Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le consommateur au cœur de l’innovation

 | 
Jean Caelen

Chapitre 7. Les enjeux identitaires des technologies de l’information et de la communication : les profils d’identité située dans l’usage des NTIC

Philippe Mallein, Michel Brun, Magali Cros et André Favier

Texte intégral

INTRODUCTION : LES ENJEUX IDENTITAIRES DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

  • 1 Voir Mallein et al. (2003), recherche effectuée en liaison avec France Télécom département R&D (su (...)

1Pendant l’année 2002-2003, nous avons effectué une recherche qui avait pour but de comprendre l’acceptabilité des nouvelles technologies de l’information et de la communication ainsi que celle des nouvelles fonctions associées à ces technologies1 (notamment la mobilité, la traçabilité, la personnalisation, la localisation, la biométrie, la télé activité, la pro-activité, la confidentialité et sécurisation des données).

2Pour répondre à cette question de l’acceptabilité, nous avons effectué un détour en analysant les enjeux identitaires dans lesquels les vingt-trois personnes interviewées dans notre recherche situaient l’usage des technologies de l’information et de la communication.

3Le protocole d’interview que nous avions mis en place nous permettait en effet d’explorer en profondeur les constructions de sens effectuées par nos interviewés du point de vue de leur identité et à propos de l’usage des NTIC : ce que nous appelons les « profils d’identité située ».

Les profils d’identité située

  • 2 Ces recherches s’appuient en priorité sur l’analyse de contenus d’interviews qui nous permettent d (...)

4Nous avons développé ce type d’analyse depuis plus de 10 ans2 et nous l’avons mis en œuvre successivement à propos :

  • des profils d’identité professionnelle des agriculteurs (les enjeux identitaires et les constructions de sens à l’égard de l’exercice du métier d’agriculteur) ;
  • des profils d’identité professionnelle des bibliothécaires et documentalistes (leurs enjeux identitaires et leurs constructions de sens à l’égard de l’exercice du métier de la documentation ;
  • des profils d’identité professionnelle des artisans et petits entrepreneurs en milieu rural (les enjeux identitaires et les constructions de sens à l’égard de l’exercice du métier de chef d’une petite entreprise rurale ;
  • des profils d’identité professionnelle de formateurs, notamment dans le domaine de l’agri-environnement (les enjeux identitaires et les constructions de sens à l’égard de l’exercice du métier de formateur ;
  • des profils d’identité habitante des citadins dans leur relation à la ville et à la campagne (les enjeux identitaires et les constructions de sens à l’égard de l’usage de la ville et de la relation à la campagne.
  • 3 Thèse en science de l’information et de la communication en cours réalisée par Fabrice Forest sous (...)
  • 4 Thèse de sociologie en cours réalisée par Céline Verchère sous la direction de Barbara Michel, dép (...)

5Aujourd’hui, deux jeunes chercheurs, Fabrice Forest (2003) et Céline Verchère (Verchère 2002, Reynaud-Maurupt et Verchère, 2003), associés depuis longtemps aux travaux de notre équipe à la Maison des sciences de l’homme de Grenoble, développent et théorisent en profondeur cette approche des identités situées à propos, d’une part, des utilisateurs des bibliothèques publiques3 et, d’autre part, des utilisateurs de substances psychoactives en milieu festif4 (rave parties).

  • 5 CAUTIC : Conception Assistée par l’Usage pour les Technologies d’Information et de Communication. (...)

6Par ailleurs, dans le cadre de la méthode CAUTIC®‚ d’aide à la conception des innovations par l’anticipation de l’usage5, nous utilisons les profils CAUTIC® d’identité située par rapport au changement pour qualifier les personnes interviewées.

7Dans cette recherche sur l’acceptabilité, nous avons voulu comprendre la manière dont nos interviewés pensaient, concevaient et vivaient l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et plus particulièrement dans quels enjeux identitaires ils situaient cet usage.

8Sans entrer dans le fond des différentes constructions théoriques en sociologie à l’égard de l’identité, nous avons retenu trois points de ces approches sociologiques pour traiter cette question des enjeux identitaires :

  • Les sociétés modernes se caractérisent par la diversité des espaces sociaux dans lesquels se construisent et s’expriment les identités des individus. « Dans une société moderne chaque personne adulte a plusieurs identités. Elle appartient à différents ensembles locaux, culturels, professionnels, politiques correspondant à autant de statuts. » (Dubar, 1998a.)
  • Les sociétés modernes, qualifiées notamment d’information technology societies, se caractérisent par l’importance des technologies de l’information et de la communication et des objets et services associés à ces technologies en tant que supports sur lesquels peuvent se construire et s’exprimer les enjeux identitaires des individus.
  • À propos de ces technologies de l’information et de la communication, les individus définissent des situations et construisent mentalement des mondes sociaux (Dubar et Tripier, 1998) qui constituent les contextes dans lesquels l’usage de ces technologies prend sens pour eux.

9Ces mondes sociaux et ces situations s’expriment dans des formes identitaires, des manières de penser, de concevoir et de vivre l’usage des technologies de l’information et de la communication dont le sociologue doit pouvoir faire émerger les caractéristiques archétypales. Ces archétypes servent de modèles à la construction et à l’expression identitaires des individus dans l’usage de ces nouvelles technologies. Ils constituent les horizons des enjeux identitaires associés à leur usage.

10Pour faire émerger ces archétypes de profils d’identité située dans l’usage des NTIC, nous avons effectué un travail d’interprétation du contenu de chaque interview autour de huit variables qui constituent les éléments clés pour identifier les enjeux identitaires associés aux NTIC.

  • 6 Dans le sens où elles sont très intégrées à la personne humaine.

11Il s’agit d’abord d’un bloc de quatre variables plus anthropologiques que sociologiques6 qui nous permettent d’explorer la manière dont l’interviewé pense, conçoit et vit le rapport au temps et le rapport à l’espace, le rapport à soi et le rapport aux autres dans l’usage des technologies de l’information et de la communication.

  • 7 Dans le sens où elles sont relativement contingentes à l’environnement social de la personne.

12Il s’agit ensuite d’un bloc de quatre variables plus sociologiques qu’anthropologiques7 qui nous permettent d’explorer la manière dont l’interviewé pense, conçoit et vit le rapport aux savoirs et aux savoir-faire ainsi que le rapport à l’action, le rapport au pouvoir et le rapport à l’organisation dans l’usage des technologies de l’information et de la communication.

13Les interprétations effectuées pour chacun des vingt-trois interviewés sur chacune de ces huit variables ont permis de faire apparaître quatre profils types d’identité située par rapport aux NTIC.

14Deux profils se caractérisent par l’existence de significations identitaires extrêmement fortes, tranchées, binaires (oui ou non, bon ou mauvais) et monovalentes. Pour ces profils, les NTIC constituent en elles-mêmes un enjeu identitaire extrêmement fort pour l’utilisateur. Utiliser les NTIC c’est, pour eux, une manière de se situer dans la société de façon très affirmée, définitive, sans négociation possible, soit sous l’angle de l’idéalisation et de l’admiration enthousiaste, soit sous l’angle du dénigrement et de la dépréciation systématique.

15Nous avons qualifié le premier profil de « fan » et le deuxième profil de « détracteur ».

  • Pour le « fan », l’usage des NTIC est l’occasion de se construire une identité idéale dans la nouvelle société de l’information et de la communication, dans la société de la connaissance (knowledge society).
  • Pour le « détracteur », l’usage des NTIC provoque une situation dans laquelle on est obligé de se conformer à une identité soumise à la dictature de la société de l’information et de la communication. Le « détracteur » doit donc réagir et combattre les NTIC car elles constituent une agression contre sa construction et son expression identitaires.

16Deux autres profils se caractérisent par l’existence de significations d’usage des NTIC ambivalentes, négociées, non binaires (oui et non, bon et mauvais à la fois). Dans ces deux autres profils, les NTIC ne constituent pas en elles-mêmes un enjeu identitaire très fort pour l’utilisateur. Elles sont vues comme des outils, des objets en interaction avec des individus qui construisent leurs identités sur d’autres enjeux que le seul usage des technologies de l’information et de la communication.

17Ces deux derniers profils expriment donc une constante négociation entre les NTIC et différentes valeurs, situations et activités de la vie quotidienne au travail et hors travail. On a constaté que cette négociation portait sur deux types d’enjeux différents qui différenciaient nettement les deux profils, l’enjeu utilitaire d’un côté, l’enjeu éthique de l’autre. Nous avons donc qualifié ces profils d’identité située par rapport aux NTIC de la façon suivante : le profil de « l’utilitariste » et le profil de « l’humaniste ».

18Au total, nous avons donc identifié quatre profils types répartis en deux grandes catégories :

  • les profils de non-négociateurs (ceux qui imposent et qui s’imposent aux autres et à eux-mêmes) :
    • le « fan » : l’idéalisation, l’admiration enthousiaste dans l’usage des NTIC ;
    • le « détracteur » : la dépréciation, la critique virulente de l’usage des NTIC.
  • Les profils de négociateurs (ceux qui discutent, qui traitent en vue d’un accord avec les autres et eux-mêmes) :
    • l’« utilitariste » : la négociation permanente sur l’utilité dans l’usage des NTIC ;
    • l’« humaniste » : la négociation permanente sur la défense des valeurs sociales et humaines dans l’usage des NTIC.

LES QUATRE PROFILS D’IDENTITÉ SITUÉE DANS L’USAGE DES NTIC (LE FAN, LE DÉTRACTEUR, L’UTILITARISTE, L’HUMANISTE)

Le profil de fan

NTIC et rapport au temps

19La rapidité et l’immédiateté permises par les NTIC sont valorisées. Elles assurent une réactivité permanente à tout événement.

20L’augmentation constante de la puissance de traitement et de débit permet de gagner en efficacité et en confort, avec pour finalité d’augmenter le temps passé sur les NTIC. Car ce temps est vécu comme un temps de plaisir, irremplaçable et inflationniste.

21Pour tous et en particulier pour les jeunes, le temps des NTIC est ritualisé, voire sacralisé, avec des rendez-vous réguliers dans la journée ou dans la semaine (les SMS le soir dans la chambre de l’adolescent, les jeux sur écran le mercredi après-midi en concurrence avec le temps des devoirs scolaires ou avec d’autres activités voulues par les parents).

22Grâce aux NTIC, le « fan » dispose en permanence et sans discontinuité à la fois des matériels, interfaces et logiciels ainsi que de toutes leurs fonctions (traitement de l’information, mémoire et communication, etc.). Et il s’en sert beaucoup.

23L’obsolescence rapide des NTIC et leur remplacement immédiat par le marché sont considérés comme un progrès.

24La marche vers le progrès est irréversible. Cette irréversibilité est appréciée.

25Le temps d’usage des NTIC a tendance à envahir tous les temps de la vie (privée, familiale, sociale, publique, professionnelle). Cet envahissement rend la gestion différenciée des temps de la vie quotidienne très difficile. Le fan en a conscience même s’il n’a pas la solution à ce problème. Pour les adolescents, la seule solution réside dans la contrainte imposée par les parents, mais à laquelle on s’oppose.

NTIC et rapport à l’espace

26Ce qui est essentiel au fan, c’est la fascination jubilatoire pour la fonction : l’« accès à un espace infini ». Dans cet espace infini, le virtuel et le réel finissent par se confondre dans le désir et le vécu du fan.

27Le retour au réel avec ses contraintes a tendance à constituer pour le fan une frustration insupportable qui l’engage dans une politique d’évitement (d’où la recherche de la garantie de l’anonymat et le refus de la réciprocité dans l’accès).

28L’espace d’usage des NTIC a tendance à envahir tous les espaces (privé, familial, social, public, professionnel). Pour le fan, il ne peut exister qu’un monde. Il ne peut pas se partager entre plusieurs espaces qui, chacun, seraient limités, aucun ne pouvant être infini. Il ne peut exister que dans son monde sans limites.

29La communication en réseau prime sur la communication réelle car elle est considérée comme plus facile, plus performante, plus efficace. De plus, cette communication en réseau met la communication du fan à l’abri des contingences réelles qui diminueraient son plaisir et détruiraient son rêve.

30Les NTIC déterminent un espace mondial illimité, un espace rêvé, imaginaire et virtuel : le village global, d’autant plus proche qu’il est lointain.

NTIC et rapport à soi

31Les NTIC apportent une certaine puissance, elles sont porteuses d’une image de modernité, de mode, de tendance, de distinction, d’expression narcissique. On se montre avec, on s’affirme par les nouveaux achats, synonymes d’amélioration de la puissance.

32L’usage des NTIC représente un plaisir pour soi qui peut éventuellement être partagé avec d’autres fans, mais qui peut aussi se limiter au plaisir solitaire de posséder, d’avoir. La recherche du plaisir peut éventuellement déboucher sur l’addiction.

33L’appropriation des NTIC se fait surtout grâce à la compétence acquise par l’apprentissage autodidactique. Le « fan » valorise un soi autonome et « débrouillard », une démarche empirique d’acquisition des savoirs sur le tas, sur un mode ludique, et qui se formalisent par induction.

34Le passage d’utilisateur à acteur dans le domaine professionnel est un horizon possible qui est valorisé. Il s’accompagne, malgré tout, d’une inquiétude sur les compétences et la mise à niveau permanente, considérée comme très exigeante, car on ne peut plus rester caché : il faut s’exposer.

35Le « fan » aime les clones et les avatars, représentants du soi en réalité virtuelle. La frontière entre le réel et le virtuel est de plus en plus ténue, il passe de l’un à l’autre sans s’en rendre compte et sans problème.

NTIC et rapport aux autres

36Dans le rapport aux NTIC, la société apparaît comme segmentée en différents groupes (à plusieurs vitesses), allant des communautés d’experts ou de fans aux personnes qui ne sont pas dans la course pour différentes raisons (de compétence, de coût, de génération, d’ignorance).

37Les NTIC vont accentuer les inégalités, mais cette orientation est considérée comme normale. Il suffit d’être du bon côté, du côté de l’élite des utilisateurs experts.

38Des communautés de fans se constituent en se reconnaissant comme usagers experts de certaines applications (MP3, SMS, jeux, etc.).

39Le fan aime une communication anonyme, masquée, ludique. Il valorise les avatars, les pseudos, les clones, la réalité virtuelle, etc.

40Une nouvelle relation aux autres s’établit autour des chats et forums. Le langage même change avec ses codes et sa langue dominante (l’anglais, la langue mondiale). Ces changements sont vécus positivement car le fan se sert de ce mouvement.

41La compétence d’expert le met en position de personne ressource pour un entourage peu connaisseur, voire en difficulté. Le fan conforte ainsi des relations actuelles en occupant une position de pouvoir. Et il se crée de nouveaux « amis » qu’il a dépannés.

42Les NTIC sont autant de possibilités d’élargir le cercle des relations selon le mode du village mondial. Le fan confère autant d’importance à un correspondant sur le Net qu’à son entourage (ils sont traités au même niveau, bien que le correspondant du Net soit moins exigeant dans la relation que le conjoint…).

NTIC et rapport à l’action

43Une action qui utilise une NTIC est en soi valorisée, peu importe son champ d’application. Elle est prioritaire sur des actions conduites sans les NTIC. Ce peut être une action sans but, uniquement tournée vers le plaisir d’utiliser ou de manipuler des NTIC.

44Les NTIC permettent une action-réaction rapide en fonction des changements dans l’environnement. Grâce aux NTIC, le fan devient le tacticien d’une adaptation permanente qui supplante la construction d’une stratégie – la tactique contre la stratégie, on se débrouillera toujours. Il peut donc accéder, grâce à cette adaptation tactique, à une identité d’expert qui peut trouver sa place dans le monde professionnel (de l’amateur éclairé au consultant et au hacker).

45À l’égard des nouveaux services proposés, le fan n’émet quasiment aucune critique. Lorsqu’elle existe, elle est écrasée par tous les avantages identifiés et l’enthousiasme qu’ils suscitent (« génial, fabuleux, exceptionnel… »).

46Il voit dans l’utilisation d’assistants, d’avatars, de clones, de robots, de réelles possibilités pour se débarrasser des actions jugées ingrates, répétitives et triviales. De plus, cette utilisation est l’occasion d’instaurer un rapport « maître-esclave » au service du plaisir de l’expert.

47La NTIC idéale serait d’ordre bionique, permettant d’être en permanence immergé dans la technologie et dans l’action conduite : dans un rapport quasi fusionnel avec la NTIC, un terminal multimédia nomade et pratiquement greffé sur la personne.

48La panne n’est pas un obstacle aux plaisirs de l’usage : il existe une grande tolérance à l’égard de la panne. Elle est vue comme une occasion de progresser dans la connaissance des NTIC.

NTIC et rapport aux savoirs et savoir-faire

49La construction du savoir par l’accumulation d’essais et d’erreurs, par l’induction et l’observation des spécialistes (par-dessus l’épaule) est valorisée.

50Le savoir se construit par les savoir-faire acquis principalement en autodidacte et enrichis avec les pairs (les autres fans) par échange d’expériences et de combines.

51Les informations se trouvent dans l’Internet et dans les revues spécialisées (sur Internet).

52La compétence nécessaire est celle qui est suffisante pour obtenir du plaisir dans l’usage des NTIC.

53L’apprentissage classique (scolaire ou dans des formations structurées, institutionnelles) n’est pas valorisé car il est vécu souvent comme une obligation et sans plaisir : par exemple, l’apprentissage d’Internet et de l’utilisation des logiciels de traitement de texte sous une forme scolaire.

54La mise en œuvre des savoirs et des savoir-faire dans l’utilisation des NTIC procure en elle-même un plaisir « jouissif » lié à l’excitation intellectuelle que le fan ressent.

55Cet « expert de terrain » apprécie qu’on sollicite ses savoirs et savoir-faire pour dépanner ses amis, ses relations, sa famille.

NTIC et rapport au pouvoir

56Le pouvoir sur l’objet en tant qu’utilisateur expert est central. Il est la source d’un plaisir difficile à partager si ce n’est avec d’autres fans. Ce pouvoir s’exprime :

  • soit dans la maîtrise du plaisir solitaire ou communautaire avec d’autres fans (position du dealer prosélyte) ;
  • soit dans la guerre officielle ou secrète contre tous les pouvoirs institués quels qu’ils soient (position du hacker) ;
  • soit dans des conduites d’évitement à l’égard d’un monde réel contraignant et frustrant (position immature) ;
  • soit dans la revendication de disposer partout d’un accès, au minimum au courrier électronique et à Internet : cet accès est banalisé et le fan trouve anormal par exemple de ne pas avoir d’accès à partir de son poste de travail. Cela peut le conduire à des conflits avec la hiérarchie (position revendicative).

57Le fan fait confiance au marché pour disposer des nouveautés à un prix abordable. L’innovation, la concurrence, le marché enrichissent l’offre en nouveautés et font baisser les prix. Si les prix des nouveaux produits, services et interfaces ne sont pas assez bas, on verra apparaître beaucoup de frustrations. L’argent reste le nerf de la guerre et il est souvent la seule limite qui s’impose au développement infini de l’usage.

58Les valeurs collectives ou citoyennes sont peu mises en avant. L’important est de laisser les gens libres de faire ce qu’ils veulent avec les NTIC et les nouveaux services associés.

NTIC et rapport à l’organisation

59Par leur réactivité immédiate aussi bien dans la vie privée que professionnelle, les NTIC permettent de faire les choses au dernier moment en flux tendu sans qu’on ait besoin de s’organiser et de prévoir (une autre façon de gérer : la gestion par l’urgence).

60L’organisation du fan devient particulièrement fragile compte tenu de sa gestion en flux tendu.

61Lorsqu’une organisation personnelle existe, elle est centrée sur l’usage des NTIC. Mais cet effort d’organisation est souvent mis en échec car le désir de connexion permanente fait mélanger les activités privées, publiques et professionnelles.

62Le courrier électronique, par la gestion de la communication permise avec l’autre (réponse différée, stockage, envoi en nombre, liste de diffusion, fichiers attachés, etc.), est le principal outil d’organisation. Mais il peut être mis en échec par la profusion.

63L’intégration d’une nouvelle application (ce qui est fréquent pour les fans) se fait souvent de façon anarchique, sans relation avec l’organisation personnelle en cours (ce qui peut la perturber durant ce temps d’intégration). Cette nouvelle application, pour être adoptée, doit avant tout procurer du plaisir. Elle peut être adoptée à ce titre, même si elle affaiblit l’efficacité de l’organisation actuelle.

64La position du fan par rapport aux organisations instituées (sociales, économiques, politiques, administratives) est en marge. Il valorise avant tout l’informel.

Le profil de détracteur

NTIC et rapport au temps

65L’immédiateté et la rapidité des NTIC entraînent l’impuissance de l’utilisateur. Il n’existe plus de temps pour le recul, pour l’analyse après coup, pour l’évaluation, la critique et la validation personnelle. L’utilisateur est soumis à la dictature de la communication : il faut tout savoir sur tout, tout le temps et tout de suite. C’est « une escroquerie ».

66Trois figures de rapport au temps du détracteur peuvent être distinguées :

  • le refus de l’immédiateté, de la labilité et de la profusion des informations et des technologies car elles interdisent le temps du jugement personnel. Ce refus est d’autant plus fort que la profusion des informations et des technologies oblige à augmenter les débits et le nombre de terminaux ;
  • le prétendu gain de temps que procurent les NTIC est en réalité soit une perte de temps (due aux manipulations, aux échecs, à la mauvaise conception des services, au débit lent, au manque de compétences, à la longueur d’un apprentissage jamais terminé, etc.), soit un temps récupéré pour travailler encore plus ou pour consommer encore plus (ce qui est contraire aux valeurs du détracteur) ;
  • les rythmes de fonctionnement et d’apparition de ces techniques sur le marché sont en complet décalage avec les rythmes humains et empêchent toute maîtrise, y compris de la part des concepteurs.

NTIC et rapport à l’espace

67Les NTIC créent un nouvel espace (spatio-temporel), un nouveau monde virtuel qui tend à supplanter l’espace des réalités auquel le détracteur est particulièrement attaché.

68Le monde de l’Internet et des services NTIC crée un monde virtuel d’illusions qui a les apparences du réel sans les contraintes : illusion d’avoir, de savoir, de pouvoir, névrose d’accumulation.

69L’espace virtuel des NTIC attaque l’espace réel. Le rejet des nouveaux services proposés est d’autant plus fort qu’ils mettent l’accent sur le virtuel.

70Le monde des NTIC est présenté comme une abstraction, mais en fait c’est un moyen concret de traçabilité, de manipulation des individus dans le monde réel. Cela n’est pas supportable.

71Dans le cas où l’usage des NTIC est imposé par le métier, il est essentiel d’en préserver au moins l’espace privé.

NTIC et rapport à soi

72Les NTIC représentent un ensemble d’agressions contre le « soi » de l’utilisateur :

  • le viol du jardin secret personnel (biométrie, traçabilité) ;
  • le triomphe du virtuel dans lequel le « soi » ne peut pas se réaliser (le paraître). Il ne peut se réaliser que dans le réel en se confrontant aux objets, aux autres, à ce qui résiste (l’être) ;
  • l’illusion de l’assistanat qui éloigne de la vie réelle et se substitue à la pensée et à la décision personnelle (oui à l’assistant de type robot ménager pour tâches répétitives, non à l’assistant qui se substitue à la pensée et à la décision de l’utilisateur) ;
  • l’uniformisation des individus qui empêche l’affirmation de la différence (les goûts, la culture, etc.), qui standardise et nivelle par le bas ;
  • l’information poussée qui est vue comme du harcèlement commercial et qui réduit l’utilisateur à un objet.

73Les NTIC constituent donc un obstacle à la construction et à l’expression identitaires du détracteur, marquées par le désir d’affirmation, d’autonomie, de maîtrise de sa vie, de critique sociale.

NTIC et rapport aux autres

74Les NTIC représentent un obstacle permanent à la relation interpersonnelle et au contact direct. Avec les NTIC, on vend une illusion de relation humaine.

75Dans la vision d’une société mondiale composée de profiteurs et d’exploités, les NTIC ne font que favoriser et renforcer le profit et l’exploitation. Cela est considéré comme inacceptable.

76En résumé, il n’existe aucun rapport aux autres convenable avec les NTIC : il s’agit soit d’illusion, soit d’exploitation.

NTIC et rapport à l’action

77Avec le développement des nouveaux services on passe de NTIC choisies pour un usage utile à des NTIC obligatoires pour un usage de mode, de conformisme, de frime, inacceptable aux yeux du détracteur.

78On passe du faire à l’avoir, de l’être à l’avoir.

79Le détracteur a peur de la déréalisation des choses et de la perte du sens de l’effort conduisant à une fausse facilité procurée par les NTIC (quand on rencontre un problème, on zappe).

80On doit pouvoir agir sans compter sur les NTIC.

81Les nouveaux services peuvent aider à la réalisation de certaines tâches ménagères, mais en aucun cas ils ne doivent intervenir dans l’organisation de la vie quotidienne.

82Dans le monde du travail, malgré ce qui est dit, les NTIC n’améliorent pas les conditions de travail. Elles n’apportent pas d’efficacité, elles ne libèrent pas du temps pour autre chose, elles ne servent qu’à augmenter la productivité.

NTIC et rapport aux savoirs et savoir-faire

83Les NTIC sont destructrices des savoirs et savoir-faire autres que ceux qui concernent l’utilisation opératoire des NTIC.

84Avec des services mâchés et rapides, les apprentissages peuvent disparaître, notamment ceux qui portent sur l’analyse et la réflexion, demandant des efforts et du temps.

85Pour les jeunes, une politique pédagogique d’apprentissage des NTIC centrée sur un usage critique (recul, analyse, objectivité) est indispensable. Mais le détracteur ne la croit plus possible aujourd’hui.

86Les NTIC viennent contrer l’éducation des jeunes. Elles sont anti-éducatives car elles expriment :

  • l’immédiateté et la perte de la notion de temps ;
  • la perte de la notion d’effort et des nécessaires apprentissages ;
  • la perte du recul critique, de la réflexion, de la recherche, de la découverte et de la créativité ;
  • la perte de la réalité et en particulier de la valeur de l’argent.

87Plus globalement, le détracteur refuse de s’investir dans des savoirs et savoir-faire considérés comme inutiles, trop strictement opératoires et qu’il méprise.

88Du coup, il se situe très en deçà des savoir-faire d’utilisation moyens dans l’ensemble de la population et il se retrouve donc très souvent en échec dans les situations d’usage des NTIC. Cela renforce sa défiance et son dénigrement à l’égard de ces dernières.

NTIC et rapport au pouvoir

89Un triptyque Pouvoir-Argent-Technologie apparaît au profit exclusif des « marchands ». Il va accentuer le fossé entre riches et pauvres. C’est un pouvoir anonyme qui fait peur car il est inconnu et virtuel.

90Tous les nouveaux services proposés sont rejetés en bloc, aussi bien en ce qui concerne la forme que le contenu des services. Car on vend du vent, de l’illusion, de la surveillance, du « flicage », de l’atteinte à la liberté individuelle. C’est cher. On fait croire qu’ils réduisent les inégalités alors qu’ils les accroissent.

91On met en avant des valeurs pour vendre des NTIC et, on construit un monde virtuel qui s’opère entièrement dans la religion de l’image avec des fantasmes de proximité (on oublie la distance), de relation (on oublie l’interface), de pouvoir (on oublie la dépendance au système), de maîtrise (alors qu’il y a globalement une perte de compétences).

92Finalement, le détracteur a tendance à penser que la perte de pouvoir est déjà bien avancée. Il s’interroge sur une éventuelle irréversibilité du système et de ses conséquences, et se demande même si les opérateurs sont suffisamment conscients de la situation et la maîtrisent.

93Il dénonce une escroquerie qui consiste à dire : « les NTIC ont tout pouvoir, vous utilisez les NTIC, donc vous avez tous les pouvoirs », alors que c’est faux, c’est l’inverse qui est vrai.

NTIC et rapport à l’organisation

94L’organisation personnelle ne peut se réaliser que dans le réel. Cela provoque un rejet systématique des nouveaux services proposés qui font appel aux assistants et aux espaces virtuels.

95Par leur envahissement de toutes les activités de la vie quotidienne, les NTIC deviennent un passage obligé qui ne laisse aucune possibilité pour une organisation sans elles. Cette dépendance n’est pas supportable.

96Dans l’organisation du travail, les NTIC font travailler davantage : ce n’est qu’une illusion de gain de temps et d’efficacité.

Le profil de l’utilitariste

NTIC et rapport au temps

97Les NTIC devraient être adaptées à la temporalité de l’usage : rapide ou lente quand il faut, immédiate ou différée quand il faut.

98L’utilitariste juge l’utilité selon les circonstances et il adapte le type d’outil à utiliser. Le temps gagné doit aussi bien faciliter et alléger le travail que servir à être disponible en dehors du travail. Il peut y avoir du plaisir à la fois dans l’immédiateté et dans l’attente.

99Toutes les NTIC et tous les services ne sont pas égaux par rapport au temps, certains en font gagner, d’autres perdre.

100L’obsolescence peut être aussi bien justifiée qu’injustifiée. Elle est justifiée quand il s’agit d’une amélioration ou d’une création répondant à un service jusque-là non rendu.

101Un bon service est celui qui est accessible facilement, c’est-à-dire facile à apprendre, à comprendre et à utiliser. Il ne faut pas perdre du temps dans l’apprentissage et dans la mise en œuvre.

102Les NTIC et les nouveaux services doivent permettre d’assurer diverses tâches répétitives et quotidiennes afin de dégager du temps pour des activités valorisantes (créatives, de relations humaines, culturelles, de plaisir, voire symboliques).

NTIC et rapport à l’espace

103Les NTIC doivent aussi bien permettre l’ouverture que la fermeture de l’espace – à la fois le village global et l’espace privé protégé –, et cela en fonction des situations rencontrées dans une adaptation tactique permanente.

104Les NTIC sont des outils pour la réalisation d’objectifs privés ou professionnels liés à des questions de distance (télétravail, communication dans une famille éclatée, gestion de voyages, recherche d’informations dans le monde entier, etc.).

105Elles permettent un maillage de l’espace réel qui doit être performant.

106Elles ne doivent pas entraîner de confusion entre l’espace réel et l’espace virtuel : on peut aimer le virtuel à condition de savoir où l’on est. On doit garder la maîtrise du passage du réel au virtuel. Il ne doit pas se faire à l’insu de l’utilisateur.

107La téléportation (rêvée) représente le meilleur outil de maîtrise de l’espace. Elle permet de réduire les distances instantanément, d’une façon très concrète. Elle devrait servir de modèle d’orientation pour la télécommunication.

NTIC et rapport à soi

108L’identité située par rapport aux NTIC de l’utilitariste est celle du bon utilisateur : celui qui sait choisir, qui sait critiquer, qui sait utiliser, qui sait maîtriser sans devenir dépendant.

109Les NTIC ne sont que des outils au service de la personne, de ses besoins, de sa créativité, de ses liens affectifs…

110Elles sont sélectionnées selon des fonctions considérées comme les plus adaptées aux activités exercées, dans les domaines aussi bien privés que professionnel.

111Ces outils sont dédiés à des champs d’activité précis et délimités : ce qui est bon pour le professionnel peut être mauvais dans le domaine privé (par exemple la biométrie : utile en professionnel et exagérée, voire inacceptable en privé).

112La relation aux objets, aux techniques, aux services privilégie la réalité, la matérialité contre la virtualité qui apporte de la confusion et un manque de perception des choses (l’image virtuelle comme fausse intimité, la biométrie qui supprime le contact avec les clefs, etc.). La relation aux NTIC est sensitive voire kinesthésique.

113L’outil n’a pas d’importance en lui-même, mais seulement s’il sert des objectifs personnels. C’est une approche pragmatique, utilitaire et plutôt egocentrée des technologies et des services qui caractérise l’utilitariste.

114Les NTIC participent au déploiement d’un soi actif en prolongement et en amplification des capacités et savoir-faire humains (comme les outils de l’artisan) : extension de mémoire, travail nomade, aide à l’expression de la créativité, outils de l’intimité et de la relation.

NTIC et rapport aux autres

115L’utilitariste exprime une grande capacité à intégrer l’usage des NTIC dans l’ensemble de ses relations familiales, amicales, professionnelles, sociales.

116Il cherche à utiliser au mieux les différents terminaux et services selon les situations privées ou professionnelles, les types d’activités et l’environnement social : les NTIC et nouveaux services ont alors une pertinence d’usage dans la relation aux autres (on améliore la relation, on crée des situations favorables, on sait profiter de la combinaison directe et différée, on communique en tribu d’amis, en famille ou entre intimes).

117On peut être heureux dans la vie sans les NTIC, mais on peut aussi être heureux avec elles : l’utilitariste en connaît les avantages et les limites, et il choisit.

118Il invente des règles de politesse, de civilité, de savoir-vivre avec les NTIC et il considère que c’est important pour un bon usage.

119Il imagine et met en œuvre de nouvelles modalités d’usage adaptées à la vie relationnelle dans la vie au travail et hors travail (c’est un inventeur d’une nouvelle sociabilité avec les NTIC).

120Dans la relation aux autres, on doit savoir et pouvoir se connecter et se déconnecter à sa guise et selon les situations. En conséquence, un jugement critique s’exprime à l’égard de ceux qui ne savent pas se déconnecter ou gérer leurs connexions.

121Les NTIC doivent pouvoir permettre une relation sélective avec la famille et les amis. Il doit être possible de préserver son intimité, son jardin secret.

NTIC et rapport à l’action

122L’utilitariste recherche une efficacité opératoire et une utilité par rapport à des finalités et des objectifs préexistants d’ordre privé ou professionnel. Avec les NTIC, on peut éventuellement mêler le professionnel et le privé, à condition d’en être conscient et de le gérer.

123Les NTIC sont des outils pour atteindre des objectifs privés et professionnels (y compris dans la création). Ils doivent correspondre à la satisfaction de besoins préalables identifiés et non induits par les NTIC.

124Le service est au cœur de l’action et doit donc être de qualité irréprochable, notamment au plan de l’ergonomie, de l’accessibilité, de la prévention et de la gestion des pannes, dans le sens de la continuité du service.

125L’utilitariste est exigeant sur la bonne mobilisation de l’utilisateur dans le service (sa participation au service au bon moment). « Ce n’est pas tant le service pro-actif qui m’intéresse que le service qui me permettra d’être pro-actif dans mon métier, par exemple. »

126Il désire adapter les services et les NTIC à la diversité de ses actions, en particulier en distinguant le professionnel et le privé, le domicile et la mobilité.

NTIC et rapport aux savoirs et savoir-faire

127L’utilitariste est prêt à passer éventuellement un peu de temps pour apprendre à se servir des NTIC et des nouveaux services associés. Mais il lui faut une réussite rapide sans « prise de tête ». À ce titre il est très réceptif aux savoirs et savoir-faire de personnes ressources qui lui permettent de progresser rapidement.

128Les savoirs et savoir-faire d’utilisation des NTIC sont placés au même niveau que tous les autres types de savoirs et savoir-faire, ni au-dessus (comme idéalisés par les fans), ni en dessous (comme dénigrés par les détracteurs).

129Utilisateur astucieux des NTIC et services associés, l’utilitariste s’invente des utilisations particulières qui représentent autant de savoir-faire nouveaux (écriture collective en réseau, tentative pour garder en mémoire tous les SMS, utilisation de l’écran de télévision comme périphérique du micro-ordinateur, etc.).

NTIC et rapport au pouvoir

130Utiliser les NTIC donne un certain pouvoir d’efficacité dans des situations concrètes de la vie courante, privée et professionnelle. Et, pour l’utilitariste, les NTIC peuvent conforter l’activité économique et créer des emplois qualifiés.

131La compétence est une condition nécessaire mais non suffisante pour exercer le pouvoir. L’utilisation des NTIC doit pouvoir toujours être maîtrisée ou négociée, contrôlée, pour ne pas tomber dans des excès inadmissibles (hard selling, biométrie généralisée, traçabilité systématique, piratage, non respect de la confidentialité).

132La mise en œuvre efficace des NTIC pour faire une nouvelle offre de services nécessite une compétence certaine. Il faut faire confiance aux professionnels experts : acquérir cette compétence n’est pas un enjeu personnel pour l’utilitariste.

133Il est sensible au pouvoir de l’information et aux risques de désinformation par Internet. Il souhaite que les contenus véhiculés sur Internet soient validés. Si toutes ces conditions d’utilisation sont remplies, les NTIC peuvent faciliter la vie, le travail et permettre l’épanouissement de l’utilisateur.

NTIC et rapport à l’organisation

134L’utilitariste cherche à construire lui-même une organisation personnelle de l’usage des NTIC, une structuration différenciée de l’usage selon les différentes sphères de la vie quotidienne.

135Par sa capacité à trouver la pertinence d’une NTIC ou d’un nouveau service pour améliorer son organisation personnelle, l’utilitariste est un utilisateur astucieux. Il peut inventer de nouveaux usages aux applications proposées pour améliorer son organisation (DVD sur télévision pour une séance conviviale en groupe, demande d’autorisation parentale par SMS, travail collaboratif pour écrire un livre à plusieurs mains, installation d’ordinateurs en réseau pour les jeux vidéo des enfants, etc.). Il réalise des « détournements créatifs » de l’usage des NTIC.

136Il sait choisir, trier, trouver la bonne application adaptée à la situation. Il ne s’encombre pas de ce qui est inutile, de ce qui pourrait alourdir son organisation et en particulier des services trop sophistiqués, trop « clés en main » (ne laissant pas le choix de fonctions séparées), trop packagés et donc trop envahissants.

137Dans toutes les situations, l’utilitariste veut rester acteur du service proposé pour pouvoir l’intégrer à sa propre organisation. Plus il sera complexe, plus le service proposé sera difficile à intégrer.

138Les NTIC sont au service d’une organisation personnelle préexistante. Elles confortent, facilitent cette organisation au gré des différentes situations rencontrées. L’usage des NTIC n’est pas « obligatoire » dans toutes les situations. L’utilitariste ne choisit que la bonne adéquation, la bonne combinaison entre une NTIC ou un service et une situation, qu’elle soit professionnelle ou privée.

Le profil de l’humaniste

NTIC et rapport au temps

139Pour l’humaniste, il existe aujourd’hui un risque d’envahissement du temps de l’homme par le temps de la machine. Le temps passé à l’usage des NTIC concurrence le temps de la relation humaine, de l’apprentissage de la citoyenneté…

140Les NTIC doivent permettre de dégager du temps pour la réflexion, pour la critique, pour le choix (intérêt du temps différé).

141Souvent le gain de temps procuré par les NTIC est perdu à cause du temps passé aux manipulations, aux erreurs, aux pannes, aux échecs, aux réseaux saturés, aux débits trop lents…

142Le rythme imposé par les NTIC (immédiateté, réactivité) ne laisse pas le temps nécessaire pour le recul, la confrontation aux valeurs, le choix entre le fondamental et le superflu. Prendre son temps, savoir attendre représentent des valeurs en elles-même.

143L’obsolescence trop rapide des NTIC ne permet pas leur test, leur appropriation. Cette obsolescence rapide montre également les limites de leur l’intérêt, voire leur éventuelle vacuité (on peut éventuellement s’en passer car elles sont trop éphémères).

144Il faut se donner des règles temporelles d’usage des NTIC sinon on risque de perdre son temps au détriment des choses essentielles. Cela vaut également, et tout particulièrement, pour les enfants et adolescents : garder du temps pour la lecture, les travaux scolaires, le sport, les sorties, la relation aux autres, la vie familiale...

NTIC et rapport à l’espace

145L’espace d’usage des NTIC n’est vu par l’humaniste seulement comme un espace social : les NTIC sont à la fois un facteur d’ouverture sociale et un risque d’isolement social.

146Un certain usage des NTIC peut amener une confusion entre le monde réel et le monde virtuel. Ce qui est possible dans le monde virtuel contamine les valeurs du monde réel. Par exemple, la violence des jeux peut se prolonger dans la vie réelle, et l’on peut assister à une perte des repères dans la vie réelle.

147Au niveau éducatif, le virtuel est porteur de difficultés du fait de son immédiateté, de son absence de contraintes, de sa dématérialisation qui contrarient les apprentissages.

148Les NTIC, par leur dimension mondialisée, peuvent jouer sur des comportements de masse en véhiculant des idées fausses, des illusions, voire en suscitant des entreprises criminelles.

149De même, leur aspect globalisant amène une uniformisation des cultures (celle de la mondialisation).

150Les nouveaux services utilisant la traçabilité posent problème dans une utilisation autre que celle, très ciblée, de la sécurité des personnes et des biens (surveillance de lieux stratégiques, téléalarme pour les personnes âgées ou handicapées). Ils peuvent de plus, avec la localisation, entraîner une perte de compétences dans le domaine de l’orientation dans l’espace.

151La profusion des nouveaux services et des nouvelles technologies, par l’envahissement qu’elle provoque peut entraîner des processus de refus.

152Malgré tout, les NTIC sont vues comme une chance dans le monde du travail (avec cependant un risque d’inégalité dans leur accès) : un espace sans NTIC est assimilé à un espace sans travail.

153L’espace NTIC doit être généralisé et accessible à tous, sinon l’espace social sera clivé et siège d’inégalités.

NTIC et rapport au soi

154Dans la construction identitaire, les autres doivent être présents entre le soi et les NTIC : un ensemble de valeurs morales et de règles du comportement en société, d’attitudes citoyennes qui constituent le rapport aux autres, caractérisent la relation entre le soi, les NTIC et les services associés. L’utilisateur ne peut pas faire n’importe quoi avec les NTIC.

155Pour l’humaniste, il existe toujours une médiation entre soi et les NTIC : cette médiation, c’est la présence des autres. Elle s’exprime notamment par des valeurs morales et des codes de conduites citoyennes et civiles existantes ou à inventer.

156Il ne faut pas que l’utilisateur s’isole des autres avec les NTIC. La construction de soi se fait dans la relation aux autres, en particulier pour les enfants et adolescents. La relation aux NTIC ne doit pas se substituer à la relation aux autres.

157La responsabilité, l’apprentissage de la vie, la construction de l’autonomie, le sens de l’action s’acquièrent par la relation aux autres.

158La vraie vie n’est pas une vie solitaire avec les NTIC.

159Les NTIC ont une place modeste dans la relation entre soi et les autres. Elles ne peuvent pas jouer un rôle de médiation intéressant entre soi et les autres. Elles ne sont intéressantes qu’au plan utilitaire pour l’action et dans des situations spécifiques : éloignement, déplacement, personnes dépendantes, recherche d’informations.

160Elles ne doivent pas constituer un enjeu dans la construction identitaire ou simplement dans l’expression de soi (« c’est quand même triste de devenir dépendant et de risquer de souffrir à cause des machines, on ne peut souffrir que de l’humain »).

161Par le risque d’isolement, de dépendance, d’assistanat, de déshumanisation, de soumission à l’argent et au « tout, tout de suite » qu’ils introduisent, les nouveaux services suscitent une grande méfiance.

162Si l’on a pu composer avec les NTIC et services existants et leur trouver une utilité spécifique et fonctionnelle, en revanche, il n’existe aucune confiance a priori dans les nouveaux services à venir. À eux de faire leurs preuves !

NTIC et rapport aux autres

163La communication avec les autres est une relation essentiellement interpersonnelle : les NTIC ne doivent être que des outils au service de cette relation qui permettent, par exemple, de compléter cette relation lorsque la présence physique est impossible.

164En aucun cas, la relation humaine ne se résume à une connexion dépersonnalisée ou anonyme, ou a fortiori cachée derrière un pseudonyme (l’humaniste ne joue pas avec l’identité).

165Les NTIC ne doivent pas empêcher la relation et le lien social. Elles présentent le risque de favoriser une perte de compétences relationnelles et de conduire les individus à la solitude (des individus ne parleraient plus qu’aux machines).

166Sur le plan éducatif et civique, les NTIC conduisent à la déresponsabilisation des parents qui, souvent, laissent les jeunes dans des comportements de plaisir ou d’addiction sans contrôle, sous le prétexte que pendant ce temps-là, ils sont sages et tranquilles. Les conséquences en sont la fatigue durant le travail scolaire et des déficiences éducatives.

167Les jeux entraînent une banalisation de la violence et une déresponsabilisation de ses actes (les jeunes transposent dans la réalité leur expérience des jeux virtuels).

168On peut être victime de la séduction des NTIC par l’envie d’avoir et de consommer, l’effet de mode et l’illusion de maîtrise (on développe alors la passivité, la facilité, le conditionnement progressif). Ces effets de mode provoquent des pressions sociales et des frustrations, en particulier chez les jeunes qui ne disposent pas des NTIC à la mode.

169Les nouveaux services à base de NTIC suggèrent un monde froid et sans contacts humains, voire un monde où les humains ont été remplacés par la technique.

170L’environnement virtuel (d’information et de communication) devient trop prépondérant sur l’environnement social de proximité (pas d’écoute et d’échange dans les transports ferroviaires où chacun est concentré sur son ordinateur ou son portable…).

NTIC et rapport à l’action

171L’usage des NTIC doit être au service des valeurs sociales préexistantes, et l’utilisateur doit être le garant actif de ce bon usage. Les nouveaux services introduisent un risque de déshumanisation sociale. Donc cet usage doit se faire sous conditions, de façon à maîtriser aussi bien sur le plan personnel que sur le plan éducatif le temps passé, les sites consultés, la validité des informations véhiculées, etc. Encore faut-il que les conditions de base d’un choix existent : possibilité d’accepter ou de refuser chaque fonction à l’intérieur d’un système.

172Plus globalement, pour l’humaniste, on doit avoir la possibilité de recourir ou non aux NTIC, qui ne doivent pas, dans ce domaine de l’action, exercer un monopole. Des solutions de remplacement doivent exister, les innovations ne doivent pas procéder par substitution. À défaut, devant l’absence de choix, on est contraint à tout refuser et, comme les valeurs sont en péril, on risque de devenir un « détracteur ».

173L’humaniste choisit les NTIC ainsi que les services appropriés à sa situation et redoute « l’envahissement » apporté par les nouveaux services proposés : leur caractère plurifonctionnel systématique et permanent ne permet pas un choix particulier de fonctions et oblige à accepter des fonctions contraires aux valeurs humanistes (par exemple, traçabilité de l’utilisation, localisation, biométrie, information poussée, etc.). L’unifonctionnel choisi et adapté à la situation est préféré au multifonctionnel qui intègre des caractéristiques incompatibles avec les valeurs. Les services proposés doivent venir en appui aux relations humaines et non pas s’y substituer.

174La forme actuelle des nouvelles NTIC complique la tâche éducative et risque de gêner les apprentissages fondamentaux et sociaux : « Les NTIC, parce qu’elles ont tendance à créer ou à se référer au virtuel, ne sont pas une bonne école de l’action. ». De plus, elles poussent à consommer tout, tout de suite, alors que ce sont les parents qui paient. C’est une mauvaise approche de la valeur des choses : « Les NTIC créent ou entretiennent une illusion de maîtrise, de pouvoir, de facilité. Elles habituent l’enfant et l’usager à consommer tout, tout de suite, les rendant intolérants aux éléments de réalité. »

175Mais les NTIC bien utilisées, bien contrôlées dans le respect des valeurs, peuvent avoir des aspects positifs sur le plan du plaisir comme de l’efficacité.

176Pour l’humaniste, l’emploi des NTIC doit aussi s’accompagner d’un certain confort d’utilisation. Pas question de se « prendre la tête » avec une machine binaire ni de perdre son temps à des manœuvres purement opératoires. Pour autant, le confort dans l’usage ne doit pas conduire à la facilité, porte ouverte à l’envahissement par les NTIC.

NTIC et rapport aux savoirs et savoir-faire

177Il faut pouvoir développer un savoir critique sur l’utilisation des NTIC pour prendre du recul, de la distance, pour mieux assimiler. Il faut une éducation critique aux NTIC. Il ne suffit pas seulement d’apprendre techniquement à s’en servir.

178L’apprentissage reste lui-même difficile pour un profil plus enclin à comprendre l’humain que la technique. Malgré tout, par devoir et par esprit du travail bien fait, l’humaniste apprend à se servir des NTIC, souvent avec difficulté mais avec bonne volonté et en acceptant que cet apprentissage soit difficile. Il faut le mériter et il ne faut pas que les NTIC soient trop facilement accessibles, à cause des risques de dépendance et de facilité.

179L’humaniste privilégie un mode de raisonnement dialectique et rhétorique aux antipodes de la logique binaire (logique de l’exclusion). Si les nouveaux services par leur mode d’utilisation favorisent la promotion d’une pensée binaire, il y a de fortes chances qu’il ne les accepte pas.

180L’humaniste veut disposer d’un savoir suffisant sur les outils qu’il utilise, non pas tant pour leur manipulation technique, mais pour connaître leurs possibilités d’ensemble et l’étendue du champ d’utilisation de leurs fonctions. Il veut pouvoir déterminer au mieux les conditions d’utilisation acceptables et inacceptables.

181L’humaniste a tendance à se situer dans un collectif de savoir, un savoir ouvert à tous. Les NTIC doivent être intégrées dans les savoirs et les savoir-faire du citoyen du xxie siècle, selon un nouvel idéal républicain avec une pédagogie universelle et critique.

182L’humaniste valorise une figure qui serait celle de l’instituteur de la IIIe République, une sorte de « préparateur au certificat d’études primaires d’usage des NTIC ».

183Dans son souci du maintien de ces valeurs, il est engagé dans une stratégie et une prospective qui l’amènent à s’intéresser aux grandes fonctionnalités qui sous-tendent les nouveaux services, de façon à pouvoir prévoir et prévenir les dérapages et les détournements de ces fonctions (utilisation de la traçabilité à des fins mercantiles ou totalitaires, par exemple).

NTIC et rapport au pouvoir

184Pour l’humaniste, les NTIC sont un instrument de pouvoir qui peut être bénéfique ou maléfique selon qu’il s’exerce ou non dans le respect des valeurs humaines (liberté individuelle, respect de l’autre, solidarité, égalité, etc.).

185Les NTIC pourraient renforcer ces valeurs en favorisant l’accès à la connaissance, l’ouverture sur le monde et les autres cultures. Mais il y existe un danger de nivellement par le bas, d’installation d’une culture dominante qui ne favorise pas la diversité, la créativité. L’uniformisation n’étant pas pour autant garante de l’égalité, le risque est de créer des individus assistés, à peine conscients de l’être, et un monde inégalitaire à deux vitesses avec un chômage accru dans les emplois non qualifiés.

186Le risque majeur, c’est que le pouvoir soit confisqué par une oligarchie préoccupée uniquement par l’argent et disposant à la fois des technologies et du savoir.

187Les NTIC peuvent donc générer une société de dominants et de dominés, définie non pas par la valeur des individus, mais par la possession des outils NTIC et des savoirs associés.

188Les NTIC pouvant entraîner un pouvoir dangereux pour les valeurs sociales et citoyennes, il faut instaurer un organisme de contrôle fort et indépendant, capable de réguler et de sanctionner. Encore faut-il que le projet politique existe et qu’il soit fiable. L’utilisateur doit donc se considérer comme un citoyen responsable de l’utilisation des NTIC.

189Les NTIC sont diffusées par le marché, mais les lois du marché ne doivent pas l’emporter sur les valeurs sociales et citoyennes.

190Elles peuvent avoir une action constructive ou au contraire gravement destructrice dans la responsabilité éducative des adultes à l’égard des jeunes.

191Enfin, il faut faire attention à ce que les NTIC ne suppriment pas des emplois actuels dans les services.

NTIC et rapport à l’organisation

192L’humaniste manifeste une volonté de contrôler le risque de mélange incongru provoqué par les NTIC entre les différents temps de la vie quotidienne (temps de travail, temps de loisir, vie privée et vie professionnelle, etc.).

193Il choisit les NTIC en fonction d’un référentiel de valeurs que sont : la relation humaine et les codes de civilité, la citoyenneté, l’éducation, le social, le travail bien fait. Cela implique de la part de l’utilisateur de la vigilance, du contrôle, de la maîtrise et du jugement pour apprécier ce qui est bon et mauvais, juste et injuste…

194Il choisit son organisation personnelle. En aucun cas, elle ne doit être imposée. Il peut parfaitement intégrer les NTIC dans son organisation personnelle si les services sont en accord avec ses valeurs, et il cite des services de télésurveillance, d’assistance aux personnes handicapées, de gestion d’associations.

195Par rapport à des organisations sociales existantes, il peut utiliser les NTIC et les nouveaux services associés s’ils apportent de l’efficacité dans l’organisation sociale.

196En revanche, si elles lui semblent s’opposer aux valeurs auxquelles il tient, il n’en veut pas. Les situations citées sont nombreuses et variées, par exemple si les NTIC et nouveaux services :

  • contrecarrent une organisation où la personne humaine est présente ;
  • amoindrissent la responsabilité parentale (les enfants seuls sur les jeux électroniques) ;
  • renforcent voire amplifient des comportements inciviques ou pervers (hackers, sites pédophiles) ;
  • contribuent à la désinformation (les fausses nouvelles du Net).

197Les NTIC ne doivent pas être des obstacles à la politesse, aux règles de bienséance qui font partie intégrante de l’organisation personnelle (les portables intempestifs, l’isolement dans son travail dans le train, etc.).

198Les NTIC ne doivent pas se substituer à une organisation humaine défaillante : il y a un risque de ne plus s’organiser ni de prévoir parce qu’avec les NTIC, on peut toujours réagir au dernier moment. Avec les NTIC, on peut se faire prendre par l’illusion de l’organisation facile. C’est contraire aux valeurs du devoir et du travail bien faits parce que bien préparés.

CONCLUSION

La stabilité des profils

199Cette étude montre que l’usage des technologies est bien un lieu de construction et d’expression des enjeux identitaires des individus.

200On constate que ces enjeux identitaires sont très variés et plus ou moins forts selon les profils, c’est-à-dire selon la manière dont les individus définissent les situations d’usage et construisent mentalement les mondes sociaux de l’usage des NTIC.

201Les quatre profils du fan, du détracteur, de l’utilitariste et de l’humaniste expriment quatre façons de penser, de vivre et de concevoir l’usage des NTIC dans la vie quotidienne.

202Selon le profil auquel ils se rattachent, on s’aperçoit que ces individus vivent dans des mondes sociaux d’usage totalement différents. S’ils utilisent les mêmes technologies, ils les utilisent dans des registres de significations sociologiques et anthropologiques complètement différents.

203Ainsi, par exemple, entre le fan qui idéalise les NTIC et dont l’usage de ces dernières contribue fortement à assurer la construction et l’expression de son identité, et l’utilitariste qui relativise cet usage en considérant les NTIC comme des outils qui n’ont d’importance que dans la mesure où ils servent les objectifs de l’utilisateur (dont les enjeux identitaires sont majoritairement ailleurs que dans l’usage des NTIC), il y a deux mondes sociaux très éloignés l’un de l’autre.

204Ces quatre profils dans leur stabilité relative figurent les systèmes de significations identitaires qui s’expriment dans le fonctionnement de l’interface entre l’usage et les NTIC. Ce sont des « noyaux durs » de signification relativement stables et prédictibles du comportement des utilisateurs à l’égard des NTIC et de l’acceptabilité de celles-ci.

La dynamique des profils

205Mais il existe aussi des aspects dynamiques de ces profils qui montrent à quelles conditions la prédictibilité des comportements d’usage reste convenable et dans quelle direction peuvent éventuellement survenir des changements radicaux de comportement de l’utilisateur et d’acceptabilité des NTIC, si ces conditions ne sont pas considérées comme respectées par l’utilisateur.

206• Le fan

207Très homogène, le profil du fan est celui d’un passionné qui trouve dans l’usage des NTIC un plaisir immédiat. Il n’est alors contraint que par les limites de son pouvoir d’achat. Cela étant, chez les jeunes, le profil de fan peut représenter une phase transitoire de découverte qui pourrait alors évoluer vers un profil utilitariste.

208D’autre part, le fan peut glisser du plaisir à la dépendance. Il peut s’agir d’une dépendance émotionnelle, véritable « addiction » entraînée par la recherche jamais assouvie du plaisir de manipuler les nouveaux objets et de mettre en œuvre leurs fonctions.

209Il peut s’agir aussi d’une dépendance fonctionnelle, par perte des compétences alternatives, comme chez tout utilisateur intensif (surtout s’il est jeune).

210Le profil du fan pourrait alors trouver son expression paroxystique dans le profil du dépendant, avec toutes les conséquences que l’on connaît en matière de comportement d’usage.

211• Le détracteur

212Le profil de détracteur paraît très stable et durable. Du fait de son refus des NTIC, il manque souvent de compétences, ce qui a tendance à le rendre encore plus détracteur.

213On a pu constater cependant que l’usage « imposé » dans le travail peut finir par démontrer l’intérêt des NTIC. Cette acceptabilité apparaît alors très lentement et se limite le plus généralement à certaines fonctions dans des situations très particulières (la localisation par GPS pour la sécurité en montagne, par exemple).

214• L’utilitariste

215Le profil d’utilitariste centré sur les qualités immédiates de l’usage, donc sur l’ici et maintenant est stable.

216L’utilitariste se donne le temps de connaître et de tester le nouveau produit/service en fonction de ses besoins personnels : si le produit/service n’est pas conforme à ses critères, il ne sera pas utilisé.

217L’utilitariste peut devenir secondairement sensible au respect de certaines valeurs (la liberté individuelle, par exemple) si celles-ci sont bafouées. Mais à ce niveau sa réactivité paraît lente à se manifester s’il n’est pas lui-même touché.

218• L’humaniste

219Centré sur le respect des valeurs, l’humaniste est ancré dans la temporalité longue avec, en particulier, le souci d’assurer l’avenir (par exemple à travers une responsabilité éducative à l’égard des jeunes).

220La référence aux valeurs est pour l’humaniste à la fois une éthique personnelle et un objectif social. Les NTIC sont un enjeu stratégique, politique et économique.

221Dès lors sa relation à l’usage des NTIC est toujours sous conditions. En effet, les NTIC étant considérées comme efficaces, elles peuvent être dangereuses selon l’usage qui en est fait et selon celui qui en fait usage.

222L’acceptabilité des NTIC est, chez lui, le résultat d’une négociation, mais certains de leurs aspects ne sont pas négociables et devraient être interdits. Si certaines valeurs ne sont pas respectées, l’humaniste a une réactivité immédiate et peut alors adopter un comportement temporaire de détracteur pour préserver ses valeurs.

Des pistes de recherche complémentaires

223Toutes ces considérations sur la stabilité et la dynamique des profils ouvrent de nombreuses questions de recherche auxquelles il serait sans doute possible de répondre en complétant notre étude qualitative par une enquête statistique sur un échantillon représentatif de la population française.

224Elle pourrait nous éclairer sur la distribution statistique des profils, ses liens avec des catégories socio-démographiques classiques telles que l’âge, le sexe, le niveau de formation, la catégorie professionnelle et sociale, le niveau de revenus, etc.

225Elle pourrait éventuellement nous permettre d’identifier des dynamiques d’évolution dans les profils, et surtout de tester les relations entre les profils et certaines caractéristiques comportementales de l’usage des NTIC.

226Autre piste de recherche à explorer : le lien éventuel entre ces profils d’identité située sociologiques et anthropologiques et des styles cognitifs, des modes de raisonnement, des formes d’apprentissage, des habiletés mis en œuvre par les utilisateurs des NTIC.

227Y a-t-il correspondance entre les profils d’identité située et des modes de raisonnement, ou les profils et des styles cognitifs ? Certains indices nous le laissent penser. Il apparaît par exemple à première vue que le fan privilégie plutôt un mode de raisonnement inductif dans l’usage des NTIC (partir d’expériences particulières pour construire par induction une loi générale), alors que l’humaniste préférera construire un raisonnement déductif (partir d’une interprétation générale sur la place des NTIC dans la société pour aboutir à une expérience personnelle et particulière d’usage des NTIC).

228Mais bien sûr, il faudra aller plus loin, très au-delà de ces quelques indices. L’enjeu interdisciplinaire est très important : tester l’existence de profils sociocognitifs associant types d’identité située, modes de raisonnement et styles cognitifs

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Cautrès B., Mallein Ph. (1992), « La face cachée du “référentiel” de l’institution agricole : crise du modèle de développement et profils de valeurs des agriculteurs », in B. Hervieu (dir.), Les Agriculteurs aux urnes, Paris, L’Harmattan, coll. « Alternatives rurales », p. 329-349.

Cautrès B., Gerbaux F., Mallein Ph., Carof A., Dubreuil C., Marchat F. (1994), « Les innovateurs économiques du monde rural. Portraits », in C. Courtet, M. Berlan-Darque, Y. Demarne, Territoires ruraux et développement. Quel rôle pour la recherche, Paris, Association Descartes, Cemagref Editions, p. 7-18.

Cayuela C., Chemery J.-B., Cros M., Mallein Ph. (1997-1998), jeu-test « Quel habitant de l’agglomération grenobloise êtes-vous ? », publié dans Métroscope n° 6.

Dubar C. (1998), La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles, Armand Colin, coll. « U ».

Dubar C., Tripier P. (1998), Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Forest F. (2003), « Des sociologies de la réception à la conception assistée par l’usage des techniques d’information et de communication : héritage et enjeux », revue Kovex.

Mallein Ph., Cautrès B. (1993), « Les identités professionnelles des agriculteurs : les profils de valeurs », in ouvrage collectif, Agricultures et société. Pistes pour la recherche, Paris, Association Descartes et éditions INRA, p. 216-230.

Mallein Ph. (1994), « Les nouveaux territoires ruraux des créateurs d’entreprise », Entreprises Rhône-Alpes, n° 1383, p. 42-45.

Mallein Ph., Forest F., Panisset J. (1999), « Les profils d’usager et significations d’usage des sites sur Internet, l’exemple de Redoc et Redost », Bulletin des bibliothèques de France, t. 44, n° 5, p. 25-58.

Mallein Ph., Brun M., Cros M., Favier A. (2003), « Acceptabilité des NTIC et services associés : les profils d’identité située » (rapport France Télécom R&D, suivie par Sylvie Tarozzi), 193 p.

Verchère C. (2002), « Questionner le sens des consommations de substances psychoactives en milieu festif », Courrier des addictions, vol. 4, n° 1.

Notes

1 Voir Mallein et al. (2003), recherche effectuée en liaison avec France Télécom département R&D (suivi de la recherche : Sylvie Tarozzi).

2 Ces recherches s’appuient en priorité sur l’analyse de contenus d’interviews qui nous permettent de faire émerger les différents enjeux associés à telle ou telle pratique (exercice d’un métier, pratique d’habitant d’une ville ou d’une campagne, usage de technologies de l’information et de la communication.). Dans certains cas (identité professionnelle des agriculteurs et identités habitantes), nous avons pu enrichir cette approche qualitative par des enquêtes statistiques qui nous ont permis d’avoir une vue plus complète de la distribution des profils d’identité située et de leurs effets sociaux, culturels, voire économiques (notamment pour les identités professionnelles des agriculteurs).

3 Thèse en science de l’information et de la communication en cours réalisée par Fabrice Forest sous la direction de Martine Poulain, de l’université Louis-Lumière.

4 Thèse de sociologie en cours réalisée par Céline Verchère sous la direction de Barbara Michel, département de sociologie de l’Université Pierre-Mendès-France.

5 CAUTIC : Conception Assistée par l’Usage pour les Technologies d’Information et de Communication. Cette méthode est commercialisée par la société Ad Valor, créée en 1999 en conformité avec la loi sur l’innovation et la valorisation de la recherche publique : cf.www.Ad-Valor.com.

6 Dans le sens où elles sont très intégrées à la personne humaine.

7 Dans le sens où elles sont relativement contingentes à l’environnement social de la personne.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540