Version classiqueVersion mobile

Traduction et mondialisation

 | 
Michaël Oustinoff

Glossaire

Texte intégral

Les mots qui figurent dans le glossaire sont signalés par un * dans le texte.

Anglais : langue actuellement dominante de la mondialisation, à ne pas confondre avec le « globish », qui n’en est que le plus petit dénominateur commun. Comme d’autres langues par le passé, telles que le grec ou l’araméen dans l’Antiquité, le latin ou l’arabe au Moyen Âge, le français à partir du xviiie siècle, le chinois en Asie, etc., l’anglais est une langue de culture à juste titre « incontournable ». Néanmoins, dans un monde de plus en plus diversifié, notamment en raison de sa désoccidentalisation, l’anglais se voit de plus en plus concurrencé par d’autres langues, comme l’espagnol, l’arabe, le chinois le hindi ou le russe. À ne pas confondre non plus avec le « tout-à-l’anglais ».

Arabophonie : l’espace arabophone est en pleine expansion, que ce soit du point de vue économique ou démographique. On ajoutera cependant la précision suivante : contrairement à une idée reçue, il n’y pas une langue arabe, mais plusieurs. Un Marocain et un Irakien, par exemple, auront du mal à se comprendre s’ils parlent dans leurs langues vernaculaires respectives. Néanmoins, à condition d’avoir un niveau d’études suffisant, ils se comprendront à travers l’arabe standard, celui qui est utilisé, par exemple, par la chaîne Al Jazeera, véritable langue commune de l’espace arabophone. C’est là un atout majeur, que les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ne feront qu’amplifier.

Dialogue interculturel : dialogue entre les cultures. Nous vivons à l’heure de la troisième mondialisation (Wolton, 2003), d’ordre culturel. La première était d’ordre politique, avec l’avènement de l’ONU, la deuxième, d’ordre économique (trente glorieuses, etc.). Il est impossible d’en rester aux deux premières, ce qui rend le dialogue interculturel primordial si l’on veut éviter les conflits majeurs que risque de continuer à engendrer le xxie siècle (voir l’entrée « mondialisation »).

Diversité culturelle : terme qui fait référence à l’existence de cultures différentes à travers le monde et à la nécessité de préserver ces différences. Le 20 octobre 2005, à l’Unesco, a été adoptée la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Epistémologique : qui a trait à l’épistémologie, c’est-à-dire la théorie générale de la connaissance (du grec épistémê : connaissance, science) ou, plus particulièrement, l’étude critique des méthodes utilisées dans toutes les sciences, que ce soient les sciences humaines, les sciences formelles ou de la nature.

Francophonie : de même que l’arabophonie, l’hispanophonie, et la lusophonie, etc., la francophonie est une donnée vivante et cruciale du monde contemporain. En réalité, elle se décline sous deux formes : la première appartient au passé. C’est celle d’une vision nostalgique, plus ou moins teintée de néocolonialisme, qui entend défendre la langue française pour lui faire retrouver son influence d’antan, à contre-courant de l’histoire. Il en est une deuxième, résolument moderne car toute entière ouverte sur l’extrême diversité des mondes francophones (et non plus seulement centrée sur l’hexagone) et de plain-pied dans la mondialisation et la diversité culturelle.

Globish :« Globish : mot-valise créé à partir de la fusion de « global English », autrement dit l’anglais en tant que lingua franca de la mondialisation. Au départ, terme purement descriptif ou valorisant, il est aujourd’hui de plus en plus décrié quand on le réduit au plus petit dénominateur commun : langue de communication a minima, le « globish » ne permet plus de communiquer autrement que de manière superficielle (voir anglais et tout-à-l’anglais).

Hispanophonie : à l’heure de la mondialisation, l’espace hispanophone est en plein essor, et ce pour trois raisons essentielles. La première, c’est le développement spectaculaire de l’Amérique Latine de langue espagnole, que ce soit sur le plan démographique, économique, politique (chute des dictatures, remplacées par des régimes démocratiques) ou culturel. La deuxième, c’est l’émergence non moins spectaculaire du pouvoir des Hispaniques aux États-Unis, qui transformera peut-être, à terme, les États-Unis en État bilingue comme le Canada. La troisième tient au fait que l’espagnol est une des langues les plus parlées au monde, et depuis longtemps langue officielle de l’ONU, par exemple. C’est une des langues qui commence à sérieusement concurrencer l’anglais.

Intercompréhension : faculté de pouvoir passer d’une langue à l’autre en raison de leur proximité au sein de la même famille. C’est ainsi qu’un Danois, un Norvégien et un Suédois pourront communiquer entre eux dans leurs langues respectives, à des degrés divers (langues germaniques). Il en va de même, pour les langues slaves (russe, polonais, bulgare, etc.) et, au sein des langues romanes, entre lusophones, hispanophones et italianophones. Un francophone n’aura pas, d’entrée de jeu, les mêmes facilités, en raison de la plus grande distance du français par rapport aux autres langues du même groupe, et notamment du roumain, etc. Néanmoins, l’intercompréhension, plus ou moins grande, est un atout considérable pour le développement de la communication plurilingue (voir « plurilinguisme »).

Intraduisible : autrefois considéré comme le défaut congénital de la traduction, par définition incapable d’être identique à l’original, on considère aujourd’hui la question sur un angle nouveau. Loin d’être un inconvénient, c’est un atout : par le travail de transformation créatrice que présuppose toute (bonne) traduction, l’intraduisible devient une force qui permet, à chaque nouvelle traduction, de faire apparaître un autre versant du texte original jusqu’alors méconnu (Cassin, 2004).

Langue véhiculaire / Langue vernaculaire : la langue vernaculaire est la langue parlée localement au quotidien ; la langue véhiculaire est une langue utilisée en dehors, que ce soit à l’échelle nationale ou mondiale. Le français, par exemple, est à la fois langue vernaculaire en France et langue véhiculaire sur le plan international (c’est l’une des langues officielles de l’Union européenne et des Nations Unies, etc.).

Lingua franca :« Lingua franca : on entend par là une langue de communication internationale, sur le modèle de la koiné grecque (« langue commune ») de l’Epoque héllénistique à l’anglais aujourd’hui, en passant par le latin au Moyen Âge et le français au Siècle des Lumières, pour s’en tenir au monde occidental. On notera au passage que, par extension, le terme de lingua franca peut s’entendre à l’échelle d’un même pays. Par exemple, ce que l’on appelle habituellement le chinois n’est que l’une des formes de cette langue parlée au Nord et en particulier dans la capitale, Beijing, langue également appelée putong hua (« langue commune »). Dans cette acception élargie, lingua franca est synonyme de « langue véhiculaire ».

Localisation : désigne l’ensemble du processus d’adaptation d’un produit à une région donnée. Il comprend notamment la traduction dans la langue de la région visée et l’adaptation aux normes, à la culture et aux besoins spécifiques du marché cible. Cette activité est devenue une dimension stratégique de la mondialisation, le mot d’ordre étant désormais : « No translation, no product » (« pas de traduction, pas de produit »). La localisation, entendue en ce sens, s’applique aussi bien à l’adaptation/traduction des logiciels, des sites web, de la documentation sous toutes ses formes (guides d’installation, manuels de l’utilisateur, brochures, en ligne ou sous forme papier, etc.) : elle constitue un nouveau secteur industriel né avec la mondialisation et en pleine expansion.

Lusophonie : avec la montée en puissance du Brésil, actuellement neuvième puissance mondiale, et dont on prévoit qu’elle sera la cinquième dans les décennies à venir, le portugais voit son influence considérablement accrue, que ce soit sur le plan économique et géopolitique, mais également démographique. Le nombre de locuteurs lusophones est en effet passé, en l’espace d’une cinquantaine d’années, de 70 millions en 1960 à près de 200 millions aujourd’hui dans le seul Brésil. Quand on sait que l’intercompréhension entre portugais et espagnol est relativement facile à établir, on voit tout le potentiel que recèle l’espace luso-hispanique.

Mondialisation (en anglais globalization) : n’est pas que le processus d’ouverture de toutes les économies nationales sur un marché devenu planétaire. En réalité, ce n’est là que la deuxième en date des mondialisations qui se sont succédé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (Wolton, 2003). La première est d’ordre politique et coïncide avec la création de l’ONU. La troisième est d’ordre culturelle, et, contrairement à une idée reçue, c’est maintenant la plus importante des trois, car c’est d’elle dont dépend la cohabitation culturelle, enjeu majeur du xxie siècle (voir aussi « dialogue interculturel »).

Multiculturalisme : notion anglo-saxonne sujette à diverses interprétations. Ce mot peut tant renvoyer à la coexistence de différentes cultures (ethniques, linguistiques, religieuses...) que renvoyer à un cadre politique qui organise l’espace public et institutionnel d’un État, comme ce fut le cas au Canada ou bien au Royaume-Uni. Au nom de politiques volontaristes en faveur des communautés migrantes, le multiculturalisme peut, en assurant un statut social égal aux membres des diverses communautés culturelles sans tenir compte des facteurs historiques patrimoniaux et de la norme sociale majoritaire, mener à la perpétuation de communautés exogènes et à des pratiques sociales décalées.

Multilingue : par multilingue, il faut entendre la présence sur un espace donné (Aire culturelle, État, région, site Internet, brochure multilingue, etc.) de plusieurs langues sans que les individus concernés en parlent plusieurs. On peut ainsi être ressortissant de l’Union européenne, qui compte actuellement 23 langues officielles, tout en n’en parlant qu’une seule. Par extension, on confond habituellement « multilingue » et « plurilingue ».

Paradigme : du grec paradeigma, « modèle », « exemple ». Le terme, popularisé par le philosophe des sciences Thomas Kuhn (1922-1996), signifie généralement l’ensemble des représentations qui structurent la configuration du savoir à une époque donnée.

Plurilingue : par plurilingue, il faut entendre la faculté pour un individu donné de pouvoir s’exprimer dans plusieurs langues (bilingues, trilingues, etc.) à des degrés différents. Il n’est pas nécessaire de connaître à la perfection chacune de ces langues. La politique prônée par l’Union européenne, de même que par la France, vise à promouvoir le plurilinguisme sous toutes ses formes. Par extension, on confond habituellement « plurilingue » et « multilingue ».

Stéréotypes : ensemble des croyances concernant les caractéristiques que partagent les membres d’un groupe. Le stéréotype est une représentation figée, qui est à la base des imaginaires sociaux, systèmes de représentations collectives de la réalité.

Tout-à-l’anglais : conception selon laquelle il suffirait de faire d’une langue, en l’occurrence aujourd’hui l’anglais, le vecteur unique de la communication mondialisée, les autres langues n’étant appelées à jouer qu’un rôle de second ordre. Cette conception est de plus en plus critiquée, notamment en raison de la montée en puissance de langues comme l’espagnol, le chinois le hindi ou le russe et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search