Version classiqueVersion mobile

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Introduction

La révolution néolithique dans le monde

Jean-Paul Demoule

Texte intégral

1L’archéologie n’est pas seulement une discipline d’érudition, pas plus qu’elle n’est seulement une activité de rêve ou de passion. Elle est aussi le lieu de nos interrogations les plus actuelles et elle permet, ainsi que l’indiquait le titre d’un colloque précédemment organisé par l’Inrap au Centre Pompidou, de réfléchir sur « l’avenir du passé » [Demoule et Stiegler 2008]. La crise mondiale que connaissent entre autres aussi bien notre environnement – qui n’est plus naturel depuis longtemps – que notre système financier est une occasion supplémentaire de regarder et de chercher à comprendre la longue trajectoire de l’humanité, avec ses logiques et ses choix successifs.

2En 1964, le grand préhistorien français André Leroi-Gourhan écrivait à propos de l’actuel Homo sapiens, c’est-à-dire vous et moi : « Son économie reste celle d’un mammifère hautement prédateur même après le passage à l’agriculture et à l’élevage. À partir de ce point, l’organisme collectif devient prépondérant de manière de plus en plus impérative et l’homme devient l’instrument d’une ascension techno-économique à laquelle il prête ses idées et ses bras. De la sorte, la société humaine devient la principale consommatrice d’hommes, sous toutes les formes, par la violence ou le travail. L’homme y gagne d’assurer progressivement une prise de possession du monde naturel qui doit, si l’on projette dans le futur les termes techno-économiques de l’actuel, se terminer par une victoire totale, la dernière poche de pétrole vidée pour cuire la dernière poignée d’herbe mangée avec le dernier rat » [Leroi-Gourhan 1964, p. 260]. En 1964, en plein milieu des Trente Glorieuses, alors que Jean Rostand prédisait pour bientôt la fabrication d’un surhomme biologique, que l’espace et la Lune étaient en train d’être conquis et que les maladies devaient être définitivement éradiquées, la phrase de Leroi-Gourhan sonnait comme un paradoxe, sinon une boutade. Elle est devenue une banalité. Le créateur du concept de « révolution néolithique », l’archéologue marxiste australien Gordon Childe, avait considéré dans les années 1930 que l’invention de l’agriculture et de l’élevage avait fait passer l’humanité d’une économie de prédation (food gathering) – comme il y a des animaux prédateurs – à une économie de production (food producing). Nous savons aujourd’hui que cette « production » n’est en fait qu’une « prédation » sur une très grande échelle, dont les conséquences à long terme ne sont ni connues ni, encore moins, maîtrisées.

Une révolution mondiale

3Que l’humanité vive de l’agriculture et de l’élevage est à la fois une évidence et une énigme. Évidence, parce que nous ne pouvons concevoir d’autre mode de vie et que 99 % de l’alimentation humaine en provient. Mais aussi énigme originelle, si l’on regarde à nouveau l’histoire. Car seul un petit nombre de groupes humains ont choisi, sur la planète, de domestiquer les animaux et les plantes. D’autres, à environnement naturel comparable, n’ont pas fait ce choix – et nous verrons ici l’exemple paradoxal du Japon, où des chasseurs-cueilleurs sédentaires, qui construisaient des maisons imposantes et fabriquaient une poterie de haute qualité, ont maintenu à l’identique leur mode de vie pendant plus de dix millénaires, alors que l’agriculture avait déjà largement gagné le continent asiatique.

4À cette énigme, il n’y a pas de réponse simple. C’est pourquoi ce volume se propose de balayer l’ensemble, ou du moins une grande partie, des problématiques liées à la révolution néolithique avec le concours de chercheurs de pointe, de rang international et de différents pays, y compris lorsqu’ils exposent des points de vue différents, voire opposés. Et, comme nous nous trouvons en France, nous présentons aussi, pour chacune des grandes thématiques retenues, avec les contributions de Françoise Bostyn, Lamys Hachem, Anne Augereau, Stéphane Hinguant et Christine Boujot, l’état le plus actuel des connaissances archéologiques dans notre pays – connaissances issues désormais pour l’essentiel de l’archéologie préventive, préalable aux grands travaux d’aménagement. Car, si l’humanité érode fortement son environnement naturel, elle détruit dans le même temps, de manière liée et irrémédiable, son patrimoine archéologique. L’agriculture mécanisée est d’ailleurs l’une des causes majeures, même si elle est moins visible, de la lente et continuelle érosion des sites archéologiques.

5Tous les continents n’ont pas eu la même histoire. Mais il est au moins une coïncidence troublante, l’apparition presque simultanée, en plusieurs points du monde et sans lien les uns avec les autres, de l’agriculture et de l’élevage, entre 10 000 et 5 000 ans avant notre ère – alors même que l’homme anatomiquement moderne existait sans doute depuis au moins 100 000 ans. Mais c’était aussi la première fois, depuis son émergence, qu’il bénéficiait des conditions climatiques favorables de l’actuelle période interglaciaire, commencée il y a environ 12 000 ans. En parcourant les différentes régions du monde, du Proche-Orient à l’Amérique, de la Chine à l’Afrique, de l’Europe au Japon et, en Europe, de la Grèce à la France, nous verrons à la fois les ressemblances et les différences dans les contributions de Augustin Holl, Laurent Nespoulous, Olivier Aurenche, Li Liu et Karen Stothert.

6Ressemblances, car là où une plante aux propriétés alimentaires importantes s’est imposée, telle que le riz, le blé, le millet, le maïs ou le sorgho, sa domestication s’est rapidement traduite par un boom démographique remarquable et par la colonisation ou l’absorption, de proche en proche, de tous les groupes de chasseurs-cueilleurs environnants. Différences, car toutes ces plantes ne se traitent pas de la même manière, et André-Georges Haudricourt avait comparé en son temps [1962] le traitement brutal et direct du blé ou du mouton en Occident au traitement plus souple et indirect des tubercules et du buffle en Asie – avec les deux visions du monde opposées des uns et des autres, le dualisme occidental d’une part et les conceptions asiatiques plus monistes, où l’homme est davantage immergé dans le cosmos.

7Différences aussi, car les animaux domestiques ont joué un rôle majeur en Occident, mineur dans les Amériques. Et toutes les domestications, nous le verrons, ne se ressemblent pas. Entre la vache normande d’un côté et le tigre du Bengale à l’autre extrémité, il y a bien des intermédiaires et des nuances entre le domestique et le sauvage. Que l’on pense par exemple à l’abeille, ou encore au chat dit domestique. De fait, il n’y a plus vraiment d’animaux sauvages, les derniers étant regroupés, soignés et contrôlés dans des réserves dites naturelles, ou tout le moins surveillés, recensés, au besoin réintroduits, voire munis de balises. Il y a peu d’espèces consommables par l’homme qui ne soient pas élevées, même sommairement – thons dans des cages en haute mer, élans, bisons, sangliers ou alligators dans des fermes, entre autres. Quant aux domestications anciennes, nous verrons leur variété, pas toujours alimentaire, comme, dans les Amériques, la gomme à mâcher, le tabac, les psychotropes, le coton, les plantes médicinales. Le plus ancien animal domestique connu fut le chien, à partir du loup, par des groupes de chasseurs-cueilleurs en plusieurs points du monde, et plus par association d’intérêts entre hommes et loups que pour des finalités alimentaires. Finalement, la notion de domestication ne cesse de s’élargir, de se transformer, quitte à s’éloigner de son sens traditionnel et à poser de nouvelles questions, comme nous le montrent en particulier Jean-Pierre Digard, Jean-Denis Vigne, Marcel Mazoyer ou François Sigaut.

Pourquoi ?

8L’apparition du Néolithique dans les différentes régions du monde résulte d’une alchimie encore imparfaitement comprise. L’environnement en est certes une condition nécessaire, et les relations entre l’homme et son environnement n’ont jamais été aussi actuelles, comme le rappelle ici Jean-François Berger. Mais il revient à l’archéologie de faire la part des facteurs culturels et idéologiques, de ce que l’on appelle faute de mieux des « choix », pistes auxquelles, là encore à la suite d’André Leroi-Gourhan, la recherche française, avec ce que l’on nomme la « technologie culturelle », à l’interaction de l’anthropologie sociale et de l’archéologie, a apporté des contributions notables. Il faut certes un environnement favorable et des espèces domesticables (toutes ne le sont pas) ; mais un environnement trop favorable n’incite pas nécessairement à inventer l’agriculture et l’élevage, activités qui, si elles assurent une plus grande sécurité alimentaire, sont aussi très consommatrices en temps et en énergie.

9L’une des conséquences les plus essentielles de la révolution néolithique est la poussée démographique qu’elle engendre chez les populations qui l’ont adoptée. Les populations d’agriculteurs sont, nous enseigne l’ethnologie, au moins trois fois plus fécondes. Ce sont ces conséquences que montrent les contributions de Peter Bellwood, Jean-Pierre Bocquet-Appel, Alicia Sanchez-Mazas et André Langaney, avec les apports nouveaux et encore en progression de la génétique et de la démographie. La diffusion de l’agriculture est souvent mise en relation avec celle des langues – une diffusion qui aurait pris parfois, selon certains chercheurs et dans sa version la plus extrême, la forme du célèbre arbre de toutes les langues du monde et de tous les gènes du monde. C’est pourquoi nous avons demandé aussi à Sylvain Auroux d’apporter une mise en garde quant aux limites de certaines de ces théories, même très médiatisées. Cette diffusion, par colonisation ou acculturation, de l’agriculture pose évidemment la question des relations entre les agriculteurs néolithiques et les chasseurs-cueilleurs indigènes – ceux que l’on appelle les Mésolithiques en Europe. Chaque génération scientifique s’efforce souvent d’affirmer le contraire de celle qui l’a précédée. Il est ainsi de mode, de nos jours, au moins en Europe occidentale, d’exagérer le rôle historique des chasseurs-cueilleurs dans l’émergence du Néolithique, sans doute au nom, initiative louable, d’une vision non colonisatrice de l’histoire. Grégor Marchand et Catherine Perlès nous donnent leur point de vue, nuancé, sur cette question, au moins pour l’Europe.

10Que l’idéologie ait joué un rôle fondamental dans l’émergence de la révolution néolithique, nul ne le nie. C’était d’ailleurs la thèse du regretté Jacques Cauvin, que cette révolution économique ait été précédée, sinon provoquée, par ce qu’il a appelé une « révolution des symboles ». Il est vrai que l’hypothèse était dans l’air du temps. Après les modèles économiques et environnementaux des années 1960-1970, l’arrivée du post-modernisme dans les sciences humaines et sociales des années 1980 a mis l’accent sur ces facteurs idéologiques, d’une manière parfois intéressante, souvent excessive, pour ces raisons de pouvoir scientifique générationnel que nous évoquions plus haut – et jusqu’à aboutir à un relativisme susceptible d’exclure de fait la raison même de la démarche scientifique. L’Europe continentale y a mieux résisté que le monde anglo-saxon, et il semble que nous arrivions maintenant à des conceptions plus équilibrées.

De la servitude volontaire

11Cette question des interactions entre société et idéologie est abordée ici notamment par Anick Coudart, Maurice Godelier et moi-même. L’émergence du Néolithique s’est en effet accompagnée d’une intense activité de productions représentatives, dont l’archéologie retrouve le foisonnement d’images nouvelles. Si Çatal Höyük et ses fresques sont connus depuis les années 1960, Harald Hauptmann nous présente ici les célèbres sanctuaires turcs de Göbekli, Nevali Çorı et Urfa, avec leurs stèles en pierre et leurs statues monumentales, qui appartiennent aux découvertes les plus spectaculaires, et les plus inattendues, de l’archéologie de ces dernières décennies.

12Dans la sphère de l’idéologie, le Néolithique pose une autre question fondamentale, avec l’apparition des premières inégalités sociales, parfaitement datables par l’archéologie. L’émergence de ces inégalités, qui n’ont fait que s’accroître depuis lors, constitue une seconde révolution à l’intérieur du Néolithique. S’agit-il d’une fatalité liée au système économique, ou bien à la nature humaine elle-même par une sorte de « loi naturelle », et quel est précisément le rôle des manipulations idéologiques dans cette apparition ? Les modèles classiques de la surproduction s’accompagnent désormais d’un regard plus attentif aux nouveaux systèmes de représentation liés à ces inégalités croissantes. Le mégalithisme en est par exemple, en Europe mais aussi ailleurs, l’une des manifestations les plus spectaculaires. Il a fallu, de la part des dominants, des capacités de persuasion afin de faire élever ces monuments gigantesques (sans parler, plus tard, des pyramides d’Égypte ou des Mayas, ou encore de nos cathédrales), pour lesquelles la force brute n’aurait pas été durablement efficace. C’est leur aptitude à manipuler l’imaginaire des dominés, certainement avec une entière bonne foi, qui a sans doute permis d’asseoir le pouvoir émergent des dominants.

13Mais la mise en place de ces conditions d’apparition n’épuise pas toute la question de l’inégalité. La « servitude volontaire » des dominés face aux dominants, mise en exergue dès le xvie siècle par Étienne de La Boétie, en reste l’une des énigmes. De fait, de manière plus ou moins rapide, tous les foyers de néolithisation ont débouché sur des systèmes inégalitaires, et finalement des sociétés urbaines et étatisées.

14Dix millénaires après les premières sociétés néolithiques avérées, qu’en est-il aujourd’hui ? Nous proposons, pour finir, quelques pistes. Roland Schaer rappelle que, dans les mythologies de nos sociétés occidentales, l’invention de l’agriculture et de l’élevage n’est pas vraiment pensée et vécue comme une conquête civilisatrice et libératrice, mais plutôt comme la conséquence d’une faute. Si l’agriculture a permis à ses détenteurs d’éliminer définitivement de la planète les chasseurs-cueilleurs, ce fut au prix de plusieurs lourdes conséquences : d’une part, une démographie galopante que nous sommes désormais incapables de contrôler ; d’autre part, un allongement considérable de la journée de travail (bien supérieure, en moyenne, chez les agriculteurs à ce qu’elle était chez les chasseurs-cueilleurs) ; et enfin, de par les concentrations humaines qui en sont résultées, un développement de la violence et des inégalités, entre sociétés humaines mais aussi, et au moins autant, à l’intérieur de chaque société humaine.

L’archéologie, science d’avenir

15Fallait-il donc inventer l’agriculture ? C’est le titre, certes un peu provocateur, que nous avions failli donner à ce volume et au colloque qui l’a précédé. Nous ne l’avons pas fait, non seulement pour ne pas mécontenter nos amis exploitants agricoles et leurs puissantes organisations, mais surtout parce que la question n’a aucun sens, qu’elle est purement rhétorique. De fait, l’agriculture existe et nous nourrit. Mais elle le fait mal, quantitativement (puisqu’une grande partie de l’humanité reste sous-alimentée) et qualitativement, comme nous en avons, avec le fameux concept de « malbouffe », progressivement pris conscience. Cela est-il une fatalité, de même que l’on nous enseignait jusqu’à la crise financière de l’année 2008 que le libéralisme économique était l’horizon indépassable de l’histoire humaine voire, a-t-on dit au moment de la chute du mur de Berlin, la fin de l’histoire tout court ?

16Si la connaissance du passé est indispensable à la construction du futur, le Néolithique a introduit les premières manipulations génétiques, y compris, d’une certaine manière, sur l’homme lui-même, en modifiant considérablement son mode de vie. Il a aussi, comme le montre la contribution de Dominique Lestel, singulièrement modifié nos relations aux animaux, et il continue de le faire. On peut en définitive s’interroger sur le futur, avec l’abolition des frontières au sein du vivant, et entre le vivant et l’artificiel, pour se demander, là encore, s’il y a une fatalité dans ces évolutions des sciences et des techniques, ou si les sociétés humaines peuvent reprendre leur destin en main ; s’il y a, pour le dire autrement, une « servitude volontaire » de l’humanité devant les techniques et les systèmes sociaux qui les accompagnent. Les techniques, dans tous les cas, ne sauraient être indépendantes des systèmes sociaux qui les produisent. La réponse à toutes ces questions ne viendra pas seulement des scientifiques, mais de la société tout entière, à condition cependant que les scientifiques aient pris, jusqu’au bout, leurs responsabilité – c’est ce que nous rappelle Jean Guilaine dans la conclusion générale de ce volume.

17C’est donc à des débats graves, et qui nous concernent tous, que l’archéologie, et les sciences qui collaborent avec elle, nous introduisent ici. Nous y sommes souvent loin du plaisir de la découverte archéologique, loin de la tombe de Toutankhamon ou d’Indiana Jones – mais Freud, on le sait, portait le plus grand intérêt à l’archéologie, comme l’a rappelé une récente exposition du musée Rodin. Il y a longtemps eu une certaine surdité des élites françaises envers l’archéologie, du moins envers celle qui se pratiquait ailleurs qu’à Rome, en Grèce ou en Orient. La construction d’une archéologie préventive en France s’est effectuée non sans mal – et, aujourd’hui encore, elle ne reste pas à l’abri de menaces. C’est à l’ensemble des citoyens de comprendre maintenant les enjeux de cette science et d’en tirer toutes les leçons, pour le présent et pour l’avenir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Demoule J.-P. et Stiegler B. dir. (2008), L’Avenir du passé : modernité de l’archéologie [actes du colloque du Centre Georges-Pompidou, novembre 2006], Paris, La Découverte.

Leroi-Gourhan A. (1964), Le Geste et la parole, I : Techniques et langage, Paris, Albin Michel.

Haudricourt A.-G. (1962), « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », L’Homme, 2-1, p. 40-50.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search