Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

Le secret et ses usages : les archives « sensibles » en URSS

Sabine Dullin

Texte intégral

1On dit souvent qu’avec les archives de l’ex-Union soviétique, les historiens ont trouvé leur Far East. Ainsi leur ouverture, en 1991, a-t-elle signifié pour les soviétologues, auparavant obligés d’avancer des interprétations à partir de sources très lacunaires, l’accès à une masse de documents inédits, comme autant de pépites. De même, on a tendance à imaginer que ces fonds d’archives n’obéissent à aucune règle établie – à part celles de l’argent. L’historien qui travaille sur la Russie ou les républiques de l’ex-URSS se voit donc communément crédité d’une « prime de risques » : la consultation de ces archives étant jugée périlleuse et semée d’embûches, leur utilisation s’en trouve parfois survalorisée.

  • 1 Voir, pour un état des lieux exhaustif, les travaux de Patricia Grimsted référencés dans la biblio (...)

2Personne ne niera que, durant les premières années d’ouverture, la quête d’archives avait quelque chose d’exotique, d’ardu et, pour tout dire, d’exaltant. Il est également indéniable que les difficultés rencontrées actuellement par les historiens dans les fonds d’archives soviétiques ont le grand désavantage d’être institutionnalisées, ce qui les rend plus dures que par le passé à contourner. En effet, après l’ouverture qui caractérisa les centres d’archives en 1992-1993, la tendance ultérieure, entérinée par la loi, a plutôt été dans le sens de restrictions accrues. Encore ne faut-il pas exagérer les obstacles. Les archives de l’ex-Union soviétique sont comme les autres, tantôt faciles d’accès, tantôt non, selon les thèmes de recherche et les fonds sollicités. Mon propos ne sera pas de présenter un état des lieux exhaustif des archives aujourd’hui – d’autres l’ont déjà fait1 –, mais plutôt, en m’appuyant notamment sur ma propre expérience dans les archives centrales de Moscou depuis 1991, et plus particulièrement dans celles de l’État, du Parti et de la politique extérieure, de livrer quelques remarques sur la notion d’archive « sensible » en URSS.

ENTRE SECRET ET CONSERVATION

3La loi sur les archives en Russie, qui date de juillet 1993, fixe des délais de consultation et de prescription à peu près semblables à ceux des archives françaises : trente ans en règle générale, à l’exception des dossiers contenant des informations personnelles, pour lesquels le délai est de soixante-quinze ans à compter de la date de leur constitution. Sur beaucoup de sujets d’histoire sociale, culturelle, ou des représentations, les archives de l’État et du Parti sont non seulement accessibles mais aussi très riches.

4Il reste ce que l’on appelle les « archives sensibles » dans un système où le secret formait un rouage essentiel de la conduite des affaires. Tous les États ont leurs secrets, qui sont souvent très bien gardés. En France, chaque fonds d’archives possède ainsi ses documents réservés, éventuellement soumis à des formes de dérogation particulière. L’évaluation de ces archives n’est pourtant pas la même selon le sens que l’on donne au mot « sensible ». Dans le cas de l’ex-Union soviétique, n’est pas communicable un document dont le contenu risque de porter atteinte aux intérêts supérieurs de l’État. Rapportée aux archives du régime soviétique, cette définition vague ne laisse pas de poser problème. La volonté de contrôle total et, partant, la centralisation extrême de la décision, en particulier sous Staline, ont induit une rareté des sources au sommet et une prolifération bureaucratique aux étages inférieurs. Elles se sont également manifestées par une codification du secret particulièrement extensible. Le volume des documents ultra-secrets est de ce fait sans commune mesure avec celui des documents considérés comme attentatoires à l’image de l’État en France et, a fortiori, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. D’où, nous le verrons, un certain nombre de conséquences pour l’utilisateur des archives.

  • 2 Il est tout à fait remarquable de voir combien les Soviétiques ont pris de précautions pour mettre (...)
  • 3 Voir la 1re partie de « Un État contre son peuple » de Nicolas Werth dans Le Livre noir du communi (...)

5Si le secret était omniprésent, en revanche bien peu d’archives furent détruites. Et c’est le deuxième point qu’il convient de souligner : le système soviétique a été un grand conservateur d’archives. Outre la nature bureaucratique du régime, les heurts de l’histoire russe, puis soviétique, expliquent sans doute ce besoin de conserver2. On peut aussi avancer une autre raison : le sentiment des dirigeants soviétiques d’être dans le « sens de l’histoire » ou, plus prosaïquement, dans leur bon droit. À la différence de nombre d’États prompts à faire disparaître certains documents compromettants pour leur propre image, l’État soviétique ne s’est jamais senti coupable. Contrairement à Hitler, Staline ne s’est pas retranché derrière ses exécutants, pas plus qu’il n’a usé d’euphémismes quand il s’agissait de « liquider les koulaks en tant que classe », de « nettoyer » ou de « fusiller ». Sa signature figure au bas de 362 listes de dirigeants et cadres du Parti qui, dans 90 % des cas, furent condamnés à mort durant la Grande Terreur, en 1937-19383. De même que ses successeurs, il n’a pas fait disparaître les traces de ses forfaits, puisque, dans leur esprit à tous, il s’agissait d’autant de batailles justes pour avancer vers le socialisme. De ce fait, l’attitude révisionniste qui s’est nourrie d’une absence voulue d’archives dans le cas de l’Allemagne hitlérienne n’est guère à craindre pour l’histoire soviétique.

D’UN USAGE ABUSIF DU SECRET

6Pour légitimer une « nouvelle interprétation » – ou promouvoir un ouvrage –, on a souvent tendance à annoncer qu’elle a été bâtie à partir d’archives de l’ex-Union soviétique, archives auxquelles on accole immédiatement le qualificatif de « secrètes », comme si cela allait de soi.

  • 4 Voir sur ce point l’article de Nicolas Werth : « De la soviétologie en général et des archives rus (...)

7Oui, les archives soviétiques sont inédites. C’est indéniable. La soviétologie – faut-il le répéter ? – s’est construite depuis l’entre-deux-guerres à partir de théorisations et d’interprétations reposant sur les sources officielles et les témoignages des dissidents, et l’étude de l’URSS n’a pu commencer à adopter les méthodes de l’histoire contemporaine, fondées avant tout sur l’analyse d’un corpus cohérent et conséquent d’archives, que depuis une dizaine d’années4. Le caractère inédit de la source, à défaut de celui de l’interprétation, est donc encore pour un certain temps, au vu de la masse archivistique, l’un des atouts de l’historien qui travaille sur l’Union soviétique.

8Oui, les documents soviétiques portent très souvent la griffe « secret » ou « ultrasecret ». Le système soviétique avait érigé le rationnement de l’information en mode de gouvernement. L’usage de la notion de secret d’État était très étendu : même les membres de l’instance dirigeante du parti communiste que constituait le Bureau politique n’étaient pas au courant de certaines affaires traitées en petites commissions et rangées dans des dossiers spéciaux (osobye papki) réservés à la lecture des trois ou quatre personnes chargées de l’exécution de la décision. Dès1927, l’OGPU avait établi une liste de domaines relevant du secret d’État (répression, défense, mais aussi tout ce qui concerne les liens avec l’étranger : devises, diplomatie, etc.). Un corps de courrier spécifique au sein du NKVD, le Feldeguerskij Korpus, était chargé de transmettre les documents les plus secrets. Cette opacité voulue et institutionnalisée, qui limitait et cloisonnait l’accès à l’information, est très facilement visualisable à la lecture des documents d’archives. Tel chef d’administration pouvait recevoir pour exécution le point 5 alinéa b d’une directive sans connaître la teneur du reste de la directive qui se trouvait dans un dossier spécial réservé. Un fonctionnaire pouvait également recevoir un document où la liste des destinataires était incomplète, les noms des destinataires extérieurs à l’institution ayant été découpés, et cela de façon visible. C’était un moyen somme toute assez efficace pour éviter à la plupart des acteurs du système d’avoir les outils nécessaires pour se créer une marge de manœuvre ou pour devenir lucides sur le régime au service duquel ils travaillaient. Sous Staline, cela fonctionna indubitablement, et d’autant plus après les grandes purges de la fin des années 1930 qui démantelèrent tous les réseaux pouvant faire office de canaux parallèles d’informations.

  • 5 Voir la communication de Serge Wolikow dans ce volume.

9Cet usage du secret et de la confidentialité entraîne un certain nombre de conséquences au niveau du classement et de la localisation des archives. L’ampleur des dossiers conservés aux Archives présidentielles en est une illustration, de même que l’accès fermé aux archives du KGB et quasi fermé aujourd’hui au RGANI (archives du Comité central depuis 1953). L’accessibilité réduite aux archives du ministère des Affaires étrangères ou à celles de la Défense, qui gèrent eux-mêmes et selon leurs propres règles leurs fonds d’archives, entre également dans cette logique du secret mise en place par un État soviétique qui considérait l’ensemble des activités de ces deux ministères comme relevant du secret d’État. Par ailleurs, dans les fonds d’archives plus ouverts comme ceux du RGASPI (archives du Parti et du Komintern5 avant 1953) et du GARF (archives de l’État), il existe des inventaires spéciaux qui nécessitent, avant d’être consultables, une procédure de déclassification, le rythme de cette dernière variant en fonction de la conjoncture politique et des administrations parties prenantes. Les grands projets de coopération internationale lancés il y a dix ans entre les fonds d’archives comme le RGANI ou les archives de politique extérieure et des fondations comme la Hoover Institution, le Centre Woodrow Wilson pilotant le Cold War International History Project, ou encore l’Institut Nobel à Oslo, ont certes permis la publication de documents décisifs en Occident et l’accès aux inventaires microfilmés dans quelques grandes bibliothèques universitaires, mais n’ont guère favorisé un accès à l’ensemble des chercheurs sur place, induisant plutôt, par le biais des microfilmages et des contrats d’exclusivité, des difficultés supplémentaires pour tous ceux qui n’étaient pas associés aux projets.

LES ARCHIVES PRÉSIDENTIELLES : MANNE OU MIRAGE ?

10Le fonds des archives présidentielles, créées par Mikhaïl Gorbatchev en 1990, a nourri et continue à nourrir bien des fantasmes. Rares sont les historiens à y avoir eu accès. Symbolisant les arcanes du Kremlin, les documents qui s’y trouvent, rêvés comme autant de scoops, sont censés « révéler » la vérité du système. Ce fonds ne regroupe-t-il pas l’ensemble des archives du Bureau politique, des secrétaires généraux et des principales personnalités du Parti ? À ce titre, on y trouve bien sûr les documents décisifs qui permettent d’épargner au chercheur le travail de fourmi visant, à partir des documents accessibles dans les autres fonds d’archives, à reconstituer les politiques adoptées au Kremlin.

11À l’époque de Boris Eltsine, et pour des raisons de conjoncture politique, toute une série de documents issus de ces archives avaient été déclassifiés. Leur exhumation devait servir à améliorer les relations de l’URSS avec les anciens pays du bloc (par exemple dans le cas du mémorandum ordonnant l’exécution des officiers polonais dans la forêt de Katyn, ou dans celui des sténogrammes des réunions du Bureau politique du PCUS lors de l’intervention en Tchécoslovaquie ou pendant la crise polonaise), mais aussi à fournir à la cour constitutionnelle de quoi intenter un procès contre le parti communiste (sommes fournies aux PC étrangers, campagnes de désinformation et d’infiltration lancées en Europe par Andropov, quand il était chef du KGB, etc.). Un grand nombre ont été scannés en 1992 par le dissident Vladimir Bukovsky, invité comme témoin dans le cadre de la préparation du procès, et se trouvent aujourd’hui accessibles sur le Web6.

12Cette sélection de documents déconnectés de leur contexte, pour alléchante qu’elle soit, ne peut constituer qu’un complément des fonds d’archives ouverts. Elle permet surtout de dresser une chronologie plus précise des actes et des décisions du régime, dévoilant par exemple certaines opérations répressives méconnues jusqu’alors. Cependant, on reste souvent sur sa faim quant aux motivations. Les secrétaires généraux et leur entourage n’étaient pas toujours très prolixes, à l’écrit en tout cas, sur les motifs de leur politique, même si, à l’époque de Khrouchtchev et de Brejnev, davantage de choses sont dites et retranscrites au niveau des plénums du Comité central et des séances du Bureau politique. C’est là une des limites d’une approche purement positiviste. L’interprétation des faits nécessite en effet de se familiariser avec le système dans sa globalité. Bien des actes s’éclairent, non pas en cherchant le document explicatif écrit de la main de Staline et qui, parfois, n’existe pas, mais en fréquentant les méandres ascendants et descendants de la pyramide de papier laissée par les bureaucrates soviétiques. Le recours à des témoignages écrits ou oraux est également précieux et la fondation Memorial, qui récolte tous les témoignages de la répression, de même que la fondation Gorbatchev, qui possède une collection d’entretiens oraux des responsables soviétiques à l’heure de la Perestroïka, procèdent d’une démarche qui pourrait s’élargir à d’autres pans de l’histoire soviétique.

  • 7 Sandrine Kott évoque la « surabondance » des archives de RDA mais souligne, qu’au lieu de révéler (...)

13La difficulté d’accès, voire la fermeture totale d’un certain nombre de fonds d’archives, ne proviennent pas seulement de cet usage soviétique du secret. Ces attitudes se nourrissent aussi d’un rapport spécifique au passé. L’ouverture maximale des archives a été l’année 1992, où la rupture avec le passé communiste fut une des priorités du gouvernement de Boris Eltsine. Pendant cette année, même les dossiers personnels étaient parfois consultables afin de déterminer les responsabilités des uns et des autres et de redonner leur dignité aux victimes du système. La loi de juillet 1993 modifia le sens de cette ouverture, soulignant par les notions de secret d’État et de protection des personnes la prédominance de la continuité étatique entre l’ancien et le nouveau régimes. L’idée d’en finir avec un régime totalitaire en le dévoilant le plus possible était révolue ; seul comptait désormais le nécessaire respect de l’État russe et de ses agents. C’est ainsi que l’on peut comprendre la différence entre des archives du KGB quasi fermées et des archives de la Stasi est-allemande grandes ouvertes7. L’Allemagne réunifiée ne se sent en rien redevable des actes de la RDA, tandis que la Russie de Poutine s’inscrit de plus en plus dans le sillage de l’URSS. Rappelons tout de même qu’il est aujourd’hui question d’ériger de nouveau, à Moscou, sur la place de la Loubianka, la statue de Dzerjinski, le fondateur de la Tcheka, ancêtre du KGB – statue dont le démontage, en 1991, avait pourtant été le symbole des temps nouveaux. Il faudrait bien sûr ajouter que certains excès et dérapages en 1992-1993, vécus par les Russes comme du « photocopillage », ont provoqué un réflexe de défense du patrimoine national en le dérobant à la vue et à l’avidité des Occidentaux.

LE CAS DES ARCHIVES DE POLITIQUE EXTÉRIEURE

14On retrouve aux archives de politique extérieure de la Fédération de Russie, mais en plus exacerbées qu’ailleurs, l’ensemble des préoccupations que je viens de mentionner : caractère secret de l’activité diplomatique qui impose un temps long de déclassification ; argumentation omniprésente sur la sécurité de l’État pour des archives que les responsables continuent à considérer comme opérationnelles, même plus de trente ans après ; réflexe protectionniste qui se traduit en particulier par le refus de communiquer les inventaires.

15En 1991, les chercheurs n’avaient à leur disposition qu’une salle de lecture d’environ huit places attenante au bureau du directeur adjoint du département historique du MID. Ils devaient prendre leurs notes sur des petits cahiers d’écolier qu’ils laissaient, en partant, dans une armoire en fer renfermant aussi les dossiers consultés. Quand un cahier était fini, il était transmis au directeur et recevait un tampon de sortie. Par ailleurs, il fallait batailler ferme pour obtenir autre chose que des revues de presse ou des documents déjà publiés dans des recueils. À partir de 1993, le travail de recherche devint un peu plus facile. Avec de la ténacité, il était possible de recevoir des documents importants, par exemple la correspondance échangée entre la direction du ministère et le Comité central du Parti. En revanche, les télégrammes chiffrés restaient des documents réservés, divulgués uniquement dans le cadre de publications bilatérales de documents diplomatiques. Ces dernières années, la situation s’est de nouveau dégradée. Le ministère des Affaires étrangères retarde la déclassification des documents transférés des archives présidentielles vers les archives du Parti, dès l’instant qu’il s’agit de documents de politique extérieure. Au RGASPI, le fonds Molotov est ainsi entièrement consultable… à l’exception des dossiers concernant son activité en tant que ministre des Affaires étrangères !

  • 8 Mark Kramer, « Archival Research in Moscow. Progress and Pitfalls », CWIHP Bulletin, automne 1993, (...)
  • 9 On trouve une documentation approchante au Quai d’Orsay, que ce soit au plus haut niveau dans la s (...)

16Il serait pourtant trompeur d’établir un lien entre cette difficulté d’accès et un contenu supposé subversif ou déstabilisant des documents conservés. Anatoli Prokopenko, directeur en 1993 du RGANI, reconnaissait lui-même que, dans les documents à déclassifier, « seul un petit nombre d’entre eux contiennent véritablement des secrets8 ». De même, bien des documents diplomatiques sont classés « ultrasecrets » pour la seule raison que c’est la règle dès lors qu’un des destinataires est extérieur au ministère. Il y eut ainsi, voici quelques années, une polémique sur le sens à accorder aux dnevniki, ces journaux d’ambassade dans lesquels chaque diplomate soviétique fait le compte rendu de ses conversations. Analysés parfois comme des documents d’agents de renseignements à cause de leur caractère ultrasecret et de leurs destinataires (outre la direction du ministère, ils étaient adressés aux principaux membres du Bureau politique), il s’agissait en fait de documents relevant d’une des fonctions premières de n’importe quel diplomate, la rencontre avec les personnalités du pays où il est en poste et la transmission à sa hiérarchie de ce que l’on peut en tirer d’intéressant9. Sans conteste, ce genre d’interprétation des documents a eu un impact néfaste sur le personnel des archives de politique extérieure, contribuant à renforcer leur méfiance à l’égard de lecteurs jugés malintentionnés.

  • 10 Le classement des archives de l’ex-URSS se fait sur trois niveaux : le fonds, l’opis’ et le dossie (...)
  • 11 Une prise de conscience de la nécessité d’un historique et d’une identification institutionnelle d (...)
  • 12 Sophie Cœuré, Vincent Duclert, Les Archives, Paris, La Découverte, « Repères », 2001, p. 10.

17Toutefois, le principal obstacle lorsqu’on veut travailler dans les archives de politique extérieure est ailleurs. Il s’agit de l’absence d’inventaires accessibles aux chercheurs, à l’exception depuis quelques années d’une liste sommaire des fonds10. Les historiens sont ici soumis au bon vouloir des archivistes qui sélectionnent à leur place les dossiers en fonction du thème de la recherche. Cette pratique constitue bien évidemment, pour la direction des archives, un moyen de garder le pouvoir et de placer les chercheurs dans un état d’ignorance quant à la globalité des dossiers disponibles. Certes, elle est plutôt spécifique aux archives de l’ex-URSS, mais on peut lui trouver des équivalences en France, par exemple aux archives de la préfecture de police. L’argument invoqué est qu’il s’agit d’instruments de travail interne – donc, non destinés à un usage extérieur. Il est vrai que l’historique et le descriptif qui introduisent la plupart des inventaires constitués à l’époque soviétique sont en eux-mêmes des sources d’informations précieuses pour bien évaluer l’importance des documents, mais aussi pour se familiariser avec les rouages internes d’un ministère ou d’une administration. De ce côté-là, on peut dire que les inventaires soviétiques, quand on peut y avoir accès, sont beaucoup plus satisfaisants intellectuellement que nombre de leurs équivalents français jusqu’à une période récente11. Comme le soulignent Sophie Cœuré et Vincent Duclert, la « quête de sources dépend considérablement de la connaissance par le chercheur de leur processus de constitution matérielle, juridique et intellectuelle12 ». Mais c’est bien ce processus que le ministère des Affaires étrangères russe ne tient pas à rendre public. Pourtant, l’aide financière et logistique fournie par l’Institut Nobel ou le Centre Woodrow Wilson aurait dû servir, non seulement à la déclassification des documents, mais également à la constitution de catalogues des fonds pour les utilisateurs des archives. Cette bataille autour des inventaires ne s’explique sans doute pas uniquement par le désir de rétention d’information ou par une pure routine bureaucratique. Il existe peut-être aussi un enjeu financier. La seule façon d’avoir réellement une chance d’accéder aux inventaires est en effet d’être partie prenante dans un projet de publication avec le ministère.

  • 13 À titre d’exemples, ont été publiés dans cette collection une série de catalogues des fonds du sec (...)
  • 14 Sur cet aspect, se reporter à la communication de Sophie Cœuré et de Frédéric Monier dans ce volum (...)

18En revanche, d’autres centres d’archives ont fourni un travail immense pour éditer des guides à l’intention des lecteurs. Outre un guide général des fonds, le GARF a créé une collection entière consacrée à la publication de catalogues spécialisés, très détaillés, qui permettent de travailler en amont et beaucoup plus efficacement13. Quoique encore peu ouvertes, les archives militaires ont également fait un effort considérable pour publier des instruments de travail, y compris un guide sur les archives spéciales, qu’elles soient restées à Moscou ou qu’elles soient revenues dans leur patrie d’origine. Un tel guide n’existe pas encore du côté français14.

19Cependant, à l’exception notable du GARF, on peut dire que, dans les archives centrales de l’ex-URSS, on ne donne pas les inventaires facilement. Rarement en accès libre, et très souvent sous clé, ils sont parfois indisponibles car ils servent également aux archivistes. Certains, en particulier lorsqu’il s’agit de documents déclassifiés, ne se trouvent pas dans les salles de lecture et doivent être commandés. On a parfois la surprise de découvrir au cours de sa recherche des cartothèques ou des inventaires spécifiques dont on ne connaissait pas l’existence. On l’aura compris, il est pour le moins difficile d’établir un plan de travail quinquennal avec un panorama prévisionnel des dossiers à dépouiller. Mais cela fait aussi tout le charme du travail dans les archives de l’ex-URSS, le contact personnel avec les archivistes étant, plus encore qu’en France, un élément déterminant du travail de l’historien.

20Comme on vient de le voir, pour l’historien qui travaille dans les archives centrales de l’ex-Union soviétique, l’accès aux documents se fait à géométrie variable, en fonction des centres d’archives. De plus, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, les archives dites sensibles sont plus accessibles sur certains sites Internet américains et dans les publications qui en dépendent que sur place15. Cette diffusion est certes utile pour rendre accessibles aux personnes intéressées en langue anglaise une collection de documents décisifs mais, trop parcellaire et sélective, elle ne peut véritablement servir de base au travail de l’historien. Toutes ces difficultés empêchent-elles de faire l’histoire du politique en URSS ?

CONCLUSION : DÉPLACER LE REGARD

  • 16 Cf. en particulier Oleg Khlevniouk, Le Cercle du Kremlin, Paris, Éditions du Seuil, 1996.
  • 17 Si l’on se limite aux travaux français, ont été étudiées en particulier l’administration du NKVD, (...)
  • 18 Les récents bulletins du Cold War International History Project en témoignent : voir les archives (...)

21Étant donné la toute-puissance du Parti et de ses secrétaires généraux, on s’attend à ce que les clés de compréhension du régime politique en URSS résident dans l’étude des grandes figures de l’histoire soviétique (Staline, Khrouchtchev, Brejnev) ainsi que des mécanismes du pouvoir au Kremlin16. Sans négliger ces aspects essentiels, on peut dire toutefois que les travaux récents ont le plus souvent préféré des observatoires davantage situés à des niveaux intermédiaires ou périphériques17. S’agit-il pour autant d’une simple stratégie de contournement ? C’est bien évidemment un élément qui entre en ligne de compte. Faute d’accès aux archives décisives, l’historien doit bien travailler sur les sources disponibles, celles de l’immense machine administrative soviétique tant au centre que dans les régions et les anciennes républiques. Cette stratégie semble même essentielle dans le cas des études actuelles sur la politique extérieure soviétique. La nécessité de contourner l’obstacle moscovite des archives du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie entraîne en effet une utilisation accrue des fonds plus ouverts, conservés dans les centres d’archives du Parti et de l’État des ex-démocraties populaires18.

  • 19 Un premier bilan a été fait lors des journées d’études internationales « Servir l’État. Les pratiq (...)
  • 20 C’est le sens du projet PICS lancé par le Centre du monde russe, soviétique et post-soviétique de (...)

22Toutefois, le déplacement du regard a surtout valeur heuristique : faire une histoire du politique et non plus une histoire politique en intégrant les aspects humains, institutionnels, sociaux et culturels de l’exercice du pouvoir et du service de l’État-Parti en URSS19. C’est bien là l’enjeu des monographies engagées depuis l’ouverture des archives sur différents types d’administrations et d’administrateurs. Les réflexions, déjà largement abouties pour d’autres pays sur la part des hauts fonctionnaires dans la pratique décisionnelle, les conflits d’intérêt entre administrations, l’identité de groupes d’administrateurs et leur position par rapport au pouvoir et à ses valeurs, mais aussi par rapport à la société, nécessitent dans le cas soviétique de laisser de côté – peut-être momentanément – les concepts globalisants de bureaucratie ou de totalitarisme pour adopter une démarche résolument concrète. C’est ainsi que l’État soviétique, resté jusque-là très largement désincarné, a commencé à prendre une forme vivante et complexe. Le parcours de la moindre directive, la circulation d’une information, l’usage que l’on fait d’un rapport, sont en eux-mêmes des indicateurs fins du niveau quotidien de contrôle et d’emprise du pouvoir sur la société. La liasse d’avis contradictoires émanant d’administrations aussi diverses que les Finances, le NKVD, la Commission centrale de contrôle ou les Affaires étrangères, à propos de tel projet, voté finalement au Bureau politique du Parti avant de prendre la forme d’un décret du gouvernement soviétique, voilà de quoi entrer de plain-pied dans les pratiques et les modes de gouvernement incluant des rivalités administratives fortes, des arbitrages rendus au sommet du Parti, mais aussi le maintien vaille que vaille d’une fiction de légalité soviétique à usage tant interne qu’externe. Quant aux milliers de questionnaires remplis par les membres du Parti qu’ils soient simples militants, petits bureaucrates ou hauts fonctionnaires, ils fournissent un matériau extraordinaire tant individuel, avec bien des destins brisés mais aussi des carrières fulgurantes, que collectif pour saisir comment et par qui fonctionnait le régime20.

23Pour conclure, on pourrait dire que c’est bien plus par l’ouverture des vastes fonds de chaque administration, chaque échelon du Parti, que par l’accès à quelques documents sensationnels que la « révolution documentaire » induite par l’effondrement de l’URSS est susceptible d’apporter un renouvellement méthodologique.

Notes

1 Voir, pour un état des lieux exhaustif, les travaux de Patricia Grimsted référencés dans la bibliographie en fin de volume. On citera son texte le plus récent, Archives of Russia Five Years After : « Purveyors of Sensations » or « Shadows Cast to the Past », International Institute of Social History, Amsterdam, 1997. Pour les fonds restitués à la France, voir la communication de Sophie Cœuré et de Frédéric Monier.

2 Il est tout à fait remarquable de voir combien les Soviétiques ont pris de précautions pour mettre à l’abri leurs archives : en mars 1938, la décision était prise d’interdire la conservation des archives secrètes dans les zones frontalières (GARF, R-8418, op. 22, d. 55) ; pendant la guerre, l’évacuation des archives était organisée et les archivistes, évacués avec leurs archives, continuèrent à travailler au classement et à l’inventaire des fonds. Informations de Rebecca Manley et de Catherine Gousseff.

3 Voir la 1re partie de « Un État contre son peuple » de Nicolas Werth dans Le Livre noir du communisme, op. cit., p. 263-270.

4 Voir sur ce point l’article de Nicolas Werth : « De la soviétologie en général et des archives russes en particulier », Le Débat, nov.-déc. 1993, p. 127-144, et Sabine Dullin, « Les interprétations françaises du système soviétique », in M. Dreyfus et alii, Le Siècle des communismes, Paris, les Éditions de l’Atelier, 2000, p. 47-65.

5 Voir la communication de Serge Wolikow dans ce volume.

6 http://psi.ece.jhu.edu/~kaplan/IRUSS/BUK.

7 Sandrine Kott évoque la « surabondance » des archives de RDA mais souligne, qu’au lieu de révéler une « vérité » dissimulée, la profusion des documents fait souvent « écran », in « Pour une histoire sociale du pouvoir en Europe communiste », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 2002, p. 9.

8 Mark Kramer, « Archival Research in Moscow. Progress and Pitfalls », CWIHP Bulletin, automne 1993, p. 18.

9 On trouve une documentation approchante au Quai d’Orsay, que ce soit au plus haut niveau dans la série « entretiens et messages » ou tout simplement dans la correspondance diplomatique des ambassades.

10 Le classement des archives de l’ex-URSS se fait sur trois niveaux : le fonds, l’opis’ et le dossier. C’est au niveau intermédiaire que se situent les inventaires.

11 Une prise de conscience de la nécessité d’un historique et d’une identification institutionnelle des fonds s’est faite en France plus récemment. Il suffit de constater la différence de présentation des inventaires du Quai d’Orsay, entre les séries de l’entre-deux-guerres et celles de l’après-guerre reclassées récemment dans le cadre d’une ouverture jusqu’en 1966-1970 ; voir à titre d’exemple la série « Secrétariat général 1945-1966 », introduite par Pierre Fournié.

12 Sophie Cœuré, Vincent Duclert, Les Archives, Paris, La Découverte, « Repères », 2001, p. 10.

13 À titre d’exemples, ont été publiés dans cette collection une série de catalogues des fonds du secrétariat du NKVD/MVD : en 1994, la liste détaillée des documents issus des « dossiers spéciaux » (osobye papki) de Staline et de Molotov (années 1944-1953), en 2000, ceux de Beria (années 1950-53) ; en 1999, la liste des décrets du NKVD pour les années 1934-1941.

14 Sur cet aspect, se reporter à la communication de Sophie Cœuré et de Frédéric Monier dans ce volume.

15 Le site du Cold War International History Project (http://cwihp.si.edu) où on peut accéder à un certain nombre de dossiers sur la politique extérieure de l’URSS (sur l’intervention soviétique en Afghanistan, sur les conversations Mao-Khrouchtchev) ainsi que le site de Parallel History Project on NATO and the Warsaw Pact (http://www.isn.ethz.ch/php) où on peut lire les plans du pacte de Varsovie.

16 Cf. en particulier Oleg Khlevniouk, Le Cercle du Kremlin, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

17 Si l’on se limite aux travaux français, ont été étudiées en particulier l’administration du NKVD, celle de la statistique et celle des Affaires étrangères. Nicolas Werth, « Un État contre son peuple », dans Le Livre noir du communisme, op. cit. ; Alain Blum, Martine Mespoulet, L’Anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, La Découverte, 2003, 372 p. ; Sabine Dullin, Des hommes d’influences. Les ambassadeurs de Staline en Europe, 1930-1939, Paris, Payot, 2001. Le numéro spécial des Cahiers du monde russe sur « La police politique en Union soviétique 1918-1953 » met en valeur les travaux récents sur le NKVD au niveau local et surtout au niveau des républiques d’Ukraine et des pays Baltes.

18 Les récents bulletins du Cold War International History Project en témoignent : voir les archives de RDA sur la querelle sino-soviétique par exemple.

19 Un premier bilan a été fait lors des journées d’études internationales « Servir l’État. Les pratiques administratives en URSS », décembre 2001, à paraître dans Les Cahiers du monde russe en 2003.

20 C’est le sens du projet PICS lancé par le Centre du monde russe, soviétique et post-soviétique de l’EHESS et qui, par un dépouillement massif des données biographiques, vise à constituer des prosopographies d’administrations soviétiques.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris I Sorbonne

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540