Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Première partie. Émergence du Néolithique

Quelques aspects de la néolithisation de la France

Françoise Bostyn

Texte intégral

1Il est acquis, depuis de nombreuses années, que la néolithisation de la France résulte d’un processus de diffusion d’innovations et de changements profonds intervenus au Proche-Orient entre 9000 et 7000 avant notre ère, comprenant la domestication des plantes, celle des animaux, l’apparition de la céramique et la sédentarisation. Ce nouveau mode de vie s’est propagé à travers l’Europe par deux voies bien distinctes, le courant méditerranéen et le courant danubien, selon un modèle arythmique proposé par J. Guilaine [2003], un modèle caractérisé par une alternance de phases d’accélération et de phases d’arrêt nécessaires à une adaptation, par exemple à un nouveau milieu naturel. Néanmoins, les modalités de la mise en place de ce nouveau mode de vie et sa progression sur l’ensemble du territoire français restent encore largement sujettes à discussion. En effet, l’étendue et la diversité écologique de la France font que les processus de néolithisation ne peuvent être ni monolithiques ni homogènes. On se trouve par ailleurs en situation de finistère et les façades maritimes vont constituer, dans une phase ultime de progression vers l’ouest, un obstacle infranchissable entraînant un arrêt de la progression, voire un reflux des populations. De fait, conséquence des deux voies de néolithisation, c’est un des rares espaces sur lesquels des populations déjà néolithisées vont entrer en contact les unes avec les autres et donc potentiellement s’influencer mutuellement. Autre facteur, non spécifique celui-là, mais tout aussi important dans les processus de néolithisation, la France n’est pas un territoire vierge et les populations mésolithiques préexistantes vont inéluctablement entrer en contact avec les populations néolithiques nouvellement arrivées, aboutissant également à des interactions, voire à des métissages. La place et le rôle des composantes autochtones dans les processus de néolithisation sont de fait toujours au centre des débats, lesquels opposent souvent les partisans d’une évolution par simples échanges culturels – les populations mésolithiques pouvant alors devenir le principal vecteur de diffusion de ce nouveau mode de vie – et ceux qui défendent l’idée d’un vrai processus de colonisation.

2Dans les dernières années, grâce au développement de l’archéologie préventive, dont la pratique des décapages extensifs permet d’étudier des sites dans leur intégralité et de proposer des approches régionales (comme celles adoptées en Moselle ou dans la basse vallée de la Marne), les données se sont multipliées. Du coup, nos connaissances sur les processus d’évolution chronoculturelle se sont affinées, cependant que de nouveaux questionnements se faisaient jour, soit sur des régions mal documentées, soit sur certains aspects de la culture matérielle ou de l’économie de subsistance. Cet article n’a certes pas pour ambition d’exposer dans le détail, région par région, matériau par matériau, l’état de la connaissance sur le premier Néolithique, ce qui ne peut faire l’objet que d’un travail collectif sous-tendu par une réflexion de grande ampleur. Nous reviendrons simplement sur les hypothèses actuelles concernant la néolithisation, tout en nous attardant sur certains aspects qui font encore largement débat au sein de la communauté scientifique.

L’Impressa ou les premiers impacts néolithiques en méditerranée (5800-5600 avant notre ère)

3Pendant longtemps, le Cardial a été considéré comme le vecteur unique de l’introduction de l’économie de production sur les rivages méditerranéens. Cependant, les recherches récentes ont montré qu’il existait une phase de colonisation antérieure au Cardial. À ce jour, cette phase est essentiellement représentée sur trois gisements – l’abri Pendimoun à Castellar [Binder et al. 1993] et les sites de Portiragnes « Peiro Signado » et « Pont-de-Roque-Haute » [Guilaine et al. 2007] – tandis que d’autres indices ponctuels se répartissent irrégulièrement sur la façade littorale [ibid., p. 310]. Les données, qui sont aujourd’hui encore limitées, nous donnent l’image de groupes pionniers qui se seraient déplacés le long des côtes, vraisemblablement par voie maritime. Les études effectuées sur les différents gisements sont révélatrices d’influences d’origine italique impressa en ce qui concerne les productions céramiques, mais également les modes d’exploitation des ressources animales.

4À l’heure actuelle, il est difficile de discuter dans le détail des types d’implantation et des systèmes économiques. Il est cependant acquis que ces populations sont les premières à introduire de manière durable la poterie (au sens propre et au sens figuré puisqu’un vase de Pont-de-Roque-Haute semble avoir été importé et non fabriqué avec des argiles locales), l’élevage, déjà parfaitement maîtrisé pour ce qui concerne les brebis, ainsi que l’agriculture. Les réseaux de circulation de matières premières ont fonctionné dès le début, ainsi qu’en témoigne la présence sur les sites de Portiragnes d’obsidienne provenant de Lipari.

5Toutefois, la variété des styles céramiques (fig. 1) et les différences technologiques observées sont révélatrices d’une certaine hétérogénéité culturelle qui pose d’emblée la question du caractère polymorphe de cette phase ancienne du Néolithique méditerranéen [Manen et al. 2006]. Cependant, si l’on se réfère plus particulièrement aux travaux effectués sur le site de Pont-de-Roque-Haute à Portiragnes [Guilaine et al. 2007], il semble que la grande majorité des traits culturels soient exogènes, ce qui indique clairement qu’il y a eu déplacement de groupes humains.

Figure 1 : Céramique de Peiro Signado [d’après Manen et al. 2006].

Cardial-Épicardial (5500-4800 avant notre ère) : le plein développement du Néolithique ancien méridional

6De fait, le Cardial n’occupe plus la place de premier Néolithique en Méditerranée, mais se voit relégué en position secondaire. Néanmoins, du fait de son caractère expansionniste – il déborde la stricte bande côtière pour atteindre l’intérieur des terres, remonte le long de l’axe du Rhône où il prend le nom de Néolithique ancien rhodanien, pénètre à l’occasion les milieux montagnards [Beeching 1999] et occupe des îles comme la Corse –, c’est bien cette culture qui reste dans la plupart des régions le vecteur du nouveau système économique. Si différentes hypothèses ont été évoquées et continuent d’être débattues pour expliquer la formation du Cardial, lesquelles font intervenir à tour de rôle l’apport de nouvelles populations externes – les composantes autochtones adoptant un nouvel ordre économique introduit antérieurement – ou une expansion démographique importante des premiers colons favorisée par une meilleure stabilité alimentaire, on observe toutefois un certain nombre de traits culturels communs qui permettent de parler de culture. Les motifs d’impression au cardium restent ainsi les décors identitaires du Cardial, même si ceux-ci tendent à perdre de leur importance au fil du temps. Les décors plastiques de cordons simples ceinturant les vases, parfois recouverts d’impressions, constituent l’autre thématique décorative.

7En se déplaçant des grottes vers les sites de plein air, la recherche a permis dans les dernières années de mettre en évidence une diversification fonctionnelle des milieux fréquentés, certains d’entre eux pouvant être liés à des activités pastorales ou cynégétiques. Il n’en reste pas moins que la structuration de l’habitat de plein air reste très difficile à interpréter à partir des quelques documents livrés par les fouilles, celles par exemple de Espeluche-Lalo, des Petites-Bâties à Lamotte-du-Rhône ou de Courthezon (Vaucluse), même si les structures semblent présenter un plan ovalaire où le torchis et la terre jouent un rôle important [Beeching, Sénépart 2009]. La fréquentation de nouveaux milieux entraîne également le développement de nouveaux réseaux de circulation de matières premières (silex bédoulien, jadéite du mont Viso, etc.). L’économie de subsistance repose essentiellement sur la culture du blé et de l’orge, alors que les ovi-caprinés dominent largement le cheptel, qui comporte cependant aussi vaches et porcs. Chasse, pêche et collecte ne sont pas pour autant absentes du régime alimentaire des populations cardiales.

8Progressivement, le Cardial va évoluer pour laisser place à l’Épicardial, caractérisé par des styles céramiques conjuguant cannelures et impressions disposées en bandes ou en guirlandes. Une fois de plus, la question de la genèse de l’Épicardial, de son autonomie par rapport au Cardial et de ses variations régionales reste en discussion, mais on constate que lui aussi est doté d’une force expansionniste, si bien qu’il dépasse largement les frontières atteintes par les populations précédentes. En raison du faible nombre de sépultures connues à ce jour, il est difficile de discuter longuement des pratiques funéraires de ce Néolithique ancien. Les tombes sont individuelles, retrouvées essentiellement dans des grottes où les défunts ont été enterrés dans des fosses peu profondes, la plupart du temps sans mobilier d’accompagnement, mais marquées par de petits cairns. Pour autant, cela ne permet pas de connaître le traitement réservé à la majorité de la population, d’autant que les traces évidentes de violence observées sur plusieurs squelettes (coups, mains liées, etc.) laissent penser que ces sépultures ont un statut particulier.

Les premiers colons rubanés dans le nord de la France (5300-4950 avant notre ère)

9À partir de 5500 avant notre ère, l’Europe tempérée est colonisée depuis une zone nucléaire située dans le nord des Balkans, par les populations appelées « danubiennes » (en référence à la région d’origine) ou « rubanées » (bandkeramik, en référence aux décors céramiques en ruban). La progression de l’est vers l’ouest permet aux populations de franchir le Rhin autour de 5200 avant notre ère, d’atteindre le Bassin parisien vers 5100 avant notre ère, en particulier la vallée de l’Aisne [Dubouloz 2003], mais également très vite les côtes de la Manche. En effet, la fouille récente du site de Colombelles (Calvados), qui a révélé des chapelets de fosses de forme allongée orientées globalement est-ouest (fig. 2), contenant du mobilier archéologique le rattachant à la fin du Rubané récent du Bassin parisien, a fourni une série de datations14C plaçant l’occupation autour de 5100-5000 avant notre ère [Billard et al. 2004]. Même si ce site reste encore bien isolé géographiquement par rapport aux grandes vallées alluviales du centre du Bassin parisien que sont la Marne, la Seine amont ou l’Aisne, il confirme l’important dynamisme de cette culture, lié à un probable accroissement démographique, qui va en un peu plus de cinq cents ans traverser des milliers de kilomètres. L’architecture domestique, avec ses grandes maisons rectangulaires dont l’espace intérieur est divisé par des rangées de trois poteaux (ou tierce) et dont les deux grands côtés sont flanqués de fosses ayant servi de dépotoir, constitue l’un des traits identitaires de cette culture, dont la progression peut ainsi être aisément suivie à travers l’Europe [Coudart 1998]. La présence de grandes nécropoles à proximité immédiate des villages est attestée en Alsace, par exemple à Ensisheim (Haut-Rhin) ; dans le Bassin parisien, au contraire, les découvertes de sépultures, qui à l’évidence sont loin de représenter la totalité de la population, se font au sein de l’habitat. L’économie est largement tournée vers l’élevage du bœuf, auquel s’adjoignent le mouton et le porc. La chasse – sangliers et cerfs – n’est cependant pas abandonnée, ainsi que l’a montré l’étude de la faune du site de Cuiry-lès-Chaudardes [Hachem 1997]. Élevage et chasse semblent d’ailleurs complémentaires dans la construction identitaire rubanée. À ce titre, le dépôt volontaire de restes osseux d’animaux sauvages ou chassés en contexte funéraire ou d’habitat renforce la dimension symbolique de l’animal dans la société [Bedault et Hachem 2008]. L’agriculture rubanée repose sur l’exploitation de deux céréales principales (amidonnier et engrain), deux légumineuses (pois et lentille) et une plante pouvant fournir fibres et graines oléagineuses, le lin. Du point de vue de l’industrie lithique, l’herminette traditionnelle, toujours attestée en Alsace, semble perdre de son importance dans le Bassin parisien, alors que se mettent en place des réseaux de circulation différents, intégrant les matières premières nouvellement rencontrées. Quelques types d’outils comme le burin, dont les analyses fonctionnelles attestent de nouvelles activités, font aussi leur apparition [Allard et Bostyn 2006]. Ainsi donc, si la tradition rubanée semble encore bien ancrée dans la première phase de néolithisation du Bassin parisien, on note déjà plusieurs caractères différents qui vont connaître leur plein développement dans la dernière phase d’expansion.

Figure 2 : Plan du site de Colombelles, dans le Calvados. Si les plans des maisons sont mal conservés, l’agencement des fosses en alignements nord-ouest/sud-est parallèles est caractéristique de l’organisation des villages rubanés (C. Billard, SRA Basse-Normandie).

La phase ultime de diffusion de la culture danubienne : Le Blicquy – Villeneuve-Saint-Germain (4950-4700 avant notre ère)

10Au début du Ve millénaire, la dynamique expansionniste se poursuit dans la moitié nord de la France, puisque c’est durant ces quelques siècles que le Nord-Ouest mais également la Bretagne et la Loire sont atteints. Des indices d’occupation de la culture Villeneuve-Saint-Germain (VSG) ont même été répertoriés sur l’île de Guernesey. On assiste également à une grande diversification des milieux occupés puisque, si ce sont les fonds des vallées principales qui sont habités lors de la phase initiale, le peuplement néolithique s’étend bientôt aux vallées secondaires, mais également aux plateaux, comme en témoignent le site de Rungis [Bostyn 2002] ou celui d’Ocquerre [Praud 2009]. La fréquentation de ces nouveaux espaces entraîne la découverte et l’exploitation de nouveaux matériaux, comme les schistes, qui sont utilisés pour la fabrication des bracelets, ou le silex tertiaire bartonien du Bassin parisien, qui est débité pour produire des grandes lames. Cette production requiert des tailleurs spécialistes et fait l’objet d’une large diffusion au sein du groupe. Bracelets et lames constituent des marqueurs culturels indéniables. On observe d’importantes évolutions dans le décor des céramiques, tout comme la disparition progressive des décors au peigne au profit des décors digités et plastiques, indiquant plus globalement un processus de régionalisation observable sur l’ensemble de l’Europe du Nord.

11Comme pour le Rubané récent du Bassin parisien, l’économie de subsistance est largement fondée sur l’élevage du bœuf, du mouton et du porc, mais ce dernier supplante progressivement les ovins pour devenir la seconde ressource en viande élevée. La découverte du vase zoomorphe d’Aubevoie, dans l’Eure, représentant un bovidé est d’ailleurs venue rappeler de manière un peu exceptionnelle la persistance de certains principes idéologiques rubanés dans la société VSG (fig. 3). L’agriculture continue de se fonder sur l’amidonnier et l’engrain, mais on voit se développer l’orge nue et le blé tendre. Par ailleurs, la lentille semble disparaître. L’introduction de céréales à grains nus constitue un changement important pouvant avoir eu des conséquences sur les habitudes alimentaires des populations dans la mesure où ce sont là des céréales panifiables. L’abandon de la molette débordantecaractéristiquedurubanéauprofitdelamoletteétroitedansle VSG pourrait faire écho à ces changements dans la céréaliculture [Hamon 2006]. Du point de vue de l’industrie lithique, quelques outils, comme le tranchet (fig. 4), utilisé pour le travail de matières minérales (binage de la terre, par exemple), font leur apparition à la fin de la période, et c’est aussi à ce moment-là que les premières haches polies arrivent dans les assemblages.

Figure 3 : Vase zoomorphe d'Aubevoie (Eure) daté de 4800 av. notre ère et mesurant environ 30 cm (cliché H. Paitier, Inrap).

12Les maisons sont toujours construites sur le même modèle architectural, ainsi que l’a montré la fouille du village de Poses, qui comprenait dix maisons [Bostyn2003], même si les plans sont plus nettement trapézoïdaux. Ceux-ci sont cependant souvent difficiles à lire, les poteaux semblant moins ancrés dans le sol, ce qui trahit peut-être des techniques de construction différentes. Dans le domaine funéraire, la césure avec le monde rubané oriental est confirmée par l’absence de nécropole Villeneuve-Saint-Germain connue à ce jour, les sépultures étant particulièrement peu nombreuses sur cette vaste aire culturelle. Les seules sépultures connues sont celles retrouvées au sein même de l’habitat, à proximité immédiate des maisons, ce qui leur confère un statut exceptionnel et n’est en aucun cas représentatif ni de la population ni de la norme funéraire. Ainsi, cette culture, dont plusieurs caractères laissent transparaître l’origine danubienne, est en pleine évolution dans certains domaines techniques et culturels, ce qui vient renforcer le phénomène de régionalisation.

Figure 4 : Tranchet du site Villeneuve-Saint-Germain d’Ocquerre « La Rocluche » (Seine-et-Marne) (dessin E. Boitard, Inrap).

La question de la néolithisation de la façade atlantique

13Sur les rives de l’Atlantique, entre Pyrénées et Vendée, un premier Néolithique, auquel on suppose une origine méditerranéenne à cause de sa céramique décorée à la coquille par impressions pivotantes, laquelle trouve ses meilleurs éléments de comparaison dans le Cardial, se développe à partir de la fin du VIe millénaire. Cependant, force est de constater que les données actuelles concernant cette première néolithisation restent sporadiques et issues de contextes dont l’homogénéité est largement sujette à discussion. Qu’il s’agisse de sites de bord de mer, comme La-Lède-du-Gurp, Grayan-et-L’Hôpital ou La Tranche-sur-Mer, de sites en position résiduelle sous un tumulus, comme à Bougon, ou encore de sites en dragage de rivière, les associations et les contextes obligent à la prudence [Marchand et Tresset 2004]. Ainsi les plus anciennes datations obtenues à La Tranche-sur-Mer, qui se situent entre 5400 et 5200 avant notre ère, sur charbons collectés sur une plage, doivent-elles être interprétées avec circonspection. D’ailleurs, la majorité des datations obtenues placent le Néolithique ancien centre-atlantique au début du Ve millénaire, en contemporanéité large avec l’Épicardial. Le seul site fouillé récemment, celui des Ouchettes, est daté autour de 4700 avant notre ère et témoigne donc aussi d’une phase déjà avancée de l’Épicardial [Laporte et al. 2002]. Les rapprochements avec cette culture sont fondés sur les ressemblances observées dans les thématiques décoratives des poteries (cannelures, incisions, impressions au poinçon, etc.). Ces ressemblances ont permis de tisser des liens avec le Languedoc occidental, cela après un réexamen des données existant pour le Néolithique ancien du Portugal et du nord de l’Espagne, et d’abandonner l’hypothèse d’une néolithisation de la façade atlantique française à partir de ces régions [Marchand et Tresset 2004]. Il n’en reste pas moins que seule la découverte, dans de bonnes conditions stratigraphiques et contextuelles, de gisements archéologiques sera à même d’apporter des éléments de réflexion nouveaux sur les modalités de la néolithisation de cette région, sur la place des populations mésolithiques dans ce processus et sur son calage chronologique précis.

La place des populations autochtones dans la néolithisation et les rapports Nord-sud

14Depuis de nombreuses années, l’influence du monde méditerranéen sur le monde danubien n’est plus guère contestée, celle-ci se traduisant soit par des influences stylistiques dans la décoration de la céramique (décor en « T », technique de l’impression pivotante), soit par l’importation directe d’objets comme les Colombella rustica, des anneaux en calcaire, des céramiques, soit par l’adoption de certaines plantes comme le pavot [Lichardus-Itten 1986]. Le décalage chronologique de quelques centaines d’années qui sépare la néolithisation du littoral méditerranéen, renforcée par la présence reconnue de l’Impressa, de l’arrivée des premiers colons rubanés sur les rives du Rhin permet d’envisager ce sens d’influence Sud-Nord (même si la multiplication de découvertes de vases à décor rubané, en milieu épicardial en particulier, montre que les échanges Nord-Sud existaient également). Cependant, l’espace important séparant les deux entités culturelles a suscité des interrogations quant aux modalités de circulation de ces objets.

15En parallèle, la découverte en contexte rubané (dès les phases anciennes) de céramiques aux thématiques décoratives étrangères au monde danubien (appelées Limbourg et Hoguette) a longtemps soulevé bon nombre de questions. L’hypothèse selon laquelle ces céramiques à la technologie mal assurée (au moins pour la céramique du Limbourg) auraient été fabriquées par les populations mésolithiques entrées en contact avec les populations néolithiques a très vite été suggérée, et la comparaison des décors a orienté les regards vers le monde méditerranéen [voir Manen et Mazurié de Keroualin 2003, où tout l’historique de la recherche est détaillé]. Après l’hypothèse selon laquelle il n’y aurait eu que de simples contacts – une hypothèse déduite de ce qui était le seul dénominateur commun des populations mésolithiques et néolithiques, à savoir l’industrie lithique et plus particulièrement les armatures de flèches, porteuses d’une forte symbolique culturelle –, les derniers scénarios proposés ont propulsé les populations mésolithiques au rang de premier diffuseur de ce nouvel ordre économique. Ainsi, les Mésolithiques auraient adopté très tôt la céramique au contact des Néolithiques méditerranéens, après quoi, grâce à la mobilité que leur conférait leur statut de chasseurs-cueilleurs, cette technologie se serait diffusée vers le nord de la France et l’Allemagne. Les Néolithiques rubanés seraient alors entrés en contact avec des populations mésolithiques céramisées, qui se seraient néanmoins maintenues durant toute la phase de développement du Rubané et auraient même largement contribué au développement des groupes post-rubanés.

16Récemment, par ailleurs, un bilan a été effectué sur les premières traces d’anthropisation [Richard 2004]. S’appuyant sur la présence de pollens de céréales dans les diagrammes palynologiques autour de 5800 cal BC, donc bien avant l’arrivée des premières populations néolithiques, certains auteurs ont postulé l’existence d’une proto-agriculture mésolithique, renforçant par là-même le rôle des populations mésolithiques dans le processus de néolithisation. Mais cette hypothèse a été récemment critiquée [Behre 2007], à la fois dans ses aspects palynologiques (du fait qu’il est impossible de différencier les pollens de céréales de ceux des graminées sauvages) et en en appelant à l’impartialité de l’information (le même type de phénomène existant aussi plus anciennement). On pourra ajouter qu’aucun site mésolithique n’a livré à ce jour de trace évidente d’une proto-agriculture.

17Pour revenir sur les scénarios évoqués précédemment, s’ils ont l’avantage de nuancer le propos et d’insister sur la complexité des processus de néolithisation, il n’en reste pas moins vrai que de nombreuses zones d’ombre subsistent. Nous n’énumérerons ici que quelques points qui pourraient selon nous orienter les recherches futures.

  1. Si l’on admet l’origine méditerranéenne de la céramique de la Hoguette, comment expliquer l’absence de sites mésolithiques ayant livré cette céramique dans le sud de la France, là où l’on devrait logiquement en trouver la plus forte concentration ? Surtout, comment expliquer le manque de jalons entre Nord et Sud bien mis en évidence sur les cartes de répartition [Manen et Mazurié de Keroualin 2003] ?
  2. Si l’on admet le scénario selon lequel des populations mésolithiques céramisées auraient précédé l’arrivée des populations rubanées, on s’interroge sur l’absence de sites mésolithiques fiables. En effet, on ne peut que noter le caractère discutable des associations entre Mésolithique et Hoguette ou Limbourg sur les sites évoqués dans les démonstrations.
  3. Puisque la majeure partie des contextes de découverte de céramique de la Hoguette et du Limbourg sont les sites d’habitat rubanés, comment interpréter la présence de populations mésolithiques au sein des villages rubanés ? Et quelle peut être l’articulation entre des modes de vie si différents ?
  4. Mais comment prouver qu’il s’agit bien de populations mésolithiques ? Auraient-elles réussi à conserver leur mode de vie de chasseurs-cueilleurs tout en étant intégrées au sein des villages néolithiques ? Et le problème se situe bien là : une fois retirés les éléments céramiques, que reste-t-il de ces populations mésolithiques ? Quelles sont les données économiques qui nous permettent de parler de populations mésolithiques ?
  5. Comment expliquer, enfin, la profondeur chronologique du phénomène Hoguette/Limbourg ? Des populations mésolithiques auraient-elles réussi à maintenir leur intégrité socio-économique au sein d’un système totalement différent, tout en faisant évoluer le seul caractère qui ne leur soit pas propre, la céramique ?

18Bref, il est encore extrêmement difficile de proposer des scénarios historiques fiables à propos des processus de néolithisation de la France dès lors que l’on privilégie un aspect de la culture matérielle. Il convient d’insister une nouvelle fois sur la nécessité de mener les réflexions sur des corpus fiables et indiscutables, autrement dit sur la nécessité de découvrir de nouveaux sites archéologiques livrant non seulement des éléments de la culture matérielle, mais aussi et surtout des données économiques fondamentales pour ces périodes charnières entre une économie de subsistance et une économie de production.

Bibliographie

Références bibliographiques

Allard P. et Bostyn F. (2006), « Genèse et évolution des industries lithiques danubiennes du Bassin parisien », in Allard P., Bostyn F. et Zimmermann A. (dir.), Contribution des matériaux lithiques dans la chronologie du Néolithique ancien et moyen en France et dans les régions limitrophes [actes du congrès de l’EAA, Lyon, septembre 2004], Oxford, Archaeopress (BAR, International Series, 1494), p. 28-55.

Bedault H. et Hachem L. (2008), « Recherches sur les sociétés du Néolithique danubien à partir du Bassin parisien : approche structurelle des données archéozoologiques », in Burnez-Lanotte L., Ilett M. et Allard P.(dir.), La Fin des traditions danubiennes dans le Néolithique du Bassin parisien et de la Belgique (5100-4700 avant J.-C.) : autour des recherches de Claude Constantin [actes du colloque international de Namur, 24-25 novembre 2006], Namur, Presses universitaires de Namur, et Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la SPF, XLIV), p. 221-243.

Beeching A. (1999), « Les premières étapes de circulation et de peuplement dans les Alpes françaises au Néolithique. Apport de la céramique », in Beeching A. (dir.), Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude, Valence, Centre d’archéologie préhistorique (Travaux du Centre d’archéologie préhistorique de Valence, 2), p. 427-480.

Beeching A., Senepart I. (2009), De la maison au village. L'habitat néolithique dans le Sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen, Actes de la table ronde de la SPF de Marseille, mai 2003, Société Préhistorique Française, Mémoire XLVIII, 2009, 310 pages.

Behre K.-E. (2007), « Evidence for Mesolithic agriculture in and around central Europe ? », Vegetation History and Archaeobotany, 16, p. 203-219.

Billard C., Alix Ph., Bonnardin S., Bostyn F., Caspar J.-P., Degobertière S., Dietsch-Sellami M.-F., Hamon C., Marcoux N. et Marguerie D. (2004), « Le site d’habitat du Néolithique ancien de Colombelles “Le Lazzaro” (Calvados). Présentation préliminaire », Internéo, 5, p. 29-34.

Binder D., Brochier J.-E., Duday H., Helmer D., Marinval P., Thiébault S. et Wattez J. (1993), « L’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-Maritimes) : nouvelles données sur le complexe culturel de la céramique imprimée méditerranéenne dans son contexte stratigraphique », Gallia-Préhistoire, 35, p. 177-251.

Bostyn F. (dir.), Ardouin S., Dietsch-Sellami M.-F., Hadjouis D., Marion S., Monchablon C., Pantano L., Praud I., Prost D., Rimbault S., Rodriguez P. et Verdin P. (2002), Néolithique et protohistoire du site des Antes à Rungis (Val-de-Marne), Paris, Artcom, 183 p.

Bostyn F. (dir.), Beurion C., Billard C., Guillon M., Hachem L., Hamon C., Lanchon Y., Praud I., Reckinger F., Ropars A. et Munaut A.-V. (2003), Néolithique ancien en Haute-Normandie : le village Villeneuve-Saint-Germain de Poses « sur la Mare » et les sites de la Boucle du Vaudreuil, Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la SPF, 4), 342 p.

Coudart A. (1998), Architecture et société néolithique : l’unité et la variance de la maison danubienne, Paris, Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française), 238 p.

Demoule J.-P. dir. (2007), La Révolution néolithique en France, Paris, La Découverte et Inrap, 179 p.

Dubouloz J. (2003), « Datation absolue du premier Néolithique du Bassin parisien : complément et relecture des données RRBP et VSG », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 100, 4, p. 671-689.

Guilaine J. (2003), « Aspects de la néolithisation en Méditerranée et en France », in Ammerman A. J. et Biagi P. (ed.), The Widening Harvest : The Neolithic Transition in Europe – Looking Back, Looking Forward, Boston, Archaeological Institute of America (Colloquia & Conference Papers, 6), p. 189-206.

Guilaine J., Manen C. et Vigne J.-D. (2007), Pont de Roque-Haute. Nouveaux regards sur la néolithisation de la France méditerranéenne, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, 332 p.

Hachem L. (1997), « Structuration spatiale d’un village du Rubané récent, Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne). Analyse d’une catégorie de rejets domestiques : la faune », in Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’âge du Fer [actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994], Paris, Éd. du CTHS, p. 245-262.

Hamon C. (2006), Broyage et abrasion au Néolithique ancien. Caractérisation technique et fonctionnelle des outillages en grès du Bassin parisien, Oxford, Archaeopress (BAR, International Series, 1551), 342 p.

Laporte L., Cammas C., Marmbat L., Gruet Y., Genre C., Marchand G., Fabre L. et Oberlin CH. (2002), « Les occupations néolithiques du vallon des Ouchettes (Plassay, Charente-Maritime) », Gallia-Préhistoire, 44, p. 1-120.

Lichardus-itten M. (1986), « Premières influences méditéranéennes dans le Néolithique du Bassin parisien. Contribution au débat », in Demoule J.-P. et Guilaine J. (dir.), Le Néolithique de la France : hommage à Gérard Bailloud, Paris, Picard, p. 147-160.

Manen C. et Mazurié de Keroualin K. (2003), « Les concepts “La Hoguette” et “Limbourg” : un bilan des données », in Besse M., Stahl Gretsch L.-I. et Curdy P. (dir.), ConstellaSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise (Cahiers d’archéologie romande, 95), p. 115-145.

Manen C., Binder D., Beeching A., Briois F., Bruxelles L., Guilaine J. et Sénépart I. (2006), « Premiers résultats du projet ACR : productions céramiques des premières sociétés paysannes. L’exemple du faciès impressa du sud de la France », in Fouéré P., Chevillot CH., Courtaud P., Ferullo O. et Leroyer C. (dir.), « Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale » [actes des 6es Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Périgueux, octobre 2004], Préhistoire du Sud-Ouest, suppl. 11, p. 233-245.

Marchand G. et Tresset A. (2004), « Derniers chasseurs-cueilleurs et premiers agriculteurs sur la façade atlantique de l’Europe », in Guilaine J. (dir.), Aux marges des grands foyers du Néolithique : périphéries débitrices ou créatrices ? Séminaire du Collège de France, Paris, Errance, p. 257-280.

Perrin Th. (2002), « La fin du Mésolithique dans l’arc jurassien : approche statistique des industries lithiques taillées », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 90, 3, p. 487-499.

Praud I. dir. (2009), Le Néolithique ancien dans la basse vallée de la Marne : un site producteur de lames en silex tertiaire à Ocquerre « La Rocluche », Seine-et-Marne, Paris, Société préhistorique française (Travaux de la SPF, 9).

Richard H. dir. (2004), Néolithisation précoce : premières traces d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Annales littéraires de l’université de Besançon), 220 p.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Céramique de Peiro Signado [d’après Manen et al. 2006].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 2 : Plan du site de Colombelles, dans le Calvados. Si les plans des maisons sont mal conservés, l’agencement des fosses en alignements nord-ouest/sud-est parallèles est caractéristique de l’organisation des villages rubanés (C. Billard, SRA Basse-Normandie).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 3 : Vase zoomorphe d'Aubevoie (Eure) daté de 4800 av. notre ère et mesurant environ 30 cm (cliché H. Paitier, Inrap).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Figure 4 : Tranchet du site Villeneuve-Saint-Germain d’Ocquerre « La Rocluche » (Seine-et-Marne) (dessin E. Boitard, Inrap).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search