Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Première partie. Émergence du Néolithique

La néolithisation du Proche-Orient

Olivier Aurenche

Texte intégral

1Jusqu’au milieu du xxe siècle, le Levant sud était considéré dans le Proche-Orient comme le berceau des cultures néolithiques. Après la mise en évidence du Natoufien par D. Garrod puis par R. Neuville, ce furent les fouilles de Jéricho, dans la vallée du Jourdain, par J. Garstang de 1930 à 1936, puis par K. Kenyon entre 1951 et 1958, qui permirent de préciser les principales étapes du processus de néolithisation avec ses deux grandes phases, le Pre-Pottery Neolithic phase A, communément appelé « PPNA », et le Pre-Pottery Neolithic phase B, ou « PPNB » [Kenyon 1957]. Cette terminologie est toujours en vigueur. La nouveauté venait de la découverte d’une culture inconnue jusqu’alors, développant une architecture spectaculaire (une « tour » et un « rempart ») et possédant une industrie lithique dans laquelle plusieurs outils « nouveaux » (les pointes de flèche) jouaient le rôle de fossiles directeurs. Cette culture ne connaissait pas la céramique (d’où l’appellation « pre-Pottery »), tenue jusqu’alors comme le principal attribut du Néolithique. Les preuves d’une domestication des plantes et des animaux, au moins dans la première phase, n’étaient pas acquises.

2Au moment même où se déroulaient les fouilles de Jéricho, R. Braidwood tentait de découvrir, à l’autre extrémité du Croissant fertile, dans les contreforts du Zagros (Zagros Hilly Flanks), un autre foyer de néolithisation [Braidwood et Howe 1960]. Si, du point de vue méthodologique, ce projet a fait date, avec l’accent nouveau – au moins dans le Proche-Orient – mis sur les rapports de l’homme avec son environnement (la faune et la flore), ses résultats furent décevants : ce n’était pas non plus dans le Zagros qu’était né le Néolithique. Mais alors, si ni la branche occidentale (Western Wing) ni la branche orientale (Eastern Wing) du Croissant fertile [Kozlowski et Aurenche2005] n’avaient vu naître le Néolithique, où se trouvait son berceau (fig. 1) ?

3La réponse allait venir des fouilles entreprises à Çayönü à partir de 1964 par H. Çambel et R. et L. Braidwood. Ces découvertes attiraient l’attention sur une terrain cognita, les contre forts, non plus du Zagros, mais du Taurus, et la haute vallée du Tigre. Dans le même temps, et indépendamment, dans la moyenne vallée de l’Euphrate, en Syrie, se déroulaient les fouilles de sauvetage de Mureybet (M. van Loon en 1964-1965, puis J. Cauvinde 1971 à 1974) et de Sheikh Hassan (J. Cauvinen1976). Par la suite, du côté turc comme du côté syrien, la construction d’autres barrages sur l’Euphrate allait accélérer les découvertes : ce furent successivement, en Turquie, les travaux de Cafer Höyük (J. Cauvin et O. Aurenche de 1979 à 1986), Gritille (M. Voigt de 1981 à 1984) et Nevali Çorı (H. Hauptmann de 1985 à 1991) ; puis, en Syrie, les fouilles de Jerf el Ahmar (D. Stordeur de 1989 à 1993) et celles, toujours en cours depuis 1991, de Dja’de (E. Coqueugniot) et Halula (M. Molist) et, depuis 2000, de Tell Abr (T. Yartah). Sur le Tigre, où l’ampleur des barrages était moindre, ce furent les fouilles de Nemrik en Iraq (S. K. Kozlowski de 1985 à 1989) et de Hallan Çemi en Turquie (M. Rosenberg de 1991 à 1994). En dehors des vallées, dans la haute Djezireh stricto sensu, tant du côté iraqien que du côté turc, on doit mentionner encore respectivement la fouille de Maghzalia (N. Bader de 1977 à 1980) et les travaux de sauvetage conduits à Qermez Dere (T. Watkins de 1986 à 1990) ainsi que, plus récemment, les spectaculaires découvertes effectuées sur le site de Göbekli, toujours en cours de fouille (K. Schmidt depuis 1995). S’y ajoute maintenant, en territoire syrien, à l’ouest de l’Euphrate, le site de Qaramel (R. Mazurowski depuis 1999).

Figure 1 : Carte des sites mentionnés dans le texte.

4On découvrait ainsi progressivement l’existence d’une nouvelle « province culturelle » à cheval sur trois pays actuels, la Turquie, l’Iraq et la Syrie, et précisément située dans la zone de contact entre les deux branches du Croissant fertile, la province levantine (ou Western Wing) et la province mésopotamienne (ou Eastern Wing). Nous avons proposé de donner le nom de « Triangle d’or » à cette région qui couvre les hautes et moyennes vallées du Tigre et de l’Euphrate ainsi que la Djezireh septentrionale [Aurenche et Kozlowski 1999 ; Kozlowski et Aurenche 2005].

5Mais ce constat ne suffit pas à expliquer pourquoi les chasseurs-cueilleurs de cette région ont, entre 9000 et 8000 avant notre ère, entamé un processus conduisant à la maîtrise de l’agriculture et de l’élevage. Il fallait, selon la formule de R. Braidwood, que ces cultures fussent « prêtes ». On va voir que, pour ne retenir ici que les restes de leur culture matérielle et ce qu’ils peuvent nous apprendre de leurs capacités techniques, intellectuelles et artistiques, elles l’étaient.

Un point de terminologie

6Sans entrer dans le vaste débat de la définition du Néolithique, on s’en tiendra aux points suivants : pour éviter tout malentendu, on réservera le qualificatif de « néolithiques » aux sociétés qui cultivent des plantes et élèvent des animaux dont la morphologie est considérée comme domestiques par les archéobotanistes ou les archéozoologues. On qualifiera de « proto-néolithiques » les sociétés qui n’offrent encore aucun de ces deux critères ou seulement l’un d’entre eux. Ce terme de « proto-néolithique », préféré à celui, plus vague, de « pré-néolithique », est destiné à montrer que le processus qui a abouti à la domestication s’est déroulé au sein même de ces sociétés sans rupture apparente ni apport extérieur. Il s’agit donc bien d’un phénomène de néolithisation primaire. Dans le Proche-Orient, les premières sociétés néolithiques stricto sensu apparaissent entre 8300 et 8000 avant notre ère et appartiennent, selon le jargon en vigueur, à l’étape connue sous le nom de « PPNB moyen ». Tout ce qui précède – on se limitera par convention aux cultures qui ont existé entre 12000 et 8300 avant notre ère – sera donc qualifié de « proto-néolithique » (tableau 1).

12000-10200
(ASPRO période 1)

PROTO-NÉOLITHIQUE
Natoufien (Mallaha), zarzien final (Zawi Chemi), trialétien (Halla Çemi)
Sédentarisation, premières maisons rondes, premiers « hameaux »

10200-8300
(ASPRO période 2 et début période 3)

Khiamien, PPNA, sultanien (Jéricho), aswadien (Aswad), mureybétien (Murcybet, Jerf el Ahmar), quermezien (Qermez Dere), nemrikien ancien (Nemrik), mléfatien ancien (M’lefaat), PPNB ancien (Dj’ade)
La maison ronde, les premières maisons rectangulaires, les premiers villages, les bâtiments communautaires, la pointe de flèche, les figurines, la vaisselle de pierre, les premières « manipulations » (proto-agriculture, proto-élevage)

8300-6900
(ASPRO fin période 3 et période 4)

NÉOLITHIQUE 1re GÉNÉRATION
PPNB moyen et récent (Jéricho, Beidha, Ramad, Ain Ghazzal), tahounicn, BAI (Cafer, Çayônü, Nevali Çori, Dj’ade, Halula, Abu Hureyra), nemrikien récent (Nemrik), mléfatien récent (Ganj, Dareh, Guran, M’lefaat, Ali Kosh)
La maison rectangulaire, les « sanctuaires », les statues, les outils de pierre polie, l’agriculture et l’élevage morphologiquement attestés

6900-4500
(ASPRO périodes 5 à 9)

NÉOLITHIQUE 2e GÉNÉRATION
Hassuna, Samarra, Halaf, Obeid, PNA, PNB
La céramique

4500

LA POSTÉRITÉ...
LA RÉVOLUTION URBAINE
Le métal

Tableau 1. La succession des cultures et leurs principales inventions dans le Proche-Orient néolitique.

Un point de chronologie… et de climatologie

7La multiplication des datations radiométriques permet désormais d’établir un cadre chronologique assez précis qui couvre la fin du Pléistocène supérieur et le début de l’Holocène [Aurenche et al. 2001]. L’histoire commence en réalité avec la fin de la dernière période glaciaire et la première de deux des phases de réchauffement qui la jalonnent [Sanlaville 1996]. Elles correspondent à deux cultures appelées conventionnellement « kébarien » et « kébarien géométrique » (15600-12500 avant notre ère), que nous avons laissées de côté pour ne pas allonger l’exposé. Mais c’est dans ces deux cultures que s’enracine directement la première des cultures proto-néolithiques traitées ici, le Natoufien (12500-10200 avant notre ère), qui se développe durant la seconde amélioration climatique (Alleröd) et se termine assez brutalement avec le dernier épisode froid et sec (Dryas III ou récent) qui achève le Pléistocène (fig. 2). Commence alors la phase d’amélioration climatique de l’Holocène, au cours de laquelle se mettent en place les dernières cultures proto-néolithiques (PPNA et PPNB ancien, 10200-8300 avant notre ère), puis, avec l’Optimum holocène, les premières cultures proprement néolithiques (PPNB moyen et récent, 8300-6900 avant notre ère). Sans être farouchement déterministe, et sans vouloir minimiser le rôle de l’homme dans la prise en compte de son propre destin, force est d’admettre que ces conditions climatiques, si elles ne sont pas la cause unique des changements survenus, ont néanmoins permis, sinon facilité, leur mise en place. Le fait est que c’est dans ce contexte climatique précis, et non pas plus tôt ou plus tard, qu’est né le Néolithique. Cette « coïncidence » ne doit rien au hasard.

Figure 2 : Chronologie comparée des phases climatiques et de l’évolution des cultures [d’après Sanlaville 1996, fig. 5].

Proto-Néolithique 1 (12500-10200 avant notre ère)

8Le premier changement significatif par rapport aux sociétés de chasseurs-cueilleurs antérieures est marqué par le processus de sédentarisation, c’est-à-dire l’implantation principale du groupe humain en un même lieu. Cela n’exclut pas pour autant des déplacements saisonniers de tout ou partie de ce même groupe. On parle alors, traditionnellement, de « camp de base », par opposition à des « haltes de chasse » ou « de cueillette ».

9Les critères de sédentarisation sont de plusieurs ordres : un investissement important en matière d’habitat, en plein air ou sur des terrasses de grottes, sous forme de maisons circulaires semi-enterrées à la couverture portée par une charpente massive en bois ; la présence, à l’intérieur ou à proximité de cet habitat, de nombreuses sépultures, individuelles ou collectives ; la présence sur place d’un abondant « mobilier lourd », composé de meules et de mortiers en pierre que leur taille et leur poids rendent difficilement transportables ; l’existence de fosses qui peuvent avoir joué un rôle dans le stockage ; enfin, la présence d’animaux commensaux de l’homme tels que les souris. Ces maisons sont regroupées en « hameaux » de trois à dix maisons sur une superficie de quelques centaines de mètres carrés. Les meilleurs exemples de cette culture appelée « natoufienne » se rencontrent essentiellement sur plusieurs sites du Levant sud (Mallaha, Ouadi Hammeh, Hayonim, El Wad), mais Abu Hureyra, sur l’Euphrate, et Hallan Çemi, dans le bassin du Tigre, offrent à la fin de la période une situation analogue, soit dans le même contexte (Abu Hureyra), soit dans un contexte culturel différent, le trialétien (Hallan Çemi). On ne note pas de changement en matière d’industries lithiques qui dérivent directement des cultures antérieures : kébarien et kébarien géométrique pour le Natoufien, trialétien pour la région du Tigre. Elles se caractérisent par l’usage dominant d’outils composites formés de microlithes de formes géométriques (triangles, segments de cercle).

10L’économie est toujours fondée sur la cueillette et la chasse. Le choix des espèces dépend de l’environnement : glands et céréales sauvages dans le Levant, où se développent des forêts claires de chênes, légumineuses à Hallan Çemi. Une tentative, toujours discutée, de mise en culture du seigle aurait eu lieu sur l’Euphrate à Abu Hureyra.

11La chasse dépend aussi de l’environnement. Dans le Levant, l’animal dominant est la gazelle, à un point tel que certains archéozoologues s’interrogent sur la réalité d’une tentative de contrôle des troupeaux sauvages qui aurait pu conduire à une forme de domestication, mais sans conséquence perceptible sur la morphologie des animaux. Si l’hypothèse se vérifiait, il faudrait parler, dans un cas comme dans l’autre, de domestication « avortée », car ce n’est que deux millénaires plus tard que le processus, attesté par des changements morphologiques patents et irréversibles, aboutit réellement, mais sur d’autres espèces.

12Au Natoufien, le seul animal considéré comme domestique est le chien, mais les preuves sont plus de l’ordre de la symbolique (on les retrouve inhumés avec des humains) que de l’anatomie. Le chien, comme individu, ne joue pas de rôle économique, sinon peut-être comme auxiliaire dans la chasse.

Proto-Néolithique 2 (10200-8300 avant notre ère)

13Cette seconde phase, d’environ deux millénaires également, s’enracine directement dans la première. La continuité stratigraphique est rarement observée car la plupart des sites de la période précédente ont été abandonnés : effet possible de la brusque péjoration climatique du Dryas récent, dont les effets sont pourtant considérés dans le Proche-Orient comme atténués par rapport à l’Europe continentale ? Seul le site de Mureybet, sur le Moyen Euphrate, atteste cette continuité qui se marque essentiellement, au début de la période, dans les principes de construction où se poursuit la tradition de la maison circulaire semi-enterrée.

14Mais, au cours de cette phase, les changements l’emportent nettement sur la continuité. L’espace intérieur des maisons se divise et se structure : banquettes, murets, silos. La taille des villages augmente considérablement pour atteindre parfois 3 hectares. Certains (Jéricho) s’entourent d’un mur d’enceinte qui joue autant un rôle de soutènement que de défense, car ces villages (comme déjà au Natoufien) sont construits sur des pentes dominant des points d’eau (sources, rivières).

15L’espace collectif s’organise lui aussi d’une manière nouvelle et spectaculaire avec la construction, au centre ou en périphérie du village, d’un bâtiment auquel on donne, faute de mieux, le nom de « communautaire », car il semble jouer, mutatis mutandis, le rôle des kiva dans les villages pueblo d’Amérique centrale, c’est-à-dire d’un bâtiment circulaire, enterré, auquel on accède par le toit et qui est réservé à certaines cérémonies ou certains rites dont la nature, au Proto-Néolithique, nous échappe. On en connaît désormais plusieurs exemples : la fameuse « tour » de Jéricho, bien que construite et non enterrée, en fait probablement partie [Aurenche 2006a ; id. 2006b], mais le village de Mureybet en fournit aussi au moins un exemplaire, tandis que Jerf el Ahmar en a révélé successivement trois, correspondant chacun à un état du village [Stordeur et al. 2000]. Dans le bâtiment le plus récent, la banquette périphérique était ornée de dalles en pierre sculptées et de stèles zoomorphes (vautours). À la fin de la période, leur développement est spectaculaire : à Dja’de, les piliers intérieurs sont peints sur toute leur hauteur de motifs géométriques polychromes [E. Coqueugniot, communication personnelle], tandis qu’à Göbekli les piliers intérieurs sont constitués de stèles monolithes décorées de reliefs animaliers.

16Moins spectaculaires, mais tout aussi importants, sont les changements dans la forme de l’habitat. Progressivement, les maisons « sortent de terre », c’est-à-dire s’élèvent au-dessus du sol – débuts de la véritable construction au sens étymologique du terme –, et adoptent un plan rectangulaire, formule plus souple lorsqu’il s’agit d’ajouter des pièces les unes aux autres. Jerf el Ahmar constitue, à ce jour, le meilleur « laboratoire » de cette évolution, mais cette nouvelle formule deviendra rapidement la référence dans les périodes suivantes. D’autres villages (Mureybet, Nemrik, Çayönü) témoignent du même parcours.

17D’autres domaines font aussi l’objet d’innovations radicales. L’industrie lithique abandonne le microlithisme et, pour les pointes de flèche, des éléments monolithes remplacent progressivement les outils composites. Le travail du bois, considérable pour faire face aux besoins de l’architecture, s’effectue à l’aide de lourdes herminettes en silex, mais de plus en plus à l’aide de haches polies – technique nouvelle et « révolutionnaire ». Plus délicates et longues à fabriquer, elles possèdent une efficacité et une durée de vie infiniment plus importantes. Un autre outil fait son apparition : des disques polis, épais, percés en leur centre, sont parfois interprétés comme des lests de bâtons à fouir, utilisés pour le travail de la terre.

18Dans le domaine de l’art, ou de la symbolique, on a déjà évoqué le décor des bâtiments communautaires, mais il faut y ajouter les figurines animales ou humaines, essentiellement féminines, dont le nombre et la facture diffèrent de ceux des rares exemplaires natoufiens. On citera, dans le même ordre d’idées, toujours en provenance de Jerf el Ahmar, des plaquettes de pierre gravées de motifs animaliers (serpents, rapaces, scorpions, félins) ou de signes plus difficiles à interpréter, auxquelles il faut ajouter l’attention particulière portée aux bucranes d’aurochs, retrouvés par exemple en quatre exemplaires dans une même « maison » [Stordeur et al. 1997].

19L’économie semble se diversifier. La cueillette constitue toujours la ressource essentielle et les espèces récoltées sont les mêmes qu’à la période précédente. Mais, pour les archéobotanistes, plusieurs indices plaident en faveur d’un changement de comportement, en particulier face aux céréales ou aux légumineuses. Le cortège de plantes adventices que l’on trouve mêlées aux graines de céréales de morphologie encore sauvage invite à penser qu’un travail de la terre pour préparer le sol a accompagné des tentatives de mise en culture. On parle alors de « proto-agriculture ». L’idée de semer pour récolter serait donc à mettre au crédit de ces populations proto-néolithiques, sans que leurs tentatives aient encore abouti à une transformation morphologique des espèces ainsi traitées. Alors qu’il y a peu on pensait que ces transformations étaient rapides (de l’ordre de quelques générations de plantes annuelles), on considère aujourd’hui que ce processus a été extrêmement long, sans compter les nombreux échecs possibles [Willcox 2007 ; Zohary 2007]. Car il ne suffit pas de planter pour créer de nouvelles variétés. Dans le cas des céréales, il a fallu repérer et semer les graines des épis « aberrants » (environ 10 %), dont les épillets (à rachis « solide ») restent solidaires à maturité, ce qui facilite la moisson, au lieu de se disperser quand ils sont mûrs (90 % des épillets sont à rachis « fragile »), pour permettre la reproduction « naturelle » de la plante.

20Ce sont ces individus aberrants qui sont à l’origine des variétés domestiques, et ce sont eux qu’il a fallu sélectionner et replanter systématiquement. Tout le problème est de savoir si cette sélection, qui a fini par aboutir, a été consciente et volontaire, ou le fruit du seul hasard. Planter ne conduit pas à devenir nécessairement agriculteur, et c’est probablement ce qu’ont vécu ces générations de proto-néolithiques restés foncièrement chasseurs-cueilleurs.

21Leur comportement face aux animaux ne semble pas avoir non plus fondamentalement différé de celui de la période précédente. La chasse a continué à fournir l’essentiel des ressources, à partir sensiblement des mêmes espèces, avec peut-être les mêmes tentatives de contrôle, sans plus de succès apparent, de troupeaux sauvages d’espèces grégaires environnantes, gazelles, mais aussi moutons et chèvres. Toutefois, on sait qu’une espèce peut, soit résister à toute tentative de domestication (gazelle, daim de Mésopotamie), soit retourner à l’état sauvage après une première domestication (marronnage pour la chèvre à Chypre) [voir Vigne, ce volume]. On parle alors de proto-domestication, étape probablement aussi jalonnée d’échecs. Quoi qu’il en soit, aucune preuve de domestication achevée n’est à ce jour connue avant 8500-8300 avant notre ère.

Néolithique 1 (8300-6900 avant notre ère)

22Ce n’est donc pas avant la seconde moitié du IXe millénaire (soit le PPNB moyen) qu’apparaissent les premières traces de céréales morphologiquement domestiques. Elles sont attestées, pour le blé en grain, sur des sites comme Çayönü, Çafer, Nevali Çorı, dans les hautes vallées du Tigre et de l’Euphrate, c’est-à-dire à proximité de la zone (le Karaca dag) où les botanistes situent l’habitat naturel de la variété sauvage d’où cette première céréale domestique est génétiquement issue. La variété domestique aurait ensuite gagné le Moyen Euphrate (Halula), puis le reste du Proche-Orient. L’histoire est moins claire pour le blé amidonnier ou l’orge, pour lesquels plusieurs foyers de domestication (indépendants ?) sont possibles. Il en va de même, semble-t-il, pour les légumineuses. L’association céréales/légumineuses dès le Néolithique est intéressante car ces deux familles constituent encore, dans l’agriculture traditionnelle, la base de l’assolement, c’est-à-dire de la pratique qui consiste à les planter alternativement d’une (ou deux ou trois) année sur l’autre afin de ne pas épuiser les sols. Mais tous les botanistes admettent que l’agriculture ne « chasse » pas immédiatement la cueillette et représente souvent, jusqu’à la fin du PPNB, encore moins de 50 % des ressources alimentaires. S’il a fallu plus de temps qu’on ne l’imaginait autrefois pour transformer une plante sauvage en variété domestique, avec cette longue phase de la « proto-agriculture » où des échecs répétés ne sont pas à exclure, il n’a pas fallu moins de temps pour que la cueillette cède définitivement le pas devant la véritable agriculture.

23Il en va de même pour la relation avec l’animal, les espèces morphologiquement domestiques n’apparaissant pas avant le PPNB moyen [voir Vigne, ce volume]. Le processus a pu être le suivant : après des tentatives probables, mais infructueuses, avec la gazelle, une phase de « proto-domestication » s’est exercée sur d’autres espèces grégaires plus dociles, mouton et chèvre d’abord, puis bœuf et cochon. La zone où les variétés domestiques apparaissent pour la première fois est la même que pour les céréales : piémont sud du Taurus pour le mouton, la chèvre et le cochon, bassin du Moyen Euphrate pour le bœuf [Peters et al. 1999]. Ce constat n’exclut pas pour autant d’autres foyers indépendants, notamment pour la chèvre, comme le Zagros ou le Levant sud.

24On ne manquera pas de noter, dans ce processus de domestication des plantes et des animaux, l’aspect complémentaire des espèces choisies. Dans les céréales ou les légumineuses, l’homme ne consomme que les graines, alors que tout le reste (paille, balle, tiges, feuilles), qui contient de la cellulose non-assimilable par l’estomac humain, convient en revanche parfaitement au régime des premières espèces animales domestiques (mouton, chèvre, bœuf), que leur capacité à ruminer rend aptes à digérer cette cellulose. La rançon de la domestication des animaux étant que l’homme devait les nourrir, les surplus végétaux dégagés par l’agriculture se trouvaient donc tout indiqués pour remplir cette fonction, sans compter leur rôle dans la confection probable de litières. Inversement, le fumier produit par ces mêmes animaux servait à fertiliser les champs afin de sécuriser et améliorer les récoltes. C’est sur ce schéma qu’a vécu l’agriculture traditionnelle en Europe et dans le Proche-Orient jusqu’à la révolution industrielle et à l’apparition des engrais chimiques.

25Dans cette phase, les innovations techniques sont moins spectaculaires qu’entre les deux périodes précédentes, sauf dans le domaine artistique.

26L’habitat, définitivement rectangulaire, reste de plan simple (deux ou trois pièces en enfilade), avec cependant une technique de construction nouvelle qui consiste parfois à surélever le sol d’habitation au-dessus d’un sous-sol aménagé qui sert aussi de réserve (Çayönü, Çafer, Nevali Çorı, Beidha). Les bâtiments communautaires sont toujours présents en bordure des villages (Nevali Çorı). Pour le cas particulier de Göbekli, qui n’a livré qu’une série de bâtiments communautaires successifs sans « maison » associée, on renvoie à la contribution de H. Hauptmann [ce volume]. On notera aussi une augmentation spectaculaire (plus de 10 hectares) de la superficie de certains villages. L’industrie lithique reste macrolithique et laminaire, avec une technique de débitage bipolaire, apparue à la période précédente et qui se répand dans l’ensemble du Levant.

27L’innovation majeure est d’ordre symbolique et artistique : pour la première fois, l’homme se représente grandeur nature, parfois même plus grand que nature, et non plus seulement sous forme de petites figurines ou statuettes. Deux foyers sont particulièrement actifs : le Levant nord (Göbekli, Nevali Çorı), avec de la sculpture sur pierre comprenant des piliers de plus de 2 mètres de haut portant des représentations humaines schématiques en relief, des statues masculines en ronde bosse dont la partie inférieure montre qu’elles étaient destinées à être « plantées » en position verticale, des « totems » associant rapaces et torses féminins [voir Hauptmann, ce volume]. Le Levant sud (Ain Ghazzal) pratique le modelage en chaux sur une âme en roseaux pour créer des statues masculines ou féminines d’environ 1 mètre de haut qui, contrairement à celles du Levant nord, n’ont pas été retrouvées en place mais, une fois sorties d’usage, soigneusement enterrées dans des fosses [Rollefson 1983 ; Rollefson et al. 1992]. Ces statues sont de plusieurs types, soit représentées en pied de manière « réaliste », soit réduites à une tête, parfois double, surmontant un buste schématique. Modelées en chaux, elles sont rehaussées de peintures et étaient probablement « habillées » en matériaux périssables. À cette série de représentations, il convient d’ajouter une pratique nouvelle, limitée au Levant sud, qui consiste à remodeler, toujours en chaux, la face de crânes humains une fois décharnés, produisant un rendu proche de celui des statues. Retrouvés enfouis, associés ou non à des sépultures, ils ont pu jouer le même rôle d’« exposition » que les statues, avant d’être réinhumés après usage.

28Dans certains cas (Ain Ghazzal), le remodelage de la face se transforme en masques en chaux ou même en pierre (Nahal Hemar), qui semblent amovibles et donc réutilisables.

29Sans entrer dans le débat, qui dépasserait le cadre de cet article, sur la signification symbolique, religieuse ou sociale de ces phénomènes, il convient de noter la correspondance entre la volonté de l’homme de se représenter tel qu’en lui-même et sa capacité à domestiquer, au terme d’un long processus, plantes et animaux. C’est de cette nouvelle « coïncidence », non fortuite, entre les aspects symboliques de la néolithisation et ses aspects économiques et matériels qu’est née la théorie de J. Cauvin [Cauvin 1997] selon laquelle les seconds n’étaient que la conséquence des premiers. Il s’opposait ainsi aux tenants de l’hypothèse déterministe, encore majoritaires, pour qui la naissance de l’agriculture et de l’élevage se présentait comme une réponse à des changements « extérieurs » dus à des causes essentiellement climatiques ou à une pression démographique accrue. L’agriculture et l’élevage auraient été inventés sous l’empire de la nécessité parce qu’il y avait plus de bouches à nourrir. Pour ces derniers, la néolithisation serait un phénomène d’abord subi (sinon subit !), puis finalement surmonté, alors que, pour J. Cauvin, elle serait au contraire provoquée par une prise de conscience nouvelle, mentale et psychique, de l’homme et de son rôle dans la nature. Sans vouloir trancher absolument entre les deux hypothèses, force est de constater que, comme on l’a vu supra, le début de l’Holocène et son amélioration climatique constituent sinon une condition suffisante, du moins une condition nécessaire à l’apparition de l’agriculture et de l’élevage, car aucun signe de néolithisation n’est apparu dans le monde avant cette date. Si l’homme est parvenu à « domestiquer » la nature, c’est bien évidemment parce qu’il en a eu la capacité sinon la volonté, mais aussi parce que les conditions extérieures ont rendu, à un moment donné, cette domestication possible. Il s’agit donc moins, comme on l’a dit parfois, d’une réponse à une contrainte extérieure, que d’une multiplication de tentatives réussies, après plusieurs échecs probables, grâce à des circonstances devenues favorables.

Conclusion

30Au terme de cette rapide présentation du contexte environnemental, matériel et culturel dans lequel agriculture et élevage sont apparus, on peut souligner plusieurs points. D’abord, l’allongement de la durée du processus (près de quatre millénaires) qui a conduit des premières tentatives de domestication à son aboutissement. Il ne faut pas voir cette évolution comme linéaire, mais bien plutôt comme marquée par des phases d’accélération suivies d’échecs et de longues phases de stagnation. On doit donc relativiser la notion de « révolution néolithique » même si, au regard du paléolithicien qui compte désormais en millions d’années, cette période peut paraître courte, alors qu’elle apparaîtra démesurée aux yeux de l’historien qui compte en siècles ! Tout est question de point de vue…

31Tout ne s’est pas déroulé non plus en même temps au même endroit. Si le centre moteur du Natoufien est bien le Levant sud, c’est dans le Levant nord, à la jonction des deux « branches » principales du Croissant fertile, dans une zone de contact entre plusieurs courants culturels anciens d’origine paléolithique – tradition levantine venue du sud, tradition caucasienne venue du nord, tradition zagrosienne ou mésopotamienne venue de l’est –, que le véritable et le premier Néolithique a pris naissance, dans les vallées des deux principaux fleuves qui traversent le Proche-Orient et sur les piémonts du Taurus où ils prennent leur source. C’est dans cette zone que se retrouvent les manifestations les plus abouties de la culture matérielle, les représentations de nature symbolique les plus spectaculaires, ainsi que les observations convergentes des archéobotanistes et des archéozoologues, sans oublier les analyses génétiques végétales. Mais le débat reste ouvert sur la question du polycentrisme, c’est-à-dire la domestication indépendante et simultanée en plusieurs endroits d’une ou de plusieurs espèces végétales ou animales.

32Convergence ou diffusion d’un centre à une périphérie, la précision chronologique actuelle ne permet pas de trancher. Une certitude cependant : le Levant nord, à toutes les périodes, n’a jamais été un monde clos, mais a été en permanence parcouru du nord au sud et de l’est à l’ouest, comme le montrent les « routes de l’obsidienne », qui attestent, depuis l’origine, le transport de cette matière première utilisée dans la confection de certains outils depuis ses gîtes naturels, les pentes des volcans du Taurus, jusque dans les sites les plus éloignés. Plusieurs circuits ont été mis en évidence, selon la localisation géographique de chaque gîte que les analyses physicochimiques permettent de déterminer avec précision [Châtaigner 1998]. Il n’est pas impensable d’imaginer le long de ces circuits, non seulement des échanges de blocs d’obsidienne, de sacs de blé ou de troupeaux de moutons, mais aussi, et surtout, des échanges d’idées ou d’expériences. On peut donc considérer la naissance du Néolithique comme issue d’un grand brassage de cultures qui a duré au moins quatre millénaires avant de gagner le continent voisin le plus proche, l’Europe.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aurenche O. (2006a), « Mais où sont les portes ? Remarques sur les bâtiments communautaires du Proche-Orient néolithique », in Butterlin P. et Müller B. (dir.), Les Espaces syro-mésopotamiens : dimensions de l’expérience humaine au Proche-Orient ancien, Turnhout, Brepols (Subartu, 17), p. 9-20.

Aurenche O. (2006b), « La tour de Jéricho, encore et toujours », Syria, 83, p. 63-68.

Aurenche O. et Kozlowski S. K. (1999), La Naissance du Néolithique au Proche-Orient, Paris, Errance.

Aurenche O., Galet Ph., Régagnon-Caroline E. et Evin J. (2001), « Le processus de néolithisation dans le Proche-Orient revu à la lumière de la calibration des datations radiocarbone », in Barrandon J. N., Guibert P. et Michel V. (dir.), Datation, Antibes, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, p. 385-399.

Braidwood R. et Howe B. éd. (1960), Prehistoric Investigations in Iraqi Kurdistan, Chicago, University of Chicago Press.

Cauvin J. (1997), Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS, 2e éd. révisée.

Châtaigner C. (1998), « Source des artefacts du Proche-Orient d’après leur caractérisation géochimique », in Cauvin M.-C. et al., L’Obsidienne au Proche et Moyen-Orient, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 738), p. 273-324.

Denham T. et White P. éd. (2007), The Emergence of Agriculture : A Global View, Londres, Routledge.

Hours F., Aurenche O., Cauvin J., Cauvin M.-C., Copeland L. et Sanlaville P. (1994), Atlas des sites du Proche-Orient (14000-5700 BP), Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen.

Kenyon K. M. (1957), Digging up Jericho, Londres, Benn.

Kozlowski S. K. et Aurenche O. (2005), Territories, Boundaries and Cultures in the Neolithic Near East, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 1362).

Peters J., Helmer D., Driesch A. von den et Sana Segui M. (1999), « Early animal husbandry in the Northern Levant », Paléorient, 25/2, p. 27-48.

Rollefson G. O. (1983), « Ritual and ceremony at Neolithic ‘Ain Ghazal (Jordan) », Paléorient, 9/2, p. 29-38.

Rollefson G. O., Simmons A. H. et Kafafi Z. (1992), « Neolithic Cultures at ‘Ain Ghazal, Jordan », Journal of Field Archaeology, 19/4, p. 433-470.

Sanlaville P. (1996), « Changements climatiques dans la région levantine à la fin du Pléistocène supérieur et au début de l’Holocène. Leurs relations avec l’évolution des sociétés humaines », Paléorient, 22/1, p. 7-30.

Stordeur D., Brenet M., Der Aprahamian G. et Roux J.-C. (2000), « Les bâtiments communautaires de Jerf el Ahmar et Mureybet horizon PPNA (Syrie) », Paléorient, 26/1, p. 29-43.

Stordeur D., Helmer D. et Willcox G. (1997), « Jerf el Ahmar, un nouveau site syrien de l’horizon du PPNA sur le Moyen Euphrate syrien », Bulletin de la Société préhistorique française, 94/2, p. 282-285.

Willcox G. (2007), « Agrarian change and the beginnings of cultivation in the Near East : evidence from wild progenitors, experimental cultivation and archeobotanical data », in Denham T. et White P. (éd.), The Emergence of Agriculture : A Global View, Londres, Routledge, 2007, p. 217-241.

Zohary D. (2007), « Domestication of the Southwest Asian Neolithic crop assemblage of cereals, pulses and flax : the evidence from the living plants », in Denham T. et White P. (éd.), The Emergence of Agriculture : A Global View, Londres, Routledge, 2007, p. 197-216.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte des sites mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Figure 2 : Chronologie comparée des phases climatiques et de l’évolution des cultures [d’après Sanlaville 1996, fig. 5].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search