Version classiqueVersion mobile

La communication

 | 
Éric Dacheux

Présentation générale. La profonde ambivalence de la communication

Éric Dacheux

Texte intégral

1Dans le langage courant, le mot communication désigne des réalités physiques aussi différentes que des voies de communication (route, canaux, voies de chemins de fer, etc.) ou des outils de communication (téléphone, satellite, radio, etc.) et des processus sociaux aussi dissemblables que la publicité, les interventions scientifiques dans un colloque ou une conversation entre amis. Cette diversité imprègne également le langage scientifique puisque ce vocable peut désigner aussi bien des échanges chimiques entre terminaisons nerveuses (en neurologie par exemple) que des grognements échangés entre membres d’une même meute. Afin de garder à ce concept une certaine unité nous nous proposons, dans cet Essentiel, de restreindre le vocable communication aux seules relations humaines.

2Or, la communication humaine est un processus ambivalent. En effet, on peut avec raison soutenir qu’elle est partout (dans nos foyers, sur nos lieux de travail, dans nos associations, etc.), qu’elle touche tout le monde (bébés, vieillards, riches, pauvres, occidentaux orientaux, etc.), qu’elle est un fait social total (concerne aussi bien, la culture que la politique ou l’économie). Mais, à l’inverse, on peut tout aussi bien arguer que la communication n’est nulle part : les familles se disloquent, les entreprises deviennent des marchés internes, deux milliards d’individus n’ont pas accès à l’électricité et se trouvent exclus des réseaux mondiaux de la communication, tandis que les autres échangent de pseudo à pseudo à des milliers de kilomètres de distance mais méconnaissent leurs voisins, etc.

Les enjeux de la communication

  • 1 Industrie du cinéma, de la télévision, mais aussi du livre, du jeu vidéo, des parcs de loisirs, etc

3Alors société de communication ou société d’incommunication ? Difficile de trancher, en tout cas, si l’on veut restituer à la communication toutes ses caractéristiques contradictoires. Par contre, ce dont nous sommes certains, c’est qu’il n’y a pas de société, moderne ou traditionnelle, sans communication. La communication a toujours existé, simplement elle n’a pas toujours été interrogée. Si elle est tant présente aujourd’hui, c’est principalement pour deux raisons. La première est une visibilité sans précédent. Les médias jouent un rôle central dans la vie politique ; les nouvelles technologies de communication, via les sciences et les loisirs, marquent profondément nos cultures ; les industries de la communication (informatique, télécommunication, divertissement culturel1, publicité) et la communication marketing sont des enjeux centraux de la vie économique à l’heure de la globalisation et de la monté d’un capitalisme immatériel (Gorz, 2003). La seconde est une difficulté croissante à communiquer avec l’Autre. Dans une société où l’épanouissement personnel est une valeur centrale et où les réseaux planétaires de communication nous confrontent à l’Autre sans que nous partagions ses codes culturels, sa rencontre devient paradoxalement plus difficile, voire dangereuse.

La paix

4C’est pourquoi, en dehors de la compétition économique, le premier enjeu de la communication, autour duquel est organisé cet Essentiel, est celui de la construction ou de la destruction du lien social, c’est-à-dire, in fine, de la guerre et de la paix. En effet, la plupart des outils de communication, qu’ils soient anciens ou modernes, du télégraphe optique à Internet en passant par le satellite, censés rapprocher les peuples ont, en réalité, été conçus à des fin militaires. Plus généralement, si on replace la question des outils dans une vision plus anthropologique*, on s’aperçoit que la communication peut tout à la fois participer à une certaine pacification des mœurs (résoudre le conflit par la négociation plutôt que par la force), mais aussi jouer un rôle actif dans le développement des conflits (manipulation en Irak, appel à la Haine au Rwanda, etc.).

5Nous voulons, dans cette présentation, insister sur deux autres enjeux centraux.

La diversité culturelle*

6Pour D. Wolton, l’enjeu de la communication, c’est la cohabitation. La communication renvoie toujours à l’irréductible différence de l’Autre : « L’incommunication constitue l’horizon de la communication » (Wolton, 2009, p. 27). Nous n’avons pas le même corps, le même cerveau, les mêmes valeurs, les mêmes croyances. C’est pourquoi, il faut avoir la sagesse de renoncer à une compréhension parfaite, un consensus optimum qui permettrait à chacun de vivre dans un monde parfait, mais plus modestement avoir le courage d’accepter nos différents et chercher à les résoudre pacifiquement par la négociation. Négociation qui, si elle est menée sous le signe de la tolérance, permet de vivre une cohabitation culturelle satisfaisante pour les deux parties. Pour durer, cette dernière doit respecter simultanément deux contraintes : le respect de la diversité des identités culturelles, la création d’un cadre commun de communication. On communique donc pour cohabiter. Mais on communique aussi pour rester à distance : on échange des mails pour éviter de se voir, on se téléphone pour ne pas à avoir à se rencontrer, etc. L’incommunication n’est pas uniquement due à l’altérité, la différence mais aussi à la ressemblance, au même. La communication suppose la reconnaissance de la différence (sinon pourquoi échanger ?), mais aussi la reconnaissance, chez l’autre, de la même humanité. C’est par l’autre que nous devenons nous même. Ou, plus précisément, c’est par la rencontre de l’altérité que nous prenons conscience, tout à la fois, du même qui est en l’autre et de l’autre qui est en nous-mêmes (Ricœur, 1990). En d’autres termes, communiquer c’est aussi bien chercher à construire du commun avec l’autre (cohabiter) que chercher à se séparer du semblable pour retrouver l’autre (mettre à distance). La communication, c’est au fond la recherche de la bonne distance pour préserver la diversité culturelle sans remettre en cause la commune humanité. Elle naît dans l’incompréhension, elle meurt dans la communion.

La démocratie

7Deux auteurs sont centraux pour comprendre les enjeux démocratiques de la communication : Jürgen Habermas et Claude Lefort. Le premier rappelle que, dans les sociétés traditionnelles, les rituels politiques sont inséparables du sacré tandis que, dans la modernité, au contraire, le processus de rationalisation de l’exercice du pouvoir écarte la transcendance comme légitimation exclusive de l’autorité. D’où la nécessité de recourir à un nouveau moyen de légitimation : la communication (Habermas, 1978). Cette relecture des thèses de Kant réclamant la nécessité de fonder le droit sur le libre débat rationnel entre citoyens informés, conduit à invalider l’argument selon lequel le développement de la communication s’accompagnerait obligatoirement d’une défaite de la raison. De son côté, Claude Lefort, insiste sur une caractéristique constitutive de la modernité : la séparation. Pour lui la monarchie est un corps symbolique : tous les éléments sont reliés à la tête, le roi, qui ne fait qu’un avec son pays. La démocratie au contraire, précise le politologue, c’est la distance, la reconnaissance de la séparation donc la reconnaissance du droit à la différence, du droit d’énoncer des points de vue contredisant l’autorité qui n’est plus l’organe, unique, d’énonciation de l’intérêt général (Lefort, 1986). Deux conséquences de portées différentes peuvent être tirées de cette définition de la démocratie.

8En rapprochant ces deux analyses, on comprend que deux maux menacent la démocratie : la fusion dans un corps unique et totalitaire ou, au contraire, l’éclatement de la nation en atomes individuels. Pour pallier ces deux dangers, la communication est essentielle. Elle relie symboliquement les individus à une société politique pluriculturelle, sans les délier totalement des communautés ethniques ou religieuses auxquelles concrètement ils sont attachés. Il y a donc symétrie entre communication et démocratie : la communication politique autorise la naissance d’une identité politique qui maintient la séparation entre les individus, tandis que la loi démocratique autorise une appartenance commune à une entité ou chacun, indépendamment, de ses convictions ou de ses origines, possède les mêmes droits.

Les recherches sur la communication

  • 2 Il existe pourtant certains travaux en ce sens, travaux relancés par l’Institut des sciences de la (...)

9Facteur de guerre ou de paix, pouvant favoriser la diversité ou la domination culturelle, permettant de rapprocher et de séparer, la communication est, dans la vie quotidienne, profondément ambivalente. Les recherches portant sur la communication ne font que souligner cette ambigüité intrinsèque. De plusieurs manières. Tout d’abord, la recherche est une activité de communication qui a du mal à penser la communication scientifique2. La communication est sans doute l’unique pratique professionnelle commune au physicien travaillant dans un grand équipement international comme le CERN et au philosophe travaillant seul dans son bureau. Tous deux ont dû convaincre un directeur de thèse, écrire et diffuser cette thèse, la soutenir publiquement, faire des communications dans des colloques, etc. Tous deux doivent, échanger avec des collègues travaillant sur le même sujet ou des sujets différents, convaincre des instituions de financer une recherche, expliquer leurs travaux à des journalistes, prononcer des conférences publics. Tous deux devront, à l’avenir, apprendre à valoriser leurs recherches (c’est une des conditions des nouveaux financements), déposer leurs travaux dans des archives ouvertes, constituer des dossiers mettant en avant leur apports scientifiques pour obtenir une promotion, etc. La communication est un acte scientifique quotidien du chercheur qu’il ne pense pas. Pourtant, elle touche tous les chercheurs, pas seulement ceux qui mènent des recherches sur la communication ! C’est là la première ambiguïté : la communication est à la fois un objet de recherche scientifique, et le point aveugle de la recherche scientifique.

10Ensuite, les sciences s’intéressant à la communication ne parviennent pas, contrairement à d’autres sciences sociales comme la science économique par exemple, à proposer une définition qui recueille l’assentiment d’une majorité de chercheurs. Cela tient d’une part, à l’éclatement disciplinaire des chercheurs (sociologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, mais aussi sciences de l’ingénieur, sciences du vivant, mathématiques, philosophie, etc.) et, d’autre part, à la dimension qui, dans la communication, sera privilégiée par le chercheur. Beaucoup s’intéresseront à la dimension technique de la communication (définie implicitement comme transmissions par des machines de données mise en forme par un ou des émetteurs pour un ou plusieurs récepteurs), certains se pencheront sur la dimension sociale de la communication (entendue comme relation entre des êtres humains), tandis que d’autres étudieront la dimension sémiologique de la communication (comprise comme la construction de sens entre altérités), etc.

11En mettant à jour plusieurs dimensions de la communication, les différentes recherches contribuent ainsi à mesurer sa complexité. Complexité redoublée par le fait, également mis en valeurs par les chercheurs, que la communication concerne plusieurs niveaux : les relations individuelles, les interactions au sein d’un groupe, les échanges au sein d’une société, les rencontres entre cultures différentes. De même, l’extrême diversité des objets analysés par les chercheurs – de l’affiche à Internet en passant par les voies de communication, les discours politiques, les chartes éthiques des entreprises ou les dialogues amoureux – soulignent la plasticité du mot communication. Enfin, les différentes théories de la communication qui produisent et engendrent ces travaux éparses contribuent à souligner la caractère équivoque de la communication puisqu’elle a été définie (la liste n’est pas exhaustive) comme : un facteur d’émancipation rationnelle au service de la démocratie (Habermas, 1987), une arme de manipulation détruisant l’esprit critique (Bourdieu, 1996), le moteur définissant le changement social au cours des siècles (Mc Luhan, 1968),, une utopie technique (Breton, 1992), le processus de stabilisation d’une vie communautaire (Dewey, 1966), etc.

La communication : éléments de définition

12Cependant, malgré ou plutôt grâce à leur diversité théorique et méthodologique*, les recherches sur la communication ont pu produire certains travaux convergents qui permettent de mettre à jour un socle étroit, mais assuré de connaissances qui font, aujourd’hui, l’objet d’un large consensus dans la communauté des chercheurs. Nous voyons trois éléments constituant ce que l’on peut appeler un savoir scientifique commun :

  1. La communication est une activité d’interprétation. Personne n’est absolument passif, même avachi en mangeant des pop corn devant notre téléviseur, nous n’enregistrons pas automatiquement le message diffusé, nous l’interprétons. Nous ne sommes pas des disques durs, mais des êtres créateurs de sens. Le sens n’est pas donné une fois pour toute par le signe. Chacun, en fonction de ses expériences, de sa culture, de son statut social, etc., attribue des significations différentes à un même message. En d’autres termes, ce que l’on veut signifier n’est jamais – sauf à transmettre des messages très pauvres et/ou à restreindre la liberté d’interprétation d’autrui – exactement ce que l’autre comprend. La communication ne permet pas la compréhension totale et réciproque, elle peut juste, parfois, réduire l’incompréhension, mais toujours en laissant des éléments d’incertitudes (ce que P. Livet, dans cet ouvrage, nomme « l’indécidabilité de la communication »). La communication n’est pas une solution, c’est un problème de construction du sens.

    • 3 La co-construction de ce contexte est, elle aussi, sujette à interprétation si bien que les acteurs (...)

    Cette interprétation n’est pas purement cognitive. S’il y a problème de construction de sens, c’est parce que l’être humain n’est pas une pure machine cognitive, un super ordinateur. Nous ne nous contentons pas de coder et de décoder de manière logique des informations. Nous interprétons en fonction de deux éléments qui nous distinguent fortement des ordinateurs : le contexte et nos sens. Le travail de construction du sens dépend fortement du contexte dans lequel il s’effectue. Par exemple nous ne donnons pas la même signification au mot orange dans une conversation se tenant sur un marché ou, se tenant devant une boutique de téléphonie mobile Ce contexte constitue un cadre interprétatif qui participe à la construction du sens. Il est tout à la fois donné (le cadre de la relation tel qu’il pourrait être décrit par un observateur extérieur) et construit (le cadre de la relation tel que le co-construisent et le perçoivent les personnes en relation3). De même le sens se construit avec nos sens. Les odeurs, couleurs, sons, émotions que nous percevons participent à la compréhension du contexte et du message, tandis que c’est avec notre corps tout entier que nous exprimons nos idées et nos émotions. La communication est une relation sensible de construction de sens.

  2. Toute communication met en œuvre quatre critères. La communication est ambivalente, en raison de sa complexité. En effet, on retrouve dans toute communication humaine les quatre critères suivants :

  1. L’espace. Toute communication humaine met en relation des personnes qui, soit sont dans le même espace (modalité présentielle : messes basses amoureux, conversation entre deux amis dans un café, etc.), soit ne le sont pas (communication à distance : tam tam dans la jungle, échange téléphonique, etc).

  2. Le temps. Les individus peuvent diffuser des messages, partager des émotions, échanger des savoirs dans le même temps, c’est la communication synchrone : retransmission en directe des Jeux Olympiques, palabres sur un marché. Ils peuvent le faire aussi d’une manière différée, c’est la communication asynchrone : échanges de lettres, diffusion d’archives radiophoniques, etc.

  3. La technique. Une communication peut s’établir sans l’intermédiaire d’aucun support technique ou, au contraire, passer par le truchement d’un support. Dans le premier cas on parlera de communication directe, c’est-à dire d’une mise en relation par l’intermédiaire de la voix, du geste, de la posture, de l’expression corporelle (danse, mime, etc.), de l’odorat, du toucher, etc. Dans le second cas, certains emploient l’expression de « communication médiatisée » qui relie des hommes par divers supports techniques qui vont du simple porte voix au satellite de diffusion directe. Il convient donc de distinguer, trois termes que l’on emploie à tord comme synonymes et qui, en réalité, s’emboîtent les uns dans les autres comme des poupées gigognes : la communication, le plus large des trois termes, est une mise en relation sensible qui vise à construire du sens. Lorsque cette relation passe par un intermédiaire (humain ou technique) on parle de médiation. Enfin, lorsque cette médiation passe par un objet technique on parle de médiatisation qui est la plus petite des trois poupées bien qu’étant le phénomène le plus analysé.

  4. La situation de communication. À l’intérieur d’un contexte donné (période électorale, par exemple), il existe plusieurs situations de communication (meeting politique, rencontres sur le marché, etc.). Chaque situation présente des « éléments inducteurs » (Muchielli, 1991) qui influent sur les possibilités d’échanges (demander une faveur à son député est plus facile lors de la rencontre sur le marché que dans le meeting politique). Il existe deux grands types de situation de communication : les situations où la communication ne peut s’établir que dans un seul sens (communication unidirectionnelle : le journal télévisé, le réquisitoire d’un procureur, etc.) et celles où chacun des protagonistes peut intervenir (communication interactive : interrogatoire de police, chats sur Internet, etc.).

13En résumé, on peut définir la communication comme une relation humaine visant à la compréhension. Cette relation est complexe car elle met en œuvre au moins cinq facteurs ayant chacun des modalités très diverses : le temps, l’espace, la technique, la situation de communication et, bien entendu, le nombre (de deux personnes à plusieurs milliards). Ces différents facteurs et leurs différentes modalités se combinent entre eux offrant un nombre quasi infini de possibilités, si bien qu’il est impossible de saisir ensemble toutes les manifestations concrètes que recouvre le mot communication. C’est pourquoi, les théories de la communication sont si nombreuses et le socle commun de connaissances mis à jour si étroit.

Les apports de la revue Hermès à la compréhension de la communication

14La revue Hermès a toujours souligné le caractère pluriel et contradictoire de la communication. Ce n’est pas, loin de là son seul apport, puisqu’on peut également mettre à son crédit :

    • 4 Voir dans la même collection, le repérage de ces travaux pionniers proposé par Jacques Perriault, R (...)
    • 5 En fin d’ouvrage le lecteur trouvera une liste complète faisant correspondre le numéro de la revue (...)

    Un travail de légitimation de la communication comme objet de recherche et enjeu social majeur. Bénéficiant du travail pionnier de chercheurs iconoclastes comme Morin, Escarpit ou Schaffer4, la revue, publiée par le CNRS, a fortement contribué à légitimer les recherches sur la communication et à souligner de nombreux enjeux quelquefois sous-estimés comme la cohabitation culturelle (Hermès, no 28 et 515), les évolutions de la communication politique et de l’espace public* (Hermès, no 1, 4, 10, 13/14, 17/18), les guerres de mémoire (Hermès, no 52), etc.

  • L’élargissement de la communauté de chercheurs s’intéressant à la communication. En invitant de nombreux auteurs n’appartenant pas aux sciences de l’information et de la communication (A. Touraine, R. Boudon, M. Abèles, etc.) à réfléchir aux divers aspects de la communication, la revue a fortement contribué à éviter l’enfermement de la communication dans une discipline unique.

  • La création d’un carrefour théorique. À une époque (la fin des années quatre-vingt) encore assez largement marquée, dans les SIC, par une approche critique d’inspiration marxiste, la revue a su s’ouvrir sur d’autres approches, empirique*, fonctionnaliste, etc. Dans cette ouverture, c’est une spécificité de la revue, il ne s’agit pas de privilégier une théorie sur l’autre, mais d’organiser leur confrontation au sein d’un même numéro.

  • Une ouverture sur la recherche internationale. Un quart du comité de rédaction actuel est étranger. Du coup chaque numéro présente des textes d’auteur étranger. Cette ouverture va plus loin, puisque la revue à fortement contribuer à faire connaître en France les travaux américains sur la réception (Hermès 11/12) et à fait traduire en Français des textes majeurs qui n’étaient disponibles que dans leur langue d’origine (S. Hall, J. Habermas, J. M. Barbero, etc.).

  • La critique inlassable du déterministe technologique*. La revue est un carrefour interdisciplinaire favorisant la confrontation théorique, mais elle affirme aussi avec force une ligne directrice : penser les techniques de communication, en dehors de tout déterminisme technologique qui énonce un avenir radieux fabriqué par la puissance des réseaux ou un futur catastrophique marqué par le contrôle généralisé des outils informatiques. Il s’agit de penser les évolutions techniques dans toutes leurs contradictions, sans postuler une révolution radicale (Hermès, no 45, 50, 53).

La communication créatrice et destructrice de lien social

15Ce numéro des Essentiels s’efforce de rester fidèle à cet état d’esprit de la revue en offrant des textes de disciplines différentes, s’appuyant sur des théories plurielles, offrant une ouverture sur le monde, replaçant les enjeux techniques dans les enjeux de civilisation. Or nous l’avons dit, dans la première partie de cette présentation, l’un des enjeux majeurs de la communication est celui du vivre ensemble. Comment, dans une même aire géographique, plusieurs centaines de millions de personnes peuvent éviter l’uniformisation tout en valorisant la diversité ? Question qui bien entendu se pose, de manière plus complexe encore, à l’échelle des milliards d’individus qui peuplent notre planète…

16Comme le montre les textes réunis ici, la communication est à la fois une solution et un problème. En effet, la communication peut être un facteur favorisant le développement économique des pays pauvres (texte de F. Gouba) et un élément clef du changement social (M. Watin). C’est aussi une « parole magique » créant des prédictions auto réalisatrices ayant des conséquences économiques et politiques très concrètes dans nos sociétés démocratiques (A. Boyer) et, en même temps, une activité commune au savant et au politicien et qui, par là même, participe à la création d’une communauté scientifique et d’une communauté démocratique, même si ces deux communautés obéissent à des logiques différentes (G. Achache).

  • 6 Cf. la notion de « conflit intégrateur* » de Simmel.

17Mais si la communication renforce la communauté, qu’en est-il de l’Universel ? La communication, à cette échelle, ne peut pas créer un consensus rationnel unique valable pour tous et partout. Elle ne peut qu’engendrer des débats critiques, des conflits rationnels (A-M. Roviello). Certes ces conflits liés à la diversité des valeurs peuvent renforcer la paix s’ils restent sous l’emprise de la raison6. Mais il existe d’autres conflits qui, pour René Girard, conduisent automatiquement à la violence : ceux qui sont générés par le désir de posséder les mêmes objets au même moment. Or une communication planétaire ventant partout en même temps les mêmes produits n’exacerbe-t-elle pas ce désir mimétique* (A. Jauvion) ? Finalement, la communication est-elle vraiment source de compréhension ? Ne faut-il pas admettre que nous vivons dans une société d’incommunication (R. Boudon) ? Incommunication qui tient moins à la fermeture de chacun à l’autre, mais qu’à l’essence même de la communication humaine (P. Livet) ? On le voit, l’ambivalence de la communication pose bien des questions, ouvre de nombreuses pistes de recherches qui seront, en conclusion de cet ouvrage, dessinées par D. Wolton.

18Ni ange ni démon, la communication n’est ni un processus total impossible à expliquer ni un fait banal pouvant se laisser saisir par une théorie unique. La communication est tour à tour écoute et manipulation de l’autre, raison et émotion, rejet et recherche du même. C’est un phénomène à l’image de l’homme : imparfait, contradictoire, passionnant.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bourdieu, P., Sur la télévision, Paris, Liber-Raison d’agir, 1997.

Breton, P., L’utopie de la communication, Paris, La découverte, 1992.

Dewey, J., Democracy and Education, New York, Free Press, 1966 (1916).

Gorz, A., L’immatériel, Paris, Galilée, 2003.

Habermas, J., L’espace public, Paris, Payot, 1978.

Habermas, J., Théorie de l’agir communicationnel, 2 vol., Paris, Fayard, 1987.

Lefort, C., Essai sur le politique, Paris, Seuil, 1986.

McLuhan, M., Pour comprendre les médias, Paris, Seuil, 1968.

Mucchielli, A., Les situations de communication, Paris, Eyrolles. 1991.

Ricœur, P., Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

Wolton, D., Informer n’est pas communiquer, Paris, CNRS éditions, 2009.

Notes

1 Industrie du cinéma, de la télévision, mais aussi du livre, du jeu vidéo, des parcs de loisirs, etc.

2 Il existe pourtant certains travaux en ce sens, travaux relancés par l’Institut des sciences de la communication du CNRS qui se veut justement un organe transversale permettant de penser de manière pluridisciplinaire les rapports entre sciences, communication et société.

3 La co-construction de ce contexte est, elle aussi, sujette à interprétation si bien que les acteurs ne perçoivent pas forcément le même contexte ou peuvent le doter d’éléments différents.

4 Voir dans la même collection, le repérage de ces travaux pionniers proposé par Jacques Perriault, Racines oubliées des sciences de la communication, Paris, Cnrs éditions, 2010.

5 En fin d’ouvrage le lecteur trouvera une liste complète faisant correspondre le numéro de la revue avec son tire, son année de parution etc.

6 Cf. la notion de « conflit intégrateur* » de Simmel.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search