Bulgarie et de la République de Macédoine [Lichardus-Itten et al. 2006].

  • 3 Cela étant, plusieurs éléments absents du Néolithique ancien vont se retrouver en Macédoine et en (...)

11Or, si la diffusion du Néolithique en Europe avait suivi la voie généralement admise, d’Anatolie du Nord-Ouest en Grèce puis de Grèce en Bulgarie, pourquoi ces éléments, par ailleurs fort disparates3, disparaîtraient-ils dans la Grèce du Néolithique ancien, pour réapparaître en Bulgarie ? Aucune raison technique ou fonctionnelle ne peut expliquer leur absence en Grèce, et moins encore leur soudaine réapparition en Bulgarie, avec des techniques de fabrication souvent identiques à celles connues en Anatolie.

  • 4 A. Reingruber [2005] parvient à la même conclusion, mais en déduit qu’il s’agit d’une néolithisati (...)
  • 5 Encore une fois, en faisant exception de la Macédoine occidentale.

12De fait, l’ensemble de ces éléments « typiquement anatoliens » définit clairement un axe de diffusion du Néolithique qui, de l’Anatolie centrale puis nord-occidentale, atteint directement la Thrace et la Bulgarie à la fin du VIIe millénaire. Inversement, en dépit de quelques traits distinctifs communs, telle la présence de labrets en pierre ou de figurines assises jambes repliées [Hansen 2006], leur absence en Grèce interdit de considérer que le Néolithique ancien y soit directement issu du Néolithique anatolien, même si des contacts sporadiques ne sont pas à exclure4. Bien qu’ils partagent des traits ancestraux communs, que l’on retrouve en fait un peu partout (et auxquels s’ajouteront un peu plus tard des emprunts issus de contacts ultérieurs), l’analyse des traits dérivés montre que le Néolithique ancien de Grèce5 et celui de Bulgarie n’ont pas les mêmes origines, et que le second ne dérive pas du premier.

Deux voies de colonisation

  • 6 Ce qui est corroboré par l’absence de sites du Néolithique ancien en Macédoine orientale et centra (...)

13Si la Grèce n’a pas été colonisée par la Thrace et la Macédoine orientale6, il faut en déduire que les premières colonisations se sont effectuées, à l’instar de la Crète, par voie maritime et, d’après les dates radiocarbones, à une époque antérieure à celle de la Bulgarie. Nous aurions donc affaire à deux voies de colonisation, distinctes par leurs modalités, leur parcours et leurs dates.

14Cette hypothèse peut être étayée par d’autres types d’analyses. L’étude, sur une vaste échelle géographique, des graines de plantes cultivées, de rudérales et de mauvaises herbes associées aux cultures, témoigne de différences régionales claires [Colledge et al. 2004]. Par une analyse des correspondances effectuées sur quarante assemblages, les auteurs ont pu distinguer des « signatures végétales » distinctes qui opposaient le Levant sud, Chypre, la Crète et la Grèce d’une part, le Levant nord et l’Anatolie d’autre part. Ils concluent à une diffusion directe du Néolithique depuis le Levant sud vers la Grèce et depuis l’Anatolie vers les Balkans. À une échelle plus large, Cymbron et ses collègues concluent également, à la suite d’analyses génétiques effectuées sur les bovins européens, que les formes domestiques se seraient répandues en Europe par deux voies, l’une le long des côtes méditerranéennes, l’autre par les Balkans et l’Europe centrale [Cymbron et al. 2004]. En théorie, les nombreuses données récemment publiées sur la génétique des populations devraient également pouvoir être sollicitées. Elles sont toutefois, dans le cas qui nous occupe, plus délicates à utiliser en raison des mouvements de population très importants qui se sont produits à l’époque historique entre la Grèce, l’Albanie, l’Italie et la Turquie. Aussi, même si des résultats récents tendent à conforter notre hypothèse, une certaine réserve me paraît nécessaire [Semino et al. 2004 ; King et al. 2008].

L’origine du Néolithique de Grèce

15Si la Grèce fut initialement colonisée par voie maritime, quelle fut l’origine de cette expansion ? C’est là que le problème se complique. La rigueur de l’analyse veut que, pour rechercher l’origine culturelle du Néolithique ancien de la Grèce, nous puissions y identifier des « traits dérivés » qui, à l’instar de ceux que nous avons repérés en Bulgarie, renverraient à une région d’origine précise. Or, ceux-ci sont finalement rares en Grèce. Ce qui frappe, à la réflexion, c’est l’importance de ce que j’ai qualifié de « traits ancestraux » et la rareté, à l’inverse, de « caractères dérivés ». Certains, typiquement européens, comme les armatures tranchantes et les incinérations, relèvent manifestement de l’interaction avec des communautés locales. Les autres sont peu nombreux. On peut citer l’usage de la pression dans le débitage de l’obsidienne, le débitage par pression au levier sur lames de silex [Perlès 2004], la production quasi exclusive de céramiques fines, surtout monochromes, et le style de certaines figurines, bien caractéristique.

  • 7 Où l’on dispose de plusieurs dates s’inscrivant entre 7000 et 6700 cal BC [Perlès 2001 et dates in (...)

16Bien qu’aucun site du Néolithique ancien n’y ait été connu jusqu’à il y a peu, l’une des régions d’origine le plus fréquemment invoquées pour une colonisation maritime de la Grèce, sans véritable argument autre que la proximité, est la côte égéenne de l’Anatolie. Toutefois, les fouilles récentes de plusieurs sites dans la région d’Izmir, tels que Ege Gübre [Sağlamtimur 2007], Ulucak [Çilingiroğlu et Çilingiroğlu 2007] ou Yeşilova [Derin 2007], permettent maintenant des comparaisons plus étayées. Mais le parallèle est peu convaincant, même si l’on trouve à Ulucak l’un des traits caractéristiques que nous recherchons, le débitage par pression (I. Caneva et D. Binder, communication orale, décembre 2008). La céramique, en revanche, diffère nettement de celle de Grèce. On note en particulier la fréquence des anses tubulaires, inconnues en Grèce, les décors plastiques, la céramique dite à barbotine, recouverte d’impressions profondes dans une pâte humide, et les poteries à engobe rouge foncé [Godon 2008]. Les haches polies sont d’un gabarit inconnu dans le Néolithique ancien de Grèce, et les cuillers en os et outils en bois de cervidé rattachent cette région à l’Anatolie du Nord-Ouest. En outre, les datations disponibles pour les niveaux les plus anciens ne remontent guère au-delà de 6500 cal BC, soit quelques siècles après les plus anciennes dates connues pour la Grèce ou la Crète7. L’ensemble de ces éléments montre donc qu’un enracinement direct et immédiat du Néolithique de Grèce sur la côte ouest-anatolienne n’est pas crédible, même si des contacts sont avérés, notamment par la présence d’obsidiennes miliennes.

17Si l’on poursuit le long de la côte vers le sud et l’est, les données sont inexistantes jusqu’en Cilicie avec le célèbre gisement de Mersin-Yumuktepe [Garstang 1953 ; Caneva et Sevin 2004]. On retrouve là aussi le débitage par pression sur obsidienne [Zambello 2004], sous des formes apparemment proches de ce que l’on connaît en Grèce. Toutefois, il ne s’agit pas de productions locales (I. Caneva, communication orale, décembre 2008). Il sera intéressant de voir si l’on y trouve également du débitage par pression au levier, débitage qui n’est actuellement documenté en position stratigraphique qu’à Çayönü (PPNB récent) [Binder 2007]. Ce qui est clair, en revanche, c’est que la céramique de Yumuktepe, dominée par la « Dark Faced Burnished Ware » décorée d’incisions et d’impressions, nous éloigne radicalement de la Grèce. Si le parallèle entre la Cilicie et la Grèce est valable, il reste en tout cas limité au domaine lithique et renvoie à des lieux de production autres que Yumuktepe lui-même.

18Pour retrouver d’autres parallèles, il faut atteindre le Sud Levant et rentrer quelque peu dans l’intérieur des terres. Il s’agit là sans doute de la région la plus éloignée de la Grèce, mais elle mérite d’être sérieusement considérée puisque l’absence ou la rareté des caractères « typiquement anatoliens », partagées par ces deux régions, pourrait témoigner de traditions ancestrales communes qui ignoreraient ces éléments. Il est d’ailleurs significatif que, lorsque certains de ces caractères se retrouvent au Sud Levant, G. Le Dosseur les qualifie d’« importations nordiques » [communication personnelle, juin 2008].

19Et, de fait, on ne peut manquer d’être frappé par des analogies étonnantes entre les figurines féminines de Thessalie et celles du Yarmoukien de Yarmouk ou Sha’ar Hagolan [Stekelis 1972 ; Garfinkel 2004]. C’est notamment le cas des figurines caractérisées par des yeux « en grains de café » (ou, selon une appellation sans doute plus exacte de Garfinkel, « en forme de cauries »), avec des yeux rapportés protubérants et une tête très allongée (fig. 4 et 5). Leur parenté avec certaines figurines thessaliennes est telle que S. Hansen [2005, p. 203] a qualifié ces dernières d’« importations conceptuelles » du Proche-Orient. Inversement, elles sont rarissimes en Anatolie [Y. Garfinkel, communication personnelle, novembre 2008]. De façon intéressante, ces figurines aux yeux en cauries sont associées, en Thessalie comme en Israël, à des figurines aux yeux incisés, également étonnamment proches (fig. 6), ainsi qu’à des galets gravés anthropomorphes, assez schématiques, qui se répondent d’une région à l’autre (fig. 7). Il me paraît pratiquement impossible que l’homologie de ces figurines puisse être expliquée sans qu’il y ait eu des contacts entre le Yarmoukien du Sud Levant et la Grèce. Non que ces figurines ne puissent être facilement imitées, mais parce que, dans leur diversité même, elles renvoient à un système de pensée cohérent et structuré qui apparaît commun aux deux régions.

20Mais ces parallèles sont strictement limités à la sphère des figurines et rien, dans le reste du matériel yarmoukien, ne vient étayer un lien de filiation entre le Yarmoukien et le Néolithique ancien de Grèce. Les industries lithiques et la poterie, par exemple, n’ont aucun rapport, ni du point de vue fonctionnel ni du point de vue stylistique. Quant à l’hypothèse d’une origine commune plus ancienne, elle n’est pas étayée par les parallèles avec le PPNB ou le PPNC du Levant. Seules, là encore, les figurines (figurines en « pions », notamment) peuvent suggérer des relations possibles. Il me semble donc que des contacts sont indéniables, mais que l’on ne peut voir dans cette culture (ou dans celles plus anciennes) un foyer d’origine, unique, pour le Néolithique de la Grèce.

Figure 4 : Figurine de Magoula Stergiana (Thessalie, Grèce) à gauche et de Sha’ar Hagolan (Israël) à droite [d’après Gallis et Orphanidis 1996 et Garfinkel 2004].

Figure 5 : Têtes de figurines de Thessalie (Grèce), à gauche et à droite, et de Sha’ar Hagolan (Israël), au centre [d’après Gallis et Orphanidis 1996 et Garfinkel 2004].

Figure 6 : Têtes de figurines de Sha’ar Hagolan (Israël), à gauche, et de Thessalie (Grèce), au centre et à droite [d’après Garfinkel 2004 et Gallis et Orphanidis 1996].

Figure 7 : Galets gravés du Yarmoukien (Israël) et du Néolithique ancien de Sesklo (Thessalie), en bas à droite [d’après Stekelis 1972 et Theocharis 1976 (1977)].

Reprendre les modèles

21En l’état actuel de ces investigations, aucune aire d’origine ne peut donc être précisément circonscrite pour le Néolithique de la Grèce continentale. Ce constat peut conduire à deux conclusions. La première est que nous manquons actuellement de données pour résoudre le problème. C’est plus que probable, si l’on considère en particulier l’importante zone côtière vide de sites du Néolithique ancien entre Smyrne et Mersin.

22La seconde conclusion est que le modèle qui sous-tend notre démarche est vraisemblablement erroné. Nous sommes influencés, plus ou moins consciemment, par le modèle de l’expansion danubienne, qui permet d’identifier la progression régulière de groupes reproduisant de façon stricte leurs normes culturelles d’origine. Mais il s’agit là, à proprement parler, d’un phénomène d’expansion plus que de colonisation et, comme le soulignaient C. Broodbank, Th. Strasser ou C. Renfrew entre autres, les colonisations maritimes peuvent répondre à une logique très différente [Broodbank et Strasser 1991 ; Broodbank 2000 ; Renfrew 2003]. En premier lieu, elles sont plus rapides et à bien des égards plus aisées que les déplacements par voie terrestre. Elles sont aussi moins contraintes sur le plan des directions, et l’on peut aisément atteindre la Grèce, en quelques semaines, depuis n’importe quel point de Méditerranée orientale. La navigation étant bien attestée à l’époque [Broodbank 2006], rien ne permet de tenir pour acquis, a priori, que ces groupes aient eu une origine unique. Si les parallèles entre la Grèce et le Proche-Orient suggèrent des origines, voire des moments différents de colonisation, il est certainement raisonnable de considérer que cela renvoie à une réalité historique, plutôt que de rechercher un mythique foyer d’origine unique. La colonisation de Chypre est un bon exemple de contacts répétés, sur des centaines voire plusieurs milliers d’années, à partir de foyers d’origines multiples [Vigne et al. 2003 ; Horwitz et al. 2004 ; Peltenburg 2004 ; Vigne 2005 ; McCartney 2007]. La fondation des villages à céramique impressa de Portiragnes (Hérault), d’origine différente, en est un autre [Guilaine et al. 2007]. En outre, ce phénomène n’est pas propre aux colonisations par voie maritime directe. Il a été récemment repéré par M. Lichardus-Itten et ses collaborateurs, qui suggèrent, à propos de Kovačevo et des sites proches, des origines différentes pour le Néolithique de Thrace et de Bulgarie sud-occidentale [Lichardus-Itten et al. 2006, p. 87-88].

23En second lieu, on peut également s’attendre à ce que la motivation des individus qui s’engageaient dans ces colonisations maritimes, avec les risques que cela comportait, ait été différente de celles qui sous-tendaient l’expansion des groupes par voie terrestre. Il faut donc envisager que seuls quelques membres des communautés d’origine aient souhaité participer à de telles expéditions. En conséquence, la composition des groupes de colons, pour ce qui est de l’équilibre des sexes, des classes d’âge et des compétences techniques représentées, pouvait être beaucoup plus déséquilibrée, conduisant notamment à la perte de savoir-faire techniques et de compétences. Cela est manifeste à Knossos, en Crète, si l’on admet, là encore, les dates anciennes (tout début du VIIe millénaire). Les études que j’ai pu mener sur le matériel avec J.-P. Demoule ont confirmé une série de particularités, tant dans les industries lithiques et osseuses que dans la céramique, pour lesquelles nous n’avons pas trouvé de parallèles de la même époque. Il semble que l’on soit ici en présence de productions développées en Crète par des groupes qui, faute d’inclure les artisans afférents, ont dû réinventer leurs propres savoir-faire et leur propre style.

24Inversement, là où ces colons rencontraient des populations locales, le caractère déséquilibré de la composition des groupes pouvait inciter à une interaction forte avec celles-ci et à l’adoption de pratiques locales. C’est sans doute ce qui explique que, dans des domaines aussi chargés symboliquement que la chasse ou les rituels funéraires, le Néolithique ancien de Grèce soit caractérisé par des pratiques inconnues au Proche-Orient, mais bien attestée localement au Mésolithique [Perlès 2005].

25Il faut enfin envisager la possibilité selon laquelle, dans certains cas, ceux qui partaient s’établir au loin non seulement n’aient pas pu, mais encore pas voulu reproduire les modèles d’origine de la société qu’ils quittaient. Dans ces conditions, le « brouillage » des origines, plus ou moins complet, devient un acte conscient.

  • 8 Le débitage par pression, par exemple.
  • 9 Les modalités de façonnage de la poterie, par exemple.

26Nous sommes, avec cette dernière éventualité, au plus loin du « modèle danubien » auquel je faisais allusion plus haut. En tout état de cause, c’est vers un modèle de colonisations multiples, d’origines diverses, avec une forte mixité des traits culturels et tout autant d’innovations, qu’il nous faut sans doute nous tourner. Si l’on conjugue en effet la multiplicité potentielle des foyers d’origine, la création de nouvelles pratiques et l’adoption de traditions locales, il devient manifestement vain de rechercher des homologies d’ensemble entre les implantations nouvellement créées et les régions d’origine. Ces dernières ne pourront au mieux être repérées que par quelques traits particuliers… précisément ceux dont nous avons appris à nous méfier parce qu’ils sont isolés et présentent des risques de convergence ! Mais c’est là que peut entrer en jeu, de façon déterminante, la différence entre les homologies techniques, notamment celles qui portent sur des techniques complexes8 ou difficilement repérables par simple observation de l’objet fini9, et les homologies formelles, facilement imitables. C’est sur cette base, me semble-t-il, qu’il nous faut continuer à rechercher l’origine du Néolithique en Europe, phénomène aussi complexe que l’a été sa diffusion ultérieure, et qui ne saurait être réduit à un – ou même deux – cheminements uniques et linéaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bar-Yosef O. (2002), « The Natufian culture and the early Neolithic : social and economic trends in Southwestern Asia », in Bellwood P. et Renfrew C. (éd.), Examining the Farming / Language Dispersal Hypothesis, Cambridge, McDonald Institute Monographs, p. 113-133.

Bellwood P. (2005), First Farmers : The Origins of Agricultural Societies, Londres, Blackwell Publishing.

Binder D. (2007), « PPN pressure technology : views from Anatolia », in Astruc L., Binder D. et Briois F. (dir.), Systèmes techniques et communautés du Néolithique précéramique au Proche-Orient, Antibes, APDCA, p. 235-243.

Boyadzhiev Y. D. (2006), « The role of absolute chronology in clarifying the Neolithization of the eastern half of the Balkan Peninsula », in Gatsov I. et Schwarzberg H. (éd.), Aegean – Marmara – Black Sea : The Present State of Research on the Early Neolithic, Langenweissbach, Beier and Beran, p. 7-14.

Broodbank C. (2000), An Island Archaeology of the Early Cyclades, Cambridge, Cambridge University Press.

Broodbank C. (2006), « The origins and early developments of Mediterranean maritime activity », Journal of Mediterranean Archaeology, 19(2), p. 199-230.

Broodbank C. et Strasser Th. F. (1991), « Migrant farmers and the Neolithic colonization of Crete », Antiquity, 65, p. 233-245.

Budja M. (2003), « Seals, contacts and token in the Balkans Early Neolithic : where in the puzzle », Documenta Praehistorica, XXX, p. 115-130.

Caneva I. (1999), « Early farmers on the Cilician coast : Yumuktepe in the seventh millennium BC », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Neolithic in Turkey : the Craddle of the Civilization : New Discoveries, Istanbul, Arkeloji ve Sanat Yayınları, p. 105-114

Caneva I. et Sevin V. éd. (2004), Mersin-Yumuktepe : A Reappraisal, Lecce, Universita di Lecce (Collana di Dipartemento, 12).

Cauvin J. (1997), Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS, 2e éd. révisée.

Cauvin M.-C. (1988), « L’industrie lithique en Turquie orientale au VIIe millénaire », Anatolica, 15, p. 25-35.

Chapman J. (2003), « From Franchthi to the Tiszazug : two early neolithic worlds », in Jerem E. et Raczky P. (éd.), Morgenrot der Kulturen. Frühe Etappen der Menschheitsgeschichte in Mittel-und Südosteuropa. Festschrift für Nandor Kalicz zum 75. Geburstag, Budapest, Archaeolingua, p. 89-108.

Çilingiroğlu A. et Çilingiroğlu Ç. (2007), « Ulucak », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Türkiye’de Neolitik Dönem, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 361-372.

Colledge S., Conolly J. et Shennan ST. (2004), « Archaeobotanical evidence for the spread of farming in the Eastern Mediterranean », Current Anthropology, 45, supplément, p. S35-S58.

Cymbron T., Freeman A., Malheiro M. I., Vigne J.-D. et Bradley D. G. (2004), « Microsatellite diversity suggests differents histories for Mediterranean and Northern European cattle », Proceedings of the Royal Society B, 272, p. 1837-1843.

Demoule J.-P. (1993), « Anatolia et Balkans : la logique évolutive du Néolithique égéen », in Roodenberg J. (éd.), « Anatolia and the Balkans », Anatolica, XIX, p. 1-13.

Dennell R. (1992), « The origins of crop agriculture in Europe », in Wesley Cowan C. et Watson P. J. (éd.), The Origins of Agriculture : An International Perspective, Washington, Smithsonian Institution Press, p. 71-100.

Derin Z. (2007), « Yeşilova Höyüğü », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Türkiye’de Neolitik Dönem, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 377-384.

Dolukhanov P., Shukurov A., Gronenborn D., Sokoloff S., Timofeev V. et Zaitseva G. (2005), « The chronology of Neolithic dispersal in Central and Eastern Europe », Journal of Archaeological Science, 32, p. 1441-1548.

Gallis K. et Orphanidis L. (1996), Figurines of Neolithic Thessaly, 1, Athènes, Academy of Athens.

Garfinkel Y. (2004), The Goddess of Sha’ar Hagolan : Excavations at a Neolithic Site in Israel, Jérusalem, Israel Exploration Society, Biblical Archaeological Society.

Garstang J. (1953), Prehistoric Mersin : Yümük Tepe in Southern Turkey, Oxford, The Clarendon Press.

Gatsov I. (2001), « Epipalaeolithic/Mesolithic, Neolithic periods chipped-stone assemblages from Southern Bulgaria and Northwest Turkey : similarities and differences », Tüba-Ar, IV, p. 101-112.

Godon M. (2008), « Les productions céramiques d’Anatolie centrale. Développements culturels et phénomènes d’expansion du Néolithique céramique entre 7000 et 5500 BC cal. » [thèse de doctorat, université Paris X], Paris.

Gopher A., Abbo Sh. et Lev-Yadun S. (2001), « The “when”, the “where” and the “why” of the Neolithic revolution in the Levant », Documenta Praehistorica, XXVIII, p. 49-62.

Guilaine J., Manen Cl. et Vigne J.-D. (2007), Pont de Roque-Haute : nouveaux regards sur la néolithisation de la France méditerranéenne, Toulouse, Centre de recherche sur la préhistoire et la protohistoire de la Méditerranée, et Paris, École des hautes études en sciences sociales (Archives d’écologie préhistorique).

Hansen S. (2005), « Neolithic figurines – East/West », in Lichter CL. (éd.), How Did Farming Reach Europe ? Anatolian-European Relations from the Second Half of the 7th through the First Half of the 6th Millennium Cal BC, Byzas 2, Istanbul, Deutsches archäologisches Institut Abteilung Istanbul, p. 195-212.

Hansen S. (2006), « Frühe Statuetten in Griechenland und irhe Vorbilder », in Gatsov I. et Schwarzberg H. (éd.), Aegean – Marmara – Black Sea : The Present State of Research on the Early Neolithic, Langenweissbach, Beier and Beran, p. 135-150.

Horwitz L. K., Tchernov E. et Hongo H. (2004), « The domestic status of the early Neolithic fauna of Cyprus : a view from the mainland », in Peltenburg E. et Wasse A. (éd.), Neolithic Revolution : New Perspectives on Southwest Asia in Light of Recent Discoveries on Cyprus, Oxford, Oxbow Books, p. 35-48 (Levant Supplementary Series, vol. 1).

King R. et al. (2008), « Differential Y-chromosome Anatolian influences on the Greek and Cretan Neolithic », Annals of Human Genetics, 72, p. 205-214.

Kotsakis K. (2001), « Mesolithic to Neolithic in Greece. Continuity, discontinuity or change of course ? », Documenta Praehistorica, XXVIII, p. 63-73.

Kyparissi-Apostolika N. (2006), « The beginning of the Neolithic in Thessaly », in Gatsov I. et Schwarzberg H. (éd.), Aegean – Marmara – Black Sea : The Present State of Research on the Early Neolithic, Langenweissbach, Beier and Beran, p. 59-67.

Kyparissi-Apostolika N. et Kotzamani G. (2005), « Worlds in transition : Mesolithic/Neolithic lifestyles at the cave of Theopetra, Thessaly/Greece », in Lichter CL. (éd.), How Did Farming Reach Europe ? Anatolian-European Relations from the Second Half of the 7th through the First Half of the 6th Millennium Cal BC, Istanbul, Byzas 2, Deutsches archäologisches Institut Abteilung Istanbul, p. 173-182.

Leshtakov K. et al. (2007), « Preliminary report on the salvage archaeological excavations at the Early Neolithic site Yabalkovo in the Maritsa valley, 2000-2005 field seasons », Anatolica, XXXIII, p. 185-234.

Lev-Yadun S., Gopher A. et Abbo S. (2000), « The craddle of agriculture », Science, 288, p. 1062-1063.

Lichardus-Itten M., Lichardus J. et Nikolov V. (éd.) (2002), Beiträge zu jungsteinzeitlichen Forschungen in Bulgarien, Bonn, Dr. Rudolf Habelt Verlag (Saarbrücken Beirträge zur Altertumskunde, 74).

Lichardus-Itten M., Demoule J.-P., Pernicheva L., Grebska-Kulova M. et Kulov I. (2006), « Kovačevo, an Early Neolithic site in South-West Bulgaria and its importance for European Neolithization », in Gatsov I. et Schwarzberg H. (éd.), Aegean – Marmara – Black Sea : The Present State of Research on the Early Neolithic, Langenweissbach, Beier and Beran, p. 83-94.

Maréchal Cl. (1995), « Les éléments de parure de Tell Aswad », in Contenson H. de, Aswad et Ghoraifé : sites néolithiques en Damascène (Syrie), aux IXe et VIIIe millénaires avant l’ère chrétienne, Beyrouth, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, p. 129-169.

McCartney C. (2007), « Assemblage diversity in the Early Middle Cypriot Aceramic Neolithic », in Astruc L., Binder D. et Briois F. (dir.), Systèmes techniques et communautés du Néolithique précéramique au Proche-Orient, Antibes, APDCA, p. 215-225.

Mellaart J. (1970), Excavations at Hacilar, Édimbourg, British Institute of Archaeology at Ankara.

Nandris J. (1971), « Bos primigenius and the bone spoon », Bulletin of the Institute of Archaeology, 10, p. 63-82.

Özdoğan M. (2005), « Westward expansion of the Neolithic way of life : what we know and what we do not know », in Lichter CL. (éd.), How Did Farming Reach Europe ? Anatolian-European Relations from the Second Half of the 7th through the First Half of the 6th Millennium Cal BC, Istanbul, Byzas 2, Deutsches archäologisches Institut Abteilung Istanbul, p. 13-27.

Özdoğan M. et Başgelen N. éd. (1999), Türkiye’de Neolitik Dönem, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Tayınları.

Peltenburg E. (2004), « Introduction : a revised Cypriot prehistory and some implications from the study of the Neolithic », in Peltenburg E. et Wasse A. (éd.), Neolithic Revolution : New Perspectives on Southwest Asia in Light of Recent Discoveries on Cyprus, Oxford, Oxbow Books, p. XI-XX (Levant Supplementary Series, 1).

Perlès C. (2001), The Early Neolithic in Greece : The First Farming Communities in Europe, Cambridge, Cambridge University Press (Cambridge World Archaeology).

Perlès C. (2004), Les Industries lithiques taillées de Franchthi (Argolide, Grèce), III : Du Néolithique ancien au Néolithique final, Bloomington/Indianapolis, Excavations at Franchthi Cave, fasc. 13, Indiana University Press.

Perlès C. (2005), « From the Near East to Greece : let’s reverse the focus. Cultural elements that didn’t transfer », in Lichter Cl. (éd.), How Did Farming Reach Europe ? Anatolian-European Relations from the Second Half of the 7th through the First Half of the 6th millennium Cal BC, Istanbul, Byzas 2, Deutsches archäologisches Institut Abteilung Istanbul, p. 275-290.

Reingruber A. (2005), « The Argissa Magoula and the beginning of the Neolithic in Thessaly », in Lichter Cl. (éd.), How Did Farming Reach Europe ? Anatolian-European Relations from the Second Half of the 7th through the First Half of the 6th Millennium Cal BC, Istanbul, Byzas 2, Deutsches archäologisches Institut Abteilung Istanbul, p. 155-171.

Renfrew C. (2003), « “The emerging synthesis” : the archaeogenetics of farming/language dispersals and other routes », in Bellwood P. et Renfrew C. (éd.), Examining the Farming / Language Dispersal Hypothesis, Cambridge, McDonald Institute Monographs, p. 3-16.

Renfrew C. (2005), « Inception of agriculture and rearing in the Middle East », Comptes rendus Palevol, 5 (1/2), p. 395-404.

Richards M., Macaulay V. et Bandelt H.-J. (2002), « Analyzing genetic data in a model-based framework : inferences about European prehistory », in Bellwood P. et Renfrew C. (éd.), Examining the Farming / Language Dispersal Hypothesis, Cambridge, McDonald Institute Monographs, p. 459-466.

Rouillard P. dir. (2007), avec la collab. de Perlès C. et Grimaud Ph., Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris, De Boccard (Colloques de la maison René-Ginouvès, 3).

Sağlamtimur S. (2007), « Ege Grübe Neolitik Yerleşimi », in Özdoğan M. et Başgelen N. (éd.), Türkiye’de Neolitik Dönem, Istanbul, Arkeoloji ve Sanat Yayınları, p. 373-376.

Sampson A. (2005), « New evidence from the early productive stages in the Aegean Basin from the 9th to the 7th millennium cal BC », in Lichter Cl. (éd.), How Did Farming Reach Europe ? Anatolian-European Relations from the Second Half of the 7th through the First Half of the 6th Millennium Cal BC, Istanbul, Byzas 2, Deutsches archäologisches Institut Abteilung Istanbul, p. 131-141.

Schwarzberg H. (2006), « A new item for the Neolithic package ? Early Neolithic cult vessels in Anatolia and South-East Europe », in Gatsov I. et Schwarzberg H. (éd.), Aegean – Marmara – Black Sea : The Present State of Research on the Early Neolithic, Langenweissbach, Beier and Beran, p. 127-134.

Semino O., Passarino G., Brega A., Felklous M. et Barbujani G. (2000), « A view of the Neolithic demic diffusion in Europe through two Y chromosome-specific markers », American Journal of Human Genetics, 59, p. 964-968.

Semino O. et al. (2004), « Origin, diffusion, and differentiation of Y-Chromosome Haplogroups E and J : inferences on the Neolithization of Europe and later migratory events in the Mediterranean area », American Journal of Human Genetics, 74, p. 1023-1043.

Sidéra I. (1998), « Nouveaux éléments d’origine proche-orientale dans le Néolithique ancien balkanique. Analyse de l’industrie osseuse », in Préhistoire d’Anatolie : genèse de deux mondes, Liège, Université de Liège, p. 215-239 (ERAUL, 85).

Stekelis M. (1972), The Yarmukian Culture of the Neolithic Period, Jérusalem, The Magnes Press, The Hebrew University.

Stordeur D. (1988), « L’industrie osseuse de Çafer dans son contexte anatolien et Proche-Oriental. Note préliminaire », Anatolica, XV, p. 203-213.

Stordeur D. et Abbès F. (2002), « Du PPNA au PPNB : mise en lumière d’une phase de transition à Jerf el Ahmar (Syrie) », Bulletin de la Société préhistorique française, 99 (3), p. 563-595.

Theocharis D. (1976 [1977]), « Sesklo », To Ergon tis Archaiologikis Etairias 1976, p. 88-99.

Thissen L. (2000), « Early village communities in Anatolia and the Balkans, 6500-5500 cal BC », Studies in Chronology and Culture Contact [doctorat de l’Université de Leyde], Leyde.

Van Andel Tj. et Runnels C. N. (1995), « The earliest farmers in Europe », Antiquity, 69(264), p. 481-500.

Verhoeren M. (2004), « Beyond boundaries : nature, culture and a holistic approach to domestication in the Levant », Journal of World Prehistory, 18(3), p. 179-282.

Vigne J.-D. (2004), Les Débuts de l’élevage, Paris, Le Pommier et Cité des sciences et de l’industrie.

Vigne J.-D. (2005), « Maîtrise et usages de l’élevage et des animaux domestiques au Néolithique : quelques illustrations au Proche-Orient et en Europe », in Guilaine J. (éd.), Populations néolithiques et environnements, Paris, Errance, p. 87-115.

Vigne J.-D. (2007), « Les débuts néolithiques de l’élevage des bovidés et de l’exploitation laitière dans l’ancien Monde », in Poulain J.-P. (dir.), « L’Homme, le mangeur, l’animal », Les Cahiers de l’OCHA, 12, p. 45-57.

Vigne J.-D., Carrère I. et Guilaine J. (2003), « Unstable status of early domestic ungulates in the Near East : the example of Shillourokambos (Cyprus, IX-VIIIth milennia cal. B. C.) », in Guilaine J. et Le Brun A. (dir.), Le Néolithique de Chypre, Paris, EFA – De Boccard, p. 239-251 (Bulletin de correspondance hellénique, supplément, 43).

Zambello M. (2004), « The use of obsidian and flint at prehistoricYumuktepe : an overview », in Caneva I. et Sevin V. (éd.), Mersin-Yumuktepe : A Reappraisal, Lecce, Universita di Lecce, p. 143-151 (Collana di Dipartemento, 12).

Zvelebil M. (2001), « The agricultural transition and the origins of Neolithic society in Europe », Documenta Praehistorica, XXVIII, p. 1-26.

Notes

1 Même si cette diffusion démique ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Voir par exemple Kotsakis 2001 ; Budja 2003 ; Kyparissi-Aspostolika et Kotzamani 2005 ; Sampson 2005 ; Kyparissi-Apostolika 2006.

2 La publication récente du site de Yabalkovo en donne un très bon exemple, même s’il est vrai que Yabalkovo, localisé sur la Maritsa en Thrace bulgare, est relativement proche de l’Anatolie [Leshtakov et al. 2007].

3 Cela étant, plusieurs éléments absents du Néolithique ancien vont se retrouver en Macédoine et en Thessalie à la fin du Néolithique ancien et surtout au Néolithique moyen, quand les contacts avec la Bulgarie auront été établis à travers la Macédoine. C’est le cas, notamment, des vases polypodes et des vases anthropomorphes.

4 A. Reingruber [2005] parvient à la même conclusion, mais en déduit qu’il s’agit d’une néolithisation autochtone.

5 Encore une fois, en faisant exception de la Macédoine occidentale.

6 Ce qui est corroboré par l’absence de sites du Néolithique ancien en Macédoine orientale et centrale, même en tenant compte des effets possibles de l’alluvionnement.

7 Où l’on dispose de plusieurs dates s’inscrivant entre 7000 et 6700 cal BC [Perlès 2001 et dates inédites]. Ces dates sont fréquemment contestées mais forment une série parfaitement cohérente que, personnellement, je retiens.

8 Le débitage par pression, par exemple.

9 Les modalités de façonnage de la poterie, par exemple.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte des principales régions mentionnées dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 2 : Cuillers en os du Néolithique anatolien [d’après Özdoğan et Başgelen 1999].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Figure 3 : Gaines et manches en bois de cervidés [d’après Mellaart 1970].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Figure 4 : Figurine de Magoula Stergiana (Thessalie, Grèce) à gauche et de Sha’ar Hagolan (Israël) à droite [d’après Gallis et Orphanidis 1996 et Garfinkel 2004].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Figure 5 : Têtes de figurines de Thessalie (Grèce), à gauche et à droite, et de Sha’ar Hagolan (Israël), au centre [d’après Gallis et Orphanidis 1996 et Garfinkel 2004].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 6 : Têtes de figurines de Sha’ar Hagolan (Israël), à gauche, et de Thessalie (Grèce), au centre et à droite [d’après Garfinkel 2004 et Gallis et Orphanidis 1996].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Figure 7 : Galets gravés du Yarmoukien (Israël) et du Néolithique ancien de Sesklo (Thessalie), en bas à droite [d’après Stekelis 1972 et Theocharis 1976 (1977)].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15704/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search