Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Première partie. Émergence du Néolithique

Un exemple de transition vers la production agricole en Amérique

Karen E. Stothert

Texte intégral

1Les données archéologiques d’Amérique nous permettent de mieux comprendre la façon dont les peuples ont amélioré la gestion des ressources alimentaires et le rendement des récoltes au point de produire des surplus et de faciliter ainsi l’adoption d’un nouveau mode de vie. Les chercheurs américains ont prouvé l’extrême variabilité des trajectoires de l’agriculture dans une myriade d’environnements très divers, et ses conséquences sur les populations aborigènes de l’Amérique. Cet article sera consacré à un cas de transition du stade de la chasse-cueillette à celui de l’agriculture en Amérique du Sud.

2Les deux continents, Amérique du Nord et Amérique du Sud, totalisent près de la superficie de l’Asie et représentent 28,5 % de la surface terrestre. Pendant quinze mille ans, en Amérique, de multiples transformations, allant de la chasse-cueillette à l’agriculture, se sont déroulées de façon asynchrone dans des environnements radicalement différents couvrant 70 degrés de latitude. Les Amérindiens se sont adaptés aux plantes locales et ont cultivé des espèces différentes de celles de l’Ancien Monde. Ils ont domestiqué et transformé céréales, légumes, semences, racines, tubéreuses, cactus, noix, fruits, légumineuses, épices, arômes, extraits, colorants, gommes à mâcher, remèdes, psychotropes, coton et gourdes. Chaque espèce cultivée ou améliorée possède sa propre histoire de domestication et de diffusion. Ces histoires sont à présent répertoriées à l’aide de méthodes novatrices.

3Les Amérindiens ont innové en matière de production de nourriture. Ils ont expérimenté nombre de stratégies dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage. Les archéologues modélisent l’émergence de la production de nourriture sur la base de théories évolutionnistes, comme l’« écologie comportementale » (Human Behavioral Ecology, ou HBE) et la « stratégie optimale de recherche de nourriture » (Optimal Foraging Theory, ou OFT) [Piperno et Pearsall 1998 ; Kennett et Winterhalder 2006 ; Zeder et al. 2006]. Ces méthodes consistent à étudier les êtres humains sous l’angle de leur aptitude à faire un choix rationnel entre divers systèmes de subsistance sur une petite échelle et à sélectionner le site le plus approprié à leurs recherches sur les orientations diététiques et les innovations technologiques. Rétrospectivement, il semblerait que certains Amérindiens aient progressivement opté pour des activités de subsistance offrant un meilleur rendement énergétique, en dépit du caractère épisodique d’un processus soumis à divers aléas sociaux et environnementaux. Aujourd’hui, alors qu’ils documentent la façon dont s’est opérée la domestication sur de vastes régions (non centralisées), les chercheurs sont surpris de constater les conséquences variables et la synchronisation du développement du mutualisme entre êtres humains et espèces végétales et animales.

4Par domestication, on entend le processus par lequel les hommes, intentionnellement ou non, ont modifié par la sélection le profil génétique de certaines espèces de plantes ou d’animaux. Le choix d’espèces plus productives a permis la croissance de systèmes économiques plus efficaces et économes en énergie, tout en multipliant la capacité des êtres humains à modifier l’écologie. Le développement de relations de mutualité avec les plantes et les animaux a engendré un changement biologique et comportemental des êtres humains eux-mêmes. La dépendance par rapport à la production de nourriture a nécessité l’invention de nouveaux systèmes socioculturels et, pour finir, une aptitude à altérer les paysages.

5L’agriculture se définit comme un système de production de nourriture dans lequel les plantes et les animaux domestiques, qui dépendent des êtres humains pour leur reproduction, leur fournissent en retour les denrées essentielles. Néanmoins, certains chercheurs limitent l’emploi du terme « agriculture » aux systèmes hautement performants qui alimentent les sociétés dirigées par des élites sociopolitiques spécialisées [Rosenswig 2006, p. 331-334].

Les premiers américains

6Venus d’Asie, les immigrants qui sont devenus les Amérindiens étaient des chasseurs-cueilleurs polyvalents qui ont soit traversé à pied le détroit de Béring, soit franchi par voie maritime l’océan Pacifique ; dans les deux cas, ils dépendaient de toute une panoplie de stratégies performantes pour exploiter les ressources de la faune et de la flore terrestres, aquatiques et maritimes. À la fin du Pléistocène, les Amérindiens pratiquaient une chasse et une cueillette généralisées bien adaptées aux nouvelles fluctuations environnementales de l’époque ; au début de l’Holocène (10000 BP), certains groupes vivant en milieu tropical ont ajouté l’agriculture à leurs stratégies de subsistance.

Une mutation culturelle dans la forêt tropicale sèche

7La lente transition vers la production de nourriture s’est développée dans le Néotropique au fur et à mesure que les habitats secs du Pléistocène (fig. 1) se sont transformés par à-coups, de façon à donner l’environnement du type holocène que nous connaissons à présent. Aujourd’hui, au Mexique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud, les ancêtres sauvages d’un grand nombre d’espèces domestiquées peuplent encore les zones de forêts sèches à feuilles caduques ; l’archéologie de ces régions a documenté les premiers cas de domestication et de culture de plantes (fig. 2) [Piperno et Pearsall 1998 ; Piperno 2006a ; id. 2006b ; pour Panama, voir également Ranere et Lopez 2007 ; pour la région de Soconusco et du sud-ouest du Mexique, Voorhies 2004 ; Kennett et al. 2006 ; Rosenswig 2006 ; et, pour le nord du Pérou, Dillehay et al. 2003 ; id. 2007]. La recherche en Équateur nous servira à illustrer les méthodes et certains des résultats actuels.

La culture précéramique de Santa Elena

8La description de l’adaptation culturelle des populations Las Vegas se fonde sur le résultat des fouilles de trente-deux sites précéramiques qui ont été occupés entre 10840 et 6600 BP dans la péninsule de Santa Elena, au sud-ouest de l’Équateur [Stothert 1985 ; id. 1988 ; Stothert et al. 2003].

Figure 1 : Reconstitution de la végétation des basses terres tropicales en Amérique centrale (a) et en Amérique du Sud (b) entre 20000 et 10500 cal BP [Piperno 2006a ; Figure : 7.4 ; Piperno et Pearsall 1998] : 1. Forêt tropicale ; 2. Forêt sèche ; 3. Buissons épineux, savane ; 4. sec, avec peu d’arbres ; 5. Forêt ouverte et persistante ; 6. Désert à cactus.

Figure 2 : Répartition moderne des types de végétation et sites archéologiques ayant fourni des indices de domestication de plantes avant 5000BP (a) au Mexique et en Amérique centrale avec des indications d’une forêt sèche saisonnière (3) et la région de Rio Balsas. (b) Amérique du Sud où l’on trouve une forêt plus sèche et des zones de savane (3,4,5). Les zones D1, D2 et D3 sont quelques unes des zones où les plantes ont été domestiquées entre 11000 et 5000BP [Piperno 2006a ; Figure : 7.4].

9Les Las Vegas ont développé une panoplie complète de méthodes durables de chasse et de cueillette dans un riche écotone littoral. Leur habitat semi-sédentaire était favorisé par la juxtaposition de ressources prévisibles, terrestres, estuariennes ou maritimes. Nous ignorons à quel point les ressources littorales se sont modifiées au début de l’Holocène, mais les restes de plantes et d’animaux prélevés en zone terrestre nous indiquent que l’environnement des anciens Las Vegas n’a que peu varié, dominé qu’il était par la forêt tropicale sèche entrecoupée de zones de savanes et arrosée par de petites rivières saisonnières. On trouve dans les eaux actuelles de Santa Elena les mêmes espèces de poissons que celles que pêchaient les Vegas ; au début de l’Holocène, la zone côtière s’est modifiée de façon épisodique avec des zones humides, des mangroves marécageuses et des plages que les variations de niveau de l’océan ne cessaient de grignoter.

10Les sites Vegas connus incluent de petits camps installés en bordure du littoral ou à proximité des poches alluviales, où la population cultivait des plantes à l’aide de techniques horticoles non documentées. De profondes fosses dépotoirs, des sépultures et les vestiges d’un seul habitat de petite dimension ont été découverts dans deux camps de base Vegas : les sites 80 et 67.

11Le site 80, qui se trouve aujourd’hui à environ 3 kilomètres de la plage, se caractérise par un épais tas de déchets, hautement compressé, résultat de quatre mille ans d’accumulation, dans un excellent état de conservation chrono-stratigraphique. Les restes fauniques nous ont permis de reconstituer la phase Vegas la plus ancienne, ainsi qu’une phase plus tardive caractérisée par une intensification de la pêche en mer, une diminution du nombre de proies terrestres et une transition vers la consommation de mollusques de la mangrove.

12L’étude des microfossiles du site 80 témoigne du développement progressif de l’utilisation des plantes entre le début et la fin de la période Vegas [Piperno et Pearsall 1998 ; Piperno et al. 2000 ; Stothert et al. 2003 ; Piperno 2006a]. Bien que les plantes sauvages de la forêt tropicale sèche et des savanes de Santa Elena aient offert aux Vegas une grande variété de ressources alimentaires, les premiers agriculteurs cultivaient aussi des gourdes (Lagenaria siceraria), dont on retrouve les phytolithes dès 9000 BP et sur les niveaux postérieurs. Des phytolithes de graines de Calathea allouia, une plante appelée lerén que l’on cultive encore pour sa racine dans le nord de l’Amérique du Sud, apparaît également dans un contexte datant de 9000 BP puis, plus communément, dans les niveaux ultérieurs. Des galets taillés et de petites meules de pierre servaient peut-être à écraser ces racines comestibles. Alors que les sols du territoire des Vegas sont riches en phytolithes de cellules épidermiques de l’herbe, des microfossiles du maïs (Zea mays) n’apparaissent que dans les échantillons du Vegas tardif : des traces d’une variété primitive de maïs figurent dans les derniers dépôts du site 80, mais pas en tant que nourriture de base. Originaires de l’ouest du Mexique, les semences de maïs étaient répandues il y a 7 000 ans dans les populations précéramiques d’Amérique centrale et du nord-ouest de l’Amérique du Sud. La culture et le stockage du maïs et d’autres céréales devaient être privilégiés à Santa Elena en raison de la longue durée de la saison sèche. On pense que les Vegas tardifs cultivaient aussi des haricots, du coton, des arachides et des racines tropicales comestibles, car on les trouve dans les contextes contemporains précéramiques des régions voisines.

13D’après la dimension des phytolithes de Cucurbita, on peut différencier les courges sauvages des domestiques ; en outre, les microfossiles archéologiques permettent de mesurer la dimension des fruits et des semences des courges anciennes [Piperno et al. 2000 ; Piperno et Stothert 2003]. Les phytolithes de Cucurbita, qui abondent dans le dépôt du site 80, indiquent que, jusqu’en 10000 BP, le lieu ne contenait que des courges sauvages ; dès 9080 BP, en revanche, les graines et les fruits des courges étaient plus gros que ceux des espèces sauvages connues ; les fruits devaient mesurer jusqu’à 12 centimètres. Ces phytolithes sont très proches de ceux, à demi sauvages, de C. ecuadorensis et de C. moschata qui, dit-on, ont été domestiqués dans les basses terres du nord-ouest de l’Amérique du Sud. Cela indique l’émergence indépendante de la domestication et de la production de plantes comestibles dans les basses terres d’Amérique du Sud en même temps, sinon plus tôt, que partout ailleurs en Amérique. Un spécimen de microfossile daté de 7170 BP contenait à la fois des phytolithes de maïs et un assemblage de phytolithes de courge dont la dimension moyenne est supérieure à celle de la C. moschata moderne : les fruits devaient mesurer environ 16 centimètres. Au début de la période holocène, différentes espèces de courges aux graines riches en huiles et en protéines ont résulté de processus parallèles de domestication dans les basses terres d’Amérique du Sud et du Mexique.

14L’examen de traces d’amidon préservées sur d’anciens outils lithiques et sur des dents humaines a fourni des preuves additionnelles de l’utilisation de racines et de maïs par les populations du Las Vegas tardif [Stothert et al. 2003].

15Les méthodes fermières des Vegas répondaient aux défis permanents posés par les fluctuations environnementales du début de l’Holocène à Santa Elena, parmi lesquels les changements climatiques et biogéographiques brutaux, qui affectaient les coûts relatifs d’exploitation des ressources. Le maintien de stratégies diverses fondées sur une alimentation largement diversifiée devait se révéler efficace non seulement d’un point de vue énergétique, mais aussi pour la prévention des risques. L’agriculture permettait une adaptation constante aux sécheresses saisonnières des tropiques. L’exploitation des ressources maritimes et estuariennes a sans doute favorisé un peuplement stable, tandis que le jardinage multipliait la quantité de légumes, permettant aux populations de résider en permanence le long du littoral.

16Bien que les Vegas aient consommé de la viande de cerf et d’autres grands animaux, leurs artefacts lithiques se résument à de simples éclats retaillés, adaptés seulement au travail du bois ; l’archéologie n’a découvert aucune pointe d’arme de jet ni d’équipement pour la chasse ou la pêche. Le site 80 est caractérisé par de simples outils à meuler, dont des galets taillés qui servaient à la préparation culinaire des légumes. Découverte dans une tombe, une unique hache de pierre polie plaide pour un échange commercial, mais ne suffit pas à attester l’agriculture sur brûlis. La prédominance d’os de poissons dans les contextes du Vegas tardif témoigne d’une intensification de la pêche maritime ; on faisait probablement pousser du coton (qui a été domestiqué autour du golfe de Guayaquil vers 7000 BP) pour tisser des étoffes et des filets de pêche.

17On ne connaît pas la dimension d’origine de l’habitat du site 80 ; aujourd’hui, il ceinture une colline basse et renferme une profonde fosse dépotoir ; nous y avons découvert l’un des premiers grands cimetières d’Amérique : les restes de deux cents individus en bonne santé ont été mis au jour dans des tombes datant de 8250 à 6600 BP. Les vestiges funéraires des Vegas témoignent de l’énergie qu’ils mettaient à la collecte et à la réinhumation des ossements, accompagnées du type de rituel qui a contribué à la formation des élites dans les cultures ultérieures.

18Les Vegas semblent avoir créé des réserves saisonnières de nourriture en vue de l’organisation d’activités sociales dans des centres cérémoniels de plus en plus fréquentés, comme celui du site 80, où s’est développé un rituel dédié au culte des ancêtres. Un schéma identique a été identifié dans la vallée de Zaña, au nord du Pérou [Rossen 1991]. Les Vegas avalisent l’idée selon laquelle, en intensifiant l’horticulture et la pêche et en investissant le surplus dans des festivités et des échanges de présents, les populations établissaient de solides relations sociales tout en minimisant les risques de pénurie.

19L’exemple des Vegas enrichit notre corpus de données sur les débuts de l’agriculture et de la domestication en Amérique ; loin de ne concerner que quelques centres, elle a eu lieu sur un vaste territoire, dans des contextes environnementaux très divers tout au long de la période de l’Holocène ancien. Les Vegas étaient relativement sédentaires et cultivaient à la fois des racines/tubéreuses et des plantes à graines : leur agriculture répondait à une stratégie efficace sur le plan énergétique et reposait sur une sélection permanente tout au long des millénaires dans des zones de forêts tropicales sèches. Les Vegas étaient bien nourris ; ils ne se contentaient pas de nourritures cultivées et saisissaient toutes les possibilités de produire des surplus, qu’ils investissaient dans des activités sociales. Bien que certaines plantes aient pu être produites localement, l’introduction de gourdes, de lerén et de maïs sur le littoral de l’Équateur prouve fortement l’interconnexion des peuples anciens qui agissaient localement mais maintenaient un échange constant de plantes et de savoir-faire.

Les conséquences de la production de nourriture

20Pendant des millénaires, la production de nourriture sur une petite échelle a fait partie de l’existence des Vegas, mais jamais au détriment d’autres stratégies de subsistance. Leur mode de vie a peut-être donné naissance à la culture Valdivia, dont l’archéologie a recueilli les traces après un hiatus de mille cinq cents ans [Stothert 1985, p. 632-635]. La trajectoire de la culture Valdivia (5500-3500 BP) se caractérise par l’addition progressive de variétés cultivées et par l’adoption de nouveaux modes de pensée et de comportement. Dans la région de Santa Elena, durant les phases 1 et 2, les Valdivia vivaient le long du littoral et à l’intérieur des terres, à proximité à la fois des forêts et des zones alluviales. Les populations Valdivia occupaient de petits habitats éparpillés associés à des tertres à usage cérémoniel et communautaire ; elles vivaient de la pêche, de la chasse, de la collecte de plantes sauvages comestibles, mais elles cultivaient également des racines/tubéreuses, des fruits, des palmiers, des haricots, du maïs et du coton [Pearsall 2003, tableau 2]. L’inventaire de leur culture matérielle comporte des pierres à meuler, des mortiers, des bols – dont certains ont été brisés rituellement –, des amulettes de pierre, les plus anciennes figurines en céramique anthropomorphes d’Amérique (fig. 3), des marmites, des jarres et des bols décorés, associés à des agapes cérémonielles [Damp 1982 ; Stahl 1985 ; Damp 1988].

21Très bien étudié, le site de RealAlto a été baptisé la « première ville » d’Amérique, bien que d’autres peuplements similaires aient émaillé la région sud-ouest de l’Équateur. Au moment de la phase 3Valdivia de Real Alto, un nombre important d’individus occupait des maisons plus vastes que celles de leurs ancêtres ; les archéologues ont identifié une véritable place centrale et des structures à la fois résidentielles et cérémonielles auxquelles étaient associées des tombes. Un climat favorable, ainsi que « la densité, la périodicité, la facilité de récolte et la régularité des ressources de subsistance » ont permis le maintien de villages permanents [Clark et al. 2009]. La culture matérielle du Valdivia moyen incluait des haches de pierre polie, des hameçons en os dans les villages proches de l’océan, des outils denticulés, des mèches de forets pour travailler les coquillages et le bois, et des céramiques peintes en grand nombre. Les résidents de Real Alto préparaient quotidiennement une grande variété de racines/tubéreuses, ainsi que du maïs, à l’aide de broyeurs en pierre. L’inventaire des plantes comestibles dont on a retrouvé la trace inclut le manioc domestiqué, l’arrow-root, l’achira, lelerén, le coton, le maïs, les haricots, la courge, les gourdes, et d’autres fruits et racines comestibles [Pearsall 2003 ; Chandler-Ezell et al. 2006]. Les populations de Real Alto pratiquaient une forme d’agriculture en milieu forestier tropical « à base de racines tubéreuses, de fruits, de graines et d’un usage constant d’une grande variété de plantes et d’herbes, tantôt sauvages tantôt cultivées, et d’animaux » [Pearsall 2003, p. 235-236] ; le matériel de stockage était rudimentaire ; ils jouissaient d’un sol alluvial idéal pour le jardinage et bénéficiaient des ressources de la mer, de la mangrove ou du littoral. Le mauvais état de la dentition des populations de Real Alto plaide pour une diète composée surtout de féculents mais, d’après les données isotopes, le maïs n’en était pas l’élément essentiel.

Figure 3 : Une représentation humaine en céramique, d’une hauteur de 31 cm, trouvée dans le contexte cérémoniel des phases 2-3 à Valdivia [López Reyes 1996].

22Les sites du Valdivia ancien et moyen sont groupés sur une portion limitée du littoral sud-ouest de l’Équateur mais, à partir de 4000 BP, les habitats du Valdivia tardif étaient répartis sur une vaste région couvrant des zones mieux arrosées. Lors de cette période du Valdivia tardif, l’explosion démographique et l’expansion des populations fermières sur de nouvelles terres offrant un meilleur potentiel agricole font partie des déductions scientifiques [Zeidler 1994 ; Staller 2001 ; Raymond 2003]. Les communautés jouissaient d’un riche complément de récoltes d’espèces domestiques (le maïs n’était toujours pas la plante de référence) ; la production agricole souligne l’apogée de la culture Valdivia, avec son architecture cérémonielle, sa hiérarchie sociale, ses tombes d’élite et ses superbes ornements faits de pierres semi-précieuses, de coquillages et de céramiques [Zeidler et al. 1998 ; Stothert 2003 ; id. 2007]. Les chefs des Valdiviens tardifs inventèrent une nouvelle manière d’exprimer leur autorité et leur relation avec les ancêtres, selon un schéma que l’on retrouve dans les centres de pouvoir préhistoriques en Équateur.

Valdivia et Caral

23On peut comparer et opposer les développements de la culture Valdivia en Équateur entre 2500 et 1500 BP et les événements survenus à la même époque dans la région du Norte Chico, au Pérou, où le site de Caral (vallée du Supe) a attiré l’attention de la communauté scientifique en tant que « pristine state », ou foyer de civilisation (un millier d’années avant le début de la formation de la Méso-Amérique). Pour la première fois dans l’histoire des Andes, un vaste système socioculturel s’est trouvé intégré à la fois sur le plan culturel, politique et économique [Shady 2003, p. 146]. Caral a été l’une des nombreuses zones de peuplement dotées d’une architecture de pierre monumentale et d’une place publique centrale mesurant plus du double de l’entière superficie de Real Alto. Valdivia et Caral représentent deux voies très différentes vers la complexité, rendues l’une et l’autre possibles grâce à l’agriculture. Les deux populations disposaient d’une panoplie identique de plantes cultivées, mais elles les exploitaient dans des cadres radicalement différents au sein d’organisations totalement dissemblables.

24La population de Valdivia habitait une mosaïque d’environnements variés, offrant, outre l’accès aux forêts tropicales et aux ressources aquatiques, un bon potentiel pour les activités agricoles, contribuant ainsi à une relative autosuffisance. Ses dirigeants utilisaient les excédents alimentaires pour mettre en scène des rituels visant à créer des groupes sociaux inclusifs, complexes mais hétérarchiques, dans des contextes commensaux reposant sur l’utilisation de figurines céramiques et de poteries décorées de dessins d’inspiration religieuse, afin de renforcer symboliquement les alliances et les relations avec le pouvoir spirituel dont ils dépendaient. L’investissement lourd dans la céramique correspondait à l’émergence d’un système de subsistance très productif et d’une stratégie sociale où le pouvoir et les inégalités sociales jouaient un rôle de plus en plus important. Ce schéma a persisté à travers toute la préhistoire du littoral de l’Équateur [Stothert 2008].

25Par contraste, la poterie céramique était absente de Caral (elle devait faire son apparition tardive au Pérou un millier d’années après l’Équateur). La population de Caral-Supe était bien adaptée à la sécheresse extrême du désert, qu’irriguaient les crues saisonnières de la rivière locale ; elle disposait d’abondantes ressources maritimes en provenance du littoral, situé à une distance relative de l’autre côté d’une courte étendue désertique. Dans la vallée du Supe, l’irrigation résolvait le problème de l’agriculture, tandis que des stratégies sociales et politiques originales facilitaient l’exploitation commerciale des produits de la mer, dont le transport assurait l’alimentation du plus gros de la population résidant dans la plaine agricole. Ses dirigeants investissaient l’excédent de la production dans la construction de vastes travaux publics, parmi lesquels des ouvrages monumentaux en pierre ; ce faisant, ils bâtissaient une société plus hiérarchisée, dirigée par une autorité centrale. Toute l’histoire des Andes centrales repose sur ce schéma persistant.

Conclusion

26En Amérique, les découvertes archéologiques démontrent que de multiples systèmes d’agriculture se sont développés sur une vaste échelle, et non pas uniquement dans quelques centres d’innovations isolés. Peu d’animaux ont été domestiqués dans le Nouveau Monde, mais leur histoire est également diverse et curieuse [pour le pastoralisme des camélidés, voir Lavallée 2000]. Le cas des Vegas/Valdivia reflète un processus de longue haleine, dû à l’initiative de populations vivant sur une zone littorale tropicale sèche, lesquelles, devinant l’avantage énergétique à court terme qu’elles pouvaient tirer de l’agriculture, ont ajouté la production de nourriture à leurs stratégies de subsistance. Leur choix a engendré des innovations sociales et idéologiques qui, sur le long terme, ont radicalement transformé les peuples, les plantes, les animaux, et jusqu’à la terre elle-même.

Bibliographie

Références bibliographiques

Chandler-Ezell K., Pearsall D. M. et Zeidler J. A. (2006), « Root and tuber phytoliths and starch grains document manioc (Manihot esculenta), arrowroot (Maranta arundinacea), and llerén (Calathea sp.) at the Real Alto site, Ecuador », Economic Botany, 60 (2), p. 103-120.

Clark J. E., Gibson J. L. et Zeidler J. A. (2009, sous presse), « First towns in the Americas : Searching for agriculture and other enabling conditions », in Bandy M. S. et Fox J. R. (éd.), Becoming Villagers, Tucson, The University of Arizona Press.

Damp J. E. (1982), « Ceramic art and symbolism in the early Valdivia community », Journal of Latin American Lore, 8 (2), p. 155-178.

Damp J. E. (1988), La Primera Ocupación Valdivia de Real Alto : Patrones Económicos, Arquitectónicos e Ideológicos, Guayaquil, Escuela Politécnica del Litoral.

Dillehay T. D., Rossen J., Maggard G., Stackelbeck K. et Netherly P. (2003), « Localization and possible social aggregation in the late Pleistocene and early Holocene on the North coast of Peru », Quaternary International, 109-110, p. 3-11.

Dillehay T. D., Rossen J., Andres T. C. et Williams D. E. (2007), « Preceramic adoption of peanut, squash, and cotton in Northern Peru », Science, 316, p. 1890-1893.

Kennett D. J. et Winterhalder B. éd. (2006), Behavioral Ecology and the Transition to Agriculture, Berkeley, University of California Press.

Kennett D. J., Voorhies B. et Martorana D. (2006), « An ecological model for the origins of maize-based food production on the Pacific Coast of Southern Mexico », in Kennett D. J. et Winterhalder B. (éd.), Behavioral Ecology and the Transition to Agriculture, Berkeley, University of California Press, p. 103-136.

Lavallée D. (2000), The First South Americans : The Peopling of a Continent from the Earliest Evidence to High Culture, trad. par Bahn P. G., Salt Lake City, The University of Utah Press.

Pearsall D. M. (2003), « Plant food resources of the Ecuadorian formative : An overview and comparison to the Central Andes », in Raymond J. S. et Burger R. L. (éd.), Archaeology of Formative Ecuador, Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 213-257.

Piperno D. R. (2006a), « The origins of plant cultivation and domestication in the Neotropics : A behavioral ecological perspective », in Kennett D. J. et Winterhalder B. (éd.), Behavioral Ecology and the Transition to Agriculture, Berkeley, University of California Press, p. 137-166.

Piperno D. R. (2006b), « Identifying manioc (Manihot escuelenta Crantz) and other crops in Pre-Columbian tropical America through starch grain analysis : A case study from Central Panama », in Zeder M. A., Bradley D. G., Emshwiller E. et Smith B. D. (éd.), Documenting Domestication : New Genetic and Archaeological Paradigms, Berkeley, CA, University of California Press, p. 46-67.

Piperno D. R. et Pearsall D. M. (1998), The Origins of Agriculture in the Lowland Neotropics, San Diego, Academic Press.

Piperno D. R. et Stothert K. E. (2003), « Phytolith evidence for early Holocene Cucurbita domestication in Southwest Ecuador », Science, 299, p. 1054-1057.

Piperno D. R., Andres T. C. et Stothert K. E. (2000), « Phytoliths in Cucurbita and other neotropical cucurbitaceae and their occurrence in early archaeological sites from the lowland American Tropics », Journal of Archaeological Science, 27, p. 193-208.

Ranere A. J. et Lopez C. E. (2007), « Cultural diversity in late Pleistocene/early Holocene populations in Northwest South America and Lower Central America », International Journal of South American Archaeology, 1, p. 25-31.

Raymond J. S. (2003), « Social formations in the Western Lowlands of Ecuador during the early formative », in Raymond J. S. et Burger R. L. (éd.), Archaeology of Formative Ecuador, Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, p. 33-67.

Rosenswig R. M. (2006), « Sedentism and food production in early complex societies of the Soconusco, Mexico », World Archaeology, 38 (2), p. 329-354.

Rossen J. (1991), Ecotones and Low-Risk Intensification : The Middle Preceramic Occupation of Nanchoc, Northern Peru [Ph. D. dissertation, University of Kentucky].

Shady R. (2003), « Caral-Supe y la costa norcentral del Perú : la cuna de la civilización y la formación del Estado Prístino », in Shady R. et Leyva C. (éd.), La Ciudad Sagrada de Caral-Supe : Los Orígenes de la Civilización Andina y la Formación del Estado Prístino en el Antiguo Perú, Lima, Proyecto Especial Arqueológico Caral-Supe, p. 139-146.

Stahl P. W. (1985), « The hallucinogenic basis of early Valdivia phase ceramic bowl iconography », Journal of Psychoactive Drugs, 17 (2), p. 105-123.

Staller J. E. (2001), « The Jelí phase complex at La Emerenciana, a late Valdivia site in Southern El Oro Province, Ecuador », Andean Past, 6, p. 117-174.

Stothert K. E. (1985), « The Preceramic Las Vegas culture of Coastal Ecuador », American Antiquity, 50 (3), p. 613-637.

Stothert K. E. (1988), avec la collab. de Chase T., Piperno D., Ubelaker D. et Wing E., La Prehistoria Temprana de la Península de Santa Elena, Ecuador : Cultura Las Vegas, Guayaquil, Museums of the Central Bank of Ecuador (Miscelanea Antropológica Ecuatoriana, Serie Monográfica, 10).

Stothert K. E. (2003), « Expression of ideology in the formative period of Ecuador », in Raymond J. S. et Burger R. L. (éd.), Archaeology of Formative Ecuador, Washington, D. C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, p. 337-421.

Stothert K. E. (2007), « Valdivia, Machalilla, Chorrera : Early art and artists », in Klein D. et Cruz Cevallos I. (éd.), Ecuador : The Secret Art of Precolumbian Ecuador, Milan, Cinq Continents, p. 11-105.

Stothert K. E. (2008), « Valdivia y el proceso civilizador del tercer Milennio A. C. », Nayra Kunan Pacha, 1 (1), p. 1-18.

Stothert K. E., Piperno D. R. et Andres T. C. (2003), « Terminal Pleistocene/Early Holocene human adaptations in Coastal Ecuador : The Las Vegas evidence », Quaternary International, 109-111, p. 23-43.

Voorhies B. (2004), Coastal Collectors in the Holocene : The Chantuto People of Southwest Mexico, Gainesville, University Press of Florida.

Zeder M. A., Bradley D. G., Emshwiller E. et Smith B. D. éd. (2006), Documenting Domestication : New Genetic and Archaeological Paradigms, Berkeley, CA, University of California Press.

Zeidler J. A. (1994), « Archaeological testing in the middle Jama Valley », Regional Archaeology in Northern Manabí, Ecuador, vol. 1, Pittsburgh, University of Pittsburgh, Department of Anthropology (University of Pittsburgh, Memoirs in Latin American Archaeology, 8).

Zeidler J. A., Stahl P. et Sutlif M. J. (1998), « Shamanistic Elements in a Terminal Valdivia Burial, Northern Manabí, Ecuador : Implications for Mortuary Symbolism and Social Ranking », in Oyuela-Caycedo A. et Raymond J. S. (éd.), Recent Advances in the Archaeology of the Northern Andes : In Memory of Gerardo Reichel-Dolmatoff, Los Angeles, University of California, The Institute of Archaeology (Monograph, 39), p. 109-120.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Reconstitution de la végétation des basses terres tropicales en Amérique centrale (a) et en Amérique du Sud (b) entre 20000 et 10500 cal BP [Piperno 2006a ; Figure : 7.4 ; Piperno et Pearsall 1998] : 1. Forêt tropicale ; 2. Forêt sèche ; 3. Buissons épineux, savane ; 4. sec, avec peu d’arbres ; 5. Forêt ouverte et persistante ; 6. Désert à cactus.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Figure 2 : Répartition moderne des types de végétation et sites archéologiques ayant fourni des indices de domestication de plantes avant 5000BP (a) au Mexique et en Amérique centrale avec des indications d’une forêt sèche saisonnière (3) et la région de Rio Balsas. (b) Amérique du Sud où l’on trouve une forêt plus sèche et des zones de savane (3,4,5). Les zones D1, D2 et D3 sont quelques unes des zones où les plantes ont été domestiquées entre 11000 et 5000BP [Piperno 2006a ; Figure : 7.4].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Figure 3 : Une représentation humaine en céramique, d’une hauteur de 31 cm, trouvée dans le contexte cérémoniel des phases 2-3 à Valdivia [López Reyes 1996].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search