Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Première partie. Émergence du Néolithique

Le contre-exemple Jômon au Japon

Laurent Nespoulous

Texte intégral

1Évoquer, en s’appuyant sur la préhistoire de l’archipel japonais, l’idée d’un contre-exemple au principe des néolithisations du monde, et ce au sein d’un ensemble de contributions ayant ces dernières pour objet principal, peut apparaître comme sensiblement provocateur. Il convient donc de préciser d’emblée notre propos.

2Le terme Jômon désigne, en japonais, le fait de décorer la poterie au moyen d’impressions de cordelettes avant la cuisson (fig. 1). D’après la chronologie actuelle, la période marquée par cette poterie s’inscrit dans un intervalle courant de la fin du Tardiglaciaire, il y a près de 12 000 ans, jusqu’au milieu du Ier millénaire avant notre ère. Il s’agit donc d’une civilisation connaissant la poterie bien avant l’agriculture et également, semblerait-il, peu avant la sédentarisation.

Phases du Jômon

Datation

Jômon initial (sôsôki 草創期)

Du XIe à la fin du IXe millénaire

Jômon archaïque (sôki 早期)

De la fin du VIIIe à la fin du Ve millénaire

Jômon ancien (zenki 前期)

IVe millénaire

Jômon moyen (chûki 中期)

IIIe millénaire

Jômon récent (kôki 後期)

IIe millénaire

Jômon final (banki 晩期)

Première moitié du Ier millénaire

Tableau 1 : Chronologie de la période Jômon.

Figure 1 : Typochronologie régionale de la poterie Jômon [d’après Teshigawara 2003, p. 12-13]

3Nous empruntons l’idée d’un contre-exemple aux sociétés néolithiques à Jean-Paul Demoule, qui définissait, dans une contribution de 2004 [Demoule 2004], la culture Jômon comme une civilisation post-glaciaire, produisant de la poterie et présentant certaines des caractéristiques économiques propres aux économies mésolithiques « aquatiques », c’est-à-dire vivant et tirant en grande partie leur subsistance des ressources maritimes. L’archipel japonais présente notamment une concentration tout à fait remarquable d’amas coquilliers déposés sur des milliers d’années. Cette activité aquatique marque la sédentarisation des groupes dans l’archipel, et l’on trouve à une date aussi haute que les plus anciens amas coquilliers du Jômon archaïque les traces des premières habitations de la préhistoire japonaise. Cet habitat connaît ses plus fortes concentrations dans des sites comme celui de San.nai Maruyama, 3 000 ans avant notre ère, dans le nord-est de l’archipel, avec des regroupements de bâtiments pouvant atteindre les six cents unités [MNHJ 2001].

4Jean-Paul Demoule insistait déjà sur le fait que les sociétés du Jômon avaient longtemps existé sans évoluer vers un modèle de production de subsistance, du fait qu’elles avaient été « laissées », en quelque sorte, à elles-mêmes, en dehors des grands centres de néolithisation de l’Asie de l’Est. C’est de ce point de vue, en effet, que Jômon constitue déjà un contre-exemple : poterie, sédentarité, habitat relativement complexe, mais pas d’agriculture.

5À l’échelle de l’Asie de l’Est, l’archipel japonais n’a connu l’agriculture que relativement tard, sous la variante d’un système de production centré sur la riziculture irriguée. Sur le continent, la riziculture aurait commencé, en aval du Yangzi (Yang Tsé), vers 6000 avant notre ère, pour atteindre les berges sud du Huanghe (fleuve Jaune), vers-3000. Les premières cultures céréalières, orge et millet, se sont développées le long et au nord du fleuve Jaune entre-6000 et-2000 [Nakamura 2005]. Ce fut ensuite au tour de la péninsule Coréenne, autour de 1000 avant notre ère, ainsi que des territoires du Nord, dont la chronologie n’est pas encore tout à fait certaine. Au Japon, il faut attendre au moins la fin du vie siècle avant notre ère, dans le nord de Kyûshû, pour voir se développer la culture Yayoi, qui marque le point de départ du phénomène agraire dans l’archipel. Ce n’est qu’au iiie siècle avant notre ère qu’il devient possible de considérer que l’archipel, dans sa globalité, a connu ces nouvelles modalités économiques, à l’exclusion de Hokkaidô, tout au nord-est, et de l’archipel des Ryûkyû (Okinawa), tout au sud-ouest.

Jômon

6Jômon vient se placer dans un champ économique fondamentalement différent des processus à l’œuvre sur le continent.

7Vue sous l’angle de son évolution, la période Jômon représente un intervalle de temps très vaste : près de 10 000 ans. Ce qui, bien sûr, a laissé à ces sociétés le temps d’évoluer et de donner naissance à des expressions régionales marquées. Du premier Jômon jusqu’au début du Jômon récent, l’est de l’archipel, qui est la région la plus densément concernée par cette culture Jômon, montre ainsi les signes d’une activité toujours plus concentrée.

8Le premier moment de cette évolution concerne la formation de l’outillage Jômon. C’est en effet à cette époque que l’on passe d’un armement de piques et de sagaies à un armement composé majoritairement d’arcs et de flèches (fig. 2). Cette évolution se fait conjointement à celle du milieu (adaptation à une nouvelle faune), lequel évolue peu à peu d’une végétation tardiglaciaire vers la grande forêt qui se met en place avec le réchauffement climatique de l’Holocène.

9Pour aucun moment des millénaires qui constituent le Jômon, nous nous ne disposons d’outils attestant une quelconque activité agraire : pas de bêche, de houe ni d’araire, pas non plus de couteau à moissonner.

10Très tôt, en revanche, au Jômon archaïque, on voit apparaître la poterie (nombreux pots de cuisson) et un outillage de meules servant à concasser les glands et les marrons qui abondent dans le nouveau couvert forestier de l’archipel. Un riche outillage pour la pêche achève de témoigner de l’adaptation des sociétés humaines à leur milieu [Teshigawara 1998 ; id. 2003].

11Les phases archaïque et ancienne du Jômon sont celles où s’installent et se généralisent ces assemblages technologiques.

12La phase ancienne et la première moitié de la phase moyenne du Jômon correspondent à un pic climatique particulièrement favorable : l’« Optimum climatique de l’Holocène », une période où les températures étaient, en moyenne, de 4 degrés plus élevées qu’actuellement, autorisant une prédation systématique sur un milieu particulièrement riche.

13Avec la fin de la phase ancienne, c’est un « autre Jômon » qui se met en place dans certains endroits du centre, de l’est et du nord-est de l’archipel. Les bonnes conditions environnementales de ces régions, ainsi que la sédentarité affirmée de nombreuses communautés du Jômon, semblent avoir eu des conséquences importantes sur le plan démographique, donnant naissance à de grands sites d’habitats groupés comme celui de San.nai Maruyama, au nord-est de Honshû, et laissant percevoir une organisation « villageoise » de la vie quotidienne de ces sociétés sans agriculture. C’est à cette époque que se développe l’ensilage du fruit des collectes forestières : glands, noix et marrons (fig. 3).

Figure 2 : Évolution de l’outillage, de la fin du Paléolithique jusqu’à la période Jômon [d’après Teshigawara 1998, p. 26 et 33].

Figure 3 : Type de bâtiment le plus imposant de San.nai Maruyama : cette « long house » présente les traces d’une activité domestique faite en commun ainsi que d’un plancher sur élevé sur lequel étaient stocké des vivres tirés de la collecte (glands, châtaignes, etc.).

14Mais Jômon doit également être considéré du point de vue de ses variations, et certainement pas selon un axe linéaire d’évolution. Afin de le restituer le plus fidèlement possible, il convient de l’envisager sous l’angle des variations géographiques d’une part, car l’archipel, sur ses plus de 2000kilomètresdelongueurdusud-ouestaunord-est, dessine une grande variété d’espaces, et sous l’angle des variations climatiques d’autre part, lesquelles viennent renforcer les écarts de la géographie dans bien des régions et ont pour conséquence que l’Est est foncièrement « plus riche » que l’Ouest, avec sa forêt de lauriers dominante (fig. 4).

15Les variations du climat ont eu un impact déterminant puisque entre le début de l’Holocène et son pic climatique, survenu il y a six mille ans, le réchauffement a entraîné une avancée des mers sur les terres de 60 kilomètres, avec une hausse maximale du niveau de la mer de 6 mètres dans la « mer » d’Ariake, à Kyûshû. C’est dans ce contexte que se sont développés les grands amas coquilliers de l’archipel [Fukusawa et al. 1999 ; Fujio 2002].

Figure 4 : L’évolution du climat dans les îles principales de l’archipel japonais, de la glaciation du Würm jusqu’à nos jours [d’après Fujio 2002, p. 70].

16Après une période de relative stabilité des côtes, c’est ensuite une régression, liée cette fois au refroidissement climatique, qui vient marquer le milieu du Jômon moyen, entre la seconde moitié du IVe millénaire et la première moitié du IIIe millénaire. En huit cent sans, les eaux se retirent de 30 kilomètres, provoquant une forte déstabilisation des groupes qui s’étaient fixés durant la période précédente. Dans la région de Tôkyô, les mers régressent de 1 mètre, jusqu’à une hauteur de 1mètre au-dessus de leur niveau actuel.

17Le cas de la baie de Tôkyô est à cet égard exemplaire, puisque c’est là que se concentrent la majorité des amas coquilliers de l’archipel. La « fuite » de la côte (plus de 30 mètres par an en moyenne dans les endroits les plus éloignés de la baie) fait disparaître de nombreux sites d’habitat. Il faut attendre le retour d’une relative stabilité, et la constitution d’un couvert forestier sur les nouvelles terres, pour voir se réinstaurer une relative prospérité. L’économie semble alors se tourner vers la forêt, et l’on voit apparaître, au Jômon récent, des sites de traitement de masse des marrons, lesquels sont trempés avant d’être transformés pour la consommation. Mais jamais Jômon ne retrouvera la densité d’occupation du sol qui a été la sienne entre la fin de la phase ancienne et le milieu de la phase moyenne.

18Durant le IIe millénaire et jusqu’au début de notre ère environ, le climat continue, quoique plus lentement, à se refroidir, et l’activité humaine à régresser. Jusqu’au milieu du Ier millénaire avant notre ère, on observe une chute massive du nombre de sites d’habitat. À ce stade, on peut légitimement se demander si les sociétés du Jômon n’ont pas évolué vers une nouvelle forme de nomadisme. Quoi qu’il en soit, le Ier millénaire est marqué par une nette raréfaction des traces attribuables à l’activité du Jômon.

Une économie de subsistance d’une nature particulière

19Dans le tableau un peu simpliste que nous venons de dresser, ce qui restitue au « cas Jômon » son intérêt et sa relative complexité tient à la nature de son économie de subsistance.

20Le fait de se fixer dans une niche écologique déterminée a eu pour effet de rendre les groupes humains toujours plus aptes à tirer profit de leur environnement, et ce parfois même au-delà des capacités de ce dernier. L’outillage des groupes du Jômon, ainsi que leur habitat dans l’est de l’archipel entre le Jômon moyen et récent, montrent qu’ils ont été capables de mettre au point des logiques de prédation systématiques, ce qui impliquait une conception collective et concentrée du travail.

21En outre – mais cela découle sans doute de cette implication de l’homme dans son milieu –, on perçoit l’existence de pratiques sélectives qui ont eu pour effet de favoriser l’épanouissement de certaines plantes importantes à l’économie des sociétés du Jômon. L’exemple le plus probant en est sans doute la constitution d’une « forêt » de châtaigniers autour des sites les plus densément peuplés de l’est de l’archipel. Enfin, il est dorénavant établi qu’au moins à partir de la fin du Jômon ancien, certaines plantes domestiquées ayant pour origine le continent étaient connues et cultivées dans l’archipel.

22Dans ce contexte, il devient légitime de se demander si le Jômon est bien le si fameux contre-exemple à la néolithisation que nous entendions présenter.

23Loin d’être muettes, l’archéologie et les analyses paléobotaniques laissent clairement voir que l’archipel est resté en contact régulier avec le continent et semble avoir réagi à l’apparition d’espèces végétales domestiques ; elles fournissent des preuves indiscutables de la présence d’espèces domestiques consommées, et donc probablement cultivées, dans l’archipel à partir du Jômon ancien, mais surtout moyen et récent. Il faut également remarquer que ce sont souvent les mêmes sites et les mêmes régions qui reviennent, durant les phases anciennes et récentes, dans l’Est, et durant les phases récente et finale, dans l’Ouest : Tsurune pour le Jômon moyen dans le département de Gifu (Perilla, Vigna radiata, orge), San. nai Maruyama dans le département d’Aomori et des sites qui lui sont proches comme Tomi no sawa, Kosan. nai ou encore Kazahari (Vigna radiata, « salsifis », chanvre, panic, Perilla, calebasse), Tsushima Okadai dans le département d’Okayama (Vigna angularis, riz, calebasse, melon), Shika dans le département de Fukuoka (Vigna angularis, orge, Echinochloa esculenta, calebasse), Usujiri à Hokkaidô (Echinochloa esculenta, Setaria italica Beauvois), Torihama à Tottori (Vigna radiata, Perilla, colza, calebasse), Shinpukuji dans le département de Saitama (Vigna radiata, sarrasin, calebasse, melon).

24Si le riz est la dernière espèce à être entrée dans l’éventail des « connaissances botaniques » des groupes Jômon, d’autres plantes avant lui sont beaucoup mieux documentées. Il s’agit par exemple des Fabacées (Vigna radiata et V. angularis) qui, dans les prélèvements positifs en plantes domestiquées, sont de loin les deux occurrences les plus répandues depuis la phase ancienne ; de l’orge, connue dès la phase moyenne du Jômon ; du millet (Echinochloa esculenta), bien documenté dans les régions les plus au nord dès la phase ancienne ; ainsi que de la calebasse qui, cas exceptionnel, semble même avoir été connue dès le Jômon archaïque.

25Il a beau y avoir une certaine variété dans la répartition des découvertes à l’échelle de l’archipel, ces résultats n’en demeurent pas moins encore très discrets en comparaison du nombre de sites connus – plusieurs milliers – pour les seules phases du Jômon ancien, moyen et récent. Ces plantes sont indiscutablement domestiquées, mais elles ne représentent qu’une très faible part de ce que livrent les analyses paléobotaniques. Comparativement, la présence massive des noix, châtaignes, marrons et glands occupe une place bien plus centrale dans le cadre de l’économie alimentaire jômon.

26En réalité, seule la répartition des espèces cultivées et le « comportement » discernable dans cette dernière, phase après phase, permettent de proposer une lecture [Nespoulous 2007].

27Si nous essayons de dégager des tendances dans l’évolution de la répartition de ces espèces, il s’avère que des céréales comme les différentes variétés de millet apparaissent surtout dans le Nord, peut-être du fait de l’existence d’une route, encore mal connue, de diffusion par le nord depuis le continent. Le riz s’observe avant tout dans l’Ouest, et les plantes les plus retrouvées sont, de loin, les Fabacées et la Perilla. Toutes ces données, prises ensemble, auraient largement de quoi laisser entendre qu’à partir du Jômon ancien au moins, les groupes de l’archipel, chacun avec ses spécificités, ont obéi à un processus de néolithisation, de transition progressive, vers un mode d’économie de production. Toutefois, une analyse plus approfondie prenant en compte les modifications de leur répartition d’une phase à l’autre du Jômon permet d’entrevoir une réalité bien plus nuancée que celle que laisserait supposer une vision d’ensemble.

28Tout d’abord, il convient d’indiquer que la grande majorité des sites qui présentent ce genre de données étaient en activité durant les phases ancienne, moyenne ainsi que récente du Jômon. Par conséquent, l’apparition d’espèces cultivées durant une phase donnée (présence qui n’est d’ailleurs pas documentée en continu durant toute une phase), puis leur disparition à la phase suivante, souvent sans qu’elles soient remplacées, montrent sans équivoque qu’elles n’étaient pas indispensables à l’économie de subsistance du Jômon. Il y a comme une instabilité dans la « production » qui entoure ces espèces. Par ailleurs, les espèces qui auraient certainement pu le mieux contribuer à la subsistance des groupes du Jômon, comme l’orge, le sarrasin, le millet et le riz, si elles sont attestées, demeurent dans des proportions bien moins significatives que celles des Fabacées et de la Perilla, présentes dans le centre du Japon, lesquelles devaient pourtant connaître un net retrait à la fin du Jômon moyen.

29L’apparition d’espèces domestiques vers la fin du Jômon ancien peut tout à fait laisser envisager l’installation progressive d’une économie de production centrée sur elles, avec des sociétés qui auraient à cette occasion procédé à un recentrage « agricole » progressif de leur mode de subsistance. Néanmoins, la situation, telle qu’elle se présente à San.nai Maruyama, où l’on ne dispose pas pour le Jômon moyen, par exemple, d’échantillons similaires à ceux de sa phase ancienne, laisse penser le contraire. De la même manière, au Jômon moyen, la forte densité de sites présentant Fabacées et Perilla a pu être interprétée comme résultant de la mise en place d’une économie alternative (on peut toutefois douter du caractère indispensable d’une plante « condimentaire » comme la Perilla…) mais, là encore, la phase récente nous fait comprendre qu’il n’en fut rien.

30Les deux conséquences à tirer nous semblent donc être les suivantes : ou bien il y eut de véritables tentatives (plus ou moins conscientes) visant à s’orienter progressivement vers une économie fondée sur une production de la subsistance, donc vers l’agriculture, lesquelles échouèrent toutes pour des raisons qui nous échappent ; ou bien, plus vraisemblablement, si nous considérons la relative richesse et la prospérité des sociétés Jômon des phases ancienne et récente, un tel processus ne fut jamais réellement mis en œuvre, malgré la connaissance de techniques qui en auraient permis l’application par les sociétés concernées.

31Il n’est donc pas envisageable, à notre sens, de relever dans cet ensemble de données un processus qui serait celui d’une néolithisation. Certains groupes du Jômon, dans leurs « villages », cultivaient, de manière très secondaire mais attestée, un « jardin ».

La véritable part d’originalité

32Ce n’est pas que la « trinité » néolithique « sédentarisation, poterie, agriculture » soit ici malmenée qui pose véritablement un problème de lecture. D’autres cas de par le monde ont montré la variabilité de cet assemblage.

33Les éléments qui font de la longue période Jômon un cas intellectuellement redoutable sont tout autres.

34D’une part, il y a l’« économie forestière » très organisée dont font preuve certains groupes de l’est de l’archipel lorsqu’ils parviennent à favoriser, par leur intervention sur le milieu, les espèces qui les intéressent. C’est le cas de la formation de la forêt de châtaigniers, ou de l’organisation qu’implique le traitement (trempage, etc.) en masse des marrons.

35D’autre part, en plus d’avoir la technologie suffisante, ainsi que la « discipline sociale » qui aurait rendu possible le passage à une agriculture relativement classique, les raisons de changer d’économie n’ont vraiment pas manqué non plus. Il y eut en effet la régression de la mer aux IVe et IIIe millénaires, puis la lente dégradation climatique du IIe millénaire, dont on sait qu’elles eurent l’une comme l’autre des effets sur les sociétés. Les analyses effectuées depuis les années 1990 montrent également que les groupes du Jômon, à la suite du pic de l’Holocène, ont pu exploiter leurs niches écologiques au-delà de leur capacité de régénération. Dans la baie de Tôkyô, par exemple, la nature des mollusques consommés retrouvés dans les amas coquilliers montre que ce sont des individus de plus en plus petits, donc de plus en plus jeunes, qui ont été ramassés. Il y a également le cas, sur la mer du Japon cette fois (site de Mawaki), de cette anse de la péninsule de Noto qui servait à piéger les dauphins. Après avoir concerné des centaines de cétacés à la fin du Jômon ancien, les prises se sont brutalement interrompues au Jômon moyen, alors que l’activité humaine demeurait présente…

36On a donc l’impression qu’il y a eu une très forte poussée démographique tant que le climat s’est montré favorable, mais que cette poussée s’est muée en pression démographique sur le milieu dès lors que les conditions naturelles ont commencé à se dégrader. Le passage à une économie de production aurait pu remédier à ces difficultés. Si remède il y a eu, de la part des sociétés de l’archipel, il est notamment à rechercher dans la dispersion qui semble avoir frappé le Jômon dans son dernier millier d’années.

37S’il fallait donc résumer à grands traits l’économie du Jômon, on pourrait dire qu’elle reposait sur le milieu donné, alors qu’une économie de production plus « néolithique » aurait sans doute impliqué une anthropisation beaucoup plus poussée, consistant en de grands abattages. Choix sans doute difficile à faire lorsque, durant des millénaires, une identité s’est construite autour d’un mode de vie en coévolution avec le milieu.

38En un sens, les humains qui constituent ce vaste ensemble qu’est le Jômon sont passés par une phase de « réinitialisation », avant que de nouveaux modes de vie et une nouvelle économie venus du continent puissent faire à leur tour leur chemin dans l’archipel, avec la culture Yayoi et la riziculture.

39La question qui se pose dépasse donc le strict domaine économique : Jômon n’était-il pas, finalement, une société contre le Néolithique ? Contre la néolithisation ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Demoule J.-P. (2004), « Aux marges de l’Eurasie : le Japon préhistorique et le paradoxe Jômon », in Guilaine J. (dir.), Aux marges des grands foyers du Néolithique, périphéries débitrices ou créatrices ?, Paris, Errance, p. 175-202.

Musée national d’histoire japonaise Kokuritsu rekishi minzoku hakubutsukan (MNHJ) 国立歴史民俗博物館 (2001), Jômon bunka no tobira o hiraku San. nai Maruyama-iseki kara Jômon rettô e 縄文文化の扉を開く、三内丸山から縄文列島へ [Portes ouvertes sur la culture Jômon : du site de San. nai Maruyama vers un archipel de la culture Jômon], Tôkyô.

Nakamura S. (2005), « Le Riz, le jade et la ville : évolution des sociétés néolithiques du Yangzi », « Le Néolithique : naissance des sociétés complexes », Annales (Histoire, sciences sociales), 60e année, 5, p. 1009-1034.

Teshigawara A. 勅使河原彰 (1998), Jômon bunka 縄文文化 [La Culture Jômon], Shin Nihon Shinsho 新日本新書, Tôkyô.

Teshigawara A. (2003), Jômon no sugao 縄文の素顔 [Le Vrai Visage du Jômon], Hakuchô-sha 白鳥舎, Tôkyô.

Fukusawa H. 福沢仁之 (1999) et al., « Kako 10000 nenkan no rikuikikankyô nohensen to shizen saigai-shi » 過去10000年間の陸域環境の変遷と自然災害史 [Histoire de 10 000 ans de changements climatiques et de catastrophes naturelles], Kokuritsu rekishi minzoku hakubutsukan kenkyû hôkoku 国立歴史民俗博物館研究報告 [Bulletin du Muséum national d’histoire japonaise], 81, 525 p.

Fujio S. 藤尾真 一 郎 (2002), Jômonjidai ronsô 縄文時代論争 [Débats sur la période Jômon], Kôdansha sensho mechie 講談社選書メチエ, Tôkyô.

Nespoulous L. (2007), Une histoire de la protohistoire japonaise, de la genèse de l’agriculture à la formation des sociétés archaïques complexes, du Ve millénaire avant notre ère au VIIe siècle de notre ère [thèse de doctorat sous la direction de Macé F. et Demoule J.-P., Institut national des langues et civilisations orientales], Paris.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Typochronologie régionale de la poterie Jômon [d’après Teshigawara 2003, p. 12-13]
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Figure 2 : Évolution de l’outillage, de la fin du Paléolithique jusqu’à la période Jômon [d’après Teshigawara 1998, p. 26 et 33].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Figure 3 : Type de bâtiment le plus imposant de San.nai Maruyama : cette « long house » présente les traces d’une activité domestique faite en commun ainsi que d’un plancher sur élevé sur lequel étaient stocké des vivres tirés de la collecte (glands, châtaignes, etc.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Figure 4 : L’évolution du climat dans les îles principales de l’archipel japonais, de la glaciation du Würm jusqu’à nos jours [d’après Fujio 2002, p. 70].
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/15626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search