Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

Le secret des élites et l’histoire politique face à l’irruption de nouvelles sources de connaissance

Hervé Lemoine

Texte intégral

  • 1 La Pratique archivistique française, Paris, Archives nationales, 1993, chapitre 6, p. 313-362.

1Nées avec le siècle, les archives audiovisuelles sont encore souvent assimilées et désignées sous les termes de « nouvelles archives ». Dans La Pratique archivistique française1, cette dénomination recouvre, outre ces « archives audiovisuelles », les « archives orales », les « archives informatiques » et les « archives sur disque optique numérique ». À ce seul énoncé, l’on comprend bien les limites d’un pareil regroupement, conséquence de la survalorisation des aspects techniques engendrés par les problèmes posés par la conservation des supports d’enregistrement. Au regard de la recherche, cette notion de « nouvelles archives », qui renvoie donc à une notion d’identité technologique, apparaît bien comme insuffisante.

  • 2 Article 1er de la loi sur les archives no 79-18 du 3 janvier 1979.
  • 3 « Les archives orales », rôle et statut, rapport du Conseil économique et social, rapporteur Georg (...)
  • 4 Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français, entre archives et témo (...)

2S’agissant des seuls documents audiovisuels, force est de constater que la plupart d’entre eux entrent dans le cadre légal définissant les archives puisqu’ils sont générés par « toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l’exercice de leur activité2 ». Ils ne couvrent pas, en conséquence, un champ historiographique en soi, mais désignent un ensemble de sources possédant une apparente identité de nature et de forme. Cependant, et c’est essentiel, cette nature et cette identité de forme ne doivent pas oblitérer pour le chercheur qui voudrait les exploiter leur grande diversité critique, conséquence directe de la pluralité de leur contexte et de leur mode de création, qui ne peuvent être réduits au seul prisme technique. Par ailleurs, si l’on s’en tient à cette définition légale stricto sensu, « les archives audiovisuelles » ne prennent pas en compte un certain nombre d’autres matériaux auxquels les historiens du temps présent ont souvent recours, et dont ils sont parfois eux-mêmes les auteurs : il s’agit des témoignages rétrospectifs enregistrés ou filmés dans un but de documentation scientifique et communément dénommés « archives orales »3. En effet, ces sources, fruit d’un travail raisonné, doivent être différenciées des « archives audiovisuelles » produites organiquement. Pour autant, les unes comme les autres, quand elles existent, appartiennent à ce qu’il ne faut plus hésiter à désigner comme un patrimoine vivant, pendant du patrimoine écrit, à la disposition de l’historien du contemporain qui doit le soumettre au feu de sa critique. Un guide général de recherche sur ces sources sonores et audiovisuelles, qu’elles soient archives ou témoignages, est en cours d’achèvement à la direction des Archives de France et au Service historique de l’armée de terre4. Tous les exemples développés ci-après sont issus de cet outil de référence.

  • 5 Nous renvoyons à ce propos à la contribution de Nathalie Genet-Rouffiac dans ce volume.

3En accordant la proposition initiale faite dans l’intitulé de cette contribution aux quelques principes qui viennent d’être énoncés, la question qui se pose est celle de la place que ce « patrimoine sonore et audiovisuel » est susceptible de prendre dans le processus d’élaboration de la connaissance en histoire, notamment dans des domaines de recherches où les autres sources fondamentales, les sources écrites, sont, en totalité ou en partie, secrètes, parce que détentrices de secrets. Un exemple emblématique de ces sujets « sensibles » est certainement celui de la politique nucléaire de la France : domaine d’intérêt public, enjeux de débats nationaux et internationaux, objet de campagnes de presse et de tribunes d’opinion, mais qui demeure toujours auréolé de la part de mystère que lui confère le mythique « secret défense »5.

4Comment, sur un sujet paradoxalement aussi rebattu et abscons, objet d’une importante production journalistique ou scientifique, le travail de l’historien peut-il s’effectuer et avec quels matériaux ?

5L’appréhension, d’un point de vue méthodologique, de ce sujet appelle trois commentaires :

  • Le premier est que même si les gisements d’archives sont bien connus, leur accès reste soumis à des dérogations accordées de façon non systématique et parfois sur des critères conjoncturels voire politiques : les résultats de la recherche sont obligatoirement tronqués par les conditions objectives de la recherche.
  • Le deuxième, conséquence du premier, tient à la nécessaire confrontation critique entre le fruit du travail des chercheurs et les connaissances des anciens acteurs et responsables de la politique nucléaire. Ainsi, le GREFHAN (Groupe d’études français d’histoire de l’armement nucléaire) prend-il soin d’organiser de nombreuses tables rondes (certaines fermées, afin de mieux libérer la parole des témoins), des séminaires, des colloques, lieux d’échange entre la science des uns et l’évocation subjective des souvenirs des autres. Une telle démarche est indispensable, mais elle est aussi périlleuse car les historiens travaillent ainsi sous le regard d’hommes, politiques, scientifiques, militaires, dont les objectifs ne sont pas, a priori, forcément identiques, ni même compatibles, avec les leurs. Le risque de censure n’est pas nul et les interactions possibles peuvent compromettre l’indépendance nécessaire à la recherche.
  • Le troisième tient à l’existence, largement sous-exploitée, d’un important gisement d’images et de sons, qu’ils s’agissent de films documentaires ou de témoignages enregistrés, détenus ou créés par des institutions ou des entreprises à des fins très diverses voire même antagonistes. Ce dernier aspect mérite quelques développements.
  • 6 Voir le guide déjà cité supra.
  • 7 Thèse d’ailleurs brillamment développée par le sociologue Renaud Dulong in Le Témoin oculaire : le (...)

6Si l’on dresse un état plus précis des fonds audiovisuels existants6, le chercheur a donc à sa disposition un matériau encore neuf et inédit, dont de nombreux films institutionnels et documentaires qui, selon leur commanditaire, n’offrent pas la même vision et ne tiennent pas le même discours. Un fonds organique assez riche est ainsi proposé par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Naturellement, ses réalisations sont le reflet de sa politique de communication et d’information. Ses films, qui se veulent à la fois des instruments pédagogiques et scientifiques, sont une arme essentielle employée par le pouvoir politique dans ses stratégies pour convaincre de la validité de ses choix dans un domaine qui suscite de nombreuses controverses au sein des opinions publiques. Il est instructif de rapprocher ces films du CEA de ceux financés par les Nations unies à la même époque. En effet, ces derniers offrent un contrepoint à la position française, adoptant une seule ligne, celle du nécessaire contingentement des arsenaux nucléaires et de la stricte application des accords gelant les essais ! Émanant de groupes plus contestataires, d’autres réalisations documentaires ont été aussi des éléments essentiels du battage médiatique mené, notamment, lors de la reprise des essais nucléaires français dans le Pacifique, dont les répercussions, au niveau international, tant d’un point de vue politique qu’économique, furent considérables. Les actions, toujours filmées, de Greenpeace sont d’ailleurs une des armes utilisées par ce mouvement dans les débats qui secouent les opinions publiques, et pour tout chercheur elles sont, ou seront, une source indispensable pour aborder, dans sa complétude, les aléas et les oppositions à la politique nucléaire française, dont l’affaire du Rainbow Warrior reste un des épisodes les plus médiatiques. Ainsi, avec leurs diversités et leurs limites, les images, contemporaines des événements et instrumentalisées par leurs commanditaires, sont bien constitutives des événements eux-mêmes et donc indissociables de leur étude7.

  • 8 Ces enregistrements sont conservés aux archives communales de Saint-Paul-Trois-Châteaux.
  • 9 La plupart des copies d’exploitation de ces films sont consultables aux archives départementales d (...)

7Plus confidentielles encore et fruit du travail de militants écologiques ou politiques, d’autres sources, aujourd’hui conservées et sauvegardées dans des institutions patrimoniales et notamment dans le réseau des Archives départementales ou communales, peuvent aussi prendre place dans une démonstration historique sur le même sujet. Ainsi faut-il citer les enregistrements recueillis dès les années 1970 auprès des habitants des communes proche d’un site nucléaire en construction (Saint-Paul-Trois-Châteaux, Pierrelatte8), ou encore les très nombreux films documentaires tournés par des cinéastes engagés dont certains réunis au sein de la société de production Iskra9. Deux exemples de ces créations, véritablement des manifestes, donnent bien la tonalité des images capturées afin de servir un discours engagé : tout d’abord un ensemble de « reportages-enquêtes », c’est ainsi qu’ils les désignent, sur l’implantation des centrales dans le monde entier en 1975 – et, enfin, un film de contre-propagande dont le titre lui-même s’inscrit bien dans la mouvance et dans l’esprit de Mai-68, et qui s’intitule : « Mets pas tes doigts dans ton nez, ils sont radioactifs… ».

8En poursuivant cet état succinct des sources, et sur un autre versant de ce patrimoine sonore et audiovisuel, il faut également signaler les témoignages oraux, créés, façonnés, par des chercheurs, des historiens, dans le cadre de leurs enquêtes raisonnées. Ces témoignages se distinguent des archives précédemment décrites par plusieurs points. Tout d’abord, ils ne sont pas contemporains des événements mais ont été recueillis a posteriori. Le critère de temporalité n’est donc pas le même, et c’est autant la mémoire des faits qu’un discours subjectif et reconstruit qui sont ainsi sollicités chez l’ancien acteur, promu témoin. Enfin, l’intention elle-même est différente. Le témoignage oral, qui peut être aussi filmé, renvoie en fait à une pratique particulière du travail du chercheur, certains diraient même, à l’imitation des Anglo-Saxons et notamment des Américains, qu’il s’agit d’une discipline à part entière, mobilisant des connaissances et des outils bien différents de ceux des réalisateurs répondant à un travail de commande pour une institution ou une association militante dans une perspective de médiatisation. Dans ce cas, le critère d’intentionnalité n’est pas le même, ce qui, bien entendu, est un élément fondamental à prendre en compte pour la critique de la source ainsi créée.

  • 10 Aujourd’hui près de deux cents heures d’entretien ont été réalisées auprès de nombreux témoins de (...)

9S’agissant donc de ces témoignages oraux, dont les caractères propres viennent d’être sommairement présentés, il faut noter que des corpus entiers ont été constitués, dès les années 1980, par certains laboratoires du CNRS, ou encore par l’association pour l’histoire de l’EDF Pour ne prendre que ce dernier corpus, à titre d’exemple, sa réalisation fut confiée à des chercheurs de l’IHTP et du CNRS qui en élaborèrent le cadre scientifique et dont l’objectif premier était de permettre l’étude de la prise de décision politique en matière de nucléaire civil et de ses éventuelles répercussions. Afin de couvrir l’ensemble du champ d’étude, l’enquête fut menée d’une part auprès de dirigeants et d’ingénieurs, et d’autre part auprès de syndicalistes et de militants écologistes. Sur les mêmes brisées, mais plus récemment encore, d’autres structures, sous tutelle du ministère de la Défense, ont initié des programmes de recueil de témoignages dont le Comité pour l’histoire de l’armement10 et les trois services historiques de la terre, de la marine et de l’air. Au Service historique de l’armée de terre, l’étude des débats politiques, stratégiques, scientifiques et éthiques, qui ont accompagné le développement de l’arme nucléaire, constitue la trame des enregistrements réalisés.

10Au simple énoncé des différents sujets abordés par les archives audiovisuelles, décrites précédemment, et par les thèmes couverts par les témoignages oraux, l’on comprend qu’ils ne sont pas exclusifs les uns des autres et qu’au contraire, c’est d’un rapport dialectique entre ces sources et les archives écrites, sources initiales de la recherche, que pourra peut-être jaillir un éclat de vérité et de connaissance. Mais, si l’on admet ce principe, peut-on, comme cela est suggéré, penser que l’irruption de ces « nouvelles sources » porte en soi un tel renouvellement des questionnements et des problématiques, que l’on puisse parler pour autant de « nouvelle histoire » ?

  • 11 René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Éditions du Seuil, 1988.

11L’exemple développé précédemment contingente, volontairement, la réflexion menée sur un terrain qui est celui de l’histoire administrative et politique traditionnelle. En effet, il est évident que des pans entiers de la recherche sont aujourd’hui consacrés à l’histoire des médias et aux rapports nouveaux que la médiatisation et l’image ont introduits dans la société : il s’agit donc moins d’une nouvelle histoire que de nouveaux champs historiques. Voilà pourquoi le fait de rester sur le terrain de l’histoire politique, évoqué au travers de l’exemple du nucléaire, permet de sonder réellement la pertinence de la question posée. Or, nous savons que l’un des fondements actuels de cette histoire politique est la réintroduction du « sujet agissant », donc de l’acteur, et qu’elle privilégie une approche plus discursive et narrative, dans la droite ligne du manifeste de René Rémond, Pour une histoire politique11. La recherche dans ce domaine exige de fouiller les principes de l’action, de l’engagement, de l’opinion, du tissu social et culturel de ces grands acteurs. Elle doit aussi s’attacher à dénouer les fils compliqués des rapports de pouvoir, engendrés par la confrontation des stratégies personnelles et des logiques institutionnelles. De même, elle doit se pencher sur l’étude des pratiques, des milieux et des cultures propres à chaque corps, à chaque corporation. Enfin, elle se doit de prendre aussi en compte les réseaux d’influence et de tenter de décrypter les politiques de communication et d’information, instruments essentiels dans un domaine d’activité, par nature opaque, mais soumis à la censure des opinions publiques, ou à celle du simple citoyen quand il exerce son droit le plus fondamental.

12L’on assiste donc à la réintroduction d’un certain nombre d’éléments de compréhension qui, jusqu’à présent, étaient plutôt l’apanage des sociologues. Ces derniers furent d’ailleurs les premiers en France, avec les ethnologues, à considérer avec intérêt ces nouvelles sources audiovisuelles et sonores qu’il est temps que les historiens s’approprient à leur tour ! S’agit-il alors de nouvelle histoire ? Non, mais d’un nouveau paradigme de l’histoire politique et contemporaine, certainement.

Notes

1 La Pratique archivistique française, Paris, Archives nationales, 1993, chapitre 6, p. 313-362.

2 Article 1er de la loi sur les archives no 79-18 du 3 janvier 1979.

3 « Les archives orales », rôle et statut, rapport du Conseil économique et social, rapporteur Georgette Elgey, A. Callu et H. Lemoine experts, Paris, les Éditions des journaux officiels, 2001.

4 Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français, entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales, direction des Archives de France-Centre historique des Archives nationales, Service historique de l’armée de terre, avec le concours de l’Institut des archives sonores, Paris, 6 tomes, 2 500 p. (à paraître).

5 Nous renvoyons à ce propos à la contribution de Nathalie Genet-Rouffiac dans ce volume.

6 Voir le guide déjà cité supra.

7 Thèse d’ailleurs brillamment développée par le sociologue Renaud Dulong in Le Témoin oculaire : les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, éditions de l’EHESS, 1998.

8 Ces enregistrements sont conservés aux archives communales de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

9 La plupart des copies d’exploitation de ces films sont consultables aux archives départementales de Seine-Saint-Denis.

10 Aujourd’hui près de deux cents heures d’entretien ont été réalisées auprès de nombreux témoins de première importance.

11 René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Éditions du Seuil, 1988.

Auteur

Conservateur du patrimoine,
chef de la division des entrées extraordinaires au Service historique de l’armée de terre,
maître de conférences à l’IEP de Paris

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540