Version classiqueVersion mobile

La communication

 | 
Éric Dacheux

Sous-développement et communication

Firmin Gouba

Texte intégral

  • 1 Publié sous le titre « le sous-développement en question : des problèmes de communication », p. 20 (...)

1Reprise1 du no 28 de la revue Hermès, Amérique latine – Cultures et communication, 2000

2Le développement d’un pays nécessite plus que l’action d’un seul individu et même d’une équipe gouvernementale. Cela se réalise grâce aux actions conjuguées de toutes les compétences que compte le pays en question. Dans le processus démocratique du Burkina Faso, la nécessité de l’action collective devient de fait une obligation : droit et devoir de tout membre de la population de s’exprimer sur les points touchant l’intérêt général.

3Partant de cette considération, nous établissons une relation formelle d’équivalence entre la communication et le cadre de base nécessaire pour penser, avec toute la rigueur, la question du développement. Aussi, on note que l’action individuelle ou collective amène les acteurs sociaux à faire usage des langues. Ils communiquent les uns avec les autres pour échanger, présenter des plans d’actions, ordonner, exécuter des tâches, etc. Initier ou promouvoir des actions de développement implique par conséquent la mise en place et l’application de stratégies de communication. La communication se présente alors comme un catalyseur indispensable pour déclencher l’action et constitue donc un facteur de développement.

4Concernant le cadre général de nos investigations, il est à noter que le Burkina Faso est un pays plurilingue où sont parlées une soixantaine de langues nationales à côté du français, la langue officielle, langue de l’enseignement et de l’administration. De ce fait, dans le pays, l’orientation générale du développement est tout d’abord pensée et énoncée en français par les autorités dirigeantes. Ensuite, on recourt à des interprètes afin de communiquer aux populations non francophones (environ 80 % de l’ensemble de la population du pays) l’essentiel des décisions politiques prises pour promouvoir le développement du pays.

5Il s’agira de mener une réflexion sur :

  1. les problèmes liés au choix des langues dans les stratégies de communication ;
  2. l’efficacité du recours à l’interprétation pour faire passer des messages relatifs au développement.

6En plus des deux points de réflexion s’ajoute l’inévitable catégorisation des acteurs sociaux, au regard des rapports institutionnels entre français et langues nationales, dont dépend aussi le succès de la communication.

7En d’autres termes, nous formulons l’hypothèse selon laquelle, il existe une relation directe de cause à effet entre des problèmes liés au choix des stratégies de communication adoptées par les autorités dirigeantes pour mettre en œuvre les actions de développement et la situation de sous-développement.

8Notre matériau est constitué d’un enregistrement vidéo qui présente une situation concrète de communication initiée par le président de la République pour sensibiliser, mobiliser et donner des indications sur la gestion du développement national. La rencontre dite « meeting du 2 juin 1994 » s’est tenue au stade du 4 août et a regroupé plus de quarante mille personnes représentant toutes les couches sociales du pays. Pour l’occasion, de nombreux groupes musicaux étaient chargés de créer et de maintenir une ambiance de fête avant l’intervention du chef de l’État.

La notion de communication

  • 2 Picard, D., « Théories et modèles de la communication » in Introduction aux Sciences de l’Informat (...)

9Pour les besoins de notre analyse, nous retiendrons ici la définition des interactionnistes* qui considèrent la communication comme étant un système dynamique producteur de sens et porteur d’enjeux dont les différents éléments interagissent les uns sur les autres. Une perception que D. Picard2 résume en ces termes : « On peut concevoir la communication comme une forme d’action qui vise la recherche d’une satisfaction ou d’un profit. Dans ce sens, le processus de communication peut être appréhendé comme un ensemble de démarches stratégiques. Enjeux et stratégies sont les ressorts de ce qu’on peut appeler la dynamique interactionnelle ».

10Par rapport à cette définition, l’analyse de la situation de communication révèle deux grands enjeux dont un est symbolique, selon l’expression de Goffman et l’autre opératoire. Ainsi en suivant Goffman, nous relevons le fait que la stratégie mise en place par le chef de l’État vise prioritairement à lui « faire une bonne figure ». C’est donc une démarche de valorisation de son image qui tend à le présenter comme un président proche des populations et soucieux de leur bien-être. À travers les données de la situation, on note une réelle volonté d’imposer et de défendre cette image positive du président. En témoigne le fait que ce soit le président en personne qui va au contact des citoyens pour leur parler directement des questions liées au développement.

11Aussi le cadre général de la communication, un meeting regroupant plus de quarante mille personnes représentant l’ensemble des différentes couches sociales du pays, est assez révélateur de la logique d’une communication de proximité, occasion de resserrement des liens sociaux entre les acteurs en présence. Quant au thème de la communication, il traduit la préoccupation première des populations confrontées chaque jour à d’énormes difficultés économiques, sanitaires, alimentaires, environnementales, etc. C’est là de toute évidence un thème fédérateur porteur d’espoir et dont l’intérêt ne souffre d’aucun doute pour personne.

12Pour ce qui est de l’enjeu opératoire, il s’agit de celui qui a trait à la contribution concrète de toute la population à la réalisation des plans de développement définis par le chef de l’État. Une participation rendue nécessaire par les leçons tirées d’expériences antérieures et les exigences démocratiques impliquant un dialogue permanent entre gouvernants et gouvernés pour toutes les questions concernant la vie de la cité.

L’engagement

  • 3 Heath, C, « Goffman, la notion d’engagement et l’analyse des interactions en face à face », Le par (...)

13L’engagement dans le processus de communication est présenté par Goffman comme un élément essentiel pour une meilleure connaissance des interactions. S’engager dans un processus de communication, c’est s’investir. L’engagement est par conséquent un cadre d’obligations et d’attentes qui délimite aussi bien ce qui devra survenir que ce qui devra être ignoré. Selon les termes de Goffman repris par C. Heath3 « c’est un cadrage qui pose les bases indispensables de la coopération, de la coordination des actions et activités des individus réunis par le processus de communication ». Mais l’engagement naturel ne peut être obtenu qu’à la condition de prendre en compte l’individu dans toutes ses dimensions (physique, psychologique, sociologique, linguistique, etc.). Ainsi le locuteur se doit de présenter une image convenable de lui-même, de montrer un respect approprié de ses interlocuteurs et une grande considération pour le cadre. Une condition que Goffman (1974, p. 104) souligne à la suite d’Adam Smith qui, dans sa théorie des sentiments moraux, fait remarquer que : « L’individu doit tourner ses idées, ses préoccupations et ses émotions de façon à les rendre aussi appropriées que possible à un engagement convenable de la part d’autrui ». En d’autres termes, selon Goffman (1981, p. 270) « être impliqué dans une activité de circonstance signifie y maintenir une certaine attention intellectuelle et affective, une certaine mobilisation de ses ressources psychologiques, en un mot, cela signifie s’y engager (to be involved in it) ».

14La situation de communication créée par les rassemblements politiques, dans le contexte du Burkina Faso, pose à notre sens des questions de fond sur la prise en compte et l’implication réelle des populations invitées comme acteurs authentiques capables de discernement et disposant de possibilités d’infléchir l’issue de la communication.

15Alors que de toute évidence, toute la machinerie des engagements, telle que présentée par Goffman, intervient pour que le processus de communication se passe bien au regard des objectifs fixés pour celle-ci, elle donne à toute situation de communication son caractère cérémoniel. Elle est aussi utile aux participants pour se faire une vraie idée de chaque situation et pour interpréter d’une façon adéquate les actions qui s’y déroulent. À travers l’engagement s’inscrit, de façon nette, la problématique du choix de la langue et de l’interprétation.

16Ainsi l’homme politique qui s’exprime en français peut-il provoquer des « émotions appropriées » dans la foule analphabète ?

17De l’observation globale de la situation, on note une différence d’engagement entre les participants de la rencontre. Plusieurs éléments associés témoignent d’un engagement total du président, l’acteur principal de la scène :

  • en termes d’organisation, de grands moyens (humain, financier et matériel) ont été mobilisés pour marquer d’un sceau l’importance de l’événement ;
  • en tant qu’orateur, le président a mis à contribution son état physique, intellectuel, émotionnel, etc. pour capter et polariser l’attention des invités ;
  • des promesses faites dans le discours, sous forme « d’engagements », qui mettent en jeu la responsabilité du chef de l’État.

18On peut retenir qu’il y a de fait une implication effective et une prise de responsabilité de la part du président pour le succès de l’événement communicationnel créé. Mais du côté du public, l’engagement paraît partiel et même nul à certains égards. Ceci non pas parce que les invités n’interviennent pas directement dans le discours mais pour deux raisons fondamentales :

19– la fatigue et les longues heures d’attentes au soleil (mise en place de la population depuis dix heures et début de la cérémonie à seize heures) ont fini par ramollir les ardeurs de nombre de personnes présentes.

20Beaucoup de participants s’intéressaient à des faits et préoccupations annexes plutôt que de se focaliser sur ce qui se passe sur la scène principale (détournements du regard, bavardages avec les voisins, achats d’eau pour se désaltérer et autres gâteaux et cigarettes, etc.) ;

21– la grande majorité de ceux qui étaient au stade comprenaient peu ou pas du tout le français et il n’est nullement douteux que ces participants éprouvent des difficultés réelles pour interpréter l’essentiel de ce qui se disait. Alors, on peut s’interroger sur l’importance de leur participation et sur leur capacité à maîtriser l’objet et les enjeux de la rencontre.

22Ce constat traduit bien l’inadéquation des conditions créées pour entraîner la réussite de la sensibilisation et de la mobilisation des populations en faveur d’actions conjuguées pour la mise en œuvre des plans de développement présentés par le président. En effet, il y a là une disparité des engagements ; ce qui pose le problème de la coopération et de la coordination des actions et activités. Il est donc question de savoir comment réussir à conjuguer les efforts des partenaires lorsque les positions des uns et des autres sont divergentes (volonté d’engagement pour l’acteur principal et indifférence ou attentisme chez les autres) ? La situation du meeting ne présente aucun élément pouvant permettre de répondre de façon positive à un tel questionnement.

Le choix du français comme langue de communication

23Avant toute chose, il est à noter que malgré le fait que le français soit institué comme langue officielle, aucun décret ou loi n’interdit l’usage des langues nationales par les gouvernants dans quelque situation de communication que ce soit. La seule contrainte qui puisse influer négativement sur le choix d’une langue par une autorité est son ignorance de l’une ou l’autre langue nécessaire pour la communication dans une situation donnée.

24Toute équivoque étant levée sur cet aspect majeur de la décision stratégique du choix de langues, qui peut être conditionné par des contraintes extérieures, il ne reste plus que les éléments de la situation pour déterminer les comportements des acteurs en présence au meeting. Aussi, la vidéo montre que le président a tout d’abord prononcé son discours en français et, comme d’habitude, des personnes ont été désignées pour les traductions en mooré, jula et fulfuldé qui sont les langues dominantes du pays.

25Mais, en fait, l’interprétation n’a pu être assurée faute de temps. L’interprète en mooré a juste remercié les uns et les autres pour la mobilisation puis les a tous invités à écouter très prochainement les émissions radiophoniques en langues nationales pour plus de détails sur le discours. Les interprètes en jula et en fulfuldé ont pour leur part fait un résumé sommaire de ce qui a été dit, et ensuite ils ont aussi donné rendez-vous pour les prochaines émissions radiophoniques.

26Considérant donc la qualité des participants (près de 80 % de paysans venus des campagnes) qui sont en même temps les premiers concernés par la mise en œuvre et le succès des actions et décisions prises, on retiendra à ce niveau de l’analyse que l’événement communicationnel ainsi que les buts qui lui sont assignés présentent toutes les caractéristiques d’un échec certain lié à une inadaptation de la mise en scène et de l’option stratégique de la langue de communication.

27On peut néanmoins observer que la question de l’intercompréhension a été plus ou moins prise en compte pour impliquer les non francophones, mais son efficacité en termes de démarche reste très discutable.

L’interprétation comme palliatif aux problèmes d’intercompréhension

28Nous avons dit plus haut que l’objectif du président était d’amener le peuple tout entier à travailler en suivant les axes de développement qu’il a identifiés. Dans cette situation, l’interprétation s’inscrit dans le souci de l’intercompréhension mutuelle nécessaire pour s’accorder sur ce qu’il y a à faire et ce qui doit être fait. Mais au regard de l’importance qui lui a été accordée, rien n’empêche qu’on puisse la considérer seulement comme un acte de bienveillance envers les laissés-pour-compte. Et pour cause, le public se compose de toutes les personnalités officielles du protocole et du reste de l’assemblée. Répartition qui s’intègre dans une catégorisation locuteurs du français / locuteurs des langues nationales.

29C’est du point de vue de l’interprétation en tant qu’option communicationnelle visant l’intercompréhension et la coopération que nous allons présenter pour l’instant. Sur ce, au titre des calculs et des enjeux, le discours en français a cherché à accrocher et à maintenir l’attention du public par une utilisation marquée des bénéfices que les uns et les autres gagneraient en coopérant pour la mise en œuvre des décisions prises :

30— « … il est de mon devoir en tant que chef de l’État de faire en sorte que le peuple puisse manger, boire et se soigner » ; — « … une ligne de crédit spécifique pour la promotion de l’élevage d’un montant d’un milliard de francs sera mise à la disposition des éleveurs ».

31Cette démarche a certes été positive à la lecture du discours en français (des applaudissements et des cris saluaient chaque proposition), mais après les traductions, les mêmes effets ne se sont pas produits. Au contraire, on constate une certaine passivité dans le comportement des auditeurs. Et cette absence de réactions positives franches constitue de toute évidence un signe de désengagement du public qui se retire, ou mieux, qui s’est retiré du cadre cérémoniel évacuant au passage la question des obligations et des attentes, éléments d’importance devant favoriser l’atteinte des objectifs de la communication.

32Initiées pour permettre à la majorité des invités de comprendre et de maîtriser ce qui se passe sur la scène en vue de l’appropriation des différentes composantes des six engagements et de leur mise en œuvre future, les traductions se sont avérées être plutôt un jeu folklorique avec pour seule utilité de « faire bien » dans le but de signifier aux non-francophones que le protocole ne les a pas oubliés.

33De ce fait, la traduction, comme moyen d’intégration (dans la situation de communication) et comme signe d’appel à la participation, est grandement minimisée au profit de la considération accordée à la réalisation d’une simple formalité de communication qui a conduit à un relâchement de rôle de la part des non-francophones.

La situation de communication

34Au stade du 4 août, la catégorisation locuteurs du français et locuteurs des langues nationales est opérée par les organisateurs du meeting, ce qui leur a permis de penser à la traduction. Par ailleurs, en se référant au statut officiel du français, ils ont conféré une position haute aux locuteurs du français par rapport aux locuteurs des langues nationales traçant par ce comportement une barrière entre les deux groupes de participants. Résultats, les locuteurs du français sont privilégiés par rapport aux locuteurs des langues nationales. C’est aux francophones que le discours du président est adressé en premier, ensuite d’autres personnes se chargent de le traduire pour le reste du public.

35Une analyse du rapport entre l’objectif de la rencontre (sensibilisation et mobilisation de tous les citoyens pour une meilleure production) et le statut des différents publics en présence montre que l’option stratégique des langues de communication pose de toute évidence problème.

36En effet, s’il est une certitude que la conception des activités des six engagements est à la charge de personnes ayant le français comme langue de travail, il est une autre certitude que la mise en œuvre et la réussite de ces activités dépendent de la qualité d’interprétation et de participation effective de personnes n’ayant pour la plupart aucune connaissance en français.

37Aussi, si on tient compte du fait que le meeting du 2 juin participe dans une certaine mesure d’une démarche de communication publique, c’est-à-dire qui cherche à obtenir au moyen de la sensibilisation l’adhésion consciente des citoyens, une réelle légitimation de l’information sur la production de la part des locuteurs de langues nationales n’est possible que dans la situation où c’est le chef de l’État lui-même qui donne l’information au public en question et explique en même temps les motivations profondes qui sous-tendent les six engagements. Considérer ces personnes comme des cibles secondaires et déléguer des interprètes pour leur transmettre le message revient un peu à minimiser leurs parts de responsabilités dans la réussite du projet à exécuter.

38À ce propos, on peut s’accorder avec P. Zémor (1995, p. 20) pour dire que « dès lors quelle tient sa légitimité du récepteur, la communication publique est tenue d’être une vraie communication, c’est-à-dire d’une part pratiquée dans les deux sens avec un citoyen actif et d’autre part authentique ». Le citoyen idéal dans ce cas n’est autre que la masse des populations rurales non francophones. C’est avec elles en réalité que la communication devrait se développer davantage au détriment des autres participants qui ont d’ailleurs la possibilité de disposer d’autres moyens (journaux, dossiers techniques, concertations pour la conception et la mise en œuvre, etc.) pour s’informer largement et même discuter du contenu de ce que recouvrent les six engagements du président.

Conclusion

39Il convient de noter que nombre d’activités de développement sont managées sur les mêmes bases que celles que nous avons présentées ici. On se trouve dans des cas où, soit l’aspect communication est totalement ignoré par rapport aux autres aspects organisationnels (finances, matériel et ressources humaines), soit ce sont les stratégies développées pour communiquer qui sont inadaptées aux exigences de la situation (application mécanique de vieilles stratégies à toutes les occasions, non-prise en compte de tous les éléments majeurs du contexte de communication ; en particulier la relation fondamentale entre objectifs, cibles identifiées et actions de communication, etc.). De toute évidence donc, il apparaît de cet argumentaire qu’il est difficile, voire impossible, de concevoir et de mettre en œuvre un plan de développement réussi sans une réelle maîtrise de la question de communication.

40Bien souvent, les autorités gouvernementales pensent que le fait de dire aux populations « on va vous donner ceci ou cela » ou encore le fait de faire une réalisation concrète (construction d’écoles, de dispensaires, de barrages, etc.) suffit pour entraîner une mobilisation, une participation ou une acceptation de la part des bénéficiaires. Conception qui a plusieurs fois montré ses limites sur le terrain et ne constitue en réalité qu’un frein au développement. Par exemple, cinq ans après le lancement officiel des six engagements, le bilan est assez mitigé et ne semble pas convaincant pour nombre de personnes (populations, société civile et politique). Pire, il faut ajouter que mêmes les autorités dirigeantes ont beaucoup de difficultés à faire une évaluation complète de l’opération, peut-être parce que les résultats concrets sont rares à trouver.

41Aujourd’hui, la question de l’interaction entre actions de développement à la base et actions de communication devrait occuper aujourd’hui une place centrale et concerner aussi bien les chercheurs (universitaires et autres) et les organisations de développement que les politiques, si le souci de tous est bien d’envisager le changement par l’utilisation de moyens appropriés et efficaces. Bien entendu, la communication ne saurait être considérée comme une baguette magique pour résoudre tous les problèmes de sous-développement, mais bien pensée, sa contribution pourrait entraîner une évolution positive considérable dans la maîtrise des faits de société au Burkina Faso.

Bibliographie

Références bibliographiques

Goffman, E., Les rites d’interaction, Paris, Éd. de Minuit, 1974.

Goffman, E., « L’engagement » La nouvelle Communication, Paris, Éd. de Minuit, 1981.

Habermas, J., Théorie de l’agir communicationnel, t. 1, Paris, Fayard, 1987.

Zemor, P., La communication publique, Que sais-je ? no 2 940, Paris, Presses universitaires de France, 1995.

Notes

1 Publié sous le titre « le sous-développement en question : des problèmes de communication », p. 209.

2 Picard, D., « Théories et modèles de la communication » in Introduction aux Sciences de l’Information et de la Communication, Paris, Éd. d’Organisation, 1995, p. 53.

3 Heath, C, « Goffman, la notion d’engagement et l’analyse des interactions en face à face », Le parler frais d’Erving Goffman, Paris, Éd. de Minuit, 1989, p. 246.

Auteur

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search