Version classiqueVersion mobile

Sciences et médias

 | 
Sébastien Rouquette

Glossaire

Texte intégral

1Les mots qui figurent dans le glossaire sont signalés par un astérisque* dans le texte.

2Clôture normative : fermer, restreindre les règles à suivre, les normes de comportements, les usages édictés.

3Cognitif : désigne l’ensemble des processus d’acquisition des connaissances, des mécanismes d’acquisition, de traitement analytique et d’exploitation de l’information.

4Dispositif d’énonciation : le dispositif d’énonciation détermine les circonstances dans lesquelles une parole a été prononcée ou un texte produit.

5Effet serendip : effet défini par Robert Merton en 1958 comme la « découverte, par chance ou par sagacité, d’informations qu’on ne cherchait pas exactement ». L’internaute surfe en suivant les liens proposés dans les articles, quitte à changer d’objectif en cours de route.

6Efficience : qui multiplie l’efficacité, la performance, le rendement de quelque chose.

7Empirique : qui ne s’appuie que sur l’expérience, en parlant d’une méthode ou d’un mode d’accès à la connaissance.

8Énonciateur : l’énonciateur est l’actant (la personne) responsable de l’énoncé – écrit ou oral – adressé à un destinataire.

9Epistémologie : discipline qui étudie les fondements des connaissances scientifiques, leurs concepts, méthodologies de productions des données, principes de validation.

10Espace public : le concept d’espace public fait à la fois référence à un processus historique concret (la lente séparation entre l’État et la société civile), mais aussi à une théorie particulière de ce que doit être, dans l’idéal, une démocratie. Le concept d’espace public est donc tout à la fois descriptif (il rend compte d’un phénomène) et normatif (il véhicule une conception particulière de la démocratie).

11Expert/Expertise : personne choisie en fonction de sa compétence reconnue (détention d’un savoir ou d’un savoir-faire éprouvé) dont l’activité (expertise), faite d’examens, de constats, de vérifications, d’appréciations, d’estimations, est destinée à apporter à son mandataire des éléments permettant la formulation d’un jugement ou d’une décision (expert en assurance, expert dans un tribunal).

12Innocuité : caractéristique d’un objet ou d’une personne qui n’est pas nuisible, dangereux, toxique…

13Légitimation : processus de justification de ce que fait, pense, décide, un groupe ou une personne.

14Médiation : mediare d’où vient médiation signifie « être au milieu, s’interposer ». D’un côté, le médiateur s’interpose entre ces deux parties, en particulier dans une situation de conflit. De l’autre, il (juridique, familial ou médiatique) sert d’intermédiaire entre deux parties, deux personnes, un individu et la société, transmet des informations, fait passer des messages.

15Obérer : au sens littéral obérer signifie s’endetter. Dans l’expression « obérer la réalité », obérer prend le sens d’handicaper, de limiter à l’accès à la réalité.

16Paradigme : utilisé en particulier par Kuhn pour désigner une conception théorique dominante ayant cours à un moment donné dans une communauté scientifique, et qui délimite les objets, les thématiques à questionner sur un plan scientifique, les méthodologies à employer pour résoudre ces questionnements et fonde des éléments explicatifs des faits.

17Prégnance : qui prédomine, qui s’impose par rapport au reste, qui est particulièrement expressif.

18Profane : le profane désigne les personnes qui, par opposition aux experts, n’ont pas de connaissance particulière dans le domaine scientifique en question.

19Pure player  : un pure player est un site de presse en ligne financièrement non adossé à un média hors ligne. Exemple : slate.fr

20Solipsisme méthodologique : il s’agit d’une position méthodologique selon laquelle la connaissance de quelque chose extérieur à son esprit est injustifiée.

21Stratégie discursive : en analyse du discours, l’analyse des stratégies discursives porte sur les formes de légitimation et les arguments de crédibilisation des discours étudiés.

22Substantialistes : le substantialisme alloue une existence substantielle aux idées générales, postule philosophiquement l’existence de réalités permanentes.

23Vulgarisation  : la vulgarisation – on dit significativement en anglais popularisation – de la science, est un procédé de simplification d’un contenu scientifique complexe et/ou abstrait à destination d’un public profane.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search