Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Troisième partie. Démographie, migrations, langues

La diffusion des populations d’agriculteurs dans le monde

Peter Bellwood

Texte intégral

L’expansion démographique des premières populations agricoles à travers le monde

1Dans mon ouvrage First Farmers [Bellwood 2005], j’avançais un certain nombre d’hypothèses sur la manière dont les premières sociétés productrices de nourriture se sont répandues ; je me fondais sur les données et les observations de l’archéologie, de la linguistique comparée, de l’anthropologie génétique et biologique, de l’ethnographie, de l’histoire et des sciences de l’environnement. Mes propositions les plus importantes, concernant en particulier la diffusion des populations d’agriculteurs, étaient les suivantes :

  1. La densité accrue de population entraînée par la dépendance croissante envers la production de nourriture a provoqué une dispersion, car les premiers fermiers se sont mis à dépendre de plus en plus de l’agriculture et de l’élevage. Dans un monde dominé par la chasse et la cueillette, donc encore épargné par les maux dus à une densité excessive de population, ce phénomène d’expansion a été tout ce qu’il y a de plus naturel. L’adaptation de plantes et d’animaux de plus en plus « domestiqués » à un nouvel environnement façonné par les êtres humains a du même coup facilité les possibilités de mouvements de ces mêmes êtres humains.
  2. En histoire ou en ethnographie, rares sont les cas de mutations réussies où d’anciens chasseurs-cueilleurs se sont transformés en producteurs de nourriture sans perdre leur indépendance culturelle ou linguistique ; c’est d’autant plus vrai dans les régions dominées jusqu’à récemment par une gestion non agricole des ressources, comme par exemple l’ouest des États-Unis et l’Australie. On peut en déduire que les chasseurs-cueilleurs du début de l’Holocène n’ont adopté l’agriculture que sous la poussée de circonstances favorables d’ordre social, démographique et environnemental.
  3. Les langues sont davantage associées à leurs propriétaires biologiques que ne le sont les objets liés à l’économie ou à la culture matérielle. De fait, les récoltes, les animaux et les biens matériels peuvent être échangés ou transportés lors de flux migratoires, tandis qu’une langue complète (contrairement au bagage lexical individuel) franchira moins aisément de longues distances en tant que dialecte de toute une population, par un processus d’emprunt ou de transfert. Les familles linguistiques qui sauvegardent des séquences bien ordonnées de relations généalogiques entre des sous-groupes reflètent par conséquent de façon très directe l’expansion des populations humaines. En outre, les diffusions initiales de familles linguistiques d’agriculteurs ont été le fait de locuteurs appartenant à des sociétés relativement réduites, et ne sont pas dues à des conquêtes culturelles impérialistes. Toutes les grandes familles linguistiques dotées de termes agricoles dont on peut reconstituer les niveaux les plus anciens avaient atteint leurs frontières respectives bien avant l’existence des empires conquérants et de leurs systèmes d’écriture.
  4. Les terres d’origine des familles linguistiques issues des populations rurales, définies par les linguistes grâce aux critères des sous-groupes, tendent à se rassembler autour de zones que les archéologues et les paléobotanistes ont identifiées comme des terres agricoles (fig. 1). Le Moyen-Orient, la Chine, l’Afrique occidentale, les Hautes Terres de Nouvelle-Guinée, la Méso-Amérique, toutes ces régions présentent des exemples probants de ce phénomène, ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle les langues et la production de nourriture se sont répandues ensemble pour une grande part.
  5. Dans le domaine de la biologie humaine, les histoires de lignées déterminées par l’analyse de la région non recombinante du chromosome Y ou de l’ADN mitochondrial seront peut-être un jour l’histoire de véritables êtres humains, mais nous avons encore du chemin à faire, surtout si l’on tient compte du calibrage incertain de l’horloge moléculaire. Cependant, les progrès remarquables accomplis dans la comparaison des populations mondiales sur l’ensemble du génome ouvrent de nouvelles perspectives fascinantes [par exemple, Li et al. 2008], même si des réponses claires à des questions précises de l’histoire des populations appartiennent encore au futur. Une autre source majeure de renseignements potentiels se trouve dans l’ADN ancien, quand il a été préservé (ce qui est rarement le cas sous les climats chauds) dans les ossements des premiers agriculteurs et de leurs animaux, à la fois dans leurs terres d’origine supposées et dans les régions d’immigration. Mais ces recherches sont encore embryonnaires.

Figure 1 : Foyers supposés des principales familles linguistiques de l’Ancien monde, à partir de l’interprétation des sources littéraires. Le Levant, avec l’Anatolie, l’Afrique de l’Ouest, l’Asie du Centre-Est (« Chine ») et les hauts plateaux de Nouvelle-Guinée sont tous des foyers d’origine de production alimentaire [voir Bellwood 2005 pour plus de détails].

2Mon modèle opérationnel pour la dispersion des premiers agriculteurs est celui d’une « diffusion démique » qui implique une « vague d’avance » de producteurs de nourriture ayant incorporé les gènes des populations de chasseurs-cueilleurs, comme l’ont proposé pour l’Europe Ammerman et Cavalli-Sforza [1979]. C’est le mécanisme logique d’une diffusion de population à la suite d’une croissance démographique dans les zones frontières, joint à un phénomène de fission et d’intermariage avec d’autres communautés. On n’est pas en présence d’un mécanisme de substitution de population. L’hypothèse d’une dispersion des premiers agriculteurs formulée dans First Farmers ne nécessite pas l’extermination des chasseurs-cueilleurs par les premiers agriculteurs ; au contraire, avant d’avoir atteint le stade d’une densité démographique élevée engendrant une compétition en matière de ressources, les agriculteurs accueillaient volontiers de nouveaux membres issus de communautés de chasseurs-cueilleurs. En Europe, en Asie du Sud et en Chine, il a fallu plus de trois mille ans pour que la dispersion des agriculteurs arrive à son terme : les configurations génétiques d’origine n’ont pas pu rester intactes sur une aussi longue période.

3La validité du modèle de diffusion démique est renforcée par les analyses des restes des premières populations productrices de nourriture ; celles-ci indiquent un net accroissement de la natalité due à l’adoption régionale de l’agriculture et de l’élevage mais, avant cela, une plus forte mortalité en raison de la promiscuité liée au mode de vie sédentaire [Bocquet-Appel et Bar-Yosef 2008]. Pour survivre, une population plus dense se voit contrainte soit de se lancer dans la quête de nouvelles terres, soit d’intensifier sa production ; la première option devait être privilégiée chaque fois que la densité démographique des peuplades voisines de chasseurs-cueilleurs était moindre. La validité historique d’un tel modèle nous est aussi démontrée par une poignée de populations tribales, ethnohistoriques et claniques, de dimension réduite, qui sont parvenues à éviter les périls majeurs de l’ère coloniale. Les Iban de Sarawak formaient un groupe de ce type ; ces cultivateurs de riz pratiquaient la culture sur brûlis, ce qui nécessitait de longues périodes de jachère ; ils se sont établis par petits groupes le long des rives jusqu’à l’imposition d’un gouvernement colonial ; ils couvraient un territoire s’étendant sur 850 kilomètres, de l’ouest de Kalimantan à la baie de Brunei, en passant par le Sarawak [Freeman 1970]. Une démographie galopante encourageait ces mouvements, qui se sont poursuivis pendant près d’un siècle, jusqu’en 1941, quand les autorités britanniques y ont mis un point final.

4Dans une certaine mesure, l’expansion des Iban s’est autorenforcée. Les Iban étaient un groupe ethnique à la langue et à l’identité clairement définies ; ils se sont lancés dans une expansion territoriale plutôt agressive grâce à leurs qualités martiales de chasseurs de têtes, à leur productivité agricole et à leur capacité à bâtir des maisons longues dans des zones qui, auparavant, n’abritaient que de faibles populations, en général de chasseurs-cueilleurs. D’après Freeman [1970, p. 76], « La motivation principale qui se cachait derrière la remarquable migration des Iban reposait sur le désir d’exploiter de nouvelles parcelles de forêt primaire et sur la tendance, chez ces communautés, sitôt engrangées des moissons abondantes, à abandonner leur terre pour coloniser de nouveaux territoires ».

5En effet, pour être digne du statut viril de raja berani, il fallait posséder les qualités que nous avons citées [voir Bellwood 1996 au sujet de l’expansion des idéologies founder-focused en Asie du Sud-Est et en Océanie]. Un afflux constant de captifs de guerre, qui finissaient par être assimilés à l’intérieur de la société des Iban, aggravait l’essor démographique. De façon très classique, l’expansion des Iban, comme celle des Yanomani de l’Orénoque supérieur décrits par Chagnon [1992], représente un cas évident de diffusion démique de producteurs de nourriture dans des terrains occupés soit par des chasseurs-cueilleurs soit par d’autres producteurs moins agressifs.

6Cependant, des situations comme celle des Iban indiquent également que l’évolution dans la durée des populations biologiques, des langues et des cultures ne s’est pas faite à l’unisson pour la simple raison qu’une population peut en absorber une autre génétiquement tout en conservant sa propre identité linguistique et culturelle. Les populations locutrices de langues austronésiennes et indo-européennes en offrent un exemple très clair si l’on tient compte à la fois du niveau élevé de diversité biologique et d’unité linguistique de ces deux groupes. La recherche historique exige la capacité de pouvoir utiliser de façon positive des sources de données en provenance de disciplines indépendantes – non pas en faveur d’un raisonnement en boucle, mais pour comparer et combiner des fils épars de déduction historique afin de parvenir à la meilleure explication [Foegelin 2007].

Conclusion au plus large niveau

7De nombreux éléments de la perspective évoquée plus haut n’ont rien de nouveau. J’admets avoir été stimulé par de nombreux pairs et précurseurs, même si l’espace manque ici pour tous les nommer [voir la liste de références dans Bellwood 2005]. Je n’en crois pas moins que C. Renfrew [1992] et moi-même, travaillant de prime abord indépendamment, avons été les premiers à appliquer l’hypothèse de l’expansion des premiers agriculteurs à un tableau mondial dans une perspective pluridisciplinaire, en accordant le plus souvent possible une signification égale aux points de vue de l’archéologie, de la linguistique et de la biologie.

Famille linguistique

Région probable d'origine (d'après les comparaisons linguistiques)

Événements et dates correspondant aux données archéologiques

Indo-européen

Anatolie orientale ou centrale

Anatolie occidentale vers la Thrace (et la mer Noire?) 7000/6500 BC
Vers les Balkans 6300 av. notre ère
Nord de la Méditerranée 6200 av. notre ère
France (Rubané) 5400-5000 av. notre ère
Danemark et Grande Bretagne 4000 av. notre ère
Expansion néolithique et chalcolithique via l’Iran jusqu’au Xinjiang et l’Inde (tokharien et indo-iranien) entre 6000 et 3500 av. notre ère

Dravidien

Bas Indus. Gujarat ou centre de la Péninsule indienne

Contemporain de l'indo-iranien au sud-ouest de l'Asie du Sud et déclenché par les mêmes conditions, mais après 3500 av. notre ère, du Gujarat au Karnakata. Exclu du bassin du Gange par la présence plus ancienne de l'indo-européen et du Munda (austro-asiatique).

Afro-asiatique

Levant

Expansion PPNB au Levant à partir de 8000 BC, mais vers l’Afrique du Nord (caprins, Néolithique égyptien) après 7000 BC. (Aucun mouvement culturel entre l’Afrique et le Levant n’est attesté au début de l’Holocène.)

Nilo Saharien

Sahara/Sahel, pendant la période humide du début de l’Holocène

Diffusion de la poterie et du contrôle du bétail vers 8500 av. notre ère ?

Bantou (sous-groupe Niger-Congo)

Cameroun

Le Bantou oriental se diffuse avec l’agriculture (et plus tard avec le fer) entre 1000 av. notre ère et 500 de notre ère.

Sino-Tibétain

Nord de la Chine centrale (bassin du Huang He)

Culture du millet établie vers 6000 av. notre ère dans le basin du Huang He, mais la diffusion de l’agriculture n’est pas attestée au Tibet avant 3000 av. notre ère.

Hmong Mien

Moyen cours du Yangzi

Prédomestication et culture du riz vers 6000 av. notre ère, mais la diffusion du Hmong-Mien est plus récente vu sa répartition.

« Altaique »

Mandchourie, Mongolie intérieure, steppes orientales

Probable contemporanéité avec les progrès du Huang He (culture du millet vers 6000 av. notre ère), Mais dispersion principalement avec le pastoralisme, principalement pour les locuteurs en turc.

Taï

Guangxi, Guangdong, Vietnam du Nord

Origine avec l’établissement de l’agriculture en Chine du Sud avant le 2e millénaire avant notre ère, mais le i-ros de l’expansion (surtout en Thaïlande) est plus récente, vu la situation du foyer d’origine

Austronésien

Taiwan

Le Néolithique se stabilise à Taiwan entre 3500 et 2200 av. notre ère, puis se propage (malayo-polynésien) en deux étapes rapides : I- l’archipel des Batanes vers Samoa au 2e millénaire avant notre ère . 2- la Polynésie orientale vers 800-1200 de notre ère.

Austro-Asiatique

Assam-Yunnan ? Bassin du Gange ? Chine du Sud ?

Diffusion de sociétés pratiquant l’agriculture sur les terres du Sud-Est et le bassin du Gange vers 3000 av. notre ère.

Trans Néo-Guinéen

Plateaux orientaux de Nouvelle-Guinée

Diffusion d’une agriculture systématique avec drainage des marais avant le 3e millénaire av. notre ère.

Uto-Aztèque

Vallée de Mexico, centre du Mexique

Domestication du maïs vers 4000 av. notre ère mais diffusion vers le nord au 2e millénaire av. notre ère. L’agriculture a été abandonnée dans le Grand Bassin et adoptée par les groupes non locuteurs uto-aztèques sur les hauts plateaux Mogollon.

Otomanguéen, Maya, Mixe-Zoque

Amérique centrale (toutes circonscrites par la présence des autres, ainsi que par celle des Uto- Aztèques au nord).

L’agriculture est bien établie à partir de 2000 av. notre ère mais certaines formes agricoles précoces sont attestées dès 4000 av. notre ère.

Arawak

Nord-ouest de l’Amazonie?

Diffusion de l’agriculture en Amazonie non attestée avant 2000 av. notre ère.

Sioux, Iroquois. Algonquin

Forets de l’Est (Ohio, Missouri et bassin moyen du Mississippi ?)

Agriculture de plantes autochtones depuis le 3e millénaire mais prédominance du maïs après 500-1000 de notre ère.

Tableau I. Probables régions d'origine et corrélations avec les données archéologiques pour les principales familles linguistiques associées à la diffusion de la production alimentaire (modifié d’après les données présentées dans Bellwood 2005).

8Les résultats de l’application de cette hypothèse au monde entier, à tout le moins sous les latitudes productrices de nourriture dans les temps anciens, sont présentés dans le tableau I et la figure 1. Ce dernier indique comment les terres d’origine des familles linguistiques coïncidaient avec les terres d’origine de production de nourriture dans l’Ancien Monde : Asie du Sud-Ouest, Chine centrale, Afrique du Nord sub-saharienne et Nouvelle-Guinée, les Dravidiens du nord-ouest de l’Asie du Sud ayant un potentiel additionnel pour une terre d’origine en corrélation avec l’agriculture [Fuller 2007]. Il est impossible d’étudier en détail la totalité des situations, mais le lecteur notera que je situe les familles linguistiques en tant qu’éléments majeurs d’organisation dans la colonne de gauche du tableau. La raison en est que la plupart des familles linguistiques sont clairement et indubitablement des entités taxonomiques, avec des relations internes de sous-groupes qui peuvent être exprimées de façon généalogique, une progression « transgénérationnelle » continue et des populations afférentes de locuteurs. On ne peut pas structurer le passé humain de façon aussi claire sur la base des cultures archéologiques et des lignées ADN haploïdes.

Deux cas d’étude

9J’ai choisi de présenter les Austronésiens et les Indo-Européens orientaux (Tokhariens, Indo-Iraniens et Indo-Aryens), car on peut affirmer pour chacun d’entre eux qu’ils ont représenté les premières populations productrices de nourriture dans la plupart – pas dans la totalité – de leurs zones ultimes de répartition. Ces sujets sont à l’origine de débats plutôt vifs dont le principal effet a été d’obscurcir ce qui apparaît comme une réponse assez simple quand on l’aborde sous l’angle d’une perspective comparative et multidisciplinaire. Persuadés qu’ils sont de l’infinie complexité du passé, les archéologues tendent à rejeter ce qu’ils considèrent comme des réponses simplistes, outre le fait qu’il existe une tendance philosophique à insister davantage sur le local au détriment du régional en matière de perspective. J’éprouve personnellement une sympathie limitée pour ce type d’approche chauviniste et non comparative ; je préfère en effet tirer des conclusions à partir du point de vue comparatif de la forêt dans son ensemble, sans pour autant négliger l’examen de chaque arbre en particulier.

La dispersion des Austronésiens de Taïwan dans l’Océanie centrale (2200-1000 avant notre ère)

10Jusqu’en 1500 de notre ère, les populations de langue austronésienne formaient le groupe ethnolinguistique le plus éparpillé au monde (fig. 2). Cependant, malgré l’évidence de leurs origines linguistiques communes, leurs origines biologiques sont plus diverses [Cox 2008 ; Friedlaender et al. 2008 ; Hunley et al. 2008]. Tous les Austronésiens ne partagent pas une origine génétique commune et les préhistoires de certaines régions du Pacifique occidental ont connu des instances localisées de mutation linguistique [Bellwood et al., à paraître-a]. Il est néanmoins permis d’affirmer qu’à partir de 2000 avant notre ère, les émigrants austronésiens d’origine ont diffusé une économie productrice de nourriture à travers les îles d’Asie du Sud-Est et d’Océanie, à l’exception des Hautes Terres équatoriales de Nouvelle-Guinée, où la production de nourriture fondée sur les tubéreuses et les fruits avait des origines indépendantes et antérieures.

11Fondée sur l’identification des innovations exclusivement partagées pour reconstruire une phylogénie des principaux sous-groupes austronésiens, la recherche moderne en linguistique comparée désigne clairement Taïwan comme région proto-austronésienne, avec un arrière-plan pré-austronésien situé en Chine méridionale. Comme le faisait remarquer Malcolm Ross [ibid.], « De toutes les disciplines représentées [...], la linguistique est probablement la plus proche de l’unanimité quant aux origines austronésiennes. Toutes les langues austronésiennes parlées en dehors de Taïwan appartiennent à un sous-groupe unique que Blust [1977] qualifie de malayo-polynésien, tandis que les treize langues austronésiennes encore parlées à Taïwan (Blust 1999 en propose neuf de par leur phonologie) appartiennent à plusieurs sous-groupes primaires. La conclusion logique est que le proto-austronésien fut parlé à Taïwan, qu’il éclata initialement en plusieurs dialectes, lesquels ont fini par se diversifier en langues séparées. Des locuteurs d’un de ces dialectes, le proto-malayo-polynésien, quittèrent Taïwan et s’installèrent initialement à Lanyu (l’île des Orchidées), ou dans l’archipel des Batanes, ou sur la zone côtière au nord de Luzon. Les utilisateurs des langues qui descendent du proto-malayo-polynésien ont ensuite peuplé les immenses étendues des régions parlant les langues austronésiennes à l’extérieur de Taïwan ».

12Récemment, des programmes de recherches archéologiques ont été menés au sud de Taïwan, dans l’archipel des Batanes et sur le littoral nord de Luzon [Hung 2005 ; Bellwood et Dizon 2008 ; Hung 2008]. Quatre facteurs permettent de considérer comme une quasi-certitude l’hypothèse suivante : vers 2000 avant notre ère, partie de Taïwan en direction du sud, une culture matérielle du Néolithique émigra au nord des Philippines :

Figure 2 : Distribution de la famille linguistique austronésienne, appuyée sur les données archéologiques et les flux de colonisation néolithique. Les populations pré-austronésiennes existaient jusqu’aux îles Salomon.

  1. L’existence de parallèles évidents de la culture matérielle, entre 2200 et 1500 avant notre ère, reliant le sud de Taïwan au nord des Philippines, supportés par les mouvements d’artefacts comme l’ardoise taïwanaise et la néphrite, laquelle provient avec certitude de Taïwan [Hung et al. 2007] ; les changements synchronisés de décoration de la céramique, reliant le sud-est de Taïwan à l’archipel des Batanes et à Luzon, allant d’une prédominance de colombins, puis d’engobe rouge, pour finir avec de la poterie décorée (fig. 3).
  2. À Taïwan, certains artefacts témoignent d’une continuité ininterrompue depuis au moins 3000 avant notre ère, comme des poteries à colombins et à engobe rouge, des fusaïoles, des battoirs à linge en pierre, des pointes perforées en schiste, des plombs à lester les filets, des doloires et des ornements en néphrite taïwanaise. Ajoutons à la liste la plus ancienne datation au carbone 14 de riz et de millet d’Asie du Sud-Est [Tsang 2005].
  3. L’absence d’une culture matérielle du même type avant ce laps de temps dans les régions voisines comme l’Indonésie et le Vietnam. L’absence d’une population antérieure dans l’archipel des Batanes. Ce qui implique un mouvement de population en vue de l’établissement d’une colonie, et non l’adoption d’une culture matérielle néolithique par une population indigène de chasseurs-cueilleurs (comme ce qui est probablement arrivé jusqu’à un certain point dans les grottes de Pennablanca à Luzon [voir Mijares 2006]).

Figure 3 : Les liens entre les assemblages néolithiques à Taïwan et au nord des Philippines (dessin Hsiao-chun Hung).

13Pour l’instant, la génétique démontre [Chambers, in Bellwood et al., à paraître-a] une hypothèse « out-of-Taïwan » pour expliquer les mouvements des premiers Austronésiens, bien que de récents développements en génétique autosomale [Friedlaender et al. 2007] fassent pencher la balance en faveur de la Chine méridionale et de Taïwan. Les hypothèses contraires, qui se fondent sur l’ADN mitochondrial et qui plaident en faveur d’autres régions des archipels d’Asie du Sud-Est, dépendent des calculs incertains de l’horloge moléculaire, dont les marges d’erreurs sont notables et contestées [par exemple, Hill et al. 2007].

14En conclusion, pour ce qui concerne les Austronésiens, on peut se concentrer sur Taïwan et les Philippines à la fin du IIIe millénaire avant notre ère pour identifier le début d’une migration, à la fois par terre et par mer, de locuteurs des langues austronésiennes, détenteurs d’une variété « néolithique » de culture matérielle et de production de nourriture. Ces deux mouvements d’expansion ont probablement dû représenter deux aspects d’un même « événement », concernant en dernier ressort une unique population ethnolinguistique et génétique, capable néanmoins d’adaptations et d’interactions constantes. Leur migration les a fait transiter par les zones équatoriales de l’hémisphère nord, puis par celles de l’hémisphère sud, ce qui leur a fait traverser des régions présentant des différences majeures du point de vue de l’environnement et des ressources, et rencontrer des populations préexistantes aux cultures et aux langues propres et anciennes, en particulier dans l’Océanie occidentale. Cette transition équatoriale explique sans doute l’abandon de la culture de céréales (riz et millet) en Indonésie en faveur d’une économie fondée sur les fruits et les tubéreuses, caractéristique des îles du Pacifique.

15Pourquoi les Austronésiens se sont-ils dispersés ? Dans la partie occidentale de Taïwan, les données archéologiques indiquent, à partir de 2500 avant notre ère, une augmentation importante du nombre de sites archéologiques [Hung 2008] ; par conséquent, l’inflation démographique et le besoin de nouvelles terres cultivables viennent naturellement à l’esprit, d’autant que la partie sud-est de Taïwan est une région semi-aride au maigre potentiel agricole. Mais, comme le démontrent à la fois l’archéologie et la linguistique comparée [Pawley 1999], les déplacements des premiers Austronésiens pour occuper de nouvelles îles furent très rapides. Par exemple, en moins d’un millénaire, des colons se sont dispersés sur une distance de 8 000 kilomètres, à partir de l’archipel des Batanes jusqu’à Samoa. Cela doit refléter une dépendance envers les ressources maritimes, mais aussi envers l’agriculture dans les basses terres, ces dernières s’étant considérablement rétrécies du fait de la disparition des sols les plus fertiles des plaines côtières alluviales après que l’océan eut atteint son niveau maximum à l’Holocène moyen [Bellwood et al., à paraître-b]. Cela a dû réduire la quantité de bonnes terres agricoles et alluviales le long du littoral, créant dans le même temps de profonds estuaires et des côtes encaissées, avec un arrière-pays rocailleux, au moins jusqu’à ce que l’alluvionnement des sols ait restitué sa fertilité aux basses terres. La technologie maritime a joué aussi un rôle dans le mouvement de dispersion des Austronésiens, avec les premières traces de canoës et de pagaies découvertes dans la région et qui provenaient du littoral de la Chine centrale au début de l’Holocène.

La diffusion des populations productrices de nourriture d’Asie occidentale dans le nord de l’Inde avant 3500 avant notre ère

16L’Asie du Sud offre un exemple très intéressant en matière de diffusion de production de nourriture. À partir de 3500-3000 avant notre ère, le bassin du Gange fut occupé par des agriculteurs vivant dans des villages et utilisant le cuivre ; venus de l’ouest, ils se sont installés parmi des chasseurs-cueilleurs et se sont mélangés dans la partie orientale du bassin avec des producteurs de riz qui les y avaient précédés depuis moins d’un millénaire. Des sociétés pastorales et agricoles firent également leur première apparition en Inde méridionale à la même époque.

17Dans First Farmers [Bellwood 2005 ; id. 2006 ; id., sous presse], je propose une explication à ce phénomène, concentrée principalement sur les diffusions d’agriculteurs. On peut à présent faire d’intéressantes observations en développant un argument avancé de façon fort convaincante par Renfrew [1987, voir son chapitre 8, « Hypothèse A »] au sujet de la colonisation linguistique du Pakistan et du nord de l’Inde par les Indo-Européens du Néolithique. Renfrew [1999] l’a ensuite écarté en faveur de son « Hypothèse B », qui reprend un modèle plus largement admis d’une migration indo-européenne plus tardive qui se serait dirigée vers l’est à travers les steppes du nord de la mer Noire et de la mer Caspienne, avant d’obliquer vers le sud à travers les déserts et les oasis de l’Asie centrale, jusqu’en Iran et au Pakistan aux environs de 1500 avant notre ère (fig. 4). La première hypothèse de Renfrew, celle d’une migration linguistique, à la fois néolithique et indo-européenne, originaire d’Anatolie et qui aurait transité par l’Arménie et l’Iran jusqu’au Pakistan, en passant par le sud des mers Noire et Caspienne, était à mon avis correcte.

18L’un des documents historiques souvent cités à l’appui d’une invasion indo-européenne par le nord-ouest est la compilation d’hymnes et d’incantations sacrés connue sous le nom de Rigveda ; cette tradition orale date du milieu ou de la fin du IIe millénaire avant notre ère ; elle fut couchée par écrit vers la fin du Ier millénaire. Des passages du Rigveda décrivent des batailles et des assauts lancés contre des cités de la région du Pendjab ; un grand nombre de gens faisant autorité considéraient jadis cette compilation comme un récit des conquêtes menées par des groupes de pasteurs nomades, des envahisseurs indo-européens, contre une civilisation harappéenne (vallée de l’Indus) parlant des langues dravidiennes et déjà en déclin. La découverte d’apparentes traces de massacres à Mohenjo-Daro semblait en conforter l’idée ; mais les datations récentes au carbone 14 indiquent que la phase de maturité de la civilisation de l’Indus s’est éteinte vers 1900 avant notre ère, bien avant les événements décrits dans le Rigveda. En fait, la plupart des savants modernes considèrent le Rigveda comme un compte rendu d’événements survenus dans un Pendjab où l’on parlait déjà une langue indo-aryenne.

Figure 4 : Répartition des langues indo-européennes et dravidienne savant la colonisation (sauf pour l’anatolien et le tocharien éteints). Limites des sous-groupes d’après Ruhlen 1987. Les hypothèses A et B de Colin Renfrew concernant les mouvements des populations de langue indo-iranienne y sont figurées. L’hypothèse A (la route du sud) ayant la préférence de l’auteur.

19Malgré cela, un grand nombre de linguistes et d’archéologues, attachés à une datation plus tardive de la dispersion linguistique indo-iranienne à partir d’une terre d’origine située à l’est de l’Europe et dans les steppes asiatiques, persistent à affirmer que les langues indo-aryennes ne peuvent pas avoir fait leur incursion dans le sous-continent longtemps avant la période du Rigveda. Cette opinion a été exprimée récemment par Witzel [2003], qui plaide en faveur du Kazakhstan comme terre d’origine, et par Anthony [2007] et Parpola [2008], qui sont favorables à une origine plus occidentale, en Ukraine. Cependant, personne à ce jour n’a été capable de prouver une intrusion significative dans l’archéologie du Pendjab ou des plaines du Gange entre 1500 et 1000 avant notre ère, alors que le Rigveda lui-même démontre de façon indiscutable la présence de locuteurs indo-aryens en Haryana (bassin supérieur du Gange/Yamuna) à cette même époque. Frustrés, certains chercheurs affirment que la totalité des langues indo-européennes sont originaires d’Asie du Sud [voir Witzel 2001 pour une destruction dévastatrice de cette thèse], ou que les langues indo-européennes se sont introduites toutes seules, sans locuteurs, en cheminant, pour des raisons non spécifiées, le long de failles linguistiques.

20En guise de réponse à toutes ces hypothèses, j’ai proposé en 2005 d’antidater ces événements de deux millénaires, suivant en cela un certain nombre de propositions en faveur d’une origine beaucoup plus ancienne des langues indo-européennes en Anatolie aux environs de 7000 avant notre ère [Renfrew 1987 ; id. 1999 ; Gray et Atkinson 2003] ; cette datation s’accorde également avec la continuité de plus en plus évidente de l’archéologie de l’Inde septentrionale depuis l’aube des cultures harappéennes (vers 3500-3000 avant notre ère pour le Nord-Ouest) jusqu’au début de la période historique représentée par la poterie grise peinte et la poterie à engobe noire, et les civilisations urbaines du bassin supérieur du Gange au Ier millénaire avant notre ère. Cela repousse l’arrivée des Indo-Aryens au Chalcolithique (puisque les populations de l’époque utilisaient le cuivre), ce qui ouvre la perspective théorique d’une colonisation agricole de cette région, laquelle, auparavant, supportait des populations de chasseurs-cueilleurs, avec un outillage lithique de type mésolithique et exploitant des plantes et des animaux sauvages.

21Depuis la publication de First Farmers, l’archéologie du Gange supérieur a accompli de rapides progrès, en particulier pour ce qui concerne les phases harappéennes des débuts et de la période de maturité en Haryana, au Rajasthan et au Gujarat. On sait à présent que de nombreux sites contiennent le même type de poterie rouge décorée de motifs simples, en noir ou en blanc, qui caractérisent l’harappéen ancien de la vallée de l’Indus, où la phase Hakra remonte à environ 3700 avant notre ère [Kenoyer 2006]. En Haryana, entre l’ancien Ghaggar, affluent tari de l’Indus, et la Yamuna, on a repéré les vestiges d’au moins trois cent cinquante sites harappéens [Shinde et al. 2008]. Pour nombre d’entre eux, dont Girawad et Farmana, les premiers niveaux stratigraphiques datent de l’harappéen ancien et contiennent des artefacts en or et en cuivre, ainsi que de la poterie décorée et incisée correspondant à la poterie de la phase Hakra du Cholistan. En outre, les cultures post-harappéennes du Gange supérieur et moyen, surtout les complexes de poterie à engobe ocre, noir ou rouge, ont clairement des antécédents dans l’harappéen ancien ou dans celui de la période de maturité [Chakrabarti et al. 2004-2005]. En fait, les sites liés à la phase Hakra du début de l’harappéen couvrent un territoire qui s’étend presque jusqu’à l’est de Delhi ; on peut les identifier comme les fondations du plus gros de l’archéologie agricole du Gange supérieur et moyen à partir de 3000 avant notre ère.

22Les implications en sont un peuplement agricole bidirectionnel du bassin du Gange, avec le blé, l’orge et les caprins venant du Moyen-Orient via l’Iran et la région de l’Indus, et le riz en provenance d’Asie orientale, à moins qu’il ne soit résulté d’une domestication locale de l’indica (on sait à présent que la culture du japonica prédomestiqué en Chine centrale précède de plus de quatre mille ans toute trace parallèle en Inde). L’Asie du Sud fut elle-même témoin d’un certain nombre de domestications internes de bétail à bosse, de millets et de légumes, mais ils n’infirment en rien la signification des imports externes. D’ailleurs, Hoque [2005] nous livre quelques informations stimulantes issues de prospections archéologiques : le Gange moyen possède quinze sites néolithiques répertoriés pour cent trente-quatre sites chalcolithiques, tandis que le bassin inférieur, au contraire, possède quatre-vingt-dix-neuf habitats néolithiques pour seulement soixante-dix-sept occupations chalcolithiques. J’y décèle un mouvement graduel en direction de l’aval, entre 3500 et 2000 avant notre ère, de populations chalcolithiques occidentales d’inspiration Indus/Harappa précoce, qui se sont mêlées à des populations orientales de culture néolithique, originaires soit du delta du Gange soit d’Asie du Sud-Est, et qui devaient probablement cultiver le riz.

23Les cinq millénaires de continuité culturelle à partir de la phase Hakra jusqu’à la période historique ancienne du Gange supérieur et moyen font de ces populations des locuteurs de langues indo-européennes (indo-aryennes ?), du moins en Haryana et, par association, dans la région de l’Indus, compte tenu de la position théorique prise dans cette présentation reposant sur le fait qu’une diffusion des langues majeures est associée aux mouvements de leurs locuteurs. Des populations parlant les langues indo-iraniennes devaient vivre en Iran à la même époque, même s’il n’existe aucune preuve philologique de leur présence en Iran et en Syrie (Mitanni) avant 2000 avant notre ère et si la plupart sont bien postérieures. On peut en tirer l’observation suivante : la documentation historique et philologique peut n’avoir aucun lien avec l’origine ethnolinguistique.

24Le débat sur les origines des langues indo-iraniennes/indo-aryennes à l’intérieur de la famille linguistique indo-européenne soulève la question épineuse des origines de l’ensemble des langues indo-européennes. En tenant compte des études généalogiques modernes, y compris celles de sous-groupes aujourd’hui disparus comme les Anatoliens et les Tokhariens, la région linguistique d’origine doit pouvoir se situer quelque part en Anatolie, comme l’a suggéré Renfrew [1987], avec l’appui plus récent des études statistiques et généalogiques des sous-groupes menées par Warnow [1997], Ringe et al. [2002], Gray et Atkinson [2003]. Je ne suis pas convaincu que les sous-groupes de la famille IE témoignent d’une origine dans les steppes pontiques du nord de la mer Noire ; je considère ces arguments fondés sur la paléontologie linguistique – en particulier sur le vocabulaire autour du cheval, du char et de la roue [Anthony 2007 ; Parpola 2008] – comme tangentiels par rapport à la véritable question des origines ; en effet, ils ne tiennent pas compte de la possibilité d’emprunts antérieurs au lieu d’une parenté absolue dès les premières phases de la différenciation au sein de la famille linguistique. Le plus gros de ce vocabulaire est d’ailleurs absent de la langue hittite, même si je ne trouve rien à redire au point de vue de Parpola, qui pense que les véhicules à roues et le vocabulaire qui leur est associé sont des innovations que nous devons aux communautés locutrices de langues indo-européennes.

25Pour ce qui concerne les langues tokhariennes et indo-iraniennes, de nombreux chercheurs penchent en faveur d’une terre d’origine dans les steppes d’Asie centrale, ainsi que pour la totalité des langues IE ; ils se fondent sur des emprunts aux anciennes langues ouraliennes et sur leurs isoglosses avec les langues baltes et slaves [par exemple, Parpola 1994 ; Witzel 2003 ; Anthony 2007 ; Kuzmina 2007]. Mais Parpola [1994 ; id. 2008] et Lane [1970] ont noté que les plus anciennes innovations identifiées, partagées respectivement par les Indo-Iraniens et les Tokhariens, le sont également par leurs voisins grecs et arméniens qui vivaient au sud de la mer Noire et à proximité de la région anatolienne. On remarque une totale absence de preuves en faveur de sous-groupes généalogiques originaires des steppes ; les emprunts aux anciennes langues ouraliennes, même si on les fait remonter au proto-indo-iranien (suggestion de Witzel 2003), peuvent être le reflet d’excursions indo-iraniennes venues du sud, du même type que celles qui seront plus tard à l’origine de la présence des Scythes (présumés IE) au nord de la mer Noire, d’après le témoignage des auteurs classiques. Notons un détail intéressant : Hérodote [IV, 11] fait dériver les Scythes de la région située au sud de la rivière Araxe qui sépare l’Arménie, l’Iran et la Turquie. Qui plus est, on ne peut identifier les emprunts aux langues ouraliennes comme étant exclusivement proto-indo-iraniens que dans la mesure où l’on peut démontrer que ces innovations sont absolument uniques à ce sous-groupe.

26L’idée d’une origine steppique des langues indo-iranienne et tokharienne pousse certains linguistes et archéologues à affirmer que les cultures Yamnaya, Sintashta et Andronovo, entre autres, appartenaient aux locuteurs ancestraux de ces deux sous-groupes linguistiques [Witzel 2003 ; Anthony 2007 ; Kuzmina 2007]. Pourtant, toutes ces cultures, en particulier les plus tardives et les plus orientales d’entre elles, avec leurs types de poterie percée ou incisée et leurs économies pastorales et équestres [Kohl 2007], me paraissent assez étrangères à la poterie décorée et aux complexes de toute évidence agricoles allant du Néolithique à l’âge du Bronze, et couvrant la région partant du Turkménistan méridional à la partie septentrionale de l’Asie du Sud, en passant par l’Iran. Hiebert [1994] et Lamberg-Karlovsky [2002, p. 74] en font eux aussi la remarque. Les preuves archéologiques manquent pour justifier un mouvement de ce type en direction du sud et antérieur à la culture Andronovo du IIe millénaire avant notre ère, laquelle est, selon moi, bien trop récente et très différente, comme l’ont fait remarquer Hiebert et Lamberg-Karlovsky, des complexes archéologiques de la même époque, qu’ils soient iraniens ou bactro-margien, situés plus au sud.

27Dans l’hypothèse d’une terre d’origine des Indo-Européens en Anatolie vers 7000 avant notre ère plutôt que dans les steppes pontiques en 3500 avant notre ère, on rallonge la chronologie de l’histoire des Indo-Européens en Iran et en Asie du Sud ; on n’a plus à se préoccuper de la date rigvédique du IIe millénaire avant notre ère pour l’arrivée des Indo-Aryens. Les deux langues tokhariennes ne sont apparentées que de très loin à l’indo-iranien ; compte tenu de leur situation au Xinjiang, on peut en déduire que leur langue ancestrale serait jadis venue de l’ouest et serait à présent intégrée dans le flot des langues indo-iraniennes et turques. Les langues nouristani de l’Himalaya sont considérées par certains linguistes comme parentes du sous-groupe indo-iranien [Cardona et Jain 2003], et le statut de langue centum du bargani (à l’instar du tokharien), à l’intérieur du nouristani, n’est pas sans intérêt [Witzel 2003] ; cependant, en l’absence d’argument supplémentaire, rien de ce qui précède n’explique le tokharien. J’en conclus, par conséquent, que certains types de langues IE, pas nécessairement indo-iraniennes au sens strict du terme, devaient remonter assez loin dans le Chalcolithique, voire dans le Néolithique iranien et pakistanais.

28J’apporte donc ici mon ferme soutien à l’« Hypothèse A » de Renfrew [1987], ce qui signifie que les langues ancestrales à la fois du tokharien et de l’indo-iranien ont probablement dû se diffuser vers l’est, par bonds chronologiques plutôt que dans un mouvement d’ensemble, à partir de l’Anatolie néolithique, via l’Arménie, par le nord de l’Iran, puis par le sud du Turkménistan et de l’Afghanistan, avant d’entrer au Pakistan vers au moins 4000 avant notre ère. Je ne vois pas pourquoi les populations à l’origine des occupations néolithiques initiales de cette région, comme à Jeitun et à Mehgarh I, n’auraient pas parlé des langues indo-européennes ; dans First Farmers, j’hésitais à l’affirmer, tout comme Renfrew du reste en 1987. Des recherches sérieuses doivent être menées sur la relation entre la culture matérielle de l’Asie du Sud au début de la période harappéenne et les cultures de la même époque ou plus anciennes situées plus à l’ouest. La céramique décorée Namazga I d’Altyn Depe, au Turkménistan [Masson 1988], est particulièrement intéressante au regard des parallèles possibles avec l’Harappa ancien dans la mesure où elle date des environs de 4000 avant notre ère et a pu appartenir à une tradition remontant à Jeitun en 6000 avant notre ère [Kohl 2007, p. 218]. Hiebert [1994] privilégie la thèse d’une continuité entre le complexe archéologique bactro-margien et celui, antérieur, de Namazga III, au Turkménistan, aux environs de 3500 av. J.-C.

29Le point de vue présenté ici incite à penser que les Indo-Iraniens historiques sont attestés dans les sources classiques et dans la toponymie des steppes pontiques (Scythes, Sarmates) en tant que peuples émigrant en direction du nord peut-être longtemps après le début de la dispersion indo-iranienne initiale. Les premiers mouvements vers l’est des Indo-Iraniens et des Tokhariens ont donc transité par le sud de la mer Noire et de la mer Caspienne ; on peut plaider, à présent, avec l’appui à la fois de l’archéologie et de la linguistique, en faveur d’une dérivation de la région générale de l’Anatolie. Si l’on se tourne vers la génétique pour vérifier la validité de cette interprétation, nous découvrons que, comme c’est le cas avec les Austronésiens et les Uto-Aztèques, nous sommes en présence d’un cas qui vient renforcer une thèse au détriment d’une autre sans pour autant annuler complètement cette dernière. Dans le cas de l’Asie du Sud, les récentes recherches en ADN mitochondrial et Y plaident en faveur d’une ancestrie commune des populations situées au nord-ouest de l’Asie du Sud et des populations situées au Moyen-Orient et en Europe [Cordeaux et al. 2004a ; id. 2004b ; Quintana-Murci et al. 2004]. Ce tableau a été puissamment illustré par de nouvelles analyses génétiques de 650 000 SNP [Li et al. 2008], qui indiquent une grande proximité entre les populations d’Asie centrale et méridionale, celles du Moyen-Orient et celles de l’Europe, comparées aux autres populations testées. À l’intérieur de l’Asie du Sud, cependant, cette analyse ne concernait que les populations des régions du nord-ouest, surtout du Pakistan, dont les Brahui qui parlent une langue dravidienne.

30Certains généticiens contestent toute relation entre les populations indiennes et celles de l’Asie centrale ou de l’Europe. Sengupta et al. [2006] ont noté un apport plutôt insignifiant du chromosome Y d’Asie centrale en Asie du Sud ; cette observation lui sert à minimiser l’impact de la migration indo-européenne. Mais cela s’accorde parfaitement avec ma perspective dans la mesure où les Asiatiques qui peuplent aujourd’hui les steppes centrales ne parlent pas les langues indo-européennes et ne les ont probablement jamais utilisées. Une autre suggestion anti-migration avancée par Sahoo et al. [2006], qui voudrait que les lignées du chromosome Y sud-asiatique, excepté pour le J2 moyen-oriental, soient toutes prénéolithiques, se fonde probablement sur la notion d’une présence indo-européenne depuis seulement 1500 avant notre ère, d’après les assomptions de l’horloge moléculaire et les analyses des populations qui ne parlent pas l’IE dans le reste de l’Asie. En l’absence de recherches sur l’ADN ancien, le tableau génétique actuel des régions septentrionales d’Asie du Sud est ambigu ; en tout cas, il ne semble pas exclure un degré substantiel d’ancestrie partagée avec des populations situées en Asie occidentale.

31Peut-être faut-il préciser que, après tout, cette perspective sur la diffusion au Néolithique/Chalcolithique des langues indo-iraniennes à l’est du Croissant fertile n’est pas forcément conflictuelle avec l’ensemble des opinions qui l’ont précédée. Witzel [2003], par exemple, nous parle de strates d’emprunts de langues non IE par l’indo-iranien à travers le temps. Je ne doute pas que ces emprunts aient existé, ni que certains Indo-Iraniens aient pu maintenir leur présence antérieure à l’intérieur ou à proximité des steppes asiatiques, voire que les comparaisons entre les vocabulaires de l’iranien ancien et de l’indo-aryen ancien permettent des reconstitutions ou des mots désignant les chevaux, les chars et les roues à rayons. Tout ce que j’entends affirmer est que les compositeurs de l’Avesta et du Rigveda n’étaient pas les premiers locuteurs IE à l’est du Croissant fertile, et que ceux qui l’étaient (ancêtres des Tokhariens peut-être) sont entrés dans la région via l’Iran plutôt qu’en provenance d’une aire géographique située entre la Volga et l’Ienisseï. L’Avesta et le Rigveda ont été composés à une époque de vaste expansion culturelle et démographique ; les langues associées à ces deux épopées ont donc naturellement bénéficié de considérables enrichissements linguistiques aux dépens de celles qui les ont précédées, qu’elles aient été IE ou non IE.

Conclusions : comment et pourquoi l’agriculture s’est-elle répandue ?

32Telles que je les ai interprétées, l’archéologie et la linguistique comparée qui sous-tendent ces cas d’étude témoignent du fait que l’agriculture s’est répandue essentiellement en raison de la croissance démographique et de la dispersion des populations fermières, lesquelles ont incorporé des groupes indigènes de chasseurs-cueilleurs dans les sens culturel et linguistique du terme. La preuve génétique est plus ambiguë, mais elle n’écarte pas cette explication, surtout quand elle s’exprime au moyen du mécanisme classique de la diffusion démique (qui n’exige aucun remplacement de population). D’après moi, un déplacement d’agriculteurs mus par la poussée démographique a été l’événement déclencheur dans tous les cas ; ils transportaient avec eux leurs langues et les espèces qu’ils avaient domestiquées. L’adoption de l’agriculture par les chasseurs-cueilleurs, voire aussi de la langue des fermiers, ne s’est effectuée que graduellement dans les terrains marginaux et difficiles où l’agriculture pouvait difficilement s’implanter, en particulier ceux où le profil démographique des paysans et des chasseurs penchait en faveur de ces derniers, comme cela a pu être le cas en Europe occidentale et septentrionale. L’adoption de techniques de production de nourriture a dû être facilitée dans les cas où les chasseurs-cueilleurs menaient une existence quasi sédentaire.

33Reste une question importante : le mouvement des plantes et des animaux domestiqués. Dans la plupart des cas, je présume qu’ils se sont déplacés avec leurs « propriétaires », suivant ainsi la diffusion de la population ; bien entendu, il y eut aussi d’innombrables occasions de mouvements sous forme de cadeaux ou de denrées d’échange, surtout dans les périodes plus tardives de l’histoire. Ce qui me frappe le plus est la longueur de temps qu’il a fallu à la production de nourriture pour se répandre dans les cas de modifications environnementales. La diffusion de la vallée de l’Indus au bassin du Gange a nécessité un mouvement d’adaptation d’un climat ponctué par des pluies hivernales à un climat de pluies estivales dues à la mousson, ce qui a nécessité un laps de temps de trois à quatre mille ans. Une durée aussi longue a accompagné la diffusion de l’agriculture du bassin tempéré du Yangzi Jiang au climat tropical de l’Asie du Sud-Est, et de l’Anatolie méditerranéenne aux températures extrêmes du nord-ouest de l’Europe. Cela laisse penser que l’adoption de l’agriculture par des chasseurs-cueilleurs indépendants, uniquement par le moyen de contacts frontaliers avec d’autres groupes, et dans des situations où aucun agriculteur n’était déjà présent, a dû jouer un rôle assez marginal dans la préhistoire. Gardons cependant en mémoire que ce sont d’anciens chasseurs-cueilleurs qui, de façon indépendante et dans plusieurs régions du monde, ont développé pour la première fois un mode de vie fondé sur la production de nourriture.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ammerman A. et Cavalli-Sforza L. L. (1979), « The wave of advance model for the spread of agriculture in Europe », in Renfrew C. et Cooke K. L. (éd.), Transformations, New York, Academic Press, p. 275-293.

Anthony D. (2007), The Horse, the Wheel and Language, Princeton, Princeton University Press.

Bellwood P. (1996), « Hierarchy, founder ideology and Austronesian expansion », in Fox J. et Sather C. (éd.), Origin, Ancestry and Alliance, Canberra, Department of Anthropology RSPAS, Australian National University, p. 18-40.

Bellwood P. (2005), First Farmers, Oxford, Blackwell.

Bellwood P. (2006), « Early farmers : Issues of spread and migration with respect to the Indian Subcontinent », in Osada T. (éd.), Proceedings of the Pre-Symposium of RIHN and 7th ESCA Harvard-Kyoto Roundtable, Kyoto, Research Institute for Humanity and Nature, p. 58-72.

Bellwood P. (sous presse), « Understanding the Neolithic in Northern India », Pragdhara (Journal of the Uttar Pradesh State Archaeology Department), Inde.

Bellwood P. et Dizon E. (2008), « Austronesian cultural origins : Out of Taiwan, via the Batanes Islands, and onwards to Western Polynesia », in Sanchez-Mazas A., Blench R., Ross M., Peiros I. et Lin M. (éd.), Past Human Migrations in East Asia : Matching Archaeology, Linguistics and Genetics, Londres, Routledge, p. 23-39.

Bellwood P., Chambers G., Ross M. et Hung H. C. (à paraître-a), « Are “cultures” inherited ? Multidisciplinary perspectives on the origins and migrations of Austronesian speaking peoples prior to 1000 BC », in Roberts B. et Van der Linden M. (éd.), Investigating Archaeological Cultures : Material Culture, Variability and Transmission, Dordrecht, Springer.

Bellwood P., Stevenson J., Dizon E., Mijares A., Lacsina G. et Robles E. (à paraître-b), « Where are the Neolithic landscapes of Ilocos Norte ? », Hukay, Manille.

Blust R. (1977), « The Proto-Austronesian pronouns and Austronesian subgrouping : a preliminary report », Working Papers in Linguistics, University of Hawai’i, 9 (2), p. 1-15.

Blust R. (1999), « Subgrouping, circularity and extinction : Some issues in Austronesian comparative linguistics », in Zeitoun E. and Li P. J.-K. (éd.), Selected Papers from the Eighth International Conference on Austronesian Linguistics, Taipei, Academia Sinica, p. 31-94.

Bocquet-Appel J.-P. et Bar-Yosef O. (2008), The Neolithic Demographic Transition and Its Consequences, Dordrecht, Springer.

Cardona G. et Jain D. éd. (2003), The Indo-Aryan languages, Londres, Routledge.

Chagnon N. (1992), Yanomamö, Fort Worth, Harcourt Brace Jovanovich.

Chakrabarti D., Srivastava G., Singh R. et Srivastava R. (2004-2005), « Some pottery of the Harappan tradition in Western Uttar Pradesh », Pragdhara, 15, p. 179-202.

Cordeaux R., Deepa E., Vishwanathan H. et Stoneking M. (2004a), « Genetic evidence for the demic diffusion of agriculture to India », Science, 304, p. 1125.

Cordeaux R., Aunger R. et al. (2004b), « Independent origins of Indian caste and tribal paternal lineages », Current Biology, 14, p. 231-235.

Cox M. (2008), « The genetic environment of Melanesia : clines, clusters and contact », in Koven V. T. (éd.), Population Genetics Research Progress, New York, Nova Science, p. 45-83.

Foegelin L. (2007), « Inference to the best explanation », American Antiquity, 72, p. 603-625.

Freeman D. (1970), Report on the Iban, Londres, Athlone.

Friedlaender J., Friedlaender F., Reed F. et al. (2008), « The genetic structure of Pacific Islanders », PloS Genetics, 4, 1, e19.

Fuller D. (2007), « Non-human genetics, agricultural origins and historical linguistics in South Asia », in Petraglia M. D. et Allchin B. (éd.), The Evolution and History of Human Populations in South Asia, Dordrecht, Springer, p. 393-446.

Gray R. et Atkinson Q. (2003), « Language tree divergence times support the Anatolian theory of Indo-European origin », Nature, 426, p. 435-439.

Hiebert F. (1994), Origins of the Bronze Age Oasis Civilization in Central Asia, Cambridge, MA, Peabody Museum, Harvard University (American School of Prehistoric Research Bulletin, 42).

Hill C., Soares P., Mormina M. et al. (2007), « A mitochondrial stratigraphy for Island Southeast Asia », American Journal of Human Genetics, 80, p. 29-43.

Hoque M. M. (2005), « Pre and protohistoric settlement pattern of the middle and lower Ganga valley », in Kanungo A. (éd.), Gurudakshina : Facets of Indian Archaeology, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 1433), p. 204-210.

Hung H. C. (2005), « Neolithic interaction between Taiwan and Northern Luzon », Journal of Austronesian Studies, 1, 1 :109-34, Taitung, Taiwan, National Museum of Prehistory.

Hung H. C. (2008), « Migration and cultural interaction in Southern coastal China, Taiwan and the Northern Philippines, 3000 BC to AD 1 » [thèse de PhD, Australian National University], Canberra, non publ.

Hung H. C., Iizuka Y., Bellwood P., Nguyen K. D., Bellina B., Silapanth P., Dizon E., Santiago R., Datan I. et Manton J. (2007), « Ancient jades map 3000 years of prehistoric exchange in Southeast Asia », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 104, p. 19745-19750.

Hunley K., Dunn M., Lindstrom E. et al. (2008), « Genetic and linguistic coevolution in Northern Island Melanesia », PloS Genetics, vol. 4, 10, e1000239.

Kenoyer M. (2006), « The origin, context and function of the Indus script : recent insights from Harappa », in Osada T (éd.), Proceedings of the Pre-symposium of RIHN and 7th ESCA Harvard-Kyoto Roundtable, Kyoto, Research Institute for Humanity and Nature, p. 9-27.

Kohl P. (2007), The Making of Bronze Age Eurasia, Cambridge, Cambridge University Press.

Kuzmina E. (2007), The Origin of the Indo-Aryans, Leyde, Brill.

Lamberg-Karlovsky K. (2002), « Archaeology and language : the Indo-Iranians », Current Anthropology, 43, p. 63-88.

Lane G. (1970), « Tocharian : Indo-European and non-Indo-European relationships », in Cardona G., Hoenigswald H. et Senn A. (éd.), Indo-European and Indo-Europeans, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, p. 73-88.

Li J., Absher D. et al. (2008), « Worldwide human relationships inferred from genomewide patterns of variations », Science, 319, p. 1100-1104.

Masson V. N. (1988), Altyn-Depe, Philadelphie, University of Pennsylvania Museum.

Mijares M. (2006), « The early Austronesian migration to Luzon : Perspectives from the Peñablanca cave sites », Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, 26, p. 72-78.

Parpola A. (1994), Deciphering the Indus Script, Cambridge, Cambridge University Press.

Parpola A. (2008), « Proto-Indo-European speakers of the late Tripolye culture as the inventors of wheeled vehicles : linguistic and archaeological considerations of the PIE homeland problem », in Jones-Bley K., Huld M. E., Della Volpe A. et Dexter M. R. (éd.), Proceedings of the Nineteenth Annual UCLA Indo-European Conference, Washington DC (Journal of Indo-European Studies Monograph 54), p. 1-59.

Pawley A. (1999), « Chasing rainbows : implications of the rapid dispersal of Austronesian languages for subgrouping and reconstruction », in Zeitoun E. et Li P. J.-K. (éd.), Selected Papers from the Eighth International Conference on Austronesian Linguistics, Taipei, Institute of Linguistics, Academia Sinica, p. 95-138.

Quintana-Murci L., Chaix R. et al. (2004), « Where West meets East : The complex mtDNA landscape of the Southwest and Central Asian corridor », American Journal of Human Genetics, 74, p. 827-845.

Renfrew C. (1987), Archaeology and language, Londres, Jonathan Cape.

Renfrew C. (1992), « World languages and human dispersals : a minimalist view », in Hall J. et Jarvie I. (éd.), Transition to Modernity, Cambridge, Cambridge University Press, p. 11-68.

Renfrew C. (1999), « Time depth, convergence theory, and innovation in Proto-Indo-European », Journal of Indo-European Studies, 27, p. 257-293.

Ringe D., Warnow T. et Taylor A. (2002), « Indo-European and computational lingusitics », Transactions of the Philological Society, 100, p. 59-129.

Ruhlen M. (1987), A Guide to the World’s Languages, vol. 1, Stanford, Stanford University Press.

Sahoo S., Singh A. et al. (2006), « A prehistory of Indian Y chromosomes : evaluating demic diffusion scenarios », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 103, p. 843-848.

Sengupta S., Zhivotovsky L. et al. (2006), « Polarity of temporality of high-resolution Y-chromosome distributions in India », American Journal of Human Genetics, 78, p. 202-221.

Shinde V., Osada T. et al. (2008), « Exploration in the Ghaggar Basin and excavations at Girawad, Farmana and Mitathal », in Osada T. et Uesugi A. (éd.), Linguistics, Archaeology and the Human Past, Kyoto, Research Institute for Humanity and Nature, p. 77-158.

Tsang C.-H. (2005), « Recent discoveries at a Tapenkeng culture site in Taiwan : implications for the problem of Austronesian origins », in Sagart L., Blench R. et Sanchez-Mazas A. (éd).), The Peopling of East Asia, Londres, Routledgecurzon, p. 63-73.

Warnow T. (1997), « Mathematical approaches to computational linguistics », Proceedings of the National Academy of Sciences, 94, p. 6585-6590.

Witzel M. (2001), « Autochthonous Aryans ? The evidence from old Indian and Iranian texts », Electronic Journal of Vedic Studies, 7-3, p. 1-115.

Witzel M. (2003), « Linguistic evidence for cultural exchange in prehistoric Western central Asia », Sino-Platonic Papers, 129, Philadelphie.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Foyers supposés des principales familles linguistiques de l’Ancien monde, à partir de l’interprétation des sources littéraires. Le Levant, avec l’Anatolie, l’Afrique de l’Ouest, l’Asie du Centre-Est (« Chine ») et les hauts plateaux de Nouvelle-Guinée sont tous des foyers d’origine de production alimentaire [voir Bellwood 2005 pour plus de détails].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Figure 2 : Distribution de la famille linguistique austronésienne, appuyée sur les données archéologiques et les flux de colonisation néolithique. Les populations pré-austronésiennes existaient jusqu’aux îles Salomon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 3 : Les liens entre les assemblages néolithiques à Taïwan et au nord des Philippines (dessin Hsiao-chun Hung).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 4 : Répartition des langues indo-européennes et dravidienne savant la colonisation (sauf pour l’anatolien et le tocharien éteints). Limites des sous-groupes d’après Ruhlen 1987. Les hypothèses A et B de Colin Renfrew concernant les mouvements des populations de langue indo-iranienne y sont figurées. L’hypothèse A (la route du sud) ayant la préférence de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteur

Australian National University, Canberra

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search