Version classiqueVersion mobile

La communication

 | 
Éric Dacheux

Changement social et communications à la Réunion

Michel Watin

Note de l’éditeur

Reprise du no 32-33 de la revue Hermès, La France et les Outre-Mers : l’enjeu multiculturel, 2002

Texte intégral

1Occupée de façon permanente à partir de 1665, propriété de la Compagnie Française des Indes Orientales de 1667 à 1767, la colonie de Bourbon, appelée définitivement Réunion en 1848, devient un département français d’Outre-mer (DOM) en 1946. Sa population, très métissée, est le résultat d’une série de migrations successives amenant dans l’île des Européens et des Malgaches (1665), des esclaves africains, en masse à partir de 1715, des engagés indiens (1860-1882), des immigrants chinois (fin du xixe siècle), des Indiens musulmans (début xxe), enfin des Français métropolitains (milieu du xxe) et, beaucoup plus récemment, des Mahorais, venant de l’archipel des Comores.

2La départementalisation de 1946 n’a que peu d’effets dans les premières années de sa promulgation. On considère généralement que la modernisation de l’île débute réellement au cours des années 1960 avec l’installation effective des grandes administrations de l’État français. C’est le début d’une politique essentiellement inspirée par « le rattrapage et l’égalité avec la Métropole » qui prend de l’ampleur au tournant des années 1970. De fait, le département français de la Réunion est confronté, dans les trente dernières années, à des mutations économiques, technologiques, sociales et culturelles qui ont produit des modifications considérables touchant tous les domaines de la vie quotidienne des individus.

3Le processus de modernisation fait passer la société locale forgée par l’histoire coloniale de l’île et organisée par la tradition, à une forme de société post-industrielle, moderne, complexe et segmentée, construite selon des principes de rationalité et d’égalité, d’inspiration métropolitaine.

Les deux phases de la modernisation

4Historiquement, le passage d’une forme sociale à l’autre s’est effectué selon deux phases distinctes. On assiste d’abord à un processus de substitution-assimilation de la tradition par la modernité. Elle correspond à une phase de transformation pendant laquelle chaque caractéristique du premier modèle est remplacée progressivement et automatiquement par les caractéristiques du second. Très rapidement, la situation socio-économique et l’état sanitaire du pays, jugés déplorables au moment où la colonie devient département, s’améliorent notablement. Mais, dans le même temps, on relève les premiers effets pervers d’un développement mené à un rythme extrêmement rapide : on commence ainsi à évaluer le chômage et l’échec scolaire, à mesurer les inconvénients de l’urbanisation et à observer la diffusion de la pauvreté.

5La résistance à l’introduction d’une modernité exacerbée, organisée à la fin des années 1970 par des militants de la créolité, inaugure la seconde phase caractéristique de la modernisation de l’île qui correspond à une situation de télescopage. Tout se passe alors comme si on assistait à l’affirmation des références issues de la tradition face aux propositions de la modernité : on se trouve dès lors dans une situation de co-présence « ici et maintenant » de deux modèles, celui de la tradition et celui de la modernité, qui s’entrechoquent.

6Aujourd’hui, l’image du télescopage, qui évoque l’affrontement de deux systèmes, semble en phase d’affaiblissement pour laisser la place à un processus d’hybridation en passe de produire une modernité réunionnaise dans laquelle sont atténués les traits de la créolité, mais où sont également détournées les caractéristiques de la modernité.

7Toutes les dimensions de la vie sociale sont affectées par le processus de transformation en cours. On note ainsi les progrès considérables de l’École qui coïncide avec l’amélioration des conditions de circulation dans une île au relief tourmenté.

  • 1 En 1972, on relève 56 000 véhicules contre 234 600 unités en 1999 (+ 317 %), 60 % des ménages réun (...)
  • 2 À la Réunion, le kartié constitue un espace social que l’on doit distinguer du quartier comme déco (...)

8Les communications physiques se sont en effet très largement démocratisées avec l’extension du réseau routier et la spectaculaire progression du parc automobile qui a plus que quadruplé en 30 ans1. Les Réunionnais, peu habitués à quitter leur kartié2 par le passé, n’hésitent plus aujourd’hui à se déplacer.

  • 3 En 1981, l’île importait pour 2 730 MF de biens intermédiaires, d’équipement et de consommation co (...)
  • 4 Le nombre de mouvements d’appareils est passé de 4 800 en 1978 à 12 800 en 1999 (+ 170 %). Le nomb (...)

9La généralisation des déplacements correspond également à l’installation d’une « société de consommation3 » comme en témoigne l’importante mutation du secteur commercial passant du commerce de proximité (la boutik) à la grande distribution induisant l’individualisation des comportements et l’exercice, parfois illusoire, du choix personnel. Dans le même temps, la Réunion s’ouvre vers l’extérieur grâce à la démocratisation du transport aérien qui intervient dans la seconde partie des années 1970 avec la fin du monopole de la compagnie nationale Air France. L’île est aujourd’hui plus facilement accessible grâce à l’augmentation des rotations d’avions gros-porteurs, desservant essentiellement la France hexagonale4. Mais cette nouvelle situation permet également aux Réunionnais de plus en plus nombreux de voyager hors de l’île et d’expérimenter ailleurs d’autres formes sociales.

  • 5 Watin, M., Habiter : approche anthropologique de l’espace domestique à la Réunion, Thèse de doctor (...)
  • 6 En moyenne, l’État et les collectivités locales ont financé 4 700 logements sociaux par an depuis (...)

10Enfin, l’île s’est considérablement urbanisée sous l’effet conjugué d’une forte poussée démographique et d’une vigoureuse politique de construction de logements sociaux, introduisant de nouvelles formes bâties – le lotissement et la cité d’immeubles – qui rompent avec l’organisation de l’espace domestique traditionnel5. La politique de l’habitat social, dont l’accès est envisagé comme un préalable à l’intégration sociale, touche une grande partie de la population6 et bouleverse assez radicalement les habitudes de vie en remettant en cause la gestion traditionnelle du lien social. Ces actions massives de construction de logements entraînent un réaménagement spatial d’envergure : l’habitat se densifie, la ville s’empare du territoire et évolue vers des formes urbaines, induisant des modes de vie nouveaux.

La généralisation des communications médiatisées

11La généralisation des communications médiatisées est tout autant spectaculaire et agit dans l’île comme un puissant accélérateur du changement social. Les nouvelles conditions de communication transforment profondément le lien et les rapports sociaux en venant se superposer aux interactions de face à face qui sont la règle pour les communautés d’ordre traditionnel. De plus, dans une société jusque là fortement enclavée et en étroite dépendance avec sa métropole, elles constituent une brusque ouverture sur le monde contemporain.

Les médias « de masse »

12On relève d’abord l’arrivée, à l’échelle locale, des médias de « masse ». La période allant de 1976 à 1986 constitue en effet une véritable « rupture médiatique » dans un paysage local très sévèrement verrouillé jusqu’au milieu des années 1970 : en dix ans, on passe ainsi de deux à trois quotidiens, d’un seul canal radiophonique public à 45 stations, tandis qu’une télévision « pirate », d’initiative privée vient s’ajouter aux deux chaînes de télévision publiques. Apparaissent un peu plus tard un quatrième quotidien – dont la publication cessera très rapidement – et, partageant un temps le même canal, deux chaînes privées commerciales. Aujourd’hui, quatre chaînes – 2 publiques, 2 privées – constituent le paysage télévisuel local auxquelles sont venus s’ajouter, de façon très récente (1998), deux bouquets satellites.

13Un espace public* émerge donc au tournant des années 1980 et contribue très sûrement à la mutation de la société réunionnaise contemporaine. On assiste au développement d’un réel pluralisme de l’information, à la constitution d’une opinion publique qui traduit la revendication de la population réunionnaise pour la liberté d’expression, la discussion de la chose publique, l’évocation des problèmes de la Réunion et de son avenir. Avec la radio et la télévision, une large fraction de la population, jusque-là écartée du débat public, apparaît sur la scène publique selon un mode de communication et dans une langue – le créole – qui lui sont propres.

14Cette liberté de parole s’offre également aux partis politiques et à leurs représentants dont certains étaient interdits d’antenne. De fait, l’espace politique local se redéfinit aujourd’hui autour d’une figure triangulaire dans laquelle le journaliste-médiateur sert d’interface entre l’acteur politique et le citoyen.

  • 7 Ibid.

15Enfin, le relais en direct des journaux parlés et télévisés de métropole modifie considérablement les pratiques journalistiques locales en proposant à tous un autre traitement de l’information nationale et internationale7.

Les médias interactifs et les réseaux

  • 8 On dénombre 8 388 postes de téléphone (1 pour 54 habitants) en 1970, 107 400 en 1987, ce qui corre (...)

16On note ensuite l’équipement de l’île en médias interactifs vers le milieu des années 1970. Le téléphone en particulier, rare au début de la décennie, équipe quasiment tous les ménages en 19878. À partir du milieu des années 1990, on assiste au développement considérable des nouvelles technologies de la communication (téléphones portables et microordinateurs) qui viennent équiper les entreprises, les administrations et surtout les familles. De façon très récente, et sous l’impulsion vigoureuse des collectivités locales, l’île est presque totalement câblée et s’insère dans le réseau mondial.

17Ces nouvelles conditions de communication sont en rupture totale avec les pratiques traditionnelles. Dans la société créole, le lien social est géré par l’interconnaissance ; l’engagement dans l’interaction y est complet, la spécification de tel ou tel rôle social étant peu habituelle. Au sein d’une communauté de kartié où « tout le monde se connaît », les interlocuteurs ont une connaissance mutuelle de leurs rôles sociaux qui s’imbriquent et restent souvent pertinents lors du contact. Le lien social de la modernité est, au contraire, caractérisé par des relations marquées par l’anonymat ; au-delà du cercle retreint des intimes, les individus développent des interactions strictement limitées à leurs rôles sociaux. Ces liens se développent d’autant plus rapidement que les techniques de communication permettent et favorisent cette « sociabilité de la distance ».

18Aujourd’hui, ces deux modes de communication sociale sont en concurrence, s’interpénètrent et métissent modernité et tradition, anonymat et interconnaissance. La frontière privé/public en particulier, historiquement tracée par la société de Plantation, est aujourd’hui redessinée avec l’individualisation des pratiques, le repli domestique et le développement d’une sociabilité anonyme.

Généralisation des communications et territoire

19La généralisation des communications a des effets importants sur la société locale, sur l’aménagement du territoire et l’espace urbain. On l’a déjà indiqué, la société créole a construit une partie importante de son identité sur la base territoriale du kartié, véritable espace social constitué par l’histoire, la parenté et l’interconnaissance. Cet espace de proximité désigne à la fois la proximité géographique et la proximité sociale et culturelle : les individus qui résident sur un même territoire partagent aussi les mêmes conditions socioculturelles. L’urbanisation massive a progressivement fait disparaître ces espaces sociaux au profit de quartiers, administrativement délimités, où vivent des individus que seule une situation socioéconomique semblable rassemble. Leurs relations résident ailleurs, et le lien social est activé par des rencontres « en ville », sur les lieux de travail et grâce aux technologies de communication, le téléphone d’abord, Internet ensuite.

20Ici, les individus proches du point de vue de la résidence ne sont plus forcément des proches du point de vue de leurs positions socioculturelles ; grâce aux facilités de rencontres virtuelles et physiques offertes par les réseaux de communication et de transport, ils partagent un même « monde de vie » avec des individus éloignés géographiquement. De fait, le rôle de la contiguïté territoriale est aujourd’hui minimisé tandis que sont maximisés les réseaux d’échanges dans toutes leurs dimensions, ce qui constitue une rupture avec la tradition créole.

21La classe moyenne réunionnaise en particulier, produit de la massification du système de formation, qui émerge au tournant des années 1980, s’adapte totalement à ces nouvelles conditions. Elle s’exprime très largement dans l’espace public local et a investi l’espace politique depuis la décentralisation intervenue en 1984. La sociabilité « à distance » lui garantit à la fois la protection de son espace privé et les contacts dans l’espace public. Cette « sociabilité en réseaux » participe, dans la société réunionnaise, à une « déterritorialisation* » des relations sociales et au déplacement des « lieux de la sociabilité » du kartié à l’espace urbain dont les capacités commutatives sont renforcées grâce aux technologies de communication. Mais, si la modernité intègre les individus qui valorisent positivement la mobilité, elle exclu tous ceux qui ne peuvent – ou ne veulent – participer au flux généralisé des déplacements et des messages. Lorsqu’il existe encore, le kartié créole peut alors devenir ghetto, ce territoire particulier où se conjugue « une non-intégration sociale et la non-assimilation culturelle » à la modernité (Touraine, 1992).

22Au moment où le paysage médiatique local se transforme (1976-1986), la ville réunionnaise devient un territoire urbain, défini comme un espace du flux généralisé, organisé par des réseaux viaires, de transport et de télécommunication reliant entre elles des zones d’activités et de résidence obligeant les urbains à se déplacer d’un lieu à un autre. En quelques années (1985-1995), on voit ainsi apparaître, dans les principales agglomérations réunionnaises, « des quartiers biens typés » (INSEE, 1992) caractérisés par le profil socio-économique de leurs habitants. À la hiérarchie par groupes ethniques organisée par la société de Plantation succède une autre ségrégation, basée sur les positions sociales des individus. Dans ce territoire ségrégé apparaissent alors des espaces publics urbains qui constituent finalement les seuls lieux communs aux multiples habitants et groupes sociaux qui peuplent l’agglomération.

23Tout se passe comme si l’espace de débat qui s’ouvre dans les médias réunionnais s’accompagne d’une ouverture de la ville. Au nom de la démocratie et de l’égalité, l’espace médiatique et l’espace urbain s’ouvrent plus largement à tous en organisant la circulation des idées et des individus, en aménageant l’espace public médiatique et l’espace public urbain pensés comme des lieux accessibles à tous, au-delà des considérations ethniques, religieuses, culturelles et économiques.

La question de la citoyenneté

24L’élan démocratique, la circulation des idées, la mise en visibilité et en discussion des faits de société grâce aux médias de masse se développent donc parallèlement à l’accessibilité de la ville qui cesse progressivement d’être un territoire réservé à une élite bourgeoise et fortunée. Parce qu’elles valorisent l’individu, ces transformations, qui se déroulent de façon concomitante, font surgir, sur la scène publique, la question de la citoyenneté. Selon le modèle républicain français, la citoyenneté suppose que les individus se présentent sur la scène publique comme des personnes autonomes et détachées des liens sociaux et politiques fournis par la famille, la corporation, le territoire ou encore la religion.

25La société créole, qui s’est constituée à partir des différentes communautés ethniques à l’origine de son peuplement, a intégré les individus par leur appartenance à un kartié. Avec l’émergence de l’espace public et la généralisation des communications, qui intéressent d’abord l’individu en effaçant le groupe, c’est la nature du lien social qui se transforme : ceux qui accèdent de façon toute récente à l’espace public – médiatique et urbain – doivent abandonner – en partie – leurs identités particulières s’exprimant jusque-là en termes de territoire et d’ethnicité. L’établissement de la citoyenneté, qui suppose l’adhésion à un ensemble social plus vaste, implique donc une rupture avec les légitimités et les leaderships instaurés au cours de l’histoire.

26La société réunionnaise produit ainsi une citoyenneté locale en gommant les particularités communautaires : ainsi, dans l’espace public local, le fait communautaire se limite, pour le moment, à la publicisation des évènements religieux intéressant les diverses communautés. Seuls ces « marqueurs ethniques » (Baggioni et al, 1985) sont tolérés, l’opinion publique considérant le fait créole comme la synthèse des différents apports culturels et constituant un moule intégrateur – la « créolité » – transcendant les spécificités communautaires.

27Mais, au-delà de ce consensus « interne », qui s’inspire largement du modèle républicain, la société locale est parcourue par une ligne de tension traduisant la discontinuité fondamentale et récurrente qui passe entre les Réunionnais et les Métropolitains. Ici, la concurrence entre ces deux groupes est exacerbée dans l’espace public et s’exprime particulièrement dans les médias. À l’inverse donc de ce qui se passe pour le fait communautaire, l’opinion publique accepte le débat sur la « réunionnité » et, de fait, la distinction parmi les citoyens français, entre ceux qui sont Réunionnais et ceux qui ne le sont pas.

  • 9 Simonin, J., « Médias locaux et citoyenneté. L’espace public réunionnais entre communauté et socié (...)

28À la Réunion, la citoyenneté se vit ainsi sur le mode de pluri-allégeances situées à différents niveaux : celui du kartié, espace social constitué par l’histoire, la parenté et le voisinage, celui de la Réunion, qui constitue l’espace politique « immédiatement pertinent », celui de l’ensemble national prolongé, à un niveau moindre, par « l’Europe » et enfin celui, naissant, de la région india-océanique. De fait, la Réunion fournit, comme l’indique J. Simonin, « l’exemple d’une communauté inachevée au plan local, largement fantasmée dans son rapport à la métropole9 », tout en espérant beaucoup de ses relations avec l’Europe et les pays de la zone de l’Océan indien.

Conclusion

29La généralisation des communications vient donc accentuer les profondes transformations sociales et culturelles qui interviennent à la Réunion après la départementalisation de 1946. Elle accélère le passage d’une société traditionnelle forgée par la Plantation vers une « société individualiste de masse » (Wolton, 1997) en transformant radicalement la nature du lien social, la relation au territoire, en redéfinissant la proximité et en participant à la mutation de la ville en un espace urbain. La généralisation des communications dans l’espace local réactive par ailleurs la problématique de l’identité : d’abord parce que l’émergence de l’espace public et la mise en réseau de la société posent la question de la citoyenneté qui, à la Réunion, se centre pour partie sur l’espace insulaire, pour partie en opposition à la France métropolitaine. Par l’ambivalence des technologies de la communication ensuite qui, tout en participant à la profonde mutation du monde créole apparaissent également comme un vecteur de la culture et peuvent donc constituer un moyen de diffusion de la modernité réunionnaise.

Bibliographie

Références bibliographiques

Baggioni, D., Mathieu, M., Culture(s) empirique(s) et identité(s) culturelle(s) à la Réunion, UA 04 1041 CNRS, Saint Denis de la Réunion, Service des Publications de l’Université de la Réunion, 1985.

Touraine, A., Critique de la modernité,, Paris, Fayard, 1992.

Wolton, D., Penser la communication, Paris, Flammarion, 1997.

Notes

1 En 1972, on relève 56 000 véhicules contre 234 600 unités en 1999 (+ 317 %), 60 % des ménages réunionnais possédant aujourd’hui au moins une voiture contre un peu plus de 80 % en France métropolitaine. (Tableau Économique de la Réunion, INSEE).

2 À la Réunion, le kartié constitue un espace social que l’on doit distinguer du quartier comme découpage géographique et administratif. Écrire kartié selon la graphie du créole « lékritir 77 », permet donc de bien faire la distinction entre kartié et quartier.

3 En 1981, l’île importait pour 2 730 MF de biens intermédiaires, d’équipement et de consommation courante pour 515 000 habitants ; en 1998, ces importations s’élevaient à 11 497 MF pour environ 700 000 habitants (TER 1986 et TER 2000 INSEE). Dans la même période, le nombre de supermarchés passe de 1 à 89 unités et celui des hypermarchés de 0 à 9. (Tableau Economique de la Réunion, INSEE).

4 Le nombre de mouvements d’appareils est passé de 4 800 en 1978 à 12 800 en 1999 (+ 170 %). Le nombre de passagers passe de 263 000 en 1978 à 1 414 260 en 1999 soit une hausse de 437 % en 20 ans. (Tableau Economique de la Réunion, INSEE).

5 Watin, M., Habiter : approche anthropologique de l’espace domestique à la Réunion, Thèse de doctorat nouveau régime, sous la direction de P. Ottino, Université de la Réunion, 1991, 425 p.

6 En moyenne, l’État et les collectivités locales ont financé 4 700 logements sociaux par an depuis dix ans (Tableau Economique de la Réunion, INSEE).

7 Ibid.

8 On dénombre 8 388 postes de téléphone (1 pour 54 habitants) en 1970, 107 400 en 1987, ce qui correspond presque au nombre de ménages à la Réunion qui compte alors 580 000 habitants. (Tableau Économique de la Réunion, INSEE).

9 Simonin, J., « Médias locaux et citoyenneté. L’espace public réunionnais entre communauté et société », www.démocratielocale.fr, Hermès no 26-27, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 295-307.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search