Versione classicaVersione mobile

Médiations

 | 
Vincent Liquète

Réseaux sociaux et ressources de médiation

Michel Grossetti

Nota dell’editore

Reprise1 du no 50 de la revue Hermès, Communiquer, innover. Réseaux, dispositifs, territoires, 2008.

Testo integrale

1La façon d’envisager les phénomènes de communication est étroitement liée aux conceptions générales du monde social et de sa morphologie. Ces conceptions sont très variées, mais pour la commodité de l’exposé, je les regroupe ici en deux grands types qui me semblent impliquer des façons différentes de mettre en jeu la communication.

Le tambour de ville et le bouche à oreilles

2Les sciences sociales se sont longtemps centrées sur la confrontation de l’individu avec des ensembles qui l’englobent, que ceux-ci soient désignés comme des groupes, des organisations, ou encore, à une échelle plus vaste, des systèmes, des structures, des sociétés. C’est le cas aussi bien des approches « individualistes* », reconstruisant les phénomènes collectifs à partir des actions individuelles, que des approches « holistes* » dérivant les comportements des individus de la position de ceux-ci dans des contextes collectifs stables. Mais c’est également vrai d’une partie des approches interactionnistes, dont les plus « micro » (Goffman, Garfinkel), se concentrent sur les interactions entre anonymes afin d’en dégager une sorte de grammaire générale et des « cadres » de ces interactions. Si l’on met l’accent sur des individus confrontés à une totalité qui les englobe, il faut concevoir l’existence d’éléments génériques, relativement homogènes au sein d’un collectif, qui « font tenir » la totalité en question et permettent aux individus de « faire des choses ensemble » (y compris de s’affronter). Cela ouvre la voie évidemment à des réflexions sur le langage, la culture, les normes sociales, les règles, les allant de soi, mais aussi sur les « équipements » matériels qui permettent les échanges, et dont les instruments de communication font naturellement partie.

  • 2 En français le meilleur reste celui d’Alain Degenne et Michel Forsé, 1994.

3Un autre type d’approche consiste à mettre au centre de l’analyse, non pas un ensemble englobant relativement homogène mais des relations « dyadiques* » (entre deux acteurs), hétérogènes, dont l’agrégation constitue un réseau*. L’« analyse des réseaux sociaux » qui s’est formalisée très progressivement à partir de considérations principalement méthodologiques (Freeman, 2004) place systématiquement les relations au centre de ses préoccupations, faisant dériver aussi bien les comportements individuels que les phénomènes collectifs des caractéristiques des relations et de la structure des réseaux. L’analyse des réseaux a produit des résultats importants sur de nombreuses questions et c’est à présent un domaine bien établi avec ses manuels2, ses colloques, et une communauté de spécialistes de plus en plus importante, au sein de laquelle les méthodes et les notions sont relativement stabilisées.

4Lorsqu’on se concentre sur les relations interpersonnelles, les ressources génériques, homogènes au sein des contextes collectifs, deviennent secondes, le cadre principal des actions et interactions étant le réseau social. Les relations sociales sont alors le vecteur principal de la diffusion d’informations et de comportements, mais aussi le lieu où s’exercent les pressions normatives, et où se construisent les visions du monde. Sur le plan de la communication, on pourrait dire que le premier type d’approche s’intéresse au tambour de ville et le second au bouche à oreilles.

  • 3 Par exemple Bessy, C. et Marchal, E., « La mobilisation d’Internet pour recruter : aux limites de l (...)

5Tous les travaux qui sont conduits par les analystes de réseaux démontrent l’impossibilité de comprendre le monde social sans prendre en compte les relations dyadiques. Toutefois, poussé à l’extrême, le primat des relations finit par conduire à une sorte de réductionnisme relationnel qui ignore l’existence d’autres formes sociales, et d’autres moyens dont les acteurs sociaux disposent pour se coordonner ou interagir. Par exemple, dans une célèbre étude sur le marché du travail, Mark Granovetter (1974) distinguait différentes façons d’obtenir un emploi : la mobilisation de « contacts personnels » (56 % des cas), l’usage de moyens formels (agences de placement, etc.) (19 %), les « démarches directes » (les candidatures spontanées) (19 %) et divers autres moyens (6 %). Granovetter s’était particulièrement intéressé aux contacts personnels, examinant soigneusement les caractéristiques des liens permettant de trouver un « bon » emploi, mais avait complètement laissé de côté les 44 % de cas qui ne faisaient pas intervenir de relations personnelles. On pourrait trouver symétriquement de nombreuses études examinant de près les effets des agences de placement ou des dispositifs de communication (Internet, petites annonces) mais ignorant les relations interpersonnelles3. Pour sortir de ces visions tronquées des phénomènes sociaux, il faut un cadre d’analyse capable de conceptualiser à la fois ce qui relève des réseaux et ce qui n’en relève pas.

6Je présente dans ce qui suit un ensemble d’outils théoriques qui répondent à cette exigence. Parmi ces outils, la notion de médiation*, empruntée au sociologue de l’art Antoine Hennion, mais reformulée, tient une place importante. Je donnerai ensuite une idée de ce que peut produire ce cadre théorique en prenant l’exemple de deux études sur l’innovation.

Acteurs, ressources, médiations

7Le point de départ du cadre d’analyse présenté ici est une division très classique entre acteurs et ressources. Les acteurs sociaux sont des humains ou des groupes d’humains capables de produire de l’imprévisibilité pour les autres acteurs. Un humain n’est donc pas en toutes circonstances un acteur dans ce sens là : pour une problématique donnée, dans un contexte donné et une situation donnée, un humain ou un groupe d’humains, qui serait totalement prévisible, qui se limiterait à remplir un rôle prédéfini, ne serait pas considéré dans l’analyse comme un acteur social.

8Naturellement tout humain peut (re)devenir à tout moment un acteur. Les « ressources » sont tout le reste, qu’il s’agisse d’entités naturelles ou d’artefacts*, d’éléments matériels ou de formes cognitives*. Ce sont des entités dont le statut dans l’analyse dépend de l’interaction que les acteurs ont avec elles. Elles peuvent selon les situations être des ressources instrumentales que les acteurs mobilisent, des contraintes, qu’ils subissent, des enjeux auxquels ils peuvent s’intéresser (pour se les approprier ou les modifier), ou encore des ressources de médiation qui rendent possibles leurs interactions. Par exemple, une table est une ressource instrumentale (je peux poser des choses dessus), une contrainte (elle a un certain poids et un certain encombrement), un enjeu si deux personnes veulent se l’approprier, et une ressource de médiation si elle délimite une frontière symbolique, par exemple entre un enseignant et ses élèves. Elle est souvent tout cela à la fois. Ces quatre statuts sont le plus souvent associés dans les situations concrètes, mais l’analyse peut mettre l’accent sur certains d’entre eux plus que sur d’autres, selon les questions qui sont traitées.

9La notion de médiation est reprise des travaux d’Hennion (1993), mais définie de façon un peu différente, intégrée si l’on veut à un cadre théorique plus classique. Elle permet d’inclure des processus qui sont en amont de l’interaction telle qu’elle est définie habituellement, par exemple la mise en relation des partenaires d’un échange, et elle met plus l’accent sur les ingrédients « non humains » de ces processus. Si je préfère utiliser la notion de médiation que celle de communication, c’est parce que les ressources sur lesquelles s’appuie ce type de processus ne sont pas simplement des vecteurs d’information, mais qu’elles jouent aussi un rôle actif dans la confiance qui s’établit entre les acteurs, et dans la constitution d’acteurs collectifs. Les moyens de communication peuvent dans la plupart des cas être considérés comme des ressources de médiation, mais ils sont le plus souvent associés en pratique à d’autres ressources comme les dispositifs juridiques, les règles, ou l’activité de personnes dont le rôle est précisément d’assurer ces médiations.

10Les ressources ne sont pas universelles. Elles ont une « aire de pertinence ». Certaines ressources n’ont de pertinence que pour un acteur : une liste de courses que j’aurais rédigée en utilisant des abréviations que je suis le seul à comprendre serait une ressource strictement individuelle, qui me permet de me coordonner avec moi-même dans le temps. D’autres ressources peuvent être utilisées par de très nombreux acteurs durant très longtemps et dans des contextes variés : on peut penser à une langue, en tout cas dans ses aspects les plus stables et génériques. Entre ces deux extrêmes, toutes les situations sont possibles. L’une de ces situations est celle où l’aire de pertinence des ressources considérées ne concerne que deux acteurs, ce qui en fait des « ressources dyadiques ».

11Revenons aux analyses de réseaux sociaux. Il est frappant de constater que si prolifèrent les définitions et les modes de caractérisation de la structure des réseaux, peu de travaux définissent explicitement les relations sociales elles-mêmes. Il faudrait un article entier pour discuter des différentes conceptions, essentiellement implicites, décelables à travers les méthodes employées et les analyses. Je me contenterai ici de dire que, dans la plupart des travaux, les relations impliquent des liens relativement durables dans le temps – donc que l’on ne peut réduire à des interactions ponctuelles – entre des entités sociales (essentiellement des individus ou des collectifs).

12Lorsque les entités en relation sont des individus, on suppose en général que chaque partenaire de la relation dispose d’informations sur l’autre, informations censées avoir été obtenues lors d’interactions directes, ce qui élimine les effets des médias (je « connais » Georges Bush par les médias, mais je n’ai pas de relation sociale avec lui). Elles sont censées aussi présenter une certaine réciprocité (A peut connaître B plus que B ne le connaît, mais B doit le connaître au moins un peu). En allant plus loin, on se rend compte que la connaissance réciproque fondée sur des interactions ne suffit pas, que l’on présuppose autre chose que la connaissance, qui est de l’ordre de l’engagement, les partenaires s’engageant au minimum à reconnaître entre eux l’existence de la relation.

13L’idée de relation sociale interpersonnelle implique le plus souvent que l’interaction entre les protagonistes prend des formes spécifiques, non réductibles aux codes ou aux allant de soi plus ou moins génériques qui permettent à des personnes qui ne sont jamais rencontrées de se comprendre, au moins jusqu’à un certain point. Ces aspects spécifiques aux relations, principalement présentes dans l’esprit des protagonistes (perception de l’autre, engagement affectif, confiance) sont des ressources dyadiques.

Formes sociales, encastrement, découplage

14Un ensemble de relations sociales est un réseau. On voit bien que cette forme sociale n’implique aucunement l’existence de ressources partagées par tous les acteurs qui le constituent. Il suffit que chacun soit relié à un autre acteur au moins par des ressources dyadiques. Je connais mon voisin par les interactions que nous avons eues au fil du temps. Mon voisin connaît son beau-frère. Il n’existe aucune ressource partagée spécifiquement entre mon voisin, son beau-frère et moi, alors que le réseau que nous constituons peut jouer un rôle dans certains phénomènes sociaux, par exemple la circulation d’information.

15Lorsque l’aire de pertinence des ressources va au-delà de deux, lorsque trois acteurs au moins sont concernés, on sort de la relation dyadique pour entrer dans le registre des « collectifs ». Ceux-ci sont des ensembles d’acteurs partageant des ressources. Un collectif peut rester « latent ». Mais il peut devenir aussi un acteur social, ce qui implique un processus que l’on peut appeler « découplage ». J’ai repris en l’adaptant ce terme du sociologue américain Harrison White (1992), qui en fait le processus réciproque de l’« encastrement » (la dépendance des collectifs vis-à-vis des réseaux sociaux).

  • 4 Mullins, N.C., « The Development of a Scientific Speciality : the Phage Group and the Origins of Mo (...)

16Pour comprendre l’idée de découplage d’un collectif, on peut prendre l’exemple de l’émergence des spécialités scientifiques analysée par le sociologue des sciences Nicholas Mullins4. Les scientifiques travaillant sur des thèmes proches et constituant un réseau à partir de collaborations par groupes de deux ou trois finissent par prendre conscience qu’ils constituent une sorte de collectif, se dotent d’un nom, de règles communes, harmonisent leur vocabulaire et leurs méthodes, constituant ainsi ce que Mullins appelle en anglais un cluster et que je désigne ici comme un collectif. On voit bien dans cet exemple que le passage de la forme du réseau à celle du collectif s’effectue par la création de ressources de médiation spécifiques. Les frontières mêmes du collectif lorsqu’elles sont explicitées (par exemple par une formalisation de l’adhésion) constituent des ressources de médiation, en interne, mais aussi en externe puisqu’elles font référence pour des acteurs extérieurs. Lorsque ces ressources acquièrent suffisamment d’efficience, le collectif latent devient un acteur collectif.

17La notion de découplage peut aussi être utilisée dans d’autres cas. Par exemple, il est fréquent que les relations personnelles émergent dans un cadre collectif, dont elles se découplent par la suite. Par exemple, deux personnes étant conduites à travailler ensemble dans le cadre d’une même organisation peuvent être amenées à spécifier leurs échanges, à se rendre non totalement substituables l’une par rapport à l’autre, et ainsi à faire exister une relation interpersonnelle. Là encore, en s’ajustant l’un à l’autre, en se créant des références communes, les protagonistes génèrent des ressources de médiation dyadiques qui s’écartent peu à peu de celles qui sont fournies par l’organisation et par les autres collectifs plus larges auxquels ils peuvent participer.

18À des niveaux d’action plus vastes, les mêmes notions fonctionnent très bien. Au fond, l’émergence de l’économie de marché comme sphère relativement autonome correspond à la constitution de dispositifs juridiques et matériels qui sont autant de sources de découplage (Polanyi, 1983). Aux niveaux intermédiaires que constituent des marchés particuliers, on peut mesurer des degrés d’autonomisation des échanges par rapport aux relations personnelles et par rapport à d’autres marchés ou sphères d’activité. Ainsi, si dans le marché du travail en France, entre 30 et 40 % des emplois sont trouvés par relations (Degenne, Forsé, 1994), alors cela signifie que le découplage de ce marché, qui passe par toutes les médiations que j’ai citées plus haut ainsi que par d’autres, plus spécifiques (les concours de la fonction publique par exemple), s’est stabilisé à un niveau limité d’autonomie vis-à-vis des relations personnelles. En revanche, on peut supposer que le nombre d’achats en hypermarché effectué sur la base de relations personnelles avec les vendeurs est extrêmement faible, ce qui autonomise le marché de la « grande distribution » vis-à-vis des réseaux sociaux, mais le rend aussi plus dépendant de tous les dispositifs et professionnels du marketing, du packaging et autres activités de médiation (Cochoy, 2002).

Réseaux et médiations dans deux études sur l’innovation

19Ce cadre théorique a été mis à l’épreuve dans deux recherches concernant l’innovation.

  • 5 Pour une description détaillée de la méthode et des résultats, voir Grossetti, M. et Bès, M-P, « En (...)

20La première de ces recherches avait pour objectif principal de comprendre les logiques de mise en relation des laboratoires de recherche publique et des entreprises en France. Marie-Pierre Bès et moi avons reconstruit 130 histoires de collaborations entre des laboratoires du CNRS et des industriels, à partir d’entretiens croisés5. Le contact peut résulter de l’existence d’une chaîne préalable de relations entre les personnes décidant de la collaboration (44 % des cas étudiés), de l’intervention d’organisations intermédiaires (service ministériel, organisations locales cherchant à favoriser les échanges entre les laboratoires et les entreprises) (18 %) ou encore de l’initiative de l’un des partenaires ou de leur rencontre dans une manifestation collective comme un congrès ou un salon (38 % des cas). Lorsque l’on croise ces logiques de rencontre et la localisation des partenaires, on obtient des résultats qui plaident clairement pour l’explication des effets de proximité par l’existence de réseaux personnels locaux, puisque le contact par les réseaux est fortement corrélé au fait que les partenaires soient situés dans la même région (60 % de contacts par réseaux dans ce cas, contre 34 % lorsqu’ils sont dans des régions différentes).

21Il y a toutefois une limite à l’encastrement des relations entre organisations dans les réseaux personnels. Dans nos données, les logiques de contact entre les entreprises et les laboratoires n’apparaissent corrélées ni avec la localisation des laboratoires étudiés, ni avec le type de partenaire, ni avec les contenus technologiques, ni avec la durée des collaborations. Tout se passe comme si la localisation géographique des partenaires était la principale conséquence du contexte de formation de la collaboration sur le déroulement de celle-ci. L’oubli des conditions de construction de la relation passe par des processus qui produisent du découplage. Ces processus bien connus vont de l’élaboration du cadre juridique formel que constitue le contrat, au développement des dispositifs techniques permettant le travail en commun (maquettage, modélisation, logiciel spécifique, instruments, données produites, matériaux, documents intermédiaires) en passant par le fonctionnement des règles internes des organisations. Tous ces processus produisent des ressources de médiation à l’échelle des collectifs.

  • 6 Au sens où leurs promoteurs ont revendiqué ce qualificatif et réussi à convaincre une instance quel (...)

22La deuxième recherche porte sur des créations d’entreprises « innovantes »6. Nous nous sommes en particulier intéressés aux situations d’accès aux ressources. La mobilisation d’une ressource est une séquence d’action dans laquelle l’un des créateurs mobilise ou reçoit une ressource dont il ne dispose pas. Par exemple, la consultation d’un avocat pour rédiger les statuts est une séquence qui fait intervenir un ou plusieurs créateurs, l’avocat, et les conseils que celui-ci dispense. L’avocat peut être une relation de l’un des créateurs ou une relation d’une relation, auquel cas nous considérons que la mobilisation de la ressource s’est effectuée par le biais des relations sociales, ou bien il peut avoir été choisi sur un annuaire, auquel cas nous considérons que c’est une ressource de médiation qui a permis l’accès à la ressource. Pour les 53 premières entreprises que nous avons étudiées, le nombre de situations de mobilisations de ressources s’établit en moyenne autour de 16 par histoire. Le premier résultat est que les relations sociales occupent une place prépondérante dans les processus de création d’entreprises : 57 % des situations codées font intervenir l’appel à des relations. Les relations sont plus fortement présentes dans la phase initiale, avant le dépôt des statuts (64 % des situations d’accès aux ressources font intervenir des relations).

23Les phases suivantes laissent plus de place aux ressources de médiation, ce qui illustre l’idée d’un découplage progressif de la nouvelle organisation par rapport aux relations de ses fondateurs. Les autres modes d’accès aux ressources peuvent se diviser en deux catégories. La première est constituée par les organismes professionnels ou publics, qui sont l’équivalent des organisations intermédiaires vues dans l’étude sur les relations entre laboratoires et entreprises. Ce mode d’accès aux ressources est présent dans 21 % des cas. La seconde catégorie, comprend des dispositifs de médiation, qui peuvent être des médias, divers médiateurs humains, les colloques, salons ou foires. Elle représente 24 % des cas. Les relations sociales tendent à favoriser l’accès à des ressources locales (57 % des ressources locales sont atteintes par des relations personnelles contre 50 % de celles qui ne le sont pas), de même que les organisations intermédiaires (23 % contre 16 %), alors que les ressources de médiation sont un peu moins orientées vers les ressources locales (20 % et 34 %). Le résultat est proche de celui de l’étude précédente, mais les organismes intermédiaires sont ici plus locaux.

Un cadre explicatif robuste

24Le cadre théorique présenté vise moins la sophistication que la robustesse, c’est-à-dire la capacité à traiter de façon satisfaisante des situations diverses, actuellement mal prises en compte par les théories existantes. Aux théories hémiplégiques privilégiant soit les réseaux, soit l’inscription des acteurs dans des collectifs homogènes, il substitue une approche plus globale, centrée sur la dynamique des phénomènes sociaux. La notion de médiation permet d’introduire systématiquement les processus d’interaction et de coordination, et donc de dépasser une vision simplement instrumentale des ressources.

25Malgré sa robustesse, ce cadre n’est pas encore totalement satisfaisant. On pourrait par exemple mieux spécifier les statuts des ressources en systématisant la dichotomie instrumentale/médiation pour les cas où elles se présentent comme des contraintes ou des enjeux. Le terme « ressource », utilisé ici faute de mieux, présente le défaut de renvoyer trop facilement à une dimension simplement instrumentale et à un statut de totale passivité de ce qu’elle désigne. Enfin et surtout, la notion de médiation reste insuffisamment définie et présente le risque d’être trop large. Sur tous ces points, il reste du travail à effectuer. Toutefois, même dans son état actuel, ce cadre d’analyse fonctionne plutôt bien et se traduit sans trop de difficulté dans des dispositifs empiriques efficaces.

Bibliografia

Références bibliographiques

Cochoy, F., Une sociologie du packaging ou l’âne de Buridan face au marché, Paris, PUF, 2002.

Degenne, A. et Forsé, M., Les réseaux sociaux, Paris, A. Colin, 1994.

Freeman, L., The Development of Social Network Analysis : A Study in the Sociology of Science. Vancouver, BC, Canada, Empirical Press, 2004.

Granovetter, M.S., Getting a job. A study of contacts and careers, Harvard University Press, 1995 (1974).

Grossetti, M., Sociologie de l’imprévisible, Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, P.U.F, 2004.

Hennion, A., La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Paris, Metailié, 1993.

Polanyi, K., La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983.

White, H.C., Identity and control. A structural theory of action, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 1992.

Note

1 Publié sous le titre « Réseaux sociaux et médiations dans les activités d’innovation ».

2 En français le meilleur reste celui d’Alain Degenne et Michel Forsé, 1994.

3 Par exemple Bessy, C. et Marchal, E., « La mobilisation d’Internet pour recruter : aux limites de la sélection à distance », Revue de l’IRES, no 52, 2006.

4 Mullins, N.C., « The Development of a Scientific Speciality : the Phage Group and the Origins of Molecular Biology », Minerva, vol. 19, 1972, p. 52-82.

5 Pour une description détaillée de la méthode et des résultats, voir Grossetti, M. et Bès, M-P, « Encastrements et découplages dans les relations science – industrie », Revue Française de Sociologie, Vol. 42, no 2, 2001, p. 327-355.

6 Au sens où leurs promoteurs ont revendiqué ce qualificatif et réussi à convaincre une instance quelconque de sa validité (ANVAR, pépinières locales, fonds d’investissement réservés à l’innovation, etc.). Voir Grossetti, M. et Barthe, J.-F, « Dynamiques des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue Française de Sociologie, 49-3, 2008, p. 585-612.

© CNRS Éditions, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search