Version classiqueVersion mobile

Traduction et mondialisation

 | 
Michaël Oustinoff

Présentation générale. La traduction, enjeu central de la mondialisation

Michaël Oustinoff

Texte intégral

  • 1 Sorid, D., « Writing the Web’s Future in Numerous Languages », The New York Times, 8 décembre 2008

1Rappelons-nous. Au moment où Internet commençait à se développer vitesse grand V, dans les années 1990, la messe semblait dite : la langue des « autoroutes de l’information » – l’expression est désormais obsolète – serait l’anglais*. Sa présence écrasante, il est vrai, sautait littéralement aux yeux. Voilà qui donnait raison aux partisans de l’anglais en tant que langue universelle et unique de la modernité, voire de la « postmodernité ». Allons sur la Toile aujourd’hui : qui oserait encore le prétendre, alors que cette langue est passée en dessous de la barre symbolique des 50 % par rapport aux autres, mouvement qui semble tout aussi irrépressible que son ascension initiale1 ?

2Les choses ne sont cependant pas aussi simples. Là comme ailleurs, une approche manichéenne est à exclure. La mondialisation, au regard des langues, est en réalité animée d’un double mouvement, à la fois centripète (en raison de l’attraction exercée par l’anglais comme lingua franca *) et centrifuge : du point de vue de la communication, le monde actuel est en voie de babélisation* accélérée, et non l’inverse. Ce double mouvement pose, manifestement, toute une série de questions. La première, c’est de savoir pourquoi l’on va dans le sens de la complexité plutôt que dans celui de l’apparente simplicité d’une solution monolingue ; la deuxième, c’est de savoir comment une telle complexité peut-être appréhendée ; la troisième enfin, c’est de s’interroger sur les conséquences que cette nouvelle donne de la mondialisation* implique du point de vue de la communication, qui peut de moins en moins être étudiée dans le cadre d’une seule langue ou d’une seule culture.

  • 2 Folaron, D., Gambier, Y., « La localisation : un enjeu de la mondialisation », Hermès no 49, 2007.

3Il y a là un véritable renversement de perspective dont on commence seulement à décrypter les enjeux, tant l’on était habitués à considérer les choses à travers le prisme du tout-à-l’anglais* ou de l’une de ses variantes, c’est-à-dire en définitive celui d’une vision purement techniciste des langues, celles-ci étant ravalées au rang de simples instruments interchangeables, alors que chaque langue constitue une vision du monde qui lui est propre. Mais les langues ne sont pas simplement des « tuyaux » : elles informent (au sens étymologique du mot) les « contenus » qui y circulent2.

  • 3 Mendes de Barros, L. « L’interculturalité à l’heure de l’hybridation communicationnelle », Hermès (...)

4Voilà pourquoi la revue Hermès a décidé de consacrer à la question pas moins de deux numéros, publiés en l’espace de trois ans (no 49 en 2007 et no 56 en 2010) : il est devenu impossible d’analyser aujourd’hui la communication à l’heure de la mondialisation en faisant l’impasse sur la question désormais centrale de la traduction. C’est là un phénomène nouveau, dont il était urgent de prendre toute la mesure3.

Traduction et communication dans un monde babélisé

5Dans un récent rapport (2009), la British Academy s’insurge contre le tout-à-l’anglais, car cela revient pour un Anglophone à s’enfermer dans une perspective insulaire (« insular »), à se marginaliser, ce qui, pour un chercheur revient à se condamner à être mondialement connu uniquement en Angleterre (« world-famous only in England »), pour reprendre la formule teintée d’un humour bien britannique. Ce rapport n’est nullement isolé : il ne fait qu’aller dans le sens d’autres études qui se multiplient dans le monde anglophone (Graddol, 2000 et 2007).

6On ne peut qu’être frappé par la similitude de ce point de vue avec celui qu’exprime Édouard Glissant dans son Introduction à une poétique du divers : « Je pense que dans l’Europe du xviiie et du xixe siècles, même quand un écrivain français connaissait la langue anglaise ou la langue italienne ou la langue allemande, il n’en tenait pas compte dans son écriture. Les écritures étaient monolingues. Aujourd’hui, même quand un écrivain ne connaît aucune autre langue, il tient compte, qu’il le sache ou non, de l’existence de ces langues autour de lui dans son processus d’écriture. On ne peut plus écrire une langue de manière monolingue. On est obligé de tenir compte des imaginaires des langues » (Glissant, 1996, p. 91). Tout se passe comme si une même thématique sous-jacente reliait des domaines (et des disciplines) naguère détachées les unes des autres : en effet, le rapport de la British Academy ne s’en tient pas à la seule dimension des humanités et des sciences humaines.

7Elle étend la perspective bien au-delà, à commencer par la recherche en général et à son impact sur la compétitivité de la Grande-Bretagne. Cette convergence des perspectives n’est pas l’effet du hasard : il est le produit de l’époque où nous vivons, dans laquelle il est de plus en plus impossible de s’insulariser dans un monde monolingue ou d’isoler les différentes approches possibles sur le monde les unes des autres à un moment où tout tend à s’interconnecter en réseaux. Pour paraphraser Édouard Glissant, même le monolingue doit tenir compte, au sein même de son imaginaire, qu’il vit dans un monde multilingue*. Et pour que celui-ci lui soit accessible, la traduction devient dès lors une question cruciale et qui se pose en termes inédits.

8L’exemple des chercheurs en sciences humaines anglophones est à ce titre éclairant, pour ne pas dire emblématique. Le rapport Language Matters (op. cit.) démontre à la perfection le cercle vicieux dans lequel une politique monolingue à courte vue les enferme.

9Ils se voient en effet condamnés à n’effectuer leurs recherches qu’à partir des sources disponibles en anglais. C’est donc d’abord une limitation purement quantitative, mais qui est loin d’être insignifiante : on s’aperçoit qu’un nombre croissant de chercheurs évite, comme sujets de thèse, ceux qui exigent de consulter des ouvrages dans des langues comme l’allemand, le français, l’espagnol, l’italien et, à un moindre degré, le russe : comment se lancer dans une thèse pointue sur l’Allemagne, la France ou la Russie sans connaître l’allemand, le français ou le russe ?

10Les tenants du tout-à-l’anglais, se fondant sur l’exemple du latin au Moyen Âge ou du français à l’époque des Lumières, diraient : la solution est simple. Ce n’est qu’une question de temps. À terme, tout ce qui compte sur le plan de la recherche se fera par le truchement de l’anglais : c’est l’intérêt bien compris de tous. En attendant, la traduction peut suppléer au reste, jusqu’à n’être plus nécessaire une fois le passage au tout-à-l’anglais accompli. Le problème, c’est que nous ne sommes plus au Moyen Âge, ni à l’Époque des Lumières et que le monolinguisme comme clé de voûte de la communication universelle ne résiste pas à l’épreuve des faits du monde contemporain. Fidèle à la tradition empiriste du monde anglo-saxon, le rapport de la British Academy démontre que c’est avant tout par pragmatisme* que le tout-à-l’anglais est à rejeter.

11La démonstration est également généralisable. Ce n’est manifestement pas un problème « interne » à la Grande-Bretagne, même s’il semble s’y poser avec plus d’acuité qu’ailleurs. Ce n’est pas non plus un problème qui se cantonnerait aux seules humanités et aux sciences humaines, mais qui s’étend aux autres sciences, notamment les sciences de la nature (« natural sciences »), qui sont loin de pouvoir être aussi formalisables que les mathématiques. C’est là, par conséquent, une illustration de plus de l’impact de « l’autre mondialisation » (Wolton, 2003).

Le « basculement du monde »

  • 4 Ricard, P., « Une étude britannique prône le multilinguisme en affaires », Le Monde, 25 septembre (...)

12Les langues citées par le British Academy ont pour point commun d’être des langues majeures du monde occidental : l’anglais, l’allemand, le français, l’espagnol, l’italien, le russe. Néanmoins, le centre de gravité du monde actuel s’est déplacé (et même fragmenté, dans un monde multipolaire), comme le montre l’avènement des BRICs (Brésil, Russie, Inde, Chine), voire des BRIICs, si on y inclut l’Indonésie. C’est dans un tel contexte qu’il faut replacer ce point de vue exprimé par Leonard Orban, Commissaire européen chargé du multilinguisme (2007-2010), dans les pages du journal Le Monde, qui, autrement, pourrait passer pour une vue de l’esprit : « Les salariés devraient donc maîtriser, pour le plus grand bonheur de leurs employeurs, au moins trois langues : celle de leur pays d’origine, l’anglais bien sûr, et une troisième parmi les plus parlées de l’UE – l’allemand, le français, l’espagnol ou l’italien. Sans négliger le russe, l’arabe ou le chinois4 ». C’est dans ce cadre élargi que le présent Essentiel a été conçu, tout comme les deux volumes de la revue Hermès dont il dérive.

  • 5 Le deuxième volume, par exemple, a été coordonné simultanément en France et au Brésil.

13L’approche adoptée a été délibérément placée sous le signe de la plus grande pluridisciplinarité possible et en faisant appel à des auteurs provenant (ou se trouvant) dans les pays les plus divers5 : en raison de sa complexité (Morin, 1990), une telle problématique ne peut se passer du travail sur le terrain, et ce terrain est, par définition, international.

14Qu’on nous permette de faire trois constatations avant de laisser le lecteur s’engager plus avant dans sa lecture : la première, c’est que la question des langues et de la traduction, sous l’impulsion de la mondialisation, est devenue une question-clé du monde contemporain, et, par voie de conséquence, pour la recherche. Que les études véritablement pluridisciplinaires en la matière soient, du moins pour l’instant, en nombre relativement réduites (même s’il est loin d’être négligeable), n’est pas à déplorer : c’est au contraire la marque qu’il y a là un vaste champ d’exploration encore largement inexploité ; la deuxième, c’est qu’une telle problématique tend à effacer les frontières entre sciences dites « dures » et sciences humaines : il y a un continuum entre toutes ces différentes manières d’appréhender le monde dès qu’il est question de communication. Et dans un espace mondialisé, la communication ne saurait se passer des langues et de la traduction, au risque de condamner la science – toutes les sciences – à l’incommunication, plus ou moins accusée selon les disciplines : certaines sont plus formalisables que d’autres.

15La troisième constatation, bouclant la boucle, rejoindra l’interrogation placée au centre du rapport de la British Academy, à savoir la question des objectifs et des moyens. À lire le rapport, on ne peut que souhaiter qu’une politique ambitieuse soit mise en place pour permettre à la Grande-Bretagne de redresser la barre pendant qu’il en est temps. Mais le rapport est, sur ce plan, pessimiste : la politique menée actuellement va bel et bien dans le sens contraire. Voilà pourquoi ce rapport, s’appuyant sur une étude effectuée par un organisme indépendant, est qualifié de « prise de position » (« Position Paper ») dont le but est d’en appeler aussi bien à l’opinion publique (le rapport est accessible en ligne) qu’au gouvernement en place. Même si le cas de la Grande-Bretagne est particulier, ce pays n’en demeure pas moins membre de l’Union européenne, dont la politique en matière de langues est, faut-il le rappeler, aux antipodes d’une telle vision, puisque l’un de ses piliers fondamentaux est celui de la promotion du plurilinguisme* et de la traduction.

16Ce n’est cependant pas par « européanisme », ou pire encore, par « eurocentrisme », mais bien parce que l’Union européenne, confrontée à la diversité sous toutes ses formes, qu’elle soit d’ordre économique, politique, linguistique ou culturel, rencontre des problèmes comparables à ceux qui se retrouvent ailleurs dans le monde au sein même de ses propres institutions. C’est pourquoi la formule souvent citée d’Umberto Eco selon laquelle « la langue de l’Europe, c’est la traduction » peut s’étendre à un cadre plus vaste. En y ajoutant deux corollaires : en premier lieu, celui qui consiste, dans le sillage de la British Academy, à demander que la science puisse devenir véritablement polyglotte, en se donnant les moyens de former non seulement les chercheurs mais également l’ensemble de la population au plurilinguisme. En dehors de toutes considérations budgétaires, il faudrait commencer par se dire, simplement, que « les langues, ça compte » (Unesco, 2008) à l’heure de la mondialisation, et même énormément – et, naturellement, pas seulement l’anglais, le « tout-à-l’anglais » étant une impasse (Unesco, 2002).

  • 6 Guidère, M., « Les nouveaux métiers de la traduction », Hermès no 56, 2010.

17En deuxième lieu, même dans un monde parfait où, comme dans un des nombreux films de science fiction hollywoodiens revisitant le miracle de la Pentecôte grâce auquel les Apôtres reçurent le « don des langues », les êtres humains sont en mesure d’être instantanément traduits dans toutes les langues grâce à des machines ultra-sophistiquées, on rappellera qu’il n’est pas besoin d’attendre de disposer d’un tel appareillage pour se rendre compte que la traduction, à elle seule, ne suffit pas, ni même la connaissance de telle ou telle langue. L’incommunication (Wolton, 2009) peut fort bien exister au sein d’une seule et même langue : un Brésilien et un Portugais, un Américain et un Britannique, etc., parlent la même langue. Mais ils appartiennent à des aires culturelles qui ne se recoupent pas en tous points. La question des intraduisibles* (Cassin, 2004) se pose là comme ailleurs : le plurilinguisme et la traduction ne sont que des moyens, non des fins en soi. C’est là, justement, qu’intervient et que se justifie pleinement la recherche : elle seule permet de procéder aux recontextualisations indispensables à la compréhension d’un monde appelé, par la force des choses, à se babéliser chaque jour davantage, et non à se débabéliser au profit du « tout-à-l’anglais » – ce qui a profondément, soit dit au passage, radicalement transformé le rôle et les métiers de la traduction6.

Articulation des textes présentés

  • 7 Calvet, L.-J., « La traduction au filtre des traductions », Hermès no 49, 2007.

18Établissant un parallèle entre la situation de l’arabe au ixe siècle (qui a joué un rôle déterminant dans la genèse de la science moderne, notamment par la traduction des textes grecs et indiens) et l’anglais aujourd’hui, Louis-Jean Calvet définit ce qu’il appelle le « paradoxe de la langue source dominante » : « En d’autres termes, la caricature du système actuel mènerait dans un premier temps, en son centre, à un autisme scientifique ou culturel, à une désinformation et à une uniformité qui dans un second temps pourraient générer un appauvrissement du centre au profit d’un des pôles de la périphérie7 ». On ne pourra qu’abonder dans son sens quand il ajoute : « seule une politique de la traduction, dans l’ensemble plus vaste des politiques linguistiques, peut garantir le progrès de la science, c’est-à-dire à la fois la circulation de l’information, la mise en commun des acquis, la comparaison et la critique des différentes positions, toutes choses sans lesquelles aucune avancée significative ne peut avoir lieu » (ibid.). Le présent Essentiel en est comme la mise en abyme.

  • 8 Voir aussi : Hardy, M., Lui, H., « La traduction des sciences de la communication en Chine : le co (...)
  • 9 Vilches, L., « La difficile cohabitation du catalan et du castillan », Hermès no 56, 2010.
  • 10 Machado da Silva, J., « Traduction et mondialisation : la reliance des cultures », Hermès no 56, 2 (...)

19Néanmoins, il ne suffit pas de prendre le contre-pied du tout-à-l’anglais pour croire que l’on aura fait le tour de la question pour autant. C’est ce que montrent les trois derniers articles de cet Essentiel, en essayant de dépasser le cadre de l’Europe : ni en Chine (article de Xu Jun)8, ni dans l’espace arabophone (article de Foued Laroussi et d’Ibrahim Albalawi), pas plus qu’en Afrique subsaharienne francophone (article de Lalbila Aristide Yoda), la traduction est à considérer sur le mode irénique de l’évidence9 : mais il en ressort toujours que la défense de la diversité linguistique et de la traduction est la meilleure politique pour contrecarrer les effets de l’incommunication10.

  • 11 Sans oublier l’autre Europe, c’est-à-dire l’Europe centrale et orientale : Nowicki, J., « Les enje (...)
  • 12 Voir également LTC (2009). Phénomène qui s’accompagne, cependant, par une grande inégalité de reve (...)

20Voilà pourquoi le plurilinguisme et la traduction sont au cœur du projet européen dès l’origine11 : ils sont plus que jamais à l’ordre du jour, comme le confirme de manière magistrale le deuxième article, que Leonard Orban nous a fait l’honneur d’écrire pour le deuxième volume de Traduction et mondialisation (2010) – et ce, sur tous les plans : culturel, politique et économique. Le secteur de la traduction est en effet devenu l’un des secteurs de l’économie appelé à connaître un taux de croissance à deux chiffres12.

  • 13 Non que la traduction automatique soit à rejeter purement et simplement, bien au contraire : Prado (...)
  • 14 Leclerc-Olive, M., « Crise financière et espace public : traduire le langage de l’aléatoire », Her (...)
  • 15 Laszlo, P., « Être un scientifique, c’est apprendre à traduire la parole des choses », Hermès no 5 (...)

21Les deux entretiens qui l’encadrent situent la perspective sur un plan plus théorique, mais au sens le plus concret du terme, preuves imparables à l’appui. Le premier, avec Barbara Cassin, se situe sur le plan de la philosophie, en montrant, de Google au globish *, en passant par les ratés de la traduction automatique13 disponible maintenant « en ligne », toutes les dérives d’une vision simpliste et mécaniste du tout-à-l’anglais14 et l’inconsistance de son arrière-plan conceptuel. Le deuxième, avec Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, en est comme le parfait symétrique, vu cette fois-ci du côté des sciences dites « dures » : contrairement à une idée fortement enracinée dans les esprits, celles-ci ont besoin d’être polyglottes et de promouvoir la traduction sous toutes ses formes tout autant que les sciences humaines15. C’est une nécessité d’autant plus impérieuse dans un monde dont le centre de gravité se déplace de plus en plus vers les Sud et l’Asie.

22Une présentation exhaustive d’une problématique aussi vaste dépasse le cadre d’un Essentiel, voire celui des deux volumes de la revue Hermès dont il dérive, qui ont pourtant fait appel à une équipe internationale comptant près d’une cinquantaine de spécialistes appartenant aux disciplines les plus diverses. On ne s’en étonnera pas plus qu’on ne s’en attristera, bien au contraire : c’est la preuve que le terrain exploré est un domaine de recherches pluridisciplinaire en pleine expansion.

23L’objectif de cet Essentiel est à la fois plus modeste et plus ambitieux : donner aux chercheurs comme à un public plus large les outils de base pour aborder l’étude d’une question complexe, mais dont personne ne peut désormais ignorer les tenants et les aboutissants – sous une forme à la fois claire, exigeante et accessible.

Bibliographie

Références bibliographiques

Cassin, B. (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Robert/Le Seuil, 2004.

Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Éd. de l’Unesco, 2002.

Glisssant, É., Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.

Graddol, D., The Future of English ? A Guide to Forecasting the Popularity of the English Language in the 21st Century, The British Council & The British Company (UK) Ltd, 1997 (nlle éd., 2000). En ligne sur <http://www.britishcouncil.org/learning-elt-future.pdf>.

Graddol, D., English Next. Why Global English may Mean the End of “English as a Foreign Language”, The British Council & The British Company (UK) Ltd, 2006 (nlle éd., 2007). En ligne sur <http://www.britishcouncil.org/learning-research-english-next.pdf>.

Language Matters. A Position Paper, British Academy, Londres, 2009. En ligne sur <www.britac.ac.uk/reports/language-matters/index.cfm>

LTC (Language Technology Centre), Study on the Size of the Language Industry in the EU [Étude sur la taille de l’industrie linguistique dans l’UE], réalisée pour la Direction Générale de la Traduction (DGT), Commission européenne, 2009. En ligne sur http://ec.europa.eu/dgs/translation/publications/studies/size_of_language_industry_en.pdf

Les langues, ça compte, Le courrier de l’Unesco, no 1, 2008.

Morin, E., Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil, 1990.

Wolton, D., L’autre mondialisation, Paris, Flammarion, 2003.

Wolton, D., Informer n’est pas communiquer, Paris, CNRS Éditions, 2009.

Notes

1 Sorid, D., « Writing the Web’s Future in Numerous Languages », The New York Times, 8 décembre 2008.

2 Folaron, D., Gambier, Y., « La localisation : un enjeu de la mondialisation », Hermès no 49, 2007.

3 Mendes de Barros, L. « L’interculturalité à l’heure de l’hybridation communicationnelle », Hermès no 56, 2010.

4 Ricard, P., « Une étude britannique prône le multilinguisme en affaires », Le Monde, 25 septembre 2007.

5 Le deuxième volume, par exemple, a été coordonné simultanément en France et au Brésil.

6 Guidère, M., « Les nouveaux métiers de la traduction », Hermès no 56, 2010.

7 Calvet, L.-J., « La traduction au filtre des traductions », Hermès no 49, 2007.

8 Voir aussi : Hardy, M., Lui, H., « La traduction des sciences de la communication en Chine : le concept de « chuanboxue » », Hermès no 56, 2010.

9 Vilches, L., « La difficile cohabitation du catalan et du castillan », Hermès no 56, 2010.

10 Machado da Silva, J., « Traduction et mondialisation : la reliance des cultures », Hermès no 56, 2010.

11 Sans oublier l’autre Europe, c’est-à-dire l’Europe centrale et orientale : Nowicki, J., « Les enjeux identitaires de la traduction : les écrivains de l’autre Europe », Hermès no 49, 2007.

12 Voir également LTC (2009). Phénomène qui s’accompagne, cependant, par une grande inégalité de revenus selon les catégories considérées : Dwyer, T., « Traducteurs, marchés et associations professionnelles : approches empiriques », Hermès no 56, 2010.

13 Non que la traduction automatique soit à rejeter purement et simplement, bien au contraire : Prado, D., « La traduction automatisée : le cas des langues romanes », Hermès no 56, 2010.

14 Leclerc-Olive, M., « Crise financière et espace public : traduire le langage de l’aléatoire », Hermès no 56, 2010.

15 Laszlo, P., « Être un scientifique, c’est apprendre à traduire la parole des choses », Hermès no 56, 2010.

Auteur

Maître de conférences HDR à l’Institut du monde anglophone, Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, est membre de l’EA 4356 (Prismes), ainsi que du comité de rédaction de la revue Palimpsestes (PSN) et de la rédaction en chef de la revue Hermès.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search