Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

Les archives de la période de l’Occupation : le cas des archives conservées aux Archives nationales

Caroline Piketty

Texte intégral

1Archives « secrètes », secrets d’archives ? Ces questions jalonnent mon itinéraire d’archiviste depuis le début de ma carrière, au Service historique de l’armée de terre pour les archives de la guerre d’Algérie, puis à la Mission Mattéoli pour celles des spoliations, et maintenant à la section du xxe siècle des Archives nationales pour celles de l’épuration. Je l’avoue sans fard : les archives m’ont contrainte à nuancer des réponses que j’aurais au départ formulées un peu vite. J’étais en effet partisane de la plus grande transparence face aux événements et aux documents du passé. Je suis aujourd’hui prudente et, même si je suis convaincue de la nécessité d’ouvrir à la recherche les archives du milieu du xxe siècle, je mesure leur caractère contemporain. Ces archives appartiennent en effet à notre temps, et nous avons à leur égard des responsabilités multiples.

2Pour articuler mon propos, je reprendrai les termes de la journée d’études du 13 juin 2002 du CHEVS en exposant la situation des archives conservées aux Archives nationales. Pour la période de l’Occupation, on ne peut plus parler d’archives secrètes, tant il est vrai que les cinq dernières années sont marquées par l’ouverture des archives de cette époque. Dans une première partie, je retracerai les grandes lignes de la politique des Archives de France en m’appuyant sur celle des Archives nationales. Mais, paradoxalement, et ce sera l’objet de ma seconde partie, si les archives sont de plus en plus librement consultables, elles n’en contiennent pas moins ce que l’on peut appeler des secrets. Il ne s’agit nullement de secrets d’État dont, pour ma part, je n’ai jamais rencontré d’exemple. Mais nous sommes sans cesse confrontés à des documents qui peuvent révéler des informations intimes et douloureuses, parfois encore inconnues des personnes mêmes qui les consultent et qu’elles concernent pourtant au premier chef. Je donnerai une idée de ces indéniables secrets et du travail que nous menons au quotidien sur des documents d’un passé encore si présent que l’on pourrait presque parler d’archives vivantes.

ARCHIVES SECRÈTES ? NON : LA POLITIQUE D’OUVERTURE DES ARCHIVES NATIONALES

3Toute politique d’ouverture d’archives est multiforme. Il s’agit d’un travail scientifique qui requiert à chaque maillon de la chaîne archivistique une volonté cohérente ainsi que des moyens et des compétences multiples. La section du xxe siècle du Centre historique des Archives nationales est responsable de la collecte, de la conservation, du classement et de la communication au public des principales sources d’archives sur la Seconde Guerre mondiale conservées en France. À ce titre, le travail mené depuis 1945 par les Archives nationales est exemplaire.

  • 1 La section contemporaine a pris le nom de section du xxe siècle en 1995. Les fonds d’archives qui (...)

4Pour ouvrir des fonds, il va sans dire qu’il faut les avoir préalablement collectés. C’est Pierre Cézard, responsable de la section contemporaine qui a organisé, dès la Libération de Paris, la collecte des archives de la guerre, tant des administrations centrales du régime de Vichy que des organismes allemands d’Occupation1. Au sixième étage de l’hôtel de Rohan où est installée la section du xxe siècle, la grande salle du bout du couloir s’appelle ainsi le « Majestic », du nom de l’hôtel qu’occupait avenue Kléber le Militärbefehlshaber in Frankreich. C’est là que Pierre Cézard et ses collaborateurs ont entreposé, trié, classé, les dossiers de l’administration militaire allemande qui constituent aujourd’hui la série AJ 40 des Archives nationales. Parmi les principaux fonds collectés, on ne peut ici que citer les papiers du maréchal Pétain (série 2 AG), le fonds du Commissariat général aux questions juives et du Service des restitutions (série AJ 38), ou celui du Bureau central de renseignements et d’action (série 3 AG 2). Dans les années 1950, la collecte s’est poursuivie avec les fonds judiciaires de l’épuration, ceux de la Haute Cour de justice (série 3 W), de la cour de justice et des chambres civiques (séries Z 6 et Z 5). La série 72 AJ tient une place particulière puisque, après un noyau central que constituent les archives du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, elle s’enrichit constamment de fonds privés relatifs à la guerre, à la résistance et à la déportation ; ses dernières acquisitions concernent les archives de l’Amicale de Mauthausen (listes matricules et classeurs de photographies) et celles de mouvements importants, comme Résistance et Francs-Tireurs. Tous ces ensembles documentaires sont encore susceptibles d’accroissement. Ainsi la série AJ 38 a-t-elle été récemment doublement complétée : en 1999, par les dossiers relatifs aux spoliations mobilières qui ont été versés par le ministère des Finances et qui sont très importants pour instruire les demandes actuelles d’indemnisation ; en 2000 et 2002, ce fut par des découvertes à l’intérieur même des Archives nationales. La vétusté des locaux du quadrilatère du Marais nous contraint à des rangements et des déménagements successifs qui ont fait émerger des papiers divers ; une fois rassemblés et classés, ils représentent près de deux mètres linéaires d’archives et contiennent notamment près de 120 dossiers individuels d’aryanisation.

5La conservation des fonds est une mission essentielle et même scientifique malgré les apparences qu’elle recouvre. Il suffit d’ouvrir n’importe quel carton de la période de la guerre pour y trouver quantité de papiers pelures et de papiers acides aux encres de mauvaise qualité pour réaliser l’urgence de leur conservation. Les dossiers partent en lambeaux. Un vrai travail de bénédictin est accompli en reconditionnant et en microfilmant les documents. Durant ces opérations, le public se voit opposer des interdictions temporaires sur la forme, c’est-à-dire qu’indépendamment de leur contenu, les dossiers ne sont pas librement consultables. Certains lecteurs, peu avertis du danger que courent les archives contemporaines, nous reprochent nos lenteurs indéniables. Mais ce travail est plus lourd qu’il ne paraît, car il nécessite pour un résultat satisfaisant d’avoir reclassé les dossiers, enlevé tout ce qui altère les documents (épingles, coins et trombones rouillés), mis sous pochette terphane les pièces les plus précieuses déjà réduites à l’état de dentelles. Les archives de la Haute Cour de justice (série 3 W) ont pu être entièrement microfilmées. Celles de la cour de justice du département de la Seine (série Z 6) font l’objet d’un reconditionnement, d’un classement et d’une indexation au fur et à mesure des demandes des lecteurs. L’ensemble des « fichiers juifs » (fichiers de la préfecture de police et fichiers des camps de Drancy, Pithiviers et Beaune-la-Rolande) a fait l’objet d’un microfilm couleur. Enfin, la première recommandation de la Mission Mattéoli qui concernait la sauvegarde des archives relatives à la spoliation et à l’extermination des Juifs de France s’est concrétisée en juin 2002 par le partenariat conclu entre la direction des Archives de France et la Fondation pour la mémoire de la Shoah : plus de 5 000 articles de la série AJ 38 seront microfilmés dans les trois années à venir. Une équipe de dix jeunes cosmopolites prépare le microfilmage de ces dossiers qui, depuis cinq ans, ont été énormément manipulés par les lecteurs et dont l’état matériel s’est, de fait, dégradé. Cet ensemble documentaire majeur pour l’histoire des Juifs de France, qui avait fait l’objet en 1998 d’une première campagne de microfilmage par l’Holocaust Memorial Museum de Washington, sera ainsi entièrement préservé.

  • 2 Brigitte Blanc, Henry Rousso et Chantal de Tourtier-Bonazzi, Guide des sources conservées en Franc (...)
  • 3 Le « Fichier juif ». Rapport de la commission présidée par René Rémond au Premier ministre, Paris, (...)
  • 4 Marie-Thérèse Chabord et Jean Pouëssel, Inventaire des archives du Commissariat général aux questi (...)
  • 5 Guy Beaujouan, Anne-Marie Bourgoin, Pierre Cézard, Marie-Thérèse Chabord, Élisabeth Dunan, Jean-Da (...)

6Au fur et à mesure de la collecte et de la préservation des fonds, nous assurons le classement des documents et publions des instruments de recherches. En 1994, un travail d’équipe mené en partenariat avec l’ensemble des archivistes de France et l’Institut d’histoire du temps présent a débouché sur la publication du Guide des sources conservées en France sur la Seconde Guerre mondiale2. Le tiers du volume est consacré aux fonds qui sont sous la responsabilité des Archives nationales. En 1996, la commission présidée par René Rémond publia son rapport sur Le Fichier juif3. Chantal de Tourtier-Bonazzi, responsable de la section contemporaine, avait été la cheville ouvrière de ce chantier qui reposait sur les fichiers remis par le secrétariat d’État aux Anciens combattants aux Archives nationales. En 1998, l’Inventaire des archives du Commissariat général aux questions juives et du service des restitutions4 a été publié sous la direction de Jean Pouëssel. En 2002, au terme d’un travail qui a vu trois générations d’archivistes se relayer, est sorti l’Inventaire des archives allemandes de la Seconde Guerre mondiale5. Sans doute en 2003, paraîtra l’inventaire important et attendu des archives des Forces françaises libres et du Gouvernement provisoire de la République française. Toute une politique de publication scientifique est ainsi mise en œuvre pour rendre accessibles les fonds de la guerre.

7La communication des archives est réalisée de la façon la plus large possible aux Archives nationales. Certes, des difficultés multiples sont apparues dès 1999, année des premiers travaux réalisés au Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN). Elles se sont aggravées en 2001, avec le déménagement de la salle de lecture de la rue des Quatre-Fils à la rue de Richelieu, dans la salle Labrouste. Le retour à des conditions de travail et de recherche normales n’est prévu que pour l’année 2005. Au-delà de ces questions impondérables, les Archives nationales ont été et restent les pionnières en matière de communication des archives de la Seconde Guerre mondiale. C’est la circulaire du Premier ministre datée du 2 octobre 1997 – publiée en annexe – qui a initié un grand mouvement d’ouverture, concrétisé par des arrêtés de dérogation générale. L’arrêté du 13 mai 1998 a rendu librement communicables les archives du Commissariat général aux questions juives, les archives allemandes de la Seconde Guerre mondiale et les papiers du cabinet du maréchal Pétain. Celui du 15 avril 1999 a ouvert à la recherche les différents fichiers concernant les Juifs de France arrêtés, puis internés à Drancy, Pithiviers ou Beaune-la-Rolande. Aux Archives nationales, ces décisions ont transformé les conditions de la recherche, qu’elle soit familiale, individuelle ou historique. Elles ont entraîné des mesures analogues pour les fonds documentaires conservés au Centre des archives contemporaines de Fontainebleau, ainsi qu’aux archives départementales. Le dernier de ces arrêtés importants est celui du 29 avril 2002 qui ouvre enfin les archives des cabinets de préfectures conservées aux archives départementales (rapports de préfets, de police, des Renseignements généraux, relatifs à l’organisation des camps d’internement, des convois de déportation, des organisations politiques et syndicales). Cette ultime décision est sans doute la plus difficile à mettre en œuvre, puisqu’il s’agit de fonds qui ne sont pas encore entièrement classés et inventoriés. En la matière, il est parfois plus facile de critiquer les lenteurs de classement des archivistes que de mettre à disposition du public des ensembles documentaires disparates et complexes. Je ne tiens pas à entrer dans cette polémique, ni à donner des chiffres sur la communicabilité des dossiers conservés aux Archives nationales. Je ne citerai ici qu’un seul exemple qui m’est familier, celui de la communication des archives de la cour de justice du département de la Seine (série Z 6). Depuis trois ans que j’en assume la responsabilité, je peux avancer trois remarques. Ces dossiers judiciaires sont extrêmement abîmés par le temps et il est nécessaire de les classer et de les reconditionner avant de les communiquer. C’est un travail de longue haleine. Ensuite, ils sont demandés, à part égale, par des historiens comme par des personnes soucieuses de comprendre les raisons de l’inculpation ou de la condamnation de leur parent. Enfin, sur trois ans, je n’ai émis de quatre avis réservés quant à leur communicabilité, pour le motif qu’ils contenaient des informations médicales. Cette réserve a été suivie par le ministère de la Justice, sollicité à donner son avis, confirmé par la direction des Archives de France, enfin, le cas échéant, repris par la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA). Lorsque je m’interroge sur la communicabilité d’un document ou d’un dossier, la qualité de la personne qui demande les dites archives n’entre pas en ligne de compte. Je me demande seulement quelle serait ma réaction si j’étais la fille de l’individu mis en cause sur le papier. Ce principe m’a jusqu’à présent éclairée et conduite à donner des avis que mes responsables ont naturellement la liberté de retenir ou de rejeter.

SECRETS D’ARCHIVES ? OUI : L’EXEMPLE DES ARCHIVES DES SPOLIATIONS DES JUIFS DE FRANCE

  • 6 Transparence et secret : l’accès aux archives contemporaines, actes du colloque organisé à Paris l (...)

8En introduction, j’ai indiqué qu’en matière d’ouverture des archives, la pratique des dossiers issus de périodes de guerre, qu’il s’agisse de l’Algérie ou de la Seconde Guerre mondiale, m’a amenée à nuancer mes positions. En 1996, lors du colloque Transparence et secrets qu’avait organisé l’Association des archivistes français (AAF), et dont j’avais été avec Odile Krakovitch l’une des animatrices, je commençais à saisir la difficulté de la transparence à tous les niveaux de la chaîne archivistique6. De la collecte, avec des administrations ou des personnes qui ne confieraient plus leurs papiers sans garantie d’honnêteté de la part des services d’archives, à la communication, puisqu’on ne peut pas tout ouvrir sans réflexion ni engagement du lecteur à ne pas divulguer des informations susceptibles de nuire à une personne. Chaque maillon de la chaîne nécessite une prise de responsabilité tant que les archives du xxe siècle sont encore contemporaines. Ce serait de la démagogie que de se refuser à admettre cette réalité.

9Pour exprimer cette idée, je ne proposerai qu’un exemple tiré des archives des spoliations des Juifs de France. Sur ces questions, il n’y a plus aux Archives nationales de dossiers fermés à la recherche, mais il existe quantité de liasses qui attestent de vies spoliées, persécutées, exterminées. L’intimité des personnes concernées demeure intacte soixante ans après la guerre. C’est à ce titre que je peux parler de secrets qu’il faut communiquer avec le plus grand souci possible des personnes. La part la plus passionnante de mon métier consiste à accueillir des personnes qui pénètrent pour la première fois de leur vie aux Archives nationales afin de retrouver des traces de leur famille et, si elles le souhaitent, de demander aujourd’hui réparation. C’est ainsi qu’il y a trois ans j’ai reçu un homme qui venait exprès de Jérusalem pour consulter le dossier de son père.

10C’est à la suite d’un appel surprenant qu’Albert est venu de Jérusalem. Quelques mois auparavant, un avocat américain l’avait contacté en Israël pour lui demander s’il souhaitait qu’il prît la défense des intérêts de son père dont le compte bancaire avait été spolié sous l’Occupation. Albert était tombé des nues. Il n’avait toujours pas compris comment il avait été repéré. Il avait réagi en se décidant à aller voir lui-même en France les archives qui pouvaient y être conservées et dont il savait l’existence par une amie historienne. La venue d’Albert m’avait été annoncée par cette amie commune qui m’avait raconté l’histoire de son père, avocat près de la Bastille, déporté en 1944. J’avais trouvé sept dossiers au nom de cet homme, deux dossiers d’aryanisation et cinq dossiers d’administrateurs provisoires. Il n’est pas rare que des administrateurs se succèdent rapidement, pour des raisons diverses, et quelle que soit l’importance du bien à gérer. J’avais donné à Albert rendez-vous dans le hall du CARAN. J’ai vu arriver un homme âgé de soixante-dix ans, perdu et fatigué. Après s’être présenté, il me dit qu’il était en France pour la première fois depuis cinquante ans. Il a refait sa vie en Israël. Mais les vingt premières années de son existence sont intactes dans sa mémoire. Leur souvenir est même ravivé par sa présence à Paris.

11L’enfance d’Albert est marquée par la séparation de ses parents. Il va d’un domicile à l’autre, plus fréquemment chez sa mère, mais il a une affection sincère pour son demi-frère, le fils de son père. Sur lui pèse la culpabilité : son père et son demi-frère ont été arrêtés un jour qu’il se trouvait chez sa mère. C’est un abandon porté comme un boulet. Arrivé fatigué, Albert semble encore plus las après m’avoir raconté son histoire. Je lui donne une feuille où j’ai noté les références des dossiers qu’il n’a plus qu’à commander sur l’ordinateur pour pouvoir les consulter en salle de lecture. Mais il est incapable de s’y rendre et d’approcher une machine. Il ne décolle pas de son siège, et je commence à trouver le temps long. Cela fait plus d’une heure qu’il me déroule ses souvenirs d’enfance. Je lui propose une solution bancale. C’est l’heure du déjeuner : je ne tiens pas à prolonger la conversation à table, car ces évocations familiales ne me laissent pas indemne. Je lui laisse le temps de se restaurer, et lui donne rendez-vous une heure trente plus tard dans mon bureau où je lui aurai sorti les dossiers. Nous devons donc nous retrouver à 14 heures. J’arrive à peine dix minutes à l’avance, file dans le dépôt pour récupérer les sept dossiers pour lesquels j’ai préparé des « fantômes », c’est-à-dire des fiches mises à la place d’un carton emprunté. Mon élan est alors stoppé car trois des sept dossiers sont sortis pour un lecteur qui les consulte au CARAN. Je n’avais pas prévu cette difficulté. Je note les coordonnées du chercheur qui figure sur les fantômes et part retrouver Albert avec quatre dossiers volumineux. Albert m’attend à la loge. Il m’explique non sans fierté qu’il revient du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) où il a retrouvé la trace de son père et de son demi-frère dans les carnets de fouille de Drancy. Je l’installe dans la petite salle de lecture de la section du xxe siècle. Je lui annonce qu’il ne pourra pas voir tous les dossiers qui concernent son père : il en manque trois qui concernent des administrateurs provisoires et sont en cours de consultation. Albert se lève de sa chaise, presque en colère. Sans lui laisser la parole, je parle à contre-courant de ce qui l’émeut. Je lui explique que toutes les archives du Commissariat aux questions juives sont librement consultables depuis 1998, à la demande du Premier ministre qui souhaite que l’histoire de la Seconde Guerre mondiale puisse être écrite. Par conséquent, ces dossiers sont très fréquemment consultés par des personnes animées de raisons diverses, historiques, universitaires, personnelles ou familiales.

12Albert m’a alors coupé la parole et lancé avec émotion : « De quel droit quelqu’un s’intéresse-t-il à mon père avant moi ? » Je n’ai pas perçu immédiatement la sincérité de sa question. Depuis des années nous communiquons sans réserve ces documents, alors même que des historiens et des journalistes continuent de nous reprocher de tenir fermées des sources essentielles pour l’histoire contemporaine. Singulier paradoxe au sein duquel nous oublions les protestations des personnes dont Albert se fait à son insu le porte-parole. Comme je ne lui répondais pas, il reprit : « Vous avez tout de même compris que je viens exprès de Jérusalem pour retrouver l’histoire de mon père ? Comment quelqu’un peut-il se plonger dans ses dossiers avant moi ? » J’ai essayé alors de calmer son indignation et lui ai suggéré de commencer par dépouiller les premiers dossiers. Je me suis engagée à partir au CARAN pour m’entendre avec le lecteur en question. Il a acquiescé en maugréant. Et je suis partie sans conviction, lassée par des exigences inconciliables. Par bonheur, le lecteur était présent. C’est une chance, car, en droit, les archives étant publiques, le premier qui les demande peut les réserver à son nom, puis les prolonger aussi longtemps qu’il le souhaite. Je me suis présenté au dit monsieur qui, comme je l’avais imaginé, avait entrepris une étude sur les administrateurs provisoires. Il n’avait que faire des noms des intéressés et de leurs administrés. Il comprit mon souci et m’a laissé disposer des dossiers pour l’après-midi. Plutôt confiante, je m’en suis retournée auprès d’Albert et je lui ai confirmé qu’ils étaient consultés par un chercheur qui ne se préoccupait pas des situations personnelles, mais étudiait le rôle des administrateurs provisoires.

13Albert est resté hermétique à mon propos. Fatigué par son voyage, bouleversé par la confrontation de ses souvenirs avec les papiers de cette époque, consterné par l’intrusion d’un étranger dans la vie de son père, il n’a pu que parcourir rapidement quelques pièces et m’a rapidement fait signe pour me dire qu’il en avait fini. Je crois que ce jour-là je ne parvenais pas à être en phase avec cet homme qui avait pourtant besoin de mon aide.

  • 7 Antoine Prost, « Comment l’histoire fait-elle l’historien ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, (...)

14J’espère avoir ici témoigné du travail réalisé aux Archives nationales sur la période de la Seconde Guerre mondiale. J’aurais pu multiplier les exemples en m’inspirant de l’expérience de mes collègues. De toutes façons, il s’agit d’un travail scientifique doublé d’une épaisseur humaine qu’il nous faut trouver pour répondre aux questions de nos contemporains. Témoins au quotidien d’une époque de barbarie, nous sommes appelés à recevoir des personnes en quête de traces, de droits et d’histoire qui nous donnent à leur insu des leçons d’humanité. Dans sa dernière leçon donnée en 1998 devant ses étudiants de la Sorbonne, Antoine Prost décrit l’histoire en ces termes : « L’histoire est imagination et contrôle de l’imagination par l’érudition. Elle est à la fois sympathie et vigilance »7. Les archives requièrent des archivistes ces mêmes qualités.

Notes

1 La section contemporaine a pris le nom de section du xxe siècle en 1995. Les fonds d’archives qui lui étaient impartis (1940-1958, plus les archives présidentielles) ont été élargis à la période 1914-1958. Cf. aussi Chantal de Tourtier-Bonazzi, « Le point sur les archives : septembre 1939-1945, Archives de France », dans Paris, 1944. Les enjeux de la Libération, actes du colloque Libération de Paris, 2-4 février 1994, Paris, Albin Michel, 1994, p. 457-463.

2 Brigitte Blanc, Henry Rousso et Chantal de Tourtier-Bonazzi, Guide des sources conservées en France sur la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), Paris, Archives nationales, 1994.

3 Le « Fichier juif ». Rapport de la commission présidée par René Rémond au Premier ministre, Paris, Plon, 1996.

4 Marie-Thérèse Chabord et Jean Pouëssel, Inventaire des archives du Commissariat général aux questions juives et du service des restitutions des biens des victimes des lois et mesures de spoliation, Paris, Centre historique des Archives nationales-La Documentation française, 1998.

5 Guy Beaujouan, Anne-Marie Bourgoin, Pierre Cézard, Marie-Thérèse Chabord, Élisabeth Dunan, Jean-Daniel Pariset et Christian Wilsdorf, La France et la Belgique sous l’Occupation allemande (1940-1944). Les fonds allemands conservés au Centre historique des Archives nationales, Paris, Centre historique des Archives nationales, 2002. Révision et index : Christiane Douyère-Demeulenaere, Michèle Conchon et Sandrine Bula. Introduction : Stefan Martens et Andreas Nielen.

6 Transparence et secret : l’accès aux archives contemporaines, actes du colloque organisé à Paris les 28 et 29 mars 1996 par l’Association des archivistes français, La Gazette des Archives, nos 177-178, 2e et 3e trimestres 1997.

7 Antoine Prost, « Comment l’histoire fait-elle l’historien ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 65, janvier-mars 2000, p. 3-12.

Auteur

Conservateur en chef à la section du xxe siècle au Centre historique des Archives nationales

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540