Version classiqueVersion mobile

La communication

 | 
Éric Dacheux

Les dix chantiers de la communication

Dominique Wolton

Texte intégral

  • 1 Extrait de « information et communication : dix chantiers scientifiques, culturels et politiques » (...)

1Reprise1 du no 38 de la revue Hermès, Les sciences de l’information et de la communication, 2004

2Dans le foisonnement des enjeux scientifiques culturels sociaux et politiques qui traversent le champ de la communication, dix chantiers permettent de valoriser le rôle de la connaissance.

31. Ne jamais rester au niveau des pratiques et des discours mais essayer d’avoir une approche théorique pour hiérarchiser, mettre en perspective et relativiser.

4Par exemple, bien distinguer les deux philosophies de la communication : celle qui insiste sur la technique et le « progrès » économique ; celle qui est d’abord sensible à une perspective humaniste et, en filigrane, aux enjeux politiques. Dans un cas, on parle plutôt de progrès, d’adaptation, de révolution technique. De l’autre on réfléchit dans une perspective anthropologique* et critique nécessairement dubitative. Les deux démarches sont utiles et complémentaires, à condition de ne pas les hiérarchiser. Il est évident que le progrès technique et les enjeux économiques poussent davantage vers le thème de la société de l’information, alors qu’une approche plus critique et sociétale est davantage sensible aux inégalités et aux interrogations sur les limites des modèles cognitifs* et rationnels liés à l’expansion des réseaux et des théories de la société de l’information. Distinguer une approche humaniste et technique de la communication retrouve l’opposition entre deux philosophies de la communication caractérisées dans Penser la communication : la philosophie normative* et la philosophie fonctionnelle* de la communication.

52. Associer les thèmes liés aux techniques et usages aux questions plus théoriques des rapports entre connaissance et représentation, information et opinion, stéréotypes et idéologies.

6Les échanges plus nombreux ont-ils un impact sur ces « infrastructures » culturelles et mentales qui structurent en bonne partie notre rapport au monde ? D’autant que les individus, comme les sociétés, maintiennent des dispositifs cognitifs et culturels très complexes entre eux et le monde, qui filtrent et recodent tout ce qui vient de l’extérieur. Pourquoi, par exemple, la multiplication des informations qui rend le monde plus visible ne suffit-il pas à le rendre plus compréhensible, moins violent ? Hier on pensait que l’absence d’information expliquait en partie la violence du monde. Aujourd’hui on constate que l’abondance d’informations ne change rien. De même que l’horizon de la communication reste l’incommunication, de même faut-il mettre en perspectives les triomphes de l’information et de la communication avec les infrastructures cognitives, imaginaires et symboliques qui structurent le rapport au monde. Passer de la rationalité des échanges, à la complexité de représentations des effets et des idéologies*. Pourquoi, les rumeurs augmentent-elles aussi vite que les informations et les connaissances, chargées au contraire de les relativiser ? Pourquoi les stéréotypes* et les idéologies sont-ils imperméables à toute rationalité communicationnelle ?

73. Valoriser la problématique du récepteur.

8L’augmentation des volumes d’information échangés ne crée pas forcément une meilleure communication, tout simplement, parce que émetteur et récepteur ne sont jamais en ligne. Les récepteurs sont de plus en plus autonomes par rapport aux messages, au fur et à mesure que ceux-ci sont plus nombreux et hétérogènes. Qu’est ce qui résiste et se déforme dans les processus de communication interpersonnels ou collectifs ? Internet, qui dans un premier temps, par exemple, a été perçu comme un accélérateur de communication se révèle être un fantastique moulin à « rumeurs ». Certains y font intentionnellement circuler des informations fausses, mais surtout l’imaginaire se saisit de ces flux ininterrompus d’information, et demain d’images. L’homme n’était à peu près rationnel à l’égard de l’information que lorsqu’elle était rare. La complexité des rapports entre information, culture, représentation, idéologie réapparaît dès lors que les informations sont nombreuses. Le volume d’information et la liberté d’accès ne créent pas forcément plus de rationalité dans le comportement du récepteur.

94. L’individualisation et l’interactivité devaient permettre l’émergence d’une société plus personnalisée : on retrouve au contraire, les problèmes collectifs.

10Plus les relations s’individualisent, plus le poids de la société, des valeurs, des idéologies, des intérêts collectifs, du passé… refont surface. À la rationalité souhaitée des relations individuelles s’oppose finalement assez vite le poids de la société avec son épaisseur historique, culturelle et religieuse. On pensait les individus désireux de s’en affranchir, on voit qu’ils ne peuvent y échapper… On croyait aller vers davantage d’individualisation, on retourne vers le collectif. Ce sont les contradictions de ce que j’appelle la société individualiste de masse. Elles se retrouvent au niveau des États Nations et plus encore dans le cadre de la mondialisation, où chacun veut à la fois appartenir à la modernité et à la mondialisation des échanges, sans abandonner ses identités culturelles collectives, ses histoires, son patrimoine… Le surgissement de la culture au sens large comme enjeu des conflits depuis une génération illustre, les limites du processus de modernisation et de rationalisation qui devait se produire avec l’émergence du « village global ».

115. Réfléchir au statut de l’Autre rendu plus visible par la généralisation des échanges.

12Non seulement la communication ne rapproche pas forcément des points de vues, mais elle peut même amplifier l’incommunication. Comment gérer l’altérité dans un univers où la communication a toute sa place, mais sur un mode où domine finalement la rationalisation ? Valoriser la problématique de l’Autre dans la communication, c’est aussi revenir sur les glissements de sens du mot information. Celui-ci fut d’abord lié à une revendication politique : la liberté d’information comme condition de la démocratie et le complément de la liberté de conscience. Elle fut ensuite le symbole de la presse, liée à l’événement. Et il y a maintenant un autre sens à ce mot, lié aux systèmes d’information, plus proche de l’économie et de la gestion du monde complexe : c’est l’information fonctionnelle. Elle n’est pas synonyme de l’information politique et de l’information événement. C’est même parfois l’inverse, car elle s’appuie sur une certaine continuité et rationalité. Or la problématique de l’Autre dans la communication, renvoie beaucoup plus aux deux premiers sens de l’information qu’au troisième. Autrement dit les difficultés de la communication, au sens de la place que l’on accorde à l’Autre, obligent à réexaminer les différents sens du mot information notamment dans les activités d’éducation, de recherche, d’échanges interculturels…

136. Socialiser les questions d’information et de communication.

14Non pas simplement pour rappeler l’importance des conditions sociales et culturelles inhérentes à toutes situations de communication mais pour rappeler qu’il n’y a pas de communication sans histoire. Au bout des réseaux existent des hommes, des cultures et des sociétés qui rapidement feront surgir les multiples formes d’altérité. Débattre des enjeux, économiques et politiques des systèmes d’information, mais également socio-culturels, c’est réduire les risques d’une explosion ultérieure. Réguler, politiser les questions d’information et de communication, ce n’est pas régresser, c’est éviter que soient rejetés un jour les industries et les intérêts, mais aussi les valeurs de liberté et d’émancipation qui sont inhérentes à l’information et la communication. Ouvrir, socialiser, débattre pour éviter qu’un jour les luttes altermondialistes, par exemple, dans leur travail critique n’identifient ces industries à une simple logique capitaliste et dominatrice. Éviter ainsi que tout ne soit réduit à une problématique simple, et rassurante, mais seulement en partie vraie, « d’impérialisme culturel ». Réguler, ouvrir des débats, évaluer les expérimentations, comparer : tout faire pour sortir de la technique, des usages et de l’économie et permettre à la société, aux imaginaires de se saisir à leur tour de cette « révolution ». C’est en ne perdant jamais de vue le lien fort existant entre information, communication et imaginaire, utopies, idéologies et représentations que l’on pourra progressivement introduire les systèmes d’information dans la communauté internationale et éviter les risques violents de rejets. Socialiser les questions d’information et de communication, ce n’est pas perdre du temps, c’est en gagner.

157. Puisque dans la communication l’essentiel n’est pas du côté des techniques et de l’économie, mais du côté des modèles culturels, il est essentiel d’introduire une perspective historique et comparative.

16Historique pour voir des changements d’échelle et de comportement, ainsi que les discontinuités et ruptures dans les discours tenus soit sur les techniques, soit sur les modèles sociaux et culturels de la communication. Comparatiste pour introduire concrètement à la diversité culturelle, grand enjeu du xxie siècle. Si l’on ne veut pas que le modèle occidental de communication ne soit rejeté au titre de l’impérialisme occidental, il faut au plus vite s’ouvrir aux autres modèles culturels et politiques de communication. Et pour bien suggérer que dans une perspective normative, et non fonctionnelle de la communication, la plus grande transparence du monde suppose aussi la cohabitation culturelle* au niveau mondial. Privilégier une approche normative, et non fonctionnelle de la communication, c’est privilégier la dimension culturelle par rapport aux deux autres, techniques et économiques. C’est aussi admettre le relativisme de notre modèle culturel occidental de la communication. C’est enfin le moyen de valoriser la problématique de la cohabitation culturelle. En un mot donner un peu de profondeur et de perspective, à un champ d’activité, et de représentations, trop réduit aux mutations contemporaines.

178. Au niveau des principes, la distinction entre les dimensions normatives et fonctionnelles de la communication, perspectives humaniste et technique sont d’autant plus nécessaires à maintenir que dans la réalité, tout est beaucoup plus mêlé.

18C’est même ce mélange entre fonctionnalités et valeurs qui à la fois plaît à chacun d’entre nous et fait croire à certains qu’il n’y a rien à penser avec la communication puisque « ça marche ». Mais le fait que les marchés se développent et que les individus « en redemandent » ne suffit pas, car la subjectivité et l’imaginaire ne sont jamais loin dans les rationalités. Par exemple, dans la formation aux métiers, ne pas choisir entre la dimension théorique et pratique, mais apprendre les deux. Cette dualité doit rester visible pour que chacun sache à quoi s’en tenir. Rien de pire que de croire qu’entre la définition humaniste et technique, normative et fonctionnelle de la communication, une des deux dimensions doit finalement l’emporter. Ne pas séparer les préoccupations normatives des réalités concrètes est le moyen de rappeler que tout ce qui touche à la communication ne peut se réduire à la performance technique ou la rationalité économique. Et réciproquement. Parler, écrire, filmer, échanger est toujours ambiguë et polysémique. Tant mieux.

199. Aujourd’hui, culture et communication sont inséparables.

20La culture n’existe pas sans une politique de diffusion à l’échelle plus ou moins mondiale et sans une attention à la réception. Et réciproquement, toute pratique de communication est majoritairement liée à la culture dominante de la modernité. Le lien entre les deux évite de séparer la « bonne culture » de la « mauvaise culture ». Avec le monde ouvert, la fin de l’affrontement Est-ouest, l’essor des techniques et des industries culturelles mondiales, culture et communication avancent de pair. Elles offrent à la fois, l’ouverture au monde ; une clé de compréhension de la réalité contemporaine autant que la nécessité de ne pas bouder le passé. La modernité de la communication n’est rien sans les cultures de la tradition.

21Avec la mondialisation de la communication, les revendications d’identités culturelles collectives seront croissantes. Autrement dit, dans les rapports de plus en plus imbriqués entre culture et communication, il ne faut pas oublier l’ambivalence fondamentale de la communication, entre fonctionnalité et normativité. Il ne faut pas non plus oublier les deux dimensions de la culture, individuelle et collective, moderne et traditionnelle.

2210. Pour affronter toutes ces ambivalences, dualités, séductions le rôle des connaissances gratuites, de la recherche et de la formation est indispensable.

23Plus les discours publics, politiques et économiques parlent de la « révolution de la communication », plus il faut introduire la distance critique apportée par la connaissance, l’école et l’université. Distance indispensable pour résister à la tyrannie des marchés et des techniques. L’espace de la connaissance et la formation offrent une altérité, par rapport à l’empirisme de la modernité de la technique et de l’économie. La communication requiert cette altérité fournie par le monde de la culture et de la connaissance pour résister à l’efficacité croissante des marchés.

24La communication, peut être plus que toute autre activité sociale, requiert à la fois : la cohabitation de valeurs normatives et fonctionnelles ; la double référence à la technique et à la politique ; l’articulation entre l’individuel et le collectif. L’ironie, le doute, l’humour, la distance sont les armes nécessaires pour rappeler la complexité et l’ambivalence de toute situation de communication. Après tout chacun sait bien que l’idéal de la communication est la mise en rapport, l’échange et la compréhension mais qu’au même moment, les individus ou les collectivités font tout pour que cette mise en rapport ne réussisse pas réellement. « Plus ça marche plus on s’esquive ». Chacun recherche la communication et en même temps se ménage une marge de manœuvre d’autant plus nécessaire que les outils sont de plus en plus parfaits et les discours de plus en plus centrés sur la communication. On pourrait en arriver à oublier qu’il n’y a pas de communication sans échec, sans dérapage, sans extériorité… Au moment où le monde devient un village fini et fermé, souligner l’incertitude qu’implique toute situation de communication est le moyen de rappeler combien la communication reste synonyme de liberté.

Notes

1 Extrait de « information et communication : dix chantiers scientifiques, culturels et politiques », p. 175.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search