Version classiqueVersion mobile

Le chant des serpents

 | 
Christine Guillebaud

Troisième partie. Les sons et leurs propriétés

Les sons et leurs propriétés

Texte intégral

1Comment les musiciens itinérants utilisent-ils le son dans leurs pratiques rituelles ? Comment celui-ci est-il perçu par les auditeurs ? De quels types de discours fait-il l’objet ? Dans cette dernière partie, nous tenterons de comprendre comment certains sons, principalement dans le rituel, se voient attribuer des qualités propitiatoires. Les musiciens accordent un statut privilégié à la voix et la parole. L’usage singulier qu’ils font des onomatopées et de certains procédés de verbalisation syllabique leur permet précisément de qualifier et hiérarchiser les sonorités instrumentales (sourdes, claires, fortes, faibles, etc.) auxquelles ils attribuent des qualités différentes en terme d’efficacité rituelle. Là se situe le fondement de la classification locale des sonorités en « divines » et « asuriques » qui sera analysée à l’échelle des pratiques des musiciens itinérants mais aussi dans le cadre plus large des activités rituelles du temple hindou. Cette classification se retrouve, en effet, parmi d’autres castes, principalement chez les Aṃpalavāsi (« habitants du temple »), musiciens de statut intermédiaire attachés aux services cultuels des temples. L’ethnographie des espaces sonores du temple aux serpents de Mannarasala, révélera différentes logiques de distribution et d’accumulation des musiques en fonction des lieux, du statut de caste des musiciens et des actions rituelles menées (pūja, sacrifice, procession, etc.). Nous montrerons ainsi que les sons font l’objet de représentations spécifiques – variables selon des critères d’ordre spatial, sociologique et esthétique – et que les discours confirment à l’évidence d’une intention de les structurer. En dernier lieu, il nous faudra revenir sur les conceptions spécifiques aux musiciens itinérants et sur les effets propitiatoires qu’ils attribuent à leur musique. Nous analyserons comment ils valorisent les sons eux-mêmes pour leurs propriétés majestueuses et fastes, propres à capter l’attention des auditeurs et à traiter efficacement de leurs maux et infortunes.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search