Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Première partie. Émergence du Néolithique

L’apparition de l’agriculture en Afrique

Augustin F. C. Holl

Texte intégral

Un continent à cheval sur l’équateur

1L’Afrique est un continent massif littéralement à cheval sur l’équateur. Cette situation a d’importantes implications climatiques et biogéographiques. La majeure partie du continent est soumise au régime des moussons avec pluies d’été. Les franges méditerranéennes situées au nord du tropique du Cancer et au sud du tropique du Capricorne sont alimentées par des régimes de pluies d’hiver. Les populations de chasseurs-cueilleurs peuplant le continent pendant le Pléistocène final ont dû faire face à de sérieuses difficultés climatiques. Dans l’hémisphère nord, de vastes portions du continent s’étaient vidées de leurs populations pendant le Dernier Maximum glaciaire, vers 20000-18000 à 12000-10000 avant notre ère. Celles-ci se sont concentrées dans des aires refuges, le long de la vallée du Nil (Jebel Sahaba, Waddi Kubbaniya), sur la côte méditerranéenne (Ibéromaurusien), la côte atlantique (site Autoroute de Bingerville, Côte d’Ivoire) et le haut plateau du sud-ouest du Cameroun (Fiye-Nkwi, Mbi Crater, Shum Laka). Pendant cette période, l’inhumation des morts était devenue une pratique courante, comme l’indiquent le cimetière de Jebel Sahaba (Nubie), les inhumations en abris sous roche ou grottes de Fiye Nkwi, Mbi Crater et Shum Laka, et les nombreux cimetières ibéromaurusiens du Maghreb [Balout 1955]. Un mouvement de recolonisation s’est amorcé avec le retour de l’humidité et l’installation de la phase humide de l’Holocène ancien. Cette nouvelle dynamique devait donner lieu à d’intéressantes innovations.

Les chasseurs-cueilleurs de la fin du Pléistocène et de l’Holocène ancien

2À la fin du Pléistocène et lors de l’Holocène ancien, les communautés de chasseurs-cueilleurs, en Afrique aussi bien septentrionale qu’australe, adoptent des formes de prédation plus intensives. Elles inventent l’arc et la flèche et pratiquent la chasse sélective d’un nombre restreint d’espèces animales, le mouflon à manchette (Ammotragus lervia) en Afrique du Nord et Sahara et l’éland de Derby (Taurotragus derbianus) en Afrique australe. Les Capsiens, quant à eux, pratiquent l’exploitation intensive des ressources aquatiques dans les chotts de l’arrière-pays saharien du Maghreb. C’est dans cette ambiance générale de transformations que des innovations se produisent dans différentes parties du continent. Ces innovations portent sur l’invention de la poterie, la culture du sorgho sauvage, l’« élevage en captivité » de mouflons à manchette et la domestication des bovins.

L’utilisation de la poterie

3L’utilisation de la poterie se généralise entre 8000 et 6000 avant notre ère dans l’hémisphère nord du continent. Ces poteries se retrouvent au Sahara oriental (Nabta Playa), sur la falaise du Bandiagara dans le sud-est du Mali (Oujoungou), au Tibesti dans le nord du Tchad, dans le Tadrart Acacus dans le sud-ouest de la Libye, au Tassili-n-Ajjer et au Hoggar dans le Sud-Est algérien, et dans l’Aïr au Niger. Les récipients des sites du Sahara oriental, à Nabta Playa et Bir Kiseiba, sont de petits bols en calotte qui ont dû être utilisés dans les contextes de consommation de nourriture et de boisson. Ceux du Sahara central, provenant de Tagalagal, Amekni, Site Launay, etc., présentent une plus grande diversité de formes et de dimensions. Ils comprennent des grands pots hémisphériques à base arrondie, des pots globulaires à lèvre inverse, et des bols semi-hémisphériques de plus petites dimensions. Les récipients de grandes dimensions ont dû servir pour le stockage des liquides et des denrées alimentaires telles que les graminées sauvages, qui étaient collectées régulièrement. Les pots de dimensions intermédiaires ont dû être utilisés pour la cuisson des aliments, et les bols pour la consommation de nourriture et autres substances.

Du sorgho sauvage cultivé

4L’exploitation des graminées sauvages et autres ressources végétales est marquée par une intensification certaine pendant les premiers millénaires de l’Holocène ancien, comme l’indiquent les données de Nabta Playa au Sahara oriental [Biehl et al. 1999 ; Wasylikowa et Dahlberg 1999], Uan Afuda et Ti-n-Torha au Sahara central [Barich 1992 ; id. 1998]. Les graminées panicoïdes (Panicum sp., Pennisetum sp., Setaria sp.) sont les plus représentées dans les sites du Sahara central. Les échantillons de macrorestes prélevés du site E-75-6 (Nabta Playa) indiquent la présence de cent vingt-sept taxa, dont une importante composante de plantes « utiles » [Wasylikowa et Dahlberg 1999, p. 29-31]. Parmi ces plantes, il y a un imposant groupe de graminées sauvages comportant Brachiaria sp., Digitaria sp., Echinochloa colona, Panicum turgidum, Paniceae type A, Paniceae type B, Paniceae indet., Sorghum bicolor ssp. arundinaceum, et Urochloa sp. Les restes de sorgho provenant de cent quatre-vingt-sept échantillons se retrouvent dans toutes les habitations et fosses-silos fouillées. Cette plante était collectée dans les mêmes quantités que les autres plantes alimentaires, sauf dans trois habitations qui comportaient une moindre diversité d’espèces mais une plus grosse quantité de sorgho [ibid., p. 22-23].

5Ces restes sont morphologiquement sauvages et fréquemment récoltés dans le bassin de Nabta Playa. Il se pourrait aussi qu’une partie de ce sorgho ait été cultivée en utilisant la technique de culture de décrue. Les sédiments humides exposés par la baisse des eaux sont ensemencés et les jeunes pousses sont transplantées plus tard. Dans l’ensemble, les données du site E-75-6 de Nabta Playa indiquent une focalisation sur le sorgho dont les restes ont été retrouvés dans toutes les habitations. La durée de cette « expérience » est incertaine, mais le sorgho cultivé à Nabta Playa est demeuré morphologiquement sauvage.

Des mouflons à manchette apprivoisés ?

6Des couches de crottes de mouflons à manchette ont été mises au jour dans la grotte de Uan Afuda, sur le flanc est du Tadrart Acacus, dans le Sud-Ouest libyen. Ces données, collectées dans les couches 1 et 2 de la fouille I à l’entrée et dans la portion sommitale de la stratigraphie de la fouille à l’intérieur de la grotte, datent d’environ 8500-8300 et 8000 avant notre ère [Di Lernia 2001]. La forte accumulation et l’induration des dépôts montrent qu’il ne s’agissait pas d’un phénomène accidentel. Des données complémentaires – micromorphologiques, palynologiques, analyses de macrorestes – permettent de reconstruire une partie des événements qui se sont produits à Uan Afuda entre 8500 et 8000 avant notre ère. Les chasseurs-cueilleurs qui ont habité la grotte de Uan Afuda à la fin du Pléistocène et au début de l’Holocène ancien étaient essentiellement des chasseurs de mouflons à manchette et des collecteurs de graminées et fruits sauvages. Les Uan Afudiens ont pu capturer de jeunes mouflons qui ne pouvaient pas se sauver et les ramener dans leurs habitations. Les données collectées indiquent l’apport de fourrage et une protection accordée aux animaux. Il est fortement improbable que les animaux capturés aient été enfermés dans la grotte en continu. On peut imaginer l’utilisation de cordes qui permettaient de les laisser brouter pendant la journée alors que la grotte servait de refuge nocturne pour humains et animaux. Les mouflons à manchette ont été élevés en captivité ; il est cependant difficile de savoir s’ils ont pu se reproduire en captivité ou être apprivoisés. Le nombre éventuel d’animaux captifs présents à un moment ou à un autre dans la grotte n’est pas connu. Un petit nombre d’individus ne serait pas suffisant pour pallier un manque de viande. En revanche, si la sélection des individus captifs portait sur les femelles, celles-ci auraient pu à terme fournir du lait et garantir la survie du groupe de chasseurs-cueilleurs au cours des périodes de disette.

7Dans l’ensemble, la fin du Pléistocène et le début de l’Holocène ancien se caractérisent par trois tendances convergentes : une tendance à la territorialisation, marquée par l’occupation répétitive des mêmes lieux ; une tendance à l’intensification de l’exploitation de certaines ressources animales et végétales, comme l’indiquent la chasse au mouflon à manchette dans l’Acacus et la collecte et/ou la culture du sorgho sauvage à Nabta Playa ; et enfin, une tendance à l’élargissement de la culture matérielle, avec l’invention-adoption de la poterie. Ces tendances, rythmées par les changements climatiques, vont s’amplifier au cours de l’Holocène, avec cependant d’importantes variations d’une région à l’autre. Des contrastes intéressants apparaissent en ce qui concerne l’exploitation des graminées sauvages ; l’exploitation intensive du sorgho sauvage semble confinée à la vallée du Nil et au Sahara oriental, respectivement à Waddi Kubbaniya et Nabta Playa. Les mils sauvages et autres panicoïdes sont prédominants dans les sites du Sahara central, à Ti-n-Torha, Uan Tabu et Uan Afuda dans le Tadrart Acacus, Sud-Est libyen.

Produire une partie de sa nourriture

8L’émergence des économies de production est un temps fort de l’évolution économique et sociale de l’humanité. Les conséquences de ces transformations ont certainement été révolutionnaires, mais cela à très long terme. Il est probable que, dans leurs phases initiales, ces changements historiques ne se sont pas effectués sous la forme d’un « grand bond en avant ». En fait, certaines données montrent que les premières collectivités vivant en partie des produits agricoles dans le Croissant fertile ont souffert de sérieuses carences alimentaires [Cohen et Armelagos 1984]. La stature moyenne chute considérablement par rapport à celle des populations du Paléolithique supérieur et du Mésolithique [Angel 1984, p. 62]. Les situations varient considérablement mais, dans l’ensemble, les premières populations néolithiques présentent des « bilans de santé » initiaux négatifs qui ne s’amélioreront que beaucoup plus tard [Angel 1984 ; Goodman et al. 1984]. Vue sous cet angle, l’adoption de l’agriculture et de l’élevage pose plus de problèmes qu’elle n’en résout dans sa phase initiale. Quels sont les facteurs qui ont contraint les humains à suivre cette voie ? Les réponses varient, mais s’articulent généralement autour de trois variables : les changements climatiques, la pression démographique et la dynamique des échanges. Selon les lieux et les périodes, ces principales variables s’étaient combinées pour produire des situations particulières que nous examinerons dans la suite de ce texte. La fin du Pléistocène et l’Holocène ancien sont marqués par d’importants changements climatiques à l’échelle planétaire. L’impact varie selon les circonstances locales mais, dans l’ensemble, le continent connaît une forte augmentation des précipitations, rechargeant les nappes phréatiques et réactivant les réseaux hydrographiques. L’Holocène ancien est l’âge d’or des petits et grands lacs sahariens. L’excédent d’eau du mégalac Tchad s’écoule dans le Bahr el Ghazzal, le Wadi Howar, et se déverse dans le Nil. Les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique final et du Mésolithique se répandent dans toutes les aires biogéographiques du continent. L’ancien modèle du développement des économies de production africaines faisait dériver toutes les innovations du Proche-Orient [Clark et Brandt 1984].

L’émergence des collecteurs-éleveurs

9La fin du Dernier Maximum glaciaire se caractérise par un réchauffement général du climat, aboutissant à l’installation d’une importante phase humide dans la plupart des régions de l’hémisphère nord du continent. Les populations qui s’étaient concentrées dans les zones refuges de la vallée du Nil, les côtes méditerranéennes, les hautes terres du sud-ouest du Cameroun, la côte atlantique en Côte d’Ivoire, et les massifs centraux sahariens, se répandent à nouveau dans des territoires plus accueillants. L’Holocène ancien connaît néanmoins d’importantes fluctuations climatiques, avec de brèves mais sévères pulsations arides, comme c’est le cas en 9800-9600 et 9200-9100 avant notre ère [Wendorf et Schild 1998]. La phase pionnière de l’adoption-domestication des bovins s’est déroulée dans une aire s’étendant du plateau du Tadrart Acacus, dans le sud-ouest de la Libye, à l’ouest, au Sahara oriental et à la vallée du Nil à l’est [Holl 1998a ; Wendorf et Schild 1998 ; Marshall et Hildebrand 2002 ; Holl 2004]. Cette phase est datée de 10000 à 8000 avant notre ère. Les ossements de grands bovidés déterminés comme Bos taurus ont été collectés à Nabta Playa, Bir Kiseiba et Ti-n-Torha. Au cours de la phase El Adam du Néolithique ancien (10800-9800 cal BP), les sites contiennent quelques ossements et des dents de Bos, de nombreux ossements de gazelle et de lièvre, plus ceux de tortue, chacal, petits rongeurs et oiseaux, indiquant un environnement relativement pauvre, comparable à la frange nord du Sahel. Ces chasseurs-éleveurs venaient probablement de la vallée du Nil et s’aventuraient dans le désert pour profiter des pâturages alimentés par les pluies d’été. « Ils utilisaient leur bovins comme ressource renouvelable » [Wendorf et Schild 1998, p. 101], exploitant le lait et ses dérivés en lieu et place de la viande. Le site E-75-6 de la phase El Nabta, daté de 9100 à 8900 avant notre ère, marque un changement important dans l’occupation Holocène ancien de la Playa. Il comprend les restes d’au moins quinze habitations circulaires, chacune flanquée d’un silo en forme de cloche, et le tout organisé en deux ou trois lignes parallèles, avec trois puits de 2,50 m de profondeur. Le site E-75-6 était occupé en saison sèche, période au cours de laquelle la collecte intensive du sorgho s’ajoutait à l’élevage de quelques bovins et à la chasse des gazelles et des lièvres.

L’expansion du complexe agricole ouest-asiatique

10Le complexe agricole ouest-asiatique, à base de blé, orge, avoine, chèvre, mouton, bovins, porc et lin, se diffuse dans un premier temps dans le delta du Nil, la dépression du Fayoum, et vers le sud dans la vallée du Nil. Il atteint les hautes terres d’Éthiopie à une date inconnue, probablement à partir de la péninsule Arabique, et se superpose à une agriculture à base de plantes locales telles que l’ensete, le teff et le noog.

11Les sites du Néolithique ancien du Fayoum datent des environs de 5200 avant notre ère. Quatorze sites d’habitat ont été répertoriés sur 60 kilomètres le long des rives nord et nord-est du lac. Les récoltes de blé, orge, avoine étaient conservées dans des greniers souterrains situés à bonne distance du lac ; cent soixante de ces structures ont été fouillées. Merinde, daté d’environ 5000-4900 avant notre ère et occupé pendant près de six cents ans, est le site néolithique ancien le mieux connu du Delta. La tradition d’économie mixte néolithique s’était poursuivie dans le cadre d’agglomérations villageoises aux structures de plus en plus élaborées, comme El-Omari (vers 4500 avant notre ère) et Ma’adi (vers 3500 avant notre ère).

12Des sites du Néolithique cardial ont été mis au jour dans la région de Tanger au nord du Maroc, à El-Khril, Achakar, Gar Cahal et Cal That el Gar. Il s’agit essentiellement d’abris sous roche et de grottes présentant des occupations intermittentes, probablement saisonnières.

Le complexe agricole des oasis

13Le complexe agricole des oasis est une variante relativement tardive du complexe ouest-asiatique. C’est une forme intensive de jardinage qui nécessite des circonstances hydrauliques particulières, garantissant un accès permanent à l’eau à des fins d’irrigation et d’arrosage. L’archéologie du complexe agricole des oasis est assez mal connue. Cependant, grâce aux recherches de Van der Veen [1992 ; id. 1999] dans le Fezzan en Libye méridionale, on dispose d’indications intéressantes. La localité de Zinchecra faisait partie du royaume des Garamantes, qui s’est développé dans le Sud libyen au cours du Ier millénaire avant notre ère. Blé, orge, dattes, raisin et figues étaient cultivés dans l’oasis de Zinchecra au cours du Ier millénaire avant notre ère, autour de 700-600 avant notre ère. La production de dattes est devenue plus tard une spécialisation de certaines oasis de l’Afrique au nord du tropique du Cancer, spécialisation qui a alimenté et soutenu le commerce transsaharien.

Les complexes céréalicoles subsahariens

14Les céréalicultures de l’Afrique subsaharienne se composent essentiellement de quatre espèces de graminées cultivées en monoculture et/ou en rotation. Elles ont toutes des variétés sauvages, dont les cartes de distribution ont été publiées par Harlan et al. [1976]. Ces cartes montrent des aires de distribution plus ou moins vastes en ce qui concerne les sorghos, mils, riz et fonios, présentant ainsi un caractère non centrique, selon l’expression de Harlan [1976].

15Le sorgho a été exploité intensivement depuis le Pléistocène final, mais les variétés domestiques apparaissent tard dans la portion nord-est du continent, autour de 1000 avant notre ère (fig. 1). Les séquences d’ADN extraites des sorghos préhistoriques ne présentent aucune différence avec celles des sorghos modernes, faisant penser à une domestication relativement récente [Rowley-Conwy et al. 1999]. En Afrique de l’Ouest, les vestiges de sorgho les plus fiables ont été mis au jour à Daima, dans la plaine tchadienne, etdatentde800après J.-C. Les orgho se cultive sous la pluie et/ou en utilisant la technique de culture de décrue. La culture du sorgho semble s’être répandue du nord-est de l’Afrique au reste du continent. Avant l’arrivée du maïs au xvie siècle, c’était la céréale la plus répandue en Afrique orientale et australe.

16Les restes de mil domestique ont été mis au jour dans plusieurs sites ouest-africains. Ils font généralement partie du cortège de macrorestes comportant d’autres panicoïdes tels que Brachiaria deflexa, Panicum glaucum, P. turgidum, etc., du riz sauvage, des fruits et des légumineuses (fig. 2). P. Munson [1976] présente un scénario pour la domestication du milchandelle, Pennisetumglaucum, dans la région du Dhar Tichitt dans le Sud-Ouest saharien. La présence des restes de mil sauvage dans les échantillons analysés est un argument en faveur de la domestication locale, qui est située, selon les auteurs, entre 2000 et 1500 avant notre ère [Munson 1976 ; Holl1985 ; id. 1986 ; AmblardetPernes1989 ; KleeetZach1999 ; Neumann 1999]. Le mil est également cultivé dans l’aire de la culture Kintampo, dans l’actuel Ghana, au cours de la même période. De 1500 à 1000 avant notre ère, le mil est présent dans la presque totalité de la zone soudano-sahélienne, à Gajiganna, Kursakata, Megge dans la plaine tchadienne, dans l’aire de la culture de Nok, à Oursi et Ti-n-Akasof au Burkina Faso. De la fin du Ier millénaire avant notre ère et au Ier millénaire après J.-C., la culture du mil – Pennisetum glaucum et Eleusine coracana – est adoptée dans l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, de la zone sahélienne à l’Afrique australe, y compris la frange nord de la forêt équatoriale.

Figure 1 : Schéma de l’évolution du sorgho : l’aire de domestication initiale est indiquée par la mention « Early bicolor ». La variété Guinea est ouest-africaine, la variété Kafir sud-africaine. Races de sorgho sauvage en Afrique : cercle ouvert : Sorghum arundinaceum ; cercle plein : S. verticiloflorum ; hémisphère nord ouvert : S. aethiopicum ; hémisphère sud ouvert : S. virgatum. Les tirets indiquent les limites approximatives de la forêt équatoriale humide [d’après Harlan 1976].

Figure 2 : Distribution des mils ouest-africains et aire de répartition du mil chandelle sauvage [d’après Harlan 1976].

17Le riz africain, Oryza glaberrima, est domestiqué dans la portion occidentale de l’Afrique de l’Ouest (fig. 3). L’exploitation du riz sauvage est attestée dans une poignée de sites, à Gajiganna et Kursakata, dans la plaine tchadienne, et Jenne-Jeno dans le delta intérieur du Niger [Murray 2004]. Les restes de riz domestique ont été mis au jour dans les niveaux datés de 300-200 avant notre ère à Jenne-Jeno et 800-700 avant notre ère à Dia, dans la plaine d’inondation du delta intérieur du Niger. La vallée de la Gambie, autre aire potentielle de domestication du riz africain, n’a fait l’objet à ce jour d’aucune recherche archéologique systématique.

18Le fonio, Digitaria iburua, se retrouve dans des aires circonscrites. C’est au cœur d’une de ces aires que se trouve la boucle du Mouhoun, au Burkina Faso, où le site de Kerebe-Sira-Tomo 4 a révélé une importante concentration de fonio et de haricot (Vigna un guiculata), brûlée à la suite d’un incendie. Ce niveau d’occupation date de 1100-1200 après J.-C.

Figure 3 : Distribution générale du riz sauvage (Oriza barthii) et aires de domestication du riz africain (O. glaberrima) et des ignames (Dioscorea cayenensis, D. rotundata) [d’après Harlan 1976].

19En résumé, la céréaliculture subsaharienne comporte de multiples variantes à base de mil, sorgho, riz et fonio. Les méthodes de culture étaient certainement diverses et comportaient probablement la pratique du brûlis avec longue jachère d’une part et l’utilisation des techniques de décrue d’autre part, avec de nombreuses solutions intermédiaires.

20Dans tous les cas, cependant, la production des céréales n’est qu’une partie du complexe alimentaire. Celui-ci comprend également les sources de protéines et lipides d’origine animale et végétale. La chasse, la pêche et l’élevage fournissent les ressources animales. Le palmier à huile (Elaeis guineensis), le karité (Butyrospermum parkii), le Canarium schweinfurthii et le haricot à œil noir (Vigna unguiculata) fournissent les protéines et matières grasses végétales. Les restes de noix de palme se retrouvent fréquemment dans les sites archéologiques, dans les sites de la culture kintampo au Ghana [Marshall et Hildebrand 2002 ; D’Andrea et al. 2006], dans la zone de la culture obobogo dans le sud du Cameroun, et dans l’aire des mégalithes de Centrafrique [Zangato1999]. Le karité, arbre protégé, se retrouve dans la zone des savanes, où il donne lieu à de véritables savanes parcs. La production et la consommation de l’huile de karité font partie intégrante du patrimoine culturel des peuples mandé du Sud-Est. Le baobab (Adansonia digitata), qui fournit ses jeunes feuilles, ses fruits et son écorce utilisée pour la fabrication de cordes, est également une espèce protégée.

21Le haricot à œil noir se retrouve dans une vaste zone allant du Sénégal au Cameroun [D’Andrea et al. 2007]. Cette légumineuse apparaît aujourd’hui comme un élément essentiel du complexe alimentaire, comme c’est le cas pour le couple maïs-haricot en Méso-Amérique, et le trio blé-orge-lentille au Proche-Orient. Les restes de haricot les plus anciens proviennent du Ghana central (site B6B, Horizon 4), datés de 1830-1595 cal BC [ibid., p. 686]. Il y en a d’autres dans la zone d’Oujoungou au Mali, dans la boucle du Mouhoun au Burkina Faso, et dans l’aire de la culture de Nok au Nigeria [Breunig 2007 ; Huysecom 2007]. La zone de domestication du haricot à œil noir – Niebe au Sénégal – est très probablement ouest africaine.

22Dans l’ensemble, les systèmes céréalicoles subsahariens se sont répandus vers les zones humides équatoriales, se combinant ou se superposant aux formes horticulturales équatoriales.

L’horticulture équatoriale

23L’horticulture équatoriale est essentiellement à base d’ignames et de plantes oléagineuses telles que le palmier à huile, et Canarium schweinfurthii. L’aire de la culture kintampo au Ghana est un cas intéressant de combinaison céréales-tubercules. Les « stone rasps » ou « terracotta Cigars » du site de Birimu ont révélé la présence de phytolithes d’ignames. Les processus ayant abouti à la domestication des ignames africaines, Dioscorea cayenensis, D. rotundata, demeurent obscurs. La ceinture de l’igname, qui s’étend du Togo/Bénin à l’ouest jusqu’en république Centrafricaine à l’est, est vraisemblablement une de ces zones probables de domestication. La diversité des ignames sauvages est maximale dans l’écotone forêt-savane, le long des galeries forestières [Hamon et al. 1995]. En dépit de l’absence de témoins directs, l’implantation des communautés de bâtisseurs de mégalithes dans ces régions laisse supposer une exploitation intensive des ignames sauvages. En outre, les civilisations urbaines du sud du Nigeria, Oyo, Ife, et Bénin, ainsi que les communautés rurales de la forêt, à Obobogo, le long du fleuve Congo, à Igbo-Ukwu, dans la forêt gabonaise et de la Guinée équatoriale, ont très vraisemblablement exploité la vaste gamme des ignames et tubercules sauvages que leur offrait le milieu.

Le complexe malayo-polynésien

24Les systèmes céréalicoles est-africains et horticulturaux de l’intérieur du continent se sont enrichis par vagues successives de nouvelles plantes en provenance de l’aire malayo-polynésienne, c’est-à-dire essentiellement bananes douces, plantains, taro, colocases, etc. Selon le scénario admis jusqu’ici, ces plantes auraient été introduites en Afrique de l’Est au début de notre ère, dans le contexte du peuplement de Madagascar par des locuteurs de langues austronésiennes (fig. 4). Des découvertes récente sont fragilisé ce scénario, qui avait l’avantage de la simplicité. Les recherches sur les aires de domestication des bananes du Pacifique révèlent une situation plus complexe, avec la possibilité de multiples origines et de plusieurs phases de dispersion [Kennedy2008]. La découverte de phytolithes de bananes datant de 500 avant notre ère dans le sud du Cameroun, à plusieurs milliers de kilomètres de la côte de l’Afrique orientale, sur le flanc ouest de la forêt équatoriale humide, suggère une date d’arrivée bien plus ancienne. Une autre découverte beaucoup plus récente [Lejju et al. 2006] relance le débat sur de toutes nouvelles bases ; une carotte sédimentaire prélevée dans le site de Munsa, en Ouganda, a révélé la présence de phytolithes de bananes (Musasp.) dans un niveau daté de 3500 avant notre ère. Si ces données se confirment, il faudra entièrement repenser la question de la genèse de l’agriculture en Afrique équatoriale humide. Cependant, quelle que soit la période d’arrivée des plantes du complexe malayo-polynésien, l’expansion de la culture des bananes, plantains, taro, et autres colocases a eu un impact remarquable dans la zone des Grands Lacs. Ce véritable jardinage a produit un paysage agraire original, supportant des densités de populations rurales parmi les plus élevées en Afrique subsaharienne.

Figure 4 : Ancien schéma de la diffusion des bananes (Musa sp.) et du manioc (Manihot esculenta) [d’après Barrau 1976 ; Hermandiquer et al. 1975 ; Lombard 1976].

Conclusion

25Des vagues migratoires successives ont transféré de nouvelles plantes sur le continent africain. L’expansion arabo-musulmane introduit laitue, choux, navet, oignon, tomate, canne à sucre, etc. La canne à sucre a été à l’origine de l’esclavage des plantations développé par les Portugais dans les îles Canaries aux xve-xvie siècles après J.-C. Les plantes américaines ont fait le voyage vers l’est. Le maïs (Zea maize) a supplanté le sorgho dans plusieurs régions d’Afrique, particulièrement en Afrique orientale et australe. Le manioc (Manihot esculenta) a supplanté les ignames. Le cacaoyer est devenu une « plante industrielle » au Ghana, au Cameroun et en Côte d’Ivoire. De nombreux autres arbres fruitiers, avocatier, papayer, etc., font aujourd’hui partie des paysages africains. En simplifiant quelque peu, on peut dire que les agricultures africaines se sont constituées en vagues successives, les complexes les plus anciens absorbant les plus récents et produisant chaque fois de nouvelles synthèses. La combinaison des plantes d’origine ouest-asiatique et éthiopienne constitue l’une de ces remarquables synthèses. La facilité de culture, l’aisance des manipulations et les taux de rendement ont engendré des dynamiques propres à chacun des complexes examinés dans ce texte. Selon les circonstances, certaines plantes ont été sélectionnées (mil, sorgho, riz, igname, banane, plantain, maïs, manioc, etc.) et d’autres abandonnées (mil, sorgho, riz, fonio, igname, etc.).

Bibliographie

Références bibliographiques

Amblard S. et Pernes J. (1989), « The identification of cultivated pearl millet (Pennisetum) amongst plant impressions on pottery from Oued Chebbi (Dhar Oualata, Mauritania) », The African Archaeological Review, 7, p. 117-126.

Angel J. L. (1984), « Health as a crucial factoring the change from hunting to developed farming in the Eastern Mediterranean », in Cohen M. N. et Armelagos G. J. (éd.), Paleopathology at the Origins of Agriculture, Orlando, Academic Press, p. 51-74.

Balout L. (1955), Préhistoire de l’Afrique du Nord et du Maghreb, Paris, Arts et métiers graphiques.

Barich B. (1992), « The botanical collection from Ti-n-Torha/Two caves and Uan Muhuggiag (Tadrart Acacus, Libya) : An archaeological commentary », ORIGINI, 16, p. 109-123.

Barich B. (1998), People, Water, and Grain : the Beginning of Domestication in the Sahara and the Nile Valley, Rome, L’Erma di Bretschneider.

Barrau J. (1976), Subsistence Agriculture in Polynesia and Melanesia, Millwood, Kraus Reprint.

Bellwood P. (2006), First Farmers : The Origins of Agricultural Societies, Malden, Blackwell Publishing.

Biehl E., Wendorf F., Landry W., Desta A. et Watrous L. (1999), « The use of gas chromatography and mass spectrometry in the identification of ancien sorghum seeds », in Van der Veen M. (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancien Africa, New York, Kluwer/Plenum, p. 47-53.

Breunig P. (2007), « Premières sociétés structurées », Pour la Science, 358, p. 50-55.

Clark J. D. et Brandt S. éd. (1984), From Hunters to Farmers : The Causes and Consequences of Food Production in Africa, Berkeley, University of California Press.

Cohen M. N. et Armelagos G. J. éd. (1984), Paleopathology at the Origins of Agriculture, New York, Academic Press.

D’Andrea A. C., Klee M. et Casey J. (2006), « Archaeobotanical evidence for pearl millet (Pennisetum glaucum) in sub-Saharan West Africa », Antiquity, 75, p. 341-348.

D’Andrea A. C., Kahlheber S., Logan A. L. et Watson D. J. (2007), « Early domesticated cowpea (Vigna unguiculata) from Central Ghana », Antiquity, 81 (313), p. 686-698.

Di Lernia S. (2001), « Dismantling Dung : delayed use of food resources among Early Holocene Foragers in the Libyan Sahara », Journal of Anthropological Archaeology, 20, p. 408-41.

Goodman A. H., Martin D. L., Armelagos G. J. et Clark G. (1984), « Indication of stress from bones and teeth », in Cohen M. N. et Armelagos G. J. (éd.), Paleopathology at the Origins of Agriculture, Orlando, Academic Press, p. 13-59.

Hamon P., Dumont R., Zoundjihekpon J., Tio-Toure B. et Hamon S. (1995), Les Ignames sauvages d’Afrique de l’Ouest : caractères morphologiques, Paris, Orstom.

Harlan J. R. (1976), « The plants and animals that nourish man », Scientific American, 235, p. 88-97.

Harlan J. R., De Wet J. M. J. et Stemler A. B. L. éd. (1976), Origins of African Plant Domestication, La Haye et Paris, Mouton.

Hermandiquer J. J., Keul M. et Randles W. G. L. (1975), Atlas des plantes vivrières, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Holl A. F. C. (1985), « Subsistence patterns of the Dhar Tichitt Neolithic, Mauretania », African Archaeological Review, 3, p. 151-162.

Holl A. F. C. (1986), Économie et société néolithique du Dhar Tichitt (Mauritanie), Paris, Recherche sur les civilisations.

Holl A. F. C. (1998a), « The dawn of African pastoralisms : An introductory note », Journal of Anthropological Archaeology, 17, p. 81-96.

Holl A. F. C. (1998b), « Livestock husbandry, pastoralisms, and territoriality : The West African Record », Journal of Anthropological Archaeology, 17, p. 143-165.

Holl A. F. C. (2004), Holocene Saharans : An Anthropological Perspective, Londres et New York, Continuum Publishers.

Huysecom E. (2007), « Un Néolithique ancien en Afrique de l’Ouest ? », Pour la Science, 358, p. 44-49.

Kennedy J. (2008), « Complex origins, multiple dispersals », Asian Perspectives, 47 (1), p. 75-94.

Klee M. et Zach B. (1999), « The exploitation of wild and domesticated food plants at the settlement mounds in north-east Nigeria (1800 cal BC to today) », in Van der Veen M. (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancien Africa, New York, Kluwer et Plenum, p. 81-88.

Lejju B. J., Robertshaw P. et Taylor D. (2006), « Africa’s earliest Bananas ? », Journal of Archaeological Science, 33, p. 102-113.

Lombard J. (1976), Le Royaume Sakalave-Menabe, Paris, Orstom.

Marshall F. et Hildebrand E. (2002), « Cattle before crops : the beginnings of food production in Africa », Journal of World Prehistory, 16 (2), p. 99-143.

Munson P. J. (1976), « Archaeological data on the origins of cultivation in the southwestern Sahara and their implications for West Africa », in Harlan J. R., DE Wet J. M. J. et Stemler A. B. M. (éd.), Origins of African Plants Domestication, La Haye et Paris, Mouton, p. 187-210.

Murray S. S. (2004), « Searching for the origins of African rice domestication », http://antiquity.ac.uk/projgall/murray/index.html

Neumann K. (1999), « Early plant food production in the West African Sahel », in Van DER Veen M. (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancien Africa, New York, Kluwer Plenum, p. 73-80.

Rowley-Conwy P., Deakin W. et Shaw C. S. (1999), « Ancien DNA from Sorghum : the evidence from Qasr Ibrim, Egyptian Nubia », in Van der Veen M. (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancien Africa, New York, Kluwer/Plenum, p. 55-61.

Van der Veen M. (1992), « Garamantian Agriculture : the plants remains from Zinchrecra, Fezzan, Libya », Libyan Studies, 23, p. 7-39.

Van der Veen M. (1999), « Introduction », in Van der Veen M. (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancien Africa, New York, Kluwer/Plenum, p. 1-10.

Wasylikowa K. et Dahlberg J. (1999), « Sorghum in the economy of the early Neolithic nomadic tribes at Nabta Playa, Southern Egypt », in Van der Veen M. (éd.), The Exploitation of Plant Resources in Ancien Africa, New York, Kluwer/Plenum, p. 11-31.

Wendorf F. et Schild R. (1998), « Nabta Playa and its place in Northeastern African Prehistory », Journal of Anthropological Archaeology, 17, p. 97-123.

Zangato E. (1999), Sociétés préhistoriques et mégalithes dans le nord-ouest de la République centrafricaine, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 768).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Schéma de l’évolution du sorgho : l’aire de domestication initiale est indiquée par la mention « Early bicolor ». La variété Guinea est ouest-africaine, la variété Kafir sud-africaine. Races de sorgho sauvage en Afrique : cercle ouvert : Sorghum arundinaceum ; cercle plein : S. verticiloflorum ; hémisphère nord ouvert : S. aethiopicum ; hémisphère sud ouvert : S. virgatum. Les tirets indiquent les limites approximatives de la forêt équatoriale humide [d’après Harlan 1976].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Figure 2 : Distribution des mils ouest-africains et aire de répartition du mil chandelle sauvage [d’après Harlan 1976].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Figure 3 : Distribution générale du riz sauvage (Oriza barthii) et aires de domestication du riz africain (O. glaberrima) et des ignames (Dioscorea cayenensis, D. rotundata) [d’après Harlan 1976].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Figure 4 : Ancien schéma de la diffusion des bananes (Musa sp.) et du manioc (Manihot esculenta) [d’après Barrau 1976 ; Hermandiquer et al. 1975 ; Lombard 1976].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

Institut supérieur des Arts et Cultures, université de Dakar

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search