Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences et médias

 | 
Sébastien Rouquette

Les publics : des réceptions plurielles

Suzanne de Cheveigné

Note de l’éditeur

Reprise1 du no 21 de la revue Hermès, Sciences et médias, 1997

Texte intégral

Cet article est tiré d’une étude de réception réalisée auprès du grand public. Ce texte est axé autour de quatre émissions scientifiques télévisées :
Savoir Plus Santé (1992-2006) est un magazine médical bimensuel présenté le samedi midi par Martine Alain-Regnault (remplacée par Sophie Aurenche en 2004) et François de Closets (remplacé par Laurent Broomhead en 2000), sur France 2. Ce magazine fondé sur des témoignages de malades, des reportages et des explications médicales se veut familial et accessible à tous.
Connaissance de la Science est une émission de 52 minutes, axée autour de six sujets et de débats, animée par Paul Amar dans la première moitié des années 1990 sur TV5.
La Marche du Siècle est un débat de société animé par Jean-Marie Cavada, sur A2 puis FR3, avec une longévité exceptionnelle : de 1987-1999. Composé d’un plateau de 7 à 10 invités, dont plusieurs scientifiques, il traite de manière pédagogique des grandes questions médicales et de société.
Envoyé Spécial est un magazine hebdomadaire de la rédaction de France 2 diffusé en première partie de soirée chaque jeudi de septembre à juin depuis 1990. Il a déjà fêté ses 20 ans de diffusion. Ce magazine de société, composé en moyenne de trois thèmes par numéro, a pour objectif de produire des reportages approfondis et de qualité sur tous les grands phénomènes de société et d’actualité du moment.
S.R.

1Que se passe-t-il quand la Science passe à la télé ?

  • 2 Pour un panorama sur la recherche en réception des médias, voir Dayan, D. (dir.), Hermès, no 11-12,(...)
  • 3 Cette recherche a été financée par la Délégation à l’Information scientifique et technique du minis (...)

2Pour le savoir, nous avons mené, en collaboration avec Éliséo Verón, une étude en réception d’émissions scientifiques auprès du grand public2. Cette démarche consiste à susciter des discours sur des objets médiatiques, ici des extraits d’émission, afin d’analyser les mécanismes cognitifs et affectifs de production de sens auxquels ils donnent lieu (Verón, 1988). Comme on va le voir, il s’agit d’une démarche comparative à la fois des formes télévisuelles et des discours des récepteurs3.

  • 4 Voir VerÓn, É., « Quand lire, c’est faire : renonciation dans le discours de la presse écrite », in(...)
  • 5 Fischer, S., Veron, É., « Théorie de renonciation et discours sociaux », Études de Lettres, 1986, p (...)

3Le modèle théorique qui soutient cette étude est celui du « contrat de lecture4 ». Un texte médiatique propose à son lecteur (ou spectateur) non seulement un contenu mais aussi une relation. Cette proposition est matérialisée dans le texte par le dispositif d’énonciation*, au sens où l’entend Antoine Culioli : la construction des êtres discursifs que sont l’énonciateur* et le destinataire et, partant, d’une relation entre les deux5.

4Au lecteur ou au spectateur d’accepter ou non cette proposition. En d’autres termes, la façon dont on s’adresse au téléspectateur peut avoir autant d’importance que le contenu qu’on lui propose. C’est ce que nous allons confirmer dans la suite de cet article.

5Dans un premier temps, il nous fallait établir des critères de choix d’extraits à tester, à sélectionner parmi les émissions diffusées en France pendant la saison 1992-1993. Nous avons choisi de retenir des séquences d’écriture télévisuelle homogènes, que nous avons appelé « formes » : reportage, démonstration d’appareil, interview, etc., chacune correspondant à un certain type d’organisation temporelle et spatiale.

6Nous avons réalisé vingt entretiens semi-directifs autour de ces extraits, soit individuels au domicile des personnes, soit en groupe de quatre ou cinq personnes, en salle de réunion.

7Cette recherche explore donc les lectures possibles des émissions choisies, mais ne peut rien dire du poids relatif de ces différentes lectures au sein des populations concernées.

La télévision et les souvenirs d’école

8L’institution télévision est familière pour la plupart des personnes interrogées, et elles entretiennent à son égard des attitudes fortement structurées. Nous avons donc fait un premier classement des entretiens, selon que leurs propos exprimaient un a priori favorable ou défavorable à la télévision en général et en tant que support de discours sur la science.

9Quant à l’institution scientifique, elle est souvent perçue comme plus lointaine, voire mystérieuse (Boy, 1994). Les individus ont des visions très différentes de l’accessibilité du savoir qui y est produit, et ces visions dépendent de la perception qu’ils ont des limites de leur propre savoir, de leur capacité à apprendre ou comprendre, et aussi du souvenir qu’a pu leur laisser l’école. Ces discours nous ont permis de définir un second critère de classification : la frontière entre savoir et non-savoir est-elle vécue comme non problématique ou bien conflictuelle et douloureuse ? Le croisement de ces deux variables, indépendantes l’une de l’autre, définit quatre positions de parole.

10Parmi les personnes qui tiennent un discours a priori défavorable à la télévision, deux types de lecture fort différents sont apparus, en fonction du rapport de l’individu à son ignorance. L’ignorance d’un domaine qui n’est pas le sien ne pose pas de problème à l’intellectuel : il s’agit d’une personne munie d’un bagage culturel important, confiant en sa capacité personnelle à aborder des thèmes qui lui sont éloignés, mais pour qui la télévision n’est pas une source légitime de savoir. En revanche, l’exclu vit son ignorance de manière très douloureuse, mais n’attend rien non plus de la télévision.

11Nous analyserons ici les discours globalement favorables vis-à-vis du média télévision, tenus par des personnes qui vivent les limites entre leur savoir et leur non-savoir de manière insouciante ; ils représentent un type de lecture « bénéficiaire ». D’autres, que nous appellerons « intimistes », expriment la difficulté, voire la souffrance, rencontrées lors de l’acquisition de savoirs. Il est important de noter que la typologie ainsi dégagée vaut pour des discours tenus face à ces extraits d’émissions scientifiques, et ne caractérise pas les individus en eux-mêmes. Il faut d’autre part souligner à quel point les discours tenus par une personne sont cohérents d’un bout à l’autre de l’entretien, et à quel point ils se ressemblent à l’intérieur d’un type donné – c’est ce qui permet l’établissement d’une telle typologie des lectures.

La lecture bénéficiaire

12La lecture bénéficiaire apparaît le plus souvent dans les catégories socioprofessionnelles moins élevées. Globalement favorable à la télévision, elle n’exprime pas de distance aux autres téléspectateurs, reconnaît l’appartenance à un collectif, celui du « Français moyen » : « Moi je fais partie des... du citoyen moyen. Moi, c’est la télévision, c’est l’information qui vient à moi. »

13Certaines émissions peuvent être critiquées justement lorsqu’elles ne semblent pas répondre à leur vocation « grand public » : « On a l’impression que dans cette émission la science s’adresse à une certaine catégorie de gens et que, bon, le Français moyen n’a pas sa place dans son canapé en regardant cette émission. »

14Le rôle d’intermédiaire joué par le journaliste est non seulement accepté mais souhaité. On s’identifie à lui : « Il essaie d’aller à l’essentiel. Le scientifique pourrait se perdre dans des explications dont les gens ne s’intéressent pas ou qui s’adresseraient à certains initiés. Là, il essaie de centraliser, de cibler le discours du scientifique sur vraiment ce qui est important. »

15Il n’y a chez le bénéficiaire ni refus du spectaculaire ni rejet de l’emprise de la télévision sur le monde scientifique. À propos de la démonstration par un journaliste de la caméra à positrons : « Il y a toute une mise en scène qui fait qu’on est très intéressé. » L’image est considérée comme une aide importante à la compréhension. On observe donc ici une adhésion sans réserves à l’institution télévision, mais qui reste accompagnée d’un regard critique sur la qualité de ses performances. Sa propre ignorance ne pose pas de problème au bénéficiaire : il la reconnaît et l’accepte. Il est curieux et optimiste sur les possibilités d’engranger des éléments d’information, à condition certes de consentir un certain effort. Mais son modèle du savoir est agrégatif : qu’apporte cette émission ? « Comme toute émission scientifique, quand on n’est pas scientifique, c’est-à-dire un enrichissement, une information, qu’on n’irait pas forcément chercher dans un livre. »

16Le monde scientifique paraît lointain, dans la lecture bénéficiaire, et les scientifiques semblent avoir un mode de pensée particulier : « Les chercheurs sont des gens qui sont confrontés à un problème et [...] ils tournent autour jusqu’à ce qu’ils trouvent une solution. Non pas une solution mais des solutions, des réponses, et qu’ils n’ont jamais fini de tourner autour du même sujet. Ce qui n’est pas la démarche habituelle des gens. Donc ce sont des gens qui peuvent avoir une façon de réfléchir qui est différente des autres, c’est obligé. »

17Le bénéficiaire est soulagé lorsque le monde scientifique apparaît malgré tout accessible : « On voit arriver cette scientifique en voiture comme nous on pourrait le faire pour notre travail [...]. Ça ne donne pas l’impression d’un scientifique toujours enfermé dans son laboratoire, totalement en marge des réalités. »

18L’optimisme du bénéficiaire est associé à une exigence pragmatique pour sa vie quotidienne, à l’intérêt de ce qu’il peut apprendre. La spécificité perçue de la démarche scientifique ne l’empêche pas de penser qu’il peut accéder, moyennant un effort, à des fragments de connaissance scientifique.

Les bénéficiaires déçus

19Un des groupes, dont le discours était proche de la lecture bénéficiaire, a cependant basculé de cette attitude optimiste vers la déception. La situation d’entretien de groupe exacerbe les positions exprimées et elle est intéressante en cela car elle permet de mettre en évidence les mécanismes cognitifs* sous-jacents aux discours. En ce qui concerne la médiation* de la télévision, ce groupe était particulièrement sensible aux éléments soulignant le soin apporté à la préparation de l’émission, à la qualité de l’accueil réservé au scientifique comme au téléspectateur qui s’identifie au public sur le plateau : « Le public derrière nous donne l’impression, nous, quand on est chez nous, d’être dans un mouvement de groupe, de participer [...]. On se dit tiens, on n’est pas tout seul à s’intéresser, il y a des gens derrière, même s’ils sont là pour décorer (La Marche du Siècle). »

20Par ailleurs, la critique des insuffisances perçues de l’institution télévision est bien plus acerbe que chez le bénéficiaire ; on va jusqu’à mettre en doute l’authenticité de la démonstration de la caméra à positrons : « Moi j’y crois pas [...]. On le voit, il rentre, il parle, puis c’est pas lui. Après c’est le bras de quelqu’un d’autre. [Rires] Franchement c’est net, ça pose pas une seconde d’hésitation. Il montre comment on se met. On voit bien que c’est pas lui. Pour moi c’est clair. »

21L’argent et l’audimat sont très présents à l’esprit de ce groupe – signes que l’accueil offert au téléspectateur est intéressé et non sincère : « Ça reste simple comme émission et puis on n’a pas l’impression qu’il y a une tonne d’argent dépensée pour faire l’émission (La Marche du Siècle). »

22Cette grande exigence envers l’institution télévision en tant qu’intermédiaire a entraîné un violent rejet de l’extrait de Connaissance de la Science, l’émission de Paul Amar, dont ces personnes se sentaient exclues. Une phrase terrible exprime cette angoisse : « Ce que [le scientifique] dit, c’est aussi intéressant mais on a l’impression que dans le studio, il y a les mots qui partent et qu’il n’y a personne pour les arrêter, ni journaliste, ni caméra, ni rien ».

23La crise de légitimité qui touche à la télévision dans les années quatre vingt dix a probablement affecté le contrat des bénéficiaires déçus avec ce média alors que les bénéficiaires apparaissent comme les destinataires « idéaux » de la vulgarisation grand public. Reste que l’on cerne mieux ici la demande faite au médiateur : accueil et reconnaissance du téléspectateur.

La lecture intimiste

24Dans leur perception positive de l’institution télévision, les lectures bénéficiaire et intimiste ne sont pas très éloignées. Mais pour la seconde, le journaliste est davantage l’interlocuteur du scientifique et doit laisser celui-ci parler, sans traduire ses paroles. Celui-ci ne doit en aucun cas s’interposer entre le téléspectateur et le scientifique.

25L’élément décisif qui différencie la lecture intimiste de la lecture bénéficiaire est le rapport de la personne à sa propre ignorance : l’intimiste est bien moins insouciant que le bénéficiaire, et un sentiment de malaise perce dans son propos. « [La science] Ça évoque quelque chose qui m’intéresse fortement mais où je me sens tout petit [...]. Ça m’évoque Science et Vie Junior car le Science et Vie normal, il est trop costaud pour moi. »

26Ce vécu problématique des limites entre savoir et non savoir conduit l’intimiste à rejeter tout ce qu’il perçoit soit comme un dispositif scolaire, soit comme une mise en cause de ses capacités intellectuelles. Il est important de noter que dans d’autres lectures, les mêmes éléments non seulement n’étaient pas rejetés, mais n’étaient tout simplement pas interprétés de la même façon. « [François de Closets] gagatise [le téléspectateur] comme un benêt qu’il faut éduquer. [Jean-Marie Cavada] est un peu inspecteur dans l’amphi, avec remise des trophées en fin de scolarité. »

  • 6 Où les deux interlocuteurs ont des statuts équivalents, à opposer à une situation d’échange complém (...)

27Ce que l’intimiste recherche avant tout, c’est le face à face avec le scientifique, aussi proche que possible. Son imaginaire est nourri par un dispositif que l’on peut qualifier, en suivant la conceptualisation batesonienne6, de symétrisant, où il se retrouve de plain-pied avec le scientifique.

28Peu importe alors si le langage du scientifique est parfois difficile à comprendre : « Clair, tout en utilisant des termes scientifiques. C’est-à-dire qu’on ne prend pas non plus le téléspectateur pour un idiot en essayant de mettre un mot à la place d’un autre.

29Parce qu’il y a des mots qui ne se remplacent pas. Et même si a priori on ne les connaissait pas, on est tout à fait capables de les comprendre. C’est quand même avoir du respect pour le téléspectateur que de dire une phrase simple en utilisant des mots scientifiques. »

30Contrairement à la lecture bénéficiaire, la lecture intimiste comporte un jugement négatif sur ce qui est considéré comme une mise en scène artificielle et spectaculaire dans les émissions de terrain (en dehors, donc, des entretiens avec un scientifique). Elle refuse l’intervention trop visible de l’institution télévision : « [Ce que je préfère] c’est où on pose des questions claires, il y a des réponses précises, où la caméra bouge le moins possible, où quand il y en a un qui parle, à la limite on ne voit que lui [...] que les présentateurs ou journalistes, parce que c’est des journalistes, soient le moins visibles possible, qu’ils s’effacent devant les protagonistes de ce qui est montré. Ils savent le faire quand ils veulent. »

31Si l’intimiste est sensible à la question du passage entre le non-savoir et le savoir, c’est parce qu’il connaît, de par sa propre expérience, l’effort et l’investissement que cela représente.

32Nombre d’intimistes, en effet, sont sur une trajectoire socioprofessionnelle ascendante, situation fréquente depuis la démocratisation de l’enseignement supérieur. Acquérir un savoir, maîtriser les enjeux d’un domaine scientifique ou professionnel, n’est pas chose facile et la pression familiale et sociale a dû être souvent forte, d’où leur défiance face à des dispositifs qui leur rappellent l’école. À leurs yeux, ce n’est que le rapport direct avec celui qui sait de quoi il parle, le scientifique, qui peut assurer un minimum de garanties d’authenticité. D’où l’insistance sur le fait que le journaliste ne doit pas faire écran entre le scientifique et le téléspectateur. Cette forte valorisation du savoir acquis amène les intimistes à réagir négativement lorsqu’ils ressentent que la frontière entre ce qui est scientifique et ce qui ne l’est pas s’efface. D’où le refus de la spectacularité télévisuelle, leur attente d’une présentation discrète et le sentiment que, parfois, les hommes des médias manquent de respect à l’égard des scientifiques. D’où aussi le fait qu’un défaut de compréhension du vocabulaire ne leur paraît pas rédhibitoire : de ce point de vue, la difficulté ne fait que rappeler les frontières entre le savoir et le non-savoir.

33La lecture bénéficiaire est radicalement opposée, n’exprimant pas ce souhait de contact direct et valorisant avec le scientifique. Bien au contraire, la télévision doit jouer littéralement son rôle de médiateur afin d’accueillir le téléspectateur, de s’interposer entre lui et un scientifique perçu comme étrange, voire étranger aux préoccupations du commun des mortels. Visions différentes de la science, activité menée par des personnages exceptionnels, ou ensemble de réponses à des questions concrètes. Demandes différentes faites à l’institution télévision, pourvoyeuse d’un contact direct avec les scientifiques ou bien proposant un écran interprétatif. Le choix des uns et des autres s’est exprimé de façon très nette : la qualité de la relation proposée ainsi par le médiateur au téléspectateur est essentielle dans l’acceptation d’un type d’émission ou un autre. Il n’y a pas de forme idéale pour la communication d’un savoir scientifique tout simplement parce qu’elle n’a pas un public unique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bateson, G., Steps to an Ecology of Mind, London, Paladin Granada, 1973.

Boy, D., Les attitudes des Français à l’égard de la science, Rapport SOFRES, Paris, 1994.

Fouquier, E., Verón, É., Les spectacles scientifiques télévisés. Figures de la production et de la réception, Paris, La Documentation française, 1985.

Metz, C., L’énonciation impersonnelle ou le site du film, Paris, Klincksieck, coll. « Méridiens », 1991.

Notes

1 Publié sous le titre « La science médiatisée : le discours des publics », p. 95.

2 Pour un panorama sur la recherche en réception des médias, voir Dayan, D. (dir.), Hermès, no 11-12, À la recherche du public, CNRS Éditions, 1993.

3 Cette recherche a été financée par la Délégation à l’Information scientifique et technique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et par le Programme Communication du CNRS. Cette étude a été précédée par une première recherche auprès du grand public adulte, suivant une méthodologie légèrement différente (Fouquier et Verón, 1985).

4 Voir VerÓn, É., « Quand lire, c’est faire : renonciation dans le discours de la presse écrite », in Sémiotique II, Paris, IREP, 1984 ; « L’analyse du contrat de lecture : une nouvelle méthode pour les études de positionnement de supports de la presse écrite », in Les médias. Expériences, recherches actuelles, applications, Paris, IREP, 1985 ; « Presse écrite et théorie des discours sociaux : production, réception, régulation », in Chareaudeau, P. (dir.), La presse : produit, production, réception, Paris, Didier Érudition, 1988.

5 Fischer, S., Veron, É., « Théorie de renonciation et discours sociaux », Études de Lettres, 1986, p. 71.

6 Où les deux interlocuteurs ont des statuts équivalents, à opposer à une situation d’échange complémentaire, telle que celle entre maître et élève (Bateson, 1973). Voir une discussion de l’application de ce concept de Bateson aux discours sociaux dans les médias dans Verón, 1984, op. cit., p. 33-56 et Verón, 1985, op. cit., p. 203-230.

Auteur

Chercheuse au Centre Norbert Elias de Marseille. Ses travaux actuels portent sur les manières dont la société traite des questions de science, de techniques ou de problèmes environnementaux. Elle s’attache à comprendre l’ensemble des jugements et des exigences – éthiques et démocratiques entre autres – que la société exprime à l’égard de la science et de ses produits.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540