Version classiqueVersion mobile

La communication

 | 
Éric Dacheux

Les limitations de la communication

Pierre Livet

Texte intégral

  • 1 Publié sous le titre « Conventions et limitations de la communication », p. 121. Certaines des thè (...)

1Reprise1 du no 1 de la revue Hermès, Théorie politique et communication, 1988

Dans le texte précédent, Raymond Boudon propose, en sociologue de replacer le mot communication par celui d’incommunication, tellement l’art de communiquer est frustrant, difficile, complexe. Dans ce texte P. Livet nous offre un éclairage philosophique sur cette difficulté à communiquer. Son article propose un double objectif : énoncer les règles de la communication en face à face ; étudier la manière dont chacun s’assure que ces règles soient respectées. Pour cela l’auteur décrit cinq niveaux de complexité croissante. L’originalité de la thèse défendue est qu’à chaque niveau, il est en fait impossible aux deux protagonistes de savoir si la règle est, ou non, respectée ! Le tableau suivant devrait aider le lecteur à mieux comprendre la richesse de ce texte exigeant. Le texte original étant très long, nous n’avons repris et retravaillé ici, que les trois derniers niveaux, ceux ou les acteurs s’engagent pleinement dans la communication.
ED

Terme de P. Livet

Langage courant

Problèmes

Test

Coordination

Coordination

Comment avoir un effet sur l’autre et nous ajuster l’un à l’autre ?

Infirmation
Il ne suit pas la règle, je change de comportement

Intention communicative

Expression réciproque

Comment signifier que l’on a l’intention de produire un effet sur l’autre

Confirmation par défaut
Tant qu’il ne m’a pas montré qu’il n’avait pas compris mes intentions, je peux penser qu’il a compris mes intentions

Communication conventionnelle

Actes de langage

Comment avoir des effets significatifs l’un sur l’autre ?

Infirmation d’infirmation
Tant qu’il ne me dit pas qu’il n’agit pas comme je le souhaite, je peux penser qu’il tient ses engagements

Activité communicationnelle

Débat critique

Comment se critiquer l’un l’autre ?

Indécidabilité
Tant que son comportement ne m’infirme pas ou ne me confirme pas qu’il est vrai, juste et sincère je peux débattre avec lui

Communication éthique

Reconnaissance

Comment respecter l’autonomie de l’autre ?

Indécidabilité redoublée
Chacun demande à l’autre d’être autonome et de reconnaître son autonomie, mais aucun ne peut exiger de l’autre qu’il confirme ou infirme cette exigence

2On pourrait croire que, plus on s’éloigne de la simple interaction, pour aller vers des débats éthiques, plus la communication va s’enrichir, gagner en plénitude, puisqu’on ajoute des exigences supplémentaires. Je voudrais montrer exactement le contraire : à des exigences toujours supérieures correspondent en fait, à chaque fois, des limitations qui interdisent la pleine satisfaction de ces exigences. À chaque degré de la communication, cependant, nous trouvons un moyen d’utiliser positivement ces limitations. Les limitations ont donc à la fois un aspect négatif et un aspect positif. Et l’aspect négatif, la limitation inhérente aux exigences, permet le positif, qui est de rendre possible la mise en jeu pratique de ces exigences. Elles ne peuvent espérer être satisfaites dans la pratique, mais leur infirmation sert de repère de la communication, et donc de condition de possibilité d’une communication effective. Si pourtant nous voulons dépasser l’aspect négatif, nous n’avons d’autre moyen que de renforcer nos exigences. Mais nous nous heurtons alors à de nouvelles limitations. Tant que nous pouvons leur relier une possibilité d’infirmation, nos nouvelles exigences définissent un nouveau degré de la communication. Le terme de ce processus est la communication éthique.

Cinq degrés de limitation

  • 2 Le paradoxe est maintenant bien connu : si je prétends additionner des nombres, mais que, dès que (...)

3Je vais tenter de montrer que la communication est soumise (au moins) à cinq limitations. La première concerne le premier degré de la communication, les simples ajustements de communication (ou interactions), elle est établie par Wittgenstein et Kripke : on peut infirmer qu’autrui suit une règle donnée, mais non affirmer quel sens très précis il lui donne2. La seconde qui concerne le deuxième degré (les interactions visant à faire comprendre que l’on veut communiquer) lui est liée : nos hypothèses sur autrui, sont des hypothèses par défaut, qui sont donc simplement en attente d’infirmation, mais ne sont pas justifiées positivement : chacun peut essayer de comprendre les intentions de l’autre, mais personne n’est jamais sûr de les avoir bien comprises. Chacun peut juste se rendre compte avec certitude qu’il n’a pas compris ce que l’autre voulait lui signifier (Lewis, Grice, nous permettront de conclure à cette limitation). Venons-en maintenant à la troisième limitation.

Troisième degré : interagir pour se faire obéir

  • 3 L’intentionalité, trad. Pichevin, éd. de Minuit, 1985, p. 25.
  • 4 Ibid., p. 205.

4Les actes de langage exigent l’intention communicative (qui fait comprendre que j’ai l’intention d’être compris), mais ils vont aussi plus loin. Ou, si l’on préfère, ils supposent une définition forte (pleinement réflexive) de cette intention. En effet un ordre, par exemple, est satisfait si et seulement s’il est exécuté3. Il faut de plus qu’il soit exécuté par référence à l’intention d’être obéi : sa condition de satisfaction fait référence à l’ordre lui-même4. En effet, « fermez la porte » est un énoncé qui peut être vérifié ou infirmé. Mais à quelle condition peut-on vérifier la satisfaction de : « je vous ordonne de fermer la porte » ? Dans le premier cas (« fermez la porte »), on suppose que, si l’on n’avait rien dit, autrui n’aurait pas fermé la porte ! Il était donc nécessaire de lui dire de suivre cette règle. Mais on ne suppose pas que, une fois l’ordre donné, autrui ne fermera pas la porte. Notre autorité est en jeu, mais elle n’est pas en question. Dans le second cas (« je vous ordonne de fermer la porte »), on suppose qu’autrui, de lui-même, ne fermerait pas la porte. Mais on s’attend aussi à ce que, si l’on se bornait à un simple impératif, il ne la ferme pas non plus.

5Une communication qui n’envisageait pas l’infirmation de la règle proposée n’est donc plus suffisante. Il faut en proposer une qui envisage cette infirmation, et qui s’y oppose d’avance. Notre autorité est en jeu, et elle peut être mise en question. On voit d’ailleurs bien la différence entre ces deux degrés à partir des réponses possibles : « d’accord, je la ferme » (le « d’accord » marque l’éventuel changement d’attitude provoqué par la communication de l’impératif) ; « oui, je vous obéis ». Quelle est la portée de ces énoncés ? Le premier énoncé infirme que je suive une règle opposée à celle proposée (laisser la porte ouverte). Mais le second ? Infirme-t-il que je suive une règle opposée à la règle « obéir » ? Le problème est que la règle « ne pas obéir » est définie négativement (au contraire de la règle : « laisser la porte ouverte »). Il y a en fait ici au moins deux niveaux » :

  • premier niveau : l’attente que nous ne soyons pas disposés à fermer la porte (commune avec l’impératif) ;
  • deuxième niveau : l’attente que la seule communication de cette règle ne suffise pas (différence avec l’impératif).

6La possibilité d’une éventuelle désobéissance à notre ordre se déduit de cette deuxième attente : pour celui qui est certain de l’obéissance, l’impératif suffirait. Or l’énoncé « je vous obéis » infirme précisément cette éventualité de non-obéissance. Nous avions, dans notre ordre, une attente positive d’obéissance, malgré l’éventualité d’une désobéissance (sinon nous n’aurions pas non plus donné d’ordre). L’énoncé fait comme si cette attente là aussi était une attente d’infirmation, comme les deux autres. Et il infirme cette attente d’infirmation. En se plaçant ainsi à un troisième niveau, il entérine l’existence des deux premiers. Il ne peut bien entendu confirmer aucune des deux premières attentes d’infirmation, mais il les suppose acquises en plaçant à un troisième niveau son infirmation d’une attente d’infirmation (attente à laquelle il donne rétrospectivement consistance par là même).

Formulation de la troisième limitation

7Notre troisième limitation peut donc se formuler ainsi : nous ne pouvons déterminer positivement les conditions de satisfaction des actes de langage ; nous pouvons seulement utiliser d’autres actes de langage pour infirmer les attentes d’infirmation que recèlent les premiers de façon latente, et cela à condition de nous appuyer sur tout un contexte d’autres attentes d’infirmation. Ce faisant, nous avons délimité un troisième niveau de la communication, où l’on peut recourir à de telles infirmations indirectes : c’est le niveau de la communication conventionnelle (ainsi nommée parce que des énoncés, dont la signification est conventionnelle, peuvent y tenir lieu de comportements d’infirmation).

Quatrième degré : débattre de manière rationnelle

  • 5 Théorie des kommunikativen Handelns, 1981, p. 403.
  • 6 Ibid. p. 406.

8Notre quatrième niveau est celui de l’activité communicationnelle, analysée par Habermas et Apel. La communication, disent-ils, n’est pas suffisamment définie par les conditions de satisfaction des actes de langage5. Il faut encore définir des conditions d’accord, d’entente. La communication illocutoire* met en avant des exigences de validité présentes en toute énonciation, et qui sont soumises à la critique de l’auditeur, et à son acceptation par oui ou par non6. Ces exigences, sont au nombre de quatre : prétention à être universellement compris, prétention à la vérité, prétention à la justesse, prétention à la sincérité. Apel a vu dans ces exigences une éthique minimale que nous serions tenus d’accepter dès lors que nous nous engageons dans l’activité communicationnelle (donc dans la communauté de communication). Pour lui, nier ces exigences serait nous contredire nous-mêmes. Auto-contradiction non pas logique, mais pragmatique : énoncer un tel déni serait contredire l’engagement dans la communication rationnelle.

Formulation de la quatrième limitation

9En fait, il n’y pas contradiction, mais indécidabilité pragmatique, et ce sera notre quatrième limitation. En effet, quand je dis : « j’affirme que je ne prétends pas à la vérité par cet énoncé », que peut en conclure autrui ? Il faut noter que je ne prétends pas à la fausseté : nous ne tombons pas dans le paradoxe du menteur. Il n’y a donc pas contradiction logique (d’autant que « j’affirme » veut dire, après notre analyse, « je m’attends à ce que vous ne me croyez pas, mais nous allons infirmer cette attente » ; or cette infirmation ne vaut pas une pleine confirmation). Mais, si mon auditeur veut infirmer mon affirmation, il tombe dans une contradiction : si mon affirmation est fausse, a fortiori avais-je raison de dire que je ne prétendais pas à la vérité, elle était donc vraie. S’il prétend confirmer, la contradiction est encore plus immédiate, puisque j’ai refusé de prétendre à la vérité. Mais cette double contradiction est celle de l’auditeur qui cherche à infirmer ou à confirmer mon énoncé. Elle n’est pas de mon fait : les deux contradictions auxquelles aboutissent les interprétations de mon auditeur montrent bien que j’avais raison de ne pas prétendre à la vérité en disant cela. Mon affirmation n’est donc ni infirmable ni confirmable, elle est indécidable. L’existence de cette tierce possibilité par rapport à la confirmation ou l’infirmation fait tomber l’argument d’Apel, puisqu’il n’est pas auto contradictoire de nier les exigences de validité. Mais peut-on en conclure que les exigences communicationnelles n’ont pas de validité ?

10Toute notre démarche exclut cette conclusion. À une limitation nouvelle doit correspondre un niveau supplémentaire de la communication. En effet, ces exigences vont plus loin que les conditions de satisfaction de la communication conventionnelle. Celle-ci ne pouvait espérer la confirmation d’une vérité, et elle se satisfaisait de pouvoir compter sur une infirmation quand c’était possible, et de l’infirmation d’une attente d’infirmation dans le cas contraire. Or elle serait bien ici satisfaite : « je ne prétends pas à la vérité » est bien l’infirmation d’une attente d’infirmation. J’infirme qu’on puisse m’infirmer. La communication conventionnelle se satisferait donc d’une telle non exigence. Puisque l’activité communicationnelle veut y opposer une exigence, et se heurte ainsi à une limitation qui ne serait pas perceptible dans la communication conventionnelle, c’est bien qu’elle va plus loin. Mais cette avancée est-elle effective ?

Le test de la communication rationnelle : l’indécidabilité

11Poser des exigences ne suffit pas. Il faudrait encore retrouver l’équivalent, même lointain, de l’infirmation qui rend testable l’échec d’une exigence. Il faut donner à l’auditeur communicationnel les moyens de justifier sinon son acceptation de l’exigence, du moins son refus. Mais comment le faire, puisque nous devons accepter de compter avec des exigences indécidables ? Il faut ici rappeler une propriété de l’indécidabilité. Nous ne pouvons pas savoir qu’un énoncé est indécidable avant d’avoir tenté de le rendre décidable (de l’infirmer ou de le confirmer). L’indécidabilité désigne donc le processus par lequel cette tentative de décision se contredit doublement. L’indécidabilité n’est donc pas une propriété statique, mais la forme d’un processus.

Cinquième degré : la communication éthique

12Nous parvenons enfin au cinquième et dernier niveau de la communication, celui de la communication éthique, défini par une cinquième limitation. Au lieu de voir dans l’indécidabilité un état de la communication, nous pouvons y voir l’indice de l’autonomie de notre interlocuteur. Nos exigences ne sont plus seulement alors des exigences de vérité, de justesse et de véracité, mais des appels à l’autonomie (au sens fichtéen). Nous exigeons que la réponse d’autrui soit une réponse autonome, et notre demande est une demande de reconnaissance de notre autonomie. Cette demande résume toutes les exigences en une seule, et elle les définit dans leur pureté d’exigences, alors que les prétentions à la vérité, etc. semblaient encore définies par leur rapport à ce à quoi elles prétendaient. Ici, l’exigence devient une exigence d’exigence, un appel de l’appui d’autrui.

Formulation de la cinquième limitation

13Cette exigence pure est indécidable par définition, et même doublement indécidable. Si je dis « j’agis de façon autonome en répondant positivement à votre demande de reconnaissance de votre autonomie », cet énoncé ne peut pas être confirmé. Certes, la demande d’autrui me supposait autonome, mais ma réponse, énonçant cette autonomie, la réfère à l’attente d’autrui, et donc manifeste bien mon appel à l’autonomie d’autrui, mais ne me permet pas de décider de la mienne. Elle ne lui permet pas non plus de décider de la sienne, puisque ma réponse positive peut être dictée par le désir de voir mon autonomie reconnue en échange de la reconnaissance de la sienne. Cependant la tentative de confirmation ne mène pas à une contradiction mais seulement à une indécidabilité. Je ne tomberais dans une contradiction que si je voulais contredire mon autonomie postulée par la demande d’autrui en arguant de ma référence à la demande d’autrui (ou si je voulais contredire son autonomie en montrant que ma reconnaissance de cette autonomie est biaisée).

14Tentons maintenant d’infirmer cet énoncé. Nous dirons : « Je ne suis pas autonome parce que je ne fais que répondre ; ma réponse positive ne vérifie pas l’autonomie d’autrui puisqu’elle cherche seulement à satisfaire son désir de reconnaissance. » Mais cette réponse suppose la demande d’autrui, qui est appel à une autonomie ; et chercher à satisfaire un désir de reconnaissance, qui est l’appel à une autonomie, c’est supposer que ce désir ne se satisfait pas d’une reconnaissance dépendante de ce désir ; c’est supposer une entité autonome. Là encore, il y a indécidabilité. Mais on le voit, contrairement à ce que supposait Fichte, les deux autonomies ne peuvent pas se confirmer l’une l’autre. En se postulant l’une l’autre, elles peuvent seulement infirmer leur infirmation, mais au prix de ne pouvoir confirmer leur confirmation. L’indécidabilité est ici en quelque sorte redoublée : la tentative d’infirmation ne mène pas à une contradiction, mais seulement à une indécidabilité ; il en est de même de la tentative de confirmation.

Définir le test de la communication éthique

15Pouvons-nous encore, à ce niveau de la communication, définir une mise à l’épreuve, attestant que nous n’aurions pas respecté l’autonomie d’autrui (plus exactement, que nous n’y aurions pas fait appel) ? On pourrait suggérer le test suivant : ramener l’indécidabilité éthique à une indécidabilité simple, c’est contrevenir à la communication éthique. On l’a vu, la tentative d’infirmation de l’autonomie de ma réponse suppose la demande, l’appel à une autonomie. La supposant, elle pourrait être hétéronome ; mais ce qu’elle suppose est précisément un appel à l’autonomie. Si donc nous prétendions dissocier la réponse de sa demande, nous éliminerions cette indécidabilité de notre infirmation. Nous reviendrions à une exigence communicationnelle. Ces exigences sont posées par nous, sans avoir besoin de faire référence à la demande initiale d’autrui. À nous seuls nous pouvons anticiper leurs limitations, supposer qu’autrui peut suspecter nos prétentions à la sincérité ou notre droit. On retrouve l’indécidabilité simple, et non pas redoublée, des exigences communicationnelles.

16La communication éthique consisterait donc, a contrario, à ne pas découpler la réponse de sa demande. Ou encore, par généralisation, à voir dans toute énonciation, et même dans tout comportement de communication, à la fois une demande et une réponse, un appel à l’autonomie et une autonomie seulement postulée. Prendre conscience de ce que notre propre autonomie est seulement postulée, née de l’appel d’autrui, et donc qu’elle est elle-même un appel à autrui et à son autonomie, c’est cela l’éthique, et nous retrouvons Fichte. Encore faut-il différencier l’appel d’une dépendance. Notre appel est aussi une réponse à un appel. Se donner le droit de répondre à un appel d’autonomie, c’est présupposer notre propre autonomie. Mais cette présupposition n’est pas une certitude de soi, elle naît seulement du besoin qu’a autrui d’une réponse et non pas seulement d’un appel. Notre auto-suffisance naît seulement de notre volonté de répondre au désir qu’en a autrui, et elle se limite à cela.

17Mais comment savoir si nous sommes au niveau de cette indécidabilité redoublée, ou bien si nous sommes revenus au niveau de la simple indécidabilité des exigences communicationnelles ? Il n’est pas possible de produire ici un test de notre test, un signe qui rendrait notre échec éthique manifeste. Ou plutôt, le statut éthique de la communication est sans cesse infirmée (comme l’avait vu Kant) parce qu’il suffit qu’autrui nous croie non éthique pour que la communication éthique échoue. Mais nous ne pouvons jamais nous en autoriser pour régresser en deçà de l’éthique. Car, ce signe que nous donne autrui, nous pourrions n’en être pas bon interprète. Nous ne sommes pas en effet ici interprètes assurés de nos propres signes. Nous pourrions croire avoir régressé au niveau de l’activité communicationnelle, alors qu’autrui reste avec nous sur le plan de la communication éthique, et donc que nous y sommes demeurés par-là même. Inversement, autrui peut nous manifester notre échec par une conduite de communication que nous interprétons comme une régression de sa part. Mais, sachant que nous ne sommes pas bons interprètes, pourquoi serions-nous plus assurés de notre interprétation d’autrui ? À une telle régression supposée d’autrui, nous ne pouvons donc répondre que par le maintien de la communication éthique, ce qui vaut pour notre interprétation de nous-mêmes et pour notre interprétation d’autrui.

18Le propre de l’infirmation, du test négatif de la communication éthique, c’est donc d’amener aussitôt le devoir de ne pas tenir compte de la régression supposée d’autrui pour nous autoriser une dégradation similaire. Certes la régression d’autrui, même seulement supposée, montre bien notre échec, ne serait-ce que vis-à-vis de nous-mêmes, à nous maintenir au niveau éthique. Mais cet échec nous impose de ne pas nous y arrêter. En tirer les leçons, c’est en un certain sens ne pas en tenir compte.

19L’éthique est plus grande que notre cœur, pourrait-on dire par paraphrase. L’infirmation de la communication éthique ne peut pas être perçue si elle ne restaure pas cette communication du même coup. Le test d’infirmation est donc cette fois lui-même indécidable. Nous pouvons donc être assurés que ce niveau de la communication est bien le dernier. Cette assurance ne tient pas à quelque constat positif. Elle tient au contraire à l’impossibilité de définir un test qui soit un véritable repère, qui permette une infirmation effective. Mais cette limitation transcendantale définit bien le niveau de la communication éthique : ce lieu où les tests d’infirmation des exigences de la communication voient leurs limitations rejoindre dans l’indécidabilité les limitations mêmes qui définissent ces exigences.

20Avec la communication éthique, nous sommes parvenus à l’extrême pointe de la communication dans le face-à-face entre deux individus.

Notes

1 Publié sous le titre « Conventions et limitations de la communication », p. 121. Certaines des thèses de cet article ont déjà été soutenues dans « Les limitations de la communication », les Études philosophiques, oct. 87.

2 Le paradoxe est maintenant bien connu : si je prétends additionner des nombres, mais que, dès que j’atteins des nombres supérieurs à 57, tous mes résultats d’addition donnent 5, ai-je bien utilisé dans le passé la règle d’addition, ou celle de « quaddition » (qui donne les mêmes résultats que l’addition tant que les nombres additionnés sont inférieurs à 57, et 5 après) ? À cette question, il n’y a pas de réponse possible. De même si je vois Pierre tourner à droite, puis à gauche, je peux dire qu’il ne respecte pas la règle « toujours tourner à droite » (infirmation d’une règle), je ne peux pas affirmer positivement qu’il suit la règle « je tourne alternativement à droite puis à gauche », puisque je ne connais pas la règle qu’il suit !…

3 L’intentionalité, trad. Pichevin, éd. de Minuit, 1985, p. 25.

4 Ibid., p. 205.

5 Théorie des kommunikativen Handelns, 1981, p. 403.

6 Ibid. p. 406.

Auteur

Professeur à l’Université de Franche Comté puis à l’Université de Provence, dont il est aujourd’hui professeur émérite. Il a été directeur d’École Doctorale et de l’équipe du CEPERC. Ses travaux portent sur l’épistémologie des sciences sociales, les liens entre action, émotion, communication, et éthique, et sur l’ontologie des êtres sociaux.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search