Version classiqueVersion mobile

Sciences et médias

 | 
Sébastien Rouquette

Les chercheurs en sciences sociales. Profits médiatiques et risques académiques

Caroline Lensing-Hebben

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

  • 1 Cet article est basé sur une thèse défendue à l’IEP de Paris en décembre 2010, pour laquelle l’aute (...)
  • 2 Pour le corpus, un échantillon a été constitué selon les critères et une catégorisation de sujets à (...)
  • 3 Les citations de chercheurs sont extraites des entretiens menés par l’auteure.

1Un petit nombre de chercheurs en sciences sociales, très visibles, appelés tantôt experts* tantôt intellectuels, est entouré d’une fabuleuse aura faite de beaucoup de préjugés1. On les considère alternativement comme des pantins manipulés ou des grands prêtres. À cette vision floue et confuse nous souhaitons substituer une perception analytique en recueillant la parole2 de chercheurs eux-mêmes médiatisés. Les usages que les spécialistes en sciences sociales font notamment de la télévision sont à ce jour très peu couverts par le champ des connaissances empiriques*. La relation entre deux univers traditionnellement opposés fut longtemps marquée du sceau de la suspicion, le médium de masse lui-même étant perçu avec tant de méfiance, réserve, frénésie, pathos mêlés (un interminable procès ?), que la télévision elle-même resta longtemps un objet non-pensé qui peine toujours à incarner un objet noble de connaissances. Les universitaires et la télévision, c’est bien là un objet que beaucoup méprisent, dénigrent, critiquent, sans toujours beaucoup la regarder. Pourtant, quand un collègue y passe, ou pire, y reste, combien sont à se dire : et pourquoi lui ? Pourquoi pas moi ? « Ils sont prêts aujourd’hui, par rapport à il y a 20 ans, à ramper pendant des heures et des heures pour 40 secondes de radio ou de télévision » (Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS)3. Cet article cherche donc à analyser un phénomène incontestable : la forte présence de certains chercheurs dans les médias audiovisuels, en examinant notamment deux questions. 1) Sur quels critères, les médias choisissent-ils les quelques spécialistes d’une discipline qui passent régulièrement sur les plateaux télévisés ? 2) Ces scientifiques tirent-ils un bénéfice professionnel de leur exposition médiatique ou au contraire le paient-ils dans leur carrière ?

Genèse de la médiatisation des chercheurs

2La première interrogation consiste à comprendre pourquoi le nombre d’« élus » médiatiques est ainsi restreint à une poignée d’intervenants récurrents. L’emploi du vocable « élu » sous-tend un premier constat : le chercheur est très rarement à l’initiative de sa médiatisation.

  • 4 Debray, R. « Savants contre docteurs », Le Monde, 18 mars 1997.

3Parmi les critères électifs qui autorisent à prendre la parole dans les médias audiovisuels, les références constituent le premier gage de légitimité. Les titres universitaires, les positions d’autorité, ou tout autre item permettant de labelliser un invité comme « spécialiste » ou « expert » sont fondamentaux. Le statut confère la compétence car l’estampille de la science (Durkheim) fait foi. Au-delà de l’expert individuel, c’est en quelque sorte le « système science » lui-même qui est convoqué. Régis Debray attire l’attention sur les effets de source : « c’est vrai parce qu’un tel l’a dit. Il clôt le débat avant de le nouer ? Il ne démontre ni n’établit rien ? Qu’importe. C’est un grand. Voyez ses titres, tirages, élèves, adeptes. Le monde des “sciences humaines” marche au plausible, non à l’attesté ; au prestige du proférateur, non à l’importance de sa découverte4. » Les journalistes « s’adressent aux institutions qu’ils connaissent » dit D. Gaxie (politiste).

4Les universitaires n’échappent pas aux effets de mode. Des sujets sont en vogue ou cessent de l’être et, avec eux, les scientifiques associés. « C’est l’actualité qui les fait » affirme A. Garrigou (politiste). C’est ensuite par l’urgence inhérente au travail journalistique que R. Boudon explique « qu’ils se répètent beaucoup les uns les autres. […] Si vous savez que quelqu’un est passé à tel endroit, vous le faites passer aussi chez vous ». La nature parfois paradoxale de la dynamique du ricochet a été mise à jour, à travers le cas de G. Kepel (islamologue), érigé en spécialiste de Saddam Hussein à partir d’un livre qui ne concernait d’aucune manière ce personnage. « En 1991, moi je passais mon temps à sillonner Paris en taxi pour aller d’une télé à une autre. Et je ne me démaquillais plus. Je restais maquillé parce que je faisais, je pouvais faire jusqu’à dix télévisions par jour. J’étais devenu si vous voulez la ressource absolue ».

5Par ce recours aux personnes déjà connues, on trouve une illustration de « l’effet Matthieu » mis au jour par Merton, où la médiatisation engendre la médiatisation. Les journalistes se tournent vers les experts qui sont déjà intervenus dans les médias et les présentent à nouveau comme experts, ce qui amène d’autres journalistes à les solliciter. On observe un « renforcement autoproclamé de la considération : on donne à celui qui possède déjà. Celui qui est hautement considéré obtient, de ce seul fait, davantage de considération » (Franck, 1998, p. 156).

« Toujours les mêmes “experts” ! »5

  • 5 Rimbert, P., « Combats pour les Médias », Le Monde diplomatique. Manière de voir, no 80, avril-mai (...)
  • 6 Cf. Conrad, P., « Uses of Expertise : Sources, Quotes, and Voice in the Reporting of Genetics in th (...)

6Jusqu’ici, nous avons suggéré que les conditions d’accès à l’espace médiatique audiovisuel tenaient à la fois aux objets d’études, à ce qui fait l’actualité médiatique, sociale et politique du moment ou encore au prestige de l’institution à laquelle un chercheur appartient, voire son expérience médiatique ou sa notoriété préalable. S’il arrive qu’un des éléments suffise parfois à générer une « entrée en force » (R. Rémond, politologue) dans le champ médiatique, c’est souvent la conjonction de plusieurs de ces paramètres. Mais tous ces facteurs, y compris l’effet cumulatif (« Quand on a commencé une fois, les gens vous rappellent » [J.-L. Parodi, politologue]) ou l’effet Matthieu, restent des données insuffisantes pour expliquer à elles seules la domination quasi permanente, dans l’espace du débat médiatique audiovisuel, de figures publiques récurrentes. Poursuivons donc notre tentative de démêler l’écheveau des raisons de ce privilège d’accès aux grands médias. Certains scientifiques sont assiégés par les journalistes – on les appelle aussi les usual suspects6 – tandis que d’autres ne sont jamais contactés. Pourquoi cette disparité ?

  • 7 Bouveresse, J., « Les médias, les intellectuels et le sociologue », Bourdieu savant et politique, 2 (...)

7« Si l’on voit certains dix ou vingt fois plus que d’autres à la télévision, ce n’est peut-être pas uniquement parce qu’ils ont dix ou vingt fois plus de talent7. » En effet, une fois l’intervenant potentiel repéré, encore faut-il qu’il corresponde aux critères propres au champ journalistique : être ce qu’ils appellent « un bon client ». Il ne suffit pas de posséder des savoirs, il faut un savoir-faire.

  • 8 Bouvier, J., « Les entretiens de l’information », Les Cahiers du journalisme, avril 2003, p. 41.

8On retrouve, à l’intérieur de chaque discipline, des pôles inégalement susceptibles d’intéresser les journalistes de l’audiovisuel. Le binôme abstrait-accessible, le fond versus la forme, revient fréquemment au cours des entretiens. « Je trouve la sociologie, quand elle est utile, quand elle va au fond des choses, c’est quand même assez difficile à expliquer. Si vous prenez Weber, je ne le vois pas expliquer l’éthique protestante à la télévision » (R. Boudon, sociologue). Le mode d’intervention le plus apprécié par les journalistes semblerait être l’anecdotique. Ne pas paraître « trop barbant » (J. Mossuz-Lavau), mais au contraire sympathique, souriant et poli (A. Garrigou s’exprime de façon figurative : « Giacometti, il est comme son visage, il est lisse, il est poli »). « Il y a une sélection, et une responsabilité de la part des rédactions sur les experts que l’on fait intervenir : ce sont généralement les « bons clients », comme on dit, auxquels on est toujours tenté de faire appel, car on sait qu’on aura quelque chose de saillant et de polémique, quitte à ce que ce soit tout à fait erroné8

9Le chercheur qui veut s’assurer ses conditions de félicité doit ensuite accepter de rentrer dans une problématique qui n’est pas nécessairement la sienne. « Ces bons clients, ils sont bons, mais ils sont aussi bons parce qu’ils acceptent les questions qu’on leur pose » (B. François). G. Noiriel a ainsi « réalisé que finalement on n’existait que si l’on acceptait de répondre aux questions qui intéressaient les journalistes ».

10L’ensemble des règles imposées par le champ journalistique est la plupart du temps tacite. Ce sont des règles qui se pérennisent, qui cristallisent et solidifient peu à peu les pratiques, jusqu’à produire une culture commune (Mercier, 1996). Celui qui abroge à la règle est exclu du cercle. Les chercheurs ne sont pas en situation de la changer ou de l’abolir.

« La liste »

11Les médias choisissent ainsi les porte-parole les plus conformes à leurs attentes, c’est-à-dire des intervenants qui ont démontré leur disposition à se soumettre aux exigences professionnelles des journalistes, à intégrer les cadres spécifiques au moyen desquels les médias représentent la réalité du monde commun. Ceux-là sont inscrits sur « une liste » de noms qui suscite chez les universitaires bien des interrogations et même une certaine irritation mais qui, selon toute vraisemblance, constitue l’outil principal par lequel s’opère le recours aux paroles extérieures. « Pour être invité à la télé, estime J. Leca (juriste), il faut être considéré comme ayant une marque de fabrique. Autrement dit, vous devez être un spécialiste. Ou bien vous devez être un spécialiste des idées générales. Ce qui est aussi une spécialité, une trade mark. Donc vous devez figurer sur des catalogues, des listes, un peu comme du matériau automobile. Vous êtes un joint de culasse, vous êtes une bougie, vous êtes un truc. »

12Tout indique en effet que ce n’est pas à partir d’une connaissance des travaux que les journalistes établissent « la liste » ou sélectionnent les livres dignes d’attention. « Dès que c’est la Russie, ils demandaient Carrère d’Encausse, son téléphone est occupé alors on appelle Ferro. On appelle Carrère d’Encausse. Ils ne lisent pas, ils ne peuvent pas [en] appeler d’autres » (M. Ferro, historien). L’investissement pour savoir qui sont, sur un sujet donné, les spécialistes d’une discipline selon les domaines de compétence, est un travail qui reste à faire, estime aussi C. Leggewie (politiste) : « La plupart des journalistes sont bien trop paresseux […]. Votre nom figure encore sur leurs listes […]. C’est simple, les journalistes ne font pas leur boulot, ils ne cherchent pas à savoir qui est vraiment bon dans tel domaine ». Interrogé sur ses choix d’un spécialiste, le journaliste A. Massucci répond, « I just run into people at events » (Je fais des rencontres pendants des événements).

« Je ne suis pas du tout rentré à cause de mes mérites scientifiques »

13Pour l’accès à l’espace public* médiatique ce ne sont pas tant les qualités scientifiques, mais une compétence proprement médiatique qui est en jeu.

14Il y a plus de vingt ans, le sociologue américain Gordon R. Shepherd a formulé une problématique toujours d’actualité (Shepherd, 1981). Son étude avait pour but de relever de manière empirique, les personnes que les médias américains présentaient en tant qu’expert, à travers l’exemple du débat sur la marijuana, aux États-Unis, dans les années 1970.

15Résultat : plus des deux tiers des experts sollicités par les médias n’ont jamais effectué personnellement de recherches dans ce domaine. Il a constaté une très faible corrélation entre la fréquence des apparitions dans les médias et la renommée en tant que chercheur sur la marijuana.

16Il y a donc un écart entre la réelle compétence scientifique des chercheurs et leur aptitude à intervenir comme expert. Shepherd résume : « Pour les sources d’information scientifique, la presse semble s’appuyer principalement sur quelques “célébrités scientifiques” plutôt que sur des spécialistes menant des recherches pertinentes ».

Les principes de vision-division

17Des proximités sociales et intellectuelles, voire idéologiques, président également au choix de certains intervenants.

18En interrogeant les figures médiatiques sur leurs voies d’accès aux médias, certaines ont suggéré que des éléments de réponse auraient pu découler d’une question initiale : « Qui sont les copains ? ». Ce raisonnement implique que les sollicitations se font sur la base d’un réseau affinitaire constitué autant dans les espaces privés que professionnels. Dans cette logique qui renforce le « conservatisme des journalistes » décrié par B. François (politiste), l’entre-connaissance sous forme de réseau se maintient et s’auto-alimente au point de ne plus fonctionner qu’en circuit fermé.

  • 9 Rieffel, R., « Du vedettariat médiatique », Hermès, no 4, Le Nouvel espace public, 1989, p. 215-22.

19Dans la perspective singulière des acteurs eux-mêmes, l’hypothèse que les médias ont tendance à s’adresser plutôt aux intellectuels qui sont les plus proches d’eux – sous le rapport du degré de tension du langage, de la sophistication problématique, bref, sous le plus grand nombre possible de rapports – rejoint les interrogations formulées dans les études disponibles s’intéressant aux circuits de l’accès à la sphère publique médiatique sous l’angle de la production d’une culture intellectuelle moyenne9.

  • 10 Boudon, R., « Les intellectuels et le second marché. », Revue européenne des sciences sociale et Ca (...)

20R. Boudon pense que le message de l’intellectuel « n’est efficace que dans la mesure où il est conforme aux croyances de son auditoire10 ». C’est ainsi qu’il a été amené à nous dire que « beaucoup de sociologues un peu généralistes n’apportent pas grande chose du point de vue scientifique mais sont dans la bonne direction du point de vue des idées dominantes ». Autrement dit, il y a peu d’idées défendues dans les médias qui ne confortent les passions dominantes (Tocqueville). Certains universitaires vont même plus loin en suggérant que sont privilégiées les approches qui vont dans la direction du sens commun. Dans cette perspective, le succès dans le champ intellectuel et médiatique serait essentiellement réservé aux personnes qui alimentent une vision préexistante et largement répandue.

21Pourquoi certains cadres conceptuels, orientations théoriques ou méthodologiques, principes d’explication, sont-ils davantage présents que d’autres ? Tout indique que la riche gamme des sciences sociales est largement sous-représentée dans les médias.

22L’accès conditionné, restrictif, voire fermé des grands médias généralistes à certains universitaires ou à certaines idées, peut se traduire par un refus des modes d’expression les plus fortement marqués. La structure génératrice du discours moyen se caractérise dans cette perspective par la recherche d’un point d’équilibre entre deux positions polaires, par un discours qui procède par exclusion des extrêmes. « Ceux qui sont invités régulièrement dans les grandes émissions, ils ont un côté bien arrondi » (D. Gaxie). « Ils sont toujours au centre », affirme aussi G. Noiriel (historien).

Les possibles rétributions de la médiatisation

23Quel rôle peut avoir l’acquisition d’un « capital médiatique » dans la carrière scientifique ? Les figures académiques n’ont-elles pas des intérêts matériels et symboliques qui participent au consentement du jeu des médias ? Et comment expliquer ce paradoxe : les sérieuses réserves exprimées par les chercheurs vis-à-vis des médias audiovisuels alors qu’ils donnent simultanément l’impression de chercher à y apparaître le plus possible ? La défiance originelle de l’instrument dissimule mal que beaucoup ne boudent pas ce « second marché » (R. Boudon) qui leur apporte consécration et notoriété.

  • 11 Wolton, D. « Communication politique de la crise des chercheurs », Année de la recherche, 2005.

24À l’ère de la croyance en un effet puissant des médias, le passage à la télévision est devenu pour de nombreux groupes sociaux un principe de compétition et un enjeu de classement hiérarchique. Dans un monde gagné par la marchandisation, le milieu de la recherche aime se démarquer en se présentant comme « un milieu un peu désintéressé11 ». Le « un peu » est certainement là pour nous rappeler que, tout comme l’on peut difficilement concevoir une science entièrement pure et désintéressée, a fortiori, l’investissement dans les médias audiovisuels répondant à un « devoir » totalement bénévole altruiste et bienveillant relève bien souvent d’une vision rhétorique. Nous avons pourtant vu que cela a bel et bien été le discours d’un certain nombre de chercheurs. G. Carcassonne (juriste) affirme par exemple, « l’honnêteté oblige à dire qu’à moi, ça n’apporte pratiquement plus rien […] sur ces sujets-là, je suis totalement désintéressé ».

Rétributions symboliques et pouvoir réputationnel

25En temps de restriction financière, il devient plus important d’être reconnu publiquement, cela permet de se construire une réputation. Il est incontestable qu’on acquiert par la présence dans les médias un pouvoir réputationnel qui peut entraîner des conséquences extra-universitaires. Neidhardt suggère que ces visible scientists créés par les médias multiplient les chances d’être sollicités pour du conseil politique, et peuvent même espérer exercer une influence dans ce domaine (Neidhardt, 1994). C’est à un article de vulgarisation que E. Cohen (économiste) attribue son entrée au plus haut niveau de France Télécom, l’expérience qui l’aura conduit aux côtés de M. Rocard.

26Ces rétributions symboliques peuvent se convertir en d’autres devises, comme le suggère B. François : « Moi, avant, j’étais un prof que personne ne connaissait. Là, depuis, il y a plein de gens qui me disent – c’est une blague mais c’est intéressant – tu vas être élu au Conseil Constitutionnel un jour. […] On n’est pas payé par les médias mais en réalité les retombées, surtout pour les gens qui sont partout, c’est extrêmement important. »

27Pour renouer avec la théorie tocquevillienne des jouissances immédiates, il doit être souligné que la temporalité de la consécration n’est pas du tout la même dans le milieu académique et médiatique. Repéré et consacré par un média de masse, un chercheur peut accéder à la « célébrité » du jour au lendemain. « J’ai acquis une notoriété immédiate et totale grâce à ce passage à la télé chez Guillaume Durand », confirme E. Cohen.

28Certains universitaires se contentent donc plus des satisfactions et reconnaissances procurées par l’université. Aujourd’hui, déplore D. Schnapper (sociologue), « un professeur au Collège de France a moins de prestige que quelqu’un qui passe à la télévision ». Elle perçoit avec regret cette même évolution où les scientifiques ne savent plus ce que c’est la recherche sans reconnaissance du dehors, « à ce point que la reconnaissance par les pairs soit affaiblie aux dépens des succès médiatiques. Et ça c’est grave pour les disciplines intellectuelles ».

Rétributions matérielles

  • 12 Dunwoody, S., Ryan, M., « Scientific Barriers to the Popularization of Science in the Mass Media »,(...)

29La « visibilité sociale » peut avoir des effets matériels, par exemple sous forme de signature de contrats et d’attribution de crédits pour les laboratoires de recherche. Une enquête a montré que les scientifiques sont prompts à reconnaître un lien de cause à effet entre avoir son nom dans un journal et obtenir des fonds pour sa recherche12. La médiatisation peut ainsi impliquer des enjeux financiers, ce qui n’est pas un enjeu négligeable dans le contexte de réduction budgétaire généralisée qui affecte le monde de la recherche. Certains laboratoires déploient des véritables stratégies médiatiques de valorisation, et emploient aujourd’hui la télévision comme un outil commercial, se voyant contraints de céder à l’engouement pour la communication et la publicisation de leurs recherches en vue d’accroître leurs moyens de financement.

30Nous avons montré ailleurs que la réputation médiatique ne peut pas (encore) remplacer et se reconvertir en légitimité académique. En revanche, il semblerait que les médias deviennent une instance de légitimation parallèle à l’université (pour certaines cibles, non pas auprès des pairs mais auprès des éditeurs, des structures de financement, etc.) ayant des effets substantiels sur les parts de marché, le tirage des livres et l’attribution de crédits auprès de certains laboratoires.

Rémunérations complémentaires

31Le risque de déclassement social touche aujourd’hui aussi les chercheurs, d’où la recherche de rétributions symboliques compensatoires. Certains comme A. Garrigou envisagent le « fait qu’il faut faire des ménages ». De fait, depuis quelques temps, l’on voit apparaître des pratiques qui consistent à « compléter » l’activité du chercheur-enseignant. Certains accèdent tout simplement au statut de journaliste, ou plus précisément de « pigiste » rémunéré, par le biais de contrats occasionnels. i-Télé, RMC et L’Express sont des médias avec lesquels D. Reynié a eu des rapports contractuels. Durant la guerre du Golfe, selon la productrice de CBS, le plus gros problème fut de trouver suffisamment de « têtes parlantes » (talking heads) pour remplir le temps d’antenne. Afin de se garantir à tout moment la disponibilité d’un expert, chaque réseau dispose de plusieurs consultants sous contrat.

  • 13 Jenkner, C., « Kritischer Prof Wurde Ausgeladen », Spiegel Online, 25 juin 2007.

32En Allemagne, le paiement d’honoraire pour la participation à des débats télévisés est chose fréquente. M. Heiks, responsable avec Christiansen de l’émission du même nom, mentionne ici sur le politologue Falter qui « s’est toujours réjoui des honoraires […]. Tout le monde à la rédaction se souvient qu’ils voulaient souvent qu’on les invite, en précisant volontiers que nous payions finalement mieux que les collègues de Phoenix13 ». Falter lui-même nous cita ce critère comme motif de refus lorsqu’il est saturé de sollicitations. « Je refuse également lorsque l’on me propose d’intervenir sans contrepartie financière, je dis que, par principe, même une petite rémunération suffit, sinon on ne reconnaît pas la juste valeur ».

Des séjours de recherche à la Columbia University de New York (septembre 2008 – mars 2009) et à la Ludwig-Maxilimian-Université de Munich (septembre 2007 – février 2008) ont permis d’enrichir nos analyses et l’enquête par entretiens en France d’une perspective Outre-Atlantique et Outre-Rhin. La mise en place d’une recherche enrichie des apports disciplinaires allemands et américains a également permis de réunir pour la première fois (si ce n’est pour de futurs chercheurs s’intéressant à ces questions) le plus exhaustivement possible les travaux existants dans ces trois langues. L’un des intérêts de ce travail de recherche bibliographique fut donc assurément la mise en lumière de travaux ne bénéficiant pas d’une très grande attention dans l’hexagone. Il ne s’agissait pas, il faut le souligner, de mener une étude comparative des trois pays. D’autant que les communautés scientifiques allemande et américaine restent aussi peu explorées que la communauté scientifique française dans leurs rapports aux médias de masse, et notamment audiovisuels.
C. L.-H.

Médias : un pouvoir d’attraction

33R. Boudon a analysé le mouvement concomitant de déclin du premier marché (où le savant vit par et pour l’université) et de développement du marché de type II. Parmi les facteurs, l’on isole la baisse du pouvoir d’attraction de l’université. Boudon insiste sur l’influence de médias qui proposeraient aujourd’hui aux chercheurs des rémunérations matérielles et symboliques très supérieures à celles dont dispose la communauté scientifique. Les institutions de recherche ne parviennent plus à distribuer des gratifications concurrentielles à celles que l’intellectuel trouve sur les second ou troisième marchés.

Science goes public. La « com » des universités

  • 14 Watkins, B.T., « Experts from Academy : Increasing Numbers of Professors Are Appearing in the Media (...)

34Quelques universités encouragent ou financent le contact avec les médias et les prestations de leurs professeurs, dans l’idée que cela aide les universités à attirer les dotations, les contributions et les étudiants14. Le contact entre chercheurs et médias, tel que nous l’avons appréhendé jusqu’ici, était intrinsèquement informel, presque hasardeux, non institutionnalisé. Cela est pourtant en train de changer, et notamment aux États-Unis où nous trouvons une forme très poussée, pro-active pour ne pas dire agressive, de relations publiques, fortement institutionnalisée au sein des universités.

La science au risque des médias15, le jugement des pairs

  • 15 D’après D. Bougnoux, Le Monde diplomatique, sept. 1995.

35Quels jugements les pairs portent-ils sur cette facette de l’activité académique, singulièrement ceux qui ne passent que très peu dans les médias audiovisuels ? Quel impact peut avoir l’acquisition d’un « capital médiatique » dans la carrière scientifique ?

36Premier constat, ce sujet est quelque peu évité dans la communauté des pairs. Mais clairement, le manège médiatique n’est pas toujours bien vu. L’hypothèse initiale de notre enquête (Lensing, 2009) de la possibilité de convertir une réputation médiatique en légitimité académique ne s’est pas vérifiée. Au contraire, il en ressort qu’une bonne réputation médiatique a tendance à nuire à la légitimité académique.

Effets sur la carrière : « Pour un universitaire, il y a un vrai risque »

37La communauté scientifique ne récompense pas ses membres pour informer le public et dans certains cas les sanctionnent plutôt. S’engager dans la médiatisation présente plus de risques que d’opportunités de gratification professionnelle. « Le système de récompenses dans le monde scientifique rend les chercheurs réticents à l’interaction avec la presse. La diffusion d’une information publique participe peu à l’avancement du chercheur dans le champ scientifique et peut même avoir un effet négatif sur son prestige » (Hagstrom, 1965, p. 34-35).

38Malgré l’inscription de la diffusion des savoirs parmi les missions statutaires du CNRS, il s’avère que ces prescriptions ne correspondent guère à la réalité. La plupart des chercheurs médiatisés ne bénéficient d’aucune reconnaissance institutionnelle. Lorsque nous faisons référence à la charte du CNRS qui fait de la valorisation de la recherche un « devoir », E. Cohen rétorque : « C’est du bidon, c’est pas vrai. C’est du bidon. Ils ne le demandent pas du tout […] être un chercheur qui fait de la vulgarisation, être un chercheur du CNRS qui apparaît beaucoup dans les médias, c’est un point très très négatif ». La médiatisation des chercheurs, « ça les dessert complètement » ajoute un jeune chercheur (de Maillard). G. Kepel considère que sa médiatisation assez précoce a nuit à sa carrière académique. « En 1990, j’avais 35 ans, j’étais titulaire, l’extrême médiatisation qui était la mienne à ce moment-là m’a valu des déboires de carrière. Ça m’a valu énormément de jalousie, et une sorte de procès en sorcellerie, sur le thème que je n’étais qu’une prostituée et que ce livre était donc nul. Et ça m’a valu de ne pas être promu au CNRS, ça m’a amené pas mal de conflits à l’intérieur de mon laboratoire à l’époque, le CERI. Et ça m’a contraint à une sorte de purgatoire, j’ai payé très cher pendant les dix années qui ont suivi, j’ai dû y faire extrêmement attention ».

Le regard du chercheur sur le chercheur

39Cette dévalorisation peut prendre des formes très sarcastiques, comme ici un courrier électronique adressé à un millier de chercheurs soulevant la question de savoir quels sujets ont droit de cité sur la liste ancmsp (Association nationale des candidats aux métiers de la science politique). « Je trouve le canal [ancmsp] parfaitement honorable et au moins aussi honorable que les studios de radio ou TV dans lesquels d’autres collègues passent beaucoup de temps après avoir sortis leurs derniers sous-produits politico-éditoriaux » (11 novembre 2005). Beaucoup de collègues font de leurs pairs médiatisés des scientifiques de deuxième classe. Un article paru dans Die Zeit intitulé « Encore lui ! » porte comme sous-titre : « Les stars médiatiques des sciences humaines ont la vie dure. Ils sont réclamés par le public et blâmés par leurs pairs ». Un sociologue, qui préfère rester anonyme, évoque un « plongeon dans la fosse aux lions » : si l’on ne fait pas attention, on est sévèrement puni par le corps professionnel. Un collègue se plaint d’avoir fait l’objet ni plus ni moins d’« une véritable haine », de la part ses propres collègues. Un troisième confirme qu’il doit sans cesse endurer des piques – « mais par derrière, je les apprends par les autres ».

40Les collègues visés y voient essentiellement la marque d’un désir frustré de ne faire partie de l’aréopage médiatique. « La seule rancœur qu’ils puissent avoir c’est s’ils passent moins souvent que moi à la télévision […]. Je sais que d’autres évidemment sont prêts à se battre pour voir leur tête derrière un écran » (J. Généreux, économiste).

Manager son image

41Une véritable gestion de la présence médiatique est à l’œuvre dans ce tiraillement entre le regard des pairs et les pressions (auto-infligées) du média. « Il ne faut pas qu’on vous voie trop. Il faut économiser son look », dit Ferro. Kepel à son tour expose sa stratégie de gestion : « Je pourrais passer quasiment toutes les journées à faire que de la télévision et de la radio. […] mais je fais assez attention et je refuse énormément de choses. […]. On se démonétise très vite du fait de l’inflation. Il faut aussi gérer sa rareté ».

42Les journalistes recourent de plus en plus à des experts issus du monde académique, mais ils ont leurs bons et mauvais sociologues, économistes, historiens, politistes, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec ces disciplines. Les scientifiques s’activent dans les médias souvent à contre-courant de leur communauté. C’est une sorte d’activité « au noir », puisque elle est non évaluée par les pairs, et que ceux qui s’y livrent cherchent parfois à « cacher » dans leur milieu leurs apparitions médiatiques, tant il existe d’universitaires et chercheurs qui dévalorisent leurs collègues médiatisés, en mobilisant un discours de dénigrement qui va de l’accusation méprisante de journalisme jusqu’au registre infâmant de la prostitution.

43Malgré ces critiques parfois acerbes, ils y trouvent une manière d’exister intellectuellement et socialement. Face à un milieu académique fermé, les consécrations journalistiques trouvent un écho favorable. Faut-il y voir le signe de l’assouvissement d’un désir de représentations légitimantes d’un milieu professionnel frustré ?

44Sur le plan symbolique et dans le registre des jouissances immédiates, une éventuelle médiatisation ne se refuse donc pas. Et ce d’autant plus qu’un troisième partenaire interfère dans la relation entre ces deux séries d’acteurs, à savoir les services de communication et les directions des institutions qui abritent les chercheurs. Notamment aux États-Unis, où l’on observe le poids croissant que prennent les stratégies de relation presse d’organismes qui ont besoin de faire fructifier leur notoriété dans la compétition qui s’engage pour attirer des soutiens financiers et des étudiants.

Bibliographie

Références bibliographiques

Franck, G., Ökonomie Der Aufmerksamkeit. Ein Entwurf. München, Wien, Carl Hanser Verlag, 1998.

Hagstrom, O., The Scientific Community, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1965.

Lensing-Hebben, C., Les experts cathodiques, Lormont, Le Bord de l’eau, 2009.

Mercier, A., Le journal télévisé, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

Neidhardt, F., Öffentlichkeit, Öffentliche Meinung, Soziale Bewegungen, Opladen, 1994.

Notes

1 Cet article est basé sur une thèse défendue à l’IEP de Paris en décembre 2010, pour laquelle l’auteure a mené 90 entretiens en France, Allemagne et aux États-Unis, et visionné des centaines d’heures d’images dans les archives de l’INAthèque, à la fois en préparation des entretiens, et pour l’analyse. Nous remercions notamment A. Mercier pour son soutien infaillible.

2 Pour le corpus, un échantillon a été constitué selon les critères et une catégorisation de sujets à interviewer suivants : parmi les chercheurs principalement la minorité visible, et la majorité silencieuse, puis des journalistes, et les « 3e hommes » des bureaux de presse. Quatre-vingt dix entretiens ont été menés, des centaines d’heures d’images ont été visionnées, à la fois en préparation des entretiens, et pour l’analyse des corpus.

3 Les citations de chercheurs sont extraites des entretiens menés par l’auteure.

4 Debray, R. « Savants contre docteurs », Le Monde, 18 mars 1997.

5 Rimbert, P., « Combats pour les Médias », Le Monde diplomatique. Manière de voir, no 80, avril-mai 2005.

6 Cf. Conrad, P., « Uses of Expertise : Sources, Quotes, and Voice in the Reporting of Genetics in the News. » Public Understanding of Science 8, no 4, 1999, p. 285-302, et Steele, J.E., « Experts and the Operational Bias of Television News : The Case of the Persian Gulf War », Journalism and Mass Communication Quarterly 72, no 4, 1995, p. 799-812.

7 Bouveresse, J., « Les médias, les intellectuels et le sociologue », Bourdieu savant et politique, 2004, p. 89.

8 Bouvier, J., « Les entretiens de l’information », Les Cahiers du journalisme, avril 2003, p. 41.

9 Rieffel, R., « Du vedettariat médiatique », Hermès, no 4, Le Nouvel espace public, 1989, p. 215-22.

10 Boudon, R., « Les intellectuels et le second marché. », Revue européenne des sciences sociale et Cahiers Vilfredo Pareto, vol. XXVIII, no 87, 1990, p. 89.

11 Wolton, D. « Communication politique de la crise des chercheurs », Année de la recherche, 2005.

12 Dunwoody, S., Ryan, M., « Scientific Barriers to the Popularization of Science in the Mass Media », Journal of Communication, 35, no 1, 1985, p. 26-42.

13 Jenkner, C., « Kritischer Prof Wurde Ausgeladen », Spiegel Online, 25 juin 2007.

14 Watkins, B.T., « Experts from Academy : Increasing Numbers of Professors Are Appearing in the Media », The Chronicle of Higher Education, novembre 1984.

15 D’après D. Bougnoux, Le Monde diplomatique, sept. 1995.

Auteur

Docteure en sciences politiques de l’IEP de Paris. Lauréate en 2007 du prix d’encouragement de l’INA, elle est actuellement chargée de programmes auprès des Nations-Unies.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search