Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution néolithique dans le monde

 | 
Jean-Paul Demoule

Préface

La première mondialisation

Jean-Paul Jacob

Texte intégral

  • 1 Voir la récente Histoire de France – Un regard neuf sur le passé, en treize tomes, publiée par les (...)

1Malgré son importance, la révolution néolithique n’appartient pas à notre « roman national ». Jules Michelet ne lui consacre pas une ligne dans son Histoire de France, entreprise après les journées de juillet 1830, qui s’ouvre avec les Celtes et les Ibères. Encore balbutiante, la science archéologique n’a pas fourni au grand historien républicain les « archives du sol » qui lui auraient permis de déceler, au Néolithique déjà, les prémisses d’une césure encore pertinente entre une France du Nord – « rubanée » – colonisée progressivement par le Danube et le Rhin, et une France « cardiale » au Sud, abordée par les colons néolithiques à partir de rivages de la Méditerranée. Le Néolithique est pourtant un moment fondateur : il va définir les premiers traits de la France rurale, dont certaines caractéristiques se maintiendront dans le paysage jusqu’aux grands remembrements de l’après-guerre. Mais la fresque de Michelet, conforme au savoir de son temps, laissera une empreinte rémanente dans l’historiographie nationale, qui ne débute encore le plus souvent qu’avec la conquête romaine ou la fin de l’Empire. Et nombre d’histoires modernes font encore l’impasse sur cette première France agricole inventée par les fermiers du Néolithique1.

2De fait, la révolution néolithique ne peut s’appréhender sans l’archéologie : l’archéologie aérienne puis l’archéologie préventive, dans les dernières décennies, ont livré un très grand nombre de données. Ainsi, tout récemment, les diagnostics du canal Seine-Nord Europe, à Marquion, ont mis au jour cinq fermes du Néolithique. Il en va ainsi sur les très nombreux chantiers archéologiques menés sur de grands linéaires ou sur de grandes surfaces, que permet désormais l’archéologie préventive.

3L’étude de ces bâtiments de terre, de paille et de bois, dont ne subsistent que les trous de poteau et les fossés comblés n’ajoutera pas seulement quelques pages à l’histoire érudite de ce canton du Pas-de-Calais. Elle vient enrichir la connaissance de l’un des plus vastes mouvements démographiques, économiques, technologiques et culturels qu’ait connu l’Humanité, au cours duquel les hommes vont progressivement sur tous les continents – sous des formes dont la diversité, l’inventivité technologique et la simultanéité géographique surprend –, s’assurer la maîtrise du vivant animal et végétal.

4La néolithisation ne s’appréhende qu’à une vaste échelle : elle oblige à pousser les recherches sur le Néolithique européen jusqu’aux monts du Zagros, aux confins de l’Irak et de l’Iran ; elle exige de comparer des phénomènes concomitants en Europe, en Asie, en Océanie et en Amérique ; elle contraint à penser dans des cadres qui dépassent les frontières nationales.

5L’étude de ce vaste phénomène résonne aussi avec les questions les plus actuelles. La néolithisation est la première étape de l’anthropisation systématique de nos écosystèmes : à ce titre, la réflexion actuelle sur le devenir de l’Homme dans la nature, et sur les ressources qu’elle peut – ou ne peut pas – lui apporter, devrait aussi trouver son fondement dans son étude. C’est un mouvement de migrations planétaires qui peut apparaître comme la « répétition » des mouvements démographiques que connaîtra notre planète si le climat change radicalement dans les décennies à venir.

6C’est, enfin, un moment déterminant dans l’histoire du vivant : les hommes du Néolithique, volontairement ou involontairement, en ont été les premiers manipulateurs, transformant le redoutable aurochs en généreuse vache laitière et le frêle théosinte en vigoureux maïs. C’est dans la profondeur de leurs expériences, débutant près de 10 000 ans avant notre ère, que l’on doit inscrire la recherche sur les organismes génétiquement modifiés et que l’on peut éclairer la décision politique sur leur usage, pour ne prendre que cet exemple brûlant.

7On le voit, les éphémères tracés fluorescents, dus aux archéologues de l’Inrap pour marquer le contour des fermes rubanées sur le fertile sol de lœss de la plaine betteravière de Marquion, ne nous disent pas seulement : « Ici vécurent les premiers fermiers du Pas-de-Calais ».

8Et c’est tout l’intérêt de cet ouvrage que réunir des chercheurs de tous les continents pour dresser un état de la connaissance sur de la révolution néolithique dans le monde.

Notes

1 Voir la récente Histoire de France – Un regard neuf sur le passé, en treize tomes, publiée par les éditions Belin, sous la direction de Joël Cornette, qui débute encore avec le baptême de Clovis !

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540