Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

L’historien face aux archives du Komintern

Serge Wolikow

Texte intégral

1Les archives de l’Internationale communiste (le Komintern) et le travail historique qui s’appuie sur elles sont directement et fortement concernés par les interrogations mises au centre de cet ouvrage. Parmi les archives politiques contemporaines elles font partie de celles qui méritent à plusieurs titres d’être envisagées comme des archives secrètes. Parce qu’elles furent très longtemps inaccessibles mais aussi parce qu’elles ont durablement été ignorées en tant que telles. Devenues accessibles elles restent dominées par ce secret, au cœur du fonctionnement du Komintern et des structures qui les ont produites. L’historien, face à ces archives, doit donc les traiter selon une problématique qui fait une large place à la question du secret sous peine de multiples contresens et méprises.

2J’ai, depuis plusieurs années, abordé différents aspects de cette question dans des communications, des articles et des ouvrages qui furent autant de moments obligés accompagnant l’étude historique au fur et à mesure d’un chantier où la réflexion était confrontée à l’épreuve de nouvelles archives. Préalable, la question des archives ne saurait tenir lieu d’analyse et résoudre le problème de l’écriture historique à travers laquelle se règle l’interprétation globale des phénomènes étudiés. Sur ce point, j’ai été et je reste préoccupé de l’usage des archives par les historiens du communisme et plus généralement les historiens du politique. La fascination pour ces archives « révélées », indéniablement « découvertes », a parfois conduit certains à imaginer qu’elles permettaient en elles-mêmes d’écrire un récit fondé dès lors sur l’agencement d’archives convoquées au tribunal de histoire comme autant de témoins à charge ! En fait l’historien reste celui qui impose sa marque de fabrique dans le maniement des archives, qu’elles soient rares ou au contraire très abondantes. Si l’historiographie du communisme reste aujourd’hui encore marquée par la question des archives, bien qu’à la pénurie ait succédé l’abondance, c’est que le problème n’est pas seulement d’ordre quantitatif. Les archives du Komintern, sur lesquelles l’historien travaille, sont loin d’être transparentes. Elles apportent sans doute une information irremplaçable et précieuse mais celle-ci est loin de restituer clairement et immédiatement le fonctionnement du Komintern notamment parce qu’il recélait une part importante de secrets que les archives ne pouvaient retranscrire. Ainsi donc le cheminement de l’historien du Komintern est-il paradoxal puisqu’il découvre, grâce à l’accès à de nouvelles archives, qu’un certain nombre de phénomènes essentiels de l’organisation qu’il étudie sont durablement sinon définitivement en dehors de son champ d’investigation. Son travail, façonné par le rapport aux documents, a changé en relation avec la progressive découverte d’archives espérées mais inattendues, mais également en fonction d’un contexte historiographique en rapide évolution.

3La dimension secrète des archives du Komintern est constitutive de l’histoire d’une organisation dont nous ne rappellerons ici que les linéaments en renvoyant le lecteur à des textes plus développés sur l’histoire générale de l’Internationale communiste. Créée en 1919 et dissoute en 1943, cette organisation qui s’est voulue l’état-major de la révolution mondiale, lors de sa fondation à Moscou au moment où la révolution russe était assiégée, a développé son activité à l’ombre de l’État soviétique et connu ses avatars. Pour autant, son histoire a sa propre dynamique, liée au rôle principal qui lui fut assigné dès le départ. Il s’agissait de créer des partis communistes puis de coordonner leur action au service d’un projet révolutionnaire au sein duquel la défense de l’URSS devint l’aspect principal. Le fonctionnement de cette organisation, dont les organismes centraux se trouvaient à Moscou et les sections nationales réparties à travers les cinq continents, est resté dissimulé jusqu’à nos jours. Outre les réunions annuelles du comité exécutif et des congrès, durant la première décennie, il y avait de très nombreuses séances de travail des multiples organismes spécialisés dans l’action en direction des différentes régions du monde, dans l’intervention auprès des organisations de jeunesse, des mouvements paysans, des femmes, sans oublier les organismes destinés à organiser la solidarité en faveur de l’URSS. Le fonctionnement de l’IC reposait sur un système de liaison entre le centre et les sections nationales. Le réseau s’appuyait sur des émissaires, envoyés temporaires ou résidents à demeure, qui envoyaient des rapports réguliers destinés à renseigner la direction du Komintern sur la situation tant du pays que des organisations communistes locales. En outre, chaque section nationale devait transmettre une documentation exhaustive sur son activité aussi bien idéologique qu’organisationnelle. Durant les années 1930, des dossiers biographiques, associés au contrôle de cadres, vinrent encore alourdir cette documentation qui ne cessa d’épaissir alors même que l’activité de l’Internationale perdait de sa consistance après 1935. Les liaisons par télégrammes entre les directions des partis et le centre à Moscou prennent de l’importance dans la dernière décennie et constituent également une documentation restée totalement secrète jusque dans les années 1990. En fait, l’histoire de l’Internationale communiste, après sa dissolution en mai 1943, a été largement ignorée sinon dissimulée derrière une histoire officielle faisant la part belle à chaque parti communiste et au rôle de l’URSS : confinée à l’arrière-plan de l’histoire du communisme, elle était méconnue et sous-estimée. L’accès aux archives du Komintern se trouvait doublement relégué au rang des questions subalternes et n’était pas posé en tant que tel parce l’existence même de ces archives apparaissait encore plus incertaine que celle des partis communistes. Ce bref rappel met en évidence l’importance du contexte historiographique par rapport au contexte historique et politique proprement dit. Ce dernier fut bien sûr décisif pour que soient entrouvertes les archives avant que leur accessibilité ne devienne la règle.

4Je distinguerai trois moments dans le travail des historiens du Komintern eu égard à ce double contexte. En premier lieu, il y eut le temps des archives ignorées, puis vint celui des archives découvertes avant d’en arriver à celui de l’exploration et de l’exploitation méthodique. Ces trois moments, qui permettent de scander comment le travail des historiens a évolué, doivent être inscrits dans une historiographie du communisme dont la logique s’apparente à celle d’autres champs de l’histoire politique avec cependant des spécificités liées à ses enjeux organisationnels propres. Elle trouva d’abord son point de départ dans des études effectuées par d’anciens dirigeants, souvent oppositionnels ou critiques, puis s’est très vite assortie d’un discours officiel des organisations, soucieuses d’écrire une histoire destinée à la formation des cadres et à la justification de la politique du moment. L’histoire scientifique et savante, elle aussi jamais séparée des enjeux idéologiques et politiques, s’est déployée ultérieurement, dans les années 1960 et 1970, ouvrant une nouvelle ère historiographique caractérisée par l’émergence de travaux critiques fondés sur la publication de séries documentaires et le recours à de premières archives. Au tournant des années 1980 et 1990, l’accessibilité accrue des fonds d’archives a mis à l’épreuve les travaux antérieurs et les problématiques sur lesquels ils s’appuyaient. En tout état de cause, on entra alors dans un contexte culturel et idéologique nouveau marqué par une dilution des clivages étroitement partisans tandis que les termes du débat étaient reconfigurés.

5L’historiographie de l’Internationale communiste a connu ce cheminement dans son ensemble, avec cependant des particularités tenant à l’entrecroisement des situations nationales et à l’influence, longtemps dominante, de l’histoire officielle soviétique. L’Internationale communiste, malgré sa durée relativement brève, avait plus de soixante sections nationales, au début des années 1930. Son appareil central et ses nombreuses organisations associées formaient un ensemble protéiforme difficile à saisir globalement. De nombreux travaux qui apportent des éclairages essentiels sur l’histoire de l’Internationale communiste sont en réalité fondés sur l’étude d’un seul parti.

6L’histoire de l’Internationale communiste n’est évidemment pas restée à l’écart des grandes évolutions politiques et idéologiques du monde contemporain. Pour autant, son historiographie est-elle entièrement à revoir ? Les ruptures politiques survenues à l’est de l’Europe ont-elles entraîné un bouleversement tel qu’il aurait rendu entièrement obsolète les connaissances antérieures ? Ceux qui répondent par l’affirmative invoquent l’ouverture d’archives jusqu’alors restées fermées. Or, si l’accès aux archives de l’IC a modifié, comme nous le verrons, notablement la recherche historique, il n’a pas entraîné automatiquement une révision générale de tous les travaux historiques antérieurs. La réévaluation des analyses et des recherches menées jusqu’aux années 1980 ne saurait être uniforme car celles-ci avaient connu des développements inégaux. L’exploitation des archives a ouvert de nouveaux champs d’investigations et permis d’affiner les interprétations existantes. Ainsi, l’historiographie de l’Internationale communiste, assez hétérogène, est composée de strates et de pièces fort diverses qu’il faut considérer successivement pour en avoir une appréciation globale. Elle vient s’imbriquer avec l’histoire proprement dite de l’accès aux archives.

LE TEMPS DES ARCHIVES IGNORÉES

  • 1 A. Agosti, « La storiografia sulla Terza Internazionale », Studii Storici 1977, no 1, et, pour une (...)
  • 2 C. L. P. James, World Revolution 1917-1936. The rise and Fall of the Communist International, Lond (...)
  • 3 Ypsilon (pseudonyme de K. Volk), Stalintern, Paris, 1948.
  • 4 R. FISCHER, Stalin and the German Communism. A study in the origins of the State Party, Cambridge, (...)
  • 5 F. Borkenau, World Communism. A history of the Communist International, 1919-1937, Michigan, 1962.

7Pendant plusieurs décennies, les références politiques et idéologiques constituaient la trame explicite de la plupart des travaux. La sympathie plus ou moins affirmée des « historiens » pour leur objet devint, dès les années 1930, un élément structurant leurs études : les premières histoires de l’IC furent écrites par des opposants qui, mis sur la touche, affirmaient à la fois leur fidélité aux principes fondateurs et leurs critiques à l’égard de ce qu’ils estimaient être des dérives opportunistes, bureaucratiques puis staliniennes. En dépit de cet engagement idéologique, ils jetèrent les bases d’une histoire critique nourrie d’informations et d’indications, précieuses, même si elles restèrent invérifiables jusqu’à l’ouverture des archives. Leur expérience de l’organisation internationale remplaçait des archives qu’ils s’employèrent parfois à préserver ou à conserver. Aldo Agosti dans un article de référence donne des exemples significatifs de ces premières études1. Ainsi James publia-t-il un livre dont le titre The Rise and Fall of the Communist International reflétait l’interprétation trotskiste opposant la dégénérescence stalinienne à un mythique âge d’or léniniste2. Le livre d’Ypsilon intitulé Stalintern est l’œuvre d’un communiste tchèque écarté de l’IC à la fin des années 19203. Quant à Elfriede Friedländer, c’est en tant qu’ancienne secrétaire du KPD qu’elle écrivit un livre sur la politique allemande de Staline4. D’autres livres, bien qu’écrits par d’anciens dirigeants, constituèrent des ouvrages de références, tel celui de Borkenau sur le communisme mondial5. Après la Seconde Guerre mondiale, la logique de guerre froide favorisa l’émergence de deux historiographies nettement clivées : face à l’histoire soviétique, soucieuse de défendre une histoire officielle de l’IC, se développa, surtout aux États-Unis, une histoire anticommuniste renforcée par l’apport des transfuges. Une logique idéologique dominait ces travaux mais ils comportaient cependant des éléments factuels intéressants, notamment sur les liens entre histoire de l’IC et histoire de l’URSS.

LES ARCHIVES ENTROUVERTES ET LES PREMIERS USAGES

  • 6 B. Lazitch, M. Drachkovitch, Biographical Dictionary of the Comintern, Stanford, 1973 ; Jane Degra (...)
  • 7 V. M. Leibzon, K. K. Chirinia, Povorot v politike Kominterna, Moscou, 1975.

8À la fin des années 1950 émergèrent des travaux de grande qualité élaborés à partir des diverses sources alors accessibles : furent publiés des recueils documentaires ainsi qu’un premier dictionnaire biographique des cadres du Komintern6 qui replaçaient l’histoire de l’IC dans l’histoire plus large des relations internationales marquées par le rôle de la diplomatie soviétique. Les velléités réformatrices en URSS puis les courants eurocommunistes imprégnèrent les travaux de la fin des années 1960 et des années 1970. Les ouvrages publiés au cours de cette période faisaient désormais allusion aux archives entrouvertes et parcimonieusement citées7. Ils permirent, ponctuellement, de réaliser certaines avancées dans la recherche même si la relecture critique était limitée par le souci de trouver les prémisses d’une orientation différente.

  • 8 L. Trotski, L’Internationale communiste après Lénine, Paris, 1930.
  • 9 E. Ragioneri, Palmiro Togliatti, Roma, 1996.
  • 10 Kommunisticeskij International-Kratkij istoriceskij ocerk, Moscou, 1969.

9Pendant longtemps, les auteurs qui se sont intéressés à l’histoire de l’IC n’étaient pas des historiens de formation mais plutôt des dirigeants ou des militants, souvent dissidents, mais parfois encore en poste8. Même quand les historiens universitaires furent impliqués, ils restaient partie prenante de préoccupations idéologiques fortement marquées. Leurs sources documentaires, bien qu’abondantes, manquaient de diversité puisqu’en l’absence d’archives, l’investigation historique s’appuyait sur la documentation imprimée et sur les témoignages. L’intérêt indéniable de ces deux sources était limité par la centralisation bureaucratique croissante de l’IC et la propension à la discipline, sinon au secret, des militants et des cadres. L’écriture historique, tributaire de tels matériaux, revenait, selon les cas, à mettre en place un récit officiel résultant de l’assemblage des documents jugés essentiels ou inversement à les critiquer sur la base des témoignages qui permettaient de les disqualifier. Cette histoire, étroitement associée au combat d’idées, s’organisait autour des enjeux de pouvoirs et des moments forts qui avaient scandé la vie de l’Internationale communiste. Quand les historiens commencèrent à avoir accès à certaines archives, qu’il s’agisse de celles de Trotski ou de certains fonds de l’IC, le travail gagna en rigueur et en précision même si les registres d’écriture n’évoluèrent que lentement. Mais cette histoire politique s’intéressait avant tout à l’activité publique des dirigeants et à l’interprétation des décisions de l’Internationale. Dans le meilleur des cas, le travail sur une vaste documentation permettait de rapprocher et de comparer la politique internationale de chaque État (l’URSS y compris) ainsi que la politique des sections nationales de l’IC ou de ses organisations affiliées avec la politique de l’IC en tant que telle. Cette démarche minutieuse et rigoureuse donnait aux hypothèses une consistance nouvelle et facilitait une exploitation pertinente des archives. Dans un premier temps, celles-ci favorisèrent une meilleure connaissance des analyses politiques des milieux dirigeants (de Togliatti par exemple9) et des organismes centraux, ce qui déboucha sur des études consacrées aux évolutions stratégiques de l’IC. Parallèlement, débutaient des travaux centrés sur l’implantation de l’activité communiste dans des territoires ou des domaines spécifiques. L’intérêt pour des pratiques politiques concrètes ou particulières contribua ainsi à l’élargissement du champ d’investigation d’une histoire politique, désormais nourrie par une documentation plus diversifiée mais qui restait encore fortement déséquilibrée. Pour autant, à côté de ces avancées persistaient des formes traditionnelles d’histoire institutionnelle peu affectées par la citation de quelques documents d’archives. Il en allait ainsi de l’histoire de l’IC publiée sous l’égide de l’Institut du marxisme-léninisme avec la co-signature d’un collectif d’anciens cadres kominterniens10.

L’ACCESSIBILITÉ ET L’EXPLOITATION MÉTHODIQUE

  • 11 Sur l’ouverture en général des archives de la période soviétique à partir de 1992-1993, voir la co (...)

10Malgré tout, l’accès aux archives, au tournant des années 1980 et 1990, au moment où les anciens clivages idéologiques perdaient de leur intensité, allait redonner à l’écriture de l’histoire de l’IC une nouvelle actualité. Nonobstant différentes phases d’ouvertures conditionnelles et limitées des archives depuis les années 1970, ce n’est qu’après 1991 que les archives du Komintern devinrent véritablement accessibles11. Même si l’accessibilité n’est jamais devenue complète et si une tendance régressive s’est manifestée depuis 1995, il reste que la situation a radicalement changé dans la mesure où la règle est désormais celle de l’ouverture tandis que la fermeture demeure exceptionnelle. Le travail de recherche en a subi les contrecoups paradoxaux. La griserie induite par l’élargissement de la masse documentaire disponible a été telle que, dans un premier temps, certains historiens avancèrent l’idée d’une rupture épistémologique dans l’écriture de l’histoire de l’IC puisque l’on serait passé de l’ère des hypothèses fragiles à celle des résultats tangibles fondés sur les documents. En fait, il est bien vite apparu que la diversité des registres d’écriture ne tenait pas uniquement à la qualité des archives. Sans doute, celles-ci autorisaient des progrès dans la connaissance et l’analyse mais elles posaient de nouveaux problèmes à des historiens habitués jusqu’alors à gérer davantage la rareté que l’abondance des sources. L’échantillonnage, l’analyse et le traitement quantitatif des données devenaient des conditions préliminaires de la recherche. Par ailleurs, le champ de cette dernière se trouvait élargi par l’accès à des informations concernant le fonctionnement interne de l’Internationale communiste. Désormais, une approche en termes d’histoire sociale devenait possible : les séries de procès-verbaux des réunions des instances dirigeantes, la correspondance et la documentation sur les relations avec les sections nationales, ou les dossiers biographiques sur les cadres, permettaient d’engager des études beaucoup plus affinées sur les processus décisionnels, sur l’articulation du national et de l’international et sur tout un personnel politique dont l’activité comme les itinéraires étaient très mal connus. C’est dans cette optique que se situent la plupart des travaux engagés ces deux dernières décennies.

  • 12 Pour un jugement définitivement critique sur la complexité évoquée, cf. M. Lazar, « Le communisme (...)

11Cependant, les divergences d’approches, perceptibles dans les registres d’écriture, n’ont pas disparu. La masse archivistique disponible a également stimulé une manière d’écrire, friande de documents, fonctionnant surtout comme des illustrations dans le cadre d’une histoire-récit soucieuse de révélations. Cette démarche, fort simplificatrice, trouvait sa justification dans la pénurie d’archives. Désormais, ses inconvénients l’emportent largement dans la mesure où elle sous-estime fortement les chantiers ainsi que le travail de recherche qui restent à engager pour avancer dans la connaissance d’une histoire dont dire qu’elle est complexe n’est pas un faux-fuyant12.

  • 13 S. Courtois, J.-L. Panné, « Le Komintern à l’action », in Le Livre noir du communisme, crimes, ter (...)
  • 14 A. Varksberg, L’Hôtel Lux, Paris, 1994.

12Il reste que la disparition de l’URSS et des partis communistes au pouvoir dans l’est de l’Europe a favorisé l’émergence de thèmes idéologiques qui ont guidé les interprétations autant que le progrès des recherches. La notion de bilan, au centre d’un ouvrage comme le Livre noir du communisme, induit une vision linéaire de son histoire et une lecture téléologique rétrospective de son activité. Un des aspects les plus caricaturaux de cette démarche est celui qui réduit l’action de l’Internationale communiste à une activité criminelle passant de l’organisation de la guerre civile ou du terrorisme à la mise en œuvre de la terreur contre les communistes13. L’explication unilatérale ou mono-causale, assimilant par exemple le mouvement communiste à une simple entreprise subversive, simplifie le phénomène et s’interdit d’en comprendre l’impact et l’ampleur14. Il est vrai que la dimension conspiratrice a existé et que l’Internationale communiste n’a pas échappé à la répression stalinienne qui a décimé ses rangs ; c’est ce que les études fondées sur la nouvelle documentation permettent d’évaluer.

  • 15 Colloque des 20-22 octobre 1994, Moscou : Centre and Periphery, The History of the Comintern in th (...)

13Au début des années 1990, l’ouverture des fonds de l’ancien Institut du marxisme-léninisme, où toutes les archives de l’Internationale communiste avaient été versées, ne fit pas disparaître la diversité des approches et des présupposés. Dans un premier temps, le climat idéologique russe aidant, il fut tentant d’utiliser des archives, dont bon nombre avaient été marquées par le sceau du secret, comme autant de pièces à conviction pour instruire le procès de l’Internationale communiste. Bien vite cependant, cette démarche suscita des réactions très négatives chez la plupart des historiens et des archivistes russes comme parmi les chercheurs venus du monde entier consulter des archives dont l’ouverture restait à confirmer. De fait, certains fonds, notamment ceux des secrétariats de l’IC, mis en place après 1935, redevinrent inaccessibles aux chercheurs tandis que d’autres n’étaient qu’entrouverts. Différents colloques, tenus au milieu de la décennie 1990, ont permis cependant de confronter les différentes avancées de la recherche grâce à l’exploitation scientifique des archives. Dans un deuxième temps, des programmes internationaux incluant les chercheurs russes ont été mis en place pour permettre un accès informatisé aux inventaires et aux documents de la direction centrale de l’IC15. Désormais, les débats théoriques et idéologiques concernent surtout la méthodologie de l’histoire, en commençant par l’usage des archives, devenues le soubassement indispensable de toutes les études. D’une manière plus générale, l’écriture de l’histoire du communisme international est devenue un enjeu historiographique essentiel.

  • 16 B. Bayerlein, G. Mouradian, B. Studer, S. Wolikow, « Les archives du Komintern à Moscou », in Ving (...)

14Pour que les recherches sur l’histoire de l’Internationale communiste intègrent les données fournies par les archives, il est nécessaire que des instruments adéquats d’analyse et d’investigations soient mis à la disposition des chercheurs afin qu’ils puissent travailler avec des outils performants : c’est dans cette optique qu’il faut situer la constitution de bases documentaires, l’informatisation des inventaires, la mise au point de dictionnaires biographiques16. Étant donné les délais qui séparent la mise en route des recherches et leur aboutissement, le paysage historiographique n’a pas été encore fortement modifié même si des publications récentes introduisent des changements appréciables dans la répartition des périodes étudiées comme dans les thèmes abordés.

  • 17 F. Borkenau, World Communism, op. cit.
  • 18 E. H. Carr, A History of Soviet Russia, 14 tomes, Londres, 1953-1978 ; The Twilight of Comintern, (...)
  • 19 F. Claudin, La Crise du mouvement communiste du Komintern au Kominform, Paris, 1972.
  • 20 Milos Hajek, Storia dell’internazionale communista (1921-1935), Rome, 1969.
  • 21 J. Agnew, K. Mac Dermott, The Comintern. A history of International Communism from Lenin to Stalin(...)
  • 22 P. Broué, Histoire de l’Internationale, Paris, Fayard, 1997.
  • 23 J. Degras, The Communist International, op. cit.
  • 24 A. Agosti, La Terza Internazionale. Storia documentaria, 6 vol., Rome, 1974-1979.
  • 25 R. Daniels (éd.), A Documentary History of Communism, Londres, 1987.
  • 26 V. Kahan, Bibliography of the Communist International (1919-1979), Leyde, 1990.
  • 27 Marcel Cachin, Carnets 1906-1947, sous la direction de Denis Peschanski, t. 2, 3 et 4, Paris, CNRS (...)
  • 28 Silvio Pons, Stalin e la guerra inevitabile 1936-1941, Einaudi, 1995.
  • 29 Lebedeva et M. Narinski, Komintern e vtoraia mirovaïa voïna, 2 vol., Moscou, 1994-1998.
  • 30 S. Dullin, « Litivinov and the People’s Commissariat of Foreign Affairs : the Fate of an Administr (...)

15Les synthèses portant sur l’ensemble de la période ont été assez nombreuses depuis les travaux de références de Borkenau17. Parmi celles qui émergent tant par leur qualité que par leur capacité à exprimer l’évolution des conceptions et à offrir des interprétations fortes, on peut signaler les ouvrages de Carr18, de Claudin19 ou de Hajek20 durant les années 1970 et 1980 puis, dans la dernière décennie, ceux de Mac Dermott21 et de Pierre Broué22. À côté de ces livres de synthèses qui, pour l’essentiel, traitent l’histoire de l’IC de manière chronologique, un nombre important de recueils documentaires ont été publiés : parmi les plus notables se dégagent ceux de Degras23 puis d’Agosti24 dans la décennie suivante, et enfin de Daniels25. Ils représentaient des outils essentiels alors même que les archives étaient inaccessibles dans leur globalité. Ces différents livres fournissent de façon chronologique et thématique des documents extraits de la très prolifique production imprimée des instances dirigeantes de l’IC à l’occasion notamment de leurs réunions, congrès ou plénums du comité exécutif. Alors que les archives de l’IC demeuraient encore fermées, la publication, en voie d’achèvement, des archives d’Humbert-Droz qui fut pendant plus de dix ans membre de la direction de l’IC, a permis aux historiens d’aborder l’activité interne de celle-ci. La réalisation d’études documentaires synthétiques sur les groupes dirigeants par Svatek puis Kahan témoignait d’une volonté de reconstituer, malgré le secret, la composition de l’appareil dirigeant de l’IC26. Durant la décennie 1990, les premières études fondées sur l’ensemble des archives de l’IC ont permis d’ouvrir des chantiers nouveaux ou de revisiter des moments déjà analysés. Les premières années de l’IC avaient fait l’objet de nombreux travaux fondés sur les archives et les documents publiés de Lénine et Trotski. De nouvelles études, appuyées notamment sur les carnets de Cachin et de Souvarine, ont permis d’avancer dans la connaissance de cette période fondatrice27. Les archives de la direction de l’IC ont en revanche permis de progresser sensiblement dans la connaissance de la politique allemande du Komintern en 1923. De même, la période « classe contre classe », déjà bien étudiée par les historiens américains et français dans les décennies 1970 et 1980, peut désormais être réexaminée et associée à l’analyse de la stalinisation. L’époque du Front populaire qui avait également, durant ces années, suscité des recherches novatrices d’historiens soviétiques, italiens et tchèques, portant surtout sur le tournant politique de l’IC, a fait l’objet de nouvelles recherches sur les articulations avec la diplomatie soviétique mais aussi sur l’impact de la terreur stalinienne à l’égard des cadres et de l’appareil kominternien28. La période postérieure, celle de la guerre, du revirement lié au pacte germano-soviétique, de l’engagement des partis communistes dans le combat antihitlérien puis de la dissolution de l’IC, est certainement celle qui a fait l’objet des principales avancées de la recherche29. L’exploitation conjointe des archives de l’IC et de certains documents diplomatiques a débouché sur la publication d’ouvrages documentaires et d’analyses qui renouvellent profondément les connaissances30. Deux ouvrages, parmi les plus récents, mettent en lumière l’activité du Komintern et de ses sections nationales durant la période des débuts de la Seconde Guerre mondiale. Le premier grâce à l’utilisation des rapports transmis clandestinement entre Paris et Moscou par l’intermédiaire de Bruxelles éclaire la politique du PCF durant l’été et l’automne 1940. Au-delà des connaissances jusqu’alors fondées principalement sur les archives de police, ces rapports fournissent des informations extrêmement neuves sur l’activité mais aussi sur le fonctionnement interne du groupe dirigeant communiste français : sa reconstitution, ses tâtonnements, ses liaisons aléatoires. L’étude minutieuse des archives complétées par une enquête auprès des rares acteurs survivants a permis de reconstituer une histoire beaucoup plus complexe et riche que les images jusqu’alors associées à la demande de reparution de L’Humanité auprès des autorités allemandes. La politique du Komintern en Europe, en relation avec l’évolution de la situation diplomatique et la politique de l’URSS, peut être aujourd’hui approchée par l’étude des télégrammes échangés entre le centre du Komintern et ses sections nationales. La présentation de 300 télégrammes transmis durant la période 1939-1941 permet d’éclairer les processus décisionnels au sein du Komintern, la difficulté de fonctionnement d’une organisation internationale dans les conditions d’un conflit international majeur et du revirement diplomatique de l’URSS après la signature du pacte avec l’Allemagne. Ces documents totalement inédits permettent de restituer la chronologie courte de la tactique du Komintern à l’épreuve d’un contexte changeant et imprévu.

  • 31 A. Elorza y Marta Bizcarrondo, Queridos camaradas. La internacional communista y espana, 1919-1939(...)

16L’histoire de l’IC s’est cristallisée autour des questions et des thèmes qui ont mobilisé la recherche tout en suscitant le débat. La stratégie et la politique générale de l’IC comme l’étude de certaines sections nationales ont longtemps accaparé l’essentiel des recherches. Ces travaux qui ont connu leur embellie des années 1960 aux années 1980 ont été complétés, voire délaissés, pour des recherches centrées sur des thèmes qui jusqu’alors, faute de données, ne pouvaient être scientifiquement étudiés. Ainsi, l’approche biographique s’est trouvée profondément renouvelée grâce aux sources permettant d’individualiser l’action des dirigeants et de connaître leur itinéraire militant au sein de l’organisation internationale. Plus que les biographies individuelles des principaux dirigeants de l’IC, ont progressé les biographies collectives des kominterniens moyens, des cadres intermédiaires. Les relations entre le centre de l’IC et les sections nationales, longtemps difficilement analysables, font désormais l’objet d’études beaucoup plus systématiques grâce à une meilleure connaissance du fonctionnement des organismes de direction et de contrôle de l’IC31. C’est ainsi qu’une histoire sociale de l’activité politique du Komintern peut maintenant être entreprise en s’attachant notamment à comprendre les mécanismes psychologiques et idéologiques associés au militantisme, dans une organisation dont la bureaucratisation et la centralisation progressives ont transformé profondément tous les aspects au cours de ses vingt-cinq ans d’existence.

17En fin de compte, le véritable secret des archives, c’est certainement l’historien qui le détient sous la forme de sa capacité à les interroger et à les lire. Il reste que ce talent ne peut se déployer si les conditions d’accès et d’usage qui permettent de les envisager dans leur globalité et leur spécificité ne sont pas réunies.

Notes

1 A. Agosti, « La storiografia sulla Terza Internazionale », Studii Storici 1977, no 1, et, pour une approche élargie, cf. les Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, 1980, no 2.

2 C. L. P. James, World Revolution 1917-1936. The rise and Fall of the Communist International, Londres, 1937.

3 Ypsilon (pseudonyme de K. Volk), Stalintern, Paris, 1948.

4 R. FISCHER, Stalin and the German Communism. A study in the origins of the State Party, Cambridge, Massachusetts, 1948.

5 F. Borkenau, World Communism. A history of the Communist International, 1919-1937, Michigan, 1962.

6 B. Lazitch, M. Drachkovitch, Biographical Dictionary of the Comintern, Stanford, 1973 ; Jane Degras, The Communist International, 1919-1943, documents, 3 vol., 1919-1922, I, 1956-1965, II, 1923-1928, III, 1929-1943.

7 V. M. Leibzon, K. K. Chirinia, Povorot v politike Kominterna, Moscou, 1975.

8 L. Trotski, L’Internationale communiste après Lénine, Paris, 1930.

9 E. Ragioneri, Palmiro Togliatti, Roma, 1996.

10 Kommunisticeskij International-Kratkij istoriceskij ocerk, Moscou, 1969.

11 Sur l’ouverture en général des archives de la période soviétique à partir de 1992-1993, voir la communication de Sabine Dullin dans ce volume.

12 Pour un jugement définitivement critique sur la complexité évoquée, cf. M. Lazar, « Le communisme français est-il un phénomène politique ? », in S. Berstein, P. Milza (dir.), Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998.

13 S. Courtois, J.-L. Panné, « Le Komintern à l’action », in Le Livre noir du communisme, crimes, terreur, répression, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 299-364.

14 A. Varksberg, L’Hôtel Lux, Paris, 1994.

15 Colloque des 20-22 octobre 1994, Moscou : Centre and Periphery, The History of the Comintern in the Light of New Documents, M. Narinsky et J. Rojahn (éd.), Amsterdam, 1996 ; colloque de Dijon, 15-16 décembre 1994 : Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives, de Moscou et d’ailleurs, S. Wolikow (dir.), Dijon, 1996.

16 B. Bayerlein, G. Mouradian, B. Studer, S. Wolikow, « Les archives du Komintern à Moscou », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 61, janvier-mars 1999.

17 F. Borkenau, World Communism, op. cit.

18 E. H. Carr, A History of Soviet Russia, 14 tomes, Londres, 1953-1978 ; The Twilight of Comintern, 1930-1935, Hong Kong, 1982.

19 F. Claudin, La Crise du mouvement communiste du Komintern au Kominform, Paris, 1972.

20 Milos Hajek, Storia dell’internazionale communista (1921-1935), Rome, 1969.

21 J. Agnew, K. Mac Dermott, The Comintern. A history of International Communism from Lenin to Stalin, Londres, 1996.

22 P. Broué, Histoire de l’Internationale, Paris, Fayard, 1997.

23 J. Degras, The Communist International, op. cit.

24 A. Agosti, La Terza Internazionale. Storia documentaria, 6 vol., Rome, 1974-1979.

25 R. Daniels (éd.), A Documentary History of Communism, Londres, 1987.

26 V. Kahan, Bibliography of the Communist International (1919-1979), Leyde, 1990.

27 Marcel Cachin, Carnets 1906-1947, sous la direction de Denis Peschanski, t. 2, 3 et 4, Paris, CNRS Éditions, 1993.

28 Silvio Pons, Stalin e la guerra inevitabile 1936-1941, Einaudi, 1995.

29 Lebedeva et M. Narinski, Komintern e vtoraia mirovaïa voïna, 2 vol., Moscou, 1994-1998.

30 S. Dullin, « Litivinov and the People’s Commissariat of Foreign Affairs : the Fate of an Administration under Stalin, 1930-1939 », in S. Pons, A. Romano, Russia in the Age of Wars, 1914-1945, Milan, fondation Feltrinelli, 2000.

31 A. Elorza y Marta Bizcarrondo, Queridos camaradas. La internacional communista y espana, 1919-1939, Planeta, 1999.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540