Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiations

 | 
Vincent Liquète

Glossaire

Texte intégral

1Les mots qui figurent dans le glossaire sont signalés par un * dans le texte.

2Analyse documentaire : opération intellectuelle visant à représenter les thématiques essentielles présentes dans des documents par le biais de concepts. Ces derniers sont issus d’un langage documentaire*. L’objectif de l’analyse documentaire est de faciliter les recherches documentaires des usagers et de constituer une base documentaire bibliographique.

3Approche holiste : approche scientifique considérant un objet scientifique selon l’environnement dans lequel il se situe. Il faut envisager l’ensemble comme un tout plutôt que la seule somme des parties.

4Approche individualiste : elle privilégie dans le champ de la sociologie l’approche individuelle et compréhensive. Ainsi pour analyser les phénomènes sociaux, il convient alors de comprendre la motivation fondamentale des acteurs, car ils sont le résultat de l’agrégation de comportements individuels et de leurs interactions.

5Artefact : objet fait de la main de l’homme qui présente deux caractéristiques. D’une part, un caractère de neutralité, d’autre part, les systèmes symboliques inclus dans celui-ci. Par conséquent, l’artefact d’un objet est la partie neutre ou universelle de celui-ci, indépendante des scénarii d’usages.

6Autoscopie : procédure consistant à filmer un individu dans une situation choisie (situation professionnelle par exemple) puis de présenter les images réalisées à l’analyse d’un groupe composé d’experts et/ou de novices.

7Awareness : démarche de gérer et de « faire circuler les signes de la présence à distance » de chaque intervenant dans l’environnement.

8Cognitif/-tive : adjectif qui concerne les moyens et mécanismes d’acquisition des connaissances.

9Cognitique : science à la croisée de l’automatique, l’informatique, les sciences humaines et les sciences sociales, elle s’occupe spécifiquement du traitement et des techniques de la connaissance.

10Communication médiatisée : désigne toute forme de communication utilisant, un dispositif* technique et/ou médiatique dans des contextes à finalités variables (éducative, formative, informative, performative) comme par exemple, une émission télévisuelle, un forum de discussion ou un site web. Deux angles d’analyse peuvent être considérés : celui de la communication et celui de l’analyse technique du média.

11Culture de l’information : attitudes analytiques et critiques à l’égard des informations véhiculées par les différents médias : télévision, internet, etc. La culture de l’information est définie comme une sorte de « culture générale » et d’analyse de l’information. Elle dépasse les seules compétences opératoires et méthodologiques de la recherche de l’information et de l’utilisation des techniques de l’information.

12Culture informationnelle : elle se réfère davantage, à la différence de la culture de l’information*, aux procédures de construction et d’apprentissage avec l’information, en liant celles-ci aux différentes théories présentes dans l’institution scolaire ou universitaire.

13Dispositif : un dispositif est un agencement d’éléments, organisé selon une intention plus ou moins visible et cherchant à atteindre des effets (objectifs, finalités). Un dispositif n’est pas isolé. Il dépend « d’objets de même nature qui le précédent et qui le suivent » (Metzger, 2002). Un dispositif est composé d’éléments stables et intangibles auxquels se greffent des procédures, des actions de médiation et des outils dérivés de leur fonction première (guides, annuaires, diverses ressources, etc.). Les dispositifs sont considérés comme des réseaux de médiation du savoir, où sont en tension des échanges, des transmissions et des productions.

14Dispositif info-communicationnel : lieu réunissant des individus, des objets techniques et un ensemble de relations qui s’organisent sous forme d’interactions à la fois concrètes et symboliques, qui instituent des logiques d’usage et des manières de faire.

15Dyadique (relation) : relation et interaction entre deux entités, des individus ou des organisations qui se rejoignent par le biais d’idées différentes mais qui se complètent l’une l’autre.

16ENT : Environnement Numérique de Travail

17Ethos : terme de rhétorique ancienne concernant la partie d’un discours ou d’un texte qui traite des questions de mœurs. L’ethos constitue également un trait commun à un groupe social.

18Exorde : terme de rhétorique concernant la première partie d’un discours.

19Folksonomie : pratiques de classification et d’indexation de diverses ressources par les individus, non experts essentiellement, sans utilisation préalable de langages documentaires. Quelques synonymes : indexation sociale, taxinomie sociale, taxinomie populaire.

20Heuristique : adjectif signifiant « qui fait progresser la science et les questions scientifiques ».

21Ingénierie : démarche scientifique puis méthodologique qui consiste à organiser un dispositif* en trois temps à savoir l’analyse et la formalisation des besoins des utilisateurs, la mise en œuvre et la responsabilité de la construction, enfin, le contrôle et l’évaluation des divers équipements techniques et des modes d’organisation engagés.

22Ingénierie de la formation (Design pédagogique) : procédure consistant à mettre en forme des contenus ainsi que des intentions de communication à des fins de formation. L’objectif central étant de rendre plus performante l’acquisition de savoirs et de compétences.

23Interface « haptique » : originellement, haptique est un adjectif qui désigne des interfaces qui donnent des sensations par le toucher. L’interface « haptique » vise la sensation résultant de la combinaison des informations tactiles et kinesthésiques du fait que les stimulations cutanées y sont produites par l’activité motrice.

24Langage documentaire : langage artificiel, organisé sous formes de classification, de langages analytiques de type thésaurus, visant à présenter sous forme de liste un ensemble de mots retenus et liés entre eux.

25Les langages documentaires sont utilisés dans divers types de systèmes d’information, comme les centres de documentation ou les bibliothèques. Grâce au langage documentaire, le professionnel analyse les contenus des documents et l’usager interrogera via une interface, le catalogue bibliographique pour retrouver des documents.

26Laudatif : adjectif qui insiste sur les phrases et paroles qui louent et expriment un ensemble de louanges, notamment ceux ayant trait au « beau », au « bon » et aux valeurs morales dominantes dans une société.

27Médiation : la médiation est entendue au sens de relation, d’interface dont l’identité peut varier selon les domaines de recherche, les terrains d’application.

28Médiation des savoirs : désigne à la fois l’action de mettre en média une connaissance, un savoir, etc. mais aussi l’effet du dispositif techno-sémiotique sur les connaissances et le savoir.

29Médiatisation : est entendue au sens d’une mise en forme propre à un média.

30Œuvre conceptuelle : réalisation artistique où un coordinateur scientifique qu’est le médiateur fait intervenir des « interprètes de l’œuvre », que sont des techniciens chargés de matérialiser et de mettre en forme un travail de conception qui n’existe jusqu’alors que sous formes de descriptions, de plans, de schématisation.

31PQR : Presse quotidienne régionale

32Paradigme : utilisé par Thomas Kühn afin de désigner une conception supra-théorique inscrite à un moment donné dans l’histoire d’un courant scientifique dominant. Le paradigme délimite les objets et thématiques à questionner sur un plan scientifique et fonde des éléments explicatifs des faits.

33Péroraison : utilisé en rhétorique, la péroraison se situe à la fin et concerne l’analyse de la fin d’un discours. L’orateur rappelle alors, brièvement et de manière concise, l’essentiel de son propos et vise la conviction de l’auditoire en prenant notamment appui sur l’appel aux sentiments et aux passions.

34Pragmatique de la communication : prenant appui sur l’approche de l’école de Palo Alto, la pragmatique de la communication étudie la communication interpersonnelle, en cherchant à identifier et analyser comment s’articule une communication entre deux ou plusieurs personnes.

35RDI : Recherche documentaire informatisée

36Redocumentarisation (processus de) : opération consistant à partir d’un premier traitement documentaire généralement effectué par un professionnel de la documentation, à retravailler et réécrire partiellement celui-ci, en fonction d’un usage informationnel visé ou d’un besoin d’information. La plupart du temps, la redocumentarisation est une activité menée par un non spécialiste du traitement documentaire.

37Représentation : fait de concevoir et de partager des idées, des objets ou des situations. La représentation est dite sociale lorsqu’elle est partagée entre plusieurs individus et devient un cadre de référence. Pour être partagée, elle se divulgue via divers modes (les arts, les discours, etc.).

38Réseau : nous reprendrons notamment la proposition d’Anne Cauquelin et Pierre Musso (1993 : 273) qui décrivent le réseau comme « le lien entre les lieux, qu’ils soient inscrits dans des processus conceptuels ou sur un espace matériel ». Un réseau ne doit être confondu avec l’idée d’ouverture sur l’extérieur. En effet, il peut être replié sur lui-même, hermétique à l’autre et aux autres réseaux. Pour appréhender le niveau de complexité d’un réseau, il est essentiel de considérer son degré d’ouverture/de fermeture à l’environnement. Le médiateur agit sur les différents composants du réseau ou entre des composants internes au réseau et à l’environnement.

39Schème : action organisée, structurée et transférable d’une situation à une autre. Le schème se décline autour d’actions sensori-motrices et d’opérations cognitives intériorisées par le sujet.

40Sémio-pragmatique (approche) : l’approche sémio-pragmatique suggère de dépasser le seul ancrage sémiologique en considérant, par exemple, un système d’information humain et technique comme un ensemble de signification complexe reposant à la fois sur les ressources et les diverses formes de production des individus, mais également les connaissances de ceux-ci, leurs capacités à analyser et à s’approprier par la construction du sens, les environnements mis à leur disposition. La posture du chercheur s’en trouve revisitée, puisqu’il est appelé non seulement à analyser l’existant qui s’offre à lui, mais également à prendre en considération le sens co-construit entre les individus.

41Sémiotique : La sémiotique est la science qui étudie les signes, et donc le sens lié aux signes. Progressivement la sémiotique a cherché à catégoriser et à mettre en commun des signes de nature et d’intention commune.

42SFSIC : Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication

43TIC : Technologie(s) de l’Information et de la Communication

44Transmission : processus désignant le transfert d’informations d’un point à un ou plusieurs autres à l’aide de signaux (sémio)-techniques.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540