Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

La gestion des fonds d’archives du parti communiste français

Pascal Carreau

Texte intégral

1Paradoxalement, au sens strict, la gestion par le parti communiste de ses archives, dont il sera question ici, constitue une expérience qui n’a pas dix ans. Ce n’est qu’en prenant la décision de leur ouverture publique à la recherche scientifique, au début des années 1990, que la direction communiste s’est réellement et explicitement préoccupée de la bonne conservation et du devenir de ses fonds. Auparavant, seule une partie de ceux-ci avait pu être consultée et faire l’objet de publications, et cela uniquement par des historiens communistes. Après des années d’une confidentialité qui a nourri nombre d’interrogations, de supputations… et de frustrations, le caractère tardif de cette décision a inévitablement relancé le questionnement sur la nature « sensible » de ces archives et sur la réalité du « secret » qui les entoure. En même temps qu’un vif intérêt, l’annonce de l’ouverture des fonds a parfois suscité des interrogations sur son degré même d’authenticité. Voilà pourquoi, après le rappel de quelques points de chronologie situant l’objet de cet exposé dans son actualité, on reviendra sur les motivations et le sens de la démarche récemment adoptée par le PCF, ce qui permettra d’aborder frontalement la thématique du « secret ». On tâchera de montrer que, rompant avec les conceptions et la pratique antérieures, une problématique d’ouverture et de transparence effectives est aujourd’hui à l’œuvre dans la gestion des archives, même si elle reste encore méconnue. Une description sommaire de l’état d’avancement du travail devrait aider à apprécier les premiers résultats tangibles obtenus en ce sens, ainsi qu’à en relativiser certaines limites – implications du décalage initial entre l’état de non-classement et l’engagement pris de communiquer tous les documents de plus de 30 ans. On esquissera enfin une réflexion perspective sur les prolongements envisageables de la gestion des archives du parti communiste français.

QUELQUES REPÈRES CHRONOLOGIQUES

2Le 5 mars 1993, le PCF ouvre officiellement ses archives à la recherche historique. Annoncée publiquement au siège de l’organisation par Francette Lazard, membre du bureau politique, en présence de Georges Marchais, secrétaire général, devant plusieurs dizaines d’historiens et d’archivistes, la décision répond à plusieurs préoccupations. La première tient à l’ambition du PCF de procéder à un renouvellement d’ensemble de son projet et de ses conceptions politiques, après l’échec des expériences se réclamant du communisme au xxe siècle. Cela passe, entre autres, par un retour lucide et rigoureux sur sa propre histoire. Les archives sont un volet du matériau nécessaire à un tel examen. Une deuxième prend en compte l’intérêt historique et culturel majeur que présentent les archives d’un des principaux acteurs de la vie politique française du siècle écoulé, pour l’étude et la compréhension de cette période. Une troisième découle du souci de transparence revendiqué par le parti communiste qui, en ouvrant ses archives, s’inscrit en actes en faveur du libre accès à toutes les sources existantes de l’ensemble des chercheurs qui nourrissent le débat d’interprétations historiques sur le communisme, dans la diversité de leurs approches.

3Ce geste marque la détermination du PCF à dissocier les registres spécifiques de l’histoire et de la politique et d’en finir explicitement avec toute forme d’instrumentalisation de son passé. Il concrétise le renoncement à toute pratique arbitraire de rétention ou de communication sélective de documents d’archives. Plus largement, il souhaite contribuer – à sa mesure – à ce que la recherche sur le communisme débouche sur des confrontations historiques « transparentes », en s’affranchissant de tout monopole – quel qu’il soit ! – et de la quête du sensationnel par l’exploitation du registre du « secret » et des « révélations » (réels ou supposés), qui a suscité encore récemment des initiatives à vocation essentiellement médiatique ou de controverse, mobilisant l’histoire à des fins politiques et idéologiques.

4Bien que de statut privé, les fonds deviennent communicables par principe selon les normes retenues en matière d’archives publiques, aujourd’hui fixées par la loi de 1979. Les documents sont donc consultables librement après un délai de trente ans, par tout chercheur ou personne accréditée en faisant la demande. L’accès en est gratuit, le PCF assumant pour l’heure la totalité de la charge financière induite par cette ouverture. Un secteur de travail spécifique est créé, animé par Mathilde Angeloni (dont j’ai pris la suite en 2000), avec comme priorité la réalisation des inventaires, seul préalable pratique à la communication des fonds. Le printemps 1997 voit la constitution d’une commission « archives et mémoire militante » auprès de la direction du PCF, dont le responsable est lui-même dirigeant national. Cette structure de travail – qui n’est pas la résurgence d’une « commission d’histoire », même déguisée – figure désormais dans l’organigramme et concrétise la volonté d’assumer dans la durée la gestion (au sens large du terme) des archives et leur valorisation. Elle vise à un traitement rigoureux de la question en développant une approche collective par l’association en son sein de compétences scientifiques et professionnelles (archivistes de métier, historiens et étudiants chercheurs, bibliothécaires, documentalistes… membres du parti communiste ou non…) et de dirigeants et de militants de différentes générations, pour aboutir à conserver, inventorier et donner accès aux fonds dans les meilleures conditions de sérieux et de scientificité possibles, compte tenu des moyens disponibles. Elle a pour mission d’aider à dépasser une gestion passive des fonds et de développer une réflexion et une activité propres dans deux directions indissociables :

  • fournir les matériaux d’un travail spécifique de la direction du PCF sur ses propres fonds et, plus largement, attirer son attention sur les questions politiques et institutionnelles touchant à l’accès des citoyens aux archives ;
  • concrétiser la communication effective des fonds « ouverts », développer une politique de communication par la publication d’inventaires et de catalogues, multiplier l’organisation ou la participation à des débats et des initiatives publiques, etc.

5Comme son intitulé l’indique, elle prévoit d’accorder une attention particulière aux sources orales.

6Le 24 janvier 1998, le PCF organise une « Journée portes ouvertes »sur ses archives. À l’occasion de cette initiative largement médiatisée, tenue au siège national du PCF en présence de plusieurs centaines d’archivistes, d’historiens, de militants, un premier bilan du travail entrepris est présenté à travers la mise à disposition des inventaires papier ou informatisés, la présentation d’une sélection de documents écrits et sonores, une exposition d’affiches originales illustrant la propagande communiste de la « guerre froide », un débat sur l’usage des archives pour la recherche historique sur le communisme. Dans une allocution, Robert Hue, secrétaire national, réaffirme la responsabilité assumée du PCF à l’égard de sa propre histoire et confirme la politique d’ouverture de ses archives. Il souligne que leur intérêt historique pour l’étude du xxe siècle leur confère une dimension patrimoniale nationale. L’écho public de cette initiative démultiplie les demandes de consultation des archives dans une fréquence qui est restée constante depuis, largement au-delà des capacités concrètes d’accueil.

7En juin 2001, à l’initiative de la commission « Archives et mémoire militante », une association « loi 1901 », Archives du communisme français, se constitue. Elle a pour objet la gestion, la communication et la valorisation des fonds d’archives ouverts à la consultation en fonction des critères retenus. Ils lui sont confiés à cet effet par le PCF, qui en reste le propriétaire. Elle permet de mettre en cohérence l’ensemble des archives du PCF et des importants fonds documentaires qui leur sont afférents (ouvrages, périodiques, brochures), gérés pour une part à la Bibliothèque marxiste de Paris, depuis une quinzaine d’années, par Catherine Bensadek, bibliothécaire ; pour une autre part, au siège du PCF depuis 1993. Il s’agit d’un nouveau prolongement de la démarche initiale, dans un cadre qui a paru comme étant le plus judicieux à cette étape. L’association offre une forme souple, plus crédible peut-être qu’une structure perçue malgré tout comme « interne » à un parti politique, pour faire vivre une démarche ouverte, associant des partenaires divers partageant des objectifs communs. Dans la pratique, elle a permis un élargissement supplémentaire. Cette forme facilite également l’établissement de liens de partenariat, de coopérations ponctuelles ou plus durables avec d’autres associations, organismes, institutions, centres d’archives dont les orientations et les activités sont en conformité avec ses objectifs. Elle permet enfin de solliciter, de façon transparente et en fonction d’objectifs précis, l’assistance professionnelle, scientifique ou financière nécessaire au développement de son activité.

LE SENS D’UNE DÉMARCHE

« Secret », « archives sensibles »… ou ouverture et souci déontologique ?

8Les principes de communicabilité retenus ont été alignés par choix sur les plus libéraux, ceux en vigueur en matière d’archives publiques. Ils concernent l’ensemble des documents conservés : séries issues de l’activité des instances de direction, dossiers constitués par les dirigeants en fonction de leur champ d’intervention et de responsabilité, fonds résultant de l’activité de secteurs de travail.

9Seule exception – justifiée par des raisons déontologiques –, le régime entourant deux fonds très spécifiques : celui des formulaires autobiographiques (les « bios ») remplis par des militants et celui des dossiers tenus par l’ancienne « commission centrale de contrôle politique » qui gérait les désaccords, les conflits et les sanctions éventuelles. L’aspect personnel, parfois même hors du registre politique et militant, des données qu’ils contiennent a amené, à ce jour, la direction du PCF à ne prévoir leur communication qu’en cas de demande des personnes concernées et de leurs ayants droit lorsqu’elles sont décédées, ou de toute personne dûment autorisée par elles.

10Encore faut-il ajouter que, par souci de ne rien occulter, les dossiers concernant les principales « affaires » et « procès » de dimension nationale et relevant de la période « communicable » (Duras-Mascolo, Guingoin, Marty-Tillon, l’« affaire » du portrait de Staline, Lecœur, Casanova-Servin, Garaudy…) ont été ouverts à la consultation. En effet, ils portent moins sur des individus particuliers qu’ils ne caractérisent certains modes de traitement de problèmes politiques par la direction du PCF.

11Dans le même esprit, une convention, portant sur un corpus limité (les membres du Comité central et les secrétaires fédéraux) et obéissant également au délai général de communicabilité des documents, permet à une équipe de chercheurs qui collaborent au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier de consulter les formulaires biographiques des militants concernés, exclusivement aux fins de rédaction des notices du « Maitron ».

CENSURE OU LACUNES ?

12Une idée encore répandue – et très largement mythifiée – sur les archives du PCF doit beaucoup à l’aura de secret qui les a longtemps entourées, à l’influence des images aperçues ici ou là des imposants lieux d’archives de l’ex-URSS et à la perception du PCF comme un vaste système bureaucratique, rationnel et centralisé de la base au sommet. Cela dit, l’appareil national du parti communiste a effectivement produit, fait circuler et (en partie seulement…) conservé, pendant des décennies, des quantités de documents écrits ou dactylographiés. Confronté aux fonds disponibles, et malgré leur richesse et leur intérêt, le chercheur peut parfois être frappé par les lacunes qu’il constate. Par-delà les fantasmes du type : « Je suis sûr(e) qu’il existe un fichier global de tous les adhérents du PCF depuis sa création, et je voudrais le consulter… », il est fréquent que la question de la censure ou de la dissimulation soit posée. Cela mérite quelques mots.

13Le PCF n’avait jamais développé de politique d’archives assumée collectivement comme telle. Une culture du secret amplifiée par les vicissitudes de périodes difficiles (répression, clandestinité…), les hasards d’une conservation anarchique conjugués avec les initiatives personnelles de dirigeants du PCF, les péripéties de la vie interne du PCF, l’absence de distinction entre archives collectives et archives personnelles, des cas de saisie policière massive (comme en 1952), ont abouti à une conservation effectivement partielle et dispersée des documents. C’est tellement vrai que, pour une période, les exemplaires de certains documents transmis systématiquement à Moscou dans le contexte centralisé du mouvement communiste international constituent désormais les seules archives disponibles. Cette situation implique une politique de collecte (dons ou dépôts) auprès d’anciens dirigeants et militants et le recensement des différents lieux d’archives et de mémoire communistes.

14Au fur et à mesure de l’identification et de l’inventaire des fonds du PCF, on trouve parfois la trace d’une intervention rétroactive volontaire sur des archives ; elle constitue alors une forme d’information historique en soi mais, plus souvent encore, on relève la marque d’une absence totale de souci archivistique : réutilisation d’une même bande magnétique pour enregistrer successivement des réunions ou des discours, découpage d’un relevé de décisions pour alimenter les dossiers respectivement consacrés aux différentes questions traitées, etc.

15J’assure, pour en finir sur ce point, que, depuis la décision d’inventorier et d’ouvrir les archives du PCF, aucune censure n’est pratiquée, ni sur les fonds déjà disponibles, ni au fur et à mesure des nouveaux versements.

L’ÉTAT DES LIEUX

16Pour la période de l’entre-deux-guerres, nous disposons d’un fonds microfilmé comportant environ 100 000 clichés reproduisant des documents divers : rapports, circulaires, correspondances, tracts, affiches… dont les originaux sont conservés dans les archives de la Section française de l’Internationale communiste à Moscou. Ces microfilms sont la copie partielle des dossiers du fonds 517 inventaire 1 du RGASPI (ancien Institut du marxisme-léninisme) et ont été communiqués à la suite de démarches entreprises par la direction du PCF à la fin des années 1970. Cette documentation rassemble l’essentiel de l’activité de la Section française de l’Internationale communiste entre 1920 et 1939. On y trouve les procès-verbaux des organismes de direction (secrétariat, bureau politique, Comité central), les comptes rendus de congrès, les correspondances avec les régions, les rapports des différents secteurs de travail (main-d’œuvre étrangère, agit-prop, travail paysan, travail syndical, travail parmi les femmes, activité anti-militariste, etc.).

17Très peu d’archives concernant le PCF dans la clandestinité et la Résistance durant la période 1940-1944 sont disponibles au siège du PCF. L’essentiel en a été pris en charge par le musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne (94).

18Pour la période de 1944 à nos jours, nous gérons à ce jour environ 700 mètres linéaires d’archives regroupant des documents papier manuscrits ou dactylographiés (rapports, circulaires, correspondance, brouillons, notes personnelles…), des enregistrements sonores, une collection d’affiches et un petit fonds photographique. Le traitement des supports numériques (disques durs, disquettes, CD Rom) nécessitera des dispositions techniques et méthodologiques particulières, non arrêtées encore.

19Lorsqu’ils sont versés aux archives, les fonds sont identifiés et conservés en fonction de leur origine, avec le souci de préserver leur cohérence et leur intégrité organique. On peut donc distinguer sommairement :

  • des séries documentaires continues, résultant de l’activité des instances de direction, comme les comptes rendus de chacune des réunions hebdomadaires du secrétariat et du bureau politique, ou l’enregistrement sonore intégral de chaque réunion du Comité central ;
  • des archives produites collectivement par des secteurs de travail : « lien avec les fédérations départementales », « jeunesse », « femmes », « culture-intellectuels », « politique internationale », « formation des communistes », etc.
  • des fonds personnels constitués par des dirigeants nationaux dans l’exercice de leurs responsabilités (parfois multiples) : Waldeck Rochet, Georges Marchais, Raymond Guyot, Étienne Fajon, Roland Leroy, Paul Laurent…
  • un fonds de propagande rassemblant la collection des affiches, des brochures et des tracts édités depuis 1944.

DÈS L’ORIGINE, UNE PRIORITÉ ACCORDÉE À L’OUVERTURE

Un décalage initial entre ouverture de principe et communicabilité réelle

20Précédant tout état des lieux et a fortiori un inventaire, même sommaire, des fonds, l’information publique de l’ouverture des archives du PCF a d’abord constitué un effet d’annonce politique, plus révélateur d’une nouvelle disposition d’esprit que réellement opératoire. Ce n’est pas resté sans implications pratiques durables. L’écho rencontré par la décision a rapidement généré un afflux important de demandes de consultation, motivées par la nouveauté de l’accessibilité aux fonds et – parfois aussi – par des illusions sur ce qui, dans l’esprit de certains chercheurs, « aurait dû » y figurer. Il a fallu s’expliquer sur l’état réel des archives et le niveau des moyens attribués par le PCF à leur gestion ; il faut bien le dire, sans incompréhension majeure de la part des historiens quant aux délais que cela induisait. Dans le même temps, les séries identifiées, cohérentes et déjà organisées chronologiquement (les comptes rendus et relevés de décisions des réunions du bureau politique et du secrétariat, par exemple) ont été mises en communication sans délai. Depuis lors, la priorité consiste à réduire l’écart entre l’engagement pris et sa traduction dans les faits, en réalisant les inventaires des fonds, préalable obligé à leur communication. D’autant plus que, la plupart du temps, cette étape est pour nous celle de leur identification et de leur évaluation, ce qui impose un relevé des documents pièce à pièce.

21Nous conduisons donc simultanément une politique d’accueil intense (trois cents consultations possibles par an en moyenne, à raison de trois jours d’ouverture au public par semaine) et un travail systématique d’inventaire, permettant progressivement la publicité de tous les inventaires et la communication des documents datant de plus de trente ans.

DES PROJETS AMBITIEUX

22La faiblesse des moyens n’interdit pas les ambitions. J’évoquerai brièvement ici trois « projets pilotes » en cours de réalisation.

Les enregistrements sonores

  • 1 Voir sur les sources orales les communications d’Agnès Callu et d’Hervé Lemoine dans ce volume.

23Les enregistrements intégraux des réunions du Comité central depuis 1952 ont été conservés. Il s’agit de documents intéressants à deux titres : ils sont largement inédits, puisque les discussions ont parfois fait l’objet d’un traitement journalistique mais n’ont jamais été transcrites intégralement dans L’Humanité ; ils restituent également une ambiance et une tonalité générale qui constituent un niveau d’information en tant que tel1. Réalisés sur des supports assez divers au fil du temps, dont certains sont techniquement obsolètes (tels les enregistrements effectués sur bobines de fil métallique dans les années 1950), ils ont été intégralement inventoriés et retranscrits sur cassette ou disque compact par les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Cela, dans le cadre d’une convention prévoyant également le dépôt des originaux pour en garantir une bonne conservation. Des centaines d’heures d’enregistrement couvrant la période « ouverte » sont désormais à la disposition des chercheurs. L’offre documentaire s’élargira également, après retranscription, aux enregistrements des congrès nationaux, depuis le XXIIe tenu en 1950, et d’autres réunions de direction en formations diverses, comme les conférences nationales et les conseils nationaux.

Les relevés de décisions du secrétariat et du bureau politique

24L’intérêt de ces séries réside dans leur continuité, qui permet de suivre dans le détail, semaine après semaine, la nature et l’objet des décisions de la direction nationale du PCF. Pour faciliter les recherches dans les centaines de documents dactylographiés qu’elles comportent, un inventaire analytique informatisé en a été entrepris, en partenariat avec l’Institut d’histoire contemporaine de Dijon, dirigé par Serge Wolikow, pour la définition scientifique et l’aspect méthodologique du travail. La réalisation pratique en a été conduite pour la part essentielle par un étudiant chercheur préparant une thèse d’histoire, Alexandre Courban. Grâce à l’utilisation d’un logiciel ad hoc, chaque document est décrit dans une notice intégrant une plus-value documentaire par le recours à des champs d’indexation et à un résumé analytique. Par accumulation, ces notices constituent plus qu’un inventaire général, mais une véritable base de données interrogeable par critères multiples (date, noms de personnes, noms d’organisations, noms de lieux, mots matières…). En pratique, cela assure une fiabilité et un gain de temps appréciables. Aboutissement d’un travail entamé depuis plusieurs années, la plus grande partie des documents concernant la période ouverte (soit de 1920 à 1971 inclus !) a aujourd’hui été traitée. Destiné à être utilisé in situ aux archives du PCF, cet inventaire analytique pourrait éventuellement connaître des usages à distance (Internet, réseau…). Le prolongement envisagé du projet, toujours dans le cadre d’une convention avec l’Université de Bourgogne, consisterait à numériser les documents papier puis à coupler les images avec les notices correspondantes, de manière à disposer d’un outil informatique global, efficient depuis la formulation de la recherche jusqu’à la consultation des documents y répondant.

La collection d’affiches

25Il s’agit d’un fonds de plusieurs milliers d’affiches originales éditées par le PCF de 1944 à nos jours. La nécessité de procéder à son inventaire, le nombre important de sollicitations sur la dimension iconographique de la propagande communiste, ont amené à la création d’une base de données informatisée, cumulant les fonctions d’inventaire, de catalogue et d’outil d’aide à l’analyse de contenu. Une application spécifique a été développée à partir du logiciel documentaire déjà évoqué. La définition et la réalisation du projet jusqu’ici sont l’œuvre d’une étudiante chercheuse préparant une thèse d’histoire, Lucie Fougeron. Chaque affiche est identifiée par une notice alliant description iconographique, indexation thématique et relevé intégral du texte figurant sur l’affiche (du simple slogan sur une affiche illustrée à l’argumentaire d’une affiche-texte). Chacune des notices est elle-même couplée avec l’image de l’affiche originale, numérisée à partir du plan-film obtenu préalablement par photographie de l’affiche dans des conditions professionnelles. Une base de données spécifique est ainsi constituée progressivement, offrant la possibilité de recherches multicritères et d’une consultation de la collection épargnant les exemplaires originaux. Sur plusieurs milliers, neuf cents affiches ont déjà été traitées ainsi. Comme le précédent, cet outil donnera éventuellement lieu à des modes d’accès à distance (Internet, réseau…). La série des plans-films nous permet d’envisager des activités iconographiques et éditoriales de qualité.

LES PERSPECTIVES

Partenariats et coopération sur des projets communs

26Ces exemples indiquent clairement notre volonté de procéder, dans le cadre de nos orientations, à la recherche de coopérations et de partenariats ponctuels ou plus durables avec des interlocuteurs partageant notre démarche et nos objectifs, dans les trois registres distincts de la conservation, de la gestion et du traitement des archives. C’est bien dans cet esprit que – membre du Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS) – nous y avons contribué, pour ce qui concerne le PCF, à l’inventaire bibliographique des congrès du monde ouvrier, disponible sous la forme d’un ouvrage publié début 2002 et d’une base de données.

La réalisation d’inventaires raisonnés

27L’absence durable de politique d’archives au sein du PCF jusqu’en 1993, la confusion entre dossiers personnels et dossiers collectifs, les aléas de la vie interne de l’organisation et des parcours individuels, tout cela a abouti à une grande dispersion de documents constitutifs des archives du PCF. Aujourd’hui, des fonds complets ou des segments issus de mêmes ensembles sont conservés dans des lieux et des structures différents. Si cela constitue un état de fait irréversible, la co-réalisation d’inventaires donnant à voir la cohérence globale des fonds peut être mutuellement éclairante pour les différents « lieux » de conservation, et être utile aux chercheurs.

La réflexion partagée sur l’adoption de normes cohérentes

28Le recours aux inventaires informatisés renforce la nécessité de penser la compatibilité technique des outils pour faciliter la communication et les échanges. Mais, plus fondamentalement, les normes documentaires elles-mêmes peuvent faire l’objet de coopérations fécondes. Qui dit indexation et procédures d’interrogation dit éventuellement élaboration de thésaurus avec toutes les ambitions que cela autorise mais également les questions que cela soulève en termes de représentation de la connaissance : gestion conjointe du très général et du particulier ; recours à un langage analytique et objectivisé ou respect d’une terminologie historiquement signifiante mais évolutive ; choix des normes de transcription phonétiques, etc. La rencontre de compétences historiques, archivistiques, documentaires, peut contribuer à la maîtrise collective de ces problèmes.

Une intervention publique pour encourager la démarche et aider à sa pérennité

29Les orientations décrites précédemment et les premiers résultats qui en résultent ont été rendus possibles par l’application volontariste d’une décision politique, dans le cadre de moyens matériels et humains limités. Il était indispensable, précisément pour des raisons tenant à la crédibilité de cette décision, de passer ostensiblement aux actes. Si, aujourd’hui, la réalité de la démarche n’est plus guère mise en doute, nous sommes dans une situation nouvelle où le véritable enjeu se situe désormais dans la capacité à pérenniser tout ce travail en tenant le niveau d’ambitions revendiqué. Cela passe, pour une part, par la présence de compétences scientifiques et professionnelles dans l’association « loi 1901 » qui conduit le projet d’ensemble, mais également par le développement évoqué précédemment de relations de partenariat scientifiques, professionnelles… et financières. La nature même et la richesse des archives du parti communiste contribuent à légitimer leur reconnaissance comme un élément original du patrimoine historique et culturel national. Sa démarche d’ouverture à la recherche s’apparente à une mission de « service public » supportée aujourd’hui par les seuls moyens apportés par le PCF lui-même. Voilà pourquoi nous avons conduit une démarche auprès des pouvoirs publics dans le sens d’une reconnaissance et d’un soutien à la gestion ouverte de ses archives par le parti communiste français.

EN GUISE DE CONCLUSION PROVISOIRE

30En moins de dix ans, nous sommes passés, en ce qui concerne les archives du PCF, d’une décision politique de principe à une démarche effective, motivée par un réel souci d’ouverture et des ambitions qui seront à juger sur pièces mais qui recueillent des premiers échos favorables. Le parti communiste revendique et assume avec détermination cette orientation, mais exclut toute tentation instrumentalisante comme toute prétention autarcique, en particulier sur les plans méthodologique et scientifique. Il mesure la nécessité des échanges et des partenariats.

31Cette démarche d’ouverture revêt incontestablement une dimension d’intérêt public, qui ne pourra être pérennisée durablement – nous en sommes conscients – à la seule initiative du PCF, en particulier pour des raisons de moyens. Cela nécessitera des discussions avec la puissance publique. Les textes de cet ouvrage ont mis en évidence l’expression d’une réelle sensibilité de sa part aux enjeux touchant aux archives et à la mémoire. Nous l’interpellerons en ce sens pour tenter de faire reconnaître et encourager l’ouverture publique des archives du parti communiste français.

Notes

1 Voir sur les sources orales les communications d’Agnès Callu et d’Hervé Lemoine dans ce volume.

Auteur

Responsable des archives du PCF

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540