Version classiqueVersion mobile

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

Faire l’histoire du renseignement

Sébastien Laurent

Texte intégral

  • 1 Signalons que les difficultés et les questions posées dans ce texte rejoignent assez largement les (...)
  • 2 Cf. « Transparence et secret. L’accès aux archives contemporaines », La Gazette des Archives, 1997 (...)
  • 3 Cf. notamment Intelligence and National Security (parue depuis janvier 1986) ; The Journal of Inte (...)
  • 4 Cf. par exemple : Richard K. Betts, « Analysis, war and decision : why intelligence failures are i (...)

1Avant de s’interroger sur les sources et l’apport des études consacrées au renseignement, il n’est peut-être pas inutile d’évoquer brièvement l’exception française qui est en l’occurrence un retard1. Lorsque l’amiral Pierre Lacoste, ancien directeur de la DGSE de 1982 à 1985, se préoccupa au milieu des années 1990 de sensibiliser les élites au renseignement et à la prospective, il recensa cent dix universités et centres de recherches nord-américains où le renseignement était enseigné et étudié dans les départements d’Intelligence studies, y compris dans les premiers cycles universitaires2. Par ailleurs, dans ces pays, les revues scientifiques sont nombreuses sur le sujet3 et il existe outre les presses universitaires des éditeurs spécialisés dans ce domaine. L’ancienneté de la recherche sur ce sujet explique le nombre élevé d’études de détail – y compris sur le renseignement français – et le développement des études théoriques empruntant autant à l’histoire qu’à la science politique4.

L’EXCEPTION FRANÇAISE

  • 5 Cf. Alain Dewerpe, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État, Paris, Gallimard, « Bibl (...)
  • 6 Les actes du séminaire ont paru : amiral Pierre Lacoste (dir.), La Culture française du renseignem (...)
  • 7 Cf. « L’influence des résultats des renseignements politique et militaire du commandement suprême (...)

2La situation en France est celle d’une absence complète dans les formations universitaires, reflet de la quasi-inexistence de travaux de recherches si l’on excepte l’ouvrage pionnier d’anthropologie historique d’Alain Dewerpe5. Il y a près de trente ans, Christopher Andrew et David Dilks, caractérisaient le renseignement comme une « missing dimension » dans les travaux d’histoire politique et d’histoire des relations internationales en Angleterre. L’expression pourrait être transposée assez facilement pour caractériser la situation française actuelle. Cet état de fait a heureusement commencé à évoluer sous l’effet d’initiatives conjointes. En octobre 1995, était lancé un séminaire sur la « culture française du renseignement » par l’amiral Lacoste au CESD de Marne-la-Vallée6. À la même époque le professeur Maurice Vaïsse inaugurait la commission d’histoire du renseignement au sein du Centre d’études d’histoire de la défense (CEHD) qu’il dirigeait. En 1996, Olivier Forcade ouvrait un séminaire consacré au renseignement aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, les meilleurs travaux donnant lieu à des soutenances de mémoires de maîtrise et de DEA en Sorbonne. Enfin, un enseignement sur « Renseignement, États et pouvoirs dans les pays occidentaux xixe-xxe siècles » est proposé aux étudiants de Sciences-Po depuis 2002 par Olivier Forcade et l’auteur de ces lignes. Cet avènement des études consacrées au renseignement a débouché sur des publications et des numéros spéciaux de revues7.

  • 8 L’article IV de cette proposition disposait que : « Les délégations parlementaires pour le renseig (...)
  • 9 Bernard Carayon, Rapport fait au nom de la commission des finances, de l’économie générale et du p (...)

3L’exception française ne concerne pas seulement les travaux universitaires mais également les élites politiques. Celles-ci, en particulier les parlementaires, entretiennent une relation curieuse avec le domaine du renseignement. L’effort récent en vue d’acclimater les élites aux questions de renseignement et de prospective a connu un développement inédit avec l’initiative de certains parlementaires en vue d’instaurer un contrôle parlementaire des activités de renseignements. Le 23 novembre 1999, la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale adoptait à l’unanimité moins une voix une proposition de loi tendant à instaurer, sur le modèle des autres démocraties occidentales, une délégation parlementaire pour les affaires de renseignements dans chacune des deux assemblées8. Mais l’examen de la proposition de loi par l’Assemblée lui a été fatal. Plus récemment encore, un député de la majorité issue des élections législatives de 2001 fournissait dans un rapport parlementaire des informations inédites sur la DGSE pour mieux affirmer – dès l’introduction – l’impossibilité de principe de mettre en œuvre un contrôle parlementaire de la centrale française9. Ces éléments politiques attestent toutefois un progrès dans la sensibilisation des élites aux questions de renseignements.

POURQUOI FAIRE L’HISTOIRE DU RENSEIGNEMENT ?

  • 10 Cf. Sébastien Laurent, « Les services secrets », in Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir. (...)
  • 11 Cf. Agnès Chauveau et Hélène Eck, « La place des médias dans l’histoire politique, sociale et cult (...)

4Que le renseignement10 soit étudié en tant que tel ou comme un élément d’une réflexion historique plus générale, il permet trois approches originales. En premier lieu, quel que soit son objet – politique, économique, militaire ou scientifique – le renseignement étant un élément en principe enrichi par la vérification et l’analyse, une première dimension de son étude renvoie à l’information. Le renseignement est à certains égards une information enrichie. L’histoire des médias et de l’information11 repose essentiellement à ce jour sur l’étude de l’information ouverte et ne s’intéresse pas à l’étude de l’information fermée, objet d’une partie du travail de renseignement. D’un certain point de vue, le renseignement peut être replacé dans le cadre plus général d’une histoire de l’information. Cette approche particulière peut contribuer à mettre en valeur les niveaux et la qualité de l’information des agents et des décideurs.

  • 12 Cf. les classiques études : La « décision », in Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introd (...)
  • 13 À une exception près, remarquable : Peter Jackson, France and the Nazi Menace. Intelligence and Po (...)

5Une deuxième voie d’exploration se présente : le renseignement, la plupart du temps, parvient à un responsable (il est même souvent demandé par lui), chargé de prendre une décision. Le renseignement nourrit alors l’histoire de la décision. Ce n’est pas le renseignement en tant que tel qui est dans ce cas étudié, mais le processus : on analyse alors le cheminement qui va de la collecte de l’information à la prise de décision. Cette approche est pratiquée depuis longtemps par les historiens anglo-américains du renseignement et par les historiens français des relations internationales qui s’intéressent à un certain nombre d’acteurs historiques, les « décideurs » ou le « groupe dirigeant », dans la conduite de la politique extérieure12. S’il est évident que le renseignement d’origine militaire ou policière n’est qu’une des sources d’information de l’appareil diplomatique, il reste que l’étude du processus décisionnel ne fait pas toujours la distinction entre les différents organes et niveaux au sein de l’appareil militaire ou policier et néglige l’étude de leurs spécificités respectives13.

  • 14 Cf. Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert, Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’admi (...)
  • 15 Nous inscrivons nos propres recherches sur le renseignement au xixe siècle dans cette perspective.

6Les deux premières approches évoquées privilégient soit le renseignement en tant qu’information, soit son influence sur une décision. Il est une autre perspective qui prend comme point de départ les individus et les organes qui mettent en œuvre la collecte et l’exploitation du renseignement. Une histoire de ces institutions et de ceux qui les animent devient alors possible. Replacée dans une chronologie longue, cette voie amène à se pencher sur l’entité qui légitime ces institutions et leurs pratiques, l’État. La question peut alors être posée de savoir comment l’État se renseigne, en politique intérieure et en politique extérieure. Quels sont ses procédés ? Qui sont ses agents ? En approfondissant cette perspective, il devient possible d’étudier les pratiques administratives des membres des organes de renseignements et de les replacer alors au sein d’une histoire politique de l’administration14, cela permettant en l’occurrence de bâtir une histoire politique des administrations secrètes15.

QUELLES ARCHIVES POUR L’HISTOIRE DU RENSEIGNEMENT ?

  • 16 Il y a, à cet égard, une étonnante continuité de la fin du xixe siècle à aujourd’hui.
  • 17 De ce point de vue, nous pourrions faire nôtres les propos tenus dans cet ouvrage par Pierre Molli (...)
  • 18 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Librairie Armand Colin, « Cahie (...)

7Les documents produits par les organes de renseignements, les institutions secrètes, ont toujours suscité un curieux mélange de curiosité et de répulsion. Parvenant dans le temps présent à la connaissance du public par le biais de la presse, qui alimente très souvent scandales et « affaires » diverses, l’activité des services de renseignements policiers et militaires se trouve ainsi d’emblée discréditée dans l’opinion16 et probablement aussi en partie dans la communauté scientifique, retardant la reconnaissance du renseignement comme fait social et politique mais aussi l’étude des organisations et des acteurs, comme un objet historique17. Marc Bloch lui-même, plutôt habitué aux sources médiévales, n’était pas à étranger à ce sentiment d’attirance, lui qui écrivait en 1941 : « Dans le présent même qui de nous, plutôt que tous les journaux de 1938 ou 1939, ne préférerait tenir en mains quelques pièces secrètes de chancellerie, quelques rapports confidentiels de chefs militaires18 ? »

  • 19 Pour la partie militaire, cf. Sébastien Laurent, « Le renseignement de 1860 à nos jours : état des (...)
  • 20 Voir les réflexions analogues de Sophie Cœuré, Frédéric Monier et Sabine Dullin dans ce volume.

8Les trois approches possibles que nous avons mentionnées pour bâtir une histoire du renseignement renvoient en définitive à des problématiques très générales qui ne peuvent être éclairées que par des sources multiples et complémentaires. Le premier constat en matière d’archives est l’absence de séries publiques continues et cohérentes et plutôt l’existence d’une mosaïque de fonds19. Cette dispersion des archives est le reflet de la grande diversité des administrations contribuant au renseignement dans l’appareil d’État. L’histoire des archives des services de renseignements est, comme d’autres administrations, intimement liée à l’histoire complexe des organes qui les ont produites. Les liens étroits qu’ils ont plus ou moins volontairement entretenus avec le pouvoir politique, les grandes crises politiques nationales ou même internationales, expliquent les destructions, les pertes, la de structuration des fonds, source de difficultés mais aussi de riches informations pour le travail de l’historien20.

  • 21 La « section de statistique », créée en 1871 dans le cadre de l’état-major général du ministre, de (...)

9L’histoire d’une partie des archives de la Sûreté, incluant celle de la police politique de la IIIe République, est retracée dans ce volume par Sophie Cœuré et Frédéric Monier. Je me contenterai donc d’indiquer que les archives des services de renseignements militaires21 ont connu de semblables péripéties. Deux événements ont particulièrement pesé sur la de structuration des fonds, l’affaire Dreyfus et l’Occupation allemande.

  • 22 Sur l’histoire de cette sous-série, cf. Vincent Duclert, « Les archives judiciaires de l’affaire D (...)

10Entre 1898 et 1906, les cassations du procès de 1894 puis de celui de 1899 ont entraîné d’importants transferts d’archives de la section de statistique à la Cour de cassation pour les besoins des instructions. Ainsi, l’on retrouve une part non négligeable des archives des années 1890 non pas dans les archives militaires mais dans la sous-série BB19 de la Cour de cassation conservée aux Archives nationales22 avec un classement bien différent, reflet des questions que se posaient les magistrats et non plus les officiers de la section. Pour la période antérieure à 1894 et postérieure à 1906, il n’existe malheureusement aucune série au Service historique de l’armée de Terre (SHAT) conservant les archives de la section de statistique. Le renforcement de la tutelle du 2e bureau sur la section après le procès de Rennes en 1899 et conformément aux instructions du ministre général de Galliffet explique en partie cela. L’on retrouve ainsi dans la sous-série 7 N contenant les archives du 2e bureau de l’époque un certain nombre de documents provenant de la section de statistique. Mais la part la plus importante de ses archives a aujourd’hui disparu sans que l’on puisse en établir la chronologie précise.

  • 23 Cf. Claire Sibille, « Les archives du 2e bureau SR-SCR récupérées de Russie », in Georges-Henri So (...)
  • 24 Voir le texte de Serge Wolikow dans ce volume.
  • 25 Sophié Cœuré, Frédéric Monier, Gérard Naud, « Le retour de Russie des archives françaises. Le cas (...)

11Cinquante ans plus tard, l’armistice franco-allemand de 1940 a contraint les services de renseignements français (SR-SCR) à plonger dans la clandestinité dès le mois de juillet et à emporter avec eux leurs archives de travail, c’est-à-dire l’ensemble des archives depuis les années 1920. En 194323, ces archives ainsi que celles produites par les services de renseignements de l’armée d’armistice entre 1940 et 1942 ont été découvertes par les Allemands, analysées par l’Abwehr et la Gestapo, ce qui leur permit notamment d’identifier les agents de pénétrations français en Allemagne dans l’entre-deux-guerres. En 1945, l’armée Rouge mit à son tour la main sur ce dépôt que le GRU et le KGB purent exploiter à loisir afin d’évaluer la surveillance militaire et policière dont les militants du PCF et du Komintern24 étaient l’objet. Ainsi, la restitution de ces archives (40 000 dossiers dont 21 000 concernent les services de renseignements) par la Russie en 1993-1994 a permis de combler l’absence presque totale d’archives du SR pour cette période (elles figurent désormais dans la sous-série 7 N supplément). Récupérées dans leur cadre de classement initial, elles justifient à cet égard l’emploi très heureux de l’expression de « fossile archivistique » par Sophié Cœuré, Frédéric Monier et Gérard Naud25. Un second lot d’archives restitué à la fin des années 1990 par la Russie, contenant également des archives des services de renseignements, est en cours d’inventaire au SHAT depuis l’automne 2002 et un premier dépouillement a d’ores et déjà révélé que cet ensemble était plus important que le premier en ce qui concerne les services de renseignements.

  • 26 Voir le décret no 91 du 12 mars 1874 portant réorganisation de l’état-major général du ministre de (...)

12Seul le 2e bureau, organe militaire d’état-major, préservé des cahots de l’histoire nationale, présente au SHAT une sous-série continue (7 N) depuis sa création en 187426 jusqu’en 1945, incluant temps de paix et temps de guerre. Il reste que l’activité des organes de renseignements ne laisse pas toujours de traces archivistiques, que ces lacunes soient intentionnelles ou ne le soient pas. Pour combler cette lacune, le SHAT a lancé en 1997 une enquête pionnière sur le renseignement, fondée sur la collecte de témoignages oraux d’anciens ou de récents acteurs des services de renseignements (enquête intégrée dans la sous-série 3 K). Ce travail se révèle particulièrement utile, notamment parce qu’il comble, partiellement, l’absence de versement pour les vingt dernières années. Soulignons que cet effort a coïncidé avec le programme de recherche (« oral history of the office of Strategic Services ») lancé en 1997 par le CIA’s Center for the study of Intelligence en collaboration avec Georgetown University sur l’OSS, institution qui précéda la grande agence américaine.

  • 27 Sur les recherches actuelles, en plein essor, concernant la gendarmerie, cf. Jean-Noël Luc (dir.), (...)

13Outre ces deux grandes sous-séries (7N et 7N supplément), il existe de nombreuses séries complémentaires dans d’autres dépôts d’archives. À côté des organes de renseignements militaires, la sous-série F7 et les fonds de la Sûreté rapatriés de Moscou, conservés au Centre des archives contemporaines (CAC) de Fontainebleau, recoupent et complètent les archives du SR et du 2e bureau en matière de surveillance des étrangers et en ce qui concerne l’espionnage en France, essentiellement pour la période de l’entre-deux-guerres. Il est à noter également que la série M des archives départementales est d’un grand intérêt sur le même sujet puisque l’on y retrouve les rapports des commissaires spéciaux ainsi que la série R qui permet parfois de retrouver les archives des services de renseignements des corps d’armée actifs en temps de paix sur le territoire national. Enfin, pour Paris, les sous-séries BA et DB de la préfecture de police sont indispensables. Par ailleurs, les archives de la gendarmerie conservées par le Service historique de la gendarmerie (SHGN) à Maisons-Alfort, sont importantes en matière de renseignements, surtout à l’échelon de la brigade27.

  • 28 Voir l’inventaire des papiers du général de Gaulle réalisé par Agnès Callu et que doivent publier (...)

14Une vue d’ensemble du rôle du renseignement aussi bien dans l’appareil d’État que pour la prise de décision rend nécessaire le recours aux archives politiques, judiciaires et diplomatiques. Les archives de certains présidents de la République – les fonds Faure et Loubet (série AP), les papiers du général de Gaulle28 et de leurs successeurs – et celles de la commission parlementaire de la Guerre (série C) apportent une vue totalement différente du renseignement. Les archives judiciaires, et notamment la sous-série BB18 pour les procès d’espionnage, permettent d’étudier en détail la coopération armée-police-justice. Les archives du quai d’Orsay sont tout aussi utiles, notamment par l’étude de la correspondance interministérielle entre la Guerre et les Affaires étrangères, mais aussi parce qu’elles permettent de confronter le renseignement recueilli par les militaires à celui collecté par les diplomates.

  • 29 Marc Bloch, op. cit., p. 24-25.

15Marc Bloch, après avoir confessé sa curiosité pour les documents secrets et confidentiels, ajoutait aussitôt : « Ce n’est pas que les documents de ce genre soient plus que d’autres exempts d’erreur ou de mensonge29. » En effet, l’idée implicite que les documents cachés sont porteurs d’une forme de vérité radicale ou plus forte que d’autres, parce qu’ils sont précisément soustraits à la publicité, est souvent dangereuse, voire fausse. Autant que d’autres documents, si ce n’est plus qu’eux, ce type d’archives doit faire l’objet d’exigences critiques particulièrement rigoureuses.

16L’une des difficultés auxquelles l’historien du renseignement est confronté est un curieux « effet de source », bien connu des habitués des archives policières. En effet, les archives du renseignement, qu’elles soient militaires ou policières, sont paradoxalement presque des sources secondaires. L’historien, à l’image du décideur qui reçoit le renseignement, est très rarement confronté à du renseignement brut (raw intelligence) : ce qu’il perçoit du renseignement dans un rapport d’indicateur de police ou encore dans une note d’un officier traitant l’est à partir du prisme de ceux qui l’ont rédigé. Mais il est un autre danger : le travail sur les sources du renseignement, le préjugé sur la qualité de leur information, tendent à survaloriser implicitement leur rôle dans l’appareil décisionnel. L’historien doit veiller à ne pas postuler l’omniscience de ces organes, sujets eux-mêmes en amont à l’intoxication et à la désinformation, et en aval à la tentation d’informer partiellement, c’est-à-dire désinformer, pour peser sur la décision.

  • 30 Cf. deux études de cas : Peter Jackson, France and the Nazi Menace, op. cit., et Sébastien Laurent(...)

17Cela revient à dire qu’une réflexion préalable sur les organes qui collectent le renseignement est nécessaire afin de pouvoir mener l’analyse critique des documents produits : à l’image d’autres administrations, les services de renseignements policiers et militaires ne constituent pas des entités neutres. Les pratiques administratives ne le sont pas non plus. Celles-ci n’échappent pas aux processus de politisation30. Les idéologies imprègnent en effet individuellement et collectivement les acteurs, trouvant des relais à deux niveaux, dans les cultures de corps – culture de la police politique ou culture des officiers supérieurs – et dans les pratiques professionnelles.

18Les années à venir diront si les études consacrées au renseignement auront su trouver leur place dans le paysage de la recherche française. « L’histoire du renseignement » a-t-elle vocation à devenir autonome ? Cela est loin d’être certain, et ce n’est d’ailleurs peut-être pas souhaitable. Il paraît plus envisageable que l’histoire des médias, celle des relations internationales, l’histoire de la décision politique ou encore celle de l’État portent leur regard du côté du secret et incorporent cette dimension nouvelle. À cette condition, les études du renseignement auront peut-être contribué au progrès de la connaissance historique.

Notes

1 Signalons que les difficultés et les questions posées dans ce texte rejoignent assez largement les remarques que formulaient nos éminents collègues anglais Christopher Andrew et David Dilks il y a près de vingt ans dans l’introduction à : The Missing Dimension. Governments and Intelligence Communities in the Twentieh Century, Londres, Macmillan, 1985. Ce constat est d’ailleurs plutôt encourageant. Cf. également l’étude remarquable de Richard J. Aldrich, « Historians of Secret Services and their Ennemies », in The Hidden Hand. Britain, America and Cold War Secret Intelligence, Londres, John Murray, 2001, p. 1-16.

2 Cf. « Transparence et secret. L’accès aux archives contemporaines », La Gazette des Archives, 1997, no 177-178, p. 169.

3 Cf. notamment Intelligence and National Security (parue depuis janvier 1986) ; The Journal of Intelligence history (publié depuis 2001 par l’International Intelligence History Association, fondée en 1993) ; International Journal of Intelligence and counterintelligence.

4 Cf. par exemple : Richard K. Betts, « Analysis, war and decision : why intelligence failures are inevitable », World Politics, vol. 31, no 1, october 1978, p. 61-89 ; Richard Betts, « Policymakers and Intelligence Analysts : Love, Hate or Indifference », Intelligence and National Security, no 3, Janvier 1988, p. 37-51 ; Michael I. Handel, « Leaders and Intelligence », Intelligence and National Security, vol. 3, no 3, Juillet 1988, p. 3-39 ; David Kahn, « An Historical Theory of Intelligence », Intelligence and National Security, vol. 16, no 3, printemps 2001, p. 79-92.

5 Cf. Alain Dewerpe, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1994, 480 p.

6 Les actes du séminaire ont paru : amiral Pierre Lacoste (dir.), La Culture française du renseignement, Paris, Economica, 1998, 641 p.

7 Cf. « L’influence des résultats des renseignements politique et militaire du commandement suprême sur les décisions stratégiques et opérationnelles en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale », Commission internationale d’histoire militaire, Helsinki, 1991, 300 p. ; « Le renseignement et les relations internationales », Relations internationales, no 78, été 1994, 273 p. ; « Le renseignement », Cahiers de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure, Paris, La Documentation française, no 30, automne 1997, 316 p. ; « Le renseignement », Défense nationale, janvier 1998, p. 1-58 ; « Renseignement et manipulation dans les guerres contemporaines », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 191, octobre 1998, 175 p. ; « Du renseignement militaire à l’intelligence économique », Les Cahiers de Mars, no 162, 3e trimestre 1999, 232 p. ; « Le renseignement », Revue historique des armées, no 221-4, décembre 2000. Signalons également la naissance aux éditions Autrement à la rentrée universitaire 2003 d’une collection intitulée « Secrets d’Empire », consacrée au renseignement.

8 L’article IV de cette proposition disposait que : « Les délégations parlementaires pour le renseignement ont pour mission de suivre les activités des services visés à l’article 13 de l’ordonnance no 59-147 du 7 janvier 1959 portant organisation générale de la Défense, en examinant leur organisation et leurs missions générales, leurs compétences et leurs moyens, afin d’assurer, dans les conditions prévues au présent article, l’information de leur assemblée respective. » (Cf. Arthur Paecht, Rapport fait au nom de la commission de la Défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale…, Assemblée nationale, no 1591, 2 décembre 1999, 99 p. La proposition de loi figure aux pages 69 à 71.)

9 Bernard Carayon, Rapport fait au nom de la commission des finances, de l’économie générale et du plan sur le projet loi de finances pour 2003. Annexe no 36 : secrétariat général de la Défense nationale et renseignement, Assemblée nationale, 10 octobre 2002, 40 p.

10 Cf. Sébastien Laurent, « Les services secrets », in Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, pp. 793-798.

11 Cf. Agnès Chauveau et Hélène Eck, « La place des médias dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France contemporaine », Bulletin de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, no 22, avril 2001, pp. 21-34, et Christian Delporte, « De l’histoire de la presse à l’histoire des médias », ibid., pp. 11-19.

12 Cf. les classiques études : La « décision », in Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Colin, 1991 [1re éd. : 1964], pp. 411-444 ; Jean-Baptiste Duroselle, Tout empire périra. Une vision théorique des relations internationales, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, 357 p. ; Jean-Claude Allain « Le groupe dirigeant dans la conduite des relations internationales », Relations internationales, printemps 1985, no 41, pp. 79-92.

13 À une exception près, remarquable : Peter Jackson, France and the Nazi Menace. Intelligence and Policy Making 1933-1939, Oxford, Oxford University Press, 2000, 446 p. En l’occurrence, l’auteur distingue nettement le travail de recherche du renseignement effectué par le service de renseignements (SR-SCR) du travail de synthèse effectué par le 2e bureau, organe d’état-major. Il montre également les liens directs du chef du SR avec le ministre de la Guerre et avec le président du Conseil.

14 Cf. Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert, Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration française 1875-1945, Paris, La Découverte, 2 000, 587 p.

15 Nous inscrivons nos propres recherches sur le renseignement au xixe siècle dans cette perspective.

16 Il y a, à cet égard, une étonnante continuité de la fin du xixe siècle à aujourd’hui.

17 De ce point de vue, nous pourrions faire nôtres les propos tenus dans cet ouvrage par Pierre Mollier dans sa conclusion.

18 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Librairie Armand Colin, « Cahiers des Annales » no 3, 1949 [1re éd. : 1941], p. 24-25.

19 Pour la partie militaire, cf. Sébastien Laurent, « Le renseignement de 1860 à nos jours : état des sources militaires », Revue historique des armées, no 221-4, décembre 2000, p. 97-110.

20 Voir les réflexions analogues de Sophie Cœuré, Frédéric Monier et Sabine Dullin dans ce volume.

21 La « section de statistique », créée en 1871 dans le cadre de l’état-major général du ministre, devint en septembre 1899, quelques jours après le procès de Rennes, « section de renseignements » par la volonté du ministre général de Galliffet. Cette nouvelle dénomination est à l’origine de l’appellation « SR ».

22 Sur l’histoire de cette sous-série, cf. Vincent Duclert, « Les archives judiciaires de l’affaire Dreyfus : un enjeu d’histoire contemporaine », Histoire et archives, hors-série no 2, 1998, p. 367-394, numéro spécial « L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939) ».

23 Cf. Claire Sibille, « Les archives du 2e bureau SR-SCR récupérées de Russie », in Georges-Henri Soutou, Jacques Fremeaux, Olivier Forcade (dir.), L’Exploitation du renseignement en Europe et aux États-Unis des années 1930 aux années 1960, Paris, Economica, 2001, p. 27-47.

24 Voir le texte de Serge Wolikow dans ce volume.

25 Sophié Cœuré, Frédéric Monier, Gérard Naud, « Le retour de Russie des archives françaises. Le cas du fonds de la Sûreté », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 45, janvier-mars 1995, p. 138.

26 Voir le décret no 91 du 12 mars 1874 portant réorganisation de l’état-major général du ministre de la Guerre, (Journal militaire officiel, 1er semestre 1874, p. 230-231). L’arrêté présidentiel du 8 juin 1871 portant création d’un état-major général du ministre fondait, pour la première fois, un 2e bureau mais avec des attributions différentes de celles de 1874, consacrées alors exclusivement au renseignement.

27 Sur les recherches actuelles, en plein essor, concernant la gendarmerie, cf. Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, 510 p.

28 Voir l’inventaire des papiers du général de Gaulle réalisé par Agnès Callu et que doivent publier en 2003 les archives nationales.

29 Marc Bloch, op. cit., p. 24-25.

30 Cf. deux études de cas : Peter Jackson, France and the Nazi Menace, op. cit., et Sébastien Laurent, « Les services secrets gaullistes à l’épreuve de la politique (1940-1947) », Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 14, no 54, 2001, p. 139-153.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search