Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

Les archives des sciences en France : réalisations et projets*

Thérèse Charmasson

Texte intégral

  • * Cet article reprend en l’actualisant un article précédent rédigé à l’occasion d’un séminaire organ (...)

1Les archives des sciences en France sont en grande partie des archives méconnues, en raison sans doute à la fois du développement tardif de l’histoire des sciences comme discipline autonome et de la formation, plus souvent philosophique ou scientifique, que proprement historique de la plupart des historiens des sciences. Un plus grand intérêt pour l’utilisation de ces archives, mais aussi pour leur collecte, passe sans doute par une meilleure connaissance des fonds déjà engrangés et des documents produits par les scientifiques.

LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES D’ARCHIVES DES SCIENCES

  • 1 G. Beaujouan, « La préparation d’un Guide de l’histoire des sciences dans les archives de la régio (...)

2Il convient sans doute de définir tout d’abord ce que nous comprenons sous les termes d’archives des sciences. D’abord définies de façon très générale comme « sources de l’histoire des sciences » dans le projet de recensement lancé dès le milieu des années 1970 par Guy Beaujouan, directeur d’études à la IVe section de l’École pratique des hautes études, en vue de la publication, non aboutie, d’un « guide de l’histoire des sciences dans les archives de la région parisienne », les « archives scientifiques » peuvent être redéfinies comme « archives des sciences », du point de vue à la fois de leur objet et de leur provenance1.

3Les archives des sciences concernent donc toutes sources d’archives qui permettent d’étudier l’évolution générale des politiques de recherche et d’enseignement scientifiques, l’évolution de telle ou telle discipline ou encore l’apport de tel ou tel scientifique au développement des connaissances. Cette définition, très large, à partir de leur objet, conduit à distinguer trois grandes catégories au sein des archives des sciences à partir de leur provenance : les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques, les archives propres des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques, dont les archives des laboratoires et des unités de recherche ne constituent qu’une partie et les archives personnelles des scientifiques, catégories dont la provenance, d’où découle leur statut juridique, n’est pas indifférente pour leur collecte, leur conservation et leur communication. En effet, si la loi du 3 janvier 1979 sur les archives organise la collecte et la conservation des archives publiques, elle ne prévoit aucune obligation de collecte et de conservation pour les archives privées.

4Les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques sont généralement en France des archives ministérielles, la recherche et l’enseignement scientifiques y étant dans leur grande majorité du ressort de l’État. Ces archives sont donc des archives publiques qui présentent généralement un caractère essentiellement administratif. Elles permettent d’étudier de façon large les politiques de recherche et d’enseignement scientifiques.

5Les archives propres des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques peuvent être à caractère administratif lorsqu’elles proviennent des services administratifs de ces établissements ou à caractère plus proprement scientifique lorsqu’elles émanent des laboratoires et centres de recherche (qui conservent d’ailleurs également des archives administratives). Il s’agit là encore pour l’essentiel d’archives publiques, qui éclairent sur la mise en œuvre des politiques de recherche et l’évolution générale des différentes disciplines scientifiques.

6Les archives personnelles des scientifiques sont souvent considérées par les scientifiques eux-mêmes comme des archives privées, même si pour l’essentiel leur activité de recherche s’est déroulée dans le cadre d’un établissement de recherche ou d’enseignement à caractère public. Ces archives permettent d’étudier, non seulement l’apport de tel ou tel scientifique au progrès des connaissances, mais aussi l’environnement familial, intellectuel et social au sein duquel le scientifique a poursuivi ses travaux. Elles constituent de ce point de vue des sources irremplaçables, très recherchées par les historiens des sciences.

7Toutefois, pour la période la plus contemporaine, les archives personnelles des scientifiques semblent se confondre avec les archives des laboratoires, et il apparaît souvent difficile d’établir une distinction formelle entre archives personnelles et archives de laboratoires.

LES ARCHIVES DES SCIENCES : LES FONDS CONSERVÉS

8Pour chacune de ces trois grandes catégories d’archives, on peut tenter de présenter un état des fonds actuellement conservés, au moins pour la période postérieure à la Révolution française.

Les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques

9Si l’on s’en tient à la période contemporaine, durant tout le xixe siècle et jusqu’à une période très récente, la tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques en France a été, pour l’essentiel, du ressort du ministère de l’Instruction publique puis de l’Éducation nationale, partagée ensuite entre ce même ministère de l’Éducation nationale et le secrétariat d’État ou le ministère (suivant les gouvernements) des Universités et le secrétariat d’État ou le ministère de la Recherche. Il ne faut toutefois pas oublier qu’au xixe siècle, comme encore actuellement, plusieurs autres ministères ont la tutelle de grands établissements de recherche et d’enseignement scientifiques : le ministère de l’Industrie, le ministère des Travaux publics puis de l’Équipement, le ministère de l’Agriculture, le ministère de la Santé, le ministère de la Défense, etc.

  • 2 Voir un état des fonds conservés aux Archives nationales pour les établissements d’enseignement à (...)

10Pour le xixe siècle et, grosso modo, la première moitié du xxe siècle, les fonds d’archives provenant de ces différents ministères de tutelle sont conservés au Centre historique des Archives nationales (CHAN), à Paris, dans les différentes sous-séries de la série F ouvertes pour accueillir les archives des ministères qui se sont peu à peu détachés du département de l’Intérieur : F17 Instruction publique, F12 Commerce et industrie, F14 Travaux publics, F10 Agriculture, etc., et dans les différents services d’archives dépendant du ministère de la Défense2.

  • 3 Voir les différents états des fonds versés au Centre des archives contemporaines établis par les c (...)

11Pour la période postérieure à 1958, les fonds collectés par les conservateurs des Archives nationales en mission dans chacun des ministères sont généralement conservés au Centre des archives contemporaines (CAC) à Fontainebleau3.

12Dans la mesure où les documents qui se rattachent à cette première catégorie d’archives sont pour l’essentiel des documents à caractère administratif, les problèmes que posent leur collecte, leur conservation et leur communication ne sont guère différents de ceux que posent de façon générale les archives des services ministériels : tels sont les problèmes relatifs à la difficulté pour les services d’archives d’obtenir des différents services et directions des versements réguliers et bien identifiés ou ceux liés au volume croissant des versements et à l’utilisation de nouveaux supports, etc. L’identification des documents versés est généralement relativement aisée, même si leur traitement peut être long et délicat.

Les archives propres des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques

13En France, la recherche scientifique se fait actuellement dans un certain nombre de structures essentiellement vouées à la recherche telles que, pour ne citer que les plus importantes, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) ou l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), structures dont la plupart se sont développées à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Elle se fait aussi dans les « grands établissements », souvent de création beaucoup plus ancienne et dont certains ont également des activités d’enseignement, tels que le Collège de France, le Muséum national d’histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers, l’Observatoire de Paris, mais aussi dans les « grandes écoles » : l’École polytechnique, l’École des mines, l’École nationale des ponts et chaussées, l’École normale supérieure et bien d’autres, et dans les départements scientifiques des universités qui sont souvent liés au CNRS.

14De même que les archives de tutelle, les archives propres de ces établissements constituent, dans le plus grand nombre des cas, des archives publiques soumises au contrôle de la direction des Archives de France. Mais alors que la conservation des archives centrales de l’État est à peu près assurée, le sort des archives de ces différents établissements qui intéressent à divers titres l’historien des sciences apparaît très variable selon les cas.

Le rôle des commémorations

  • 4 Pour le Conservatoire national des arts et métiers, cf. C. Fontanon, « Les Archives du Conservatoi (...)

15La célébration de commémorations diverses (bicentenaire, centenaire, cinquantenaire) a plus ou moins récemment attiré l’attention sur certains fonds d’archives et a parfois permis, selon différentes modalités, d’opérer la collecte, le recensement ou la mise en valeur de certains d’entre eux : il en a été ainsi au CNRS, à l’École polytechnique, à l’École normale supérieure, au Conservatoire des arts et métiers, à l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer devenu Institut de recherche pour le développement (IRD, ex-Orstom), à l’INRA, ou encore au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)4.

Les archives dans les organismes de recherche et les grands établissements

  • 5 Sur les archives du CNRS, cf. O. Welfelé, « Sources pour une histoire de la recherche », in Bullet (...)
  • 6 Inserm, Service des archives, 44, chemin de ronde, 78110 Le Vésinet ; cf. H. Chambefort, « Pour un (...)

16Toutefois, parmi les grands organismes de recherche, seul le CNRS a disposé, jusqu’à une date récente, d’un service d’archives directement placé sous la responsabilité d’un conservateur en mission des Archives nationales5. Deux autres organismes, l’INSERM et le CEA, ont récemment créé en leur sein un service d’archives compétent pour l’ensemble de leurs services6. L’INRA semble sur le point de créer un service d’archives interne.

  • 7 Pour le Conservatoire des arts et métiers, outre l’article cité ci-avant, cf. B. Galland, avec la (...)

17La plupart des grands établissements de recherche et d’enseignement tels que le Collège de France, le Conservatoire des arts et métiers ou l’Observatoire de Paris conservent leurs archives sur place. Le Conservatoire des arts et métiers, l’Observatoire de Paris, le palais de la Découverte, n’ont pas à proprement parler de service d’archives organisé. La conservation des archives incombe, selon les cas, à la bibliothèque ou aux services administratifs. Mais tous trois ont bénéficié, plus ou moins récemment, de missions d’identification et de classement menées par des conservateurs en mission des Archives nationales ou sous leur direction7.

  • 8 Le fonds d’archives du Muséum d’histoire naturelle versé aux Archives nationales constitue la sous (...)

18Le Muséum d’histoire naturelle constitue un cas particulier : les archives anciennes de l’établissement ont été versées aux Archives nationales, tandis que les archives les plus récentes sont partagées entre la bibliothèque centrale, les services administratifs et les laboratoires8.

Les archives dans les grandes écoles

  • 9 Cf. C. Billoux, « Les Archives de l’École polytechnique », in Les Archives scientifiques, op. cit.(...)
  • 10 Cf. J. Michel, « Le Patrimoine documentaire de l’École nationale des ponts et chaussées », in Anna (...)
  • 11 On en trouvera une présentation, pour la partie la plus ancienne, in J. Weiss, The Making of techn (...)

19Parmi les grandes écoles, l’École polytechnique, l’École des mines et l’École nationale des ponts et chaussées conservent leurs archives propres. Là encore, on trouve différentes situations. L’École polytechnique possède un service d’archives rattaché à la bibliothèque, service qui gère à la fois les archives anciennes et les archives contemporaines de l’école9. À l’École des mines et à l’École nationale des ponts et chaussées, les archives anciennes se trouvent pour la plupart à la bibliothèque, tandis que les archives récentes sont généralement restées dans les bureaux10. Toutefois ces deux écoles ont demandé, il y a maintenant quelques années, l’intervention du conservateur en mission de leur ministère de tutelle (Industrie et Équipement) pour l’organisation de leurs archives contemporaines. L’École centrale des arts et manufactures conserve quant à elle ses archives anciennes auprès du centre de documentation11.

  • 12 Les archives de l’École normale supérieure constituent aux Archives nationales la sous-série 61 AJ (...)

20En revanche, l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, l’école nationale d’agriculture de Grignon et l’Institut national agronomique ont choisi de verser leurs fonds propres aux Archives nationales, tandis que l’École nationale vétérinaire d’Alfort, l’École nationale d’agriculture de Rennes et l’École des arts et métiers d’Angers déposaient les leurs respectivement aux archives départementales du Val-de-Marne, à celles de l’Ille-et-Vilaine et à celles du Maine-et-Loire12.

Les archives dans les universités

  • 13 Circulaire no 70-215 du 20 avril 1970 aux recteurs, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, no(...)
  • 14 Voir les résultats d’une enquête sur l’application de ces deux circulaires in H. Benrekassa et Th. (...)
  • 15 Voir un état de la sous-série AJ16 dans : Archives nationales, Les Archives nationales. État génér (...)

21Dans le cas des universités, la situation est à la fois plus simple et plus confuse. En effet, deux circulaires du ministère de l’Éducation nationale ont, en 1970 et 1975, expressément prévu le versement dans des dépôts publics des archives antérieures à 1940 et organisé la collecte des documents postérieurs à cette date13. Il semble toutefois qu’il n’y ait guère que l’université de Paris qui ait versé intégralement ses archives antérieures à 194014. Les archives des différentes facultés de l’université de Paris jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et en particulier celles de la faculté des sciences et de la faculté de médecine, sont actuellement conservées à Paris, au Centre historique des Archives nationales, dans la sous-série AJ16 Académie de Paris15.

22Mais qu’il s’agisse des grandes écoles à caractère scientifique ou technique ou des universités, ce sont généralement les documents administratifs relatifs à l’enseignement qui sont conservés et versés. Les archives des centres de recherche, des instituts et des laboratoires ne figurent qu’exceptionnellement dans les recensements de différentes natures qui ont pu être opérés.

Deux cas particuliers : l’Académie des sciences et l’Institut Pasteur

23Il faut signaler en outre l’existence de deux services d’archives essentiellement consacrés aux archives des sciences, le service des archives de l’Académie des sciences et celui de l’Institut Pasteur.

  • 16 Sur les archives de l’Académie des sciences, cf. P. Berthon, « Les Archives de l’Académie des scie (...)

24À l’Académie des sciences, le service d’archives est ancien, mais n’est confié que depuis une quinzaine d’années à un conservateur détaché du ministère de la Culture16. De nouveaux locaux ont été aménagés, et une collaboration régulière avec les chercheurs a été mise en œuvre.

  • 17 Cf. D. Ogilvie, « Le Fonds Monod et les archives de l’Institut Pasteur », in Les Archives scientif (...)

25À l’Institut Pasteur, fondation de droit privé, le service, de création plus récente, a bénéficié il y a peu de l’installation dans un nouveau bâtiment. Créé à l’origine autour du fonds d’archives de Jacques Monod, ce service poursuit une politique active de récolement et de classement des fonds anciens et a entrepris la collecte de fonds contemporains et l’organisation du pré-archivage dans les différentes unités de recherche17.

  • 18 Idem, « Archives scientifiques : un patrimoine dans tous ses états. L’exemple de l’Institut Pasteu (...)

26L’état de conservation des archives dans les différents établissements de recherche et d’enseignement scientifiques est donc extrêmement variable. De façon générale, on peut toutefois remarquer là encore que l’identification des documents produits par les services administratifs ne pose guère de problèmes, même si leur collecte et leur conservation sont parfois difficiles. Il serait en revanche nécessaire, pour organiser de façon plus systématique la collecte au niveau des centres de recherche, de mener une étude plus approfondie sur les archives produites par les laboratoires dans différentes disciplines afin de mettre au point une typologie permettant de déterminer les documents dont la conservation est nécessaire à plus ou moins long terme. Celle-ci a été entamée pour le CNRS (programme Arisc), l’Institut Pasteur et l’INRA en particulier, mais nous manquons encore de connaissances et de points de repère suffisamment solides dans ce domaine18.

Les archives personnelles des scientifiques

27Les archives personnelles des scientifiques sont sans doute les fonds les plus recherchés par les historiens des sciences, car, dans nombre de cas, ce sont ces fonds qui permettent les recherches les plus précises.

  • 19 Voir la loi no 79-18 du 3 janvier 1979 sur les archives, titre III, article 10, dans : direction d (...)

28Ces fonds sont malheureusement ceux qui posent le plus de problèmes en termes de localisation, de collecte, voire de conservation. En effet, ces papiers sont généralement considérés par les scientifiques comme des papiers privés, même si leurs travaux de recherche ont toujours été effectués dans le cadre d’établissements publics de recherche et, de ce fait, non soumis à obligation de versement. Et les possibilités offertes par la loi d’archives (don, legs, dépôt ou dation) pour ce type d’archives sont, sauf cas exceptionnel, généralement ignorées des propriétaires de ces papiers, qu’il s’agisse des scientifiques eux-mêmes ou de leurs héritiers19.

Les fonds conservés

  • 20 Sur les fonds conservés à la bibliothèque de l’Institut, cf. F. Dumas, « Les manuscrits scientifiq (...)
  • 21 Voir un état des papiers de Claude Bernard in M. D. Grmek, Catalogue des manuscrits de Claude Bern (...)

29Jusqu’à une date récente, ce ne sont pas dans les services d’archives mais plutôt dans les bibliothèques que les papiers personnels des savants ont été de préférence déposés. Les fonds les plus anciens ou les plus prestigieux sont actuellement conservés pour l’essentiel, si l’on excepte le service des archives de l’Académie des sciences, dans trois grandes bibliothèques parisiennes : la Bibliothèque nationale de France, la bibliothèque de l’Institut et la bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle. On trouve ainsi, entre autres fonds, à la Bibliothèque nationale de France, les papiers de Pasteur et ceux de Pierre et Marie Curie ; à la bibliothèque de l’Institut, ceux de Condorcet, Cuvier, Laplace, Berthelot ou Le Verrier ; à la bibliothèque centrale du Muséum, ceux des Jussieu, des Becquerel ou d’André Thouin20. La bibliothèque de l’Observatoire de Paris conserve également des fonds importants, tandis que le Collège de France possède les papiers de Claude Bernard, ainsi que quelques autres fonds de moindre importance21.

  • 22 Sur ces différents fonds, cf. B. Bensaude-Vincent, C. Blondel, M. Monnerie, « Les Archives de Paul (...)
  • 23 Cf. D. Ogilvie, « Le fonds Monod et les archives de l’Institut Pasteur », art. cit.

30Toutefois, depuis une quinzaine d’années, certains établissements de recherche et d’enseignement scientifique ont manifesté le souci de conserver, voire de créer, leur patrimoine archivistique : l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris a ainsi accueilli les archives de Paul Langevin ; l’École normale supérieure, celles d’Aimé Cotton et d’Alfred Kastler ; le Musée Curie conserve les papiers de Pierre et Irène Joliot-Curie22. Le service des archives de l’Institut Pasteur a été créé à l’origine, on l’a dit, autour du fonds d’archives laissé par Jacques Monod23.

Une politique de collecte plus active

  • 24 Ces fonds ont été versés aux Archives nationales, après classement, par le Centre de recherche en (...)

31Une politique de collecte plus active devrait permettre la sauvegarde de nouveaux fonds. L’appui apporté par un historien de la psychologie a ainsi déjà permis le classement et le dépôt aux Archives nationales des papiers de trois psychologues importants, Henri Piéron, Henri Wallon et Ignace Meyerson, auxquels s’ajouteront bientôt ceux de René Zazzo24. Le service des archives de l’Académie des sciences a bénéficié de deux dations (archives et bibliothèque de Louis de Broglie, archives Lavoisier et Guettard) et de plusieurs dons (papiers de Pierre Auger et de Jean Perrin, par exemple).

Une sensibilisation des scientifiques

  • 25 Conserver les archives scientifiques ? Pourquoi, comment, où ? Cette brochure a été rédigée en s’i (...)

32Toutefois, il apparaît primordial de sensibiliser les scientifiques à la nécessité de conserver leurs archives. Trop souvent en effet, ceux-ci considèrent que toute recherche doit aboutir à une publication ; celle-ci effectuée, il ne leur semble pas nécessaire de conserver la trace de leurs tâtonnements, voire de leurs échecs. Le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie, en collaboration avec les Archives nationales, a ainsi rédigé dès sa création une petite brochure, destinée aux scientifiques et à leurs familles, donnant des indications sur les documents à conserver et la procédure à suivre pour déposer les papiers en leur possession25. D’abord actualisée en 1996, une nouvelle édition, mise à jour et élargie à l’ensemble du patrimoine scientifique, a été diffusée en 2000 sous le titre suivant : Conserver le patrimoine scientifique.

Un guide de classement

  • 26 Direction des Archives de France, Les Archives personnelles des scientifiques. Classement et conse (...)

33Il paraît également important que le classement des fonds collectés et déposés dans divers lieux soit effectué selon des principes archivistiques sûrs. C’est dans cette perspective qu’a été publié en 1995 par la direction des Archives de France un petit manuel intitulé Les Archives personnelles des scientifiques. Classement et conservation. Issu d’une collaboration entre le service des archives de l’Académie des sciences, le service des archives de l’Institut Pasteur, la bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle et le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie, ce manuel explicite les différentes étapes du travail effectué sur un fonds d’archives personnelles, depuis la prise en charge de celui-ci jusqu’à sa mise à la disposition du chercheur. Les différentes opérations du classement, tout comme la rédaction des instruments de travail, sont illustrées avec des exemples précis26.

Une typologie des documents

34Le travail de réflexion mené à l’occasion de la rédaction de ce guide a permis en particulier de proposer une typologie des documents généralement présents dans les fonds d’archives personnelles des scientifiques.

35À côté de la correspondance, scientifique ou familiale, souvent volumineuse, on constate ainsi la présence quasi constante de cahiers et carnets de laboratoires et d’expériences, de dossiers de travail regroupant notes de travail et notes de lecture sur tel ou tel sujet, de dossiers de thèses, d’ouvrages ou d’articles comportant les états successifs de la rédaction (manuscrits, épreuves, tirés à part), de notes de cours et de conférences, de documents à caractère biographique (documents d’état civil, pièces relatives aux études et à la carrière) et de dossiers à caractère administratif, souvent liés à la direction d’un laboratoire ou d’un établissement de recherche ou à l’organisation de congrès ou de colloques. Pour chacune de ces catégories de documents est proposé un type de classement adapté, qui en favorise l’accès sans nuire à la cohérence du fonds.

POUR UNE VALORISATION DES ARCHIVES DES SCIENCES

36Parallèlement à la collecte et au classement de nouveaux fonds, il est nécessaire de faire connaître l’existence des fonds existants. Les historiens des sciences, plus souvent philosophes ou scientifiques de formation qu’historiens, méconnaissent en effet souvent la richesse des fonds d’archives conservés, qu’il s’agisse des archives de tutelle, des archives propres des établissements de recherche et d’enseignement ou des archives personnelles des scientifiques.

Des journées d’études

37Afin de permettre aux archivistes, aux bibliothécaires et aux historiens des sciences de se rencontrer, le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie a organisé plusieurs journées d’études sur différents aspects des archives des sciences.

  • 27 Les Archives scientifiques. Communications présentées à la journée d’études organisée par le Centr (...)

38La première journée, en 1988, a été consacrée à la présentation des ressources offertes par un certain nombre de bibliothèques et de services d’archives (le Muséum d’histoire naturelle, l’Académie des sciences, la bibliothèque de l’Institut, etc.) et à l’étude d’un certain nombre de fonds d’archives personnelles de scientifiques, dont certains alors encore en cours de classement27.

  • 28 Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, actes des journées d’études o (...)

39La deuxième journée, en 1993, a permis d’élargir la réflexion à l’utilisation qui pouvait être faite des archives par les chercheurs, qu’il s’agisse des historiens, des historiens des sciences, voire des scientifiques eux-mêmes. Dans trois domaines de recherche différents, l’histoire de l’enseignement supérieur scientifique et technique, l’histoire de l’astronomie et l’histoire de la santé, ont été présentés successivement un fonds d’archives relevant de ce domaine et les problèmes qui se sont posés aux chercheurs dans leur utilisation28.

  • 29 Sur ces sources, voir les communications d’Agnès Callu et d’Hervé Lemoine.
  • 30 Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, op. cit., « Formes et contenu (...)
  • 31 Le colloque intitulé « La mémoire de la science. Archives et collections, sources de l’histoire de (...)

40Lors de la troisième journée d’études, en 1996, on a sollicité les regards croisés des archivistes, des bibliothécaires et des historiens des sciences sur l’une ou l’autre, voire sur plusieurs, des catégories de documents présentes dans les fonds d’archives personnelles de scientifiques, cahiers de laboratoires, notes de travail et de lecture, notes de préparation de cours, dossiers d’articles et de livres, correspondance, etc., en élargissant d’ailleurs le propos aux archives « provoquées » que constituent les archives orales29 et les autobiographies. Plus largement, la présentation du travail de collecte et d’identification des documents au sein du grand établissement de recherche que constitue l’Institut Pasteur a permis de montrer que les archives des sciences ne constituent qu’un des éléments d’un patrimoine scientifique lui-même mis au service de la mémoire de l’institution30. Cette insertion des archives dans un ensemble plus vaste, le patrimoine scientifique, comportant également, entre autres choses, les collections et les instruments scientifiques, a été rappelée en 2000, lors du colloque international sur la « La mémoire de la science »31.

Des guides de recherche

41Par ailleurs, plusieurs guides, déjà publiés ou en cours de réalisation, devraient permettre aux chercheurs, spécialistes de tel ou tel domaine, de gagner un temps précieux en regroupant des informations dispersées sur les fonds d’archives qui pourraient leur être utiles.

  • 32 Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’E. Brian (...)

42Un premier guide thématique, consacré aux sources de l’histoire de l’Académie des sciences, a été publié en 199632. Rédigé par un groupe de travail comportant des conservateurs d’archives et de bibliothèque et des historiens des sciences, ce guide présente tout d’abord les différents types de documents et les différents fonds conservés au service des archives de l’Académie des sciences, puis les fonds complémentaires conservés aux Archives nationales, à la Bibliothèque nationale de France, à la bibliothèque de l’Institut et dans un certain nombre d’autres bibliothèques et services d’archives. La dernière partie de l’ouvrage décline différents exemples de recherches qui peuvent être menées à partir des fonds ainsi répertoriés.

43Un deuxième guide a été mis en chantier à l’initiative de la bibliothèque de l’Observatoire de Paris. Conçu à l’origine sous la forme d’un CD-Rom, ce guide devait rassembler les inventaires et répertoires d’archives et de manuscrits qui constituent autant de sources pour l’histoire de l’astronomie et des astronomes conservés dans l’ensemble des bibliothèques et services d’archives, ainsi que des documents iconographiques de différentes natures (reproductions d’instruments astronomiques, gravures, peintures et médailles), représentatifs de l’ensemble du patrimoine astronomique, voire des extraits d’ouvrages fondamentaux, mais peu accessibles, sur l’histoire des observatoires. Une grande partie des informations sur les fonds conservés en dehors de la bibliothèque de l’Observatoire de Paris a pu être collectée grâce à une enquête menée dans les différents services d’archives relevant de la direction des Archives de France, du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Défense. L’achèvement de ce guide semble toutefois actuellement compromis pour des raisons essentiellement financières.

44Un troisième guide est également en préparation. Il s’agit d’un état des fonds des archives personnelles des scientifiques conservés en France. Là encore, la collaboration établie entre les services d’archives et les bibliothèques relevant de différents ministères a permis une enquête sur l’ensemble du territoire. Les résultats de celle-ci, complétés par les renseignements recueillis auprès des musées et des muséums d’histoire naturelle, devraient fournir la matière d’un ouvrage et peut-être à terme, en fonction des moyens matériels et financiers qui pourront être dégagés, d’une base de données consultable sur Internet. Sans se substituer aux instruments de travail plus détaillés établis dans les différents lieux de conservation, cet état de fonds permettra de reconstituer de façon virtuelle des fonds parfois matériellement dispersés.

  • 33 Il faut signaler l’opération de collecte menée par le service des archives du rectorat de Paris da (...)

45L’intérêt pour les archives des sciences en France, relativement récent, s’est traduit de façon concrète par un certain nombre de réalisations. Mais il reste encore beaucoup à faire en particulier dans le domaine de l’organisation de la collecte des archives contemporaines des sciences. Dans ce domaine plus encore peut-être que dans d’autres, ce n’est que par une collaboration active entre archivistes, scientifiques et historiens que pourront être assurées la conservation et la mise en valeur d’un élément essentiel du patrimoine archivistique33.

Notes

1 G. Beaujouan, « La préparation d’un Guide de l’histoire des sciences dans les archives de la région parisienne », dans Human Implications of Scientific Advance. Proceedings of the XV international congress of the history of science, Edinburgh, 10-19th August 1977, Édimbourg, 1978, p. 381-387 ; du même, « L’histoire des sciences aux Archives nationales de Paris », dans Archives internationales d’histoire des sciences, 1950, p. 874-881 ; cette tentative avait été précédée d’une première réflexion sur la conservation des archives scientifiques et techniques ; cf. A. Birembaut, « Quelques réflexions sur les problèmes posés par la conservation et la consultation des archives techniques françaises », in Archives internationales d’histoire des sciences, t. XIX, nos 74-75 (janv.-juin 1966), p. 21-102 ; cet article est issu d’un rapport soumis en 1965 au groupe « Archives » de la commission de l’équipement culturel du Commissariat général au plan ; le rapport de René Taton, consacré aux archives scientifiques, est resté inédit.

2 Voir un état des fonds conservés aux Archives nationales pour les établissements d’enseignement à caractère scientifique et technique moyen et supérieur in Th. Charmasson, A.-M. Lelorrain, Y. Ripa, L’Enseignement technique de la Révolution à nos jours, t. I, De la Révolution à 1926. Textes officiels avec introduction, notes et annexes, sous la direction de Th. Charmasson, Paris, 1987, p. 555-581 ; G. Bodé, L’Enseignement technique de la Révolution à nos jours, t. II, 1926-1958, vol. 1, Textes officiels réunis et présentés avec introduction, notes et annexes, Paris, 2002, p. 533-579 ; pour les établissements d’enseignement agricole, cf. Th. Charmasson, A.-M. Lelorrain, Y. Ripa, L’Enseignement agricole et vétérinaire de la Révolution à la Libération. Textes officiels avec introduction, notes et annexes, sous la direction de Th. Charmasson, Paris, 1992, p. 461-481.

3 Voir les différents états des fonds versés au Centre des archives contemporaines établis par les conservateurs en mission et plus particulièrement : G. Bidault, Les Mémoires de la recherche. État des versements, 1977-1989, Paris, 1993 (Cahiers pour l’histoire de la recherche) ; du même auteur, « L’Administration de la recherche : intérêt des archives de tutelle », in Sciences et archives contemporaines, actes des journées d’études organisées par l’École nationale du patrimoine, op. cit., p. 72-91 ; sur le rôle des conservateurs des Archives nationales en mission dans les ministères, cf. La Section des missions des Archives nationales, no spécial de La Gazette des Archives, nvelle série, nos 137-138 (2e et 3e trimestres 1987). Cf. également la communication de Christine Pétillat dans ce volume.

4 Pour le Conservatoire national des arts et métiers, cf. C. Fontanon, « Les Archives du Conservatoire national des arts et métiers. Leur utilisation pour les travaux du bicentenaire », dans La Gazette des Archives, no spécial Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, nvelle série, no 179 (4e trimestre 1997), p. 304-313 ; pour l’INRA : D. Poupardin, « Une politique d’archivage à l’INRA ? Rapport de mission », juin 1994, 110 p. dactyl. et, du même auteur, « Regards croisés sur les archives de l’INRA. Contribution à l’étude de son futur du passé », 344 p. dactyl. ; M. Jean et D. Poupardin, « Les archives des unités de recherche : le point de vue de l’Institut national de la recherche agronomique », in La Gazette des Archives, nvelle série, no 176 (1er trimestre 1997), p. 28-49 ; pour l’Orstom : H. Launay, « L’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSC-Orsom-Orstom). Organisation, sources et contexte institutionnel, 1942-1953 », octobre 1993, rapport dactyl. ; pour le Cirad : Archives nationales, Section des missions, « Les Archives du Cirad. Rapport de mission (octobre-décembre 1993) », établi par N. Georges et M. Jean, janvier 1994.

5 Sur les archives du CNRS, cf. O. Welfelé, « Sources pour une histoire de la recherche », in Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent, no 29 (septembre 1987), p. 12-18.

6 Inserm, Service des archives, 44, chemin de ronde, 78110 Le Vésinet ; cf. H. Chambefort, « Pour une organisation des archives de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) », dans Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, op. cit., p. 349-351 ; CEA, direction de la communication, mission archives et histoire, 60-68, avenue du général Leclerc, B.P. 6, 92265 Fontenay-aux-Roses.

7 Pour le Conservatoire des arts et métiers, outre l’article cité ci-avant, cf. B. Galland, avec la collaboration de I. Nathan et L. Gallois, « Les Archives du Cnam. Répertoire numérique », 1990, dactyl. ; T. Girard, dir., « Archives du Cnam. Répertoire numérique », 1993, dactyl. ; une partie des archives du Conservatoire des arts et métiers est conservée au Musée national des techniques, cf. D. de Place, « État des archives du Conservatoire des arts et métiers conservées au Musée national des techniques », 1976, dactyl. ; du même auteur, « Inventaire des archives provenant de l’administration du Conservatoire, déposées au Musée à l’occasion du cent cinquantenaire des chaires commémoré en 1970 », 1976, dactyl. ; pour l’Observatoire de Paris : N. Daliès, « Les Archives à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris », in Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, op. cit., p. 321-331 ; « Fonds de l’Observatoire de Paris (1850-1942). Répertoire numérique », s. d., 21 p. dactyl. ; B. Van Reeth, « Présidence de l’Observatoire (1945-1971) », 1983-1984, 26 p. dactyl. ; C. RIT, « Les Archives du Bureau international de l’heure (1964-1988) », 1988, dactyl. ; pour le palais de la Découverte : J. Eidelmann et O. Welfelé, Les Archives du palais de la Découverte, Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 31, 1990.

8 Le fonds d’archives du Muséum d’histoire naturelle versé aux Archives nationales constitue la sous-série AJ15 ; voir un état de cette sous-série dans : Archives nationales, Les Archives nationales. État général des fonds, t. II, 1789-1940, Paris, 1978, p. 537-539 ; Y. Laissus, « Les Archives scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle », in La Gazette des Archives, no spécial Les Archives scientifiques, nouvelle série, no 145 (2e trimestre 1989), p. 106-114.

9 Cf. C. Billoux, « Les Archives de l’École polytechnique », in Les Archives scientifiques, op. cit., p. 125-134.

10 Cf. J. Michel, « Le Patrimoine documentaire de l’École nationale des ponts et chaussées », in Annales des ponts et chaussées, no 18 (2e trimestre 1981), p. 25-31.

11 On en trouvera une présentation, pour la partie la plus ancienne, in J. Weiss, The Making of technological man. The social origins of french engineering Éducation, Cambridge Mass./Londres, 1982, p. 313.

12 Les archives de l’École normale supérieure constituent aux Archives nationales la sous-série 61 AJ ; voir un état de la série dans : Archives nationales, Les Archives nationales. État général des fonds, t. V, 1940-1958. Fonds conservés à Paris, Paris, 1988, p. 249-251, et, pour l’ensemble des sources d’archives relatives à l’École normale supérieure, le guide de recherches publié à l’occasion du bicentenaire de l’école : P. Hummel, A. Lejeune et D. Peycéré, Pour une histoire de l’École normale supérieure. Sources d’archives (1794-1993), Paris, 1995 ; les archives de l’École nationale d’agriculture de Grignon forment la sous-série 84 AJ ; voir : Archives nationales, Les Archives nationales. État général des fonds, t. V, p. 301-303 ; le fonds de l’Institut national agronomique est conservé au Centre des archives contemporaines à Fontainebleau sous les cotes 2 INA et 3 INA ; pour l’École nationale vétérinaire d’Alfort, voir : Archives départementales du Val-de-Marne, « Répertoire provisoire des archives de l’École nationale vétérinaire d’Alfort », dressé par É. Jingeaux sous la direction de C. Berche, Créteil, 1992, dactyl. ; pour les archives de l’École des arts et métiers d’Angers, voir : Archives départementales de Maine-et-Loire, « École d’arts et métiers d’Angers (18121990). Répertoire numérique détaillé du fonds d’archives de l’école, 1 ETP », par S. Lepage, P. Verdier et B. Pipon, sous la direction d’É. Verry, Angers, 2001.

13 Circulaire no 70-215 du 20 avril 1970 aux recteurs, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, no 20 (14 mai 1970), p. 1617-1628 ; circulaire no 75-001 du 2 janvier 1975, ibid., no 2 (16 janvier 1975), p. 104-109.

14 Voir les résultats d’une enquête sur l’application de ces deux circulaires in H. Benrekassa et Th. Charmasson, « Archives des administrations et des établissements scolaires : bilan de dix ans de versements », in Histoire de l’éducation, no 18 (avril 1983), p. 49-81, p. 61-64.

15 Voir un état de la sous-série AJ16 dans : Archives nationales, Les Archives nationales. État général des fonds, t. II, 1789-1940, Paris, 1978, p. 540-544 ; t. V, 1940-1958. Fonds conservés à Paris, Paris, 1988, p. 189-192.

16 Sur les archives de l’Académie des sciences, cf. P. Berthon, « Les Archives de l’Académie des sciences », in Les Archives scientifiques, op. cit., p. 115-121 ; Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’É. Brian et C. Demeulenaere-Douyère, Paris, 1996 ; cf. également : C. Demeulenaere-Douyère, « Un exemple de la complémentarité des fonds, les sources de l’histoire de l’Académie des sciences », in Sciences et archives contemporaines, op. cit., p. 24-36.

17 Cf. D. Ogilvie, « Le Fonds Monod et les archives de l’Institut Pasteur », in Les Archives scientifiques, op. cit., p. 159-163.

18 Idem, « Archives scientifiques : un patrimoine dans tous ses états. L’exemple de l’Institut Pasteur », in Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, op. cit., p. 425-453 ; M. Jean et D. Poupardin, « Les Archives des unités de recherche : le point de vue de l’Institut national de la recherche agronomique », dans La Gazette des Archives, art. cit. ; O. Welfelé, « Quels matériaux pour l’histoire d’après-demain ? Le devenir des archives de laboratoire », in Sciences et archives contemporaines, op. cit., p. 103-128 ; Ph. BARBAT, « Propositions de conservation des archives de laboratoire », ibid., p. 132-139.

19 Voir la loi no 79-18 du 3 janvier 1979 sur les archives, titre III, article 10, dans : direction des Archives de France, Principaux textes, op. cit., p. 11 ; sur la dation : C. de Tourtier-Bonazzi, « La loi de défense du patrimoine national et les archives », in La Gazette des Archives, nouvelle série, no 105 (2e trimestre 1979), p. 112-121.

20 Sur les fonds conservés à la bibliothèque de l’Institut, cf. F. Dumas, « Les manuscrits scientifiques conservés à la bibliothèque de l’Institut », in Les Archives scientifiques, op. cit., p. 122-124 ; sur le fonds Curie : M. Sacquin-Moulin, « Le fonds Curie à la Bibliothèque nationale », ibid., p. 171-177 ; sur le fonds Pasteur : M.-L. Prévost, « Le fonds Pasteur à la Bibliothèque nationale », ibid., p. 164-170 ; du même, « Les fonds scientifiques à la Bibliothèque nationale de France. Un exemple : le fonds Pasteur », dans Sciences et archives contemporaines, op. cit., p. 37-50.

21 Voir un état des papiers de Claude Bernard in M. D. Grmek, Catalogue des manuscrits de Claude Bernard avec la bibliographie des travaux imprimés et des études sur son œuvre, Paris, 1967.

22 Sur ces différents fonds, cf. B. Bensaude-Vincent, C. Blondel, M. Monnerie, « Les Archives de Paul Langevin à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles », in Les Archives scientifiques, op. cit., p. 150-153 ; D. Deméllier, « Les archives d’Alfred Kastler », ibid., p. 154-158 ; Th. Charmasson, « Les archives d’Aimé Cotton », ibid., p. 145-149.

23 Cf. D. Ogilvie, « Le fonds Monod et les archives de l’Institut Pasteur », art. cit.

24 Ces fonds ont été versés aux Archives nationales, après classement, par le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie ; cf. Th. Charmasson et Fr. Parot, « 520 AP 1 à 51. Archives d’Henri Piéron (1881-1964). Répertoire numérique détaillé », 1989, 79 p. dactyl. ; Th. Charmasson, D. Deméllier, Fr. Parot et G. Vermès, « 521 AP 1 à 67. Archives d’Ignace Meyerson (1888-1983). Répertoire numérique détaillé », 1992, revu en 1995, 143 p. dactyl. ; Th. Charmasson, « Les archives d’Ignace Meyerson », in Pour une psychologie historique. Hommage à Ignace Meyerson, sous la direction de Fr. Parot, Paris, PUF, 1996, p. 3343 ; Th. Charmasson et Fr. Parot, « Les archives d’Henri Wallon », in Revue d’histoire des sciences humaines, no 5 (2001), p. 117-142 [360 AP 3 à 30].

25 Conserver les archives scientifiques ? Pourquoi, comment, où ? Cette brochure a été rédigée en s’inspirant d’un fascicule distribué par le Center for history of physics (American Institute of physics, New York).

26 Direction des Archives de France, Les Archives personnelles des scientifiques. Classement et conservation, par Th. Charmasson, C. Demeulenaere-Douyère, C. Gaziello, D. Ogilvie, Paris, 1995.

27 Les Archives scientifiques. Communications présentées à la journée d’études organisée par le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie, Paris, La Villette, 25 février 1988, no spécial de La Gazette des Archives, nouvelle série, no 145 (2e trimestre 1989), p. 101-182.

28 Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, actes des journées d’études organisées par le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie, Paris, 18 mars 1993 et 9 février 1996, no spécial de La Gazette des Archives, nouvelle série, no 179 (4e trimestre 1997), p. 299-453, Préservation et utilisation des archives scientifiques, journée d’études du 18 mars 1993, p. 302-351.

29 Sur ces sources, voir les communications d’Agnès Callu et d’Hervé Lemoine.

30 Les Archives scientifiques. Préservation, typologie et utilisations, op. cit., « Formes et contenus des documents. Pour une diplomatique des archives scientifiques ? » Journée d’études du 9 février 1996, p. 353-453 ; cf. également Sciences et archives contemporaines, op. cit.

31 Le colloque intitulé « La mémoire de la science. Archives et collections, sources de l’histoire des sciences et des techniques » s’est tenu à la Cité des sciences et de l’industrie, au Muséum national d’histoire naturelle et à l’Académie des sciences, les 27, 28 et 29 juin 2000 ; les actes sont en cours de publication ; cf. également : Des matériaux pour l’histoire des sciences. Archives et collections scientifiques et techniques du xviiie siècle à nos jours, textes réunis par P. Bret, Ch. Demeulenaere-Douyère et L. Hilaire-Pérez, Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 48, Paris, 2000 ; Réflexions sur le patrimoine scientifique et technique, actes des journées d’études de l’OCIM. Musée des arts et métiers, Paris, 21 et 22 septembre 2000, sous la direction de S. Lochot, Paris, 2001.

32 Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’E. Brian et C. Demeulenaere-Douyère, Paris, 1996.

33 Il faut signaler l’opération de collecte menée par le service des archives du rectorat de Paris dans le cadre des travaux de désamiantage du campus de Jussieu ; cf. Th. Charmasson, S. Méchine, F. Parot, « La collecte des archives dans le cadre du désamiantage de Jussieu », à paraître dans La Gazette des Archives ; et la création récente, au sein du Conseil supérieur des archives, d’une commission, « Archives scientifiques et techniques ». Cf. à ce propos la Communication de Martine de Boisdeffre dans ce volume.

Notes de fin

* Cet article reprend en l’actualisant un article précédent rédigé à l’occasion d’un séminaire organisé par l’École nationale du patrimoine sur les archives scientifiques : Th. Charmasson, « Les archives scientifiques : archives institutionnelles et archives personnelles », dans Sciences et archives contemporaines, actes des journées d’études organisées par l’École nationale du patrimoine, Paris, 20-22 novembre 1996, Les Cahiers de l’École nationale du patrimoine, Paris, no 3, 1999, p. 13-23.

Auteur

Conservateur en chef au centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (Cité des sciences et de l’industrie)

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540