Version classiqueVersion mobile

Médiations

 | 
Vincent Liquète

La médiation au regard de la communication

Dominique Wolton

Note de l’éditeur

Entretien inédit

Texte intégral

1Comment définiriez-vous la médiation par rapport au domaine de la communication ? Quelles en sont les caractéristiques fondamentales ?

2La communication est apparemment un processus naturel entre deux ou plusieurs personnes, supposées être d’accord et qui échangent des mots, des signes, des images. On a alors le sentiment que la communication est facile alors que la médiation* est plus complexe : quelqu’un se met en interface entre deux ou plusieurs positions contradictoires. Autrement dit : la médiation serait difficile, car c’est de la négociation et la communication serait facile, car il s’agit d’échange. Or, les trois quarts du temps, la communication, c’est avant tout de la négociation.

3Il y a finalement peu de différence entre communication et médiation, si ce n’est que dans la première, les relations sont directes et que la deuxième nécessite un intermédiaire : dans la médiation, il y a le plus souvent trois parties, le médiateur est au milieu. Mais le processus intellectuel mobilisé par le médiateur (que ce soit dans la vie d’une entreprise ou d’une société) est le même que dans la plupart des situations de communication, c’est-à-dire une situation d’interface et de négociation. Donc contrairement à ce que l’on pense intuitivement, les deux ont beaucoup plus de points communs qu’il n’y paraît.

4Sur quels éléments fondamentaux distinguer la transmission de la médiation ?

5La transmission*, c’est en quelque sorte une vision verticale d’un émetteur ayant une capacité d’influence ou de pouvoir telle que son message utilisera le canal et arrivera directement au récepteur. Cela ne veut pas forcément dire que celui-ci acceptera le message, mais le pouvoir de l’émetteur est tel que le récepteur ne peut pas naturellement le refuser. Donc dans la notion de transmission, il y a l’idée d’une communication orientée où existe une position hiérarchique entre l’émetteur et le récepteur et où la seule possibilité de ce dernier est de faire semblant de dire qu’il est d’accord même s’il ne l’est pas. Autrement dit, c’est une situation de communication inégale, qui, entre nous, correspond à 80 % des situations mondiales.

6Nous pensons aux travaux centrés sur la médiation politique ou la médiation culturelle qui nous montrent depuis quelques années déjà comment l’État et la sphère politique exercent une part de leur influence via les politiques de médiation engagées.

7Dans quelle mesure les médiations peuvent-elles être considérées comme des stratégies d’exercice du pouvoir ?

8Oui, la médiation peut être une stratégie d’exercice du pouvoir, quand les sociétés sont ouvertes, avec de plus en plus de partenaires, plus de médias, de visibilité, de logique de lobbying. Autrefois, il y avait une autorité au sommet et une exécution en bas. Avec la démocratie, tout est plus compliqué car l’autorité doit être légitime et avec l’apparition des partis, des syndicats et des associations, on rentre déjà dans une logique de négociation. Donc ce qui est intéressant dans la médiation – qu’il faut en quelque sorte rapprocher de l’autorégulation – c’est la recherche de procédures de négociation politique qui ne mettent pas systématiquement en cause l’ensemble de l’appareillage symbolique institutionnel d’une société, mais qui restent à un niveau plus modeste. S’il y a conflit ou différence de point de vue entre des partenaires, la Loi, la police ou les institutions ne vont pas intervenir, mais les protagonistes vont se mettre autour d’une table pour essayer de négocier pratiquement, empiriquement. Cette procédure consistant à trouver un arbitrage politique par la négociation, c’est évidemment de la communication politique, c’est aussi un aspect de régulation des rapports sociaux qui prend d’autres formes que celles habituelles, administratives ou politiques. C’est de la démocratie dans son exercice quotidien, simplement la recherche d’une solution empirique, modeste au sens laudatif* du terme.

  • 1 L’hebdo du médiateur (Christian-Marie Monnot) sur France 2, ou Le rendez-vous du médiateur (Jérôme (...)
  • 2 Lire notamment sur ce sujet, l’ouvrage Quand la télévision donne la parole au public/Jacques Noyer (...)

9La télévision et la radio principalement ont programmé ces dernières années des émissions ou chroniques régulières d’un (journaliste) médiateur1 afin de justifier et d’expliquer certains choix de rédaction et de traitement journalistique au public. Ce type de médiation2 enrichit-il les relations entre émetteurs et récepteurs ou peut-il engendrer des dérives démagogiques de la part des professionnels de l’information ?

10Tout dépend de la manière de faire. Les médiateurs sont apparus lorsque le courrier des lecteurs est devenu plus abondant et plus critique et quand, au contraire, le lectorat s’est détourné des journaux. Les journaux, puis la radio et la télévision, ont alors eu peur d’un divorce entre le public et les journalistes. Ils ont donc décidé de nommer un médiateur. Si le rôle du médiateur consiste à justifier de la politique éditoriale du média, c’est un échec total, car le récepteur a l’impression d’être doublement berné. Mais si la médiation consiste à expliquer, sans forcément justifier les choix éditoriaux d’une part et d’autre part à donner la parole à des points de vue contradictoires, cela devient un enrichissement. On ne parle alors même plus de médiation, mais d’une communication publique entre des journalistes, des médiateurs et le public.

11Ce que réclame de plus en plus le récepteur, ce n’est pas forcément d’avoir raison contre les journalistes, mais que, sur certains événements, ces derniers comprennent que la situation est plus compliquée qu’ils ne le disent, et admettent que sur un sujet X, il y ait non seulement des points de vue contradictoires, mais des points de vue complémentaires et contradictoires. De ce fait, les médiateurs peuvent devenir des médiateurs de la complexité de la situation, en aucun cas des faire-valoir des journalistes, ou des justiciers au service de la direction, mais plutôt les porte-parole du public. Autrement dit, le médiateur est, je pense, plus du côté du public. Pendant longtemps, c’était le rôle du journaliste. Mais depuis l’institutionnalisation de la profession, se sont très souvent ces nouvelles formes de participation ou de négociation particulières qui peuvent devenir les occasions d’expression du lectorat.

12Vers quoi semble évoluer la médiation, notamment avec l’accroissement des réseaux humains et des techniques d’information ?

13Il y aura probablement de plus en plus de médiation et d’autorégulation qui sont les étages avant la régulation politique classique, traditionnelle. La question est : « Est-ce que les nouveaux dispositifs techniques style Facebook, les réseaux* sociaux, vont accentuer la médiation technique, ou est-ce que au contraire, la médiation humaine gardera sa place ? ». Pour moi, plus il y a de mécanismes institutionnels avec des échanges de mails, de textes, sans rencontres physiques avec les individus, plus apparemment on gagne du temps et plus en réalité on creuse la tombe de la médiation. Quand les divergences sont techniques, on peut se mettre d’accord à distance par le biais des nouvelles technologies. Mais quand il s’agit vraiment d’un désaccord profond et qu’il y a volonté d’éviter un conflit ouvert par une certaine négociation, les nouvelles technologies sont beaucoup moins nécessaires. Il faut prendre le temps de la rencontre humaine, de l’affrontement, purger les rancœurs et les procès d’intention. On a besoin de temps humain, pas de temps technique, pour mener à bien une vraie négociation.

Notes

1 L’hebdo du médiateur (Christian-Marie Monnot) sur France 2, ou Le rendez-vous du médiateur (Jérôme Bouvier) sur France Inter, Le médiateur (Eric Martinet) sur France 5 par exemple.

2 Lire notamment sur ce sujet, l’ouvrage Quand la télévision donne la parole au public/Jacques Noyer. Presses Universitaires du Septentrion, 2009.

Auteur

Directeur de la publication. Fondateur et directeur de la revue Hermès (depuis 1988, 57 numéros), fondateur et directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Dans ses nombreux ouvrages, il montre le paradoxe qui fait que les outils de communication sont souvent un révélateur de l’incommunication et il insiste sur le fait que la communication concerne tous les domaines et pas seulement les sciences humaines et sociales.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search