Versione classicaVersione mobile

Médiations

 | 
Vincent Liquète

Médias, médiation, démocratie

Philippe Breton

Nota dell’editore

Reprise1 du no 17-18 de la revue Hermès, Communication et politique, 1995.

Testo integrale

1Plusieurs questions se posent aujourd’hui dans le champ de la communication politique. Quel est le statut des connaissances dans ce champ ? Ce domaine de recherche a-t-il une véritable autonomie ? L’ambition de cet article est de contribuer, à l’affinage et à l’affirmation de ce que l’on souhaiterait pouvoir appeler les « sciences de la communication politique ».

2Il faut partir pour cela de la confusion qui s’instaure à la fois sur le terrain étudié et dans la discipline qui l’étudie, entre médiation* et médiatisation*. La médiatisation, c’est-à-dire le recours aux médias comme canal de diffusion de l’information n’étant finalement qu’un cas possible de la fonction plus vaste qu’assure la médiation. D’autres canaux de médiation peuvent être constitués, par exemple par l’adresse directe des hommes politiques via des sites, blogs ou message Twitter, ou encore par la prise de parole lors de meeting politique ou de distribution de tracts.

Le statut épistémologique de la « communication politique »

3Dans ce contexte, l’emploi systématique d’une expression ambiguë comme « communication politique » pose un réel problème, car ce terme mélange plusieurs niveaux entre lesquels il est parfois difficile de se retrouver.

Les ambiguïtés du terme « communication politique »

4Ne faut-il pas également distinguer entre l’activité des techniciens professionnels de la communication politique (le conseiller en marketing, par exemple) et celle du chercheur en communication qui veut produire des connaissances sur les conditions de médiatisation du politique ? Les uns et les autres n’ont ni les mêmes buts, ni les mêmes règles d’action, ni les mêmes normes professionnelles. Ils n’ont ni les mêmes théories ni les mêmes pratiques. Or les uns et les autres peuvent prétendre œuvrer dans le domaine de la « communication politique ».

5Le fait que certains chercheurs tentent leur chance comme « intervenants » dans le monde de la médiation politique, ou qu’à l’inverse certains experts de la publicité ou du marketing politique tentent de produire des connaissances « objectives » sur le champ dans lequel ils interviennent, n’empêchent pas que nous ayons affaire ici à deux horizons professionnels bien distincts, même si des transferts de savoir de l’un à l’autre sont évidemment possibles. On voit donc que le terme de « communication politique », censé nous apporter plus de clarté sur le sujet, ne fait finalement qu’introduire une confusion supplémentaire.

La confusion des savoirs

6Nous ferons ici l’hypothèse que cette confusion des savoirs a pour origine, en grande partie, l’influence que semble exercer, à l’intérieur même des sciences de la communication politique, ce que l’on appellera ici l’« idéologie de la communication ». Il s’agit d’un système de représentation du monde organisé autour de la communication comme valeur centrale, dans le domaine politique comme dans d’autres.

7Les tenants de cette idéologie soutiennent que le maintien du lien social est strictement dépendant de la capacité de l’information à circuler. Le rôle des médiateurs est donc essentiel à la survie du système social, menacé par l’entropie et la fermeture des systèmes sociaux sur eux-mêmes. Dans cette optique le « contenu » de l’information a moins d’importance que sa fonction d’ouverture, de mise en relation et de maintien des grands équilibres fondamentaux. Par une curieuse inversion, c’est cette fonction qui constituerait maintenant le « contenu » essentiel du message.

Un paradigme simpliste

8Cette position se présente comme résolument optimiste. Elle s’appuie sur un paradigme* simple, voire simpliste, qui dépasse le champ de la politique : les médias, comme instances privilégiées, voire uniques de la médiation, seraient, en quelque sorte par nature, les outils privilégiés de la démocratie. Bien sûr, un certain nombre de contraintes pèseraient sur la diffusion du message politique, que les médias réduisent et déforment, mais, grosso modo, le bilan serait positif. Dans cet esprit, le message politique serait co-produit par les médias et par les hommes politiques. Cette position semble être finalement la plus répandue, y compris parmi les chercheurs en communication politique, même si beaucoup de ces derniers choisissent d’insister plutôt sur les effets secondaires négatifs de la médiatisation politique.

9Pour Lucien Sfez (1992), l’absorption du monde par les instances de médiations conduit à ce qu’il appelle le « tautisme », c’est-à-dire une confusion difficile à repérer comme telle entre le fait et sa représentation. L’intellectuel aurait, dans cette perspective, un rôle de dévoilement critique d’un réel caché aux yeux des intéressés eux-mêmes.

10La forme concrète prise par l’idéologie dans le champ de la communication politique sera décrite donc comme une double identification, d’une part entre médiation et médiatisation, et d’autre part entre médias et démocratie. Dans cette perspective, ce qui pourrait constituer des objets de recherche est en fait posé comme un dogme a priori, un point de départ non discutable plutôt qu’un résultat.

Médiation et médiatisation

11Avec la question des conditions de la mise en forme de la parole politique nous sommes au cœur de la question de la médiation. On distinguera deux modalités de la mise en forme : celle qu’opèrent les médias, comme instance indépendante de transport du message, et celle qu’opèrent eux-mêmes les producteurs de la parole politique. Le contrôle de la mise en forme est l’un des enjeux essentiels entre les producteurs et les médiateurs professionnels. En d’autres termes, le message, notamment celui qui a un fort contenu argumentatif, porté par les politiques, peut-il arriver directement à ses destinataires, sans subir une remise en forme médiatique ? Y a-t-il des voies de médiation qui échappent aux règles de construction du message médiatique ? Cette question est essentielle car, comme nous allons le voir, l’un des effets de la réduction de la médiation à la médiatisation est de casser le fil argumentatif propre au politique, pour lui substituer le « commentaire médiatique ».

Le filtrage du discours politique

  • 2 D’une façon générale on trouvera plusieurs synthèses dans la section « communication politique » du(...)

12S’il est un point sur lequel tous les spécialistes de l’étude des phénomènes de communication politique sont d’accord, avant de diverger quant à leur interprétation, c’est bien celui de la montée en puissance, tout au long du xxe siècle, des intermédiaires médiatiques qui s’interposent entre la parole politique et le public auquel elle est destinée. Les processus de filtrage du discours politique ont été abondamment et souvent bien décrits2. Le rôle du marketing politique et que la place prise par la télévision dans le débat politique ont fait l’objet d’analyses serrées et souvent convaincantes. Nous savons aussi mieux maintenant qu’aux filtrages imposés par les médias se superpose une autre catégorie de filtres constitués par la « perception active » du destinataire du discours politique, rebaptisé à l’occasion « récepteur ».

13L’ensemble de ces travaux nous permet de dresser un tableau – assez théorique et général – du cheminement de la parole politique comme subissant un jeu de reformulations suffisamment fort pour qu’on s’interroge, en bonne théorie de l’information, sur la qualité et l’intégrité du message ainsi transmis. Ou, plus précisément, que reste-t-il d’une parole politique une fois que celle-ci est passée à travers l’ensemble du cheminement imposé aujourd’hui ? L’hypothèse qui insiste sur une nécessaire distinction entre des canaux de médiation du discours politique – qui tendent aujourd’hui à disparaître – et les canaux médiatiques – qu’ils tendent de plus en plus à emprunter – doit montrer comment cette dernière étend son influence en amont, sur les conditions dans lesquelles s’exerce l’argumentation politique et sur les modalités de formation des idées politiques.

14La médiatisation remplit dans le domaine du politique trois fonctions qui sont autant d’interventions sur le message lui-même. D’abord une fonction de transmission* du message, qui, loin d’être un simple « transport » est le produit d’une sélection et d’une hiérarchisation par le biais des « sommaires » (qui pourrait être la traduction française d’« agenda »). Les choix de transmission vont ainsi contribuer à transformer le discours politique tenu en « événement » politique. La médiatisation a ensuite une fonction de mise en scène du message. Toute présentation qui opère des choix de citations, qui pratique des coupes ou opère des montages de texte, change bien évidemment la nature du texte initial. Reste enfin la fonction de commentaire du discours, qui constitue l’ordinaire de base du « politologue » ou du journaliste politique. Le commentaire obéit en principe à un double impératif : pédagogique, il aide à mieux comprendre ce que l’homme politique voulait dire, explicatif, il situe ce discours dans un contexte et lui donne ainsi une signification qu’il n’aurait pas d’emblée.

15La question qui se pose à partir de cette description est celle de l’absorption de la diversité possible des processus de médiation par les médias, et d’interpréter le rôle que joue cette transformation sur l’intégrité de la parole politique et sur les modalités de son argumentation.

Parole politique et médiatisation

16L’emprise des médias sur l’ensemble du processus de médiation génère un redoutable paradoxe. Les processus de filtrage du discours politique font apparaître non pas une déformation, au sens de l’intention, mais une reformulation de la parole initiale. Cette position revient à soutenir que le commentaire vaudrait tout autant que la parole qu’il commente. Pareil optique est toutefois non seulement insoutenable du point de vue du contenu politique mais elle est à la source d’un véritable paradoxe que les médias n’arrivent pas tout à fait à dénouer. D’un côté, on affirme que la politique se fait à l’intérieur et selon les règles de l’espace médiatique ; de l’autre côté, on ne peut pas faire autrement que d’affirmer que les médias n’ont que le statut de commentaire second d’un message produit à l’extérieur du monde médiatique.

17Tout le problème est là : les événements ont une source avant d’être des événements. La parole politique existe avant d’être médiatisée. L’enjeu est donc d’obtenir que cette antériorité soit masquée, c’est-à-dire que le média apparaisse comme créateur de l’événement politique (d’où l’importance et la fonction de certaines émissions à la télévision).

La mise en scène de l’information politique

18D’un côté, les professionnels de la médiation affirment haut et fort leur droit de transmettre, de commenter et de mettre en scène le message politique selon leurs propres règles. Personne d’autre qu’eux ne doit choisir les « sommaires » et les « angles » sous lesquels les sujets seront traités. Toute l’activité relationnelle des journalistes politiques consiste à défendre ces droits, becs et ongles, et à construire concrètement l’information en fonction de ces règles. La mise en scène de l’information répond aussi à des critères « esthétiques » propres au milieu, qui dépendent, dans le meilleur des cas, de la volonté d’un médiateur comme créateur ou, dans le pire des cas, de son souci, dans une perspective purement commerciale, de coller le plus possible aux attentes – supposées – du public. Cette construction s’accompagne d’un travail de délégitimation et de critique de la capacité que le politique aurait d’imposer ses choix en la matière.

19L’ethos* journalistique véhicule une sorte de méfiance vis-à-vis de l’homme politique dont le discours, s’il était transmis sous forme brute, serait manipulateur par essence. Ainsi son droit à la médiation est délégitimé au nom d’une suspicion non fondée.

20Mais d’un autre côté, la légitimité du média tient encore aujourd’hui à ce qu’il affirme garantir l’intégrité du message politique ainsi transmis, donc transmettre fidèlement la parole politique vers son public. On aurait tort de sous-estimer l’importance de la tension que provoque une telle contradiction dans la pratique quotidienne des médiateurs.

21Le moyen de résorber cette tension est d’affirmer toujours plus que « le médiateur sait mieux que l’homme politique ce qu’il veut vraiment dire ». C’est en suivant cette direction que la reconstruction médiatique s’impose le plus clairement comme co-productrice de la parole politique. Tout, dans la mise en scène médiatique, concourt à instaurer une symétrie de ce entre l’homme politique et le journaliste spécialisé, jusqu’à l’utilisation des sondages par les professionnels de l’information, qui leur donnerait une légitimité équivalente à celle de la représentativité de l’homme politique.

22C’est à ce stade qu’apparaît le plus nettement la prégnance de l’idéologie de la communication comme « grand égaliseur » des points de vue, tissant, au nom de l’équilibre social, une équivalence générale entre la parole et son commentaire et faisant de la parole un « commentaire comme un autre ».

23Tout cela s’accompagne d’un travail de présentation du discours tenu par l’homme politique comme un discours « qui cache ses attendus » (que le journaliste dévoilera) et « qui n’est pas compréhensible » par son public (ce que le journaliste se chargera de faire). En somme, pour se situer non plus sur le plan des pratiques mais sur celui des valeurs, cette idéologie fait exister une opposition artificielle entre la « transparence de la médiatisation » et « l’opacité du politique », dès lors que celui-ci tenterait de recourir à une médiation directe.

L’argumentation politique sous l’emprise de la médiatisation

24Face à cette situation, le monde politique se voit contraint de développer des stratégies, notamment argumentatives, qui permettraient le maintien de l’intégrité de la parole émise, ou ad minima, le moins de perte possible de ce point de vue. Toute la question est de savoir comment ces stratégies résistent à la présence impériale de la médiatisation, surtout dans un contexte où cette présence est légitimée par une idéologie fortement ancrée au sein du monde politique lui-même.

  • 3 Comme l’avait noté Roland Barthes dans son article « L’ancienne rhétorique », Communications no 16, (...)

25On touche ici un point assez fondamental, dont la discussion ne date pas d’aujourd’hui. On sait que la naissance de l’argumentation – la rhétorique – est corrélative de l’invention du politique au sens démocratique3. D’emblée la question de l’argumentation et de sa place dans le dispositif* politique, a été un enjeu théorique et stratégique. L’argumentation, comme « art de convaincre » est-elle une perversion obligée d’une parole qui, si elle est vraie et juste n’a pas besoin d’être argumentée, ou n’y a-t-il d’autre parole que celle qui naît à l’intérieur de l’espace de l’argumentation, ou bien encore est-elle simplement un outil au service de la parole qu’elle sert ?

26La première position sera en gros celle de Socrate et de Platon, qui vont nourrir une tradition intellectuelle encore vivace aujourd’hui, selon laquelle le vrai parle de lui-même. Cette position nie la dimension argumentative et s’oppose à toute médiation qui se détacherait du producteur de la parole (Socrate s’était opposé à l’écriture, comme médiation « donnant l’illusion du savoir »). Il s’oppose ainsi aux sophistes, premiers inventeurs de la théorie « postmoderne » des « jeux de langages », pour qui le vrai n’existe pas puisque tout serait discutable.

  • 4 On lira notamment la définition de la rhétorique donnée par Aristote dans Rhétorique, tome 1, 1355 (...)

27Aristote sortira de cette fausse alternative. Critiquant à la fois la « dérive technologique » des sophistes et les positions absolues de Platon, il replace la rhétorique au rang d’outil au service des idées, tout en conférant à cet outil – ce point est essentiel – une fonction heuristique*, qui consiste à découvrir ce qui est persuasif dans une parole donnée et à distinguer entre le persuasif vrai (en rapport avec la parole) et le persuasif faux, qui est pur sophisme4. Dans cette conception la médiation est conçue comme conjuguant les impératifs de la transmission et ceux du respect de la parole transmise.

28En rhétorique, transmission, mise en scène et commentaire, ne sont que des techniques secondaires, moyens parmi d’autres d’obtenir le résultat recherché : se faire entendre et/ou convaincre. Le commentaire par exemple ne recouvre, dans l’organisation du discours rhétorique, qu’un ensemble de figures mineures qui permettent à l’orateur de faire retour sur ce qu’il dit, comme par exemple l’épanorthose (l’excès de commentaire, tous les bons orateurs le savent, tue le discours).

29La spécificité de l’argumentation politique tient à ce qu’elle est une mise en forme de l’idée politique effectuée par l’émetteur lui-même. Dans ce sens, il faut la distinguer absolument d’un processus de médiatisation, qui lui est mis en œuvre par une instance extérieure à l’émetteur. L’argumentation est, toujours en théorie, une mise en message fidèle de la parole politique afin qu’elle parvienne au public auquel elle est destinée et qu’elle ait une certaine force de conviction. Pourtant on sait que les conditions de l’argumentation politique aujourd’hui ont été profondément transformées du fait de l’emprise des médias et que l’activité argumentative des hommes politiques tient compte, dans une large mesure, des conditions dans lesquels la médiatisation s’opérera (Breton, 2006).

L’exemple de la « petite phrase »

30Les médias privilégient très souvent la mise en scène de la « petite phrase » significative dans le discours d’un homme politique. Cette manière de procéder permet à la médiatisation d’exercer à plein son pouvoir de sélection, de mise en scène et de commentaire en réduisant le « matériau externe » à peu de choses, et rendant ainsi leur rôle de commentaire d’autant plus nécessaire. L’homme politique ainsi pris au piège, aura la tentation de construire son argumentation de telle façon qu’il puisse contrôler un tant soi peu la petite phrase qui sera choisie pour être transmise, mise en scène et commentée. D’une façon plus générale, la contamination de l’exercice argumentatif par les règles, en aval, de la médiatisation, mériterait des recherches plus approfondies.

31On notera ici, sans souci d’exhaustivité, trois directions possibles dans l’analyse concrète de la forme argumentative prise aujourd’hui par le discours politique.

  • 5 Voir par exemple l’analyse de Gauthier, G., « L’homme et l’argument ad hominem dans la communicatio (...)

32La première est celle de l’hypertrophie, dans la construction du discours, de toutes les parties qui relèvent de l’ethos et du pathos, notamment l’exorde* et la péroraison*. La seconde piste est l’incroyable développement que connaît l’argumentation ad hominem dans la diffusion des idées politiques aujourd’hui5. Ce qui n’était auparavant qu’une figure mineure de la rhétorique, devient aujourd’hui un enjeu « stratégique ». La troisième piste est celle qui permettrait de mieux comprendre le développement de ce que l’on pourrait appeler « l’argument incontestable et indiscutable ». Cette forme argumentative peut être interprétée comme une tentative désespérée, de la part de l’émetteur, de maintien de l’intégrité communicationnelle du message. L’argument indiscutable, qui s’appuie sur une « loi naturelle », échappe en effet au commentaire et se dérobe à la mise en scène. Seule sa transmission reste possible.

La démocratie à l’épreuve de la médiation

33L’effet global de cette situation peut nous amener à la question pessimiste suivante : existe-t-il aujourd’hui une quelconque parole politique qui, une fois passée les différents filtres auxquels elle est soumise, arrive, en tant que telle, au public auquel elle est destinée ? Cette question en entraîne toutefois une autre : à quelles conditions la parole politique pourrait-elle de nouveau retrouver son public ?

34La question en somme est celle d’une pensée de la médiation qui ne l’assimilerait pas automatiquement à la médiatisation, qui agrandirait l’espace des médias propres à l’émetteur, et qui, plus largement, accepterait l’idée que la parole politique peut circuler autrement que par les médias, bref, circuler sans être message.

35Les médias n’occupent finalement que le terrain qu’on leur laisse. Les pistes que cet article tente d’ouvrir partent toutes de l’idée que, par une sorte de mouvement de balancier en réaction aux excès du siècle de ce point de vue, la place excessive occupée par les médias aujourd’hui, au détriment d’autres processus de médiation, finit par constituer un problème potentiellement plus grave que celui qu’elle était censée résoudre.

Bibliografia

Références bibliographiques

Aristote, Rhétorique, tome 1, 1355 (texte établi et traduit par Médéric Dufour), Paris, Les Belles Lettres, 1967.

Breton, P., L’incompétence démocratique, la crise de la parole aux sources du malaise (dans la) politique, La Découverte, 2006

Breton, P., Gauthier, G., Histoire des théories de l’argumentation, La Découverte, 1999, [coll. Repères].

Champagne, P., Faire l’opinion. Paris, Éditions de Minuit, 1990.

Sfez, L., Critique de la communication, Paris, Seuil, 1992.

Note

1 Publié sous le titre « Médias, médiation, démocratie : pour une épistémologie critique des sciences de la communication politique ».

2 D’une façon générale on trouvera plusieurs synthèses dans la section « communication politique » du Dictionnaire critique de la communication (1993). On se reportera également à l’indispensable analyse de Champagne, P., Faire l’opinion (1990), ainsi qu’à l’ouvrage de Freund, A., Journalisme et mésinformation (1991), qui fournit également de bons exemples concrets de ce « filtrage ».

3 Comme l’avait noté Roland Barthes dans son article « L’ancienne rhétorique », Communications no 16, 1970.

4 On lira notamment la définition de la rhétorique donnée par Aristote dans Rhétorique, tome 1, 1355 (texte établi et traduit par Dufour, M., 1967). Sur les débats autour des débuts de la rhétorique, voir Breton, P. et Gilles, G., Histoire des théories de l’argumentation, Repères, La Découverte, 1999.

5 Voir par exemple l’analyse de Gauthier, G., « L’homme et l’argument ad hominem dans la communication politique » Actes du huitième congrès national des sciences de l’information et de la communication (SFSIC, mai 1992), qui montre bien les différentes facettes de cette argumentation. L’argument ad hominem consiste, pour disqualifier une opinion soutenue par un interlocuteur, à disqualifier l’interlocuteur lui-même, par exemple en opposant cette opinion avec d’autres propos qu’il a tenu, en mettant en cause sa compétence à les tenir ou en sapant la confiance qu’on peut lui faire. Ce type d’argument est souvent utilisé de façon manipulatrice quand il dispense de discuter le fond de l’opinion elle-même. Voir également : Gauthier, G., 1998. « L’argument ad hominem politique est-il moral ? Le cas des débats télévisés », Communication 18 : 2, p. 71-88.

Autore

Professeur des universités au Centre universitaire d’enseignement du journalisme, Chargé de mission « Vie démocratique » à l’Université de Strasbourg, Directeur éditorial de la revue « Savoir(s) », Directeur adjoint du Laboratoire CNRS "Cultures et sociétés en Europe", auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’argumentation et aux processus d’influence.

© CNRS Éditions, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search