Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Deuxième partie. Technique et environnement

Les changements climato-environnementaux de l’Holocène ancien et la néolithisation du bassin méditerranéen

Jean-François Berger

Texte intégral

Introduction

1On pensait encore il y a peu de temps que la surface de la Terre n’avait pas connu de grands changements climatiques à l’Holocène, période correspondant au réchauffement postglaciaire des dix derniers millénaires. Les analyses en géosciences menées sur différents environnements terrestres ont permis de démontrer que, même si ces changements sont modestes et de faible amplitude, les variations observées dans la cyclogenèse ont fortement influencé les rythmes, l’intensité et la position des moussons et des vents d’ouest (westerlies), qui déterminent le régime pluviométrique de l’Eurasie et des tropiques. Ces évolutions du climat ont modifié de façon durable la composition et la structure des écosystèmes parcourus et exploités par les sociétés humaines. Ce sont donc leurs conditions de vie qui ont été durablement modifiées, de façon cyclique, à l’Holocène. Les résultats récemment acquis sur ces variations des conditions de milieu des premiers agriculteurs posent de nombreuses questions sur l’origine du processus de domestication, sur le rythme de sa diffusion et sur les difficultés d’adaptation rencontrées dans les nouveaux environnements géographiques, bioclimatiques, « colonisés » par les premiers agriculteurs ou par des populations indigènes adoptant cette nouvelle économie.

L’objet du débat : les hypothèses sur le climat et le processus de néolithisation

2L’hypothèse de l’existence de stress climato-environnementaux à l’origine de la néolithisation, émise précocement par le préhistorien australien G. Childe, a été remise au goût du jour récemment grâce aux avancées importantes effectuées dans le domaine du climat [Bar Yosef 2002 ; Gupta 2004 ; Weninger et al. 2006 ; Berger et Guilaine 2009]. Longtemps minoré par les sciences humaines et sociales, le climat se voit aujourd’hui accorder, par un courant de pensée initié outre-Atlantique, un rôle important dans les processus de néolithisation de l’Europe méditerranéenne. Les hypothèses privilégiant le rôle du climat dans l’émergence de la néolithisation demeurent toujours nuancées. Pour des auteurs issus des sciences de l’environnement comme Gupta [2004], Richerson et al. [2001] et Joussaume [1999], la rapide domestication des plantes et des animaux aurait été favorisée dans les milieux tropicaux par un optimum climatique correspondant à une longue et importante période humide (8000-5000 avant notre ère) et en Eurasie par une phase plus chaude, avec des températures estivales supérieures d’environ 2 ° C à celles observées de nos jours en Europe occidentale [Joussaume 1999]. Selon eux, la longue période du Pléistocène final n’aurait pas du tout été favorable à l’agriculture, du fait de son aridité, de sa pauvreté en gaz carbonique atmosphérique et d’un climat extrêmement variable à des échelles de temps très courtes [Richerson et al. 2001]. Le climat humide de la ceinture tropicale qui s’est mis en place à partir de la fin du Dryas récent (10500 avant notre ère) s’est trouvé associé à une intensification du mécanisme de mousson qui a permis à l’air marin chargé d’humidité de pénétrer vers l’intérieur des continents, favorisant ainsi le développement végétal ainsi que l’apparition de rivières quasi permanentes et de grands lacs [Joussaume 1999]. Ces conditions auraient à leur tour favorisé l’apparition de cultivateurs sédentaires au Proche-Orient, puis l’extension rapide de l’agriculture vers le Moyen-Orient, l’Asie centrale, l’Afrique et les régions tempérées de l’Europe centrale et occidentale, alors associées au plein développement des chênaies mixtes et à la fermeture du milieu.

3Ces schémas proposés durant les décennies 1980-1990 sont aujourd’hui rediscutés, car on sait désormais que la diminution de l’intensité des changements climatiques qui a suivi le dernier stade froid du Tardiglaciaire n’a pas pour autant signifié une longue stabilité des conditions climatiques. Les dernières recherches sur les paléoclimats ont démontré la récurrence de changements climatiques rapides (c’est-à-dire en l’espace d’une génération) du même type à l’échelle planétaire, tous les mille à mille cinq cents ans [Bond et al. 2001 ; Mayewski et al. 2004].

4Pour d’autres auteurs, c’est au contraire dans le but de répondre au stress climatique durable du Dryas récent que les dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs du Proche-Orient ou de la Chine ont expérimenté l’agriculture [Cohen 1998 ; Bar Yosef 2002]. Cependant, des traces de tentatives de domestication semblent attestées antérieurement au Proche-Orient comme en Chine [Lu et al. 2002 ; Kislev et al. 2006]. Dans la plupart des régions, le plein développement agricole ne devait pas être effectif avant 8500 avant notre ère [Pringle 1998].

5L’objectif n’est plus aujourd’hui de mettre en évidence l’existence d’événements climatiques, mais d’appréhender leur impact réel sur les environnements terrestres et sur les premières véritables agricultures (celles du Proche-Orient et de l’Europe, entre autres). Après avoir fait un point sur les connaissances actuelles du climat circum-méditerranéen à l’Holocène ancien, nous proposons quelques hypothèses explicatives permettant d’ouvrir le débat et d’orienter les futures recherches sur la coévolution de la société et du milieu néolithiques.

Le climat du bassin méditerranéen et les principaux marqueurs des climats anciens

6Les dernières études paléoclimatiques ont permis de connaître les mécanismes responsables des évolutions climatiques et de détailler les principaux changements climatiques postglaciaires (fig. 1b). Elles décrivent un système complexe intégrant les dynamiques de l’atmosphère et des océans, régulées cycliquement par le soleil, l’activité volcanique, la trajectoire orbitale de la terre et l’inclinaison de son axe de rotation, et plus récemment par une combinaison avec les divers forçages anthropiques. Dans ce système global, la zone méditerranéenne est caractérisée par des interactions entre les systèmes climatiques nord-atlantique et tropical (marqué par la mousson) de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (fig. 1a). Cependant, les données paléoclimatiques les plus précises, pouvant être comparées aux évolutions chronoculturelles, sont le plus souvent obtenues dans des environnements très éloignés des habitats humains (glaces des pôles, fond des océans, etc.), à quelques exceptions près (lacs, spéléothèmes des grottes). Les oscillations paléoclimatiques synchrones observées sur trois des principales archives climatiques actuelles, localisées entre le Groenland et l’est de la péninsule Arabique, suggèrent un couplage étroit entre les zones méditerranéenne et atlantique nord tout au long de la déglaciation (fig. 1a, b).

7Depuis quelques années, les études géochimiques menées sur les carottes glaciaires du Groenland (GRIP, puis GISP 2) permettent d’approcher les variations du climat régional avec une précision temporelle quasi-annuelle. Un premier événement froid et sec est identifié vers 6250 avant notre ère (connu mondialement sous l’appellation « 8200 cal BP event »). Deux autres creux importants dans la courbe associés à des valeurs du ∂18O apparaissent dans la seconde partie du VIe millénaire : le premier centré sur 5500 avant notre ère, le second sur 5200 avant notre ère (fig. 2). Ils sont encadrés par deux des principaux maxima de la courbe de paléotempératures holocènes, vers 5700 et 4900 avant notre ère.

8La circulation thermohaline atlantique est responsable du climat tempéré de l’Europe, grâce au courant chaud nord-atlantique appelé Gulf Stream qui transporte la chaleur de l’équateur vers le pôle Nord et à un courant froid qui renvoie vers le sud les eaux froides et denses qui circulent en profondeur au large de Terre-Neuve et du Groenland [Broecker 1997]. Des changements de sa vitesse, provoqués par le détachement de grands icebergs dans l’Atlantique nord depuis la calotte polaire, se répercutent directement au niveau des mouvements des masses atmosphériques et du climat en Europe. La circulation océanique et l’intensité du Gulf Stream se réduisent selon des cycles d’environ mille cinq cents ans dans le Pléistocène (fig. 1a). Les travaux de Bond et al. [2001] ont identifié des cycles identiques à l’Holocène. Autourde6200avantnotreère, la rupture du barrage qui maintenait jusqu’alors les eaux de fonte du grand glacier nord-américain dans le plus vaste lac d’eau douce du monde (Agassiz) [Broecker 1997] a fortement réduit la température de l’Atlantique et la vitesse du Gulf Stream, durant une période estimée à deux cents ans (fig. 1b). Un second épisode se place entre 5600 et 5300 avant notre ère (fig. 1b). La courbe des variations du carbone 14 résiduel dans l’atmosphère montre également des oscillations brutales et de grande amplitude au début de l’Holocène, jusqu’à 6000 avant notre ère [Stuiver et Braziunas 1993] (fig. 2). Les variations sont plus progressives et de moindre amplitude par la suite. D’après les analyses spectrales effectuées, elles apparaissent de plus modulées par une quasi-périodicité d’environ deux cents et deux mille trois cents ans, que l’on peut rapporter à des variations de l’activité solaire. Deux pics principaux de faible activité solaire sont identifiés au VIe millénaire avant notre ère (vers 5450-5350 et 5250-5100 avant notre ère) (fig. 2), ce qui confirmerait l’origine en partie solaire de cette longue période climatiquement plus fraîche [Berger 2005]. L’inflexion de la courbe du radiocarbone résiduel est en revanche peu développée vers 6200 avant notre ère, lors de la première péjoration climatique mondiale (fig. 2). L’activité solaire semble alors culminer à un maximum, ce qui minimise fortement le rôle de notre soleil dans le déclenchement de cette période froide et accrédite pour cet événement la thèse d’une origine interne à la terre, liée au phénomène glacio-marin.

Figure 1 : Localisation géographique a et présentation b de trois archives paléoclimatiques distinctes entre les régions polaires et tropicales de l’hémisphère Nord en cadrant le bassin méditerranéen. Entre 8000 et 5000 avant notre ère se succèdent de façon synchrone trois événements climatiques abrupts qui témoignent d’interactions entre les systèmes climatique nord-atlantique et tropicaux.

Les archives terrestres

9Les fleuves, les lacs et les marais représentent les archives sédimentaires terrestres les plus exploitées aujourd’hui pour identifier les plus petites oscillations du climat et du milieu en domaine terrestre. Les sources documentaires les plus précises et les plus fournies pour l’Holocène ancien (VIIe et VIe millénaires avant notre ère) proviennent du nord-ouest du Bassin méditerranéen et de l’Europe centrale. Dans d’autres régions méditerranéennes, notamment celles concernées par le début de la néolithisation, ces données sont souvent lacunaires ou datées avec peu de précision [Berger 2005 ; Berger et Guilaine 2009].

10La reconstitution des variations du niveau des lacs constitue aujourd’hui l’une des approches privilégiées de reconstitution du climat en Europe. Les études sédimentologiques menées dans les lacs à partir du début des années 1980 ont permis de travailler sur leurs bilans hydriques, dépendant principalement de la pluviométrie et de la température, et d’établir une courbe représentant les fluctuations du niveau des lacs du Jura et des Alpes occidentales depuis 14 000 ans [Magny 2004]. La chronologie établie place précisément les transgressions lacustres des VIIe et VIe millénaires correspondant à des périodes plus fraîches et humides vers 6350-6100 (Le Locle) et 5600-5300 avant notre ère (Cerin)(fig. 2). Ces hauts niveaux lacustres semblentidentifiésdanslenorddubassinméditerranéenjusqu’enToscane, au lac d’Accesa (Italie) et au lac de Mezzano [Magny et al. 2006]. Aux moyennes latitudes tempérées, la comparaison de l’histoire des fluctuations lacustres et de celle des glaciers alpins conforte leur origine climatique à l’Holocène [Magny 2004] (fig. 2). Beaucoup plus à l’est, l’étude des sédiments du lac Van (Turquie) révèle également deux épisodes de hautes eaux, associés à une augmentation du détritisme minéral autour de 6400-6200 et 5450-4600 avant notre ère [Lemcke et Sturm 1997].

11Cependant, au sud du 40 °N, les enregistrements lacustres du Sud Levant enregistrent un phénomène inverse. Une chute significative du niveau du lac Kinneret (Israël) [Hazan et al. 2005] et de la mer Morte [Migowski et al. 2006] est associée à une érosion autour de 6000 avant notre ère. Un hiatus sédimentaire apparaît aussi entre 6400 et 5750 avant notre ère. Ce phénomène s’observe jusque dans l’ouest du Bassin méditerranéen au sud de l’Espagne, où Carrion [2002] identifie une longue phase de bas niveau du lac Siles entre 6800 et 5900 avant notre ère. À l’échelle de la zone tropicale nord qui embrasse l’Afrique du Nord, le sud du Proche-Orient et le Moyen-Orient, une phase d’aridification marquée est enregistrée au même moment, principalement dans les domaines lacustres du « Sahara vert » [Gasse 2000].

Figure 2 : Confrontation des données lacustres des Alpes occidentales et du Jura, des données fluviales et paléopédologiques de la moyenne vallée du Rhône, des données glaciaires des Alpes suisses et de la courbe du carbone 14 résiduelle dans l’atmosphère, reflétant l’activité solaire. L’origine des deux changements climatiques abrupts discutés apparaît différente.

12Le domaine fluvial enregistre également, au cours de la même période, des variations interprétables en termes de changements climatiques. Les axes fluviaux ont été des secteurs privilégiés par la première vague de néolithisation de l’Europe [Sherratt 1980 ; Van Andel et Runnels 1995], mais ce premier signal est susceptible d’être sous-représenté car ce sont aussi des milieux très sensibles aux fluctuations climatiques. Les données régionales actuellement les plus précises sur les archives fluviales proviennent d’études géoarchéologiques menées dans les fonds de vallées préalpines ou dans les remplissages de rias côtières du nord-ouest de la Méditerranée. La moyenne vallée du Rhône, de Lyon à Avignon, ainsi que sa bordure préalpine ont fourni un nombre considérable de séquences sédimentaires fluviales correspondant aux premiers millénaires de l’Holocène, qui ont permis de reconsidérer l’histoire du climat au Néolithique [Berger 2005 ; Berger et al. 2008] (fig. 2). Les cycles hydrologiques et pédologiques identifiés sur la séquence fluviale la mieux documentée de la vallée du Rhône (Lalo) montrent des tendances évolutives très proches des variations de la teneur isotopique de l’oxygène 18 (paléotempérature) de la carotte glaciaire GISP 2 (Groenland) (fig. 3). Cette concordance sur plus de deux millénaires indique que les milieux fluviaux nord-méditerranéens enregistrent et restituent, par leur style fluvial et leurs processus pédosédimentaires, les fluctuations du climat issues de l’Atlantique nord. Deux synthèses récentes ont démontré la généralisation et la synchronie de ces phénomènes paléohydrologiques à l’échelle du nord-ouest de la Méditerranée [Berger 2005 ; Berger et Guilaine 2009].

13À l’échelle de l’Europe, des synthèses récentes effectuées à partir de traitements statistiques de corpus très importants de dates radiocarbone documentant les principales phases d’accrétion fluviatile ont permis de construire des modèles d’évolution des cours d’eau régionaux depuis l’Europe du Nord et l’Angleterre [Macklin et al. 2005], la Pologne (bassin de la Vistule) [Starkel et al. 2006], l’Allemagne (bassin du Rhin) [Hoffman et al. 2008] jusqu’en Europe du Sud avec la France méridionale (haut bassin du Rhône) [Berger et al. 2008], l’Espagne [Thorndycraft et Benito 2006] et le Maghreb en Afrique du Nord [Zielhofer et Faust 2008]. Ces référentiels macrorégionaux permettent de corréler des paléodynamiques fluviales entre le 53 °N et le 35 °N, soit selon un transect Nord-Sud de plus de 3000 kilomètres. On y retrouve les mêmes tendances évolutives entre 8000 et 4500 avant notre ère. Le schéma chronoclimatique s’en trouve ainsi renforcé.

Figure 3 : Confrontation des évolutions paléohydrologique et paléopédologique de la rivière Citelle (Drôme, France) au cours des VIIe et VIe millénaires avant notre ère et de la courbe des paléotempératures de la carotte GISP 2 au Groenland.

Synthèse sur le climat et le fonctionnement des écosystèmes aux VIIe et VIe millénaires

14Les variations environnementales présentées modifient singulièrement la conception traditionnelle de l’Optimum climatique postglaciaire, situé à la période atlantique. Il apparaît aujourd’hui caractérisé par une forte variabilité climatique. Un climat plus humide et frais s’installe alors aux latitudes moyennes situées au nord de la mer Méditerranée, apparentée à un « petit âge de glace » autour de 6200, puis de 5350 avant notre ère (fig. 2).

Figure 4 : A) Proposition de zonage climatique sur l’Eurasie et l’Afrique du Nord pour l’événement à 8200 cal BP (6250 avant notre ère). Une large tripartition du climat est identifiée, avec deux zones de transition autour des 52 ° et 53 °N [modifié d’après Magny et al. 2003 et Berger et Guilaine 2009]. B) Proposition de zonage climatique sur l’Eurasie et l’Afrique du Nord pour l’événement à 7300 cal BP. La zone à climat frais et humide apparaît plus large et plus méridionale [d’après Berger 2005]. Des similarités avec des modes de fonctionnement atmosphérique actuels, comme l’oscillation nord-atlantique (NAO) en mode positif, peuvent être notées.

15Ces deux changements climatiques sont induits par (1) le dernier stade de la déglaciation dans l’aire nord-atlantique (« lac Agassiz ») et (2) des variations de l’activité solaire, plus ou moins modulées par le système océanique, qui génèrent une forte activité cyclonique consécutive au déplacement vers le sud du jet atlantique et d’un très fort gradient thermique entre les hautes et les basses latitudes. La succession d’épisodes hyperarides qui caractérise alors le Proche-Orient, l’Afrique du Nord et la péninsule Arabique est due à la diminution de la migration de la zone de convergence intertropicale vers le nord (ITCZ) en été, comme l’ont démontré les synthèses récentes de Rohling et Pälke [2005] et Fleitmann et al. [2003].

16L’événement survenu à 8200 cal BP correspond à un refroidissement du climat et à une influence plus forte des westerlies, bien enregistrée dans une bande est-ouest localisée entre les 42e et 50e parallèles en Europe occidentale et centrale, et entre les 40e et 47e parallèles en Europe de l’Est et au nord du Levant, tandis que les zones situées au nord et au sud de cette bande indiquent alors une phase plus sèche [Magny et al. 2003 ; Berger et Guilaine 2009] (fig. 4a). La tripartition climatique zonale de l’Europe observée en ces deux occasions correspond bien au fonctionnement actuel de l’oscillation nord-atlantique (NAO) en mode négatif. Dans cette configuration climatique, les contraintes environnementales subies par les premiers colons néolithiques et les derniers chasseurs-cueilleurs y apparaissent opposées de part et d’autre des limites climatiques identifiées (aridité ou trop d’humidité). La configuration des zonations climatiques est un peu différente lors du second épisode, survenu vers 5350 avant notre ère. La zone sous emprise fraîche et humide nord-atlantique s’élargit alors de 5 °C vers le sud, soit jusqu’au sud de la péninsule Ibérique dans les bassins fluviaux de l’Atlas, de l’Italie et de la Syrie (fig. 4b). La zone aride est alors repoussée au sud du 37 °N.

Les réponses sociétales aux forçages climatiques

17Le défi qui se présente aujourd’hui à l’archéologie environnementale et aux préhistoriens est de comprendre comment se sont adaptées les sociétés menacées par un changement de leur environnement et des biotopes associés. Il existe malheureusement trop peu de données paléoéconomiques fiables et représentatives des derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale. Récemment, nous avons cherché à comprendre, avec Jean Guilaine, si les modifications climatiques et, de façon plus large, les conditions environnementales n’ont pas été des facteurs plus ou moins décisifs des principaux changements culturels identifiés lors de la diffusion des premières communautés néolithiques du Proche-Orient vers l’Europe, et à estimer dans quelle mesure la pression du milieu, positive ou négative, a pu accompagner cette transformation socioéconomique majeure [Berger et Guilaine 2009]. Cette période de deux mille ans environ correspond à la fin du PPNB, au Néolithiquecéramique et au début du Chalcolithique au Proche-Orient, et à la diffusion des premières communautés néolithiques à céramique monochrome puis à l’expansion des groupes impressa/cardial du sud-est de l’Europe jusqu’à la péninsule Ibérique. Les études actuelles démontrent que la productivité des récoltes céréalières varie selon plusieurs facteurs, dont le climat et les conditions édaphiques. La durée de la saison végétative diminue lors des rafraîchissements climatiques qui frappent l’Europe, comme cela a été démontré pour le petit âge glaciaire au cours des derniers siècles. Les longues sécheresses qui caractérisent la fin du printemps et la période estivale en domaine méditerranéen sont également très dommageables aux récoltes céréalières, car elles provoquent l’échaudage des grains. Ces différents paramètres ont dû se combiner au cours des périodes de dégradation climatique de l’Holocène ancien et exercer une forte contrainte sur les agricultures naissantes du Néolithique européen, aboutissant à des crises dans les rendements céréaliers et poussant les premiers agriculteurs à trouver des solutions alternatives plus ou moins temporaires (chasse-cueillette, pastoralisme extensif…).

18Weninger et al. [2006] ont émis l’hypothèse que l’événement climatique abrupt de 6250 avant notre ère avait déclenché la migration des agropasteurs de l’Anatolie centrale vers la Grèce du Nord (fig. 5). Le cumul des dates radiocarbone des principaux tells de Grèce du Nord montre un large pic de probabilité compris entre 6500 et 6000 avant notre ère, trop large pour discuter d’un possible lien avec le changement climatique abrupt de 8200 cal BP (fig. 5). Les deux sites grecs concentrant les séries de dates les plus fiables, Nea Nikomadeia et Sidari (dates sur graines et en spectrométrie de masse par accélérateur (SMA) sur bois avec de faibles écarts types), situent l’arrivée des premiers Néolithiques en Europe entre 6450 et 6250 avant notre ère (fig. 5). Si l’on considère, comme semblent le prouver les données géochimiques de la carotte polaire GISP 2, qu’il y a eu un début de crise climato-environnementale autour de 6300-6250 avant notre ère, l’arrivée des premiers Néolithiques pourrait parfaitement la précéder (fig. 5). Mais le début de ce changement climatique abrupt est encore en discussion, et pourrait s’amorcer dès 6450 avant notre ère pour Rohling et Pälke [2005]. Les données chronostratigraphiques en cours d’étude sur le site de Sidari (Corfou) témoignent d’ailleurs bien d’une implantation néolithique à céramique monochrome antérieure aux dérèglements hydrologiques assimilés à l’événement climatique de 8200 cal BP. Donc, en l’état actuel des connaissances, même si les dates radiocarbone et quelques données stratigraphiques du Néolithique ancien grec semblent montrer une légère antériorité de la colonisation par rapport à l’événement, aucun élément ne permet aujourd’hui de trancher la question. Cependant, plusieurs points méritent d’être signalés, et devront être discutés dans l’avenir :

  • peu de sites grecs apparaissent bien datés par les méthodes de la chronologie absolue ;
  • seuls les principaux tells grecs ont été pris en compte dans l’étude de Weninger ;
  • beaucoup d’imprécisions stratigraphiques et de mélanges de couches sont observés à la transition Méso-Néolithique dans les vieilles fouilles du domaine gréco-balkanique (« contextes peu sûrs »), et la reprise de fouilles anciennes permet parfois de corriger les erreurs d’interprétation initiales (cf. Sidari à Corfou) [Berger, en préparation] ;
  • l’indigence des études géoarchéologiques de séquences Néolithique ancien n’a pas permis de réfléchir à l’impact des processus post-dépositionnels sur les archives archéologiques (phénomène particulièrement important dans la seconde moitié du VIIe millénaire) ;
  • des positions idéologiques compliquent encore les interprétations (notamment celles concernant le développement local du Néolithique) ;
  • des « effets vieux bois » sont très possibles sur les dates radiocarbone obtenues sur charbons ligneux, qui représentent l’essentiel des échantillons en Méditerranée orientale ; la systématisation des dates sur céréales ou sur ossements d’animaux domestiques (Nea Nikomedeia) représente un gage de fiabilité chronostratigraphique permettant d’éviter cet écueil (« short life ») (fig. 6) ;
  • on observe encore une absence de données paléoenvironnementales précises établissant l’impact de l’événement à « 8200 BP » en Grèce (à l’exception de Sidari), ce qui ne permet pas de discuter de l’antério-postérité des deux phénomènes au niveau régional.

Figure 5 : Les hypothèses plausibles de la relation entre événement climatique à 8200 cal BP et la néolithisation de la péninsule Hellénique [modifié d’après Weninger et al. 2006].

19À une échelle géographique encore plus large, la synthèse des données culturelles témoigne de perturbations synchrones des processus de peuplement de l’Eurasie et du Proche-Orient (fig. 6). On l’observe dans la seconde moitié du VIIe millénaire avant notre ère (entre 6500 et 6000 avant notre ère), puis dans la seconde moitié du VIe millénaire (entre 5500 et 5250 avant notre ère). Même si la généralisation d’un tel processus demeure encore hypothétique, ce sont précisément les rapprochements entre des situations se répétant sur un large espace géographique qui pourraient légitimer notre proposition : les facteurs climatiques ont pu peser sur la diffusion des premières civilisations néolithiques méditerranéennes et occidentales au cours de l’Holocène. En effet, les périodes 6400-6000 et 5500-5200 avant notre ère montrent à la fois des changements culturels ou des hiatus d’occupation importants aussi bien en grottes et abris qu’en plein air, des changements économiques sur les gisements les mieux documentés et des changements environnementaux enregistrés à l’échelle du continent eurasiatique (fig. 6). Les exemples ethnographiques démontrent qu’il existe une gamme complète de stratégies (mobilité et sédentarité, stockage spécialisé, complémentarité des biotopes) pour faire face à la variabilité des conditions naturelles [Kelly 1983].

Figure 6 : Les relations possibles entre les « crises climatiques » discutées dans cet article (8200 et 7300 events) et l’évolution chronoculturelle de l’Eurasie et du Proche-Orient [complété d’après Berger et Guilaine 2009].

20Quelques exemples archéologiques témoignent de changements survenus autour de 6200 avant notre ère. Ainsi, l’étude de deux sites capsiens stratifiés du bassin de Télidjène (Algérie) a montré que les changements environnement aux associés à l’événement de 8200 cal BP pouvaient également être corrélés avec ceux des modes de subsistance et de la technologie lithique entre le Capsien typique et le Capsien supérieur [Jackes et Lubell 2008]. Pour Bar Yosef [2002] et Migowsky et al. [2006], l’apparition brutale de conditions hostiles au maintien d’une exploitation agricole satisfaisante est vraisemblablement à l’origine de la modification profonde des systèmes de peuplement à la transition PPNB-Néolithique céramique (Yarmoukien) et d’une intensification du pastoralisme. Un « recyclage » s’est alors produit, qui a abouti notamment à la disparition des grands villages au profit d’une dispersion en hameaux et d’un recours à la mobilité. Pour P. González-Sameriz et al. [2008], la période 6300-6200 avant notre ère a vu une réorganisation spatiale des communautés du Mésolithique final. Les hommes ont alors abandonné l’ensemble de la zone du bas Aragon pour se regrouper dans des zones plus humides des montagnes méridionales du Maestrago et dans une moindre mesure dans le haut bassin de l’Ebre. Cette désertion des sites de la basse vallée de l’Ebre, qui a immédiatement suivi l’événement à 8200 cal BP, est appelée « Silencio arqueologico ».

21Les données sont nettement moins mises en perspective pour l’événement survenu à 5350 avant notre ère, car il est encore peu documenté. Les résultats d’analyses paléoéconomiques régionales comme celles menées sur les faunes provençales peuvent être interprétés comme une adaptation des sociétés. Ils démontrent qu’il y a eu une part prépondérante de la chasse au cours de la première moitié du Néolithique ancien, soit entre 5600 et 5400 avant notre ère environ [Vigne 2007]. Le Néolithique cardial n’a d’ailleurs jamais été perçu comme très agricole, par contraste avec ce que l’on connaît de l’Impressa italien dans la période précédente ou de la période épicardiale qui lui succède [J. Guilaine, communication personnelle]. En Europe centrale et sud-orientale, cet horizon chronologique correspond à la transition Néolithique ancien/moyen de la chronologie européenne (fig. 7). Le Néolithique moyen apparaît comme un vaste complexe culturel à céramique noire et grise polie qui remplace partout, et semble-t-il de manière synchrone, le Néolithique ancien à céramique peinte. D’un point de vue historico-culturel, ce moment marque une rupture technique et artistique avec la période précédente, à l’intérieur d’une zone qui s’étend du nord de la Macédoine yougoslave et de la Bulgarie jusqu’à la Hongrie et la Roumanie, avec d’ailleurs des éléments de comparaison en Thrace et en Macédoine orientale grecque [Lichardus et Lichardus-Itten 1985, p. 253]. On discute toujours pour savoir s’il est l’œuvre d’une seconde vague colonisatrice d’agriculteurs anatoliens intégrés dans le substrat préexistant. Ne s’agit-il que de phénomènes liés à des processus d’expansion socio-économiques, de stagnation en limite du front néolithique pionnier ? Ou peut-on y voir aussi les effets de contraintes externes aux sociétés, de nature climatique et/ou environnementale ?

22En Europe occidentale, ce même horizon correspond à un arrêt dans l’avancée du Néolithique rubané entre l’Europe centrale (Bohême) et l’Europe occidentale, au niveau de la région de Mayence (vallée du Neckar) autour de 5450-5400 avant notre ère. La colonisation reprend rapidement en direction du Limbourg (sud de la Hollande) et de la Rhénanie moyenne (Cologne, Aix-la-Chapelle) à partir de 5300 avant notre ère, au moment du développement de la deuxième étape de la céramique linéaire (style Ackovy en Slovaquie et Flamborn en Allemagne), qui correspond aussi au tout début du Néolithique moyen de la chronologie européenne [Lichardus et Lichardus-Itten 1985]. Mais, dans cette sphère géographique, la question des céramiques de La Hoguette [Jeunesse 1995] et du Limbourg [Modderman 1981] pose de nombreuses questions (fig. 7). Elles se répartissent du sud de la Hollande à la Franche-Comté, et du Bassin parisien à la vallée du Neckar. Leur statut (style céramique ? culture ou horizon de contact entre Rubané et Cardial ? acculturation périphérique de groupes mésolithiques ?) et même leur existence véritable sont vivement discutés depuis une vingtaine d’années dans la sphère des néolithiciens [Demoule 1989]. À notre connaissance, aucune hypothèse climatique ou environnementale n’a été envisagée ou discutée comme l’un des éléments pouvant expliquer leur genèse et leur diffusion. Jeunesse [1995] et Manen [1997] évoquent des contacts avec l’Épicardial méridional ou une production mésolithique par des groupes qui auraient subi un processus de « céramisation ». Cependant, la faiblesse de la documentation archéologique, le manque de contexte stratigraphique clair et de données paléoéconomiques sur ces deux « cultures » ou « faciès culturels » handicapent sérieusement les tentatives d’explication sur leur origine et leur développement [Berger 2005].

23Faut-il attribuer aux mêmes causes les perturbations qui, à la même époque, affectent de nombreuses stratigraphies archéologiques observées de la Grèce à la péninsule Ibérique ? Un hiatus, plus ou moins développé, affecte entre 6500 et 6000 avant notre ère les dépôts situés dans les cavités : absence de tout sédiment anthropique, troncatures, accumulations détritiques (grottes du Cyclope, de Theopetra, de Konispol, de l’Uzzo, de Fontbregoua, de l’Abeurador, de la Margineda, etc.) [Biagi et Spataro 2000 ; Berger et Guilaine 2009]. Ce hiatus rend souvent délicate l’analyse des relations entre Mésolithique terminal et Néolithique ancien. D’ailleurs, l’absence ou l’extrême rareté, en bien des régions, du Mésolithique terminal (Italie du Sud, Sicile, Corse, Sardaigne, Catalogne, Andalousie) pose le problème de la reconnaissance des substrats proto-néolithiques [Guilaine1996].

Figure 7 : L’hypothèse du développement des « cultures » de La Hoguette et du Limbourg en Europe nord-occidentale entre les deux fronts de colonisation (Cardial-Rubané) au moment d’une rupture culturelle importante du Néolithique européen (transition entre période ancienne et moyenne) coïncidant avec l’événement à 7300 cal BP [d’après Berger 2005].

24Deux principales hypothèses sont à discuter sans a priori : soit (1) une contrainte environnementale prépondérante sur les productions vivrières des premiers Néolithiques ou des derniers Mésolithiques, conduisant à des famines et donc à des retraits démographiques, soit (2) une contrainte taphonomique majeure par érosion et/ou masquage sédimentaire des gisements archéologiques conduisant à une méconnaissance de cette phase initiale par les préhistoriens. Dans les faits, les deux phénomènes semblent devoir être observés. Ils seraient donc cumulatifs et compliqueraient singulièrement notre perception de la colonisation néolithique de l’Europe et de l’évolution des derniers chasseurs-cueilleurs [Berger et Guilaine 2009].

25Les hiatus et/ou changements culturels observés autour de 6200 et 5300 avant notre ère peuvent être en partie imputés à ces deux phénomènes. Il faut cependant relativiser la raréfaction des sites observée, car elle est en partie induite par les phénomènes géomorphologiques qui détruisent ou recouvrent les sites néolithiques sous parfois plusieurs mètres d’alluvions. Il reste donc à évaluer précisément l’ampleur des modifications qui affectent le nombre initial de sites néolithiques avant de conclure trop rapidement à un retrait culturel [Berger2005 ; Mlekuz et al. 2008]. Or, les témoins de processus taphonomique d’ablation ou de remaniements de couches archéologiques sont encore rares dans la littérature, car jusqu’à présent peu de stratigraphies de référence en grottes et abris ont été observées dans cette perspective. Il est donc encore difficile d’établir le rôle exact joué par ces phénomènes dans la distorsion observée au cours de la néolithisation de l’Europe, mais des études tentent aujourd’hui de l’appréhender du Levant espagnol au Karst slovène.

Conclusions

26Le développement de l’archéologie environnementale et l’évolution rapide des données précises sur le climat de l’Holocène, stimulée par le changement climatique actuel, nous permettent aujourd’hui d’envisager la néolithisation de l’Europe dans une perspective socioenvironnementale. Selon nous, les sociétés sont fortement tributaires de changements climatiques de grande ampleur ayant profondément affecté le fonctionnement géomorphologique et écologique du bassin méditerranéen à l’Europe centrale entre 6500 et 5000 avant notre ère. Dans la longue durée, les potentialités écologiques ou agrologiques de ces premiers agriculteurs ont beaucoup varié entre le début et la fin du Néolithique ancien. Ils ont dû s’adapter à des fluctuations séculaires d’abondance hydrologique ou au contraire d’assèchement des terres alluviales et palustres. Leurs terroirs se sont en quelque sorte agrandis ou rétractés au gré des variations paléohydrologiques, au même titre que ceux des villages implantés en périphérie des lacs subalpins. Les changements climatiques abrupts de 6250 et 5350 avant notre ère ont de toute évidence un fort impact taphonomique sur les occupations de fonds de vallées et du domaine karstique, comme nous le démontrent principalement les études géoarchéologiques menées dans le nord-ouest de la Méditerranée. Ces processus expliquent la difficulté pour les préhistoriens à documenter la période de transition entre le Mésolithique et le Néolithique.

27Les catastrophes climatiques sont avant tout des désastres sociaux et politiques... En fait, quel que soit le système économique, l’impact de changements environnementaux dépend de la structure et de la capacité d’adaptation (voire d’anticipation) des systèmes socioenvironnementaux [Halstead et O’Shea 2004 ; Redman 2005]. Les nouveaux questionnements nous imposent aujourd’hui de comprendre comment les sociétés ont bâti des stratégies d’adaptation pour répondre aux changements climatiques successifs et à la forte variabilité de leur environnement. Les réponses à ces questions reposent avant tout sur une approche archéologique des ruptures culturelles constatées au cours du Mésolithique final ou du Néolithique ancien à différentes échelles spatio-temporelles (changements dans la culture matérielle, innovations technologiques, modifications économiques et notamment des habitudes alimentaires, état de santé des populations, retrait ou expansion démographique, réorganisations dans l’espace géographique, modifications taphonomiques…). Elles permettront d’expliquer les adaptations ou les bifurcations techniques, sitologiques et socioéconomiques qui ont permis à ces sociétés de survivre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alley R. B., Mayewski P. A., Sowers T., Stuiver M., Taylor K. C. et Clark P. U. (1997), « Holocene climatic instability : A prominent widespread event 8200 yr ago », Geology, 25, p. 483-486.

Arnaud F., Wessels M., Chapron E., Revel-Rolland M. et Desmet M. (2008), « Signaux terrigènes dans les grands lacs subalpins : un marqueur régional à haute résolution des conditions paléohydrologiques ? », in Desmet M., Magny M. et Mocci L. (dir.), Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Chambéry, Université de Savoie/Edytem (Cahiers de géographie, 6), p. 77-88.

Bar Yosef O. (2002), « The Natufian culture and the early Neolithic : Social and economic trends in Southwestern Asia », in Bellwood P. et Renfrew C. (dir.), Examining the Farming/Language Dispersal Hypothesis, Cambridge, UK, McDonald Institute for Archaeological Research, University of Cambridge, p. 113-126.

Bar Yosef O. (2006), « L’impact des changements climatiques du Dryas récent et de l’Holocène inférieur sur les sociétés de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs au Proche-Orient », in Bard E. (dir.), L’Homme face au climat, Paris, Odile Jacob, p. 283-301.

Bard E., Raisbeck G., Yiou F. et Jouzel J. (2000), « Solar irradiance during the last 1200 years based on cosmogenic nuclides », Tellus, 52B, p. 985-992.

Becker B. (1982), « Dendrochronologie und Paläoökologie subfossiler Baumstämme aus Flussablagerungen, ein Beitrag zur nacheiszeitlichen Auenentwicklung im südlichen Mitteleuropa », Mitteilungen der Kommission für Quartärforshung der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 5, 120 p.

Berger J.-F. (2005), « Sédiments, dynamique du peuplement et climat au Néolithique ancien », in Guilaine J. (dir.), Populations néolithiques et environnements. Séminaire du Collège de France, Paris, Errance, p. 155-212.

Berger J.-F. (sous presse), « Impact de la paléodynamique fluviale holocène sur l’occupation du sol dans les basses plaines alluviales du Rhône moyen : corrections taphonomiques et modélisations prédictives », in De Dapper M. et Vermeulen F. (dir.), « Ol’man river », aspects géo-archéologiques des rivières et des plaines alluviales, Gend, Academic Press.

Berger J.-F. et Guilaine J. (2009), « The 8200 cal BP abrupt environmental change and the Neolithic transition : A Mediterranean perspective », Quaternary International, 200, 1-2, p. 33-49.

Berger J.-F., Delhon C., Bonte S., Thiébault S., Peyric D., Beeching A. et Vital J. (2002), « Paléodynamique fluviale, climat, action humaine et évolution des paysages du bassin versant de la Citelle (moyenne vallée du Rhône, Drôme) au cours de l’Atlantique ancien (8000-6000 BP) à partir de l’étude de la séquence alluviale d’Espeluche-Lalo », in Bravard J.-P. Etmagny M. (dir.), Histoire des rivières et des lacs de Lascaux à nos jours. Les fleuves ont une histoire. Paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, Errance (Archéologie aujourd’hui), p. 223-238.

Berger J.-F., Salvador P. G., Franc O., Verot-bourrely A. et Bravard J. P. (2008), « La chronologie fluviale postglaciaire du haut bassin rhodanien », in Desmet M., Magny M. et Mocci L. (dir.), Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Chambéry, Université de Savoie/Edytem (Cahiers de géographie, 6), p. 119-145.

Biagi P. et Spataro M. (2000), « Plotting the evidence : Some aspects of the Radiocarbon chronology of the Mesolithic-Neolithic transition in the Mediterranean Basin », Atti della Società per la Preistoria e Protostoria della regione Friuli-Venezia Giulia, XII, p. 15-54.

Bond G., Kromer B., Beer J., Muscheler R., Evans M. N., Showers W., Hoffman S., Lotti-bond R., Hajdas I. et Bonani G. (2001), « Persistent solar influence on North Atlantic climate during the Holocene », Sciences, 294, p. 2130-2136.

Broecker W. S. (1997), « Thermohaline circulation, the Achilles heel of our climate system : will man-made CO2 upset the current balance ? », Sciences, 278, p. 1582-1588.

Carrion J. S. (2002), « Patterns and processes of Late Quaternary environmental change in a montane region of Southwestern Europe », Quaternary Science Reviews, 21, p. 2130-2136.

Childe G. (1928), The Most Ancient East. The Oriental Prelude to European Prehistory. Londres, Kegan, Paul Trench & Trubner.

Clark J. S., Merk J. et Müller H. (1989), « Post-Glacial fire, vegetation, and human history of the Northern Alpine forelands, South-Western Germany », Journal of Ecology, 77, p. 897-925.

Cohen D. J. (1998), « The origin of domesticated cereals and the Pleistocene-Holocene transition in Eastern Asia », Review of Archaeology, 19, p. 22-25.

Demoule J.-P. (1989), « La colonisation néolithique de la France tempérée », in Aurenche O. et Cauvin J. (dir.), Néolithisations : Proche et Moyen-Orient, Méditerranée orientale, nordde l’Afrique, Europe méridionale, Chine, Amérique du Sud, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 516), p. 255-296.

Feynman J. et Ruzmaikin A. (2007), « Climate stability and the development of agricultural societies », Climatic Change, 84, p. 295-311.

Fleitmann D., Burns S. J., Mudelsee M., Neff U., Kramers J., Mangini A. et Matter A. (2003), « Holocene forcing of the Indian Monsoon recorded in a stalagmite from Southern Oman », Science, 300, p. 1737-1739.

Gasse F. (2000), « Hydrological changes in the African tropics since the Last Glacial Maximum », Quaternary Science Reviews, 19, p. 189-211.

González-Sameriz P., Utrilla P., Mazo C., Valero-Garcés B., Sopena M. C., Morellon M., Sebastian M., Moreno A. et Martinez-Bea M. (2008), « Patterns of human occupation during the Early Holocene in the Central Ebro Basin (NE Spain) in Response to the 8.2 ka climatic event », Quaternary Research, doi : 10.1016/j.yqres.2008.10.006.

Guilaine J. (1996), « La néolithisation de la Méditerranée occidentale », in Grifoni R., Guilaine J. et L’Helgouach J. (éd.), The Neolithic in the Near East and Europe [Colloquium XVIII, XIIIe UISPP Congress], Forli, ABACO, p. 53-68.

Gupta A. K. (2004), « Origin of agriculture and domestication of plants and animals linked to early Holocene climate amelioration », Current Science, 87, p. 54-59.

Halstead P. et O’Shea J. (2004), Bad Year Economics : Cultural Responses to Risk and Uncertainty, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 140 p.

Hazan N., Stein M., Agnon A., Marco S., Nadel D., Negendank J. F. W., Schwab M. et Neev D. (2005), « The late Pleistocene-Holocene limnological history of Lake Kinneret (Sea of Galilee), Israel », Quaternary Research, 63, p. 60-77.

Hoffman T., Lang A. et Dikau R. (2008), « Holocene river activity : Analysing 14C-dated fluvial and colluvial sediments from Germany », Quaternary Science Reviews, 27, p. 2031-2040.

Holzhauser H. (2007), « Holocene glacier fluctuations in the Swiss Alps », in Richard H., Magny M. et Mordant C. (dir.), Environnements et cultures à l’âge du Bronze en Europe occidentale, Paris, CTHS, p. 29-43.

Horowitz A. (1992), Palynology of Arid Lands, Amsterdam, Elsevier, 546 p.

Jackes M. et Lubell D. (2008), « Early and Middle Holocene Environments and Capsian Cultural Change : Evidence from the Télidjène Basin, Eastern Algeria », African Archaeological Review, 25, p. 41-55.

Jeunesse C. (1995), « Cultures danubiennes, éléments non rubanés et Néolithique ancien du Midi au VIe millénaire : la dimension chronologique », in Voruz J. L. (dir.), Chronologies néolithiques : de 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien [actes du colloque d’Ambérieu-en-Bugey, 1992], Genève, Université de Genève (Documents du département d’anthropologie, 20), p. 139-146.

Joussaume S. (1999), Climat d’hier à demain, Paris, CEA, CNRS.

Kelly R. (1983), « Hunter-gatherer mobility strategy », Journal of Anthropology Research, 39, p. 277-306.

Kislev M. E., Hartmann A. et Bar-Yosef O. (2006), « Early domesticated fig in the Jordan valley », Science, 312, p. 1372-1375.

Lamb H. F., Gasse F., Benkaddour A., EL Hamouti N., Van der Kaars S., Perkins W. T., Pearce N. J. et Roberts C. N. (1995), « Relation between century-scale Holocene arid intervals in tropical and temperate zones », Nature, 373, p. 134-137.

Lemcke G. et Sturm M. (1997), « 18O and trace element measurements as proxy for the reconstruction of climate changes at Lake Van (Turkey) : preliminary results », in Nüzher Dalfes H., Kukla G. et Weiss H. (dir.), Third Millenium BC Climate Change and Old World Collapse [Proceedings of the NATO Advanced Research Workshop on Third Millenium BC Abrupt Climate Change and Old World Social Collapse, held at Kemer, Turkey, September 19-24, 1994], Berlin, Heidelberg, New York, Springer, p. 653-678.

Le Roy Ladurie E. (2004), Histoire humaine et comparée du climat : canicules et glaciers, XIIIe -XVIIIe s., Paris, Le Grand Livre du mois, 740 p.

Lichardus J. et Lichardus-Itten M. (1985), La Protohistoire de l’Europe : le Néolithique et le Chalcolithique, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 640 p.

Lu H. et al. (2002), « Rice domestication and climatic change : phytolith evidence from East China », Boreas, 31, p. 378-385.

Macklin M. G., Johnstone E. et Lewin J. (2005), « Pervasive and long-term forcing of Holocene river instability and flooding by centennial-scale climate change », The Holocene, 15, p. 937-943.

Magny M. (1995), Une histoire du climat : des derniers mammouths au siècle de l’automobile, Paris, Errance, 176 p.

Magny M. (2004), « Holocene climatic variability as reflected by mid-European lake-level fluctuations and its probable impact on prehistoric human settlements », Quaternary International, 113, p. 65-79.

Magny M. et Haas J. N. (2004), « A major widespread climatic change around 5300 cal. yr BP at the time of the Alpine Iceman », Journal of Quaternary Science, 19, p. 423-430.

Magny M., Begeot C., Guiot J. et Peyron O. (2003), « Contrasting patterns of hydrological changes in Europe in response to Holocene climate cooling phases », Quaternary Science Reviews, 22, p. 1589-1596.

Magny M., Beaulieu J.-L. de, Drescher-Schneider R., Vanniere B., Walter-Simonnet A. V., Millet L., Bossuet G. et Peyron O. (2006), « Climatic oscillations in central Italy during the Last Glacial-Holocene transition : the record from Lake Accesa », Journal of Quaternary Science, 21, p. 311-320.

Manen C. (1997), L’Axe rhodano-jurassien dans le problème des relations sud-nord au Néolithique ancien, Oxford, J. & E. Hedges, 223 p.

Manen C. et Sabatier P. (2003), « Chronique radiocarbone de la Néolithisation en Méditerranée nord-occidentale », Bulletin de la Société préhistorique française, 100, 3, p. 479-504.

Mayewski P. A., Rohling E., Stager C., Karlén K., Maasch K., Meeker L. D., Meyerson E., Gasse F., Van Kreveld S., Holmgren K., Lee-Thorp J., Rosqvist G., Rack F., Staubwasser M. et Schneider R. (2004), « Holocene climate variability », Quaternary Research, 62, p. 243-255.

Migowski C., Stein M., Prasad S., Negendank J. F. W. et Agnonc A. (2006), « Holocene climate variability and cultural evolution in the Near East from the Dead Sea sedimentary record », Quaternary Research, 66, p. 421-431.

Mlekuz D., Budja M., Payton R. et Bonsall C. (2008), « Mind the gap : Caves, radiocarbon sequences, and the Mesolithic-Neolithic transition in Europe – Lessons from the Mala Triglavca Rockshelter Site », Geoarchaeology, 23, 3, p. 398-416.

Modderman P. J. (1981), « Céramique du Limbourg : Rhénanie, Westphalie, Pays-Bas », Helinium, XXI, p. 140-160.

Pringle H. (1998), « Neolithic agriculture : The slow birth of agriculture », Science, 282, p. 1446.

Ramrath A., Sadori L. et Negendank J. F. W. (2000), « Sediments from Lago di Mezzano, central Italy : a record of Lateglacial/Holocene climatic variations and anthropogenic impact », The Holocene, 10, p. 87-95.

Redman C. L. R. (2005), « Resilience theory in archaeology », American Anthropologist, 107, 1, p. 70-77.

Richerson P. J., Boyd R. et Bettinger R. L. (2001), « Was agriculture impossible during the Pleistocene but mandatory during the Holocene ? A climate change hypothesis », American Antiquity, 66 (3), p. 387-411.

Rohling E. J. et Pälke H. (2005), « Centennial scale climate cooling with a sudden cold event around 8,200 years ago », Nature, 434, p. 975-979.

Sherratt A. (1980), « Water, soil and seasonality in early cereal cultivation », World Archaeology, 11, p. 313-320.

Sivan O., Miramont C. et Édouard J. L. (2006), « Rythmes de la sédimentation et interprétations paléoclimatiques lors du Postglaciaire dans les Alpes du Sud. 14C et dendro-géomorphologie, deux chronomètres complémentaires », in Allée P. et Lespez L. (dir.), L’Érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise-Pascal, p. 423-427.

Starkel L., Soja R. et Michczynska D. J. (2006), « Past hydrological events reflected in Holocene history of Polish rivers », Catena, 66, p. 24-33.

Stuiver M. et Braziunas T. (1993), « Sun, Ocean, climate and atmospheric14 CO 2 : An evaluation of causal and spectral relationship », The Holocene, 3, p. 289-305.

Thorndycraft V. R. et Benito G. (2006), « Late Holocene fluvial chronology of Spain : The role of climatic variability and human impact », Catena, 66, p. 34-41.

Van Andel T. J. et Runnels C. N. (1995), « The earliest farmers in Europe », Antiquity, 69, p. 481-500.

Van Geel B., Buurman J. et Waterbolk H. T. (1996), « Archaeological and palaeological indications of an abrupt climate change in the Netherlands and evidence for climatological teleconnections around 2650 BP », Journal of Quaternary Science, 11, p. 451-460.

Vannière B. et Laggoun-defarge F. (2002), « Première contribution à l’étude des évolutions paléohydrologiques et à l’histoire des feux en Champagne berrichonne durant l’Holocène. Le cas du “Marais du Grand Chaumet” (Indre, France) », in Bravard J.-P. et Magny M. (dir.), Histoire des rivières et des lacs de Lascaux à nos jours. Les fleuves ont une histoire. Paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, Errance (Archéologie aujourd’hui), p. 101-124.

Vannière B., Colombaroli D., Chapron E., Leroux A., Tinner W. et Magny M. (2008), « Climate versus human-driven fire regimes in Mediterranean landscapes : The Holocene record of Lago dell’Accesa (Tuscany, Italy) », Journal of Quaternary Science, 27, p. 1181-1196.

Vigne J. D. (2007), « Exploitation des animaux et néolithisation en Méditerranée nord-occidentale », in Guilaine J., Manen C. et Vigne J. D. (dir.), Pont-de-Roque-Haute : nouveaux regards sur la néolithisation de la France méditerranéenne, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 221-285.

Weninger B., Alram-Stern E., Bauer E., Clare L., Danzeglocke U., Jöris C., Kubatzki C., Rollefson G., Todorova H. et Van Andel T. (2006), « Climate forcing due to the 8200 cal yr BP event observed at Early Neolithic sites in the eastern Mediterranean », Quaternary Research, 66, p. 401-420.

Zielhofer C. et Faust D. (2008), « Mid- and Late Holocene fluvial chronology of Tunisia », Quaternary Science Review, 27, p. 580-588.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation géographique a et présentation b de trois archives paléoclimatiques distinctes entre les régions polaires et tropicales de l’hémisphère Nord en cadrant le bassin méditerranéen. Entre 8000 et 5000 avant notre ère se succèdent de façon synchrone trois événements climatiques abrupts qui témoignent d’interactions entre les systèmes climatique nord-atlantique et tropicaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 2 : Confrontation des données lacustres des Alpes occidentales et du Jura, des données fluviales et paléopédologiques de la moyenne vallée du Rhône, des données glaciaires des Alpes suisses et de la courbe du carbone 14 résiduelle dans l’atmosphère, reflétant l’activité solaire. L’origine des deux changements climatiques abrupts discutés apparaît différente.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 3 : Confrontation des évolutions paléohydrologique et paléopédologique de la rivière Citelle (Drôme, France) au cours des VIIe et VIe millénaires avant notre ère et de la courbe des paléotempératures de la carotte GISP 2 au Groenland.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 4 : A) Proposition de zonage climatique sur l’Eurasie et l’Afrique du Nord pour l’événement à 8200 cal BP (6250 avant notre ère). Une large tripartition du climat est identifiée, avec deux zones de transition autour des 52 ° et 53 °N [modifié d’après Magny et al. 2003 et Berger et Guilaine 2009]. B) Proposition de zonage climatique sur l’Eurasie et l’Afrique du Nord pour l’événement à 7300 cal BP. La zone à climat frais et humide apparaît plus large et plus méridionale [d’après Berger 2005]. Des similarités avec des modes de fonctionnement atmosphérique actuels, comme l’oscillation nord-atlantique (NAO) en mode positif, peuvent être notées.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Figure 5 : Les hypothèses plausibles de la relation entre événement climatique à 8200 cal BP et la néolithisation de la péninsule Hellénique [modifié d’après Weninger et al. 2006].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Figure 6 : Les relations possibles entre les « crises climatiques » discutées dans cet article (8200 et 7300 events) et l’évolution chronoculturelle de l’Eurasie et du Proche-Orient [complété d’après Berger et Guilaine 2009].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figure 7 : L’hypothèse du développement des « cultures » de La Hoguette et du Limbourg en Europe nord-occidentale entre les deux fronts de colonisation (Cardial-Rubané) au moment d’une rupture culturelle importante du Néolithique européen (transition entre période ancienne et moyenne) coïncidant avec l’événement à 7300 cal BP [d’après Berger 2005].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search